[MAJ] Windows 10 : lorsque votre ordinateur ne vous appartient plus.



Mise à jour : Après revérifications, j’ai corrigé une partie du billet, partiellement obsolète. La création d’un compte Microsoft ne sera plus requise (si rien ne change entre les versions actuelles et la version finale), il sera toujours possible de créer un compte local sur la machine. En revanche, je n’ai pas noté de changements sur la captation des données utilisateurs.

Voici le paragraphe en erreur, il est corrigé dans le billet : « Nous le savons depuis quelques temps déjà, Windows 10 enregistrera chaque activité sur votre ordinateur, il faudra disposer d’un compte Microsoft pour utiliser le système ou à défaut, en créer un. »


Billet à l’origine :

L’information est confirmée par l’ami Guillaume Champeau, sur Numerama : Windows 10 installera ce qu’il veut chez vous.

Résumé

Microsoft a confirmé l’information : la version « particuliers » de Windows 10 ne permettra pas de choisir les mises à jour qu’on souhaite installer. Microsoft pourra donc, à sa guise, installer ou désinstaller, mettre à jour ou modifier n’importe quel programme ou logiciel présent sur « votre » ordinateur.

La société confirme par la même occasion que seules les versions « professionnelles » de Windows 10 permettront de désactiver les mises à jour automatiques.

Explications

« Le contrat de licence de Windows 10 exige que la Mise à Jour Automatique soit permise pour faire en sorte que nos clients restent en sécurité et pour fournir Windows en tant que service », nous indique Numerama.

Ainsi, on invoque la raison de la sécurité pour justifier ce passage en force sur les mises à jour. Si l’argument de la sécurité est positif, on peut légitimement douter du bien-fondé de la solution proposée.

Windows est le système le plus répandu, à ce titre, il est la cible la plus intéressante pour des pirates et des attaques informatiques. Je comprends la volonté de Microsoft : ils veulent assurer un maximum de sécurité aux utilisateurs en maintenant à jour un système assez vulnérable.

Mais à quel prix ?

Revenons au cœur du sujet : forcer la main à ses utilisateurs revient à les déposséder du pouvoir qu’ils ont, à les destituer du titre « d’administrateur » de la machine. Avec Windows 10, votre système ne vous appartient plus. Il n’est, tout au plus, qu’une partie d’un tout et on pourrait considérer que Microsoft s’étend géographiquement à l’échelle planétaire.

Cette perte de souveraineté de votre machine n’est pas uniquement liée à un besoin sécuritaire. Microsoft utilise cet argument car il est relativement aberrent de souhaiter moins de sécurité sur son propre système, mais les mises à jour forcées ne concerneront pas uniquement la sécurité…

Microsoft compte utiliser ce système de mises à jour imposées pour générer plus de revenus : puisque le système sera, soyons francs, intégralement contrôlé à distance par Microsoft, rien ne les empêchera de proposer de la publicité ciblée.

Nous le savons depuis quelques temps déjà, Windows 10 enregistrera chaque activité sur votre ordinateur, il faudra disposer d’un compte Microsoft pour utiliser le système (NDLR : il sera toujours possible, après vérifications, de créer un compte local sur la machine, je n’ai, en revanche, pas d’informations sur la collecte des données dont il est question au début du paragraphe). Cette information combinée à la récente confirmation de Microsoft a de quoi inquiéter : d’un côté Microsoft récupère tout ce que vous faites, de l’autre il vous force la main pour mettre à jour votre système, sans doute en utilisant vos propres données pour « améliorer l’expérience client et être au plus près de vos besoins », comme on dit dans le marketing.

Comprenez par-là : « oui, nous vous observons, sur un système que vous ne contrôlez plus, nous collectons vos données, les analysons et forçons les mises à jour de notre système, tout ceci pour vous profiler et vous proposer du contenu adapté, afin de générer plus de revenus. »

C’est, à mon sens, une très mauvaise nouvelle pour la protection de la vie privée des utilisateurs du prochain système. Utilisateurs qui risquent d’être nombreux puisque Microsoft propose une bascule automatique et gratuite de Windows 7 et 8 à Windows 10. Tout est parfaitement orchestré.

Une question de choix

Je ne suis pas convaincu que cette stratégie soit un réel gain pour l’utilisateur: toutes les mises à jour seront concentrées à un seul et unique endroit. Si c’est déjà le cas avec Windows Update, ce dernier donne le choix dans l’installation des mises à jour.

On argumentera que la quasi-totalité des utilisateurs laissent les paramètres par défaut et que ces derniers entrainent des mises à jour automatiques, mais jusque-là, les utilisateurs avaient quand même le choix, même s’ils ne s’en servaient pas.

Vraiment sécurisé ?

Là non plus, je ne suis pas convaincu du bien-fondé de cette stratégie : imaginons qu’une mise à jour foireuse soit forcée, qu’est-ce qui se passera ?

Si les mises à jour sont forcées, il deviendra moins simple de savoir ce qui a été installé ou non. Sachant que c’est déjà assez compliqué, le nom des mises à jour Microsoft n’ayant rien à envier à un texte en grec ancien…

Enfin, imaginons qu’une attaque informatique réussisse à injecter un virus, un malware ou tout autre code malicieux dans Windows Update, qu’est-ce qui arrivera ? Va-t-on assister à la création d’une armée d’ordinateurs prêts à attaquer une cible, tous commandés par un seul « cerveau » ? Le scénario semble exagéré, mais il est concevable.

Le système de mises à jour de Microsoft deviendra la pierre angulaire de tout le système alors, au-delà de mes critiques sur la perte de souveraineté, sur les risques pour votre vie privée et sur ceux liés à la sécurité, j’espère qu’ils feront extrêmement attention à ce qu’ils font… mais, chers lecteurs, permettez-moi d’en douter, au moins en partie.

Vous aimez cet article? Partagez-le ;-)

TwitterGoogle +LinkedInMail
Flattr !

17 commentaires to “[MAJ] Windows 10 : lorsque votre ordinateur ne vous appartient plus.”

  1. avatar

    Si la version finale est comme les preview, il sera normalement possible de ne pas utiliser un compte microsoft (faut juste bien repérer l’option lors de l’install) et possible de désactiver les options de tracage (pub, historique, etc…).

    Et à cause de cette impossibilité d’enlever les mises à jours automatiques, on se dirigera plutôt (si possible) vers une version Pro que une version Home…

    Ou sinon, on reste sur W7 ou on passe à GNU/Linux.

    • avatar

      D’accord avec toi et on pourra effectivement « bidouiller » tout ça, enfin, normalement … le hic c’est qu’un utilisateur lambda n’a pas forcément le même niveau de connaissances que toi ou moi et ne verra pas ces choix car il n’a même pas conscience que ce choix existe. J’aurais aimé voir Microsoft insister sur ces points…

  2. avatar

    Excellent article !
    Cette nouvelle version enlève toute la responsabilité à l’utilisateur (certes qui n’en voulait déjà pas beaucoup).
    L’utilisateur, qui n’est plus clairement un administrateur, n’a pas de contrôle sur ses outils et transfert l’ensemble des compétences et la gestion à un tiers qui n’est pas vraiment de confiance.
    Ah mais oui vous comprenez, l’informatique c’est compliqué, hein ! Donc laissons Windows contrôler les machine…
    On va avoir du boulot après un tel formatage en règle…

    • avatar

      Nous aurons le même que l’actuel : les gens ne « savent pas faire », alors on « fait pour eux », c’est ça en gros la volonté de Microsoft. Si le fond est bon, la forme ne l’est pas pour moi, j’aurais préfé voir un système de notifications, de la communication adaptée, des explications claires pour faire monter les utilisateurs en compétences afin qu’ils mesurent l’importance des mises à jour de leur système. La solution choisie est celle de la facilité (et sans doute la plus économique), au détriment de bien des choses …

  3. avatar

    Les mises à jours en version « pro » peuvent être maintenu a la main. La raison est simple, pleins d’utilisateurs non expérimentés ont pris l’habitude de désactiver toutes les mises à jours. Cela pause des problèmes de sécurité mais pas seulement. Dans un système comme Windows 10, les mises à jours apporteront aussi des évolutions du SDK et donc des fonctionnalités pour les développeurs. Si personne ne fait ces mises à jour un problème va vite se présenter.

    • avatar

      Salutations,

      Je suis tout à fait d’accord sur les raisons de cette décision, qui ne concerne effectivement pas que la sécurité, je regrette cependant la forme de ladite décision : pourquoi ne pas faire du push de notifications assez insistantes pour très fortement inciter l’utilisateur final à mettre à jour son système ?

      Si les mises à jour ne sont pas déployées, il est clair que cela posera un problème, ce n’est vraiment pas sur le fond que je suis en désaccord avec la société, c’est sur la forme et la manière dont c’est fait, pour les raisons évoquées. En gros, je comprends qu’il faut bien faire quelque chose pour enrayer le problème, mais j’aurais préféré de la pédagogie et des explications pour laisser le contrôle de la machine à l’utilisateur.

      • avatar

        Hello,
        Vista était en mode ‘gros lourdingue qui demande tout le temps de faire ces maj’ si tu le désactivais. Les gens ont vomis sur Vista. Ils ont réessayer avec Windows 8 mais de manière plus discrète … la majorité des utilisateurs sur Windows 8 sur pc portable dans mon entourage ont désactiver les mises à jours définitivement au lieu de faire une mise à jour manuelle ou même full automatique. Je pense qu’ils ont essayer mais que finalement ils n’ont pas réussi … Globalement, la version Home est pour monsieur lambda, la version pro pour ceux qui savent ce qu’ils font. Je ne trouve pas ça délirant au contraire même ! La pédagogie est, c’est vrai, souvent une meilleure solution, mais souvent les gens ne veulent pas comprendre … malheuresement.

    • avatar

      Ce sont en partie les mises à jour interminables de vista qui m’ont fait passer à GNU/Linux il y a 7 ans… personne n’est contre des mise à jour. mais personne ne peut accepter que son PC soit paralysé pendant 1H par une update qui se déclenche automatiquement sans préavis, redémarre sauvagement… l’argument de la sécurité est bancal, c’est le système d’update moisi qui dissuade les utilisateurs…

  4. avatar

    Vous n’avez pas compris grand chose. Cette article ne reflète malheureusement pas la réalité, en étant tronqué, incomplet et est écrit à la vas vite. Dommage.

    • avatar

      Votre commentaire est comparable à l’utilité d’une lettre muette, mais soit…

      Au passage, écrire « à la vas vite » démontre que votre commentaire est écrit à la va-vite. Passons…

      Premièrement, vous apprendrez que si je n’ai pas le temps d’écrire, je n’écris pas.

      Ensuite, bien que je sois très ouvert aux critiques, je ne le suis qu’à celles constructives. La votre ne l’étant pas, je vous invite à la détailler, histoire qu’elle soit utile.

  5. avatar

    Malheureusement, l’évolution de W10 suit la tendance actuelle du : »Vous êtes le produit » mais on va encore plus loin. Avec la traque de toute les activités de l’ordinateur, la Vie Privée est inexistante, il est plus qu’aisé pour Microsoft de voir littéralement ce que nous faisons via les cams, nous entendre via micro afin d’améliorer je ne sais quelle service.
    Certes ce n’est pas annoncé mais ça viendra très vite si cela peut s’avérer lucratif.
    Malheureusement, on nous fait le coup de « c’est pour votre bien » mais cela ne reste qu’un asservissement aux services et aux technologies.
    Lorsque aucune pédagogie n’est instauré c’est pour éviter que l’on puisse se soustraire au dictât imposé.
    Si demain il est décidé d’imposé telle ou telle restriction, nous n’aurons d’autre choix que de nous y faire, sinon, la machine sera bloquée et nous avec.
    Moins de pédagogie, moins d’autonomie.
    Cela vaut pour beaucoup d’autres domaines, c’est de la soumission par l’infantilisation.

    J’en rajoute évidement mais j’ai bien peur que cela n’arrive.

  6. avatar

    Bah, en même temps, c’est partout pareil, voir pire ailleurs chez Google et Apple… avec des mobiles qui renferment bien plus de données personnelles que nos ordinateurs.
    Les gens veulent du « service », du « simple » et du « je branche, ça marche »… Je ne vois pas pourquoi Microsoft va s’empêcher de vendre au gens ce que ses concurrents vendent également en silence, voire avec la bénédiction des médias, gagnés à leur cause…
    Maintenant, autant je suis contre le principe aussi mais en pratique, j’ai l’impression qu’on y gagne aussi : la synchronisation de Windows 8 d’un appareil à l’autre de ses onglets de navigateurs, inscriptions a des comptes etc. apportent aussi une vraie facilité d’usage.

  7. avatar

    Pour eviter tous ces problèmes , la solution : LINUX .Si une majorité d’utilisateur l’ adopte bien des éditeurs de logiciel proposerons une version linux et/ou Windows surtout pour les prgm professionnel , avec .linux la suite office est incluse dans le packageet le prix tres faible et installable par toute personne pouvant mettre un cd où un dvd dans un lecteu

Rétroliens/Pings

  1. Windows 10: Encore une version rayée de ma liste | PowerJPM - 1 août 2015

    […] tombé sur un article de ma pharaonique liste d’actualités à lire. Il s’agit d’un article de Numendil, que j’apprécie lire pour de nombreuses raisons. Il y évoquait un problème relatif à […]

  2. [En bref] Windows 7 et sa mise à jour « foireuse » | Pixellibre.net - 2 octobre 2015

    […] m’a fait penser à ce billet que j’ai rédigé il y a quelques temps, où je parlais d’un scénario catastrophe dans […]

  3. #3.3 | GEEK - 4 octobre 2015

    […] Windows 10 : lorsque votre ordinateur ne vous appartient plus. | Pixellibre.net L’information est confirmée par l’ami Guillaume Champeau, sur Numerama : Windows 10 installera ce qu’il veut chez vous. J’ai déjà abordé dernièrement ce sujet & je continuerais d’en parler sur l’un ou l’autre de mes blogs… Je suis écœuré par les pratiques de cette société ! France : des pouvoirs de surveillance « excessivement larges » selon l’ONU — Wikinews 24 juillet 2015. – Le Comité des droits de l’Homme de l’ONU a publié un rapport ce jeudi, dans lequel il s’alarme des « pouvoirs excessivement larges de surveillance » qu’accorde la loi sur le renseignement. Les 18 experts indépendants qui composent ce comité, chargé de veiller au respect des obligations du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, critiquent ainsi l’action du gouvernement français en matière de renseignement. […]