Photos piratées et distribution de claques.



Hier, des photos de Jennifer Lawrence et de bien d’autres stars ont été publiées sur le WEB. Ces photos-là ont de particulier que lesdites stars sont nues dessus.

Sur le plan technique, il semblerait qu’un pirate ou un groupe de pirates ait récupéré des données depuis le service iCloud d’Apple et depuis dropbox, un système d’hébergement de fichiers pour celles et ceux qui ne voient pas ce que c’est.

Donc, jusque-là, histoire malheureusement classique… sauf que le traitement médiatique et la pensée puante de ce dernier ne me plait pas, j’ai donc décidé, dans ma grande bonté, de distribuer des claques numériques, un petit cadeau de noël en avance…

Parce que je trouve que le sujet est compliqué à traiter, je vais le présenter sous différents angles, en commençant par l’angle technique.

Sur le plan technique

Nous avons une faille de sécurité sur au moins deux services d’hébergement, ainsi qu’un problème de protection des données, au moins pour le cloud d’Apple…

D’ailleurs, on ne le dira jamais assez mais il vaut mieux faire très attention quand un fournisseur vous parle de « cloud » comme d’une solution miracle, c’est bien trop obscur pour qu’on sache vraiment ce qu’il se passe avec vos données.

Défaut de sécurisation donc, car Apple protège vos données sans vraiment les protéger : les données dans le cloud d’Apple sont chiffrées… mais Apple conserve la clef de chiffrement de vos données, de son côté. Une présentation de tout ceci est disponible chez Reflets [PDF], elle est abordable, bien qu’un peu technique.

Ce problème de protection des données chiffrées dans le cloud Apple n’est pas récent, des cas de piratage de données similaires, à savoir des photos de cul – soyons sérieux deux secondes – existent déjà.

Pour Dropbox, ce n’est pas non plus la première fois – ni la dernière d’ailleurs – que des données sont piratées chez eux, mais je n’ai pas encore eu le temps de creuser et d’avoir des informations sur eux.

Sur le plan technique, toujours, le cloud d’Apple est – corrigez-moi si je me trompe – activé par défaut pour la synchronisation des données du smartphone, le téléphone est protégé par un mot de passe, le cloud par une clef de chiffrement… un utilisateur lambda se dira que c’est amplement suffisant, ce qui est parfaitement normal.

Oui, une star, c’est un utilisateur lambda, oui. C’est juste un utilisateur lambda vachement connu, mais être une star ne donne pas la science infuse, aux dernières nouvelles. Ou alors j’ai loupé un truc avec Nabilla.

Première claque en pleine tête pour Apple, qui est conscient de ce problème de protection des données, sans pour autant agir en mettant en place des moyens décents.

De plus, lorsque vous supprimez des données de votre téléphone, elles restent généralement stockées quelque part dans le cloud… et ça il faut le savoir.

C’est un problème bien plus large qu’Apple, Facebook fait pareil, lorsque vous supprimez quelque chose, ça reste quand même stocké chez Facebook.

A quand une vraie suppression de données ?

Le cul

Le second angle, c’est donc celui des photos dénudées. J’ai vu et entendu beaucoup de personnes réprouver cette pratique, à grand coups de « faut être malade pour prendre des photos de soi à poil ».

J’ai envie de répondre, à ces gens-là, qu’il « faut être con pour penser comme ça », histoire de répondre de la même façon.

Le « sexting », le fait de se prendre en photo à poil pour l’envoyer à une personne, ce n’est pas nouveau, même si ça ne portait pas ce nom avant.

Depuis la nuit des temps, des personnes se représentent à poil pour quelqu’un d’autre. La Venus de Rubens est peut-être une forme d’ancien sexting… et tout le monde s’accorde à dire que c’est une œuvre d’art. Personne ne vient dire que Rubens était un malade obsédé qui faisait des peintures à poil.

Le sexting, c’est juste une adaptation des pratiques aux outils modernes. Avant, il y avait des photos autrement, puis des images autrement, puis des textes, puis tellement d’autres choses… Le sexting fait partie d’un jeu sexuel, c’est donner des envies à une personne, lui dire « regarde, regarde bien, et apprécie », c’est lui confier quelque chose sans avoir la garantie que ça ne sera pas publié sur la toile, c’est donc lui donner un semblant de pouvoir sur soi, et le pouvoir, c’est un pilier de la psychologie sexuelle.

Il n’y a donc rien de malsain dans cette pratique. C’est un jeu sexuel, vous pouvez ne pas aimer, ça ne vous autorise pas pour autant à considérer ses pratiquants comme des détraqués.

Le Slut Shaming

Là, on attaque la partie qui m’a donné envie de vomir. Le Slut Shaming consiste à faire se sentir coupable une femme donc le comportement ou l’attitude seraient jugés déplacés, honteux ou provocants. Ça consiste donc à blâmer une femme parce qu’elle parle, aime ou « pratique le sexe » d’une façon déplacée.

Le Slut Shaming, ça arrive même lorsqu’une femme se fait violer, c’est alors une double peine infligée à une victime. Dire à une femme violée « oui mais tu n’avais pas à te promener en jupe courte, c’était inévitable », c’est lui dire « c’est ta faute, connasse. », alors que ce n’est pas le cas.

Pour recentrer sur le sujet, des articles assez abjects sont sortis, hier. Ces derniers viennent culpabiliser un peu plus les victimes de ces fuites de photos.

Reposons les bonnes bases : ce sont des victimes. Ces photos sont des photos partagées sans le consentement de la personne, à son insu, récupérées par un pirate, c’est donc un viol de l’intimité, de la vie privée. Ces personnes sont donc des victimes, et non des coupables.

On pourra leur reprocher qu’à leur niveau, que de par leur célébrité, il aurait fallu faire plus attention – ce qui n’est sans doute pas faux – mais pas que c’est de leur faute. On pourra aussi imaginer que ces gens-là ont aussi une vie sentimentale, sinon sexuelle, le fait d’être des célébrités ne leur enlève aucun besoin humain, ils mangent, respirent et boivent… et envoient des « photos de cul », font du sexting, draguent, comme beaucoup d’entre nous. Ils sont juste humains, ni des dieux, ni des idoles.

On pourra donc leur reprocher de ne pas avoir pris assez de précautions, à la limite, mais pas leur reprocher la faute.

Cet argument me donne la nausée, c’est la même construction que l’argumentaire pourri qui consiste à dire « si tu t’es faite agresser ou violer, c’est de ta faute, il ne fallait pas être aussi indécente ».

Alors, quand je vois un article complètement abject de Melty, depuis retiré, ou encore un psychanalyste qui déclare «Tant pis pour elles !», je me dis que des grosses claques en pleine tête se perdent aussi.

Ah. Et vous êtes dedans aussi.

Vous, ici, ça représente celles et ceux qui se sont amusés à aller chercher et à véhiculer ces photos-là, ça représente ceux qui sont bien prompts à taper sur la tête de la N.S.A, mais qui ne sont, au final, pas spécialement mieux que ses agents, lorsqu’ils font tourner des photos de cul entre eux. Car ils le font, dixit Edward Snowden qui, je pense, est une source assez sûre.

La protection de l’intimité des gens, ce n’est pas alternatif, c’est comme la liberté d’expression, tout le monde y a le droit.

Vous aimez cet article? Partagez-le ;-)

TwitterGoogle +LinkedInMail
Flattr !

Aucun commentaire pour le moment... Soyez le premier!