L’anonymat en ligne remis en question.

 

Blizzard avec son idée de forum, Facebook, certains politiques… et Google lui même sont en train de se pencher sur la question suivante : « Faut-il, ou non, permettre l’anonymat sur Internet? »

Analyse…

Avec plus de 750 millions d’utilisateurs, Facebook peut se vanter d’être la plus grosse plate-forme d’informations sur ses utilisateurs, ne serait-ce que parce que votre nom + prénom y figure, la plupart du temps.

Les récentes déclarations d’une directrice commerciale de Facebook confirment la volonté du réseau social à « tuer » l’anonymat sur Internet:

« Je pense que l’anonymat sur Internet doit disparaître. Les gens se comportent beaucoup mieux lorsque leur véritable nom est visible. Je pense que les gens se cachent derrière l’anonymat et ont le sentiment de pouvoir dire ce qu’ils veulent derrière des portes closes »

Même constat du côté de Google, ou Eric Schmidt (patron de Google) pense que l’anonymat sur Internet, c’est dangereux. Google+ est l’exemple parfait : les profils qui ne comportent pas de nom/prénom sont automatiquement suspendus. Google a depuis annoncé qu’il allait lâcher un peu de lest sur cette chasse aux pseudonymes.

Côté politiques, une proposition de loi de 2010 (et du député Jean-Louis Masson) proposait d’interdire l’anonymat sur les blogs, allant même jusqu’a demander, par exemple, une adresse postale ou un numéro de téléphone pour s’enregistrer…autant dire, la fin complète de l’anonymat.

Mon avis sur la question

Bien que je comprenne les points de vue de Google, Facebook & Co… je suis contre la levée de l’anonymat, il faut préserver la possibilité d’être anonyme en ligne. Certes, l’anonymat aide à délier les langues sur Internet et certains s’en servent pour tenir des propos injurieux, insultants, pour troller, … mais d’autres s’en servent pour parler de sujets sensibles ou de sujets qu’ils n’aborderaient pas s’ils n’étaient pas anonymes.

Imaginez un site parlant de drogue, de sexe, de votre travail (avec votre obligation de confidentialité) ou plus encore, imaginez être obligé de publier sous votre vrai nom dans un pays ou la censure politique fait rage? Difficilement concevable.

L’anonymat, même si je suis conscient qu’il pose parfois problème, c’est un vecteur de la liberté d’expression (et pas des moindres), sans lui, le contenu disponible fondrait comme neige au soleil.

Dernier point : le droit à l’oubli. Si vous avez un pseudonyme, ce dernier peut être lié à des choses parfois peu glorieuses, ou des mots clés étranges…et avec votre vrai nom? Un pseudonyme peut se changer, votre identité non.

Articles liés à ce billet : [Le blog du ma-gni-fi-que JCFrog] – [Numérama]

[Source de l’image]

Ignorés…S1 EP02

Je reviens sur la démocratie, ceci est (peut être) le second volet d’un (putain) de coup de gueule phénoménal de pas mal d’articles. Je vous présente par avances mes excuses, l’épisode 2 et les suivants seront peut être un peu plus décousus que le premier épisode.

Je voudrais revenir sur le terme de ploutocratie afin d’expliquer ce mot plus en détails et, afin de taire toute tentative de troll, je prendrais quelques exemples de la société actuelle.

Si vous n’avez pas lu l’épisode un de mon coup de gueule, c’est ici que cela se passe, je vous invite à passer dessus, ceci vous aidera à comprendre ce qui suit.

Étymologiquement, ploutocratie c’est plutos (la richesse) et kratos (pouvoir), en gros, un système ou l’argent est la base de tout, la base du pouvoir, la base de la liberté d’expression, la base de l’utilisation de l’espace public.

Ce régime sous-entend que la démocratie est réservée aux « riches »…celui qui contrôle l’argent contrôle tout ce qui en dépend.

C’est parti, j’ai décidé de reprendre ma « plume numérique », c’est pas pour parler des bisounours.

Cet article peut se classer dans la catégorie « j’en ai ras le cul, je vais me faire entendre »

Imaginons, l’espace d’un instant, que cette ploutocratie soit le régime dans lequel nous sommes…:

– Hadopi : la HADOPI serait une loi pour défendre l’industrie de la culture et pas la culture en soi. La haute autorité (à grand coups de suspensions de la connexion) serait la pour défendre les maisons de disques et les ayants-droits.
Oui, ces mêmes maisons de disque ou ces mêmes ayants-droits qui enregistrent des records financiers sur 2011 seraient protégés par la Haute autorité et donc, par le Gouvernement. Le principe serait de condamner des citoyens qui n’ont pas l’argent nécessaire pour accéder à la culture. Le principe serait de condamner des gens qui téléchargent parce qu’ils ont envie d’écouter une musique, un album, un film à défaut de pouvoir se le payer.
Imaginez une famille « classique » dans cette situation : les parents, deux enfants (ou trois), une séance de cinéma reviendrait à environ 40 euros pour la petite famille. 40 euros, c’est une somme énorme en ce moment, certains n’ont pas cette somme à investir dans une séance de cinéma.

Que faire alors si l’accès à la culture est trop cher et réservé aux riches : télécharger. Afin de ne pas se couper du monde et de pouvoir continuer à rêver, les gens téléchargeraient tout ce qu’ils peuvent, ne serait-ce que pour retrouver le frisson d’une musique que l’on aime.

Heureusement, la haute autorité ne fait pas … hey wait! Si en fait, la HADOPI défend les maisons d’éditions, les majors, les ayant-droits…elle ne défend pas la culture, elle essaye d’imposer une culture à tout le monde.
Sa  motivation c’est celle des ayants-droits, c’est l’argent. Les ayant-droits gagnent de l’argent, mais ils en veulent plus, alors on bride tout un système qui est rentré dans les mœurs à défaut de pouvoir tout se payer.

– l’ISF : l’Impôt de solidarité sur le fortune à été relevé de 790 000 euros à 1.3 million d’euros. Comment ne pas penser que cette modification va profiter au plus riches de ce pays?

Et pendant que la majorité de la population galère pour finir ses mois, les banques gèrent votre argent…et celui des dictateurs, Kadhafi en premier lieu. La crise à définitivement bon dos….

Je devais faire un article bien plus long…mais je crois qu’il n’en faut pas plus pour se poser la question suivante :

Sommes nous vraiment dans une démocratie….ou alors l’argent est-il seul maître à bord?

Le filtrage se fait (encore) inviter à l’Union Européenne

Ce n’est une nouvelle pour personne, la mode est au filtrage, au début de ce que je considère comme une probable censure et à « Internet c’est le mal, la cause de tout nos maux »

C’est d’ailleurs dans cette logique (basée sur un rapport mensonger commandé par les lobbies et présidé par Mr Fourtou, le président du conseil de surveillance de Vivendi, c’est vous dire l’objectivité du rapport….) que l’Union Européenne, représentée ici par son commissaire européen (français) Michel Barnier, va s’engager.
Continuer la lecture de Le filtrage se fait (encore) inviter à l’Union Européenne

Petit message pour le Parti Pirate et son ex-président

Il s’en passe des choses le temps d’un trajet Reims – Bordeaux. Le temps d’une pizza et le temps de démarrer un ordi… et voila que j’apprends que Paul Da Silva, le président du Parti Pirate encore ce matin, n’est plus président ce soir. En effet, il à démissionné.

Je profite donc de l’espace de liberté qu’est mon blog pour donner mon point de vue et apporter mon avis.

J’ai lu le blog de Paul, ses explications et les raisons de sa démission et mon point de vue est…comment dire, relativement partagé.

(Message à ceux qui vont troller la dessus : passez votre chemin) Continuer la lecture de Petit message pour le Parti Pirate et son ex-président

#OpPayback, de nouvelles attaques DDOS des Anonymous

L’information a circulé sur les réseaux sociaux hier et ce matin tôt dans la nuit : les Anonymous ont encore frappé.

Les Anonymous, s’il faut encore les présenter, sont des gens de tout horizons organisés dans une communauté qui défend la liberté d’expression sur Internet et en dehors de ce dernier. Dehors, ils sont masqués, sur la toile, personne ne sait qui ils sont, c’est peut être vous, ou moi, tout le monde pouvant rejoindre le mouvement des Anon, s’il le souhaite.

Vous refaire l’histoire des Anonymous serait, bien qu’intéressante, beaucoup trop long, je vous invite donc à visiter la page wiki du groupe . Continuer la lecture de #OpPayback, de nouvelles attaques DDOS des Anonymous

Hadopi dans le faux…mais pour de vrai [Edit]

Edit 1 : après avoir contacté une source, que je remercie infiniment pour l’entretient téléphonique passionnant, il s’avère que la HADOPI aime bien envoyer des mails, … , puisque la personne en question à reçu deux avertissements espacés de deux jours.

Le premier était daté, par exemple, du 17 Avril, et le second… du 15, soit deux jours avant pour un second avertissement. Dès lors, peut on dire que les mises en garde de la HADOPI ne sont que du vent?
Cela prouve une chose : la HADOPI ne contrôle pas les envois, elle envoi juste les mails…

La précision des deux mails est importante, en effet, normalement, la HADOPI ne fait pas deux avertissements, comme elle s’est efforcée de le dire maintes et maintes fois. Sur la toile, ceci s’appelle un Fail.

Edit 2 : l’excellent Guillaume Champeau de Numérama, via son article  » La Hadopi avertit la mère du président du Parti Pirate » fait le même constat que moi :

S’il s’agit effectivement d’un faux positif, c’est un scénario bien sombre qui se profile pour la Haute Autorité. En plus de médiatiser l’affaire, le Parti Pirate pourrait chercher à contester le procès-verbal devant les tribunaux administratifs. La riposte graduée recevrait alors un coup sévère, puisque la société nantaise TMG chargée de collecter les adresses IP n’a reçu aucune procédure de certification validant la méthode actuellement mise en œuvre.

Pour Paul Da Silva, président du Parti Pirate, aucun doute sur le faux positif, et pour cause ,sur http://www.paulds.fr/2011/04/youhou-maman-hadopiee/, on peut lire :

L’adresse IP présente dans le mail ne correspond pas à celle relevée ce week-end (dégroupage total et IP fixe avec freeWifi désactivé).

Il est nécéssaire que cette société soit auditée, preuve en est de ces faux positifs.
______________

Article Original:

Bonjour,

En cette magnifique journée, j’ai décidé de vous parler d’HADOPI. Non, je n’ai pas prévu de vous bousiller le reste de la journée, rassurez vous 🙂

Bien, pour commencer, petit rappel (on ne sait jamais, vous sortez d’une grotte, vous venez de revenir sur la Terre après un long voyage, …), je vous renvoie à un précédent article : « Pourquoi la loi HADOPI est dangereuse et dépassée ? »

Le sujet, aujourd’hui, c’est plus  » que se passe-t-il lorsque j’ai été flashé par la HADOPI ?  » :

Dans un premier temps, vous recevez un e-mail sur l’adresse que vous avez communiqué à votre fournisseur d’accès. Généralement chez la plupart des fournisseurs, c’est l’adresse que vous avez communiqué lors de la souscription à votre abonnement ADSL, dans d’autres cas, comme Orange, c’est l’opérateur qui vous crée une adresse mail principale. (et qu’aucun abonné Orange ou autre ne consulte).

De quoi se compose ce mail :

– D’une jolie phrase de bienvenue :  » Attention, votre accès à internet a été utilisé pour commettre des faits, constatés par procès-verbal, qui peuvent constituer une infraction pénale.  » … bonne entrée en matière donc.

– Un joli paragraphe qui affirme que votre accès Internet a été utilisé pour  » mettre à disposition, reproduire ou accéder à des œuvres culturelles protégées par un droit d’auteur. « 

– L’heure du crime

– L’adresse IP du meurtrier qui tue les artistes, ainsi que votre fournisseur d’accès à Internet

– Votre adresse postale, celle d’abonné de tel ou tel fournisseur (lien entre l’adresse IP attribuée à un instant T et l’abonné qui a cette adresse)

– Vos droits et les recours que vous avez à votre disposition pour contester l’avertissement (s’ils ont le temps, qu’ils ne mettent pas votre demande de côté, selon l’âge du capitaine, toussa toussa)

Le mail va à l’essentiel, la liste des œuvres téléchargées (vilain pirate!) n’est pas dans ce mail, mais vous êtes en droit de contacter la HADOPI afin de l’obtenir dans les plus brefs délais.

Sauf que ?

(Oui, j’aime commencer de nouveaux sujets par « Sauf que ?) … Bien, sur les médias sociaux, Facebook, Twitter, sur les blogs, les sites d’information, les forums, ‘fin bref sur la toile en général on constate que bon nombre de ces avertissements ne sont pas justifiés. Comment est-ce possible ?

– Une erreur informatique de la HADOPI : c’est très peu probable, puisque le traitement est automatisé, TMG (l’organisme qui s’occupe de vous flasher en plein téléchargement illégal) scrute le réseau, puis transmet le tout à la HADOPI, qui récupère le propriétaire de l’adresse IP x à un moment donné et hop, mail. Donc, j’ai du mal à croire à une erreur informatique.

– Un piratage de votre connexion Internet : quoi qu’on en dise, le piratage reste simple, mais quand même… Il faut rentrer dans votre connexion, télécharger, espérer que vous vous fassiez attraper, que votre IP soit flashée, toussa toussa…donc pas mal de variables qui font que ça ne tient pas vraiment la route.

– Une erreur dans le traitement des données : la HADOPI envoie un mail à Pierre, qui a été flashé sur Internet en train de télécharger…manque de bol, entre l’heure de la constatation des faits et l’avertissement, l’adresse IP de Pierre est devenue l’adresse IP de Paul et donc, le fournisseur transmet les coordonnées de Paul et la, c’est le drame: faux positif.

Pourquoi ceci ne remonte que maintenant ou alors au compte goute ?

La raison est relativement simple : il faut avoir quelques connaissances que tout le monde n’a pas. Dans un premier temps, il faut savoir exactement de quoi on est accusé et donc, contacter la HADOPI pour obtenir la liste des œuvres téléchargées (exemple : la HADOPI vous dit que vous avez téléchargé du Mireille Mathieu… ‘fin c’est votre choix hein…alors que vous n’en avez jamais téléchargé, donc il y a déjà une erreur). Je pense que peu de monde contacte la HADOPI…

Il faut ensuite faire quelques vérifications : vérifier si votre ordinateur ne sert pas de station de téléchargement (en gros, écouter son réseau avec un logiciel comme Wireshark par exemple), et ça, tout le monde ne sait pas le faire. Il faut vérifier que personne n’ait piraté votre accès Internet via la box, liveboite, freeboite, peu importe c’est pareil….sur la Livebox, on peut savoir la liste des équipements connectés au réseau wifi, donc savoir rapidement si votre accès Internet a été forcé, chez Free, c’est impossible…il faut dont passer par d’autres logiciels, tout aussi compliqués que Wireshark pour un utilisateur lambda.

De facto, on pense que l’avertissement est justifié, puisque l’on est incapable de prouver qu’il ne l’est pas…si peu que vous ayez un ado chez vous, forcément, ça sera lui le coupable.
Manque de bol pour la HADOPI, des cas font plus de bruits que d’autres, c’est le cas de deux membres du Parti Pirate qui ont (ou leur entourage) reçus des avertissements. Après analyse du ou des ordinateurs, des logiciels installés, de la connexion, de la box, bref de tout ce qu’il est possible de tester…les deux avertissements sont des faux positifs.

Comment est-ce possible ?

– Solution 1 : la HADOPI a volontairement envoyé des avertissements à ces deux membres, (pour faire peur ?) mais c’est se tirer une balle dans le pied et puis la HADOPI ne sait pas qui est qui, elle envoie ses avertissements, point.

– Solution 2 (la plus probable) : ces deux personnes se sont renseignées, ont constaté une erreur, l’ont contesté et surtout, sont capables de prouver qu’il s’agit bien d’une erreur.

Combien de personnes sont capables, je veux dire, techniquement, de prouver que c’est une erreur ? Très peu selon moi.
Nous sommes donc dans un cas de figure ou, potentiellement, énormément de faux positifs arrivent, mais très peu de monde le sait et est en mesure de le démontrer. Ceci pose un problème pour la suite, dans un cas un autre innocent prendra un autre mail par erreur, dans d’autres cas, quelqu’un déjà flashé prendra une ultime sommation, un courrier recommandé, avant la suspension de l’accès à Internet.

Les méthodes utilisées par TMG sont obscures, pas très bien définies et, plus grave, aucun audit n’a été mené dans cette société pour s’assurer qu’elle ne fait pas d’erreur.
Les méthodes de contact de la HADOPI sont plus que contestables, le fait d’être accusé à tord, le simple fait que l’affirmatif soit utilisé : « votre accès à Internet a été UTILISE » ne laisse aucune place au doute et, si j’étais un Internaute « lambda », soit j’aurais peur, soit je serais vexé et en colère que l’on m’accuse de quelque chose que je n’ai pas fait.

Actuellement, la HADOPI annonce envoyer 10 000 mails par jour, imaginez vous le nombre de faux positifs possibles ?
Et si je vous dis que la HADOPI a annoncé qu’elle allait passer sur un rythme de 200 000 saisines, fin 2011 ? Et si cet audit chez TMG n’est pas fait, si rien ne change, le nombre de faux positifs va tout simplement exploser.

Plus dérangeant : la HADOPI est financée par les fonds publics, plus de 10 millions d’euros par an…vous m’excuserez, mais si c’est pour envoyer des mails d’accusations qui se révèlent être des faux positifs, autant stopper la couteuse expérience ici.

J’imagine que jamais le gouvernement ne lira ce billet, mais entant que citoyen et contribuable, j’aimerais bien que TMG soit auditée et que les faux positifs n’existent pas, la loi HADOPI est dangereuse, couteuse et techniquement dépassée, n’est-il pas temps d’arrêter les frais ou, à défaut, d’investir dans d’autres solutions ?

Numendil, pirate et citoyen en colère.

Nota : pour appuyer mes dires, j’ai contacté quelques personnes qui ont reçu un avertissement qui s’est avéré être un faux positif et, je vous confirme que peu de monde peut techniquement affirmer que l’avertissement est un faux, il faut des connaissances. Je vais contacter d’autres personnes, afin d’en savoir plus sur leurs méthodes de détection des faux positif.