Intercepter des données sur de la fibre optique, c’est possible.

Le mois dernier, nous parlions ici même de certaines façons de fonctionnement de la fibre optique. Il était question de différentes technologies, de différents fonctionnements et j’avais promis un second billet sur un problème de sécurité qui existe sur la fibre optique.

L’attente est donc terminée, j’ai un peu de temps pour écrire. Promis, j’ai encore plein de choses à dire, mais les journées ne font que 24 heures et c’est bien dommage. Bref.

Tout d’abord, il faut préciser ce que je vais définir par interception. Interception ici définit le fait de récupérer des données, nous allons nous pencher sur l’interception « à l’arrache », non déclarée, illégale pour être plus clair.

L’interception légale ne sera donc pas abordée, des méthodes existent déjà, un cadre légal strict existe également. De plus, cette interception légale ne fait généralement pas de la façon présentée dans le billet.

Néanmoins, il faut savoir qu’il n’existait pas de système d’interception de données sur de la fibre avant.

Bref, passons aux explications. Tout commence en novembre 2012 lorsque Senetas, une entreprise australienne, annonce qu’elle a trouvé le moyen de lire et de copier des données transportées par de la fibre optique [PDF en anglais], le tout sans se faire repérer.

Je n’ai pas testé l’appareil mais il semble être assez petit, ressemble à une sorte de pince et, plus grave, et complètement indétectable par votre opérateur. En effet, Senetas annonce que la communication n’est pas interrompue et que la fibre n’est pas « coupée », partant de ce constat et des explications du précédent billet, vous comprenez pourquoi il n’est pas possible de détecter ce type d’interception.

Le risque ?

Il me semble assez évident : l’utilisation de cet outil dans des écoutes non déclarées, une mauvaise utilisation de cet outil ou encore un pirate en herbe qui essaye de jouer aux espions sont autant de risques possible liés à cet outil.

Faut-il devenir parano pour autant ?

La réponse dépend de votre définition de « vie privée » et sécurité. Ces deux choses sont parfois radicalement différentes selon les personnes cependant, il faut relativiser la découverte.

Premièrement, l’outil n’est pas utilisable partout, il doit se connecter à un point de branchement de fibre, que ce point soit sur le réseau ou dans l’entrée de votre bâtiment. Cela sous-entend qu’il faut d’abord avoir accès aux infrastructures qui accueillent la fibre. Ce n’est pas simple mais ce n’est pas non plus mission impossible.

Après, l’outil, il faut se le procurer. C’est une étape obligatoire et il faudra débourser une somme non négligeable qui va calmer pas mal de pirates en herbe. J’espère aussi que la société fait attention à ce qu’elle vend et encore plus à qui souhaite acheter.

Pour terminer, Senetas propose un outil de chiffrement pour éviter l’interception de ces données. D’autres solutions existent d’ailleurs, celles qui permettent de chiffrer vos communications, ou de passer vos données dans un tunnel qui, pour résumer, va chiffrer vos données.

Encore faut-il être curieux et savoir que des solutions de chiffrement existent afin d’éviter, qu’un jour, un éventuel pirate récupère vos données en venant se brancher sur votre fibre…

L’anonymat et le sénateur Masson, épisode II

D’avance, ce billet sera un peu brutal, bonne lecture.

Ce qu’il y a de tristement drôle dans la stupidité, c’est qu’elle semble chez certains sans limite. C’est le cas du sénateur Masson, qui revient à la charge contre l’anonymat des blogueurs.

Dans une question écrite à Fleur Pellerin, ministre déléguée à l’économie numérique distinguée pour ses… propos justes, nobles et parfaitement censés sur le DPI (attention, ironie inside), M. Masson demande s’il n’est pas possible de lever l’anonymat des blogueurs. Il rajoutera dans sa question une demande de sanction en cas de résistance à cette identification.

Qu’est-ce que M. Masson n’a pas compris la dernière fois qu’il a tenu de tels propos ? M. Masson est-il contre la liberté d’expression ?

Selon moi, soit il l’est soit il est stupide. Dans les deux cas il y a un problème.

Imaginons donc qu’il ne soit « que stupide » puisque c’est sans doute le meilleur cas de figure possible. Il convient alors de lui réexpliquer l’importance de l’anonymat dans la vie numérique.

L’anonymat est, pour certains et même en France, un gilet pare-balles. Des blogueurs activistes aidant des pays à démocratie plus que variable se servent de l’anonymat pour ne pas se faire attraper.

Que se passerait-il si l’anonymat était levé ?

Dans le meilleur des cas, ces blogueurs arrêteraient de travailler. Dans le pire des cas, ils auraient des ennuis dans la vie physique.

Second cas de figure : les blogueurs qui se servent de cette protection qu’est l’anonymat pour parler de choses tirées de leurs vies personnelles ou professionnelles. Parler de sa dernière relation, d’une maladie lourde, d’un conflit … certains ne le feront pas avec leur identité, les points abordés pouvant créer d’éventuels conflits personnels.

Dans la vie professionnelle, c’est la même chose : quid des personnes qui parlent de leur travail avec leur vraie identité, licenciement ?

Nous assistons déjà à des licenciements pour des propos tenus sur une société x ou y, ce phénomène prendrait de l’ampleur si l’anonymat n’était plus garanti.

Certains blogueurs laissent volontairement trainer des données d’identification, comme moi. Mais dans ces cas-là, la décision finale revient au blogueur et il n’est nullement question d’une loi obligeant la levée de l’anonymat.

M. Masson cherche-t-il à réinventer l’eau chaude ?

Manifestement, oui. M. Masson ne sait peut-être pas que des dispositions existent déjà pour l’identification d’un blogueur. La loi de confiance en l’économie numérique (LCEN) permet, dans le cas de propos considérés comme diffamatoires, d’obtenir les données d’identification dudit responsable des propos tenus, sur demande auprès de l’hébergeur.

Résumons donc, si vous le voulez bien.

  1. M. Masson essaye une seconde fois de faire lever l’anonymat des blogueurs pour, je cite, « protéger les éventuelles victimes de propos inexacts, mensongers ou diffamations qui sont, hélas, de plus en plus souvent colportés sur la toile ».
  2. Des dispositions existent déjà pour ces cas de propos inexacts, mensongers ou diffamatoires mais le sénateur Masson n’est manifestement pas au courant de cette loi, comble pour un sénateur.
  3. M. Masson n’a peut-être jamais essayé de contacter un blogueur afin d’obtenir un droit de réponse, qui sait ? C’est pourtant chose aisée.
  4. Pour terminer, il convient de définir ce que signifie blog : un site, une page, sur laquelle on inscrit des données.

C’est vague, nous savons que les blogs visés sont des blogs personnels, les blogs professionnels rentrant dans un autre cadre juridique assez différent. Nous pouvons donc, au hasard, penser à Facebook, Skyblog, Overblog et éventuellement à des blogs vidéo, ce qui fait un nombre considérable de personnes touchées par les envies du sénateur Masson.

Alors, pourquoi M. Masson veut lever cet anonymat ?

Et si la réponse se trouvait dans la vie de ce cher sénateur ?

L’ironie, c’est que M. Masson, lui, se sert de l’anonymat pour des choses assez discutables :

  • 1983, M. Masson fait rédiger des tracts diffamatoires anonymes contre lui-même afin de discréditer son opposant aux élections municipales, Jean-Marie Rausch.
  • 1997, M. Masson est destitué de ses fonctions et condamné à un an d’inéligibilité pour avoir financé la campagne d’un concurrent afin d’affaiblir une rivale.

M. Masson s’est aussi retrouvé victime de propos diffamatoires à son égard et c’est sans doute la raison de sa grosse colère, inconscient de l’importance de l’anonymat.

M. Masson, lorsqu’on se sert de l’anonymat à de mauvaises fins, on ne vient pas faire des leçons par la suite. C’est déplacé, pour rester poli. Vous méprisez ceux qui ont besoin de cet anonymat pour avancer, parler, publier et parfois protéger leur vie.

J’espère que vous lirez ce billet, qu’il vous déplaira et que peut-être, vous comprendrez l’absurdité de vos propos. Si ce n’est pas le cas, nous pouvons en discuter autour d’un café, je suis toujours partant pour expliquer des choses, surtout lorsque les points de vue divergent.

Skype remplace Messenger. Il est temps de désinstaller Skype.

Ou de ne pas l’installer tout court. C’est officiel, Skype sera bientôt proposé forcé en lieu et place de l’ex logiciel de communication MSN Messenger, renommé Windows Live Messenger depuis quelques temps déjà.

Je ne vais pas m’éterniser sur les raisons qui font que je vous recommande de ne pas utiliser Skype tant elles sont nombreuses. Entre la géolocalisation d’une adresse IP, le fait qu’il soit propriétaire et que son code source soit fermé et qu’il existe donc de fausses versions de Skype sans communauté pour vérifier le code, que l’outil soit assez dangereux pour mettre en danger la vie d’opposants (le site est de confiance, promis) à un régime comme celui en Syrie , le fait que Skype soit un nid à failles de sécurité … bref, je vous invite à lire car le billet ne va pas parler de cette « chose » qu’est Skype, mais des alternatives qui libres qui existent.

De façon générale, il est possible d’utiliser un logiciel fonctionnant avec XMPP, comme Google Talk par exemple.

La configuration d’un compte est à votre guise, j’évite Google personnellement car côté privée, j’ai quelques doutes. Je ne vais pas parler de ce qu’on peut configurer dessus, simplement expliquer que beaucoup de systèmes de communications gèrent le XMPP (Google, Facebook et même Skype en partie), passons à la partie logiciels :

Je n’en présente qu’une infime partie :

Pidgin : c’est un client de messagerie instantanée multi-protocoles, vous pourrez y paramétrer, entre autres AIM (AOL Instant Messenger, Facebook pour sa messagerie, Google Talk, IRC, un service de communication basé sur XMPP comme Jabber et bien d’autres. Le site officiel donne la liste complète.

Ce logiciel est libre, s’installe sans soucis sous Windows ou GNU/Linux, gère la vidéo et la VOIP (la voix à travers l’IP) et, avec des plugins supplémentaires comme OTR par exemple, il permet le chiffrement de vos communications.

Jitsi est un client qui fonctionne un peu de la même façon que Skype, en SIP. Il gère différents services de messagerie instantanée ainsi que de la téléphonie par IP et est multi-plateforme également.

Mumble est un logiciel libre de voix sur IP, il peut remplacer vos conversations sur des salons et ne permet pas, à la différence de Skype, de passer un appel direct à une personne ou un numéro. Le logiciel est également multi-plateformes.

Linphone, pour finir, est un logiciel similaire à Skype, libre et open source et multi-plateforme, je précise qu’il existe également sous Android et iOS. Il gère la voix, la vidéo et est gratuit. Il suffira juste de créer un compte SIP ou d’en paramétrer un déjà existant. Si vous n’en avez pas, il est possible d’en créer un depuis le site officiel.

La liste est tellement longue et les envies et usages de chacun tellement variés que je vous invite à faire vos recherches et vos choix pour trouver le logiciel XMPP qui vous plaira .

Vous pouvez également vous rendre sur le merveilleux site de Framasoft. Vous trouverez alors des rubriques détaillées sur chaque usages et par la suite, une série de logiciels libres.

Il est temps de tester l’alternative. L’avantage ici est que ces logiciels sont libres et que le code de ces logiciels est ouvert. Une communauté existe et elle observe le code des applications, ce qui garantit une bonne sécurité, des mises à jour en cas de problèmes et surtout, une absence de mauvaises surprises pour votre vie privée.

Chiffrez qu’on vous dit, bordel.

Ou l’histoire insolite d’une personne considérée comme dangereuse à cause d’une mauvaise traduction de SMS.

Dans ce billet, j’ai découvert une histoire un peu insolite.

Pour celles et ceux qui ont la flemme de lire le court article, petit résumé :

Un homme était accusé par la police de Copenhague de trainer dans, ou près, d’une organisation terroriste. Un SMS intercepté par les forces de l’ordre fait état d’une demande de réunion dans le but de financer le parti des travailleurs du Kurdistan, considéré comme organisation terroriste par les États-Unis.

La police a utilisé Google translate pour traduire le message, ce dernier était en turc et c’est là que se situe l’erreur : la traduction Google était erronée et l’innocent s’est retrouvé coupable.

Arrêtez d’avoir la flemme et allez lire le billet car ce que je souhaite aborder, c’est l’envers du décor de tout ceci :

Il faut se poser les bonnes questions et la première qui me vient en tête est la suivante : cette personne était-elle déjà observée par la police ?

Si oui, cela pourrait expliquer l’interception de messages mais, si ce n’est pas le cas, comment ce SMS a pu se retrouver dans les mains de la police ?

Tout ceci n’est que supposition mais il n’est pas inconcevable le SMS ait été intercepté car il contenait des mots particuliers ou une suite de mots qui, dans l’ordre, déclenchent une alerte sur un serveur quelconque.

Cette histoire me fait penser à celle d’un homme arrêté pour avoir blagué, de mémoire, sur un train qui allait sauter. Le message a également été intercepté et la personne arrêtée.

Cette réflexion m’amène à revenir sur un point déjà abordé ici et dans bien d’autres lieux, physiques comme numériques : la protection de la vie privée.

Afin d’éviter que des yeux indiscrets se posent sur des messages qui ne leur sont pas destinés, il existe des applications, la plupart fonctionnent sous un grand nombre de systèmes, de Windows à Apple en passant, évidemment, par un système GNU/Linux :

GNU PG (GPG) est un système permettant le chiffrement de vos communications, il est possible de le gérer via un client de messagerie comme Thunderbird par exemple, ce dernier s’installant sans problème sous Windows, pas d’excuses d’incompatibilités.

Pour chiffrer vos sms, il existe également une application selon votre système. Sous Android par exemple, TextSecure répondra à vos attentes, une application similaire existe pour l’Iphone mais je ne parle pas de ce que je n’ai pas pu essayer, quand à Windows Phone, je n’ai pas cherché à savoir si une application existait.

Je vois certains d’entre vous arriver : « oui, mais si on utilise ces applications, alors c’est qu’on à quelque chose a cacher. »

Ma réponse sera simple : lorsque vous envoyez un courrier postal, vous aimez qu’on l’ouvre à votre insu pour vérifier ce qu’il contient ? J’imagine que non, il en va de même pour un mail, ou un SMS.

D’autres répondront sans doute que ces outils sont utilisés par des terroristes, à ces derniers je répondrai qu’Einstein n’a jamais voulu que l’aboutissement de travaux de recherche fassent naitre une arme de destruction massive.

Bref, une invention n’est pas bonne ou mauvaise. C’est l’utilisation que l’Homme en fait qui l’est : on peut chiffrer ses messages pour avoir un peu de vie privée ou alors chiffrer pour planifier une attaque terroriste, oui.

Voilà, vous n’avez plus d’excuses pour ne pas essayer.

Apple, ou l’histoire d’un seul mec qui décide ?

J’ai prévu de ne pas trop troller sur la firme à la pomme, surtout depuis le dernier I-bidule. Ce billet n’est donc pas là pour ça, même s’il va surement en donner l’impression. J’ai juste envie de partager mon point de vue (c’est la journée).

On me considère comme hacker, je préfère dire que j’en suis loin et que j’aime bien bidouiller. Je suis également amoureux du libre et de tout ce qu’il peut nous apporter mais il y a une notion qui compte plus que tout pour moi : être propriétaire de ce que je possède, être libre de faire ce que je veux, de démonter, remonter, modifier … ce dans quoi j’ai investi.

Je sais que mes meubles sont à moi car j’ai payé pour les avoir, je sais que mon ordinateur aussi car je l’ai payé, monté et que j’ai installé un système d’exploitation dessus, libre de surcroit.

Il en est de même pour mon téléphone portable : je l’ai acheté, je l’ai configuré et j’en fais maintenant ce que je veux avec.

J’ai préféré un Nexus S car il n’est pas simlocké et qu’il n’existe pas de surcouche opérateur dessus, c’est pour dire.

Pourquoi je vous raconte tout ceci ?

Parce qu’Apple, c’est tout l’inverse.

J’ai beau essayer de comprendre, quelque chose cloche : Apple ne vend pas un « vrai téléphone. »

Bien évidemment, leurs équipements permettent de téléphoner, de jouer à Angry Birds ou whatever, de s’envoyer des messages comme n’importe quel autre téléphone et, si on en reste à la définition même d’un téléphone, alors l’Iphone est un téléphone.

Mais si je pousse ma réflexion un peu plus loin, éventuellement jusqu’à l’absurde, un Iphone n’est ni plus ni moins qu’un terminal qui vous relie directement à Apple.

Comme je vous le disais avant, j’aime être propriétaire de mon équipement, j’aime pouvoir le bidouiller, l’améliorer, voir comment il fonctionne et je veux être libre de faire absolument tout ce que je veux avec.

L’Iphone ne permet pas tout ceci.

Je vous vois arriver, fanboys :

« Bien sûr que si, on peut faire ce qu’on veut avec, et bien plus qu’avec n’importe quel autre téléphone. »
« Encore un fichu de libriste qui nous dit qu’Apple c’est le mal. »
« C’est parce que tu n’en as pas que tu dis ça, tu te contentes de la médiocrité, c’est ton choix. »

Je ne vous force pas à me croire, mais j’aimerai que l’on réfléchisse à la définition même du mot propriétaire.

Si j’ai envie d’installer une application tierce, je peux le faire. Au même titre que je peux installer une application porno, changer le dialer de mon téléphone, changer le clavier virtuel pour le passer en klingon, installer une application pour chiffrer les SMS …

Je précise qu’il existe une application pour le chiffrement des messages sur Iphone, Black Message, mais selon ses propres utilisateurs, elle n’est pas terrible et pas vraiment fonctionnelle. Je ne sais pas si elle est open-source et donc, je ne connais pas son code, je ne sais pas s’il est sûr ou non, rien ne me garantit que mes messages ne sont pas envoyés en clair quelque part.

Au final, qu’est-ce qu’Apple selon moi ?

Apple, c’est un mec, quelque part, qui décide de ce que vous avez le droit de faire ou non. Vous voulez du porno ? Non, Apple ne veut pas. Vous avez une application et Apple ne l’aime plus ? Pas de soucis, on la retire, c’est tout, vous n’avez pas votre mot à dire.

Je ne remets pas en cause leur stratégie commerciale (quoi que…), Apple est une société et comme toute société, son but est de faire du profit. Je ne remets pas non plus en cause leur stratégie de communication, elle fonctionne bien (pour celles et ceux qui travaillent dedans, repensez au SONCAS).

Ce que je remets en cause, c’est ce système fermé ou, au final, l’utilisateur n’est pas maître de ce qu’il achète, n’est pas « propriétaire » et donc, pas libre de faire ce que bon lui semble sur sa machine.

On pourra me répondre que pour ça, il y a le jailbreak. Non. Je trouve anormal d’être obligé de casser des verrous pour pouvoir utiliser son téléphone comme on souhaite. Et je ne parle même pas de l’aspect matériel du produit, fermé lui aussi.

Fin de parenthèse sur Apple, je voulais simplement vous donner un point de vue en plus de 140 caractères.

NB : vous êtes libres de commenter ce billet, mais si je vois que les commentaires virent en Pro vs Anti Apple, ça sera fermeture instantanée. Respectez-vous les uns les autres et partagez votre point de vue dans la joie et la bonne humeur :]

On teh Internets, nobody knows you’re a dog.

Ce billet fait suite à un début de coup de gueule sur Twitter.

Pour replacer les choses dans leur contexte, tout est parti d’un énorme coup de gueule d’un ensemble de personnes contre le magazine Joystick, spécialisé dans les jeux vidéo. Il était question de Lara Croft, personnage de la mythique saga Tomb Raider, elle incarne une aventurière archéologue qui lutte contre les méchants, dans différents pays du monde, dans la jungle comme au sein d’un tombeau viking au Groenland.

Joystick présente Lara Croft comme un morceau de viande, utilise un ensemble de mots qui se rapprochent de près ou de loin au viol et à la violence sexuelle, non consentie.

S’en suit un autre départ sur le fait de rire ou non à des blagues sur les femmes, ce qui me semble réducteur car on stigmatise une partie de la population, même si on peut rire de tout, on ne peut pas le faire n’importe comment.
Le rapport avec le titre dans tout ça ? Le débat que ça a déclenché. Un mélange de paroles toutes aussi stupides que les propos tenus par Joystick et… je dois avouer que ça m’a gonflé, donc j’en parle.

Le débat tournait autour d’un « voilà pourquoi il faut des féministes, les mecs réfléchissent avec leur queue, il faut leur faire comprendre qu’ils sont débiles. », de mémoire, il y avait aussi un « les mecs devraient défendre les filles plutôt que de baver devant le cul de Croft ».

En lisant ces propos (et d’autres), la seule chose qui m’est venue à l’idée, c’est que ces féministes-là sont aussi stupides que les certains hommes machos qui bossent chez Joystick.

Nous sommes dans la vie numérique, elle est réelle mais elle est ce que l’on veut : sur Internet, personne ne sait que vous êtes un chien.

Je m’explique : dans la vie physique, nous sommes liés à un ensemble de paramètres que l’on ne maîtrise pas : voix, âge, sexe et bien d’autres points sont autant de facteurs qui déterminent, pour beaucoup, la façon de parler à quelqu’un.

Ainsi, une femme pourra peut-être plus facilement parler à un homme qu’elle trouve mignon et un homme à une femme, juste parce qu’elle a des boobs. Fort heureusement, nous ne sommes pas tout d’accord pour rentrer dans ce modèle qui ressemble plus à de l’attirance sexuelle qu’autre chose.

La vie numérique est différente, le cyberspace permet de se passer de ces contraintes : vous êtes un(e) internaute. Vous n’êtes ni un homme, ni une femme, ni même un chien, vous êtes ce que vous décidez d’être.

On va sans doute me traiter de misogyne avec ce qui suit. Faites-vous plaisir, vous rentrez pile dans le moule de la société, félicitations. Je suis antiféministe, pas misogyne. Je suis également anti-« la même chose pour les mecs ». Seul l’Humain compte. Ou l’octet, au choix.

Si vous vous faites draguer, ennuyer, que vous tombez sur un(e) lourd(e) qui vient vous parler en query, en DM et j’en passe, la seule personne fautive, c’est vous.

Un homme ou une femme n’existe que parce que vous décidez que cela doit exister, que parce que vous décidez, consciemment ou non, de vous identifier à l’un ou l’autre. Selon vos propos et la conjugaison, il devient facile de savoir si vous êtes un homme ou une femme : « je suis fatigué », « je suis sportive » … ces mots permettent aux autres de savoir si vous êtes un homme ou une femme.

Il y a également les gens qui se plaignent du sexe opposé mais qui annoncent le leur (ex : je suis une femme qui code. Réponse : non, les codeurs codent, les filles ne codent pas, les garçons non plus d’ailleurs.). Si quelqu’un vient vous gonfler suite à cette annonce, c’est presque normal. Presque parce que on devrait être libre de dire ce que l’on veut, que l’on est un homme ou une femme sans que personne ne vienne vous faire chier directement après, mais bon, le monde parfait n’est pas encore pour demain, la société fonctionne quasi uniquement aux apparences.

Vous êtes un ensemble d’informations, un ou plusieurs pseudonymes, un éventuel avatar, une éventuelle adresse. Dès lors que vous annoncez que vous êtes une femme ou un homme, vous n’êtes plus neutre, vous apportez un bout de vie physique et de codes dans la vie numérique et fatalement, les mêmes schémas se reproduisent alors.

Il existe des sites dédiés ou le but est que des internautes annoncent de point afin de se rencontrer dans la vie physique, uniquement dans ce but : meetic. Internet n’est pas meetic (et c’est tant mieux).
Je serais presque tenté(e) de faire un lien avec les blancs et les noirs, comme on en parlait il y a une éternité. C’est exactement la même chose.

Lorsque j’étais plus jeune, je regardais un dessin animé qui parlait d’une souris super intelligente. Elle était capable de tout un tas de choses et elle travaillait souvent mieux que les Hommes. Seule obligation, elle travaillait toujours lorsque les autres n’étaient pas là. Tout le monde était content de la qualité de son travail dans le dessin animé.

Est-ce que ça aurait été pareil en sachant dès le départ que c’était une petite souris ? Non, je ne pense pas. C’est (malheureusement) pareil pour une majorité de la population, dès qu’on sait que vous êtes un homme ou une femme, la société part du principe qu’il ne faudra pas parler des mêmes sujets, de la même manière. Selon cette société, certaines choses ne se font pas de la même manière selon que l’on soit un homme ou une femme.

Bullshit. Internet vous donne la possibilité de vous affranchir de ces contraintes.

Ce n’est pas Internet qui fait que vous êtes un homme ou une femme, Internet ne décide pas, Internet est con. C’est vous qui transposez la façon dont vous fonctionnez sur Internet. Laissez la vie physique là où elle est, et celle numérique en paix.

Focalisez sur les idées, sans toujours chercher à savoir si vous vous adressez à un homme ou à une femme. Rien que pour ça, Internet est un outil démocratique, il permet l’égal à égal entre une femme, un homme, un chien et même un poulpe.

Je ne dis pas ça pour affirmer mon côté homme, hein. D’ailleurs, ce texte ne prouve en rien que j’en suis un, ni que je suis une femme d’ailleurs.