Le GranitePhone, top, flop ?



J’ai pu découvrir chez les amis de NextInpact un article sur le GranitePhone. Ce mobile « est le premier vrai smartphone conçu autour de la protection des communications et des données de ses utilisateurs », pour reprendre la présentation d’Archos, entreprise française engagée dans la production de ce GranitePhone.

Passons sur le discours commercial et le prix et intéressons-nous à ce que devrait permettre ce téléphone : protection des données, des appels, des messages, des contacts et de tout ce qui s’approche, de près ou de loin, à une donnée personnelle. Archos déclare que le stockage sur l’appareil sera entièrement chiffré et qu’il n’existera aucune porte dérobée (ndlr : les backdoors).

Personnellement, je n’irai jamais déclarer qu’un système est inviolable, c’est une promesse parfaitement impossible à tenir et l’histoire nous a déjà montré qu’il fallait éviter d’avoir ces propos, histoire de ne pas perdre toute sa crédibilité le jour où la première faille est découverte.

Qui plus est, le communiqué de presse [PDF] dit « les données stockées sur le smartphone sont également encryptées dans le cloud pour que les utilisateurs du « GranitePhone » puissent accéder à leurs données à tout moment ».

Si je résume donc, les données des utilisateurs seront stockées dans « le cloud », donc sur l’ordinateur de quelqu’un d’autre, pour parler plus clairement. Je ne suis pas certain que cela soit une bonne nouvelle, j’ai du mal à mettre « aucune faille » et « cloud » dans la même phrase.

Imaginons tout de même que ce téléphone soit réellement inviolable pour la suite. Archos explique que les utilisateurs du GranitePhone pourront « accéder à leurs données depuis un ordinateur et depuis d’autres mobiles Android ou iOS, ce qui leur garantit une grande flexibilité sans compromettre la sécurité. »

A nouveau, j’ai l’impression de faire face à un enfumage du service marketing d’Archos, je ne peux pas concevoir qu’un accès à des données ultra sécurisées depuis un Android ou un iOS ou un ordinateur ne représente pas un potentiel vecteur d’attaque ou une faille de sécurité.

Dernier point, et pas des moindres : qu’est-ce qui fait tourner ce téléphone ?

Dans ma conception de la sécurité informatique, un concept est essentiel : l’ouverture du code source. Cela permet à de nombreuses personnes de s’assurer que le code qui fait tourner le système est propre et sain.

Cela crée une relation de confiance, de transparence : « je sais que mon revendeur ne me ment pas lorsqu’il dit que c’est sécurisé, parce que le code ou les expert.e.s en capacité de le lire l’ont confirmé. »

Ici… rien. Aucune information sur le système d’exploitation du GranitePhone, nous savons simplement que ce n’est ni du Android, ni du iOS.

Est-ce que le code source du système sera libre, ouvert, modifiable ?

Qui a la main sur ce code ?

Est-ce le système de chiffrement du mobile est réellement solide ?

Sur quoi repose-t-il ?

Est-ce qu’il est géré par Archos ou Sikur ? Si oui, sur quels éléments je dois faire reposer ma confiance ?

Le seul site où le GranitePhone est mentionné ne donne aucune indication quant au système embarqué… il se sert des polices d’écriture de Google, se sert d’Analytics et de quelques trackers… rassurant quand on sait que la société est censée me protéger et protéger mes données personnelles.

Bref, à voir lorsque le mobile sera sorti.

Vous aimez cet article? Partagez-le ;-)

TwitterGoogle +LinkedInMail
Flattr !

Un commentaire to “Le GranitePhone, top, flop ?”

  1. avatar

    Bonjour, merci pour ces remarques préliminaires mais pleines de bon sens sur le GranitePhone.
    Dans le même ordre d’idées, c’est-à-dire un smartphone respectueux de la vie privée, que pensez-vous du BlackPhone ? Avez-vous eu l’occasion de le tester ? Avez-vous lu sa fiche technique (Android transformé en PrivatOS, etc.) ? Si oui,pourriez-vous me faire un rapide retour sur ce modèle ? J’ai déjà lu pas mal d’articles sur le BP et j’ai envie de l’acheter, mais mes connaissances en informatique sont limitées et j’ai peu d’avoir raté quelque chose…
    Ludovic