MMM&MU : Muriel Marland-Militello et Megaupload.

Ça faisait longtemps que je n’avais pas croqué du triple M au petit dej’. Pour rappel, triple M c’est pour Muriel Marland-Militello.

Fiche de personnage

Profession : Troll Députée des Alpes-Maritimes, adjointe au maire de Nice et en charge de la politique culturelle de la ville.

A son actif : rapporteuse pour la loi HADOPI, a osé dire que les citoyens étaient importants, pas les internautes, que la neutralité du net était une utopie séduisante, que le piratage tuait les artistes et que nous étions des connards d’anarchistes.

Ps : c’est une groupie de « Notre cher président de la république Nicolas Sarkozy », répété environ 4-5 fois par billet sur son blog lorsqu’elle n’est pas en forme, 8-9 fois sur les gros billets.

Flashback sur d’autres écrits que ceux cités précédemment :

http://pixellibre.net/2011/04/merci-mm/

http://pixellibre.net/2011/04/mmm-neutralite/

Comprenez donc que nous ne sommes pas des citoyens et que nous versons dans le terrorisme cybernétique. Merci Madame Marland-Militello, c’est gentil.

Je réagis au billet « Megaupload enfin condamné » (Non ! Pas de ping sur l’article, je ne fais pas de pub au blog de 3M, c’est contre ma religion).

Premièrement, le titre : Megaupload enfin condamné.

Madame Marland-Militello, MU n’a pas été condamné mais fermé. En effet, aucun passage devant un juge n’a été nécessaire, le F.B.I n’a pas pris cette peine. Merci d’arrêter de raconter des bêtises (pour parler poliment). Bisous.

« Je me réjouis de cette étape importante dans l’histoire de l’internet responsable. »

What the fuck ? Donc, fermer un site sans passage devant un juge, c’est avoir un Internet Responsable ?

Cette phrase en dit long sur votre vision du respect de la loi et d’un procès équitable. Chez moi, ceci porte un nom : « Complete Bullshit ».

« Et c’est grâce aux initiatives de notre Président de la République Nicolas Sarkozy que la communauté internationale est décidée à ne plus céder à un certain fatalisme qui pouvait exister en la matière. Cette décision en est une illustration. »

A nouveau, arrêtez vos bêtises, c’est quand même grave de tomber si bas. Vous croyez sincèrement que c’est grâce à N. Sarkozy que tout ceci est arrivé ?

C’est grâce aux actions de Nicolas Sarkozy que Megaupload a fermé ? Vous le pensez sincèrement ? Si oui, merci de me donner l’adresse de votre dealer, il a l’air de vendre de sacré bons produits et j’ai des amis intéressés. S’il fait des prix de groupe c’est le must.

« L’Histoire de la culture se souviendra de Nicolas Sarkozy comme de « l’homme qui a dit non ». »

Madame, merci, j’ai encore mal aux côtes tellement j’ai ri.

L’homme qui à dit non à quoi ? Au partage de la culture ? Au piratage ? (ou encore celui qui a dit non au « casse-toi pauvre con » ?)

Mais madame, vous comme votre gourou Nicolas, êtes incapables de comprendre un traître mot de ce qu’est vraiment le piratage.

Elle est osée, votre phrase. L’histoire de la culture ne se souviendra pas de Nicolas Sarkozy, ou alors pas en bien avec l’ensemble des décisions prises durant son mandat.

Ne confondez pas les ayants-droits et la culture. Le premier pense au pognon, le second appartient à tout le monde et tout le monde a le droit d’y accéder. La culture n’appartient pas aux ayant-droits, elle existait déjà avant, elle existera encore une fois qu’ils seront morts et qu’on aura tourné la page.

Pour que votre phrase soit exacte, il faudrait dire : « L’Histoire de la culture se souviendra de Nicolas Sarkozy comme de « l’homme qui a dit non à la culture » en instaurant la Hadopi, la carte musique jeune qui est un véritable fiasco, l’homme qui fête le 14 juillet avec Hallyday, l’homme qui, par sa politique, à imposé les échanges commerciaux face à la culture du partage. »

Ah, et l’homme qui a dénaturé la légion d’honneur. (d’ailleurs, remettre la légion d’honneur au Directeur Général d’Amesys, ça en dit long, très long…)

« Le piratage est un danger pour l’avenir de notre civilisation. »

Si vous définissez le piratage comme du hacking, laissez moi vous dire que c’est grâce au piratage que les choses changent. Le hacking existe depuis la nuit des temps, même si son appellation est récente. C’est grâce au hacking que les inventions existent, que des découvertes sont faites et c’est le moteur principal de toute innovation sur cette terre. Demandez à Pasteur pour la pénicilline. Vous croyez qu’il avait prévu ce qui s’est produit ?

« Pirater c’est voler les fruits du travail des artistes… »

Non madame, pirater c’est diffuser la culture le plus massivement possible. L’ensemble du secteur, appuyé par votre politique, à transformé la culture en industrie, où seules quelques personnes gagnent de l’argent… et la culture ce n’est pas ça. Vous parlez argent là ou nous, nous parlons de la culture (la vraie).

« En France, grâce à la majorité présidentielle et à Nicolas Sarkozy, nous sommes en avance sur le monde entier : nous avons depuis 2010 l’Hadopi dont la mission première est justement celle-ci. »

Je dirais bien « LOL », mais je vais argumenter :

La HADOPI n’aide en rien la culture, elle ne contribue pas à la diffusion de cette dernière. J’ai découvert des centaines d’artistes grâce à l’échange et au Peer to Peer. Non madame, la HADOPI n’est pas ce que vous prétendez. Elle se prend la tête avec les ayant-droits, preuve, s’il en faut, que la seule chose recherchée, c’est la préservation d’un système archaïque géré par des gens qui se moquent éperdument de la culture.

« Seul Nicolas Sarkozy a le courage et l’honnêteté de ne pas céder à la facilité et à la démagogie. »

Madame, si votre majorité présidentielle et Nicolas Sarkozy savaient écouter, nous n’en serions pas là. Il existe des alternatives qui auraient vraiment été profitables au monde de la culture.

« Continuons à lutter contre la gangrène idéologique qui tente de justifier le piratage. »

Tant que vous tiendrez cette position, nous resterons dans cet éternel conflit stupide qui consiste à dire que tout est soit blanc, soit noir.

Nous avons des idées, vous avez les moyens de faire changer les choses. Ne serait-il pas plus utile de travailler pour diffuser la culture afin que toue le monde en bénéficie ?

Plutôt que de chercher à satisfaire les ayant-droits, qui vous font croire que sans eux, c’est la fin du monde, réfléchissez un peu, venez à notre rencontre, échangez avec nous. Des alternatives existent, encore faut-il l’accepter.

Dernier point :

« pour rendre pleinement effectif l’internet responsable, il faudra sans doute réfléchir à comment mieux réguler […] les protocoles chiffrés pour concilier sécurité des données et des transactions avec la nécessaire lutte contre la délinquance et la criminalité. »

Ne vous aventurez pas trop sur ce terrain. Sur le chiffrement, vous avez 10 années de retard. A nouveau, venez à notre rencontre, nous sommes capables de vous expliquer ce que c’est et nous avons du temps pour le faire.

Lettre ouverte à Madame Muriel Marland-Militello.

Vous vous souvenez, quand je vous avais dit « c’est quand on pense qu’elle à touché le fond qu’on se rend compte qu’elle peut faire pire » … ben c’était vrai.

En effet, Madame Muriel Marland-Militello nous honore d’un modèle de troll qui servira d’exemple pour toutes les générations à venir.

L’objet du crime : « La neutralité du net : une utopie séduisante« , article de son blog.

Dans cet article, MMM nous explique qu’il « faut mieux viser l’optimalité que la neutralité du Net ». Selon elle, le principe de Neutralité constitue une utopie séduisante. MMM prétexte que la bande passante n’est pas illimité et que c’est une hérésie de croire cela!

Hérétiques ! Au bucherrr, au bucher!! Ahem…pardon.

MMM nous parle ensuite de l’Internet civilisé, si cher à « notre cher président, Nicolas Sarkozy » (oui, c’est une des phrases préférées de MMM) : (sur mon ancien blog : http://actu-mendil.blogspot.com/2011/01/lanalyse-du-vendredi-avec-mmm.html)

L’internet civilisé a besoin d’un réseau internet puissant, fiable et accessible à tous, notamment pour permettre l’accès à l’information et la démocratisation culturelle. Cela va de pair avec la nécessité d’instaurer des règles relatives aux usages. Ce n’est pas parce qu’internet fait partie du monde numérique que nos valeurs et nos principes doivent s’effacer. Si les technologies ne doivent pas pâtir des mauvais usages qui peuvent en être faits en accédant à des contenus illicites, il ne faut néanmoins pas laisser ces usages illicites se dérouler en toute impunité »

Comprenez donc, lorsque MMM parle d’optimiser le réseau, elle veut en fait dire : interdire les usages illicites du réseau, par tout les moyens, même si la neutralité du Net doit être oubliée.

La députée explique ensuite que, pour le blocage des sites, il n’est pas nécessaire d’avoir recours à un juge, elle prend en exemple l’article 4 de la loi LOPPSI, qui concerne le blocage des sites pédo-pornographiques. Comprenez par là qu’elle ne voit pas de problème à étendre la possibilité de filtrage à d’autres domaines sans l’aval d’un juge (évidemment).

Pour finir, la députée croit bon de dire à tout les députés qu’ils doivent « permettre les conditions pour que le réseau internet soit techniquement pérenne, innovant, accessible et respectueux des droits et libertés de chacun. Ce qui n’est pas une mince affaire ! » … tu m’étonne, avec des idées comme ça, c’est pas une mince affaire!

Afin d’apporter ma vision des choses, j’écris une lettre ouverte à Madame Marland-Militello.

______

A l’attention de Madame Muriel Marland-Militello, députée des Alpes-Maritimes.

Madame, j’ai pu lire avec un peu d’amusement et beaucoup d’inquiétudes votre récent post sur l’utopie que représente la neutralité du Net. Vous expliquez à demi-mots que cette neutralité est dangereuse pour le futur, qu’il faut préférer optimiser le réseau plutôt que de sauvegarder la neutralité du Net.

Dans votre post, vous souhaitez que l’État confie aux Fournisseurs d’accès (ou autres) la possibilité de bloquer tel ou tel site non conforme, jugé illégal, etc. etc.

Madame, permettez moi de vous dire que la route que vous empruntez est dangereuse, en effet, imaginez les possibilités confiées aux FAI s’ils peuvent « optimiser » le trafic et réguler la bande passante.

Premier point : optimiser la bande passante en bloquant les directement les sites illicites ou les téléchargements constitue, selon moi, un acte grave. Seul la justice et donc, un juge, sont aptes à définir ce qui est illicite et ce qui ne l’est pas.

Vous marquez un point en parlant de l’article 4 de la loi LOPPSI. En effet, le juge n’est pas requis dans la procédure de  filtrage. Cependant et comme le conseil constitutionnel l’a dit, la lutte contre la pédo-pornographie «peut justifier des mesures que la préservation de la propriété intellectuelle ne peut fonder», comprenez par la que vos utopies d’un blocage sans juge étendu à d’autres contenus que la pédo-pornographie est impossible. Essayez, le conseil constitutionnel sera la pour vous en empêcher.

Avez vous la moindre idée des conséquences de cette optimisation?

Si, comme vous le souhaitez, le pouvoir de bloquer tel ou tel site est confié aux FAI, si, comme vous le souhaitez, le pouvoir d’optimiser la bande passante (comme vous l’entendez) est confié aux FAI, je suis convaincu que nous aurons des erreurs, des sites légaux bloqués à tord (ce problème est déjà arrivé, affaire Wikipédia) ou pire, des conflits d’intérêts dans le blocage : bloquer tel site parce que le FAI propose le même service.

Sans parler du blocage, l’optimisation et la priorisation du réseau se doit de respecter la neutralité du Net et plus particulièrement la non discrimination des paquets, exemple :

Dailymotion est à Orange, si un tel pouvoir leur était confié, rien ne garantit qu’ils ne favoriseraient pas leur propres services. un FAI doit transmettre la donnée d’un point A à un point B, il ne doit pas prioriser son propre contenu.

Imaginez maintenant que le FAI réalise cette priorisation, il pourrait par exemple lancer une offre : débit non bridé pour quelques euros de plus sur tel, tel et tel site. Une offre accès à Internet illimité sans bridage pour tant d’euros par mois. Félicitations, vous venez de créer un Internet à deux vitesses, entre ceux qui peuvent payer et ceux qui ne peuvent pas.

Continuons dans notre lancée, les FAI pourraient très bien combiner optimisation et blocage, en redirigeant les internautes allant sur un site A vers un autre site, site B (par exemple, un site appartenant au FAI…à tout hasard). La, c’est une atteinte grave à l’ensemble d’Internet, vous tapez une url, vous ne tombez pas sur le vrai site, ça n’est plus Internet.

Mais vous avez raison, la Chine l’a fait, ce grand pays démocratique qui sert d’exemple pour tant d’autres…alors pourquoi pas nous?

Madame, loin de remettre vos capacités en cause, j’estime que concernant celles que vous avez sur Internet, vous avez une énorme marge de progrès. Dans chacun de vos posts, dans chacun de vos articles, vous expliquez des choses qui sont à l’encontre de l’essence même d’Internet. Le filtrage n’est pas la solution, le blocage non plus, l’optimisation de l’Internet comme vous l’entendez encore moins.

Ces idées seraient un frein à la concurrence, à l’innovation, au développement de nouvelles technologies, elles favoriseraient l’isolation de la France sur Internet ainsi que la création d’un Internet à deux vitesses, voir même un FranceNet si, lorsque je tape google.fr, je tombe sur le moteur de recherche d’Orange.

Cordialement, un citoyen français qui use de son droit d’expression.

Contrat Creative Commons
Ce(tte) oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité – Partage des Conditions Initiales à l’Identique 3.0 Unported.