Les boites noires, si ce n’est pas du DPI, qu’est-ce que ça sera ?

Lors d’une passe d’arme bien triste à regarder entre le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve et la députée Isabelle Attard (suivie par Laure de la Raudière et Lionel Tardy), le ministre a déclaré que « les services du renseignement ne feront pas appel au DPI afin de détecter des signaux faibles.« 

Pour rappel, le projet de loi sur le renseignement tentera de détecter des « signaux faibles ». Ce sont des éléments qui pourraient laisser penser que nous sommes face à une personne visée une finalité du projet de loi : le terrorisme.

Ces signaux faibles seraient repérés grâce à des équipements installés chez les fournisseurs d’accès et chez les hébergeurs, lesquels contiendraient un algorithme capable de détecter lesdits signaux.

Cet algorithme et ces équipements seront protégés par le « secret défense », c’est inscrit dans le projet de loi sur le renseignement. Nous ne pourrons donc rien savoir de ces équipements, ni de leur provenance, ni de leur façon de fonctionner, ni de la façon de fonctionner de l’algorithme.

En l’absence d’information, toutes les pistes techniques sont donc envisageables.

La question que je me pose c’est « comment cela va fonctionner si ce n’est pas du DPI ? »

Le projet de loi, lorsqu’il ciblera la finalité du terrorisme ou qu’une surveillance tissera un lien avec cette finalité, autorisera les services de renseignement à activer le dispositif des boites noires et on m’a indiqué que ces boites noires ratisseront « large ».

Seulement, pour pouvoir détecter des éventuels signaux faibles chez les fournisseurs d’accès à Internet, il faudra pouvoir analyser l’ensemble des flux qui transitent et donc faire du DPI.

Pour faire plus clair : si demain, le gouvernement décide de mettre sous surveillance l’ensemble des voitures rouges, il devra d’abord analyser l’ensemble des flux, les autoroutes, les routes …

Donc l’ensemble des usagers de ces autoroutes, ces routes… Donc, l’ensemble des voitures afin de détecter les voitures rouges, donc surveillance généralisée.

J’ai rapidement échangé sur Internet avec des experts, des personnes qui travaillent dans le milieu de la sécurité informatique, de l’hébergement et nous ne comprenons pas comment le gouvernement va s’y prendre pour détecter des signaux faibles sans utiliser de DPI.

Il y a bien quelques pistes, comme la lecture des fichiers de log DNS, qui permettrai de savoir quelle adresse IP a visité quoi, ou l’analyse de certains fichiers de cache chez les opérateurs, mais ce n’est soit pas assez précis, soit pas disponible chez tout le monde.

La députée Isabelle Attard est revenue sur la question du DPI à de maintes reprises malgré les attaques infondées du ministre envers elle. Laure de la Raudière est revenue également sur le sujet du DPI et elles ont eu raison de poser la question de nombreuses fois tant le sujet est important.

De ce que je comprends du projet de loi, si je viens à trop parler de terrorisme ou si je publie des images qui peuvent avoir un lien avec le terrorisme, il est possible que mon blog soit considéré comme un lieu de passage de terroristes, ce qui veut dire que l’algorithme est capable de s’adapter aux contenus et, pour s’y adapter, il doit nécessairement les lire, les analyser, analyser les données des adresses qui s’y connectent… donc faire du DPI. Une source va d’ailleurs dans mon sens, en m’expliquant que oui, le projet de loi prévoit que les boites noires seront capables de détecter ces comportements.

On peut imaginer que ces algorithmes contiendront une liste de mots ou de combinaisons qui, si elles se répètent trop de foi, peuvent attirer le regard mais là également, pour capter ces mots clefs ou combinaisons de mots clefs, il faudra analyser l’ensemble du trafic et donc faire du DPI.

J’ai beau retourner le problème dans tous les sens, je ne vois pas comment il est possible de détecter des signaux d’un potentiel terroriste sans faire du DPI.

Enfin, si, c’est possible. En engageant une armée de mexicains (de chinois si vous êtes mexicain, pardon) pour analyser l’ensemble des flux. L’État serait alors obligé d’engager 30 millions de personnes pour analyser les données, financièrement c’est insoutenable, techniquement c’est impossible, c’est donc inconcevable.

Une possibilité serait de concentrer la puissance de ces boites noires sur une liste de sites, protocoles et outils, potentiellement utilisés par des terroristes, on ne surveillerait plus Internet mais seulement quelques sites réputés comme proches des mouvances terroristes. Seul problème, cela sous-entend qu’il faut une actualisation permanente de ces listes et qu’il suffit aux terroristes de « migrer » très régulièrement pour échapper au système des boites noires. Exit donc le jeu du chat et de la souris, ce n’est pas viable.

Nous en revenons encore au DPI et à l’analyse de flux. Nous en revenons à ces questions d’Isabelle Attard et de Laure de la Raudière sur l’utilisation ou non dudit DPI et à l’absence de réponse cohérente du ministre de l’Intérieur.

Un autre point m’intrigue. Lors de l’échange entre Isabelle Attard et Bernard Cazeneuve, il s’est emporté et, dans son énervement, a dénoncé certains outils, comme le Darknet. Est-ce que cela signifie que TOR et les Darknets seront des « signaux faibles » aux yeux du gouvernement ?

Si c’est le cas, le seul moyen de les détecter sera l’analyse de flux. A nouveau je ne vois aucune autre solution que le DPI. Au passage, cela vise donc celles et ceux qui utilisent le Darknet pour travailler, comme les ONG ou les journalistes, ou moi tiens.

Mince, je suis donc un terroriste ?

Doit-on considérer qu’utiliser un VPN ou se servir d’outils comme OpenPGP pour protéger ses mails seront des signaux faibles ?

Si oui, il faudra, pour réussir à capter ces échanges, installer un système capable de capter ces échanges… et nous revenons encore une fois à du DPI.

Enfin et ce n’est pas anodin, ce que les services de renseignement recherchent, ce sont les métadonnées.

Les métadonnées, ce sont les éléments qui gravitent autour d’une donnée, le sujet d’un mail, de qui il vient, à qui il est envoyé, à quelle heure, quelle adresse est visitée et par qui, quand, depuis quel navigateur.

Isabelle Attard a parfaitement expliqué l’importance et la redoutable précision de métadonnées :

Vous vous êtes par exemple connectés à un site de rencontres échangiste ou fétichiste deux fois par jour pendant un mois, mais – nous dit-on – on ne sait pas du tout ce que vous avez écrit ou lu…

Autre exemple, vous avez appelé Sida Info Service pendant douze minutes, puis un laboratoire d’analyses médicales pendant deux minutes. Une semaine plus tard, le laboratoire vous a rappelé. On ne sait pas ce que vous vous êtes dit, mais il vous a rappelé, et vous avez ensuite appelé votre médecin pendant quinze minutes, mais, encore une fois, on ne sait pas vraiment de quoi vous avez parlé.

Je pense que vous comprenez maintenant ce que c’est, une métadonnée. Je pense que vous comprenez également la portée de ces petites choses-là.

Quand le gouvernement déclare « nous n’irons pas chercher les données mais juste les métadonnées », il a parfaitement conscience que ce sont elles les plus importantes et qu’elles sont bien suffisantes pour remplir l’objectif recherché.

Sauf que… pour pourvoir récupérer ces métadonnées, il faut quelque chose d’extrêmement intrusif. A ma connaissance, il n’existe aucun outil autre que du DPI capable d’aller capter l’ensemble des métadonnées recherchées par les services de renseignement, aucun autre outil capable d’analyser les données dans le détail, en profondeur… nous en revenons donc inlassablement à la même conclusion : DPI obligatoire.

J’ai beau chercher, réellement, sincèrement, je ne vois pas comment il sera possible de faire fonctionner les boites noires sans recourir à l’usage du DPI, sauf à ne pas les faire fonctionner.

La seule réponse que je trouve plausible, c’est que Bernard Cazeneuve ait menti, consciemment ou non, car il n’a fait que répéter un discours bien travaillé en amont, sans le comprendre et sans comprendre ce que c’est, du DPI. Sa déclaration sur la non utilisation du DPI n’engage que sa responsabilité politique, il ne sera pas mis en prison ou viré si, au final, du DPI est déployé.

6 thoughts on “Les boites noires, si ce n’est pas du DPI, qu’est-ce que ça sera ?”

  1. Dans le carde d’une recherche d’un anonymat absolue, il est préférable de ne croire aucune entreprise sur parole, on a bien vue que facebook et google fournissaient allégrement la NSA en données personnelles de ses utilisateurs. Il est donc préférable de se connecter au VPN depuis une autre connexion qui n’est pas à votre nom.

    1. Je suis partiellement d’accord : se connecter à un VPN oui, « depuis une autre connexion qui n’est pas à votre nom » moins déjà : soit c’est un point d’accès public et dans ce cas là pas de problèmes (encore qu’un VPN ne remonte pas forcément tout le temps), soit c’est celle de quelqu’un d’autre et dans ce cas là le problème n’est pas résolu, il est « déplacé ». Je suis plus de ceux qui diront : « garder votre connexion, passez sur du VPN ou/et TOR, chiffrez vos échanges ou une partie de vos échanges »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *