Pour le procureur général de Paris, connaitre vos droits, c’est dangereux.

Note importante : cette nouvelle n’est pas récente, elle date de l’an dernier, quasi un an jour pour jour. Seulement, je la trouve d’actualité encore aujourd’hui, encore plus d’actualité, en réalité, j’ai donc décidé de vous en parler là.

Dans le contexte de l’état d’urgence, dans celui d’un Etat qui souhaite inscrire des mesure d’exception dans le droit commun et à l’aube de nouvelles manifestations contre la réforme du code du travail, je trouve cet article d’actualité.

L’avocate Laure Heinich s’est exprimée dans un article, consultable ici, à propos d’une décision bien étrange. Un manifestant avait en sa possession un tract d’un syndicat d’avocats, celui des Avocats de France (SaF) et, manifestement, cela dérange. Continuer la lecture de Pour le procureur général de Paris, connaitre vos droits, c’est dangereux.

Lettre ouverte à vous, mes représentants.

Chers représentants, représentantes, députés,

D’ici quelques jours, vous serez amenés à vous prononcer sur le projet de loi sur le renseignement et je souhaite, avant l’ouverture des débats, que vous preniez la mesure de ce que vous allez voter.

Pour commencer, j’ai conscience de n’être qu’un « simple citoyen », de ne pas disposer de la science infuse, d’être peut-être “à côté de la plaque”.

Eux en revanche, ils ne le sont pas :

  1. Amnesty International
  2. La Quadrature du Net
  3. Alain Marsaud, ancien juge du terrorisme
  4. Le Conseil National du Numérique
  5. La CGT Police
  6. Reporters Sans Frontières
  7. Le Syndicat de la Magistrature, qui estime que ce projet de loi « « installe un dispositif pérenne de contrôle occulte des citoyens dont il confie au pouvoir exécutif un usage quasi illimité. Il est à ce titre inacceptable. Seul un véritable contrôle a priori de techniques de renseignement proportionnées et visant un objectif strictement défini relevant de la sécurité nationale, restera respectueux des droits fondamentaux. »
  8. Marc Trevidic, l’actuel juge antiterrorisme
  9. Le président de la CNCIS lui-même
  10. La CNCDH (Commission consultative en charge des droits de l’Homme)
  11. La Ligue des Droits de l’Homme
  12. L’Union des Syndicats de la Magistrature
  13. La Fédération Syntec
  14. Le commissaire des droits de l’Homme du Conseil de l’Europe
  15. La CNIL
  16. Human Rights Watch

Que faites-vous de ces avis ? Considérez-vous ces gens comme des « paranos » ?

Pour continuer, je ne suis ni votre ennemi ni celui de la protection de la nation, de ses intérêts, du peuple, de ses enjeux et j’en passe. S’il vous plaît, ne tombez pas dans la logique binaire actuelle : ce n’est pas parce que je m’oppose au projet de loi du renseignement que je suis pour le terrorisme, ce sont deux choses différentes, la vie n’est pas blanche ou noire. Vous le savez j’imagine…

Vous êtes des représentants de la nation et, à ce titre, vous avez choisi de représenter le peuple français, quelles que soient vos convictions, vos couleurs et votre appartenance politique, je ne vous demande qu’une chose : représenter le peuple français. J’ai aussi conscience qu’ici, je ne m’exprime qu’en mon nom, rassurez-vous, j’ai les pieds sur terre.

Nous sommes tous d’accord : ce qui s’est passé au mois de janvier est horrible, immonde, inhumain… faut-il pour autant céder à la dérive sécuritaire actuelle ?

Mesdames et messieurs les députés, notre pays repose sur deux piliers : la séparation des pouvoirs et une devise, inscrite partout : Liberté, Egalité, Fraternité.

Le projet de loi sur le renseignement est diamétralement opposé à cette liberté, c’est une menace pour nos libertés individuelles. Mesdames et messieurs les députés, ce projet de loi sur le renseignement est une boite de Pandore que je vous invite à ne pas activer, à ne surtout pas ouvrir.

Ce projet de loi s’oppose à la séparation des pouvoirs, véritable socle de nos démocraties occidentales. Cette séparation des pouvoirs, vous savez, cette chose théorisée par Montesquieu, ce qui est devenu par la suite le socle absolu de notre démocratie. Montesquieu a simplement déclaré qu’il n’était pas possible de laisser tous les pouvoirs entre les mêmes mains.

En choisissant de se passer totalement de l’autorité judiciaire, le projet de loi sur le renseignement détruit le fragile équilibre entre ces pouvoirs. Vous pourrez rétorquer qu’un juge est prévu, mais c’est un juge administratif et non un juge judiciaire, seul garant des libertés individuelles.

Mesdames et messieurs les députés, généraliser le recours administratif, c’est tuer les fondements de notre démocratie. De la même manière, l’instauration de « boites noires », vous le savez, vous l’avez forcément lu, vu, entendu quelque part, c’est se doter d’un système de surveillance généralisée, ce qui va à l’encontre de la démocratie et, d’un point de vue légal, des dispositions européennes.

Vous déclarerez ne pas vouloir l’utiliser ainsi. Vous déclarerez vouloir nous protéger, comme la NSA l’a fait aux Etats-Unis d’Amérique.

Je pense que vous connaissez la suite…

Mesdames et messieurs les députés, je pense que, quoi que je dise dans cette lettre, cela ne changera pas votre décision.

Souvenez-vous seulement que, lorsque vous voterez ce texte, ce sera en votre âme et conscience.

Malgré l’avis des ONG.

Malgré les nombreux avis d’experts.

Malgré les avis de deux juges de l’antiterrorisme.

Malgré l’avis de la CNCIS.

Malgré l’avis de la Ligue des Droits de l’Homme

Malgré les avis de nombreux citoyens.

Malgré l’avis de tant d’autres….

Mesdames et messieurs les députés, n’ouvrez pas cette boite de Pandore.

Le petit guide officieux de l’officiel futur dissident Français. Étape 2.

Comme vous l’aurez compris, ce billet fait suite au dernier billet du blog, que je vous invite à consulter avant de passer à la suite.

Dans ce billet, je vais essayer d’expliquer plus en détails la première phase. Cette fois-ci, vous allez avoir droit à des faits, des cas concrets, toussa toussa.

L’action :

Lors du précédent billet, j’abordais le problèmes des dérives sécuritaires liées aux différentes évolutions de la loi dans divers domaines (sécurité, sécurité des données, propriété intellectuelle, …) mais, en pratique, comment se manifestent ces dérives ? Ce billet se présente donc comme une sorte de résumé de tout ce qu’il se passe actuellement dans notre pays. Merci à l’ami @Cabusar pour les idées apportées lors du dernier billet, elles sont présentées ici.

Tout d’abord, et afin de bien comprendre tout le reste, il faut parler d’une notion importante : l’inconscient collectif. C’est un avis strictement personnel mais j’ai l’impression qu’il fonctionne énormément (et principalement au travers des médias “mainstream”, mais pas que).

Qu’est-ce que l’inconscient collectif ?

C’est un ensemble de choses, de codes et d’actions qui conditionnent certaines de nos pensées ou réactions. Ces choses peuvent exister depuis la naissance, être liées à un pays ou à une culture, une religion, …

Un des exemples que j’aime prendre, c’est celui des enfants : la plupart des filles jouent avec une mini-cuisine, les garçons jouent à la guerre comme on dit. Ce simple fait représente, selon moi, une partie de l’inconscient collectif.

Inconscient parce, lorsque vos parents sont allés vous acheter quelques jouets, la première fois, c’était en fonction de votre sexe et non en fonction de vos envies (je trouve les jouets des tout petits relativement neutres). Pour appuyer cette impression, réfléchissez un instant : imaginez votre fils jouer avec des poupées et ceci jusqu’à 6-7 ans ou plus. Que ressentez vous?

Pour avoir un couple d’amis dans cette situation, ils se sont inquiétés : “Pourquoi ?” “Qu’est-ce qui arrive ?” “Pourquoi n’est-il pas comme tous les autres ?”.

Voyez-vous ou je veux en venir ?

Le fait que votre enfant ne “rentre pas dans les petites cases” inquiète, parce que depuis longtemps, les hommes font la guerre et les femmes jouent avec des poupées et sont dans la cuisine. C’est un peu ça, l’inconscient collectif. Une sorte d’intelligence capable de réfléchir inconsciemment à l’échelle d’une planète et, par la suite, de faire adopter un schéma de pensée et de réactions qui sont plus de l’ordre du réflexe que de la pensée consciente. (Le cycle de Fondation est définitivement quelque chose de passionnant).

Partant de cet inconscient collectif, je vais essayer d’expliquer ce que j’entrevois des dérives sécuritaires, en France. Je vais tenter d’être le plus neutre et le plus factuel possible afin de ne pas faire de parti pris.

La CNI (Carte d’Identité Nationale) numérique :

La nouvelle carte d’identité est validée depuis peu, elle se présentera sous la forme d’une carte à puce qui contiendra un ensemble de données vous concernant, au format numérique. La base de départ de la nouvelle CNI est totalement légitime (comme à chaque fois) : lutter contre les fraudes, la falsification de cartes d’identité, pouvoir trouver plus facilement les usurpateurs d’identité. C’est un but louable.

Les données de la CNI seront conservées sur un fichier central, ce qui selon moi représente déjà un problème de sécurité et de confidentialité  des données, la CNI contenant un ensemble de données assez privées.

Des critiques ont été formulées sur le sujet de la CNI. En effet, les données de la CNI devaient-être conservées au maximum 15 ans, hors, ce délai semble absent de la proposition de loi adoptée. On peut légitimement se demander l’intérêt de converser des données personnelles ad vitam. Une autre problématique est soulignée : cette CNI est censée faciliter la lutte contre l’usurpation d’identité, la CNI devenant la nouvelle carte d’identité, chaque demande de carte entraînera un fichage d’une personne et, à terme, cela va créer une base de données de la population française.

L’inconscient collectif entre alors en jeu. Cet inconscient existe aussi en politique, soit à grand coup de peur, soit à grand coup de logique implacable (cf. l’exemple des antibiotiques dans mon précédent billet). La logique voudrait que l’on se pose des questions sur la CNI et pourtant, essayez dans votre entourage, c’est loin d’être le cas, personne ne voit où est le problème dans le dispositif.

Voir Claude Guéant dire qu’il est pour que les forces de police puissent se servir du fichier central, le voir dire qu’il est indécent de s’opposer “à ce que la justice utilise tous les moyens pour faire triompher la vérité” devrait nous faire bondir, éveiller nos sens, se dire que c’est trop gros pour-être vrai, et neutre.

Voir ce passage devrait également nous faire bondir :

Éducation dès l’école maternelle, les enfants utilisent cette technologie pour rentrer dans l’école, en sortir, déjeuner à la cantine, et les parents ou leurs représentants s’identifieront pour aller chercher les enfants.
Introduction dans des biens de consommation, de confort ou des jeux : téléphone portable, ordinateur, voiture, domotique, jeux vidéo
Développer les services « cardless » à la banque, au supermarché, dans les transports, pour l’accès Internet,

Ce passage résume à lui tout seul la technique d’acceptation du contrôle : instaurer un contrôle dès la plus tendre enfance afin que cela ne choque plus personne, afin que cela rentre dans les habitudes, dans l’inconscient collectif. Faire en sorte que cela ne gène plus personne, vous faire accepter inconsciemment votre mise sous surveillance.

Excusez-moi, mais un fichier central qui va répertorier les données privées et biométriques de 45 millions de personnes, moi, je me pose des questions, je m’inquiète. Le passé nous à déjà montré que ces fichiers étaient ensuite déviés de leur utilisation principale, prenez par exemple le fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG).

Justement, parlons en du FNAEG.

FNAEG, c’est l’acronyme de Fichier National Automatisé des Empreintes Génétiques. Ce fichier, crée en 1998, devait initialement contenir les empreintes des ADN prélevés lors d’enquêtes. Ce fichier a bien changé depuis le temps : il ne devait contenir que les traces des violeurs ou délinquants sexuels. Par la suite, il a été étendu (par les socialistes au passage) aux coupables de dégradations dangereuses ou d’extorsion. Ce fichier a depuis encore changé, puisqu’en 2003, sous l’impulsion de Nicolas Sarkozy, il est décidé que ce fichier devra répertorier la quasi totalité des délits y compris des simples “mises en cause”. J’ai également entendu parler d’un prélèvement ADN dans les écoles alors qu’ici, il n’était pas question de délits, néanmoins, je n’ai pas trouvé de sources précises confirmant ces faits. De l’autre côté de l’océan atlantique, ils parlent même de fichier l’ADN directement chez les bébés.

Avec le temps, cette base s’est transformée en fichier de fichage généralisé…et c’est le Syndicat de la magistrature qui le dit.

Des procédures pas très très légales et des fadettes

La justice s’en mêle maintenant mais il ne faut pas oublier l’affaire des écoutes illégales réalisées afin de trouver les sources de divers journalistes du jounal “Le Monde”, à l’occasion de l’affaire Bettencourt. Deux personnes donc, Gérard Davet et Jacques Follorou, journalistes au Monde. Pour un des articles du journal, voici ce qui a été demandé par l’IGS (l’inspection générale des services) : des fadettes.

Les fadettes, ce sont les factures détaillées mensuelles de vos communications chez votre opérateur. Dans la version que vous avez, c’est une version ultra-light, exemple d’une fadette complète chez SFR :

les appels, les SMS ou MMS envoyés ou reçus, le numéro de téléphone du suspect, celui de son correspondant, éventuellement celui d’un troisième interlocuteur, la date, l’heure, la durée de la communication, la cellule (la borne téléphonique utilisée) et le numéro IMEI du téléphone, c’est-à-dire l’International Mobile Equipment Identity, (et) le numéro unique de chaque portable” (Source Numérama)

Ces données permettent, par exemple, de tracer les appels d’une personne, de savoir ou elle se situait lors de l’appel et ainsi de cartographier ses déplacements pendant la période observée.

L’ironie, c’est que l’IGS s’est trompée de numéro, puisqu’ils ont commencé avec le portable de la fille de monsieur Davet. Ce qui sous-entend donc que ces informations existent également à votre sujet.

A nouveau, si cela ne vous fait pas bondir, le fait qu’un opérateur puisse savoir ou j’étais, ce que je faisais, à qui je parlais, pendant combien de temps, si je me suis déplacé, si je lui ai envoyé un sms, un mms, une photo, … Ça m’inquiète, ce n’est pas normal, c’est une atteinte à la vie privée.

Et le reste, dans tout ça

Le fait que les renseignements généraux vous fichent lors d’une manifestation, le fait que les services de la DCRI vous fichent lorsque vous commencez à trop l’ouvrir, le fait vous soyez fiché “un peu plus” si vous n’êtes pas d’origine Française, … tout ceci est inquiétant.

Alors, évidemment, il ne faut pas sombrer dans la paranoïa profonde, mais il faut bien se dire une chose : plus le temps passe, plus le gouvernement avance sur le fichage généralisé de l’ensemble de la population. du FNAEG à la prochaine CNI numérique, tout est fait pour que l’on saches tout de vous.

Le but n’est pas de contrôler, ils en sont juste incapables. Incapables pourquoi ? Réfléchissez un instant…

C’est une amie que j’apprécie beaucoup qui m’a donné la réponse : ils en sont tout simplement incapables parce analyser les données de 60 millions de personnes, c’est juste impossible, il n’y a pas assez de budget, pas assez de personnel et pas assez de compétences au sein du gouvernement pour le faire.

Non, le but, c’est que le gouvernement vous transmette un message : “où que tu sois, qui que tu sois, peu importe ton métier, ta vie… je te vois. Je peux te voir, je peux t’entendre, toi et tous les autres… alors fais attention.”

Il est possible qu’un jour des services d’analyses soient dimensionnés pour analyser presque en live tout ceci, mais ce jour n’est pas arrivé.

En attendant, si vous voulez un peu de vie privée, il faudra attendre le troisième et ultime billet de cette série.

Cher François…

Bonjour à tous,

En cette période électorale ou la totalité des politiques se sont transformés en prêcheurs, laissant leur grand discours pour de belles paroles, annonçant la fin de la crise et de tout les maux du monde s’ils deviennent président(e) et essayant de violer votre mémoire politique en 3 grandes phrases, il en est un qui à particulièrement attiré mon attention : Mr François Hollande.

(oui, ce billet respire un poil l’énervement, et aussi la déception)

Si vous suivez mon blog, vous avez alors entendu parler de l’affaire “Botzaris”, à défaut, je vous invite à lire ce billet : J’accuse. #Botzaris36 qui vous en apprendra d’avantage.

La situation n’est toujours pas arrangée, bien au contraire, plus le temps passe, plus les choses sont compliquées et plus les tunisiens sont abandonnés par tout…oh Wait!, par presque tout le monde.

A force de “crier” sur la toile, des petits messages sur Botzaris sont arrivés sur l’écran de Mr Hollande, qui s’est fendu de deux réponses sur le dossier :

La première, le 20 juillet, sur Twitter.

La seconde, le 29 juillet, sur son blog : La démocratie, le meilleur rempart qui soit contre tous les extrémismes.

Comme vous pouvez le constater, Mr Hollande s’est engagé à se déplacer à Botzaris, pour constater de lui même la situation…et nous attendons toujours.

Puisque j’ai la capacité de m’exprimer sur la toile, je me fends moi aussi d’une réponse, mais pour Mr Hollande:

Mr Hollande,

Nous avons tous observé votre tweet sur Botzaris, au delà de 140 caractères, un message fort y figurait : “Je m’y engage.”

Je ne peux que constater votre absence et commence à sincèrement douter de votre engagement. Nous sommes beaucoup à ne plus boire les belles paroles de nos politiques, en ne tenant pas cet engagement, vous vous classeriez dans la même catégorie que tout les autres : de beaux parleurs, sans actions derrière.

Je ne vous demande pas de vous déplacer illico presto sur les lieux mais par exemple d’annoncer une date de passage dans un premier temps, ce qui serait un signe fort pour beaucoup de gens qui espèrent que vous tiendrez cet engagement.

Vous et moi avons manifestement une notion relativement différente des “prochains jours” : si vous comptez passer dans un an, permettez moi de vous dire que cela sera un poil trop tard.

En vous déplaçant, vous prouveriez qu’un homme politique, qui plus est présidentiable, peut tenir ses promesses et s’inquiéter du sort de personnes dans le besoin, qu’elles soient françaises ou non,  (la tendance actuelle n’est pas celle la).

Vous vous êtes engagé à vous déplacer, vous vous êtes engagé à rencontrer, sur le terrain, des gens qui travaillent dans une optique commune : la solidarité.

Vous avez beaucoup à gagner de vous déplacer à Botzaris et de tenir vos engagements…vous avez selon moi tout autant à perdre si vous ne les tenez pas. La confiance est une chose qui ne se récupère pas, Monsieur (et croyez moi, la perdre, c’est douloureux).

Démarquez-vous, tenez vos engagements, montrez qu’au moins un homme politique les à tenu.

Cordialement, J.M aka Numendil – Pixellibre.net

 

Ne bougez pas…

Ce soir, pas de sujet d’actualité en particulier mais plutôt un constat, enroulé dans un petit coup de gueule.

Vous pouvez déjà classer ce billet dans la catégorie “je vais dire quelques vérités qui ne vont pas vous plaire“.

La Hadopi est passé, de plus en plus de gens s’en plaignent, de plus en plus de gens trouvent cette loi absurde, stupide, dangereuse.

La Loppsi connait le même sort et est autant critiquée maintenant.

La nouvelle carte d’identité numérique commence déjà à connaitre le même sort et les réactions sur la toile et dans la vie réelle me font penser qu’elle va s’en prendre plein la tête.

Autre chose me choque : que la loi HADOPI ait été rejeté, puis revotée, le tout dans la plus grande indifférence…que, sur la Loppsi, si peu de monde se soit indigné…que sur la carte d’identité, ce soit 6 personnes qui aient décidé du sort de 45 millions de personnes.

Par dessus tout, il y a une chose qui me laisse perplexe : l’inaction. Celle de qui? celle du peuple.

L’inaction, c’est pour moi le mal qui nous ronge tous:

– on critique, on se plaint…mais concrètement c’est souvent après coup, lorsqu’il est trop tard, lorsque l’ont doit subir plutôt que d’anticiper.
– on fustige une loi, sans s’être renseigné avant et sans avoir essayé de faire quelque chose.
– on laisse nos politiques décider de tout, même si tout ceci n’est pas / plus représentatif de l’opinion du peuple

Pourquoi?

Par manque d’information, par manque de temps, par manque de motivation ou tout simplement parce qu’on s’en moque complètement, les raisons sont aussi nombreuses que variées.

Cependant, il existe des solutions pour répondre à quelques problèmes :

– pour le manque d’information, si vous restez sur les médias traditionnels, l’information que vous aurez ne sera, au mieux, pas complète, dans le pire des cas, elle sera fausse. Renseignez vous de vous même, allez lire les projets de l’assemblée nationale, vous pourriez être surpris de tout ce qu’il se passe.

– pour le manque de temps, des sites reprennent l’ensemble des informations que vous ne voyez pas dans les médias.

– pour le manque de motivation : afin d’éviter toute prise de tête, moi aussi j’ai mes galères, mes soucis, mon compte a zéro en fin de mois, des soucis pour le travail, le logement, … simplement je crois avoir compris une chose : ce n’est pas en tant qu’individu que ces problèmes se règleront. C’est en tant que conscience collective qu’il faut agir.

– on s’en moque, mais on critique après coup : je serais sans pitié ici, vous vous en moquiez, vous subissez les retombée de ce dont vous vous moquiez, vous l’avez cherché.

Nous sommes à un moment de notre existence ou Internet nous permet de passer de l’autre côté de l’écran : devenir acteur de la démocratie plutôt que de rester spectateur et subir cette dernière, saisissez cette chance.

Je ne le dirais jamais assez, mais si tout ce qui se passe arrive, c’est peut être parce que nous, français, nous l’avons cherché : qui regarde ce que font nos politiques? qui regarde les lois qui sont votées? Franchement? … peu de monde. Nos politiques le savent et s’en donnent à cœur joie jusqu’au prochaines élections ou il faudra faire semblant d’écouter le peuple. Le pire dans ces cas la, c’est la mémoire politique du peuple : “x” est un con le lundi, c’est notre sauveur le mardi…

Je n’entendrais pas l’argument : “que faire, c’est ainsi fait, ils font ce qu’ils veulent, toutes façons d’accord ou pas, ca change rien”. Je ne l’entendrais pas parce que réagir ainsi, c’est consentir à laisser les gens faire ce qu’ils veulent, c’est se dire que toutes façons, la démocratie est ainsi faite…comprenez par là : qui ne dit mot consent.

Vous avez le choix de ne rien changer.

Vous avez aussi le choix de vous organiser, de réagir, réfléchir ensemble sur “que faire”, “comment faire”. Vous pouvez vous renseigner et aller plus loin que ce que l’on vous offre dans les médias traditionnels.

Oui, c’est fatiguant. Oui, il faut produire l’effort. Oui, c’est un travail de fond et sur la durée…mais vous seriez étonné de tout ce que l’on ne vous dit pas. Ce n’est qu’ensemble que les choses pourront avancer, individuellement, nous sommes tous…de simple citoyens dans la moins pire des configurations : la démocratie.

… A nous de faire en sorte de changer cela.

 

Remember, remember… message aux politiques

Remember, remember…

V for Vendetta, la chute du premier.

Pour ceux qui n’ont pas cette référence, le “Remember, remember” est prononcé par “V”, dans V comme vendetta, excellent livre avant de devenir un film tout aussi sympathique.

Ce message s’adresse aux hommes et femmes politiques qui passent sur mon blog et, des quelques mails que je reçois de temps en temps, il y en a.

Nous sommes la “génération Internet”, nous avons grandit avec, il fait partie de notre vie comme nous faisons partie de la sienne, chaque personne apportant son expérience, son contenu et ses idées sur la toile.

Internet nous à vu grandir et les gamins que nous étions sont tous devenus adultes mais grands avec Internet c’est différent que grand tout court : nous avons les yeux ouverts , nous voyons, entendons et écoutons ce que vous cachez, ce que vous ne dites pas ou lorsque vous mentez.

Chaque nouvelle déclaration est le contraire de ce que vous avez déclaré quelques années avant. Chaque nouvelle loi est un coup de bâton en plus, une pour stopper le partage de la culture, une pour stopper (officiellement) la pédopornographie (nous savons tous que la réalité est différente) et maintenant, une pour censurer ce que bon vous semble sur Internet, lorsque c’est en conflit avec… un peu tout ce qui vous dérange.

Puis il y à eut les révolutions des pays arabes…ces dernières ont d’ailleurs révélé la connivence entre certains membres du gouvernement et des dictatures établies. Nous n’oublierons pas.

Les réformes sans que le peuple soit consulté même lorsque le peuple descend dans les rues, les lois pour protéger des intérêts privés au détriment de l’intérêt général, des lois pour faire (officieusement) taire ceux qui ont des avis différents des vôtres…et la suite, c’est quoi?

Dans votre obsession de “plus de pouvoir pour plus de pouvoir”…vous avez pourtant oublié quelque chose. Dans votre lutte pour faire croire que ce que vous faites est bon, vous avez négligé un point qui fait toute la différence, et vous le paierez cher (oui, ce sont des menaces).

Ce point : c ‘est ce que l’on a tous dans notre portefeuille une fois la majorité atteinte et qui vous fait tous bien flipper. Ce point, c’est cette arme dont vous allez vous souvenir dans les prochains mois et dans les prochaines années. Ce point, c’est la carte d’électeur.

Oui, vous avez peur, vous ne nous comprenez pas, pensez nous faire avaler des couleuvres que nous (pardonnez moi l’expression) vous renvoyons en pleine face. Vous avez peur, parce que pour la première fois, le peuple est en capacité de s’exprimer, de créer des consciences collectives. Vous avez peur car pour la première fois, nous pouvons commencer à parler d’une vraie démocratie et pas de ce semblant de machin chose que vous nous imposez.

Vous savez, vous avez raison d’avoir peur…moi vous ne m’effrayez pas par contre, je sais que cette bataille, nous la gagnerons…tout est une histoire de temps. Vous devriez surtout avoir peur de ce petit bout de papier dont nous parlions car, lui et moi, nous n’oublierons pas tout ce que vous faites en ce moment, de la Hadopi à la Loppsi en passant par cette montée en puissance de la stigmatisation des immigrés ou encore la chasse au SDF plutôt que de les aider.

Nous sommes citoyens, nous n’oublierons pas, nous ne pardonnerons pas. Craignez-nous.

(source de l’image, que j’ai un peu taxé sans regarder s’il y avait licence ou pas, j’en conviens)