Royaume-Uni : le rapporteur spécial des Nations unies sur la vie privée s’inquiète



« Pire qu’effrayant ». Tels sont les mots prononcés par Joseph Cannataci, le rapporteur spécial des Nations unies sur la vie privée, lors d’une keynote au forum de la gouvernance d’Internet, au Brésil.

Ces propos visent la nouvelle proposition de loi sur la surveillance britannique, l’Investigatory Powers Bill, qu’il attaque de plein fouet en expliquant d’entrée qu’il n’a jamais été démontré que la surveillance de masse fonctionnait.

Il accuse également le premier ministre britannique, David Cameron, de fausser le débat afin de faire passer le projet de loi, en menant une campagne de communication « offensive, absolue et orchestrée ».

Autant être clair tout de suite, il a bien raison d’avoir peur, tant l’IPB représente une menace plus que concrète pour la protection des données personnelles des citoyens britanniques. Plus poussée que ce qu’il est possible de faire avec la loi sur le renseignement française, plus poussée que ce qu’était déjà capable de faire le GCHQ…

Cannataci s’était déjà exprimé sur les lois de surveillance britannique, n’hésitant pas à les qualifier de « surveillance similaire à celle décrite dans 1984, de George Orwell ».

Il critique sèchement les propos tenus au sein du parlement britannique, propos qui se voulaient rassurants et déclaraient que « les gens ne devraient pas s’inquiéter de cette loi ».

Personnellement, une loi qui va forcer les opérateurs à retenir tout ce qu’ils peuvent retenir sur vous, y compris votre historique de navigation, pendant 12 mois, je ne trouve pas cela spécialement rassurant.

Pour rappel ou présentation, cet IPB va permettre aux forces de l’ordre et aux agences du renseignement d’accéder aux métadonnées – le qui, quoi, quand, comment et où d’un contenu, sans s’intéresser au contenu en lui-même – des sites internets visités par des potentiels criminels, sans aucune forme de contrôle dessus.

Des potentiels criminels, pas des criminels, c’est « potentiels » qui est important : surveiller des individus au motif qu’ils sont de potentiels criminels est dangereux, c’est une bascule vers un futur à la Minority Report assez effrayant.

Le rapporteur des Nations Unies estime quant à lui que les métadonnées sont importantes et que la capacité d’interception des communications n’a plus rien en commun avec celle datant de l’époque des premières lois qui permettaient lesdites interceptions.

La ligne de défense ne bouge pas d’un poil, de l’autre côté : « les autorités n’auront accès qu’au cas par cas à ces données. Seulement lorsque cela sera nécessaire. Et de façon proportionnée. »

Le gouvernement britannique va jusqu’à déclarer « qu’il n’y a absolument rien de nouveau introduit par cette loi ».

C’est évidemment faux, du moins officiellement faux, rien ne garantissant que les services du renseignement ne s’adonnaient pas déjà à cette collecte massive de données. Après cette loi, cela sera juste complètement légal. D’ailleurs, Cannataci le sous-entend plus ou moins explicitement.

« Je ne vais pas mâcher mes mots mais actuellement, de nombreux gouvernements font passer de nouvelles lois pour légitimer ce qu’ils faisaient déjà ou faire passer ce qu’ils ont à faire. »

Plus que jamais, il devient nécessaire de comprendre que la surveillance de masse n’est d’aucune utilité, qu’elle n’a jamais fait ses preuves, qu’elle est couteuse et surtout, qu’elle fait peser de lourdes menaces sur la vie privée de bien trop de citoyens.

Il est nécessaire d’avoir une surveillance très ciblée et proportionnée, plutôt que de partir « à la pêche au gros » pour trouver un poisson dans un océan, quitte à en attraper des centaines d’autres innocents.

Si l’arrivée des déclarations Snowden a réveillé, çà et là, quelques consciences, cela a surtout réveillé nos gouvernements, qui font passer dans la douleur tout ce dont ils ont besoin pour continuer à nous espionner.

Et nous, nous les regardons sans agir et sans prendre enfin conscience de la gravité de la situation, pour nous et pour les générations futures qui n’auront qu’une vague idée de ce qu’est la liberté.

Vous aimez cet article? Partagez-le ;-)

TwitterGoogle +LinkedInMail
Flattr !

Aucun commentaire pour le moment... Soyez le premier!