Intercepter des données sur de la fibre optique, c’est possible.



Le mois dernier, nous parlions ici même de certaines façons de fonctionnement de la fibre optique. Il était question de différentes technologies, de différents fonctionnements et j’avais promis un second billet sur un problème de sécurité qui existe sur la fibre optique.

L’attente est donc terminée, j’ai un peu de temps pour écrire. Promis, j’ai encore plein de choses à dire, mais les journées ne font que 24 heures et c’est bien dommage. Bref.

Tout d’abord, il faut préciser ce que je vais définir par interception. Interception ici définit le fait de récupérer des données, nous allons nous pencher sur l’interception « à l’arrache », non déclarée, illégale pour être plus clair.

L’interception légale ne sera donc pas abordée, des méthodes existent déjà, un cadre légal strict existe également. De plus, cette interception légale ne fait généralement pas de la façon présentée dans le billet.

Néanmoins, il faut savoir qu’il n’existait pas de système d’interception de données sur de la fibre avant.

Bref, passons aux explications. Tout commence en novembre 2012 lorsque Senetas, une entreprise australienne, annonce qu’elle a trouvé le moyen de lire et de copier des données transportées par de la fibre optique [PDF en anglais], le tout sans se faire repérer.

Je n’ai pas testé l’appareil mais il semble être assez petit, ressemble à une sorte de pince et, plus grave, et complètement indétectable par votre opérateur. En effet, Senetas annonce que la communication n’est pas interrompue et que la fibre n’est pas « coupée », partant de ce constat et des explications du précédent billet, vous comprenez pourquoi il n’est pas possible de détecter ce type d’interception.

Le risque ?

Il me semble assez évident : l’utilisation de cet outil dans des écoutes non déclarées, une mauvaise utilisation de cet outil ou encore un pirate en herbe qui essaye de jouer aux espions sont autant de risques possible liés à cet outil.

Faut-il devenir parano pour autant ?

La réponse dépend de votre définition de « vie privée » et sécurité. Ces deux choses sont parfois radicalement différentes selon les personnes cependant, il faut relativiser la découverte.

Premièrement, l’outil n’est pas utilisable partout, il doit se connecter à un point de branchement de fibre, que ce point soit sur le réseau ou dans l’entrée de votre bâtiment. Cela sous-entend qu’il faut d’abord avoir accès aux infrastructures qui accueillent la fibre. Ce n’est pas simple mais ce n’est pas non plus mission impossible.

Après, l’outil, il faut se le procurer. C’est une étape obligatoire et il faudra débourser une somme non négligeable qui va calmer pas mal de pirates en herbe. J’espère aussi que la société fait attention à ce qu’elle vend et encore plus à qui souhaite acheter.

Pour terminer, Senetas propose un outil de chiffrement pour éviter l’interception de ces données. D’autres solutions existent d’ailleurs, celles qui permettent de chiffrer vos communications, ou de passer vos données dans un tunnel qui, pour résumer, va chiffrer vos données.

Encore faut-il être curieux et savoir que des solutions de chiffrement existent afin d’éviter, qu’un jour, un éventuel pirate récupère vos données en venant se brancher sur votre fibre…

Vous aimez cet article? Partagez-le ;-)

TwitterGoogle +LinkedInMail
Flattr !

Aucun commentaire pour le moment... Soyez le premier!