0 – 1, comprenne qui pourra.



Le sujet échauffe les esprits, défoule les tweets et les billets et pour cause, il est nécessaire, intéressant, fondamental et malheureusement, bien mal traité selon moi.

Quel sujet ? Je parle de ce prétendu combat mené par des extrémistes du féminisme qui se reconnaitront dans mes écrits.

Avant toute chose, vous devez savoir que ce billet est écrit sous la réaction de tout un flot de conneries que j’ai vu défiler, de l’énervement, la colère même, avec un peu de déception.

Ah, et vous devez aussi savoir deux autres choses :

  1. Le billet ne va clairement, clairement pas être tendre, tendance violence.
  2. Les informations présentes dans ce billet sont ma vision et une partie de ma petite vie du garçon derrière l’œil et le pseudo.

Bien, maintenant que ces deux choses-là sont dites, vous êtes libres de le lire, de ne pas le lire, de fermer la page, de m’insulter, me troller, me bloquer, répandre toute sorte de rumeur, dégommer le billet et j’en passe.

Commençons donc par le commencement, le féminisme.

Nous allons prendre un autre mot, qui me semble bien plus juste : l’Egalité. Oui, celle avec un grand E, car c’est bien d’égalité qu’il s’agit, non ?

Égalité des sexes, salaires, considérations, respect, traitement, reconnaissance, capacités, ouvertures dans des milieux, même regard que l’on soit un homme ou une femme.

L’égalité, c’est aussi le même droit au manque de considération, respect, la même violence, la même différence de traitement que d’autres, hommes, ce_que_vous_voulez, personnes de couleurs, étrangers dans notre pays si ouvert d’esprit…

Je ne suis pas en train d’encourager tout ceci, au contraire, c’est un problème de très haute importance, malheureusement la réalité est là, l’égalité, c’est tout le monde à la même enseigne.

Je sens déjà quelques esprits s’opposer fermement à tout ceci, qu’importe.

Point numéro un expliqué, passons à la suite.

Depuis des mois, nous assistons à un débat sur Internet, blogs, salons IRC, Twitter & Co., le débat est partout.

S’il est bénéfique pour tout le monde de s’intéresser et de comprendre ce qu’est le féminisme, il existe tout de même un très très gros problème selon moi : les gens binaires.

Ces gens-là sont faciles à reconnaitre : si tu es d’accord avec eux, alors tout va bien, si ce n’est pas le cas alors tu te trompes et on s’efforcera de dégommer ton point de vue et tes arguments, parfois avec la plus mauvaise foi possible. J’avais déjà fait un billet sur le sujet, nous dirons donc que c’est le baroud d’honneur sur ce sujet pour moi, puisqu’il est impossible de discuter aveugles et des sourds, enfermés dans leur logique binaire.

Prenons un exemple, le dossier de Mar_Lard. Son combat est juste et je pense que nous avons le même, même si j’ai de plus en plus de doutes. Elle est loin d’être stupide mais sa réflexion est binaire et ça m’énerve profondément, au point de me faire pondre un billet et de parler de choses qui relèvent de ma vie privée pour donner quelque chose de parlant.

Les mots ont un sens, une importance et une vie qui leur est propre, un mot ne signifie pas la même chose qu’un autre et, si c’est le cas, il se veut plus ou moins fort, ou doux.

Aimer et apprécier sont la même chose, mais de façon nuancée. La vie est faite de nuances, les mots également. Pas Mar_Lard, du moins son dossier, clairement pas.

Imposer une vision binaire dans un monde qui ne l’est pas est souvent énervant, parfois triste et toujours voué à l’échec total. La raison est simple : Internet, ce sont des gens, les milieux gamers aussi ce sont des gens et, comme dans la vie loin du clavier ou du joystick, il y a des bonnes personnes et des mauvaises, de gens bien et des cons, des sains d’esprits et des malades…

Bref, Internet c’est une représentation de nous dans des tubes et dans nous, il y a toutes ces personnes-là, qu’on le veuille ou non.

Comme expliqué, les mots ont une importance. Lorsque l’on claque un titre comme « Sexisme chez les geeks » et que l’on résume l’ensemble des geeks à une seule et même communauté, on classe l’ensemble de ladite catégorie dans des gens sexistes et contre la cause féministe.

Lorsque ce billet est repris par un tas de gens, des médias et parfois même par des amis, j’ai du mal. Lorsque ces amis-là ne tolèrent aucune critique envers le billet et me répondent « tu ne peux pas comprendre, tu es un jeune homme blanc hétérosexuel », je dois donc comprendre que je ne comprendrai pas, ma condition me l’interdit. Précisons au passage que certains d’entre-eux sont asservis à la même condition que moi, ils défendent donc l’égalité mais refusent d’admettre que je puisse comprendre et avoir une vision différente, c’est un peu paradoxal et assez  triste à voir.

J’ai pleinement conscience de ma condition, je n’ai pas choisi d’être ce que je suis, ni choisi d’être là et pour tout avouer, j’aurais préféré ne pas l’être.

Enfant, j’ai connu la violence, l’enfermement pendant des semaines dans le noir, la faim, le froid à dormir dehors il y a encore quelques années. J’ai connu les coups, les cicatrices qui se voient et celles qui ne se voient pas, plus profondes et plus que tout, j’ai connu la peur.

Celle qui vous prend au ventre lorsque vous passez le palier de votre maison, une autre qui vous fait encore plus mal lorsque vous sortez car vous savez que vous y retournerez.

J’ai connu la folie, celle d’une fille dérangée qui m’a gâché ad vitam aeternam une partie de moi et de mon existence.

J’ai connu le refus d’admettre les faits lorsque vous en parlez et qu’on vous répond que c’est une fille, que ce n’est pas possible. J’ai connu le déni.

Je sais ce que ça fait d’être un « morceau de viande », le mal que ça peut faire, les gens qui pensent tellement fort que j’arrive presque à les entendre, les filles qui sifflent dans la rue, des mains égarées (et cela arrive encore), les refus de poste car je suis un homme et qu’une femme présente mieux pour un poste d’accueil.

J’ai connu et connais les remarques déplacées, de la gentille qui « ferait bien son casse-croûte de moi » à la remarque grasse du « j’vais me le faire, envie de baiser » en passant par les surnoms sexistes du « joli cul ».

Si vous avez un doute, je vous invite à aller vivre à Londres, surtout le soir. Si vous ne comprenez pas la référence, cherchez.

Mais moi, je n’ai pas le droit de me plaindre de ça car, lorsque je le fais, on me dit que ce n’est pas grave, moi, je suis un homme. On m’a même répondu que je devrais être flatté, c’est pour dire. L’égalité, c’est à nouveau dans les deux sens. Je n’accepte pas et milite contre ce qui arrive aux femmes, ce qui arrive d’un côté arrive de plus en plus de l’autre et je n’accepte aucun des deux.

Pourtant, est-ce que je pense que tous les parents sont indignes ? Non.

Est-ce que je pense que toutes les filles sont folles ? Non.

Est-ce que je pense qu’elles sont toutes obsédées par le fait que je sois un homme ? Non. Et le reste non plus.

Ce n’est pas parce qu’il m’est arrivé quelque chose ou que j’observe quelque chose que j’en fais une généralité. D’autres sautent les deux pieds dedans et prétendent détenir la vérité absolue, la connaissance du tout sur tout, sous prétexte qu’ils s’y intéressent ou qu’une paire de seins existe. Quiconque pense le contraire est prié de s’écraser car il ne comprend pas.

Logique binaire de merde.

Mar_Lard pense que chaque homme, arrivé à la trentaine, devient un ado guidé par ses hormones. Elle pense également que ces hommes rejettent toute femme dans leur « Boy’s club ».

Cela existe, sans aucun doute possible. Est-ce que, pour autant, il faut en arriver à considérer l’ensemble des hommes comme identiques et aussi con à l’approche des 30 ans ? Non. Pourtant, les mots qu’elle utilise lui font dire le contraire.

Elle fait ensuite un passage sur, dans l’ordre, les MMORPG, la programmation, l’hacktivisme, les rôlistes. Elle y explique les faits de quelques personnes et par extension, j’espère inconsciemment, elle généralise ça à toute une communauté.

J’ai joué et joue et, comme de nombreux amis garçons, on se moque du sexe, on joue, c’est tout, c’est drôle et à aucun moment le genre de la personne n’est un prétexte à je ne sais quelle connerie.

Je traine dans la programmation, l’hacktivisme et suis proche de rôlistes et pareil, à aucun moment il n’est question de sexisme, encore moins dans mon petit cluster d’hacktivistes ou les femmes sont présentes et toujours autant, c’est-à-dire rien, dans mes ami(e)s rôlistes, qui comme moi s’amusent entre eux, entre amis.

Pour être honnête, les rôlistes que je connais font tout de même attention au genre, c’est juste pour les costumes, histoire qu’un garçon ou qu’une fille ne se sente pas trop à l’étroit.

Pourtant, Mar_Lard, j’espère toujours sans s’en rendre compte, généralise ceci à LA communauté ceci ou LA communauté cela. Réflexion binaire on vous a dit.

La raison de ce billet ?

Hormis vider mon sac ? Un tas.

  • Il faudrait arrêter de confondre lutte pour l’égalité de sexes et « féminisme qui consiste à dire que les femmes sont victimes des homme et que chaque homme est un con méprisant envers les femmes »
  • Il faudrait arrêter de penser binaire, la vie et les gens le sont pas, un peu de réflexion ça ne fait jamais de mal aux neurones.
  • Il faudrait arrêter de penser que ce billet est celui d’un mec qui dégomme une féministe. Mar_Lard aurait été un homme que mes propos auraient été exactement les mêmes. Je critique les écrits et propos, qu’ils viennent d’un homme ou d’une femme, je m’en tamponne les oreilles avec une babouche. D’ailleurs mon point de vue vise chaque personne ou écrit qui se reconnaitra.
  • Il faut arrêter de penser que le féminisme, c’est ce qu’on vous sert, là, dans ce dossier, comme il faut arrêter de penser que les geeks sont tous des hommes, les hackers aussi, les rôlistes tout autant… et que tous sont des connards.
  • Stop bullshit.
  • Je suis parfaitement conscient qu’un énorme problème existe et qu’il faut le combattre, que c’est un combat de chaque jour et qu’il demande d’être vigilant 24 heures sur 24, pour autant je ne fais pas de généralités, moi.
  • Femme ou homme, un con ou une conne reste un con, ou une conne. Ce n’est pas la norme, mais l’exception, ça existe partout parce que les cons et les connes sont partout.
  • Je n’ai franchement ni le temps ni l’envie de répondre à des commentaires qui vont sans doute se résumer à « tu n’as rien compris ton billet c’est de la merde, Mar_Lard à raison, c’est une femme, toi un jeune homme blanc hétérosexuel » donc, pas de commentaires. Défoulez-vous sur Twitter si vous voulez, j’ai ma vie, elle n’est pas exclusivement sur le Net.
  • Edit : commentaires ouverts mais clairement, si c’est un troll → j’ai autre chose à foutre, vous n’aurez pas de réponse. Considérez cela comme ma réponse.

Fin.

Vous aimez cet article? Partagez-le ;-)

TwitterGoogle +LinkedInMail
Flattr !

16 commentaires to “0 – 1, comprenne qui pourra.”

  1. avatar

    Jamais eu de pb de sexisme avec les geek et je suis active sur le net depuis qu’il existe (en France)

  2. avatar

    Merci Numendil pour cet article.
    En effet il faut aller bien plus loin que la simple interprétation d’une personne déçue.
    Pour ma part je n’ai jamais eu de problème de sexisme dans le monde « geek ». Jen ai eu bien plus dans le monde du travail, pourtant quasiment que féminin.
    Oui le sexisme touche tout le monde mais les gens ne s’arrêtent pas de vivre pour ça. Nous sommes entourés de simples d’esprit tout comme nous sommes aussi les simples de d’esprit de quelqu’un. Le monde est ainsi fait, c’est aussi ce qui forge les caractères.
    Là l’histoire va beaucoup plus loin, par la mauvaise expérience d’1 seule personne, elle stigmatise une communauté entière. Comme si SA parole avait plus de poids que les autres. Non elle n’en a pas. On est tombé dans une caricature grotesque et déplorable qui mélange tout et tout le monde. Ça démontre bien le peu de réflexion et d’analyse dont est capable une frange de la population et qui est repris par des moutons malheureusement (TF1 n’est pas la chaîne la plus regardée pour rien).
    Finalement c’est surement ça qui achèvera l’humain, son incapacité la plus complète à analyser objectivement une situation et à ne pas la généraliser.

    • avatar

      De rien, ce n’était pas fait pour un merci mais on m’a dit que c’était mal de les refuser, alors de rien 🙂

      Ce que certains n’arrivent pas à comprendre, c’est que lorsque l’on déclare « je n’ai pas eu de problèmes avec ça », nous ne sommes pas en train de dire que ça n’existe pas, juste que ce n’est pas binaire, ça arrive à des personnes, pas à d’autres et généraliser revient à nier ce fait.

      C’est également pour la raison présentée que j’ai fait mon billet que je pense tenir le débat autant que possible, je n’ai pas apprécié qu’elle stigmatise une communauté toute entière.

      Que les communautés geeks (si donné qu’on puisse parler de commu) contiennent des cons, des connes, de fachos, des racistes et tout ceci, oui. Oui, ça existe, ce sont des gens et à ce titre ils existent.

      Qu’on généralise tout au point de devenir parfaitement binaire en rejetant toute tentative de remise en question de cette vision binaire, non. Ca non, ça n’est pas acceptable, c’est presque tout autant condamnable que ce qui est dénoncé et ça ne sert aucunement la cause selon mon humble petit point de vue.

      C’est partout, tout le temps et on fait très (trop même) l’amalgame pour partir de cas ici et là à la norme. Ces cas sont là, c’est indéniable, mais dire que c’est tout le monde, c’est de la pure connerie, il y a des gens qui militent contre et agissent chaque jour contre ça, mais ça l’auteure ne semble pas en avoir connaissance.

  3. avatar

    Alors, je réitère ici : merci à toi d’avoir ouvert les commentaires, j’avais vraiment envie de réagir parce que ce sujet m’interpelle, moi aussi.

    Le féminisme, c’est comme la Révolution, c’est juste vouloir inverser les rôle, et non pas vouloir et accepter l’égalité. Oui, les hommes sont parfois vus comme des bouts de viande, des « quatre heure » comme je le dis si bien. S’il peut être flatteur, c’est vrai, d’entendre un commentaire sur un fessier pour un homme, ça l’est tout autant quand on est une femme, arrêtons de le nier. Personnellement, je suis touchée et je rougis quand un homme flatte mon sourire, c’est agréable les compliments, pour tous les sexes. Inversement, se sentir déshabillé, « violé » du regard et des paroles, c’est humiliant et effrayant. Pour un homme comme pour une femme. Pas besoin d’une paire de nichons, il me semble, pour comprendre ces deux sentiments humains … Ou est-ce que les féministes considèreraient que les hommes ne font pas partie de l’humanité ? Au-delà de nos points communs homme-femme, nous sommes tous différents. Pas les hommes et les femmes, non, TOUS. Nous ressentirons tous des choses différentes face à une difficulté, et cela n’a rien à voir avec notre sexe mais avec qui nous sommes. L’égalité, c’est aussi admettre que les hommes peuvent, eux aussi, avoir leurs fragilités et leurs faiblesses, leurs points forts, qu’ils sont différents de nous en somme tout simplement parce qu’ils sont des personnes différentes, avec une éducation, un vécu, une pensée différentes. Une quéquette ou une paire de nénés, ça ne fait pas ce qu’on est dans la tête, ça ne définit pas la façon dont on vit les choses. Ce sont juste des organes reproducteurs, qui ne justifient pas une différence de traitement, dans un sens comme dans l’autre.

    Quant au milieu geek, rôliste etc, dont je suis proche, je n’ai jamais eu de problème non plus … A moins qu’il faille appeler « sexisme » la moindre vanne ? Auquel cas je m’insurge : ce sont bien mes potes metalleux-geeko-rôlistes qui m’ont apporté répartie et côté pince-sans-rire ! Je m’en suis donné à coeur joie, et quelles soirées de marrades ! Idem sur le net : une fois passé le barrage imposé à tout newbie ou petit nouveau, je n’ai jamais eu à me plaindre, bien au contraire. J’ai toujours été connue comme une fille, parce que c’est ma préférence, mais j’ai toujours été reconnue comme la personne que je suis et non comme juste une fille.

    Bref. Tout ça pour dire, qu’on le veuille ou non, on est tous à la même enseigne. Les femmes se voient refuser certains postes ? Bah les hommes se voient presque systématiquement refuser la garde de leurs mômes. Parce qu’ils sont des hommes, et oui. Du sexisme, il y a en de tous les côtés, c’est une discrimination comme les autres. Vouloir l’égalité, c’est pas être féministe, c’est être anti-sexiste. C’est accepter que si un homme peut se prendre une baffe s’il a trompé sa femme, alors l’inverse est vrai aussi. Et que la « galanterie », ça ne doit pas être à sens unique. Faut arrêter de se leurrer, l’égalité ne va pas donner tous les droits à nous, les femmes. Des droits impliquent des devoirs, et l’un d’entre eux est de reconnaître que les hommes sont confrontés eux aussi à des inégalités. Oui, la femme a sa place dans la société et doit se défaire du modèle patriarcal, mais cela n’implique pas de fermer les yeux sur l’autre moitié de l’humanité qui elle aussi, souffre de ce modèle qui lui a été inculqué … Décidément, être un homme de nos jours n’est pas bien facile non plus …

  4. avatar

    Merci pour cet article. Il exprime bien le malaise qui s’est fait sentir après l’article de Mar_lard. Je pense que les deux sont pertinents, seulement ils sont assez extrèmes chacun de leur coté. Une synthèse/somme des deux donnerait probablement une bonne idée de la réalité.
    Et merci aux commentaires constructifs. Je te vole
    « Vouloir l’égalité, c’est pas être féministe, c’est être anti-sexiste. » Perseph0ne, je la trouve tellement pleine de sens. Évitons de nous diviser en féministes/masculiniste/whatever, pour simplement former les partisans de l’Égalité contre les cons. Puisqu’au final, je suis persuadé que Mar_lard et Numendil sont du même avis.

    • avatar

      Mogmi, je suis parfaitement d’accord avec toi, même si j’ai un énorme doute sur le fait qu’un article puisse être rédigé à plusieurs mains sur le sujet (j’espère me tromper).

      Je reste persuadé également être du même avis que Mar_lard, à la différence que j’ose analyser les choses d’une façon différente et mettre, je pense, des mots peut-être plus exacts, sans chercher la dangereuse généralisation.

  5. avatar

    Merci Mogmi ^_^ ! Je dois avouer cependant que ne crois pas l’avoir inventée, j’ai lu quelque part une phrase du même genre, et elle m’est revenue en écrivant.

    En tout cas, j’ai lu une bonne partie de l’article de Mar_lard. Une bonne partie, pourquoi pas tout ?
    Sans doute à cause de la « victimisation » dont elle fait preuve. Dans tous les exemples qu’elle donne – y compris ceux d’elle-même – à aucun moment on ne voit aucune femme rétorquer. Donc en plus d’être conne et de n’avoir d’autres qualifications que leur plastique et la cuisine, faut-il comprendre que les femmes n’ont pas de langue ? Qu’elles ne savent pas se défendre ? Il suffit d’avoir la langue bien pendue et un peu de bon sens pour faire taire ce genre de petit abruti – car abrutis il y a, certes, mais c’est vrai dans tous les milieux. J’en veux pour exemple, une certaine époque où j’ai bossé sur une plateforme téléphonique, dans une équipe où étaient réunis une bonne partie des geeks et autres métalleux du plateau. Evidemment dès mon arrivée les blagues un peu vaseuses ont fusé – notamment la « bifle » (= bite + gifle) supposément infligée à la moindre incartade. Et non, je ne l’ai pas pris pour du sexisme, juste pour une vanne bien vaseuses. J’ai juste saisi l’opportunité pour jouer dans le même registre : propositions d’achat de gode-ceinture, de nifles (= gifle + nichons) etc. Certes, pas très délicat, c’est du même niveau. Mais une fois qu’on entre dans leur jeu pour faire des blagues encore plus trash qu’eux, les amateurs de la chose ont vite fait de cesser leur manège … et de te respecter. Provoc’ ? Bien évidemment. Au final, ce que j’ai constaté, c’est que ces milieux de « mecs » n’ont pas envie d’être dérangés par les pouffi-pétasses et les sans-cervelle. Le physique n’a rien à y voir. Ils veulent bien que les filles participent, c’est pas la question. Ils veulent juste pouvoir agir avec elles comme avec leur bande de potes, sans être obligé de veiller à la moindre de leur parole. C’est pas du sexisme, c’est du filtrage. Soyons honnêtes : les milieux de gonzesses sont pareils. On a pas envie qu’un mec venu de nulle part interfère et casse notre trip, il faut pouvoir partager dans ces milieux … Bref, O.K, c’est pas classe, c’est souvent très très limite (l’exemple de cette gameuse en pleine compétition est au-delà des limites, ça j’en conviens), mais il faut savoir remettre les gens à leur place dans la vie, avant de crier au loup. On sait jamais, ça pourrait marcher.

    A part ça, je suis quand même d’accord avec Mar-Lard sur un point : j’en ai marre de devoir jouer des persos masculins pour jouer à des jeux intéressants … Si seulement ils pensaient un peu plus à nous autres, nénés en puissance, ils découvriraient qu’il y a un fort potentiel de gameuses de par le monde …

    Sinon, moi aussi j’aime les comics et leurs héroïnes à l’anatomie étrange – je suis une fille hétéro, j’ai un problème docteur ? Quant à la généralisation manga = babe à gros seins, non mais Halo quoi (lol ^^). Des mangas y’en a des tous les genres pour tous les âges, et s’il est vrai que le shônen tendance harem est à la mode, ce n’est certainement pas le style le plus répandu … Renseigne-toi fillette !

    Breeeef, encore un pavé de pondu, je me confonds en excuse, mais après la lecture de l’article susmentionné à l’origine de ce billet, Numendil, je persiste et signe, en ton sens. Arrêtons de voir du sexisme contre les filles et les LGBT partout, et admettons celui qui est présent, lui aussi, contre les hommes.

    Dudiou.

  6. avatar

    Merci pour ce billet qui est rafraîchissant dans le climat ambiant.
    J’ai lu l’article de Mar_Lard presque en entier. Comme Perseph0ne, j’ai arrêté à cause de la victimisation.

    Etant homme blanc, hétéro, je vois de plus en plus le féminisme comme du machisme pour femme. Surtout du fait de tous ces « les hommes, c’est tous les mêmes », « c’est tous des cons », « t’es un homme, tu peux pas comprendre ».
    Il y a bien une chose que je comprends bien : plus une femme se dit féministe, plus elle est en réalité sexiste.

    Egalement gamer, roliste et geek, je me suis sentit visé par l’amalgame.
    Et juste par l’amalgame.
    Parce que coté sexisme, que j’ai en face un homme ou une femme, je m’en moque réellement : j’ai une personne en face de moi, point.
    Ce n’est pas le genre qui importe, mais la personne.

    Et puis, il serait aussi bon que les femmes se prennent un peu par la main.
    Car en terme d’égalité de sexe dans le cadre du travail, elles ont aussi BEAUCOUP à faire.
    Déjà en arrêtant de penser que l’informatique est réservé aux hommes et les métiers du genre infirmière (sic) ou puéricultrice (sic²) soient exclusivement féminin.
    Le métier n’a pas de genre.

    Je suis ingénieur informaticien. Vous vous souvenez du cliché-chanson ? En pratique, je l’ai jamais rencontré, en vrai.
    Eh bien dans ce milieu, c’est assez souvent que l’on aimerait voir plus de femmes : pour la mixité (on a déjà la mixité sociale et culturelle ; je travaille avec un marocain, un tunisien, un vietnamien, un breton etc.), pour l’apport d’un point de vue différent, etc.

    Le sexisme, c’est non seulement dans les deux sens (comme le respect), mais ce n’est pas toujours la faute de l’autre (et là, je vais m’attirer les foudres de certain(e)s).
    Ce n’est pas en restant campé sur ses positions et en faisant exactement ce que l’on critique chez les autres que l’on fait évoluer les mentalités.

    Et pour rebondir sur ce que dis Perseph0ne au sujet des animes : Shōnen = style pour jeunes garçons. Dans les Shōjo (style pour jeunes filles), on retrouve assez souvent des hommes aimant les hommes (boy’s love).
    La culture, c’est comme la confiture… (ou la connerie, des fois)

    • avatar

      « Etant homme blanc, hétéro, je vois de plus en plus le féminisme comme du machisme pour femme. »

      Alors, oui, mais non. Il ne faut pas rejeter l’idée et la lutte pour cette cause parce qu’on développe une réaction épidermique à une personne qui se veut, peut-être sans s’en rendre compte, porte parole d’une certaine forme de mouvement qui range tout dans deux paniers, un peu comme le courant féministe américain qui consiste à dire que si tu n’es pas pour ma vision des choses, c’est que tu es contre tout et que tu rejettes tout en bloc.

      Dans ce climat tendu, la réaction humaine que l’on peut avoir, c’est le rejet. Il ne faut pas, vraiment. Ce n’est pas blanc, ou noir, rouge ou bleu pour reprendre une expression croisée dans le billet d’un ami, c’est d’un ensemble de couleurs presque infini. C’est ce modèle là auquel j’appartiens, c’est ce modèle là qui est rejeté dans son ensemble, que lesdites personnes en aient conscience, ou pas.

  7. avatar

    Merci, Kerrubin, d’avoir su le dire avec des mots disons … moins furax que les miens, et en apportant des exemples que, sous le coup de la colère, je ne trouvais pas.

    Pourquoi de la colère ? Parce qu’au même titre que Kerrubin, je me suis sentie visée par l’amalgame. Visée en tant que femme, désignée d’office en tant que victime, accusée de déni sur la situation. En quelque sorte, incapable de répliquer, faible et impuissante. Réduite à pas grand chose. C’est ce genre d’articles, ce genre de féminisme qui rabaissent les femmes, et là, je me suis sentie rabaissée, bien plus que par les vannes les plus pourries du plus macho de mes potes.

    Non, les hommes ne sont pas tous des prédateurs sexuels, des harceleurs en puissance, et non, les femmes ne sont pas toutes des petites biches effarouchées.

    Pire encore à mon sens, faire un tel drame de blagues vaseuses (si l’on exclut, bien sûr, la cas assez grave je trouve de cette gameuse en compétition), c’est réduire ce que peuvent vivre certaines femmes dans la réalité à pas grand chose. Comme je l’ai dit, une femme a suffisamment de circonstances IRL d’être violentée, meurtrie par ses congénères, pour ne pas s’inventer de problèmes là où ils n’existent pas. Surtout sur le web, où il est si facile de faire taire quelqu’un par une réplique bien sentie.
    La prédation et le harcèlement sexuels sont source de terreur. Et la terreur, derrière un écran lors d’un jeu, je ne vois pas où elle est.
    Et puis c’est trop vite oublier qu’un homme, comme l’a dit Numendil, peut être victime de harcèlement. Voire, de viol.

    Rebondissons d’ailleurs en parlant mangas et animes. Kerrubin cite le boy’s love, allons plus loin, citons le yaoi, destiné aux femmes, et oui. La perversité du yaoi – je le sais pour en avoir lu quelques uns – est encore plus trash que le hentai. Les dôjinshi (réécriture par des fans) de certains mangas sont bien plus violents que le pire jeu vidéo soi-disant misogyne … On y trouve sang, viol, scatophilie etc. Bref, de quoi prouver que les femmes ne sont pas moins perverses que les hommes … Peut-être sont elles juste plutôt hypocrites ?

    Je pourrai aller encore plus loin dans mon analyse, mais je m’arrêterai là.

    Ce type d’article – celui de Mar-lard – ne fait rien d’autre qu’entretenir le clivage hommes/femmes et rabaisser les deux parties. Visiblement, elle se plaint d’une situation mais ne fait rien pour l’arranger en dégommant tout le monde à tours de bras.
    Nous voulons l’égalité ? Plutôt que de jouer les victimes, travaillons de concert avec les hommes, qui eux aussi voudraient avoir accès à certaines choses mais ne le peuvent pas.

    A part ça, Mar-lard, si tu passais par là : je suis une femme, je le revendique et ne l’ai jamais caché sur le net. Ma grammaire et ma conjugaison sont toujours féminines, et j’y tiens. J’ai suffisamment eu honte de ma condition de femme pour ne pas me cacher et pour rechercher le respect, ici et ailleurs. Un jour, je me trouverai peut-être à nouveau dans ces circonstances où ma carrure ne fera pas le poids face à mon agresseur. Ce jour-là, et seulement ce jour-là, je serai à nouveau une victime. En attendant, ce statut-là je le refuse.Je te le laisse, tu fais ça bien mieux que moi.

  8. avatar

    De rien, Perseph0ne, toujours là pour rendre service ^^

    Internet (au sens large, donc incluant forum, chat, irc, jeux en ligne, etc.) ne sont en pratique que le reflet de la société.

    Un miroir de plus bien plus éclairant que, du fait du relatif anonymat, les opinions et comportements ne se cachent plus. Sans l’hypocrisie qui est de mise dans notre mirifique société.

    Donc, on retrouvera les mêmes abruti(e)s que dans la société française (et/ou francophone).

    Mais cacher la poussière sous le tapis rendra pas l’appart plus propre ni le t-shirt plus blanc que blanc.

    Au moins, sur Internet, quand on voit un connard / une connasse, on peut directement le / la catégoriser comme tel(le) et l’ignorer par la suite (et non, c’est bien dommage, il n’y a pas de /ignore IRL).
    Parce que oui, la connerie n’est pas l’apanage des hommes non plus.

    Cacher et censurer ne fait que permettre une explosion bien plus dommageable dans le futur en provoquant frustration et sentiment que « les autres » veulent étouffer « LA vérité ».

    En débattant et en mettant en lumière les comportements anormaux (le seul avantage que je vois au post originel), on peut enfin faire avancer les choses.
    A la condition que tout le monde veuille bien avancer dans le même sens.

    Après, y a quand même un truc qui me choque un peu.
    En fait, deux.

    Le premier, c’est la généralisation.
    Comme le dit Numendil, les gens ne sont ni noirs ni blancs (en fait, la complexion va de marron foncé à blanc, avec des teintes rosées ou cuivrées), mais plutôt gris.
    Et y en a bien plus que 50 nuances.
    C’est comme de dire que les arabes sont tous des voleurs de pain au chocolat.
    C’est le même niveau intellectuel de bas étage.

    Le second point, c’est que si on remplace « sexisme » par « racisme », le présent commentaire reste valable.
    Le problème est donc bien plus large que le sexisme.
    C’est un problème de société qui se construit de plus en plus sur l’opposition de ses membres, sur l’intolérance.

    Une société où le discours doit être de plus en plus policé, où l’humour ne peut plus être le même à moins d’être taxé de sexiste/raciste/etc, où l’on doit fermer sa gueule si on ne veut pas offenser quelqu’un.
    Le pire, c’est que si l’on passait de sketchs de Coluche, des Inconnus ou des Nuls, il y en a une partie qui feraient scandales car sexistes, racistes ou autres.
    C’est pourtant pas si vieux.

    Faut se détendre un peu.
    Relâcher les élastiques du slip/caleçon/boxer/string/soutien-gorge (si j’en ai oublié, merci de les mentionner) et se détendre un peu, savoir rire du comportement des autres (et du sien en priorité).
    Si on prend trop au sérieux des insultes, c’est qu’elles ont de l’importance.
    Si on les tourne en ridicule, elles n’ont plus ni force ni partisans.

  9. avatar

    Ca n’étonnera personne ^^ mais j’aime beaucoup cet article.

    Beaucoup de personnes, blogueurs / blogueuses, ont écrit des articles pour critiquer ou « affiner » le dossier de ML, mais ils sont quasi tous restés dans l’anonymat tandis que par ailleurs le dossier était encensé dans les médias.

    Ca n’a rien de nouveau, c’est évident, mais ça reste emmerdant quand même -_-

    Bien contente de découvrir au fil des jours d’autres articles évoquant ce sujet, on se sent moins seul ^^’

  10. avatar

    Très bon article, comme toujours (je ne le dis jamais habituellement, autant le faire pour une fois 🙂 ).

    Qui eût cru qu’un jour le mode de pensée manichéen déborderait des fan-clubs de Dieu (quel que soit le nom qu’il porte par ailleurs pour son fan-club) pour empoisonner tous les discours ? C’est dommage, car c’est ce qui tue le débat pour laisser la place à la dispute.

    C’est pourquoi j’ai toujours refusé de me dire féministe. C’est beaucoup plus drôle d’être humaniste, et les échanges avec mes potes humains en sont beaucoup plus riches.
    En ce qui me concerne, j’aimerais qu’on jette les clichés, qu’on les enterre et qu’on jette le Polaroïd avec. Et c’est valable pour toutes les idéologies.

  11. avatar

    Petite question aux fans d’égalité :

    Est-ce que le Yin et le Yang sont égaux ?

    • avatar

      Hmm, en essayant une réponse sérieuse, et en fonction de ma propre interprétation des choses, qui peut-être est différente de celles des autres, je pense que oui, qu’ils s’équilibrent l’un l’autre. Ceci n’étant, bien sur, que mon point de vue.