La centralisation, c’est (toujours) mal.



J’avais déjà rédigé une bafouille sur le sujet de la centralisation lorsque Mega fermait ses portes. J’avais sans doute, quelque part, l’espoir qu’au moins une personne comprendrai l’importance de la décentralisation. Bon, faut croire que je me suis trompé, hein.

Alors, on va essayer de ne pas trop troller et de rester sur le sujet parce que je pense qu’il est vraiment important. On va tenter de comprendre le problème de la centralisation parce que c’est tout sauf tout blanc ou tout noir.

Déjà, il faut expliquer à Jean Kévin ou à mamie que c’est grâce à la décentralisation qu’Internet existe. Si Internet était centralisé, il serait alors complètement dépendant de quelques services, quelques noms de grands groupes et ça ne serait sans doute pas Internet.

Si ce réseau de réseaux existe, c’est aussi grâce à vous et aux différents services proposés. Ça rend Internet attractif pour certains et pour d’autres, donc je pense faire partie, c’est la porte ouverte sur un monde où il est possible de construire ce que l’on veut avec du code, des gens, du temps et de la motivation.

Si vous ne voyez pas encore ou je veux en venir, rassurez-vous, ça va venir. La décentralisation ou plutôt le fait qu’Internet soit presque sans centre, c’est ce qui me permet d’avoir ce blog que j’ai installé avec mes petites mains, c’est ce qui vous permet de parler sur Facebook ou sur IRC ou sur n’importe quel autre moyen de communication et si ça ne plait pas, c’est ce qui permet de faire un truc nouveau.

Bon, problème : Internet, c’est rempli de gens et certains ne sont pas là pour coiffer des poneys et cueillir des framboises. Les sociétés sont là aussi et le but d’une société, c’est se faire de l’argent, toujours plus. C’est se développer aussi, en répondant aux exigences des utilisateurs, toujours dans le but de les fidéliser. Bref, je ne suis pas là pour vous faire une explication du cercle vertueux de l’achat – investissement – innovation – achat hein, vous avez compris le principe.

Partant de ce constat-là, une société proposant un service sur Internet va chercher à obtenir deux trois choses :

  1. Une réponse à la quasi-totalité des besoins des utilisateurs et mieux que celle du concurrent
  2. Un maximum de clients qui vont générer un effet positif, du bouche à oreille 2.0 en gros
  3. Evincer la concurrence et si ce n’est pas possible, la racheter

Si on pousse l’argument jusqu’au bout, ça veut dire que dans 15 ans, on cherche un travail sur Linkedin, on parle sur Skype, on parle de soi sur Facebook et que tout le reste n’existe tout simplement plus.

Ah et bien sûr, n’oublions pas Google qui propose tout ou presque avec ses services, nous allons d’ailleurs y revenir.

Pourquoi la centralisation, c’est mal ?

La liste d’arguments est assez longue alors nous n’allons pas tout développer mais juste en prendre quelques-uns :

Le plus important à mon sens et que vous faites confiance à un outil ou à un service qui peut disparaitre du jour au lendemain si c’est le souhait de la société. Elle n’est pas obligée de fournir des explications après tout : c’est son jouet. Elle peut vous le reprendre si elle le souhaite et, sans vouloir me montrer blessant, vous n’avez plus qu’à vous taire.

Faire confiance à un seul et unique outil, c’est pas génial. C’est comme laisser toutes ses données à une seule et unique personne. Sauf que là, la personne vous ne la connaissez pas, vous ne savez pas ce qu’elle peut faire de vos données, ni à qui elle peut les confier elle aussi.

Imaginez : vous voyez-vous confier votre vie, des photos, des textes, des secrets et d’autres choses encore à une personne que vous ne connaissez pas et en qui vous n’avez pas confiance ? Moi non, il en est de même sur Internet.

Il faut réfléchir au-delà du simple service qui fait plaisir et qui est bien fait, pour comprendre les conséquences des choix que l’on fait. Manger au même endroit, c’est mauvais pour l’alimentation. Lire de l’information au même endroit, mauvais pour l’esprit critique. Bien c’est pareil ici, un seul et unique service ou une seule et unique société qui donne tout, c’est mauvais pour l’indépendance et sans doute pour la liberté d’expression.

Résumons donc : une société qui décide de tout, un service pas transparent, un tiers à qui on ne devrait pas faire confiance, c’est déjà pas mal comme arguments.

Pourtant, ne pas se faire avoir dans ce jeu, c’est compliqué. Pourquoi ?

C’est pour une raison relativement simple : si le service est bien, alors des gens l’utilisent. Si des gens l’utilisent alors ils en parlent et s’ils en parlent, le service va grandir et la société également. Donc, attirer plus de gens et ainsi de suite, pour se retrouver service principalement utilisé.

Et là, c’est le drame, le petit service a pris la place de leader. C’est logique et normal. Que faire alors ?

Utiliser plein de services pour faire la même chose ? Pas pratique.

Il est alors possible d’utiliser plein de choses que l’on va faire nous-même : notre propre serveur, notre propre service web, vpn, irc et plein d’autres choses encore, même notre propre FAI. Ce n’est pas forcément une chose aisée et pas forcément la solution miracle puisque cela condamne les services à disparaitre, ce qui peut compliquer le partage ou la liaison entre différentes personnes.

Je pense que la solution se situe un peu entre les deux et doit s’adapter en fonction de vos besoins, tout en restant conscient du problème que représente la centralisation des services.

Sans cela, la prochaine fois que Google décidera de fermer un service, un autre prendra sa place et le problème ne sera pas réglé, juste déporté.

En espérant que ce billet ne soit pas de l’air, même si j’ai un gros doute…

Vous aimez cet article? Partagez-le ;-)

TwitterGoogle +LinkedInMail
Flattr !

5 commentaires to “La centralisation, c’est (toujours) mal.”

  1. avatar

    Non tu n’est pas le seul à prôner la décentralisation.
    Pour moi c’est tout simplement la forme optimal du réseau, celle qui le fera arrivé a maturité.
    Comme tu le dis, nous ne contrôlons rien, nous devons nous tenir au bon vouloir des sociétés et des gouvernements qui contrôlent une partie d’internet.
    Moi ce qui me préoccupe également ce sont les données personnelles.Comme tu le dis dans ton billet, j’ai moi aussi des réticences à stocker du contenu qui n’est pas sous mon contrôle direct: c’est l’hébergeur qui contrôle alors mes données et non plus moi-même.Si il me coupe l’accès, j’ai tout perdu.
    Aussi dans la base du réseau, rien n’est décentralisé. Quel DNS utilisé vous? dans la plupart des cas un DNS de FAI, un peu moins nombreux des DNS d’autres sociétés voir d’organisme divers ou variés qui protège les droits sur internet. Mais ce n’est pas vous qui contrôlez ce que vous regarder. Je ne parle même pas de la base des DNS, les serveurs racines, qui sont tous contrôlés par un organisme « indépendant » américains. Et ce n’est pas la seule autorité américaine qui contrôle une partie d’internet.
    Le décentralisation ce serait aussi le fait qu’aucune données nécessaire au réseau soit statique, qu’elles bougent et soient disponible sans aucun moyen de l’arrêter.

    #Data-love #Data-porn #TheNetworkWillSaveUs

    • avatar

      Je suis en partie d’accord avec toi, par exemple, sur le fonctionnement d’un DNS, c’est et centralisé et décentralisé et tu peux te faire un serveur DNS à toi, sur un morceau d’Internet, reste que des problèmes d’outils centralisés existent en effet, mais c’est à nous de faire en sorte que ça change 🙂

  2. avatar

    « Internet, c’est rempli de gens et certains ne sont pas là pour coiffer des poneys et cueillir des framboises »

    La phrase m’a fait sourire… 🙂

Rétroliens/Pings

  1. « Cherche freelance pour mission à temps plein dans nos locaux » : salariat déguisé mais bonne humeur garantie - 2 septembre 2016

    […] business. Dans une moindre mesure, ces agences sont également un des dommages collatéraux de la centralisation d’internet. Elles assurent ainsi dans leur domaine toutes les étapes nécessaires à la prospérité du […]