Retour de #PSES2015 : ma conférence « 2.0 »



Le festival Pas Sage En Seine s’est déroulé du jeudi 18 juin au dimanche 21 juin 2015.

Lors de l’évènement, j’ai tenu une conférence intitulée «La vie privée et la loi sur renseignement », initialement intitulée « Vie privée est loi sur le renseignement, pourquoi cela ne fonctionne pas ? »

S’il vous vient l’envie de regarder cette conférence, sachez que c’est par ici que ça se passe, ou par ici si vous ne disposez pas de Flash Player, sinon, c’est juste en dessous pour récupérer ça chez Youtube :

Le but de ce billet est de revenir un peu sur ma conférence et de rajouter des éléments que je n’ai soit pas eu le temps de présenter, soit que j’ai simplement oublié lors de ladite conférence.

Premièrement : le « buzz » sur le projet de loi.

Mon premier objectif était de « briser notre bulle », sortir de notre zone de confort où beaucoup pensent que tout le monde a déjà entendu parler de la loi sur le renseignement, ce qui est malheureusement faux.

Dans les faits, une grande majorité de la population n’en a pas entendu parler du tout. Si nous avons l’impression que c’est plutôt l’inverse, c’est parce que la quasi totalité de notre petit monde en parle, que des journaux en parlent, que quelques gus sont invités dans des émissions pour en parler mais, au final, cela ne touche que notre monde et peut-être une infime partie des quelques personnes plus ou moins sensibles aux questions que nous nous posons déjà sur cette loi, votée depuis peu à l’Assemblée nationale.

On me dira que pour ACTA, il y avait du monde, beaucoup de monde : c’est vrai. Mais c’était un « concours de circonstances » : Megapuload venait de tomber, les Anonymous étaient de la partie et ACTA arrivait en même temps. Pour la majorité des personnes à l’époque, les manifestations n’étaient pas contre ACTA mais pour Megaupload, au moins en partie. Je ne remets pas en cause la très belle victoire hein, mais je garde quand-même la tête froide.

Second temps : changer d’approche.

Le texte de loi est clairement mal rédigé. Ce constat n’est pas de moi, il est, à l’origine, d’un juriste que je connais et qui m’a déclaré « il va me falloir plus de paracétamol que d’habitude ». Le texte est donc mal rédigé, du moins, encore plus mal rédigé que d’habitude quoi.

NDLR : au premier ou à la première juriste qui viendra me déclarer : « oui mais s’il y a le métier de juriste ce n’est pas pour les chiens, laisse la loi à ceux qui comprennent », je vous conseille de venir avec des protections parce que ça va faire très mal et cela commencera par : « Laisse l’informatique à ceux qui comprennent et ferme-là alors . » et je déteste profondément cette vision.

Je pense que c’est assez clair, cet argument est complètement con.

Donc, constat : un texte très mal rédigé, assez flou alors que la loi, en France, est généralement très précise et… pour ne rien arranger, nos explications peinent à convaincre celles et ceux étrangers à notre monde de geek, bidouilleurs et hacktivistes.

Nous avons donc un double problème initial : un texte mal rédigé et de mauvaises explications, dans le sens où elles ne sont pas du tout adaptées au public que nous visons. Elles sont trop lointaines, floues, ne concernent pas directement le public à qui nous tentons de nous adresser et, de facto, semblent tellement lointaines qu’elles ne représentent pas, dans l’esprit des gens, une réelle menace.

Ce problème se retrouve dans les crises humanitaires ou vis à vis de la famine par exemple : c’est loin, donc cela ne nous regarde pas. De récentes campagnes de communication visuelles jouent d’ailleurs sur ces aspect là pour éveiller les consciences.

Troisième temps…

Tenter de trouver des éléments plus percutants pour faire prendre conscience aux gens qu’au final, ils sont bel et bien concernés par la loi sur le renseignement.

Là, je vous invite , à nouveau, à visionner ma conférence.

Les rajouts :

Je profite de mon billet pour rajouter le plus d’éléments possibles, ainsi que les sources dont je me suis servi :

La déclaration de Jean Jacques Urvoas : « Toutes les conversations seront écoutées mais toutes ne seront pas enregistrées » a eu lieu à la radio, sur RMC, vous pouvez retrouver un résumé de cette interview ici (RMC est lié à BFMTV, désolé).

Les éléments qui me poussent à dire qu’il sera bien question d’analyse de réseaux sociaux, ou ARS.

  1. INRIA sur Le Monde
  2. La déclaration de Jean-Yves le Drian qui souhaite retrouver les auteurs et lecteurs de vidéos de décapitation, pour croiser les données il faudra forcément faire de l’ARS.
  3. La façon dont cela va fonctionner, comme l’explique l’INRIA,les experts de l’ARS, ainsi que les experts dans le secteur informatique.

Les éléments qui me poussent à dire que le « boites noires » vont travailler sur de l’analyse de profils.

La déclaration de Bernard Cazeneuve lors des séances à l’Assemblée nationale :

« Mes services de renseignement ont pu, par des échanges d’informations, savoir que des terroristes procédaient, sur le darknet, à des communications cryptées donnant des éléments précis sur leur intention de commettre des actes terroristes. […][Les terroristes utilisent] une multitude d’adresses IP qui se masquent les unes les autres, à partir de messages postés depuis différentes boîtes situées partout sur la planète. » – source

Les éléments qui me poussent à dire que le gouvernement est inspiré du Patriot Act.

http://web.archive.org/save/http://www.senat.fr/rap/r14-388/r14-3886.html

http://web.archive.org/save/http://www.senat.fr/rap/r14-388/r14-3886.html

Dans le lien précédent, on découvre une source d’inspiration de la loi sur le renseignement, j’ai nommé le Patriot Act. Le morceau de texte choisi dit, en résumé, que le Patriot Act c’est mal… mais qu’en même temps cela a crée beaucoup de choses positives donc il serait bon de s’inspirer pour la prochaine loi sur le renseignement. J’ai mis le lien du rapport du Sénat sur archive.org pour être certain de le retrouver sans mal.

Les divers échanges lors des débats à l’Assemblée Nationale et au Sénat n’ont fait que confirmer mes impressions, malgré les déclarations des ministres et du rapporteur Jean-Jacques Urvoas, combinées aux liens précédents et à l’analyse de certains juristes. Il me semble cohérent de déclarer que la loi sur le renseignement est directement inspirée du Patriot Act, pourtant fortement critiqué par les défenseurs du texte de loi français.

Enfin, pour clôturer

La loi sur le renseignement n’instaure pas une surveillance généralisée mais une surveillance de masse, la différence est importante.

La surveillance généralisée surveille absolument tout le monde, la totalité de la population française par exemple. Ce n’est actuellement pas possible, tant pour des raisons matérielles que financières, sans oublier que la surveillance de toute une population est strictement interdite par l’Europe et que je vois mal la France déclarer « oui, nous allons surveiller tout le monde ».

La surveillance de masse, c’est une surveillance dont le fonctionnement ne repose pas sur un individu mais sur « un profil ». Je vous invite, à ce sujet, à lire un autre article publié sur Le Monde, par un Directeur de recherches à l’INRIA.

Pour faire plus simple : on ne surveille pas Mohamed Merah car c’est Mohamed Merah, on le surveille car les outils et moyens qu’il utilise correspondent au profil recherché. Le problème c’est que les outils de Merah sont potentiellement utilisés par d’autres. Partant de ce postulat, on comprend facilement le danger : j’utilise les mêmes outils, des activistes aussi, des journalistes également…

Basculer d’une surveillance qui surveille des personnes à de la surveillance de profils, c’est extrêmement dangereux.

Si vous avez vu ma conférence et que vous souhaiter en parler, n’hésitez surtout pas, ici ou ailleurs.

Vous aimez cet article? Partagez-le ;-)

TwitterGoogle +LinkedInMail
Flattr !

4 commentaires to “Retour de #PSES2015 : ma conférence « 2.0 »”

  1. avatar

    Bravo pour ta conf et ce billet sourcé !
    Pour les arguments, juste rien à dire on pense pareil.
    Plein de datalove <3

  2. avatar

    Merci pour les pistes !
    Il ne reste plus qu’a les testez 😉

  3. avatar

    Belle conf beau travail, merci.
    Au boulot pour essayer de faire changer les choses 😉