Bonjour Brigitte, la forme ?

On ne le dira jamais assez, la protection de vos données personnelles est importante si vous voulez être tranquille, sans personne pour vous espionner.

Cette protection de votre vie privée ne se limite pas aux seuls éléments qui font votre vie privée : elle s’étend à toute donnée considérée comme personnelle et, à ce titre, le couple d’identifiant « nom prénom » en fait partie.

Mon billet parle donc de Brigitte. Je resterai volontairement flou dans ce billet car les données traitées sont privées, mais je pense qu’il sera assez clair pour voir le danger que je souhaite présenter.

Bref. Nous étions à une terrasse après PSES (Pas Sage en Seine), un ami me demande de démarrer le bluetooth pour m’envoyer une donnée et me voilà donc, à cet instant, avec un petit scanner bluetooth dans les mains. Tout se passe normalement jusqu’à ce qu’un petit détail attire mon attention : un Macbook air dans les environs.

Comment l’ais-je vu ? Via le bluetooth. Le nom de ce périphérique était « Macbook Air de Brigitte R. » (donnée volontairement masquée pour le billet, le nom était entier).

Ici, deux cas de figure : soit vous êtes en train d’halluciner, auquel cas la suite ne vous étonnera pas, soit vous vous dites « oui, et ? Ce n’est qu’un nom. » et je vous invite à lire attentivement la suite.

Avec un téléphone et google et en environ 5 minutes, voici les données récupérées sur Brigitte :

  1. Nom / Prénom (via bluetooth)
  2. Age
  3. Numéro de téléphone fixe / portable
  4. Adresses mail privées et professionnelles
  5. Adresse postale
  6. Profession
  7. Passions
  8. Sites ou Brigitte est inscrite, ce qu’elle y fait, certaines choses qu’elle dit, d’ou elle vient, son lieu de naissance, ses études, son dernier emploi, son domaine d’expertise
  9. 12 photos venant confirmer qu’il s’agit bien de la bonne Brigitte, que les données citées ci-dessus concernent bien la dame assise à quelques mètres de nous et pas une autre.

Je vous passe quelques détails que j’ai obtenu avec une recherche plus approfondie, une fois revenu sur un ordinateur et j’insiste : tout est parti d’un nom + prénom.

Imaginons maintenant les possibilités offertes par ces informations et tant qu’a faire, allons au fond des choses :

Cas N°1 : vu son adresse, elle est loin de chez elle. Je peux donc aller la cambrioler et vu qu’elle n’a pas de mari ni d’enfants, la maison sera vide.

Cas N°2 : Je peux me faire passer pour quelqu’un proche d’un de ses amis, elle en a plus de 150, ça ne devrait pas être difficile. Ensuite, je suis presque libre de faire ce que je veux, obtenir d’autre noms, des numéros de téléphone …

Cas N°3 : Je peux me faire passer pour un de ses élèves, Brigitte étant prof d’informatique dans une université parisienne. De là, je peux obtenir énormément d’informations privées : noms de certains de ses élèves, contenu de ses cours, ambiance ou rumeurs sur telle ou telle personne.

Cas N°4 : Je peux lui faire peur également, arriver devant elle, lui dévoiler toute sa vie et lui demander de l’argent. Je peux tout aussi bien lui mentir et lui faire croire que je suis une personne des forces de l’ordre afin d’obtenir sa confiance.

Ca semble fou et un peu tiré par les cheveux mais pourtant, c’est possible. Ce n’est d’ailleurs qu’une toute partie des choses possibles, toujours avec un simple nom et prénom.

Nous aurions pu faire tout ceci, lui mentir, lui faire peur et encore plein d’autres choses. Nous ne l’avons pas fait. Un de mes amis s’est levé et est allé la voir.

– « Bonjour Madame R. »
– « Euh, bonjour, on se connaît ? »
– « Non. Mais si vous tenez à protéger votre vie privée, désactivez votre connexion bluetooth, votre nom apparaît dessus. »
– « Ah, euh, merci. »

L’ami en question nous à confirmé que ça lui avait fait tout bizarre qu’une personne vienne la voir, lui donne son nom sans la connaître, et lui dise de faire attention. Imaginez l’espace d’un instant si nous étions allé la voir dans un autre but ?

Fin de l’histoire, Brigitte a désactivé son bluetooth et est redevenu une personne prenant un verre, dans un bar.

Réfléchissez et ne laissez pas traîner vos données personnelles partout. Cette fois-ci Brigitte nous a rencontré, mais ça aurait pu être une autre rencontre, d’un genre radicalement différent.

En Angleterre, Big Brother se fait inviter par la reine.

Il y a quelques temps de cela, une proposition de loi arrivait en Angleterre. Cette dernière proposait d’obliger les F.A.I à fournir, en temps-réel, un accès à l’ensemble des communications électroniques du pays. Ce projet concerne donc l’ensemble de la population, que l’on ait fait quelque chose de mal, ou non.

Ce projet de loi est aujourd’hui acté. En fait, il l’est depuis hier. La reine a confirmé la mesure du ministère de l’intérieur lors d’un discours consultable sur http://www.cabinetoffice.gov.uk/queens-speech-2012 (EN)

« My Government intends to bring forward measures to maintain the ability of the law enforcement and intelligence agencies to access vital communications data under strict safeguards to protect the public, subject to scrutiny of draft clauses.»

En résume, la reine souhaite renforcer la capacité de ses agences de renseignement à accéder à des données importantes, voir essentielles. Elle garantit des conditions d’accès strictes afin de ne pas permettre d’abus mais, comme à chaque fois, il y a fort à parier que ce « Big Brother » sera utilisé à d’autres fins.

Depuis les émeutes de 2011, le ministère de l’intérieur n’a cessé de renforcer certaines lois afin que ces évènements ne puissent plus se reproduire. Lors des émeutes, le gouvernement avait également sollicité RIM afin de déchiffrer les communications de Blackberry Mobile (BBM) pour retrouver les émeutiers.

Je trouve cette déclaration grave pour la protection de la vie privée des anglais (il faut d’ailleurs se pencher sur le terme de pays utilisé parfois par le gouvernement, il peut être question de citoyens anglais, ou alors de citoyens sur le sol anglais, ce qui change beaucoup de choses).

Les forces de l’ordre et les services de renseignement auront bientôt accès à l’ensemble des données privées circulant sur les réseaux, en Angleterre. Mails, SMS, MMS, conversations instantanées (s’il est possible d’écouter une ligne, en temps-réel, il devient possible de tout écouter, de tout voir, même des éléments qui relèvent de la sphère privée, ou intime).

Londres est déjà infestée de caméras à chaque angle de rue, la reine ajoute maintenant la possibilité d’écouter tout pays. Quelle sera la prochaine étape dans la violation de la vie privée des citoyens ?

Il ne reste plus qu’à chiffrer systématiquement ses communications par mail, ses sms et tout le reste.

Le petit guide officieux de l’officiel futur dissident Français. Étape 3.

Suite et quasi fin de la série de billets ”Le petit guide officieux …” dont la première partie se trouve ici et la seconde .

Après l’action, la réaction.

Je suis encore convaincu qu’il reste de l’espoir dans tout ceci, qu’il ne faut pas se résigner et donc, que parler de réaction est peut-être un peu prématuré. Seul l’avenir me dira si j’ai raison ou non. En attendant, je vais donc parler d’anticipation plutôt que de réaction.

1 Anticipation

Comme lors du précédent billet, je vais essayer d’être le plus précis possible sans pour autant tomber dans un billet imbuvable (par sa longueur). Je vais également essayer de garder un discours le plus neutre possible d’un point de vue technique, à ce titre, si quelque chose est trop technique, les commentaires sont là, n’hésitez pas à me le signaler.

1.1 La carte nationale d’identité

Bien, pour celles et ceux qui ne souhaiteraient pas de cette carte d’identité, rassurez-vous, c’est (encore) possible. En effet, il existe d’autres moyens d’identification qui ont tout autant de valeur que la fameuse carte d’identité.

Il faut savoir que la Carte Nationale d’Identité n’est plus obligatoire depuis 1955 mais, que dans de nombreux cas, il est préférable d’en avoir une (pour un paiement par chèque par exemple, mais aussi pour des formalités administratives ou encore pour sortir du territoire).

Maintenant que ce point est éclairci, allons donc voir ce que nous disent les sources officielles.

Tout document délivré par une administration publique (à partir du moment ou le document présente une photo) peut être considéré comme une pièce d’identité. La C.N.A.V (Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse) nous donne un état des lieux assez précis des documents pouvant être utilisés comme pièce d’identité :

Sont donc réputées comme recevables les pièces d’identité suivantes :

Pour finir, la C.N.A.V aborde les pièces d’identité :

  • décret de naturalisation et/ou de francisation
  • carte d’identité- certificat de nationalité
  • carte de séjour
  • carte de résident
  • passeport

D’autres documents sont consultables ici et .

Vous l’aurez donc compris, la CNI (Carte Nationale d’Identité) numérique, prochain ”mouchard” pour le fichage de la population française, n’est pas la seule pièce d’identité admise. Je ne suis pas en train de vous dire de faire ou ne pas faire quelque chose, je présente juste les faits.

La suite porte uniquement sur les Internets, je vais tenter de présenter une série d’outils qui peuvent vous permettre d’avoir ”un peu plus” de vie privée sur votre/vos claviers (et accessoirement, de pouvoir parler à quelqu’un sans que ce message remonte ailleurs).

NB : ce billet présente juste une série d’outil, en aucun cas je ne peux être tenu responsable de l’utilisation faite de ces derniers (que ces utilisations soient à bon ou à mauvais escient).

2 Les outils du cyber dissident

2.1 TOR

TOR signifie « The Onion Router« , c’est un système de routeurs organisé sur différentes couches (qui s’appellent d’ailleurs nœuds).

Le principe est simple : vous passez par TOR pour naviguer, envoyez votre requête (par exemple ”pixellibre.net”) sur le réseau, votre point d’entrée TOR va chiffrer votre demande. Un premier nœud va récupérer votre demande. Ce nœud connaîtra votre adresse IP (si vous n’utilisez que TOR), va déchiffrer une partie de la demande et la transférer au second nœud, qui va faire la même chose que le nœud N°1, puis transférer votre demande au troisième nœud et ainsi de suite. On parle d’Onion car il existe un ensemble de couches (comme un oignon) capables de communiquer ensemble afin de faire aboutir votre requête.

Premier problème : c’est lent, très lent, très très lent…mais moins que Freenet. A l’heure de l’immédiateté de tout, ce n’est pas pratique. De par sa structure, le réseau en oignon fonctionne à vitesse réduite.

Second problème : TOR ne gère q’une partie du réseau. Certaines requêtes (sur des DNS par exemple) ne passent pas sur TOR, cela répresente un problème de confidentialité. Le flash, le Javascript ou encore certains plugins renvoient directement votre adresse IP, TOR n’est donc d’aucune utilité ici. La solution revient à bloquer le javascript, le flash, … afin de contrôler parfaitement votre navigation.

Malheureusement, de plus en plus de sites ont des modules en Flash et en Javascript, en les bloquant, vous vous privez donc d’une partie du site.

Installation : afin de garder un billet buvable, je vous invite à visiter la wiki de Korben sur TOR, elle est accessible, disponible pour les utilisateurs Windows, Mac OS et Linux.

2.2 Le VPN

Le VPN c’est un réseau qui fonctionne sur un autre réseau. Oui, Internet fonctionne ainsi aussi, VPN c’est pour « Virtual Private Network« , réseau privé virtuel quoi.

Le VPN permet tout plein de choses, je vais me concentrer sur ”la fonction qui va bien”, à savoir la confidentialité de vos échanges sur Internet.

Le principe : lorsque vous êtes sur Internet, vos données (ou plutôt votre connexion) est écoutée (ou peut l’être), côté vie privée, c’est pas le pied… c’est là que le VPN devient sympa. Le VPN vous permet de chiffrer vos données (on parle de paquets) entre vous et lui, ce qui est bien pratique lorsque l’on a pas envie que ses données passent en clair sur une ligne.

Exemple : je suis sur un point d’accès public dans ma ville, je me connecte à Facebook, Gmail (en http) et à plein d’autres sites. Si je ne passe par sur un VPN, il suffit que quelqu’un écoute le point d’accès pour savoir ce que vous faite et pour que, potentiellement, cette personne vole vos identifiants et mots de passe.

Avec le VPN, c’est impossible !

Le tunnel VPN (la liaison entre vous et le serveur de l’autre côté) va s’occuper de chiffrer l’ensemble de votre communication, si quelqu’un essaye d’écouter votre connexion, il ne verra « rien ».

« rien » parce que ce n’est pas totalement vrai, malheureusement. Il existe en effet des choses que le VPN ne peut pas faire (et ne sait pas faire pour l’instant).

Les communications entre le VPN et Internet sont et restent en clair. Cela signifie que si quelqu’un arrive à écouter la sortie de votre VPN, c’est cuit. Il faut donc faire attention au fournisseur de solution VPN que vous choisissez et, dans l’idéal, le but c’est de ne pas choisir un fournisseur Français (puisqu’il pourra vous écouter à la sortie du tunnel).

Certaines façons de faire fonctionner un VPN ne sont pas totalement silencieuses, on parle alors de fuite au sein du VPN, c’est par exemple le cas des serveurs DNS sur certains VPN (les DNS sont comme des annuaires du web, qui vous font passer de http://www.orange.fr à 193.252.122.103. Donc, il est possible de savoir où vous allez naviguer dans ces cas là.

Telecomix à expliqué (en 2010) que le protocole IPv6 (nous sommes encore majoritairement sur l’IPv4) n’était pas protégé lorsque le tunnel VPN était en PPTP (une des façons de construire un VPN).

Dernier point : une liaison VPN, ça peut se déconnecter et, si cela arrive, vous re basculerez sur votre IP classique et serez donc exposés à un potentiel risque. Heureusement, il existe des solutions pour qu’une liaison VPN ne se déconnecte pas 🙂

Je vous invite à vous renseigner du côté d’OpenVPN pour une solution de confiance, Google est votre ami (et Korben également).

2.3 GPG

GNU Privacy Guard est une solution de chiffrage et de signature de mails, le premier assurant la confidentialité de votre message et le second, l’authenticité de son expéditeur.

L’avantage de GPG c’est qu’il existe sous plein de formes différentes : il est intégré sous beaucoup de systèmes Linux, existe sous Mac et sous Windows mais également sous Firefox, Kmail (un client de messagerie), Symbian (l’ancien système des téléphones Nokia), Android (mais dans une version que je considère encore instable, l’utilisant moi même).

Le principe : basé sur un jeu de clés (une clé publique qui est… publique (comme son nom l’indique) et une clé privée (qui vous sert à chiffrer vos mails et qu’il faut garder précieusement et en sécurité), vous chiffrez vos mails.

En utilisant la clé publique de l’autre personne dans un système GPG, vous chiffrez votre message de telle sorte que la seule personne qui pourra lire le message soit le destinataire (et propriétaire de la clé privée, sésame qui permettra de déchiffrer le mail (avec votre clé publique).

Exemple : voici un passage de l’article :

L’anticipation
Comme lors du précédent billet, je vais essayer d’être le plus précis possible sans pour autant tomber dans un billet imbuvable (par sa longueur). Je vais également essayer de garder un discours le plus neutre possible d’un point de vue  technique, à ce titre, si quelque chose est trop technique, les commentaires sont là, n’hésitez pas à me le signaler.

Voici sa version chiffrée :

—–BEGIN PGP MESSAGE—–
Version: GnuPG v2.0.17 (MingW32)

hQIMA+oiluKYgjbrAQ//exVn7ovbDoL6YzDd7eqW0n8w74UzDyVJxkH1zGURV9sQ
1E4LyyjoicRvqEk4a2sfa385lZ9VWXvPs76g+oTIt5gMwZrS5KObqTqKkZfKQd2U
M5R1vQX3RwbYPqsL3vvQVkUcqv0Zl7z63h7qnLQI665oV2JWZO9eLfApzvO0M4vD
NufsPFgHFYEUqqixzsKkgIlhD4opJeHnpoD7rpgcbxSmdQSTN2Txz4Q01A6wnsOL
C5nVSxn1EQPwzi2uav63BUjFBwzlQG3HUEBuCVnYxCfetstbN5F6uLlJpTAfEg/g
x4jnlikAL3/BYh13+W1JpeIpok3gDkOHkQmgiPG4IBg4AJeFQh38Ph+VsoQD70lZ
l2uXTmpCHUDwa32sC8iZiX8Rto5s9/Pnxsemkz45qDAYzAhtL+YYHrOwQyNk/WSe
NDgZttQwUAyzIgnW1XnByP1/hkVV1FobnuUTrNjFdUt8cxaJ1WH6AzOMXoWezVSO
ZTPWguCuBbwabmTLhDffoqyT6mVlusyj24LtOJLq5zFKvtVF/RlpMuqvUSMpR1o0
eP6RWEwjbcULD17qNc/mFgve4dAoC9RZadsYNYfM+yUChrf4gwqDKlhww0TL+gXX
rwbTjOoZo7yglUixQLsD+AlKnTPbUeHlKyEfQtqoA3KpXYI+HNBEI0XKNjCwArLS
6QHcZ7oBmpsveH2Ux6eNgjwg7RpY0NygDQbyQLPsL8IKkq+jsOvamBveTzIb1d8H
4PmkyIrB1BjgLgj6vM7ZksnHpiElVgVQyOsN8z4jR4xR8pXytXuUq8XIUl5z85DX
1EtLZIO7TaeyhNo1uyG3X25EsJ/Atr3t4ett68WXHztddkSHkqgT79fMZuJNuLUj
nSJu6NbTD8GxgP8Qdf9UfjiLukeYK5w1Ychse5S5h+MLSeDQr8YXxzIj5KNnCARt
htnc3bMbvcDb2b15Cb1sRKhthCqmYauyY7a5uVcGh+evb8arfIMQuYJhJ3rgJ2uP
ire1Q7+MNPTDlEKhnpmNjUBsvAq+Cz54tVvvbxC7QHSKUTSwtxYVFakEVlLwsfCB
bWWAuZwFE3FOGLLEze1BcIU3n3PodAHFujk32HXgiu/LfmTn53wp0VR3wCylD7uI
yR1V/xhSQgrTvae7dp6HInNkXL95evHib2vJL7qLvcfHi+Db2u9VjRD2IGHDL639
kK0Xk7dFUdwqFvcVuKbf0wh0C3qErL39uKV6XvlhWrJaL7JRLV/gz7fjqAyaf66Z
Tb4t718kaY3MIVmMwDrAWdbnkNkJkbCwuO606XS7EzhXrx7XMBa93arIPg0MmD+h
Y5nPx+N+eoWHBZKwqFFRwEwsav3v9yNnolFMoX92g4ranNx1IsltExW0h2zWVJ7g
AsCRgLy1cXoGtcoP7zfyV57niRdhM3QEBhubUwVaf8yX3LFHnldK0nP5Gvycs2+S
/dKWXZvl+gGCvNDj6kcnMhVFhPBQRou4GSCSxNMeBRb8D1a9DdhSO1Ite5TlFDev
IKHWUQoTD0r/kkOytYWkxd7Px/5Z/zYfzN6jxKNa7Y/qL+n1Rd18J/rMcmh2TQ==
=UV8E

—–END PGP MESSAGE—–

J’ai chiffré et signé ce message. Cela signifie que seule la personne à qui il est destiné pourra le lire. Pour cela, il m’a fallu sa clé publique et lui aura besoin de la mienne, mais ce n’est pas tout. Seule la partie clé privée pourra déchiffrer le  message, (comme ça, si quelqu’un à ma clé publique mais que le message ne lui est pas destiné, il ne pourra pas le lire).

C’est peut être plus parlant avec cet exemple et vous voyez immédiatement l’intérêt : être sur que ce que vous êtes en train de dire à quelqu’un, par mail, ne soit lu QUE par cette personne. Je vois vois venir : ”si j’ai besoin de ça, c’est que j’ai des choses à cacher ». Félicitations, la propagande fonctionne sur vous. Personnellement, lorsque j’envoie un mail à quelqu’un, ce n’est pas pour que 50 serveurs et quatre gus le lisent entre temps.

Cet outil est important car il vous assure une énorme sécurité dans vos communications et l’assurance que personne ne pourra lire vos échanges. Imaginez cet outil en Tunisie, en Égypte ou encore en Libye, c’est une assurance vie (combiné à d’autres outils).

Seul vrai problème, c’est la clé : la communication de ces clés doit se faire avec soin, imaginez qu’une fausse clé arrive et que vous vous l’utilisiez, pensant que c’est la bonne ? Imaginez que vous égarez votre clé USB ou qu’on vous la vole, avec la clé privée dedans ? Si vous égarez votre clé, tout votre système tombe à l’eau, idem si la clé n’est plus réputée comme sécurisée. Soyez donc prudents !

J’arrête ici pour l’instant, mais il me reste encore beaucoup de choses à vous présenter : I2P et Freenet en particulier (mais aussi le SSL, chiffrer ses mails sur Symbian, Android, …, les proxys, la stéganographie, … * trois heures plus tard* et bien d’autres encore !

Un dernier point cependant : si vous-êtes en train de vous dire que vous n’avez rien à cacher donc que cela n’est pas pour vous, c’est que vous ne vous souciez pas que votre privée soit respectée. A première vue on peut se dire que ces outils là, si on les utilise, c’est que l’on a quelque chose à cacher… c’est peut-être simplement une envie d’avoir MA vie privée, sur Internet.

Vrai dernier point : le chiffrage et la crypto à l’échelle d ’un peuple, c’est s’assurer que absolument PERSONNE ne soit capable de suivre le rythme. Pour déchiffrer et écouter, il faut du temps, des Hommes et de l’argent hors, si 65 millions de personnes se mettent à tout chiffrer, aucune instance de l’état ne sera capable de suivre.

Et si on chiffrait tout ?

La suite pour bientôt, dans un ultime billet sur le sujet.

Le petit guide officieux de l’officiel futur dissident Français. Étape 2.

Comme vous l’aurez compris, ce billet fait suite au dernier billet du blog, que je vous invite à consulter avant de passer à la suite.

Dans ce billet, je vais essayer d’expliquer plus en détails la première phase. Cette fois-ci, vous allez avoir droit à des faits, des cas concrets, toussa toussa.

L’action :

Lors du précédent billet, j’abordais le problèmes des dérives sécuritaires liées aux différentes évolutions de la loi dans divers domaines (sécurité, sécurité des données, propriété intellectuelle, …) mais, en pratique, comment se manifestent ces dérives ? Ce billet se présente donc comme une sorte de résumé de tout ce qu’il se passe actuellement dans notre pays. Merci à l’ami @Cabusar pour les idées apportées lors du dernier billet, elles sont présentées ici.

Tout d’abord, et afin de bien comprendre tout le reste, il faut parler d’une notion importante : l’inconscient collectif. C’est un avis strictement personnel mais j’ai l’impression qu’il fonctionne énormément (et principalement au travers des médias « mainstream », mais pas que).

Qu’est-ce que l’inconscient collectif ?

C’est un ensemble de choses, de codes et d’actions qui conditionnent certaines de nos pensées ou réactions. Ces choses peuvent exister depuis la naissance, être liées à un pays ou à une culture, une religion, …

Un des exemples que j’aime prendre, c’est celui des enfants : la plupart des filles jouent avec une mini-cuisine, les garçons jouent à la guerre comme on dit. Ce simple fait représente, selon moi, une partie de l’inconscient collectif.

Inconscient parce, lorsque vos parents sont allés vous acheter quelques jouets, la première fois, c’était en fonction de votre sexe et non en fonction de vos envies (je trouve les jouets des tout petits relativement neutres). Pour appuyer cette impression, réfléchissez un instant : imaginez votre fils jouer avec des poupées et ceci jusqu’à 6-7 ans ou plus. Que ressentez vous?

Pour avoir un couple d’amis dans cette situation, ils se sont inquiétés : « Pourquoi ? » « Qu’est-ce qui arrive ? » « Pourquoi n’est-il pas comme tous les autres ? ».

Voyez-vous ou je veux en venir ?

Le fait que votre enfant ne « rentre pas dans les petites cases » inquiète, parce que depuis longtemps, les hommes font la guerre et les femmes jouent avec des poupées et sont dans la cuisine. C’est un peu ça, l’inconscient collectif. Une sorte d’intelligence capable de réfléchir inconsciemment à l’échelle d’une planète et, par la suite, de faire adopter un schéma de pensée et de réactions qui sont plus de l’ordre du réflexe que de la pensée consciente. (Le cycle de Fondation est définitivement quelque chose de passionnant).

Partant de cet inconscient collectif, je vais essayer d’expliquer ce que j’entrevois des dérives sécuritaires, en France. Je vais tenter d’être le plus neutre et le plus factuel possible afin de ne pas faire de parti pris.

La CNI (Carte d’Identité Nationale) numérique :

La nouvelle carte d’identité est validée depuis peu, elle se présentera sous la forme d’une carte à puce qui contiendra un ensemble de données vous concernant, au format numérique. La base de départ de la nouvelle CNI est totalement légitime (comme à chaque fois) : lutter contre les fraudes, la falsification de cartes d’identité, pouvoir trouver plus facilement les usurpateurs d’identité. C’est un but louable.

Les données de la CNI seront conservées sur un fichier central, ce qui selon moi représente déjà un problème de sécurité et de confidentialité  des données, la CNI contenant un ensemble de données assez privées.

Des critiques ont été formulées sur le sujet de la CNI. En effet, les données de la CNI devaient-être conservées au maximum 15 ans, hors, ce délai semble absent de la proposition de loi adoptée. On peut légitimement se demander l’intérêt de converser des données personnelles ad vitam. Une autre problématique est soulignée : cette CNI est censée faciliter la lutte contre l’usurpation d’identité, la CNI devenant la nouvelle carte d’identité, chaque demande de carte entraînera un fichage d’une personne et, à terme, cela va créer une base de données de la population française.

L’inconscient collectif entre alors en jeu. Cet inconscient existe aussi en politique, soit à grand coup de peur, soit à grand coup de logique implacable (cf. l’exemple des antibiotiques dans mon précédent billet). La logique voudrait que l’on se pose des questions sur la CNI et pourtant, essayez dans votre entourage, c’est loin d’être le cas, personne ne voit où est le problème dans le dispositif.

Voir Claude Guéant dire qu’il est pour que les forces de police puissent se servir du fichier central, le voir dire qu’il est indécent de s’opposer « à ce que la justice utilise tous les moyens pour faire triompher la vérité » devrait nous faire bondir, éveiller nos sens, se dire que c’est trop gros pour-être vrai, et neutre.

Voir ce passage devrait également nous faire bondir :

Éducation dès l’école maternelle, les enfants utilisent cette technologie pour rentrer dans l’école, en sortir, déjeuner à la cantine, et les parents ou leurs représentants s’identifieront pour aller chercher les enfants.
Introduction dans des biens de consommation, de confort ou des jeux : téléphone portable, ordinateur, voiture, domotique, jeux vidéo
Développer les services « cardless » à la banque, au supermarché, dans les transports, pour l’accès Internet,

Ce passage résume à lui tout seul la technique d’acceptation du contrôle : instaurer un contrôle dès la plus tendre enfance afin que cela ne choque plus personne, afin que cela rentre dans les habitudes, dans l’inconscient collectif. Faire en sorte que cela ne gène plus personne, vous faire accepter inconsciemment votre mise sous surveillance.

Excusez-moi, mais un fichier central qui va répertorier les données privées et biométriques de 45 millions de personnes, moi, je me pose des questions, je m’inquiète. Le passé nous à déjà montré que ces fichiers étaient ensuite déviés de leur utilisation principale, prenez par exemple le fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG).

Justement, parlons en du FNAEG.

FNAEG, c’est l’acronyme de Fichier National Automatisé des Empreintes Génétiques. Ce fichier, crée en 1998, devait initialement contenir les empreintes des ADN prélevés lors d’enquêtes. Ce fichier a bien changé depuis le temps : il ne devait contenir que les traces des violeurs ou délinquants sexuels. Par la suite, il a été étendu (par les socialistes au passage) aux coupables de dégradations dangereuses ou d’extorsion. Ce fichier a depuis encore changé, puisqu’en 2003, sous l’impulsion de Nicolas Sarkozy, il est décidé que ce fichier devra répertorier la quasi totalité des délits y compris des simples « mises en cause ». J’ai également entendu parler d’un prélèvement ADN dans les écoles alors qu’ici, il n’était pas question de délits, néanmoins, je n’ai pas trouvé de sources précises confirmant ces faits. De l’autre côté de l’océan atlantique, ils parlent même de fichier l’ADN directement chez les bébés.

Avec le temps, cette base s’est transformée en fichier de fichage généralisé…et c’est le Syndicat de la magistrature qui le dit.

Des procédures pas très très légales et des fadettes

La justice s’en mêle maintenant mais il ne faut pas oublier l’affaire des écoutes illégales réalisées afin de trouver les sources de divers journalistes du jounal « Le Monde », à l’occasion de l’affaire Bettencourt. Deux personnes donc, Gérard Davet et Jacques Follorou, journalistes au Monde. Pour un des articles du journal, voici ce qui a été demandé par l’IGS (l’inspection générale des services) : des fadettes.

Les fadettes, ce sont les factures détaillées mensuelles de vos communications chez votre opérateur. Dans la version que vous avez, c’est une version ultra-light, exemple d’une fadette complète chez SFR :

« les appels, les SMS ou MMS envoyés ou reçus, le numéro de téléphone du suspect, celui de son correspondant, éventuellement celui d’un troisième interlocuteur, la date, l’heure, la durée de la communication, la cellule (la borne téléphonique utilisée) et le numéro IMEI du téléphone, c’est-à-dire l’International Mobile Equipment Identity, (et) le numéro unique de chaque portable » (Source Numérama)

Ces données permettent, par exemple, de tracer les appels d’une personne, de savoir ou elle se situait lors de l’appel et ainsi de cartographier ses déplacements pendant la période observée.

L’ironie, c’est que l’IGS s’est trompée de numéro, puisqu’ils ont commencé avec le portable de la fille de monsieur Davet. Ce qui sous-entend donc que ces informations existent également à votre sujet.

A nouveau, si cela ne vous fait pas bondir, le fait qu’un opérateur puisse savoir ou j’étais, ce que je faisais, à qui je parlais, pendant combien de temps, si je me suis déplacé, si je lui ai envoyé un sms, un mms, une photo, … Ça m’inquiète, ce n’est pas normal, c’est une atteinte à la vie privée.

Et le reste, dans tout ça

Le fait que les renseignements généraux vous fichent lors d’une manifestation, le fait que les services de la DCRI vous fichent lorsque vous commencez à trop l’ouvrir, le fait vous soyez fiché « un peu plus » si vous n’êtes pas d’origine Française, … tout ceci est inquiétant.

Alors, évidemment, il ne faut pas sombrer dans la paranoïa profonde, mais il faut bien se dire une chose : plus le temps passe, plus le gouvernement avance sur le fichage généralisé de l’ensemble de la population. du FNAEG à la prochaine CNI numérique, tout est fait pour que l’on saches tout de vous.

Le but n’est pas de contrôler, ils en sont juste incapables. Incapables pourquoi ? Réfléchissez un instant…

C’est une amie que j’apprécie beaucoup qui m’a donné la réponse : ils en sont tout simplement incapables parce analyser les données de 60 millions de personnes, c’est juste impossible, il n’y a pas assez de budget, pas assez de personnel et pas assez de compétences au sein du gouvernement pour le faire.

Non, le but, c’est que le gouvernement vous transmette un message : « où que tu sois, qui que tu sois, peu importe ton métier, ta vie… je te vois. Je peux te voir, je peux t’entendre, toi et tous les autres… alors fais attention. »

Il est possible qu’un jour des services d’analyses soient dimensionnés pour analyser presque en live tout ceci, mais ce jour n’est pas arrivé.

En attendant, si vous voulez un peu de vie privée, il faudra attendre le troisième et ultime billet de cette série.

Androïd et DJ Rivals, quid de la localisation ?

Petit article « feedback » d’une expérience personnelle fortement déplaisante.

J’ai testé le jeu « Dj Rivals », une sorte de Guitar Hero like, mais avec des platines et sous Androïd.
Le jeu est plutôt agréable, bien conçu, le but du jeu est de devenir le DJ des DJ, le boss quoi (un peu comme dans tout jeu), au fur et à mesure des niveaux, on débloque des tables de mixage, des compétences, de nouvelles attaques contre les ennemis…bref, un jeu pas mal qui tourne sur un principe bien rodé et éprouvé.

Dans ce jeu, on doit se mesurer à des DJ dans une carte et c’est cette carte qui à commencé à me faire peur (à tord ou à raison, je ne peux pas le dire).

Pourquoi ? Parce que cette carte vous propose des lieux à proximité de chez vous : des commerces, des restaurants, des écoles, entreprises…et des gens près de chez vous.

Sur le coup, j’ai été un peu étonné. Mon GPS est désactivé sur le téléphone, la connexion wifi aussi (je ne suis pas loin d’être anti-wifi). Le téléphone utilise sans doute la carte SIM (par technique de triangularisation je crois, en gros, les antennes mobiles ou votre téléphone est connecté vous détectent et, s’il y en a au moins trois, on est capable de vous localiser avec plus ou moins d’exactitude).

Une fois quelques levels passés, on vous demande de vous créer un compte sur lequel vous serez toujours authentifié lors de votre arrivée en jeu. Quelles informations stocke ce compte ? Je ne sais pas.
Les ennemis se réactualisent à chaque changement de position même si elle est dans la même ville, on vous propose de défier les boutiques du quartier, les restaurants…ainsi que les habitants, avec leur nom et prénom.

Le jeu à besoin d’un accès Internet pour fonctionner, la connexion au compte est donc distante et, naturellement, je m’interroge sur quelques points:

–     si la connexion est distante, qu’est ce qui est stocké sur le serveur ?

–     Est-ce que quelqu’un est en mesure de récupérer les données envoyées ?

–     Il existe un fichier de traçage sous Androïd…et si ce logiciel l’utilisait ?

–     Ca voudrait dire que le jeu est capable de lire les données du fichier et donc, que d’autres applications peuvent ?

Bref, j’ai trouvé que ce jeu était une bonne représentation (tournée sous la forme d’un divertissement) de ce qu’il est possible de faire sous Androïd (vous suivre à distance, par exemple).
Reste une question en suspens : si le jeu est capable de lire le fichier de traçage d’Androïd, comment savoir que rien d’autre n’a accès au fichier en question et que ce dernier est crypté ?

Et si nos données sont hackées, n’est ce pas la une grosse faille de sécurité ?