J’accuse. #Botzaris36

Depuis bientôt quelques semaines, des réfugiés tunisiens « errent » dans Paris. Depuis peu, ils occupent (occupaient) les locaux du 36, rue Botzaris, Paris XIXème. Cette adresse, c’est celle du QG, en France, des membres du RCD. Le RCD, c’est le parti politique du dictateur tunisien déchu, Zine el Abidine Ben Ali.

Les sources sur ce drame humain expliquent que des données « qui pourraient déranger » se situent dans les locaux du 36 rue Botzaris, je précise que c’était le siège de la police politique de Ben Ali en France.

Depuis quelques jours, les CRS, les forces de police, la sécurité & co. évacuent bon gré mal gré les réfugiés du 36 rue Botzaris, dans la quasi indifférence de l’ensemble de nos politiques et des médias.

Les premiers ont peut-être peur que des données qui dérangent soient trouvées, les second préfèrent parler de ces données plutôt que du drame humain de #Botzaris36.

Maintenant, passons au coup de gueule. J’accuse :

J’accuse la mairie de Paris et son résident, Mr Delanoé, de ne pas venir en aide à des Hommes qui sont dans le besoin. J’accuse cet homme d’être parfaitement au courant de la situation et de laisser dormir dehors des victimes du régime Ben Ali. J’accuse la mairie de Paris de prendre peur et de préférer l’inaction ou l’évacuation du 36 rue Botzaris à Paris afin de ne pas faire de vagues plutôt que de protéger la vie et la santé d’Hommes. Certains ne parlent pas un mot de français, j’accuse la mairie de Paris de laisser ces Hommes livrés à eux-mêmes en pleine ville, en France, “le pays des droits de l’Homme.”

J’accuse certains médias de préférer le croustillant et le scoop à l’information essentielle : à cette heure-ci, des Hommes sont dans le froid, en pleine rue, issus d’un pays qu’ils ont dû quitter. Les voici livrés à eux même, sans soutien autre que celui de quelques citoyens, @MsTeshi et @Paul_Da_Silva campent cette nuit avec les tunisiens en signe de soutien.

J’accuse certains hommes politiques d’être au courant de tout ceci et de ne rien faire, auraient-ils peur de voir leur nom figurer quelque part dans les archives de Botzaris36 ?

Nous ne parlons pas de barbus, de neutralité des réseaux, du net, nous parlons d’Hommes qui ont dû fuir leur pays et qui sont maintenant livrés à eux même dans des conditions déplorables, dans la plus grande indifférence d’un maire et d’un Etat qui préfère faire taire l’affaire plutôt que d’apporter le moindre soutien à ce peuple.

En tant que citoyen, cette situation m’est insupportable. En tant qu’Homme, elle l’est tout autant. Comment peut-on laisser des Hommes ainsi, sans la moindre aide, la moindre couverture, le moindre logement décent, allant même jusqu’à refuser clairement d’apporter un soutien aux réfugiés (oui, il semble que la mairie ait refusé d’apporter de l’aide, malgré des relances de la part de citoyens)

Messieurs, mesdames, politiques, médias, avant d’exercer votre métier, souvenez-vous que vous êtes des hommes et des femmes, des humains et que, dans de telles conditions, vous n’espéreriez qu’une chose : de l’aide.

Aidons les, aidons les tunisiens, aidons ces Hommes, aidons Botzaris 36. Relayez l’information, faites passez le message, indignez-vous !

(Ps : oui, j’accuse, oui, j’assume mes propos, contestez les, cela ne fera qu’amplifier le bruit autour de l’affaire Botzaris36 !)

C’est avec cette dernière phrase et le cœur retourné que je vous invite à relayer l’info.