Merci la DCRI. Mais j’ai pas ri.

C’est l’histoire d’un homme qui traine sur les Internets. Il a 29 ans, il met à disposition une entrée web pour IRC. Cette entrée permet de se connecter à des salons IRC sans passer par un client.

Par un beau matin, il est réveillé par un coup de fil :

– Bonjour, police nationale. Nous nous trouvons devant votre domicile, ou êtes-vous ?
– Euh, chez ma copine, à Pontivy.
– Nous voulons vous parler, venez ici, si vous n’êtes pas là dans 30mn on arrive à Pontivy.

La suite: notre homme est arrêté, on lui notifie son placement en garde à vue. La gendarmerie et la DCRI (la Direction Centrale du Renseignement Intérieur) fouillent son appartement, allant jusqu’à fouiller dans les culottes de son amie à la recherche d’un masque de Guy Fawkes (masque utilisé par des Anonymous).

Les faits reprochés à notre homme sont les suivants : participation à la campagne Greenrights, entente formée en vue de conduire des entraves par déni de service contre des producteurs/distributeurs d’électricité. (EDF)

Les preuves sont les suivantes : un flyer et le nom du site de notre homme dans un chan d’AnonOps.

A-CCA-BLAN-TES, qu’on vous dit !

Bref, après presque 45 heures de garde à vue, 15 heures d’attente et un déféré au palais de Justice de Paris, il est relâché. A 400 kilomètres de chez lui, en plein Paris.

Tout ceci serait drôle si ce n’était pas vrai.

Triskel, puisque c’est son pseudo, vient juste de vivre un cauchemar. Son petit texte me fait penser à une personne sous le choc.

Pour avoir mis à disposition un moyen de se connecter à IRC via le Web et parce que son site est cité dans un flyer, Triskel vient d’écoper d’une interdiction de quitter le territoire et de se rendre sur tout réseau, espace ou forum de discussion dédié aux Anonymous.

Autant dire « n’a plus le droit d’aller sur Internet, ça ira plus vite ».

Pour l’histoire complète, je vous invite à lire le très bon article de Jean Marc Manach, sur OWNI.

Cet homme n’a rien fait d’illégal, la DCRI n’a strictement aucune preuve, mais au pays des droits de l’homme, nul besoin de preuve pour arrêter une personne et fouiller entièrement son appartement.

Ah, et aller fouiller jusque dans les affaire intimes de sa petit amie.

Mon avis sur tout ceci (au passage, bonjour la DCRI).

Bande de dégénérés. Dans un premier temps, j’ai pitié de vous.

Ce que vous venez de faire démontre au mieux, votre profonde méconnaissance de ce que sont les Internets et au pire, que vous êtes le bras armé d’un état qui bascule rapidement vers le totalitarisme.

Dans un second temps : merci.

Oui, merci car votre stupidité (qui semble sans fond) a pour effet positif la création d’un buzz. Attaquer Internet de la sorte n’était peut-être pas l’idée la plus intelligente, le traitement que Triskel a subi non plus.
Par vos actions, vous faites tout l’inverse de ce que vous voulez : faire taire quelqu’un.

Ce que vous avez fait, c’est une erreur stratégique (et je ne parle même pas du non-respect de la présomption d’innocence, qui me semble largement bafouée dans cette affaire).
Merci donc d’être aussi stupide et de contribuer à faire buzzer l’information.

Ps : Je n’insulte pas les personnes qui ont pris Triskel en charge, il semble que ces derniers aient été plus que sympas. Non, j’insulte l’ensemble de la DCRI.

Ps 2 : Chère DCRI, que faut-il faire pour que tu comprennes que ce n’est pas comme ça qu’on arrête une idée ?

Et si le problème d’Anonymous, c’était Anonymous ?

Avant tout, petites précisions, je « traine » cet article depuis bientôt trois semaines, la faute à un  « pas énormément de temps pour rédiger ».

Bien, reprenons d’abord les faits :

Fin octobre, une vidéo est publiée, elle déclare la guerre au cartel « Los Zetas » suite à l’enlèvement d’un Anon.

Au-delà de l’inconscience des déclarations (le cartel en question est du genre à ne pas plaisanter et décapite tous ceux qui se mêlent un peu trop de leurs petites affaires), il est à noter que cette vidéo n’est  « PAS d’Anonymous ». L’antenne Anon de Mexico à rapidement démenti l’existence d’une opération contre Los Zetas, ils ont démenti les déclarations de publication de noms / prénoms de membres ou contacts, ceci signant directement l’arrêt de mort des dites personnes.

Quelque temps avant, une cellule rattachée aux Anonymous déclarait la guerre à Facebook. Anonymous a également démenti son implication dans l’Opération Facebook. Ce cas est un peu plus particulier puisque beaucoup suivent les AnonOps, parfois plus que les Anonymous d’ailleurs.

Depuis, AnonOps (une “faction” des Anonymous) à été considérée comme ne faisant plus partie du mouvement, considérée comme trop extrême dans ses actes.

Continuons dans le factuel : le leak des données UMP. Pour information, sur Internet un leak c’est une fuite de données confidentielles. Le leak est revendiqué par un groupe de pirates dénonçant les failles d’un site Internet mais ces derniers, selon leurs propres déclarations, ne font pas partie du mouvement.

Dernier évènement en date : le hack du site Internet de la chaine BFMTV. Le hack est revendiqué par un groupe au nom de « Projet Voxel ». Des heures durant (et certainement des jours), beaucoup de personnes ont  attribué ce hack au groupe Anonymous, hors, c’est tout l’inverse. Le Projet Voxel se positionne comme un ennemi d’Anonymous et ces derniers ont d’ailleurs démenti leur implication dans le projet. (PS : la vidéo est encore visible ici, chez Tux Board)

Je peux également citer l’affaire « Play Station Network » : le premier hack était bien d’Anonymous…mais juste le premier. Ils ont arrêté car au final, c’était surtout le client final qui était impacté alors qu’Anonymous souhaitait donner une leçon à Sony. Sony et beaucoup de médias ont continué à accuser Anonymous alors que ce dernier n’y était pour rien dans la suite des évènements.

Toutes ces histoires ont  un point commun : elles accusent les Anonymous alors que ces derniers n’y sont pour rien. Les journalistes ne prennent donc aucune précaution en vérifiant leurs informations ?

Bien…pas exactement

Le problème principal, c’est que la quasi-totalité de ces actes sont revendiqués par des personnes avec un masque de Guy Fawkes, reprenant la symbolique et les vidéos des Anonymous pour poster leur message. A moins d’être bien au fait de qui fait quoi et qui écouter, on ne peut se dire qu’une chose : cette vidéo est une vidéo d’Anonymous.

C’est le problème principal que rencontre Anonymous : l’anonymat. C’est une force dans la mesure où il aide à s’exprimer, ou il protège les membres (et, dans la mesure où ils sont activement recherchés, c’est une force).

C’est une faiblesse dans la mesure où tout le monde peut être Anonymous, ce n’est pas un groupe, c’est une idée. Il suffit de rejoindre cette idée pour faire partie des Anonymous. C’est une faiblesse également dans la mesure où cela porte préjudice au mouvement des Anonymous.

Imaginez : ce soir, je crée une vidéo reprenant les mêmes éléments que ceux des Anonymous, je cible un politique et je balance un tas de conneries… demain ou lundi, c’est l’ensemble des médias qui reprennent l’information, en titrant « Anonymous attaque … ».

Vous voyez le problème ?

Un autre problème se pose : la communication d’Anonymous par la suite, c’est un avis personnel mais je souhaitais l’expliquer :

Suite à tous ces évènements, Anonymous s’est fendu d’un communiqué pour dire qu’ils n’y étaient pour rien…mais c’est absurde. Absurde, pas dans la teneur du communiqué mais dans le fait que ce dernier existe.

Comprenez bien, Anonymous est une idée, tout le monde peut rejoindre cette idée et le fait que des communiqués expliquent que les Anonymous n’y sont pour rien et un peu paradoxal, cela revient à dire qu’Anonymous est un groupe que l’on peut rejoindre, avec une structure, un leader, des chargés de communication, …

Vous voyez un peu le problème ? Anonymous ne peut pas dire qu’il n’est pas un groupe et en même temps dire que telle ou telle action ne vient pas d’eux.

Alors…et si le problème d’Anonymous, c’était Anonymous ?

Souviens toi, souviens toi du 05 novembre 1605.

Souviens-toi, souviens-toi du 05 novembre 1605, de la conspiration des poudres. Souviens-toi, car jamais je ne pourrais m’y résoudre.

Non, cet article ne va pas parler des Anonymous, enfin… pas comme d’habitude en fait. Je vais vous parler un peu de la symbolique qui gravite autour de l’idée Anonymous. Je précise que je parle d’idée et non de groupe car le groupe Anonymous n’existe pas entant que tel (ce point fera d’ailleurs l’objet d’un autre billet).

Si vous ne sortez pas de prison, si vous n’avez pas passé plus de 5 ans dans une grotte et si vous avez suivi l’actualité, vous connaissez au moins le nom Anonymous…mais combien connaissent leur symbolique ?

Pour ceux qui connaissent déjà ceci, vous n’apprendrez rien ici, pour les autres, bonne lecture.

Bien, pour commencer, puisque nous sommes le “Gunpower Day” [EN]. Ce jour ne vous dit peut être rien ?

Pour replacer les choses dans leur contexte, je préfère le préciser, je suis d’origine anglaise et, chez « nous », ce jour est assez spécial. Lorsque j’étais petit (et je pense que c’est une chose qui perdure encore), le 05 novembre était fêté. Nous avions le droit à un poème et à un feu de joie. Voici pour le poème :

Remember, remember the Fifth of November,
the Gunpowder Treason and Plot,

I see no reason why Gunpowder Treason should ever be forgot.
Guy Fawkes, it’was his intent to blow up King and Parliament.

Three score barrels were laid below to prove old England’s overthrow;
By God’s mercy he was catch’d with a dark lantern and lighted match.

Holloa boys, holloa boys, let the bells ring.
Holloa boys, holloa boys, God save the King!

Historiquement, le 05 novembre 1605 était une affaire de religion : Guy Fawkes (catholique engagé) à tenté d’assassiner (à l’aide d’un groupe de « catholiques intégristes ») le Roi James, Roi protestant, afin de le remplacer par sa troisième fille, Elizabeth. Comme vous pouvez le constater, la symbolique du 05 novembre à changé depuis. Attention cependant (et c’est toujours d’actu), en Angleterre, ce jour reste le jour du « Gouvernement ». C’est un jour ou l’on brule un homme de paille (censé représenter Guy Fawkes) et ou l’on récite des poèmes. Ce jour est là pour rappeler que personne ne doit trahir le gouvernement car le gouvernement ne l’oubliera et ne pardonnera pas.

D’ailleurs, autre « symbole » Anonymous : « We do not forgive, we do not forget » qui est present, très souvent, en fin de poème. Cette phrase explique donc que le Gouvernement n’oubliera jamais et ne pardonnera jamais (comprenez, la trahison de Guy Fawkes).

A nouveau, sur ces deux symboles, nous sommes dont assez loin du message actuel des Anonymous. Détournement réussi !

Le début du poème est repris dans le film V pour Vendetta, ou V, notre héros, prononce ces quelques mots (qui, bien sur, n’ont pas la même signification).

Bref, deux symboles dont un systématiquement présent dans les discours des Anonymous, deux symboles repris au pouvoir pour qui ils n’ont pas du tout la même signification, joli détournement. C’est assez plaisant de voir ces deux symboles repris et détournés contre les Gouvernements alors qu’à la base, c’était un message fort du Gouvernement anglais face aux traitres.

Pour finir, le masque. C’est un point à confirmer, mais il me semble qu’il est issu et de certaines éditions du livre original ainsi que du film, je n’ai pas décelé de symbolique particulière si ce n’est que le masque est identique et qu’aucun trait ne ressort. Il est également présent pour montrer un point, qui existe sur de nombreux billets dans ce forum : ce n’est pas l’Homme derrière le masque qui compte, ce sont les idées…et les idées sont à l’épreuve des balles.

Voila, vous savez maintenant !

Complément d’information sur une Interview

Hier, j’ai été contacté par un journaliste de RTS (http://www.rts.ch) afin de réaliser une “interview” téléphonique sur les Anonymous (interview entre guillemets, je ne remets pas en cause les capacités du journaliste de RTS (bien au contraire), simplement,  je n’aime pas énormément ce mot. J’ai l’impression de me la raconter un peu et, oui, je supporte pas ça).

Je viens d’avoir le lien pour télécharger l’interview, qui dure approximativement 5 minutes: http://download.rsr.ch/la-1ere/programmes/le-journal-du-matin/2011/le-journal-du-matin_20110817_standard_1er-developpement_eb1bdeb6-194f-4fc4-ba16-a18f5a76200e-128k.mp3

L’interview (au total) à duré environ 25 minutes, ce qui est trop long (normal) pour aborder un sujet d’actualité. RTS à donc choisi un ensemble de morceaux pour refaire quelque chose qui dure approximativement 5 minutes (ce qui ne me dérange absolument pas). De ce fait, des parties d’informations ne sont pas présentes et je profite de mon blog pour les ajouter (et contredire deux points, non liés au journaliste).

1er point (qui fait déjà débat) : le terme de hacker. L’interview me classe comme un hacker mais, pour replaçer les choses comme je pense qu’elles devraient l’être, je n’en suis pas réellement un, je m’explique : le simple fait d’utiliser un logiciel afin de réaliser du DDOS (je ne reviens pas sur l’aspect légal, ou non, de cette pratique) ne fait pas de moi un hacker, un kiddies tout au plus. Le hacking est un Art vaste (oui, un Art) et je n’en connais qu’une minuscule partie. Je préfère donc le terme d’hacktiviste (et encore) au terme de hacker. Les gus du Chaos Computer Club, oui, ce sont des hackers.

second point: les Anonymous sont présentés comme un groupe, une sorte d’entité dans laquelle tu peux rentrer, de laquelle tu peux faire partie…je ne suis pas totalement d’accord sur ce point. Pour vulgariser la chose : est Anonymous qui veut l’être. Il existe plusieurs représentation de l’idée Anon, sur le web et IRL (dans la vie réelle) mais, sur le web, il suffit d’une connexion à Internet, d’un logiciel et…roulez jeunesse! On ne peut pas dire “lui, il est chez les Anonymous” ou “lui il n’est pas chez les Anon”, dans des échanges entre Mr Raphael Grand (le journaliste de RTS) et moi, c’est un point que j’avais précisé, pour des raisons de timming il n’est pas présent dans l’interview.

Ma philosophie: Anonymous est bulletproof. Anonymous est une idée, Anonymous est un idéal et les idées sont à l’épreuve des balles ;-). Chacun peut rejoindre ces idées, cet idéal, chaque personne est libre de s’identifier à ces idées, ou pas.

Les faits: oui, je vais être clair et jouer le carte de la transparence. Oui, j’ai été de ceux qui ont attaqués les sites du gouvernement tunisien, égyptien et libyen. Oui, j’ai été de ceux qui ont DDOS certains sites (et je sais que c’est illégal, ne me parlez pas de la loi, je sais précisément ce que je risque).

J’ai mes raisons : lorsque l’on coupe la parole à un peuple, lorsque l’on fait taire un massacre ou lorsque la Liberté d’expression disparait, si je peux faire quelque chose, je le fais, légal ou pas, je m’en contrefous. Je ne parle pas de légalité ici, je parle d’un peuple qui s’est fait massacrer et qui n’avait plus les moyens de s’exprimer (et si c’était à faire, je recommencerais). Je n’ai pas participé aux attaques d’#OpPayback avec Wikileaks, même si je suis d’accord avec le concept. Avouez que c’est étrange de couper les revenus de Wikileaks tout en laissant Kadhafi gérer ses comptes comme bon lui semble, n’est ce pas…

Dernier point: oui, je cautionne le fait que parfois, il faut franchir les barrières de la légalité, lorsque la situation l’impose. Est-ce légal de faire taire un peuple, un site d’information ou encore un blogueur parce que ce qu’il dit déplait à son gouvernement? Non. Pourtant, c’est ce qu’il s’est produit…alors, s’il faut, pour aider, faire quelque chose reconnu comme illégal, soit.

PS : mes paroles dans l’interview ne sont pas totalement justes et je donne l’impression que c’est Anonymous qui à sauvé la vie de personnes en Tunisie ou en Egypte, ce n’est pas le cas. “Nous” avons donné à ces peuples un moyen de s’exprimer lorsqu’ils n’en avaient plus, ni plus, ni moins (et les Telecomix ont fait bien plus, mais hélas, peu de gens parlent de de groupe alors que je pense qu’ils méritent notre plus grand respect).

Je pense avoir fait le tour de ce petit complément que je souhaitais ajouter /-).

PS (²) : petit message personnel. Je remercie Mr Raphaël Grand pour cette interview, son travail et son professionnalisme. Au global, mes propos ne sont pas déformés (ce qui m’a un peu fait peur, je dois l’avouer). Je regrette simplement le fait que le timming de l’interview simplifie les Anonymous à “un groupe” de hackers, l’ensemble – comme vous le savez 😉 – est plus complexe.

Syrie: Le site du ministère de la Défense hacké par les Anonymous.

Anonymous fait passer un message de soutien au peuple Syrien (actuellement massacré par le dictateur Bashar Al-Assad)… et le fait directement sur le site du ministère de la Défense.

Anonymous a déjà participé à des évènements politiques lors du printemps arabe afin d’aider les peuples de Tunisie, d’Egypte ou encore maintenant, de Libye. C’est maintenant sur la Syrie que les Anon se concentrent. Cette nuit, le site du ministère de la Défense a été hacké par le “groupe”. Ils y ont fait apparaître un message de soutien pour le peuple, actuellement victime d’un massacre de “la main” de Bashar Al-Assad.

Le message disait ceci :

Au peuple syrien : le monde se tient à vos côtés contre le régime brutal de Bashar Al-Assad. Sachez que le temps et l’histoire sont de votre côté – les tyrans utilisent la violence parce qu’ils n’ont rien d’autre, et plus ils sont violents, plus ils deviennent fragiles. Nous saluons votre détermination à être non-violent face à la brutalité du régime, et nous admirons votre volonté de rechercher la justice, pas une simple vengeance. Tous les tyrans doivent tomber, et grâce à votre courage Bashar Al-Assad est le suivant.
Aux militaires syriens : vous êtes responsables de la protection du peuple syrien, et quiconque vous commande de tuer des femmes, des enfants et des personnes âgées mérite d’être jugé pour sa trahison. Aucun ennemi extérieur ne pourrait faire autant de mal à la Syrie que ce que Bashar Al-Assad a fait. Défendez votre pays – soulevez-vous contre le régime ! – Anonymous

A l’heure ou j’écris ces lignes, ce sont plus de 2000 personnes, hommes, femmes et enfants qui sont morts sous les balles de l’armée syrienne.

[Source : multiple]
[Image]

Image de la home du site de la Défense, après le hack

 

#OpPayback, de nouvelles attaques DDOS des Anonymous

L’information a circulé sur les réseaux sociaux hier et ce matin tôt dans la nuit : les Anonymous ont encore frappé.

Les Anonymous, s’il faut encore les présenter, sont des gens de tout horizons organisés dans une communauté qui défend la liberté d’expression sur Internet et en dehors de ce dernier. Dehors, ils sont masqués, sur la toile, personne ne sait qui ils sont, c’est peut être vous, ou moi, tout le monde pouvant rejoindre le mouvement des Anon, s’il le souhaite.

Vous refaire l’histoire des Anonymous serait, bien qu’intéressante, beaucoup trop long, je vous invite donc à visiter la page wiki du groupe . Continuer la lecture de #OpPayback, de nouvelles attaques DDOS des Anonymous