Internet en danger ? [MAJ]

Mise à jour : Orange, via son service presse sur Twitter (@presseorange), dément avoir pour projet de commercialiser des offres à débit différenciés se basant sur l’utilisation du DPI. Comme indiqué ici : http://www.twitlonger.com/show/jk24ts

Cependant, s’ils disent ne pas faire ça avec du DPI, ils ne disent pas qu’ils ne vont pas le faire autrement. Dès lors, nous sommes en face d’un Internet à deux vitesses, comme expliqué ci-dessous :


Billet original:

Ce billet est, je l’annonce, rédigé avec passion et énervement. Vous êtes prévenus.

La « F.A.I » Orange ressort une idée mise quelques temps de côté : un Internet à plusieurs vitesses.

Je ne vais pas vous expliquer les faits, vous pouvez les lire sur Rue89. Je vais en revanche donner plus de détails et surtout, essayer de vous plonger dans ce monde ou Internet n’existe plus.

Pour commencer, il faut définir Internet. C’est compliqué mais on va essayer de résumer cela en une seule phrase précise :

« Internet, c’est toi. »

Entant que réseau physique, il est la résultante de machines interconnectées les unes avec les autres par le biais de switchs, de routeurs et de différents câbles. Mais ce n’est pas, non… ce n’est plus vraiment ça, Internet.

Ce blog est Internet, ton blog aussi (on peut se tutoyer va), le contenu que tu partages sur n’importe quel outil, les vidéos que tu peux voir, les salons IRC, Facebook … et la liste est longue et quasi illimité, Internet évoluant à chaque seconde, un nouvel outil arrivant chaque jour.

Internet et la liberté d’expression sont étroitement liés maintenant, il suffit d’observer le comportement des dictateurs pour le comprendre : Internet représente une menace pour eux, il faut le faire taire. Toucher à Internet revient donc à toucher à la liberté d’expression et je n’accepte pas qu’on puisse y toucher, ni à la mienne, ni à la tienne et encore moins à ceux qui se sont déjà battus pour l’avoir.

Et voilà qu’Orange revient avec son idée farfelue d’un Internet tiroir, avec plus de services en fonction de ce que vous payez.

Avec une offre de base, pas de Youtube. Avec une offre moyenne un Facebook et, avec une offre haut de gamme, un Internet presque normal.

Le constat est simple : si lorsque je veux aller sur Youtube, je n’ai pas Youtube mais un message qui me parle d’option, alors je ne suis pas sur Internet. Ce n’est pas Internet.

Ce qu’Orange veut vendre, ce n’est pas Internet, c’est un produit commercial banal vendu par une société qui ne sera plus fournisseur d’accès à Internet. C’est, pour rester poli, un accès au minitel.

Cette idée va à l’encontre même de la Neutralité du Net et il serait bon qu’une loi la garantisse enfin, même si pour le gouvernement, il n’y a pas urgence

Allez, poussons la réflexion un peu plus loin sur cette idée « d’Internet » qui n’en est pas…

Que va-t-il se passer après ?

Devant le bénéfice possible, il semble fort probable que les autres opérateurs sautent dans la brèche crée par Orange et ouvrent un peu plus la boite de pandore, en cassant un peu plus encore Internet. Je pense que cet internet tiroir entrainera un appauvrissement des contenus et donc, d’Internet.

Cela sous-entend également qu’Internet, le vrai, c’est pour les riches.

Si tu n’as pas les moyens de te le payer alors va au diable. Les autres riches, eux, ils peuvent. Imaginez une discussion dans la rue :

– « Tu as vu le dernier Zap de Spion ? »

– « Non, désolé, je n’ai pas l’option Youtube, je n’ai pas les moyens. »

Vous pouvez mettre ce que vous voulez à la place du Zap, l’idée me dérange toujours autant.

Continuons dans notre lancée : comment ça fonctionne ?

La réponse est simple et, pour celles et ceux qui me lisent depuis longtemps, vous la connaissez déjà : le DPI.

Prenons le cas de Youtube afin que tout ceci soit clair. Youtube est un site web qui permet de visualiser du contenu publié par des utilisateurs. Il est accessible via un navigateur, avec http et https. Il est impossible d’interdire les échanges http sans couper une grande partie de votre accès Internet, il faut donc réussir une frappe chirurgicale afin de couper seulement quelques accès. C’est là que la DPI entre en jeu.

En analysant l’ensemble des données qui transitent par votre ligne, le DPI est à même de bloquer les paquets à destination de A ou B. Cela sous-entend que l’ensemble du trafic est mis sous écoute et qu’en fonction de votre offre, on vous bloque ou débloque tel type de paquet.

Au-delà de l’aspect commercial des offres tiroirs souhaitées par Orange, c’est donc un réel danger qui pèse sur chaque abonné à ce fournisseur d’un presque Internet. Vie privée, navigation, correspondances non chiffrées, chaque geste de votre vie épié au nom d’un principe commercial.

Est-ce vraiment cet Internet que vous voulez ?

Moi non.

Orange aurait fait appel à Qosmos sur le DPI et cette société est déjà connue, la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) pointait du doigt Qosmos pour son implication en Syrie, dans le régime  de traque numérique de Bachar Al Assad. Il suffit d’ailleurs d’une recherche rapide pour comprendre les diverses implications de Qosmos.

Résumons donc, si vous le voulez bien

Orange veut proposer un accès Internet mais ce n’est pas Internet, avec des services à la carte, le tout reposant sur la base d’un énorme Big Brother en puissance (le DPI), mis en place par une entreprise privée, plus que douteuse.

Tout va bien dans le meilleur des mondes en fait.

Vous avez moyen d’agir : diffusez l’information, prenez le temps d’expliquer tout ce que ce changement pourrait apporter, expliquez encore et encore s’il le faut et soyez attentifs(ves). Prenez le temps de participer et de donner votre avis ici (anglais), c’est une consultation publique du parlement européen sur les aspects de la transparence dans un monde avec un Internet ouvert.

Si vous refusez que votre Internet devienne ce qui est présenté, faites-vous entendre.

CAFAI, le FAI dont vous êtes le héros en Champagne-Ardenne.

L’association CAFAI vient de naître et vous proposera, d’ici quelques temps, un accès ADSL à Internet.

La différence avec les gros FAI ?

CAFAI est un FAI associatif, c’est-à-dire qu’il est à l’échelle locale et à taille humaine.

Comme tous les FAI associatifs qui tournent avec et autour de la fédération FDN, CAFAI est un FAI qui s’engage à respecter la neutralité du réseau.

L’association a donc pour objectif de vous fournir un accès à Internet; à un vrai Internet sans bridage, sans filtrage, sans règles commerciales qui arrangent tel ou tel site …

Bref, CAFAI respecte les 4 principes essentiels de la neutralité du réseau.

Autrement dit il ne porte pas atteinte aux contenus qu’il transmet, il ne privilégie aucune adresse IP, aucun protocole et aucune source ou destination.

L’association sera en capacité de fournir des accès ADSL allant de 512Kbps à 18Mbps, sur de l’IP V4 comme sur de l’IPv6 fixe. L’idée est dans un même temps de répondre à l’idée d’essaimage des FAI associatifs.

Essaimer, ça veut dire qu’il est préférable d’avoir des FAI à taille humaine en grand nombre plutôt qu’un seul gros FAI, en l’occurrence FDN. Comme vous pouvez le voir dans le lien précédent, l’essaimage ça fonctionne plutôt bien et des projets voient le jour un peu partout.

CAFAI, qu’est-ce ?

CAFAI, c’est pour Champagne Ardennes Fournisseur associatif d’Accès à Internet.

C’est un FAI associatif, comme expliqué plus haut, à la différence des gros FAI, il est à taille humaine et c’est très important, chacun est acteur du FAI. Le principe est donc que les membres viennent à se connaître, qu’ils échangent, s’entraident, partagent et apprennent ensemble.

Vous n’êtes pas seulement client d’un FAI, vous participez à la vie de ce fournisseur d’accès, vous êtes le FAI.

CAFAI a besoin de vous : c’est une association et, sans membres, elle ne pourra pas se développer au mieux. Sachez que vous devenez membre en vous abonnant à Internet avec eux.

Vous pouvez également devenir adhérent sans avoir de ligne adsl pour autant, un bon moyen de soutenir ce type d’initiatives et de participer à la préservation de la neutralité du net.

Trêves de bavardages, vous pouvez retrouver le site de l’association ici : http://cafai.fr/ ou sur https://cafai.fr si vous le souhaitez également.

Si vous souhaitez les joindre par mail, vous pouvez le faire sur contact (at) cafai.fr.

CAFAI dispose aussi d’une mailing-list, vous pouvez demander à vous inscrire à cette dernière, c’est généralement traité dans la journée.

CAFAI dispose également d’un salon Jabber : cafai (at) chat.cafai.fr.

Voilà, n’hésitez pas à leur poser des questions et à les faire connaître 🙂

Le mot ACTA est mort.

Aujourd’hui, par 478 voix contre 39, le parlement européen s’est prononcé contre ACTA. C’est une victoire pour ceux qui s’opposaient au flou du traité, au potentiel blocage des médicaments génériques, au brevets du secteur agricole, aux grandes puissances comme Monsanto et, évidemment, pour ceux qui s’opposaient à une menace contre Internet et la liberté d’expression.

C’est grâce au peuple et Internet que tout ceci a été possible, sans un appui spamming harcèlement des eurodéputés pour leur faire prendre conscience de la dangerosité d’ACTA, tout ceci ne serait pas arrivé.

Cette victoire marque, selon moi, un tournant dans l’histoire : massivement, le peuple s’est fait entendre. Il est maintenant difficile de dire que les opposants aux idées d’ACTA sont « 5 gus dans un garage » ou encore des « groupuscules terroristes ». C’est la victoire de la démocratie sur les lobbies qui ont fait pression sur les différentes instances européennes.

Ce soir, vous avez votre soirée (et j’en connais un qui va dormir un peu plus, quelques temps). Profitez-en bien, cette bataille est remportée. Félicitations à tous pour l’énergie investie, le temps consacré, les manifestations, les billets de blog, articles et j’en passe.

Il ne faut cependant pas relâcher la pression. Si le mot ACTA est bel et bien mort en Europe, les idées derrière continuent d’exister. Entre CISPA, INDECT et tous ces autres projets qui n’existent encore… le travail s’annonce long et bon nombre de batailles nous attentent encore avant d’espérer gagner la guerre.

Restons vigilants, mais pas ce soir ! Santé !

Un énorme merci à la Quadrature du Net et à cette bande de terroristes tueurs de chats pour toute l’énergie consacrée à lutter contre ACTA (et ça se compte en années).

 

#Reims, de la toile à l’IRL.

Une manifestation s’est déroulée ce jour à Reims. Cette manifestation était synchronisée avec les autres en France afin de lutter pour la liberté d’expression sur Internet et contre ACTA.

Petit rappel afin de remettre les choses au clair :

Ces manifestations s’inscrivent dans le vent de contestation contre les lois ACTA, SOPA et PIPA qui portent gravement atteinte à la liberté de communiquer sur Internet.

Pour rappel également, la loi ACTA est bien plus violente que ça, puisque, si elle est votée et instaurée, il sera possible d’interdire les médicaments génériques ou encore d’interdire certaines graines utilisées dans l’agriculture.

Vous l’aurez compris, ACTA, c’est bien plus que la fin de la liberté d’expression sur Internet, elle s’attaque à certains fondements de toute société (l’accès à la santé, l’agriculture …)

Ah oui au fait : c’est en train de passer dans le monde entier !  J’imagine que tout ceci semble impossible (interdire les médicaments génériques… et pourtant c’est la triste vérité).

Voilà pour la partie rappel, passons maintenant à la manifestation rémoise :

La manifestation s’est déroulée de 14 heures à 16h30 (il était prévu qu’elle dure jusque 17 heures mais le froid a eu raison de beaucoup de monde).

Nous étions au total une cinquantaine venant de beaucoup de « secteurs » différents : lycéens, étudiants, travailleurs, blogueurs. Il n’y avait pas de formation politique ni syndicaliste (SUD et le NPA avaient annoncé leur présence à cette manifestation mais ils n’ont pas fait le déplacement).

Ah… et il n’y avait pas de policier présent. Une voiture de police est passé, les policiers nous ont fièrement lancé un « nous sommes avec vous, bon courage ». Ironie ou non, je ne sais pas.

Il n’y a pas eu de violences, de casse ou quoi que ce soit, l’ensemble de la manifestation s’est déroulé dans le calme et la bonne humeur à grand coup de « Non à ACTA » :).

Après une longue attente de l’organisateur, nous nous sommes décidés à bouger et à aller à la rencontre des passants qui étaient intrigués par notre petite troupe, afin de leur expliquer les raisons de la manifestation.

Au final, c’était assez bien réussi, l’objectif de faire connaître ACTA est rempli et nous avons réussi à (un peu) faire sortir l’information d’Internet afin de la diffuser le plus largement possible.

Les points négatifs :

Le premier : l’organisation.

L’évènement était organisé via un groupe sur Facebook. Sur ce groupe, l’organisateur a déclaré avoir enregistré la manifestation, préparé des tracts, flyers et déclarait disposer d’un mégaphone. Dans la réalité, cet organisateur n’est jamais venu et, de facto, tout le matériel annoncé n’était pas disponible. La page consacrée à l’évènement à d’ailleurs disparu.

Je trouve cela dommage et stupide, cet organisateur n’a pas rendu service au mouvement en agissant de la sorte. Nous avons donc fait avec les moyens du bord… et le résultat était plutôt réussi.

Le second : l’Union.

Une presse locale était présente : l’Union et sa journaliste Catherine Frey (je n’ai pas cherché son nom, il est disponible ici, dans un billet que je qualifierai de torchon indigne d’un travail journalistique).

Je n’ai rien contre cette journaliste et son photographe mais je tiens simplement à faire remarquer la chose suivante : ça n’est pas en restant deux minutes que l’on apprend quoi que ce soit, preuve s’il en faut : votre papier est erroné.

Conclusion : une cinquantaine de personnes pour Reims, c’est assez énorme. C’est une ville endormie et je suis moi-même étonné qu’il y ait eu autant de personnes pour cette manifestation. Le message a commencé à sortir d’Internet et c’est tant mieux, il faut dénoncer les dangers d’ACTA au-delà du numérique.

Merci à tous pour cette journée.

Ps : bisous la personne des renseignements généraux qui est passé près de nous.

Ps 2 : des photos sont disponibles sur Internet, je ne les affiche pas dans ce billet par respect du droit à l’image (faute de moyen, je n’ai pas fait signer de déclaration au droit à l’image). Si une personne présente sur la photo souhaite que je floute son visage, merci de m’en informer en utilisant la rubrique contact disponible ici.

Ps 3 : au fait, on dit Blogueurs. Bisous.

Le petit guide officieux de l’officiel futur dissident Français. Étape 1.

Trois phases, pas mal de lien, mélangez le tout et vous obtenez un petit billet, décomposé en trois billets. J’espère qu’il seront instructifs.

Première phrase : la constatation. 

Depuis déjà bien longtemps, beaucoup de monde se bat sur Internet. D’un côté, nous avons ceux que j’appellerai les « anti-Internet » : Majors, Ayant-droit, fournisseurs de solutions « de protection » (comprenez solutions d’espionnage à l’échelle d’une nation). Ils portent plein de noms : Universal, la SACEM, la SACD… eux, je vais les laisser jouer dans leur bac à sable ce soir. Ils sont chiants, c’est un fait, mais il va falloir se prémunir contre plus gros si les choses évoluent comme elles sont en train d’évoluer.

Je veux parler d’autres noms, d’un autre contexte, d’autres sociétés : Bull, Amesys (officiellement une filiale de Bull, mais partant du principe que quasi tous les anciens d’Amesys sont maintenant au comité de direction de Bull….) et Qosmos. Vous avez sans doute déjà entendu ces noms, ou peut-être pas. Derrière ces noms se cache une chose pas très jolie jolie : le savoir faire Français.

La France n’est pas que bonne dans la cuisine, elle l’est également dans la fourniture de systèmes d’espionnage à d’autres pays (entre autres, la Libye, le Qatar, le Mexique …), mais ça, elle ne s’en vante pas trop. Juste pour appuyer mes dires sur des faits : le système de DPI installé en Libye est l’œuvre d’Amesys. La tête d’Amesys prétexte que le DPI installé ne devait surveiller qu’une « fraction de connexions », pour traquer des terroristes et des pédophiles… La réalité est différente.

On pourrait se dire que ce n’est pas en France, que ceci ne nous concerne pas (c’est une connerie, mais je suis certain que beaucoup le pensent) et que, partant de ce principe, il n’y à aucune raison de s’inquiéter. C’est une erreur.

Une erreur parce qu’il faut bien se dire une chose : ceci n’est qu’une question de temps. Plus le temps passe, plus le sujet du DPI revient sur les bancs de l’Assemblée Nationale, dans les textes, dans les vœux pour le noël des Ayant-droits. Une simple question de temps avant que le DPI s’installe en France, rajoutons à cela le « savoir faire Français » où si vous préférez, le simple fait que ces entreprises soient Françaises facilitera le déploiement des choses.

Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que « je m’en moque, ça ne me concerne pas », c’est comme « je suis d’accord pour que absolument TOUT ce que je fais sur Internet soit filtré, contrôlé, censuré, bloqué … » (rayez la mention inutile). Tryo le résume merveilleusement bien pour la politique : « les extrêmes, c’est toi, quand tu ne votes pas. »

Le gouvernement se veut rassurant et explique donc la chose suivante, en parlant des solutions d’espionnage de sécurité : c’est pour votre bien, c’est pour vous protéger des méchants vilains des Internets.

Ce dernier utilise d’ailleurs une technique de communication super efficace sur la masse (malgré le fait qu’elle soit vieille comme Windows 3.1, peut-être même plus) : le « tout-blanc-tout-noir ». Démonstration avec une publicité dont vous avez tous entendu parler :

– « T’es malade ? »
– « Oui. »
– « Tu prends des antibiotiques ? »
– « Non. »
– « Donc t’es pas malade. »
– « Si. »
– « Donc, tu prends des antibiotiques. »

Vous voyez la logique complètement débile (d’ailleurs, la campagne d’information le disait : « Les antibiotiques, c’est pas automatique ») ?

Bien, maintenant, second exemple :

– « T’es contre LOPPSI, contre ACTA et contre SOPA ? »
– « Oui. »
– « Donc tu es pour le pillage d’œuvres, pour la pédophilie, pour la mort des artistes » (notez que ces choses sont presque mises sur le même pied d’égalité dans les contre mesures demandées…).
– « Non. »
– « Donc, tu es pour LOPPSI, ACTA, SOPA & Co. »
– « Non. »

Vous imaginez déjà la suite : un dialogue de sourds entre deux personnes qui ne parlent pas la même langue. C’est exactement ce qui est en train de se produire en ce moment avec le(s) gouvernement(s). Je défend comme beaucoup d’autres la Neutralité du Net, la liberté d’expression, je suis contre LOPPSI, HADOPI, Les-lois-en-i, SOPA & Co et, pour cela, le côté opposé nous classe dans les « pédophiles mangeurs d’artistes et violeurs de petit chats ».

La vérité c’est que ce qui est en train d’arriver, c’est (et le mot est faible) purement et simplement la fin de votre vie privée sur Internet (et même tout cours en fait, souhaitons la bienvenue à la réforme des compteurs EDF, à l’arrivée de la carte d’Identité numérique qui n’est rien de plus qu’un méchant mouchard (pour l’instant facultatif… pour l’instant).

Il ne faut pas tant s’effrayer du fait que le gouvernement vous espionnera que du fait qu’il sera capable de savoir exactement ce que vous faites, à quelle heure, quel jour, avec qui, pourquoi … Il sera également capable de savoir que vous avez parlé avec Pierre, tel jour à telle heure. C’est de la simple possibilité qu’il faut prendre conscience.

Imaginez l’espace d’un seul instant le champ de possibilités que cela permet, imaginez un seul instant l’impact sur les mentalités ?
Ce point est très important. Le fait que le gouvernement puisse voir tout ceci, c’est un peu comme s’il vous disait en permanence « Je te vois, je sais ce que tu fais, fais attention mon petit. »

Viendra ensuite la répression, Pierre aura dit à Paul qu’il a envie de tuer Alice (comme vous pouvez dire j’ai envie de tuer mon patron) et se fera arrêter par anticipation car Big Brother aura tout entendu grâce à l’écoute des communications et aura tout vu grâce au système de vidéo-surveilance protection doucement mis en place un peu partout.

C’est donc ça dont vous voulez ? Un système « propre », épuré de tout ? Si on persiste dans ce schéma, pourquoi ne pas surveiller les interactions entre humains afin d’éviter la violence ? Pas d’Amour, on ne sait jamais, c’est parfois dangereux. Pas d’art car cela entraîne des appréciations personnelles pouvant entraîner conflit. (Oui, ce dernier paragraphe est une extrapolation jusqu’à l’absurde de tout ceci, vous devriez regarder Equilibrium au passage).

Pour ma part, j’ai un principe :

« Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux. »

Benjamin Franklin

Et vous, vous-êtes l’autre côté ?

La suite au prochain billet…

Attention chérie… ça va couper.

Si vous êtes sur Twitter, vous avez certainement vu passer au moins un message ressemblant à ceci :

« Mais c’est quoi ce torchon sur le filtrage d’Internet sérieux ? » … petit retour sur le problème.

Que s’est-il passé ?

Bien, pour commencer, il s’est passé que l’assignation des ayant-droits versus les F.A.I (Fournisseurs d’Accès à Internet) a été rendue publique, et le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est un ramassis de conneries.

Je voulais écrire cet article hier soir, histoire qu’il soit moins…violent, mais pour être franc : cette assignation est un ramassis de conneries toutes plus dangereuses les unes que les autres pour les Internets en France.

L’assignation est disponible à cette adresse : http://cdn.pcinpact.com/media/APC_FNDF_SEVN_TGI_Paris_blocage_AlloStreaming_HD.pdf

Comme c’est un scan, si vous souhaitez récupérer une version dite « OCR », c’est par ici (merci Turblog) : http://blog.spyou.org/wordpress-mu/files/2011/12/20111202-assignationallo.pdf

Bien que le document soit très long, je vous invite à le lire, passez rapidement aux pages 70 et suite, le début ne présente que des constations un peu gonflantes (bien qu’intéressantes, elles aussi).

Je ne vais présenter que quelques points de cette assignation, tant il y aurait de choses à dire. J’ai donc décidé de parler de ce qui m’a littéralement envie de tuer un petit chat, de ce qui m’a fait bondir de ma chaise ou encore de ce qui m’a donné envie de déclarer une guerre ouverte aux ayant-droits.

Premier point : les Telecomix.

L’assignation parle d’un serveur, werebuild.eu (page 84). Ce site est une plateforme qui sert à lutter contre toute forme de censure sur le net, c’est un serveur qui héberge pas mal de données et encore plus, à savoir des sites d’activistes du monde arabo-musulmans, en ces temps de printemps arabe (même si nous sommes en automne, je sais je sais…). Ce serveur est celui des Telecomix…wait, vous ne savez pas encore qui sont Telecomix ? Réponse simple, ce sont des anges.

Vouloir s’en prendre à un groupe d’hacktivistes qui contribue à défendre la liberté d’expression et qui a aidé les peuples de Tunisie, d’Egypte ou encore de Libye, c’est juste… totalement injuste, voir con, n’ayons pas peur du mot.

Mon avis (et chers ayant-droits, oui, c’est une menace) : je vous invite à ne pas toucher à quoi que ce soit des Telecomix, vous ouvriez une boite de pandore qui vous dépasse, et de loin. S’en prendre à eux, c’est déclarer la guerre à un Internet que vous ne connaissez pas, ne comprenez pas et que vous n’avez pas envie de comprendre car cela serait admettre que des hackers peuvent œuvrer pour le bien.

Second point : le blocage.

Le blocage, ce n’est pas nouveau, si vous êtes déjà passé par ici, vous savez ce qu’est un blocage par IP, par URL, par DNS et vous savez également ce que c’est que le DPI, sinon, c’est ici que cela se passe (ou ici ou encore… mais vous allez avoir de la lecture, le DPI est très à la mode).

Bien, figurez-vous que les ayant-droits souhaitent mettre en place un filtrage dit « hybride » : un filtrage mélangeant blocage d’IP, filtrage d’URL sur les DNS … et du DPI, le tout dans la même solution.

Je ne m’éterniserais pas sur le DPI, je l’ai déjà fait ici ou bien encore . Les Ayant-droits expliquent que ce filtrage respecte ce que l’on appelle le principe de proportionnalité, c’est-à-dire qu’il est parfaitement adapté et surtout, qu’il respecte les droits fondamentaux des utilisateurs (secret des correspondances, vie privée, liberté de l’information, liberté de communication …)

C’est juste im-po-ssi-ble, dès lors qu’un DPI est en place, c’est déjà trop tard, une partie de l’Internet est filtrée. Les AD (Ayant-droits) parlent de respect des principes fondamentaux, c’est une PUR connerie, ils maitrisent les belles phrases longues histoire de noyer le poisson, mais ce simple passage est une démonstration de la profonde incompétence (pour ne pas dire autre chose) des AD.

Troisième point : les DNS.

Souvenez-vous, les serveurs DNS sont très utiles. Bien qu’ils représentent une faille de la sécurité d’Internet (puisqu’ils centralisent trop, selon moi), les DNS sont utiles…et nombreux. Comme je l’expliquais avant la sortie de cette assignation, influer sur les DNS est assez compliqué (ils ne se mettent pas tous à jour, ils ne sont pas tous en France, …), alors, les AD ont trouvé une solution encore plus simple. Attention, ça pique les yeux : interdire l’utilisation de DNS tiers… wait… WHAT ?

Cela signifie que les AD voudraient bien bloquer tout ce qui ne ressemble pas à un DNS autre que celui de Free, Orange, Bouygues et j’en passe…

Concrètement, cela forcerait l’utilisateur à passer par un point de convergence unique (ou quelques points, ce qui reste contrôlable), plus moyen d’utiliser les DNS d’Open DNS par exemple, ou ceux de Tataouine que vous avez déniché quelque part sur les Internets (ou encore ceux des Telecomix tiens…). Non, vous devrez passer par les points d’entrée autorisés, les autres seront fermés (reste encore à savoir comment…blocage de l’IP des DNS, blocage du port servant au DNS (le port 53, merci Nesoux) s’il n’est pas utilisé avec le bon serveur DNS derrière…telle est la question). L’avantage pour les AD, c’est qu’ils peuvent contrôler tout aisément dans ce schéma…

Les internautes français doivent passer par une poignée de serveurs DNS autorisés, il suffit de contrôler ces serveurs DNS, de brider tout ce qui doit être bridé…et le tour est joué.

Que l’on soit clair, si cette procédure est validée, c’est la fin de l’Internet en France. Non, ce n’est pas un abus de langage.

Vous devez passer par un système de serveurs DNS contrôlés, là ou votre ami hors de France accède à un site, vous non, et vous n’avez aucun moyen d’y accéder, vous êtes donc sur un Internet différent du sien, un Internet ou ce site n’existe plus pour vous, vous n’êtes donc plus sur Internet. La Chine l’a fait… pourquoi pas nous après tout ?

Attention chérie…ça va …

Articles qui parlent de tout ce foutoir :

TMG veut bloquer Telecomix !

Votre internet, vous le voulez avec ou sans filtre ?

TMG apporte des solutions aux problèmes que la loi ne se pose même pas

Quand l’industrie du divertissement envisage de nous interdire de choisir nos DNS

L’ALPA-taugas, plein pieds dans le plat

Et soudain, trident média guard palpa internet

 

D’autres articles, à suivre… très prochainement…