Le Royaume-Uni glisse vers quelque chose de bien pire que la censure.



A moins de vivre dans une grotte, vous avez sans doute entendu et probablement lu énormément de choses sur les propositions très démagogiques du gouvernement britannique, qui souhaite instaurer un filtrage « opt-in »* sur la pornographie.

Je ne vais pas vous faire perdre votre temps en expliquant les nombreuses raisons qui font que ces propositions sont parfaitement absurdes, elles ne permettront pas d’arriver à ce que le gouvernement prétend.

Non, je préfère me concentrer sur quelques indices perturbants sur ce qui pourrait se passer, sur ce qui pourrait arriver, et sur la nécessité de lutter contre ce genre de plan dès maintenant.

L’Open Rights Group a parlé avec les FAI sur ce que les nouvelles dispositions seront dans la pratique, voici ce qu’ils ont trouvés (anglais) :

Le détail le plus important est qu’ils partent du principe que vous souhaitez un filtrage activé sur un contenu très large, à moins que vous décochiez l’option, les filtres seront donc activés. Comme nous l’avons déjà expliqué de nombreuses fois, ce n’est pas juste un filtrage de la « pornographie extrême ».

Voici une liste des sujets susceptibles d’être bloqués par défaut, sauf si vous avez choisi de désactiver le filtrage :

  • pornographie
  • contenus en relation avec le terrorisme ou les groupes extrêmistes
  • les sites web parlant d’anorexie et de troubles de l’alimentation
  • les sites web en lien avec les suicides
  • l’alcool
  • le tabagisme
  • les forums sur le web
  • les contenus ésotériques
  • les outils permettant de contourner le blocage web

Maintenant, il est important de comprendre que tout ceci n’est pas validé, pas encore du moins… mais ces choix soulèvent la possibilité que l’option par défaut rendra d’énormes parties d’Internet totalement invisibles pour beaucoup de personnes qui n’auront même pas conscience de ce qu’ils ne voient pas (forcément).

Notez que nous parlons ici de millions de sites parfaitement légaux qui seront concernés, sans parler des sites de vente en ligne (je me demande d’ailleurs jusqu’à quel point tout ceci va fera couler les revendeurs en ligne).

L’autre problème majeur est qu’il est facile d’étendre cette catégorie n’importe quand, pour y inclure les « sites politiques indésirables », par exemple… C’est réellement le danger principal de la censure : une fois que c’est enclenché, ça peut être étendu très facilement.

A celles et ceux qui diront – bien que nous ayons déjà  répondus (anglais) – « bah, tu n’as qu’à  activer que ce que tu veux, ou est le problème ? »

Le problème a été succinctement pointé du doigt par Mikko Hypponen sur Twitter, son tweet montre une représentation d’une case d’option permettant d’accéder à  des contenus extrémistes et terroristes, avec une toute petite mention à  la fin :

(Votre choix pourra être utilisé contre vous dans un tribunal)

Cela résume parfaitement bien le problème de l’opt-in : cela vous oblige à déclarer, sans réelle confidentialité, que vous souhaitez accéder à certains contenus, ces derniers pouvant être socialement inacceptables, c’est le moins que l’on puisse dire.

Lorsque ça sera utilisé devant les tribunaux – les cas de divorces semblent des cas assez pertinents – la plupart des gens commenceront à laisser certaines catégories de sites « douteux » bloqués, au cas où cela leur porte préjudice.

En d’autres termes, le schéma de l’opt-in menace de nous faire passer d’une censure rampante – déjà bien assez mauvaise en soi – à quelque chose de bien pire car inconscient : l’auto-censure.

C’est clairement le modèle chinois, où les utilisateurs savent que certaines lignes ne doivent pas être franchies et qui n’écrivent donc ou ne discutent jamais de certains interdits car ils ont intériorisés les restrictions imposées par le gouvernement.

La question est donc la suivante : est-ce que c’est vraiment la société que nous souhaitons créer au Royaume-Uni – un groupe de personnes constamment effrayé par la manière dont leurs choix pourraient être utilisés contre eux, un jour, et modifiant radicalement leur actions en conséquence ?

Pour quelques politiciens (pas de noms ni de punition collective ici) oui, mais je doute sérieusement que la plupart d’entre eux soient d’accord avec une conception des choses de cette façon-là.

Dans ce cas, nous devons combattre cette dangereuse et stupide idée de l’opt-in dès maintenant, indépendamment de ce que nous pensons du porno et de sa disponibilité en ligne.

Article rédigé par @glynmoody pour le site computerworlduk.com, article original disponible à  l’adresse http://blogs.computerworlduk.com/open-enterprise/2013/07/uk-risks-sliding-into-something-worse-than-censorship/index.htm

EDIT: (pour plus de clarté)*opt-in désigne ici le fait de décocher une option déjà cochée de base, l’auteur parlant d’opt-in lorsque l’on décoche une option de filtrage.

Vous aimez cet article? Partagez-le ;-)

TwitterGoogle +LinkedInMail
Flattr !

13 commentaires to “Le Royaume-Uni glisse vers quelque chose de bien pire que la censure.”

  1. avatar

    De pire en pire.
    Les anglais laisseront-ils tout ça passer?
    Espérons que non.

  2. avatar

    Et l’Angleterre finira comme la société dictatoriale telle que présentée dans « V pour Vendetta ». La réalité finit presque toujours par rejoindre ou dépasser la fiction…

    • avatar

      C’est un peu l’image qui se profile, en effet, ça a commencé avec la mise sous surveillance de tout le pays, puis la mise sous surveillance de l’ensemble des communications électroniques, puis ensuite ceci… je ne sais pas jusqu’où ça ira, mais ce n’est pas très rassurant.

  3. avatar

    opt in signifie que l’option n’est PAS cochée par défaut.

    • avatar

      La précision est déjà faite, en bas de page, précisant que de base, c’est coché, et que ce dont il est question ici, c’est de la décocher, ce qui rentre dans le fonctionnement de l’opt-in…

  4. avatar

    bonjour, je suis un jeune de 2013, je ne sais ni critiquer ni insulter, je n’ai jamais vu de rapports sexuels, et, un peu pudique, je ne pratiquerai jamais, étant donné que des caméras protègent chaque mm carré de notre territoire national. Cepedant je suis fier de me démarquer de tous ces assités qu’à fait notre société trop généreuse, et de servir ma nation, et étudiat dur pour obtenir un travail très bien rémunéré dans un grande entreprise de notre pays….
    l’angletterre, ca me rappel le doux nom d’une ile ou un gosse de 11 ans était fier d’avoir un fusil d’assault ( 7.62 automatique ) sous son lit …
    sinon pour les sites de tabagisme et d’alcolisme je ne suis pas forcément contre, tant qu’ils laissent les sites d’autoproduction en ligne 🙂

  5. avatar

    La preuve que les terroriste ont gagné : ils ont réussi à terroriser les gouvernements au point de les transformer en terreur.

  6. avatar

    Dans la liste des éléments bloqués : « les forums sur le web »

    Euh ? TOUS les forums ? oô

    • avatar

      Woot, désolé pour le temps de réponse, je n’ai pas vu le commentaire :/

      Bien, de base non mais il est indiqué que la liste, une fois le projet validé, peut se voire modifiée sans revoter pour autant… autant dire que c’est une porte ouverte à la censure.

  7. avatar

    Personnellement je n’ai rien contre ces restrictions.tout dépend du coté ou l’on se trouve lorsqu’il s’agit de porter des jugements.

Rétroliens/Pings

  1. Bloquer les sites pornos par défaut, bonne ou mauvaise idée ? | Pixellibre.net - 15 juillet 2015

    […] Bloquer par défaut les sites pornographiques, c’est aussi pousser à l’autocensure : pour accéder aux contenus pornographiques il faudra désactiver le blocage. Filtrer la pornographie revient à déclarer que c’est mal ou qu’elle peut être mauvaise, ce qui sous-entend que ceux qui consultent ces sites s’adonnent à de mauvaises activités. Beaucoup préfèreront donc laisser ce blocage activé, donc s’autocensureront. J’en ai déjà parlé, en 2013. […]

  2. [MAJ] Bloquer les sites pornos par défaut, bonne ou mauvaise idée ? | Pixellibre.net - 15 septembre 2015

    […] Bloquer par défaut les sites pornographiques, c’est aussi pousser à l’autocensure : pour accéder aux contenus pornographiques il faudra désactiver le blocage. Filtrer la pornographie revient à déclarer que c’est mal ou qu’elle peut être mauvaise, ce qui sous-entend que ceux qui consultent ces sites s’adonnent à de mauvaises activités. Beaucoup préfèreront donc laisser ce blocage activé, donc s’autocensureront. J’en ai déjà parlé, en 2013. […]