Ignorés…

Ce blog qui ne devait parler que technologies à bien changé et le billet qui suit en est une énième preuve. D’avance, vous pouvez classer ce billet dans la catégorie “trolls” si vous voulez. Je vous invite tout de même à le lire, vous pourriez vous identifier à quelques passages.

La démocratie (telle que vous la connaissez) est bientôt condamnée. J’en suis conscient, ces propos sont lourds de sens, mais c’est un constat que beaucoup de gens partagent.

Pourquoi?

La réponse est simple : cela n’a jamais été une démocratie. Je sais…don’t feed the trolls, mais…

étymologiquement, démocratie est la fusion de dêmos (le peuple) et krátos (le pouvoir), donc la souveraineté du peuple ou le pouvoir au peuple, par le peuple, pour le peuple.

Si le peuple était seul à gérer, nous sommes d’accord, ce serait un bordel sans nom (et je suis gentil), les uns voulant ceci, les autres voulant cela…il faut donc un organisme “leader”, représentatif du peuple et de ses envies. C’est d’ailleurs ce point qui pose problème.

Afin que le peuple puisse s’exprimer, lors de la création de cette “démocratie”, des lieux ont été eux aussi crées pour permettre aux gens de s’exprimer…on appelle cela l’espace public, un espace qui appartient à tout le monde et personne à la fois, un espace ou chacun est libre de s’exprimer et d’exprimer ses opinions. Ce point pose aussi problème.

Les démocraties ont donc choisi la représentativité, la possibilité d’avoir un élu représentant le peuple en portant sa voix dans les hautes sphères du gouvernement. Nous avons des députés. Ce point, encore une fois, pose problème.

Je parle de problèmes, c’est bien beau, mais qu’est ce que cela signifie? Pour moi, cela signifie que  notre système est en panne.

La démocratie n’est pas une idée qui date d’hier, elle date du temps des grecs (si mes souvenirs d’histoire sont exacts). Depuis, l’idée à fait un sacré bout de chemin et s’est transformée.

Premier point : les médias.

Les premières transformations ont commencé dans les espaces d’expression : les informations. Le système des journaux est en panne. Le travail d’un journaliste est de relayer (ou relater) une information “vraie”, un fait (difficilement contestable), ils doivent vérifier leurs informations, doivent s’assurer qu’elles soient justes…mais ce n’est plus le cas.

Nos médias ne donnent plus d’information, ils donnent du scoop ou à l’inverse nous endorment. D’un côté, on essaye d’être le premier à parler de telle ou telle information, même si elle n’est pas exacte…de l’autre, on évite de parler des sujets qui fâchent, qui dérangent le train train quotidien. C’est ainsi que l’on ne parle pas de mouvements contestataires en France, par exemple (ou alors le soir, très tard, l’espace de deux minutes histoire de dire).

La vraie information, maintenant, on la trouve de plus en plus sur Internet, des visions alternatives de ce que les médias disent, des démentis directement sur Internet ou encore des sujets totalement inconnus des médias (volontairement? peut-être). C’est ainsi que l’on ne parle pas, ou très peu, de l’affaire du 36 rue Botzaris à Paris. Un drame humain sous couvert du “non respect de la loi” est en train d’arriver. Mais que vaut la loi face à la vie d’Hommes?

Sous prétextes d’une infraction à la loi et de documents compromettants pour beaucoup de personnes, on fait le silence autour de la vie d’Hommes. Le problème qui va bien au delà de tout ca c’est que tout ceci se fait dans l’indifférence générale.

Second point : la représentativité.

Nos hommes politiques ne pensent plus à ce qui est bon pour vous, mais à ce qui pourra être bon pour eux (même s’il faut vous ôter, à vous, quelques droits). Dans certains cas, ils ne pensent plus : on leur demander de voter pour ou contre, ils s’exécutent, dossier clos.

Nos politiques ne nous représentent plus, ils le savent et vous le savez. Je ne peux pas leur en vouloir d’essayer de nous la faire à l’envers…on ferait quoi, nous, assis sur un putain de siège en cuir rouge avec un salaire conséquent qui tombe tout les mois? On essaierait de ne pas se faire prendre le siège…quitte à faire tout les coup possibles.

Ils savent tout ceci et ils ont peur, ils ont peur parce qu’ils savent que sur Internet, nous nous exprimons assez facilement et que beaucoup d’avis sont contre ce qu’ils font. Cela change la donne : nous pouvons maintenant (nous pouvions avant aussi, mais c’était plus compliqué) accéder à tout ce qui se décide au sein de l’assemblée nationale par exemple (et le tout, en quelques clics). Nos politiques ont compris quelque chose que certains ne réalisent peut être pas encore en fait…

Nos politiques ont compris que nous voulons une vraie démocratie, pas un semblant de démocratie donnant au peuple l’illusion qu’il est représenté…et ils ont compris qu’Internet est un outil qui contribue à cette volonté de réelle démocratie.

Que font-ils alors? la réponse est simple, ils cherchent à contrôler Internet, à le faire taire, à faire peur, à appliquer les lois d’un pays sur un monde qui n’a aucune frontière…en cela, les lois LOPPSI, Hadopi et tout ce que le gouvernement fait actuellement sont de bons exemples. On critique Internet, à grand coups de clichés (Internet = voleurs, violeurs, pirates, pédophiles, mangeurs de petits chats toussa) pour mieux le faire plier. C’est plus facile de justifier la volonté de contrôle du Net lorsque on arrive à faire croire qu’il est dangereux.

L’espace public n’est plus si public que cela : des manifestants, s’exprimant pour la chose suivante : “une réelle démocratie, maintenant”…un concept simple, neutre, sans violences… sont maintenant interpelés, arrêtés.
Pourquoi? Qu’on t’ils fait? En soi, rien d’autre que manifester. Tout ceci, c’est pour faire peur, pour faire taire le vent de la contestation et ne pas alimenter celui de la révolution.

Notre système “démocratique” (plutôt ploutocratique en fait) à compris que ça commençait à sentir un peu la mer** pour eux, que nous n’étions pas content et que, manque de bol, nous étions capables de réfléchir, de s’organiser, de communiquer entre nous et de se mobiliser en manifestant “contre le système”. (plutôt pour une système différent pour être exact).

Des citoyens ont tenté de participer au débat démocratique, ils ont été ignorés (ou à défaut, la seule réponse qu’ils ont reçu, c’était une visite au poste de police). D’autres ont contacté leur représentant, mais rien n’a changé. D’autres, les barbus du Net, ont essayé d’alerter le gouvernement sur les dangers des lois qu’il était en train de faire voter…mais sans succès.

Nous avons essayé de nous faire entendre, de travailler ensemble dans un but commun : faire évoluer les choses dans le bon sens…mais tout ceci s’est soldé par un refus total de nous écouter…

Personnellement, j’en ai ma claque, je suis fatigué de tout ceci, de tout ces projets ou le peuple n’est pas consulté, de toutes les fois ou le peuple n’est pas écouté, de tout ce qu’il se passe en ce moment sans qu’aucun membre du gouvernement ne dise quoi que ce soit (et même pire, sans que parfois, aucun citoyen ne dise quoi que ce soit…)

Mes propos seront un peu extrémistes, je vous l’accorde, mais qu’importe…à force de ne pas être entendus, pas écoutés, pas réellement consultés, mis à l’écart…à force d’essayer de nous faire croire que tout ceci, c’est “pour notre bien”… nous allons finir par vous envoyer balader.

Nous avons besoin de changement, à ce dernier, vous ne répondez pas et n’avez en maigre compensation que la répression. Cher gouvernement, la seule chose que vous être en train de faire en vous comportant de la sorte, c’est nous indigner, nous donner raison d’être ainsi et nous donner l’envie de continuer encore plus.

Tu sais, cher gouvernement (oui, on se connait un peu quand même), s’il faut retourner dans les rues, s’il faut continuer à hurler sur la toile ou contre les forces de l’ordre qui usent et abusent de la force…je le ferais. Peu importe ce qu’il arrivera après, le fait est que la situation actuelle, cette fausse démocratie, doit s’arrêter.

Tu as le choix de nous écouter ou celui de nous faire taire…manifestement, tu as choisi de nous faire taire par tout les moyens possibles…

Tu peux m’arrêter moi, tu n’arrêtera pas une idée qui est en train de germer dans l’esprit de plus en plus de gens : il faut que les choses changent.

La Hadopi n’est pas chouchoutée à l’ONU.

Don’t fuck with the Internets!

C’est en quelque sorte l’avis qu’a rendu l’ONU il y à bientôt une semaine, dans un langage plus soutenu, cela donne :

” Le Rapporteur Spécial considère que couper des utilisateurs de l’accès à Internet, quelle que soit la justification avancée, y compris pour des motifs de violation de droits de propriété intellectuelle, est disproportionné et donc contraire à l’article 19, paragraphe 3, du Pacte International relatif aux Droits Civiques et Politiques”

Le rapport, consultable à cette adresse [PDF] vise les pays qui seraient tentés de déconnecter ses citoyens du monde de l’Internet.

Ce n’est pas tout, le rapporteur (et donc le rapport) s’oppose également aux mesures de filtrage ou censure disproportionnées, le rapporteur se dit “profondément préoccupé par les mécanismes de blocage et de filtrage de plus en plus sophistiqués utilisés par les Etats pour la censure.” Le rapport s’oppose aussi aux lois ACTA et directement à la loi HADOPI, qui vend la coupure de l’accès Internet comme ultime sanction contre un internaute français qui aurait téléchargé et partagé des œuvres protégées par le droit d’auteur.

Jugeant ces mesures obscures et disproportionnées, le rapporteur demande aux états plus de transparence (explication des raisons du blocage, publication de la liste des sites filtrés) et invite sin die les gouvernements à retirer les lois qui permettraient la suspension de l’accès a Internet.
Le rapport fait déjà effet, en Australie la quasi totalité des lobbys ont changé de position et renoncent à demander la suspension de l’accès à Internet pour les abonnées incriminés. [Source : Numérama]

En France, la loi à déjà tranché, expliquant que seul un juge pouvait déconnecter un Internaute…cependant, de plus en plus (et d’ailleurs, d’une façon de plus en plus étrange, voir dangereuse) de politiques souhaitent rendre la suspension de l’accès à Internet sans le contrôle d’un juge possible, il en va de même pour le blocage de sites, comme nous l’a démontré la proposition de loi de Mr Frédéric Lefebvre : .

Je trouve que c’est une début de grande victoire pour Internet, l’ONU qui explique noir sur blanc qu’il ne faut pas déconnecter les citoyens du monde numérique, c’est une grande claque au G8, à la LOPPSI, à la HADOPI etc. etc.

Merci donc à l’ONU pour ce signal fort 🙂

J’accuse…gros coup de gueule

Je préviens à l’avance, cet article peut se classer dans la catégorie “troll” même si ça n’est pas le principe.

Les révolutions des pays arabes sont là, d’abord la Tunisie, qui connait à nouveau des heures difficiles, puis l’Egypte ou la répression et la violence de la dictature ont été extrêmes, puis le Bahreïn, la Libye et la Syrie ou il n’existe pas de mots pour dénoncer le génocide actuel dans ces pays.

Toutes les informations que j’ai me proviennent du net, ces dernières sont d’ailleurs bien plus détaillées que ce que vous pouvez entendre sur les ondes radio ou dans les journaux télévisés. Bien sur, il faut séparer le grain de l’ivraie, mais une fois ceci fait, on prend conscience des dégâts, du drame et du désastre qui se produit actuellement dans ces pays.

Toutes ces informations sont mises sur la toile par des gens “lambda”, comme vous et moi, de simples citoyens, des homme, des femmes. Certains ont été enfermés pour avoir fait ceci, c’est le cas de Slim Amamou: certains sont sans doute morts, je n’ai hélas pas de nom à citer ici mais pour avoir vu l’information circuler sur la toile…certains ne sont plus de ce monde.

J’ai été choqué qu’en France, personne ne réagisse. La France, pays des droits de l’Homme, pays de la liberté d’expression, qui ne bouge pas d’un poil pour aider ces peuples en difficulté, il a fallu attendre la Libye pour que la France se bouge, et encore…

Pourquoi n’avoir rien fait pour la Tunisie?
Pourquoi n’avoir rien fait pour l’Egypte?
Continuer la lecture de J’accuse…gros coup de gueule

La censure fait-elle partie de notre quotidien ?

La censure…. ce sujet me tient à cœur depuis quelques semaines déjà mais de par la masse d’information à traiter, je ne me suis jamais véritablement posé dessus : c’est chose faite maintenant.
Cet article ne s’impose pas comme la vérité absolue mais propose d’ouvrir le débat sur la question suivante :

Sommes-nous, en France, dans un État de censure ?

Afin de donner quelques axes de réponses et se faire son avis, il faut rappeler les fondamentaux.

Qu’est ce que la censure ?

De base, la censure est une limitation partielle ou totale de la liberté d’expression. Elle se manifeste dans nombreux canaux d’information : journaux, livres, médias télévisés, films, … la plupart du temps la censure est relativement bien masquée, assez indirecte. Elle passe par des pressions qui peuvent prendre de nombreuses formes : la censure économique par exemple ou bien encore la menace physique.

La base est posée, partons donc de la définition pour arriver au constat.

Comment se manifeste la censure ?

Qu’on se le dise, la censure ne se manifeste quasiment jamais ouvertement dans nos contrées, elle semble plus détournée, presque malsaine. Cet article ne propose pas d’aborder « la censure » dans son ensemble mais de faire un focus sur la censure au travers d’Internet.

Principalement, la censure via Internet est liée aux États et, de facto, à l’encontre des droits de l’Homme que les pays (la France y compris) ont signés.

Comment se manifeste donc la censure : principalement, elle se manifeste par le blocage de sites web, d’adresses IP, par des blocages au niveau des serveurs DNS (les DNS, c’est une sorte d’annuaire du web, celui qui vous fait passer d’une adresse URL « http://www…. » à une adresse IP « 193.2xx.xxx.xxx » par exemple).

Nous assistons à des représentations « au grand jour » de la censure depuis quelques moins maintenant :

L’exemple tunisien : la Tunisie est un pays qui à connu la censure pendant de nombreuses années, le mouvement s’est accéléré avec les récentes révolutions des pays arabes. Facebook, Twitter, les médias locaux, nationaux, tout ceux qui n’étaient pas validés par le Gouvernement ont été « coupés ». Plus d’accès au réseau Twitter par exemple, le gouvernement tunisien n’est pas allé jusqu’à couper Facebook (le réseau est massivement utilisé dans le pays).

L’exemple égyptien : l’exemple de l’Egypte est plus violent puisque le Gouvernement a directement ordonné aux FAI d’éteindre les BGP du pays (pour résumer, de déconstruire la route entre les FAI égyptiens et Internet). Il en a été de même pour le réseau mobile. Plus Internet, plus de mobile, plus d’échange de données, plus de communication…censure massive de tout un peuple.

L’exemple libyen : l’exemple est le plus important en date, la dictature libyenne utilisant tout les moyens possibles pour faire taire les opposants au régime. Cela passe par un strict contrôle d’Internet et, au delà, par une énorme campagne de propagande.

La propagande peut-elle être considérée comme une forme de censure ?

Selon moi, oui : à partir du moment ou une personne physique ou morale ne transmet pas une information ou altère une information (et en est conscient), c’est un acte de censure. Dire que tout va bien dans telle ou telle situation alors que dans la réalité est tout l’inverse…c’est un acte de censure.

C’est d’ailleurs dans cette configuration là que l’on assiste le plus à des actes de censure selon moi.

La censure existe également sur les moteurs de recherche (comme Google) qui censurent parfois certains sites (les demandes de blocage d’un site formulées à Google sont référencées par Google lui-même sur un site).

Si on prend le temps de se poser sur l’aspect propagande / censure, l’exemple le plus flagrant reste la fameuse crise économique. D’abord considérée comme la plus grande crise de tout les temps à la base, puis minimisée, amplifiée, la crise économique actuelle est l’exemple même d’une forme de censure.

Les médias annonçaient la fin de la crise le lundi pour dire qu’elle était encore présente le mardi et dire qu’elle était terminée le mercredi. Chaque jour, selon la source que l’on consultait, c’était une nouvelle information, un démenti d’une autre chaine, d’une autre radio, d’un autre journal…

Nous pouvons prendre également les récents évènements du Japon. Sur Internet, les japonais et des organismes de sureté nucléaires annonçaient que le drame japonais était sans précédent, que les dégâts étaient considérables…pendant que les sources japonaises officielles annonçaient maitriser la situation, que l’impact du tsunami n’avait que peu touché les centrales nucléaires. Des mois ont passé, nous venons seulement d’apprendre officiellement que la situation était dramatique et ce, depuis le début…bel exemple de censure dans le but de ne pas créer la panique générale.

La situation de la France dans cet état de censure ?

Les faits sont les suivants : la France, pays des droits de l’homme et indirectement du respect de la liberté d’expression est dans une situation un peu nébuleuse sur ce sujet.

Classifiée par Reporters sans frontières comme un « pays sous surveillance », la France joue à un étrange jeu avec le respect de la liberté d’expression.

Nous assistons tout d’abord à une transformation de quelques médias, qui ont vendu leur statut de journaux pour celui d’antenne relais de l’État, c’est ainsi qu’on a pu entendre des chiffres sur le chômage qui n’étaient pas ceux officiels ou, plus récemment, des chiffres sur la croissance qui sont passés d’un chiffre dramatique à quelque chose d’assez neutre.

Un autre exemple, celui des déplacements de Mr. Sarkozy, lors d’un de ces déplacements, un manifestant opposé à Mr. Sarkozy à été mis en garde à vue, sans raisons, il n’a été relâché qu’après que le président soit parti.

Dans les médias, nous pouvons viser directement TF1 et l’exemple de la loi HADOPI.

Premier point : une personne, pour ses convictions personnelles s’est vue reconduite à la porte de sortie des bureaux de TF1, si vous n’avez pas entendu parler de cette affaire, je vous invite à vous renseigner. La députée du citoyen, Mme de Panafieu pour ne pas la citer, à transféré un mail privé à Mme Albanel. Le cabinet de cette dernière l’a transféré à TF1, qui à licencié la personne en question.

Google est votre ami si vous ne voyez pas de quelle affaire il est question ci-dessus.

Second point de cette loi : presque tous les médias ont tous participé à la transmission de la bonne parole de l’État. Nous avons entendu que cette loi était parfaite, pédagogique, qu’elle protégeait les artistes, que c’était une innovation…lorsque l’on lisait ailleurs que cette loi était dangereuse, pas adaptée, dépassée…

Nous lisons maintenant que cette loi va encore évoluer, développer l’offre légale sur Internet, s’ils avaient voulu développer l’offre légale, ça aurait été fait il y a des années…

Les médias traditionnels parlent-ils du logiciel de sécurisation qui va être proposé par la HADOPI, un véritable petit mouchard qui va surveiller tout ce que vous faites ? Parlent-ils du DPI, l’inspecteur de paquet sur Internet, outil utilisé par l’Iran par exemple et qui, s’il arrive en France, ne laissera rien présager de bon ? Parlent-ils de la récente loi qui autorise l’Etat à « couper » purement et simplement Internet ?

Non

Bien sur, les exemples que je cite peuvent sembler futiles, il y en a tant que pour les citer, il faudrait un journal entier (et encore). Renseignez vous de vous-même, c’est la meilleure des solutions pour comprendre l’ampleur de la chose.

Relativisons, relativisons…

Nous ne sommes pas dans un véritable état de censure, la France étant à des années lumières de la Tunisie, l’Egypte ou bien la Libye, néanmoins, il ne faut pas sous estimer le danger qui existe.

La France se dote de la possibilité d’inspecter les données du réseau, fait passer une loi qui porte atteinte à la liberté d’expression (LOPPSI), réfléchi à instaurer un mouchard sur les équipements des clients, omet la vérité sur des sujets divers et variés…

Non, la France n’est pas un état de censure, mais elle s’en rapproche doucement.

Les FAI possèdent des fournisseurs de contenus, le scénario d’un filtrage et d’un contrôle de ces fournisseurs de données (Dailymotion, …) est il si improbable ?

Le scénario d’un Internet mis en mode off est il si absurde que ça ?

Je le redis, non, la France n’est pas encore un état de censure, mais plus les jours passent, plus c’est le chemin qu’elle semble emprunter.

Le débat est ouvert, n’hésitez pas à commenter et à apporter votre vision des choses.

Ps : Cet article n’est pas sourcé, j’ai un léger problèmes de navigateur. La description de la censure vient de Wikipedia, le reste d’un constat étalé sur pas mal de temps.