GoLeaks : les leaks de l’Ouest.

J’ai décidé de vous parler de GoLeaks, une plateforme de leaks comme son nom l’indique, suite à une conférence très intéressante lors du festival « Pas Sage en Seine 2015 », où j’ai rencontré @Datapulte, hacker en charge de la partie technique du projet.

Le projet semble bien parti, solide et pas décidé sur un coup de tête. Les personnes qui vont s’occuper du projet sont fiables et de confiance.

La première plateforme régionale de récolte et de diffusion d’information, de « leaks », par des sources anonymes, va donc prochainement voir le jour.

Petit tour d’horizon de GOLeaks.

Le GO, c’est pour Grand Ouest, les leaks porteront sur l’ensemble de la Bretagne et on peut déjà imaginer des leaks en lien avec Notre-Dame-des-Landes par exemple, mais pas que. De la fuite très locale, du village à la ville, de l’élu local à beaucoup plus, il y a là, à mon avis, beaucoup de choses à récupérer.

Ce sont ces raisons qui ont entrainé la création de GOLeaks.

Le projet

Le besoin est le suivant : partager une information sensible ou compromettante, une information qui mérite d’être connue du grand public. Cette information, en raison de son caractère sensible, ne peut pas être partagée via des outils « classiques », par mail, SMS, au téléphone …

Il faut être capable de protéger et d’anonymiser au maximum la source de l’information, clef de la réussite des sites de leaks. Nous reviendrons sur ce point un peu plus loin dans le billet.

Protection des sources, travail avec les journalistes et les maisons de presse, gestion des échanges entre source et journaliste pour sécuriser au maximum la source, telles sont les ambitions du projet.

Techniquement

La plateforme est découpée en deux parties, l’une servant de vitrine, l’autre étant la réelle plateforme d’échange.

« Les deux sites sont séparés et hébergés à des endroits différents, chez un opérateur de confiance, afin de sécuriser au maximum les plateformes. S’il y a une faille de sécurité sur un site, elle ne permettra pas de remonter jusqu’à l’autre », m’explique @Datapulte, hacker en charge du projet.

Sur le site web « classique », on découvre les raisons du projet ainsi que ses ambitions. D’ici à son lancement, la vitrine de Goleaks changera, pour indiquer aux utilisateurs qu’il faut un protocole de connexion et de contact spécifique pour déposer une information sur la plateforme.

La plateforme centrale sera un service caché dans le réseau TOR (avec une adresse qui se termine en .onion pour faire plus clair). De facto, il faudra obligatoirement utiliser TOR afin de pouvoir envoyer une information au site, @Datapulte m’explique…

« on ne veut pas mettre en danger une source, nous allons donc forcer l’utilisation de TOR pour sécuriser un peu plus les échanges. Notre but est de servir de plateforme de leaks mais pas n’importe comment et surtout pas en compromettant des sources désireuses d’échanger des informations sensibles ».

Qu’on se le dise, @Datapulte sait où il veut mener le projet, ce qui est très rassurant aux vues du projet.

Une fois un leaks déposé sur le site, il sera mis à disposition de journalistes afin qu’ils puissent traiter l’information, nous y reviendrons. Les échanges avec les journalistes exigeront le même protocole de connexion que celui des sources : TOR.

GOleaks permettra aussi l’envoi de mails chiffrés, à la source et au journaliste, en servant d’intermédiaire. « Nous avons choisi d’être l’intermédiaire entre une source et un journaliste pour sécuriser au maximum les échanges. Une source souhaite contacter un journaliste, un mail chiffré est envoyé par Goleaks au journaliste, qui doit passer par la plateforme d’échange afin de pouvoir répondre à la source. ».

Pourquoi servir de plateforme centrale et incontournable ?

A cette question, @Datapulte me répond « nous pensons qu’il est préférable qu’un journaliste et une source ne soient pas directement en contact. En procédant ainsi, s’il y a un problème, la source ne met pas en danger le journaliste et vice-versa. Dans le pire des cas, si une source est grillée ça ne pourra remonter que jusqu’à Goleaks, idem si c’est un journaliste, la piste ne pourra remonter que jusqu’à Goleaks. Nous sommes conscients de notre rôle de fusible ».

Je trouve ce point très positif, dans les explications fournies, je sens réellement la volonté de minimiser les risques et dangers, « le risque zéro n’existe pas, mais on cherche à s’en approcher le plus possible ».

Rajoutons que Goleaks tourne sous Globaleaks, une plateforme open-source dédiée aux leaks. Globaleaks est développé par “Hermes Center for Transparency and Digital Human Rights”, Globaleaks est, par exemple, utilisé par « Le Monde » via https://secure.sourcesure.eu.

C’est un projet très suivi, régulièrement mis à jour et assez sécurisé, considéré comme une excellente initiative par de nombreux journalistes et hackers, comme ceux du CCC ou Jacob Applebaum par exemple.

Serveurs séparés, hébergés chez un acteur de confiance, passage par TOR requis, mails chiffrés, plateforme qui s’impose un niveau de sécurité élevé… les outils ne manquent pas pour faire de Goleaks une réussite.

Reste le problème des sources et de l’utilisation des outils, parfois compliquée pour des utilisateurs néophites.

A nouveau, @Datapulte a les idées claires sur le sujet : « concernant les leaks, nous pensons qu’il peut y avoir beaucoup d’informations, si nous arrivons à faire connaître le projet, clef de notre réussite. Côté formation, nous avons déjà des contacts avec des journaux locaux pour les former à utiliser TOR et nous allons mettre, sur la vitrine publique du site, des informations et explications claires pour pouvoir déposer un leak ».

Le traitement de l’information sera assuré par les journalistes, « nous travaillons déjà avec des journalistes afin d’établir des partenariats. Lors du dépôt d’un leak, le lanceur d’alerte pourra choisir à qui envoyer l’information. Goleak enverra une alerte aux journalistes choisis, qui devront passer par TOR et un lien à usage unique afin de récupérer l’information transmise. »

On s’y met ?

« Pour l’instant, tout n’est pas encore prêt et nous avons besoin de soutiens et de visibilité avant de nous lancer. »

Je ne sais pas de quoi l’avenir est fait, mais Goleaks possède les clefs pour qu’il soit bon.

En revanche, je sais qu’ils auront prochainement besoin d’un financement pour faire tourner la plateforme, @Datapulte m’informe « qu’une campagne de financement verra prochainement le jour, d’ici septembre. »

Souhaitons-leur bon courage.

Vous pouvez retrouver toutes les informations de Goleaks à cette adresse https://goleaks.org/, @Datapulte sur Twitter et @R0aming_, un rédacteur en chef Web, lui aussi impliqué dans le projet Goleaks.

Vous pouvez également retrouver GOLeaks sur Twitter : http://twitter.com/goleaks_

Un an.

« – Fais attention à toi, vraiment, ça commence aussi à éclater là-bas.”
« – Ne t’en fais pas, ça ira, je suis loin des conflits, et puis c’est chez moi.”

Se furent ses dernières paroles avant de partir.

Un an aujourd’hui, comme le temps passe vite. Si moi je suis encore là pour en parler, elle elle l’est déjà moins. Ou peut-être pas. Je ne sais pas en fait.

Qu’est-elle devenue ? Est-elle toujours vivante ? Est-elle rentrée sans que nous reprenions contact ? Tant de questions sans réponses.

Peut-être est-elle en train de lire ces lignes à l’instant ou je parle ?

Je m’en souviens encore, c’était dans la nuit du 18 au 19 : un écran, une fenêtre IRC et beaucoup de café. Qui pouvait réellement savoir ce qui allait se passer ?

« – Tu as vu, l’Égypte, ça s’enflamme vraiment cette fois-ci ?”
« – Oui, j’ai vu.”
« – Ça va ?”
« – Non”
« – Pourquoi ?”
« – Parce que c’est mon pays, que ma famille vis la bas, que j’ai peur pour eux.”
« – Tu ne m’en as jamais parlé, même si nous ne causons pas ensemble depuis longtemps, t’en avais jamais parlé avant”
« – Je sais, je parle pas de tout tu sais.”
« – Oui”
« – Je sais pas quoi faire, j’ai peur.”

Et moi, bien intelligent de répondre : « – hormis penser à eux, d’où tu es, tu ne pourras rien faire physiquement.”

« – Je vais rentrer.”
« – Pardon ?”
« – Je peux pas rester pendant qu’ils se cassent le cul et se font matraquer la gueule”
« – … désolé, oui.”
« – Puis il y IRC et j’ai trouvé ton facebook”
« – Non, pas IRC, pas comme ça en tout cas, ça sera pas sur pour toi, le gouvernement va (si c’est pas déjà le cas) écouter Internet, Mubarak est présenté comme un danger et pour facebook, le traffic est ou sera détourné pour faire taire les gens si ça claque, faut pas se leurrer. Donc non, on va faire autrement.”
« -On fait comment alors ?”

Et me voilà parti dans TOR, OTR pour se protéger, le passage d’une connexion IRC en SSL, les petites choses de la vie qui protègent, GPG, j’en passe encore.

La machine était lancée mais, à cette époque là, je ne le savais pas encore.

« – Fais attention à toi, vraiment, ça commence vraiment à éclater la-bas.”
« – Ne t’en fais pas, ça ira, je suis pas non plus direct dans les conflits, et puis c’est chez moi.”

Et elle à fermé IRC.

Nous étions tous deux loin de s’imaginer la suite des évènements : la révolution en Tunisie se terminait, je l’avais observé avec elle, nous avions relayé des informations. Puis ce fut l’Egypte, la Libye, la Syrie et dans bien d’autres pays encore, ceux dont les médias français ne parlent pas parce qu’ils ne sont pas intéressants ou parce que notre président ne pourra pas en tirer de mérite.

Un an aujourd’hui.

Beaucoup de choses se sont déroulées en un an, de belles choses lorsque les peuples retrouvaient leur liberté d’expression, lorsque les Internets étaient remis en place et surtout, lorsque l’on se disait “ok, pour eux tout ira bien. La suite maintenant, c’est quoi ?”

Un an passé à travailler de mon côté, avec mes p’tits bras pour aider comme je pouvais pour faire sortir l’information, un an composé de beaucoup d’articles sur ce sujet, beaucoup de mails, de conversations…

L’année qui s’achève est également remplie de fatigue, pour plein de raisons. S’aventurer dans ce chemin et essayer d’aider, c’est accepter de prendre du recul, de se dire “non, t’es pas Superman, tu peux pas sauver tout le monde non plus”. C’est un chemin parfois rempli de décisions lourdes et où il faut faire attention et ne jamais baisser sa garde. Car toi, pendant que tu as le cul sur ta chaise à parler et à diffuser, eux, ils sont dehors, parfois à courir pour ne pas se faire attraper. On m’a aussi dit (et encore récemment) “Big Boys don’t cry ». Foutaises.

Un an aujourd’hui et pas forcément que des bonnes choses non plus.

J’ai appris à me méfier un peu plus des gens et, surtout, de ceux qui veulent faire mieux. Le mieux, c’est l’ennemi du bien.

J’ai aussi appris à “accepter”. La perte d’un contact, d’une personne, la réponse à un mail qui n’arrive pas … même si c’est parfois difficile de ne pas se dire “j’ai fait un truc mal si ça se trouve.”

J’ai appris à penser à moi aussi, histoire de ne pas craquer, en restant connecté, j’ai appris à débrancher pour mieux rebooter. Enfin, j’ai appris à prendre des claques dans la tête.

Un an aujourd’hui et pourtant, la situation en Tunisie, en Égypte et ailleurs ne semble pas vraiment meilleure qu’avant.

Je suis toujours dans le même livre, j’ai juste tourné quelques pages et je ne connais pas encore la fin de tout ça. Ce que je sais en revanche, c’est que lorsque je me dis que tout ceci ne sert à rien, je n’ai qu’à revenir au début, cette soirée du 18 janvier 2011.

Le jour ou j’ai voulu mourir.

L’article qui suit n’est pas de moi, mais de Stephan Urbach, un agent Telecomix. Il est en anglais et traduit dans la langue de Molière par Tris Acatrinei (que je remercie au passage, suivez la, vous ratez quelque chose sinon).

NB : le blog de Tris étant hors ligne, je vous livre une version “google cache”.


Je vais vous faire une confidence. Quelque chose de très personnel. J’ai voulu mourir.

J’avais tout planifié. J’avais organisé le comment. J’avais préparé mon matériel. J’avais écrit une liste permettant d’avoir accès à mes emails, mon serveur, mes sessions IRC et qui devait en être informé. J’étais dans une profonde dépression. Je ne voyais pas d’autre solution que d’en finir pour mettre fin à la souffrance que je pouvais ressentir.

La pression était trop forte pour moi. Depuis Janvier, je travaillais sur différents projets avec Telecomix et d’autres collectifs. Nous aidions les Egyptiens à rétablir leurs connexions Internet. Nous aidions les Syriens, les Libyens et beaucoup d’autres ne disposant pas de la liberté de parole dans leurs pays. Nous avons fait notre possible pour que leurs voix soient entendues malgré tout. Je me suis littéralement battu pour cela. Je me suis battu contre mon cycle de sommeil, mes habitudes alimentaires et mon besoin d’amusement. Il était devenu habituel que je reste éveillé plus de trente heures voire plus.

J’ai vu et écrit des choses que je ne considérais pas appartenir au champ des possibles. Ces derniers mois, j’ai aidé beaucoup de gens à être connecté à Internet, à libérer leurs paroles et à montrer au reste du monde ce qu’il en était vraiment. Certains se sont perdus en cours de route. Je ne les reverrais jamais et je ne sais pas s’ils ont tout simplement préféré prendre leurs distances, s’ils ont été arrêtés ou s’ils sont, tout simplement, morts. Je n’en ai pas le moindre putain d’idée et je ne le saurais jamais.

Chaque jour qui passe apporte son lot d’horreurs à travers le monde, relayé dans les médias, lot d’horreurs ne nous affectant pas directement. Les nouvelles ou l’absence de nouvelles de ces personnes avec lesquelles j’étais en contact , m’ont profondément affecté. Une pression pour aider ces personnes avait surgi, personnes qui combattent de manière tellement enragée pour leur liberté d’expression.

Plus nous aidions ces personnes,  plus je sentais que le niveau de responsabilité montait d’un cran.

Je ne pouvais plus dormir. Je buvais trop. J’ai fumé plus que de raison. Il n’y avait rien d’autres dans ma vie qu’aider d’autres gens. Mais j’ai fini par oublier ce qui était bon pour moi. Dormir, s’amuser, regarder des films, écouter de la musique. Passer du temps avec mes amis sans penser aux gens qui étaient sur le terrain et ce qu’il y avait à faire ensuite.

Un jour j’ai réalisé que j’étais perdu. Perdu dans une vie qui n’était plus la mienne. Perdu dans une vie où je ne m’occupais que des autres, qui me considéraient comme un héros. Personne ne voyait que j’étais juste un pauvre gosse qui voulait faire mumuse avec de la technologie et écrire des articles sur le futur de la communication.

Cette histoire s’arrête là : il fallait en finir. Je ne voyais pas comment faire autrement. Partir. Ne plus être un putain d’héros. J’avais prévu d’en finir le lendemain du Chaos Computer Camp. Tout était prêt. Mais c’est arrivé. Nous avons fermé le cluster d’hacktivistes dont je faisais partie. J’ai rencontré beaucoup de gens formidables « en vrai » sur place et beaucoup rencontrent le même problème. Mes amis étaient sur place et m’ont montré que la vie valait la peine d’être vécue.

Avec le reboot du cluster, je vais faire mon propre reboot. Je recommence à faire des projets pour moi. Je ne suis plus perdu. J’ai ma place sur la scène des hacktivistes et j’ai des amis partout à travers le monde. Je ne suis pas seul. De fait, ce que je considérais être un fardeau n’en est plus un. J’ai ouvert les yeux sur ce qui était important dans la vie : transmettre ce que l’on ressent. Et si le fait de transmettre ce que je ressens peut permettre à d’autres qui ressentent la même chose, de se sentir mieux, ça sera une bonne chose.

Il est temps de procéder au reboot.

Complément d’information sur une Interview

Hier, j’ai été contacté par un journaliste de RTS (http://www.rts.ch) afin de réaliser une “interview” téléphonique sur les Anonymous (interview entre guillemets, je ne remets pas en cause les capacités du journaliste de RTS (bien au contraire), simplement,  je n’aime pas énormément ce mot. J’ai l’impression de me la raconter un peu et, oui, je supporte pas ça).

Je viens d’avoir le lien pour télécharger l’interview, qui dure approximativement 5 minutes: http://download.rsr.ch/la-1ere/programmes/le-journal-du-matin/2011/le-journal-du-matin_20110817_standard_1er-developpement_eb1bdeb6-194f-4fc4-ba16-a18f5a76200e-128k.mp3

L’interview (au total) à duré environ 25 minutes, ce qui est trop long (normal) pour aborder un sujet d’actualité. RTS à donc choisi un ensemble de morceaux pour refaire quelque chose qui dure approximativement 5 minutes (ce qui ne me dérange absolument pas). De ce fait, des parties d’informations ne sont pas présentes et je profite de mon blog pour les ajouter (et contredire deux points, non liés au journaliste).

1er point (qui fait déjà débat) : le terme de hacker. L’interview me classe comme un hacker mais, pour replaçer les choses comme je pense qu’elles devraient l’être, je n’en suis pas réellement un, je m’explique : le simple fait d’utiliser un logiciel afin de réaliser du DDOS (je ne reviens pas sur l’aspect légal, ou non, de cette pratique) ne fait pas de moi un hacker, un kiddies tout au plus. Le hacking est un Art vaste (oui, un Art) et je n’en connais qu’une minuscule partie. Je préfère donc le terme d’hacktiviste (et encore) au terme de hacker. Les gus du Chaos Computer Club, oui, ce sont des hackers.

second point: les Anonymous sont présentés comme un groupe, une sorte d’entité dans laquelle tu peux rentrer, de laquelle tu peux faire partie…je ne suis pas totalement d’accord sur ce point. Pour vulgariser la chose : est Anonymous qui veut l’être. Il existe plusieurs représentation de l’idée Anon, sur le web et IRL (dans la vie réelle) mais, sur le web, il suffit d’une connexion à Internet, d’un logiciel et…roulez jeunesse! On ne peut pas dire “lui, il est chez les Anonymous” ou “lui il n’est pas chez les Anon”, dans des échanges entre Mr Raphael Grand (le journaliste de RTS) et moi, c’est un point que j’avais précisé, pour des raisons de timming il n’est pas présent dans l’interview.

Ma philosophie: Anonymous est bulletproof. Anonymous est une idée, Anonymous est un idéal et les idées sont à l’épreuve des balles ;-). Chacun peut rejoindre ces idées, cet idéal, chaque personne est libre de s’identifier à ces idées, ou pas.

Les faits: oui, je vais être clair et jouer le carte de la transparence. Oui, j’ai été de ceux qui ont attaqués les sites du gouvernement tunisien, égyptien et libyen. Oui, j’ai été de ceux qui ont DDOS certains sites (et je sais que c’est illégal, ne me parlez pas de la loi, je sais précisément ce que je risque).

J’ai mes raisons : lorsque l’on coupe la parole à un peuple, lorsque l’on fait taire un massacre ou lorsque la Liberté d’expression disparait, si je peux faire quelque chose, je le fais, légal ou pas, je m’en contrefous. Je ne parle pas de légalité ici, je parle d’un peuple qui s’est fait massacrer et qui n’avait plus les moyens de s’exprimer (et si c’était à faire, je recommencerais). Je n’ai pas participé aux attaques d’#OpPayback avec Wikileaks, même si je suis d’accord avec le concept. Avouez que c’est étrange de couper les revenus de Wikileaks tout en laissant Kadhafi gérer ses comptes comme bon lui semble, n’est ce pas…

Dernier point: oui, je cautionne le fait que parfois, il faut franchir les barrières de la légalité, lorsque la situation l’impose. Est-ce légal de faire taire un peuple, un site d’information ou encore un blogueur parce que ce qu’il dit déplait à son gouvernement? Non. Pourtant, c’est ce qu’il s’est produit…alors, s’il faut, pour aider, faire quelque chose reconnu comme illégal, soit.

PS : mes paroles dans l’interview ne sont pas totalement justes et je donne l’impression que c’est Anonymous qui à sauvé la vie de personnes en Tunisie ou en Egypte, ce n’est pas le cas. “Nous” avons donné à ces peuples un moyen de s’exprimer lorsqu’ils n’en avaient plus, ni plus, ni moins (et les Telecomix ont fait bien plus, mais hélas, peu de gens parlent de de groupe alors que je pense qu’ils méritent notre plus grand respect).

Je pense avoir fait le tour de ce petit complément que je souhaitais ajouter /-).

PS (²) : petit message personnel. Je remercie Mr Raphaël Grand pour cette interview, son travail et son professionnalisme. Au global, mes propos ne sont pas déformés (ce qui m’a un peu fait peur, je dois l’avouer). Je regrette simplement le fait que le timming de l’interview simplifie les Anonymous à “un groupe” de hackers, l’ensemble – comme vous le savez 😉 – est plus complexe.

Don’t fuck with the Internets !

Article au nom éloquent n’est ce pas? Mais qu’est ce qui se cache derrière tout ceci?

La réponse est simple : un enseignement que chacun devrait avoir à tirer de ce qu’il se passe sur Internet en ce moment.

Reprenons la liste des faits qui amènent à cette conclusion :
– La révolution tunisienne
– La révolution égyptienne
– La révolution libyenne, syrienne, …. et toutes les autres à venir dès lors qu’Internet tombera.
– L’énorme fail de Sony, avec plus de 16 sites hackés à l’heure actuelle.
– Le récent fail d’EuroRSCG
– Le fail HADOPI continuel

A chaque fois et pour chaque exemple, “nous” étions là. Nous, ce sont les hacktivistes, ces gens de tout horizons qui ont décidé de défendre notre Internet car ils ont tous compris l’importance de ce dernier.

Anonymous, Telecomix, Lulz Sec, Th3J3st3r, Bluetouff, Paul Da Silva, la Quadrature du Net et l’ensemble des sites d’informations et des blogs “qui dérangent” les grands puissants de ce monde sont tous des hacktivistes (d’un site, d’une information, d’un fait qui dérange), chacun à leur façon, que l’on aime cette dernière ou pas (qu’elle soit légale ou pas d’ailleurs).

Pendant que certains (avec des méthodes plus ou moins contestées dans le milieu du hacking) font du DDOS sur des sites, d’autres réagissent aux insultes d’une société qui va faire le buzz de l’été…et d’autres “piratent la démocratie” :p

A chaque abus, la communauté se révolte, communique, s’organise et participe afin d’agir et, plus le temps passe, plus la communauté s’agrandit. Comme je l’ai déjà indiqué dans un précédent article, nous avons raison…c’est simplement que tout ceux qui pensent pouvoir faire taire the Internets car ils dérangent ne le savent pas encore. Les signes ne manquent pourtant pas…

Nous veillons sur ce qui nous est cher : Internet. Ainsi, certains veillent à ce qu’aucune information ne disparaisse de Wikipédia par exemple (une information qui dérange…au hasard). Nous montrons et prouvons que ce que certains proposent est voué à l’échec, mais ces derniers refusent de nous entendre, l’avenir nous donnera certainement raison dans tout les cas.

Plutôt que de nous relayer au rang de trolls, menteurs, voleurs ou je ne sais quelle autre insulte, pourquoi ne pas travailler avec ces experts qui ont compris ce que vous semblez refuser? Les choses ne seraient-elles pas bénéfiques pour tous?

A l’heure où certains gouvernements semblent comprendre que la neutralité des réseaux est un concept fondamental d’un Internet (au point de l’inscrire dans la loi), à l’heure où certains fustigent les lois qui porteraient atteinte à l’accès à Internet (L’ONU et son rapport par exemple), qu’en est-il des autres?

Ils mettent les bouchées doubles pour faire taire ceux qui dérangent…parfois à gros coup de pub à trois millions d’euros…ces derniers n’ont donc tiré aucune leçon de tout ceci?

La leçon, la voila : don’t fuck with the Internets !

Le net n’est pas qu’un vaste espace de connerie, de lulz, de porno, de pédophiles nazis violeurs de petit chats, c’est un espace de démocratie 2.0 ou chacun peut enfin s’exprimer. Le net, c’est une composante de la démocratie et chacun devrait avoir la garantie d’y accéder librement. C’est un espace de partage ou la culture retrouve ses lettres de noblesse et ou cette dernière est accessible à tout le monde.

Et si finalement…c’est justement cela qui dérangeait? Le fait que chaque personne puisse s’exprimer, que la culture soit accessible à tous? Un jour, un sage homme à dit : “D’abord ils vous ignorent, ensuite, ils se moquent de vous, ensuite ils vous combattent et enfin, vous gagnez“…Je vous laisse comprendre que, puisque vous êtes en train de nous combattre, la prochaine étape sera douloureuse.

Allez, bisous.

Les pirates, ces gens qui nous veulent du bien.

Une fois n’est pas coutume, j’avais envie d’écrire un petit billet qui sort de l’ordinaire, des constatations, des trolls et des politiques qui souhaitent un Internet civilisé, genre MMM…

Donc, petit billet sur les pirates.

Attention, je parle des « vrais pirates », pas de ceux montrés du doigt par le gouvernement parce qu’ils téléchargent. Cela ne veut pas dire que ces derniers ne sont pas des pirates, c’est simplement une philosophie différente.

Il fut un temps ou la communauté téléchargeait dans le but de partager ensuite, de transmettre une connaissance x ou y, d’une musique à un film en passant par un livre numérisé. Le temps est à l’instantané et au téléchargement direct, Google, Méga Upload et autres…difficile de partager avec cette méthode.
Continuer la lecture de Les pirates, ces gens qui nous veulent du bien.