PSES2017 : retour sur quatre jours de festival

#PSES2017. Derrière cet acronyme se cache la neuvième édition du Festival « Pas Sage En Seine », qui s’est déroulé du 29 juin au 02 juillet 2017. Avec ce billet, je vous propose une vision un peu plus « de l’intérieur », étant moi même membre de l’association qui organise le Festival.

Excellente lecture ou excellente découverte si vous ne connaissez pas !

L’avant Pas Sage En Seine

Préparer quatre jours de Festival, autant se le dire, ce n’est pas de tout repos. Nous sommes officiellement quatre et nous sommes, en réalité, une petite dizaine pour préparer l’évènement, qui nous a pris un peu plus de 5 mois de travail.

Pour que le Festival se déroule au mieux, il y a beaucoup de choses à gérer. En vrac : la partie administrative, les formalités légales, le site, la charte graphique, la communication, la partie assurance ou les déclarations aux autorités compétentes, les repas, le programme, les lieux, qui fera quoi,… J’en passe et des meilleures mais vous avez l’idée générale : organiser un festival, c’est un investissement certain. Votre serviteur était d’ailleurs tellement pris par son travail qu’il n’a pas énormément contribué en amont, rendons à César ce qui est à César, mes amis – cette petite famille PSES, – a grandement contribué à sa réussite.

Je suis extrêmement heureux et fier de faire partie de l’aventure PSES. Je n’imaginais pas, il y a quelques années encore, avant 2012 en fait, que nous en serions là, qu’on parlerait des 10 ans du festival pour 2018, que nous serions devenus, pour reprendre une expression entendue par un visiteur lors du festival, une « référence dans le domaine ».

Le Festival en soi

Puis arrive le jour J, celui où tout commence, celui où forcément, des choses ne se passent pas comme prévu, ça serait bizarre si tout fonctionnait parfaitement dès le départ. L’équipe étant à même de réagir à quasiment n’importe quel problème technique, c’est toujours amusant lorsque ça arrive et les solutions ne manquent pas. Pour celleux qui étaient présents, c’est pour cette raison que nous avions une chaise sur un bureau : nous avions besoin de faire porter les capteurs des micros plus loin, afin qu’ils soient à portée de la régie… alors chaise, bureau, orientation et le tour est joué. PSES c’est ça aussi, un festival où on compose avec les aléas et où on s’amuse des impondérables.

Cette année, dans les bénévoles, nous avons eu de nouveaux visages et je les remercie infiniment de nous avoir fait confiance et d’avoir donné de leur temps et de leur énergie pour faire de cet évènement ce que certains ont qualifié de « meilleur festival PSES jusque là ».

Je tiens particulièrement à remercier Dash, même si je l’ai déjà fait 200 fois environ. C’est grâce à lui que nous avons eu du son de qualité, et que, sur le live, vous aviez du son acceptable. Rôle essentiel s’il le faut, vous l’aurez compris. D’ailleurs, ce lien là vous montrera nos arrangements, le tout géré par Dash dans l’urgence, système fonctionnel à 100% 🙂

Chaque bénévole a joué son rôle pour vous permettre de profiter du Festival, des conférences, de la buvette, du village associatif au rez-de-chaussée et des ateliers, répartis sur tout le Festival.

Des premiers retours que nous avons pu avoir, vous semblez avoir aimé le festival et c’est là notre plus belle récompense : nous nous amusons et investissons pour que notre évènement soit le vôtre, pour que vous profitiez le plus possible de ces quelques jours, pour débattre, échanger, vous amuser, apprendre (et boire du maté et des bières, merci Tesla, si tu lis ce billet).

Vers l’avenir et au-delà !

Pour l’instant, l’heure est au repos car mine de rien, PSES, ça fatigue :). Après ce repos, nous allons nous remettre en action pour débriefer, échanger et avancer sur ce qui était bien, génial, moins bien ou nul, pour savoir ce que nous avons bien fait et ce sur quoi nous devons nous améliorer davantage pour les prochaines années.

Pour 2018, PSES sera un peu particulier : nous fêterons les 10 ans du Festival, une occasion de « marquer le coup ». Il le sera encore plus pour certains membres du bureau car de prochains évènements vont bousculer la vie de quelques membres, ce qui va nous pousser à faire autrement.

Alors, nous cherchons donc des personnes qui souhaitent contribuer à organiser la dixième édition 🙂

(et en plus, on s’amuse bien lors des essais son et caméra du matin, et encore plus….)

Si vous êtes intéressés, vous savez où me contacter et où contacter l’association, sur les Internets ou les réseaux sociaux. Ne vous offusquez pas si vous n’obtenez pas de réponse immédiatement, nous avons tous et toutes nos vies à côté. PSES fonctionne sur un budget proche du zéro, et ce n’est pas une image, nous sommes tous bénévoles et donnons de notre temps libre à hauteur de ce que nous pouvons.

Enfin, je tiens à vous remercier, vous, celleux qui lisent ce billet, celleux qui sont venus à l’évènement, qui en ont parlé, pour les rires et les prises de parole, pour tout, en fait. C’est grâce à vous qu’on trouve l’énergie de faire ce festival un moment très particulier. Je remercie également les conférenciers et les conférencières, le Festival n’aurait aucune existence sans vos interventions, toujours riches d’enseignements.

Enfin, mais ils le savent déjà, je remercie les organisateurs de #PSES2017, ma « petite famille PSES » pour son engagement, sa motivation et sa bienveillance sans faille pour tout le monde. Nous faisons parfois des erreurs – nous sommes humains – mais l’ADN de Pas Sage en Seine est composé de tout ça, d’envie, de gentillesse, de protection, de motivation, de rires et parfois de larmes et de maté…. beaucoup de Club Maté.

On se dit donc à l’année prochaine pour fêter nos 10 ans !

Pour ce billet plus que pour tout autre, n’hésitez pas à me faire part de vos retours, positifs ou négatifs, toujours constructifs et argumentés, afin qu’on puisse faire encore mieux l’an prochain !

Une réflexion sur « PSES2017 : retour sur quatre jours de festival »

  1. Et une fois de plus, je me retrouve en larme devant mon PC, mais des larmes de joie. Je suis encore à vif, faut que je remette mon armure 😉
    Rendez-vous est pris pour l’année prochaine et avant via les tuyaux des Internet.
    MERCI les cop.ain.ine.s de PSES. MERCI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *