Billet du soir, désespoir.



Je ne sais pas si sortir ce billet est une bonne idée, nous verrons bien.

Ce matin, j’ai lu que plus de 70% des français ne voyaient pas de problème à la vidéo-surveillance effectuée par des sociétés privées.

J’ai aussi lu, entendu, vu que la majorité des gens se moquaient de leur vie privée, de cette vidéo-surveillance, de leurs données personnelles, du fait qu’Internet soit de plus en plus repris et verrouillé par des géants de la vie physique. Ils ont mis du temps mais il faut admettre qu’ils ont des milliards de fois plus de puissance que 5 gus dans un garage. Ils ont du temps et de l’argent à donner en échange d’une décision qui va dans leur sens.

C’est ce qu’on appelle un petit service entre amis, également connu sous le nom de corruption ou pression, infiltrée dans les différentes strates des différents pouvoirs en place. Ici et ailleurs, en France, dans l’union européenne ou dans d’autres pays, on fait pression pour façonner Internet de la « bonne façon ».

Cette façon, qu’on se le dise, ce n’est pas celle que vous attendez. Ou alors vous vous en moquez complètement, ce qui n’est pas impossible. Reprenons si le voulez bien.

Celle qui vous attend, c’est un Internet verrouillé, fermé de partout. Un Internet où vous aurez le droit de parler si vous payez et si tout ce que vous dites n’entre pas en conflit avec une marque ou une société privée. C’est un espace qui ne ressemblera en rien à celui que vous connaissez, ça sera une vitrine commerciale pour se faire encore plus d’argent.

Cet Internet ça sera un espace où le DPI sera l’outil de référence, la Neutralité du net une connerie de ces anarchistes qui n’ont décidément rien compris au monde. Laissons place au flicage de chacun de vos paquets, de chaque échange de données numériques, place à l’écoute de toute la population par des sociétés privées, juste au cas où…

Ça ne sera pas une voie ouverte à tout ceci, mais un boulevard qui sera offert sans aucune résistance car… car tout le monde s’en tape. Ces sociétés seront capables de faire ce qu’elles veulent jusqu’à votre ordinateur et ceci sans votre consentement.

Vous avez le droit de ne pas croire à tout ceci, c’est trop gros pour être vrai, n’est-ce pas. C’est pourtant la triste réalité, que vous l’acceptiez ou non.

Ici, deux choses sont importantes à souligner. La première, c’est que je parle de vous, pas de moi ou des gens qui cherchent à comprendre, nous aurons trouvé un autre espace pour pouvoir nous exprimer sans avoir une armée d’espions collés sur nos connexions.

Nous savons créer des fournisseurs d’accès à Internet, nous savons parler en privé « privé », c’est-à-dire sans que des intermédiaires viennent mettre le nez dans un échange entre deux personnes. Nous aurons réussi à trouver des alternatives et, comme d’habitude, nous aurons toujours un temps d’avance face à des sociétés et des gouvernements qui ne comprennent pas un monde qui leur échappe totalement.

Est-ce prétentieux ? Si ça semble l’être, ce n’est absolument pas le cas. Non, c’est une réalité. Celles et ceux qui cherchent à comprendre comment ça fonctionne auront toujours une longueur d’avance et s’adapteront.

Donc, deux choses. La première c’est accepter ça. Après tout, pourquoi aider des personnes qui s’en moquent ? Pourquoi puisque nous n’allons pas avoir de problèmes, nous ?

Il est vrai que beaucoup (trop) de personnes se moquent de tout ceci. Ces derniers ne se sentent pas concernés car ils n’ont pas conscience de tout ce qui arrive, trop occupés par la vie quotidienne, déjà assez compliquée à gérer. Je peux comprendre, nous sommes tous ainsi avec nos problèmes et nous arrivons tous au même constat : les problèmes ne sont pas résolus même en essayant très très fort.

Une partie de ces personnes est désabusée, blasée, elle n’attend plus rien. L’autre partie se moque en bloc de tout ceci, préférant écouter ailleurs et parler de gens malades, de « truc de geek-qui-ne-parlent-qu’ à-des-ordinateurs ».

Donc, la liberté d’expression et la vie privée sont des trucs de geeks, je crois que j’ai dû rater quelque chose.

Ce soir, j’ai envie de tout claquer, de me dire « laisse tomber, les gens s’en tapent, les politiques tiennent un double discours et c’est l’argent qui dirige le monde et non la politique. Ça ne sert à rien du tout, arrête d’être naïf et crédule ».

Et puis là, je repense à une phrase que l’on m’a répondu, un jour : « à la fin, on gagne. Ça prendra du temps, beaucoup de temps, mais à la fin, on gagnera ».

Si des personnes passent des heures, des jours et parfois encore plus à décortiquer des lignes de codes, à analyser des textes de lois et à aller parler partout pour expliquer ce qu’il se passe, ce n’est pas pour eux : c’est pour l’intérêt collectif.

Je ne peux pas vous forcer à être d’accord avec moi, je ne peux pas non plus vous forcer à m’écouter. Je ne peux que vous présenter un petit état des lieux un peu alarmiste et très très édulcoré, histoire qu’il ne soit pas trop acide.

Seulement, si ces gens effectuent un travail colossal, cela ne représente pas la totalité du travail à effectuer. Ils font 50% du travail. Pour le reste, c’est à vous de faire l’effort et sans cela, vous vous condamnez vous-même à manger mon bilan alarmiste en plein dans les dents.

Les choses peuvent changer, la vraie question c’est : est-ce que vous avez vraiment envie que ces choses changent ?

Si oui, alors agissez. Sensibilisez votre entourage, renseignez-vous, diffusez de l’information. La plus petite action est déjà une action importante. Reprenez ce billet de blog, partagez-le, copiez-le, envoyez-le par mail… bref, vous pouvez faire quelque chose…

…encore faut-il le vouloir, et là, j’ai de plus en plus un énorme doute.

Vous aimez cet article? Partagez-le ;-)

TwitterGoogle +LinkedInMail
Flattr !

8 commentaires to “Billet du soir, désespoir.”

  1. avatar

    J’ai lu un article récemment sur reflets où on nous expliquait que s’insurger contre ci ou ça sans agir sur le terrain, s’indigner par commentaire, partager des pétitions n’avaient aucune valeur.
    Que la seule vraie chose à faire était d’agir concrètement ou de fermer sa bouche et qu’en gros quitte à passer son temps à publier des choses, commenter bêtement ou simplement diffuser des idées, autant continuer à jouer à Farmville.
    Je suis heureux de voir que certains acteurs du net ont les idées plus claires.
    Maintenant il faut aussi se rendre compte comme vous dites que les gens sont blasés, et pas parce que rien n’est faisable mais parce que oui absolument tout est pourri de l’intérieur par le copinage à absolument toute les échelles et qu’on ne peut pas lutter pour toutes les causes. Votre cause restera donc celle de spécialistes, de passionnés du web. Le surfer lambda n’a aucune idée de ce dont vous parlez, pense bien souvent déjà que le net est un média comme un autre et que de toute façon le pire qui puisse lui arriver c’est qu’on pirate son compte facebook, hotmail ou sa carte bleue et que peut-être qu’un contrôle accru permettrait d’éviter ce genre de désagréments.
    On (je me mets dans le lot) sait bien qu’on n’a pas à dévoiler d’infos importantes sur le net et que tout ce qu’on publie ou commente peut être intercepté. Pourtant je ne vois pas le préjudice pour moi que quelqu’un découvre que j’aie écrit ce commentaire, je sais aussi que ma carte bleue peut être piratée quoi que je fasse. C’est à vous donc à apprendre aux gens les répercussions précises qu’un net fliqué a sur eux. vous devez aussi savoir et réellement intégrer que vous serez seuls à lutter et que le mieux que nous puissions faire c’est de partager des articles.
    Pour ce qui est du « geek » qui se préoccupe de la neutralité du net faut aussi dire qu’à part un « geek », qui pourrait espérer sérieusement que le net soit le seul endroit au monde où rien ne soit contrôlé, sur lequel on laisse les gens faire ce qu’il veulent sans aucune restriction. C’est utopique, au nom de quoi une partie du monde ne serait pas régie par les puissances de ce monde ? Au nom de la liberté d’expression, de la démocratie, des droits de l’homme ? On sait tous déjà (enfin ceux qui se préoccupent de leur liberté) que ce sont des notions qu’on nous entre dans le crâne pour avoir l’impression de vire dans un pays civilisé et libre, au dessus du lot. C’est pourtant faux. Chaque pays brandit fièrement un précepte qui fait la fierté de son peuple et le fait se sentir supérieur à certains autres. À vous de transformer une utopie en réel besoin aux yeux des internautes, c’est ce qui manque à mon avis dans cet article, le déclencheur, quelque chose qui me fasse penser « mais oui voilà pourquoi je dois me soucier de la neutralité du net ».

    • avatar

      Reflets n’est pas spécialement sur le mauvais chemin lorsqu’ils déclarent tout ceci, s’ils le disent et le pensent sans aucun doute, c’est parce qu’ils constatent qu’il faut agir et agir rapidement, sur le terrain, aller au contact, donner du concret.

      Sur Internet, les gens lisent et passent à autre chose et c’est ainsi qu’Internet fonctionne pour la plupart des gens. Il est « virtuel », composé de 0 et de 1 et ça ne semble donc pas vrai et pas important, c’est pour cette raison qu’il faut faire sortir le problème et le porter dans le monde physique.

      Je suis, comme d’autres, parfaitement conscient de toute la corruption ambiante, de cette démotivation et de tout le reste, simplement, je pense qu’il est possible d’agir si tout le monde s’y colle. Je veux dire par là que si régler ses problèmes ne fonctionne pas tout seul, autant essayer à plusieurs, l’Islande aurait des leçons fortement instructives sur le sujet.

      Il faut effectivement réussir à expliquer pourquoi ces points sont importants, et pour cela il faut que ça parle aux gens, je vais sans doute refaire un point dans ce sens sur le blog.

      Je ne suis pas d’accord avec le mieux que vous puissiez faire, je pense qu’en parler c’est bien, en prendre conscience c’est mieux, agir en conséquences c’est parfait. Par exemple, si j’ai quelqu’un qui, à la suite de mon billet, décide d’installer un logiciel pour chiffrer une partie de ses communications, alors c’est une forme d’action, un début, quelque chose de positif également.

      Pour la Neutralité du Net, c’est quelque chose de bien plus compliqué que ce que vous décrivez. Personne n’est contre un contrôle (ou presque personne) tant que ce dernier est adapté, proportionné et que le but n’est pas de surveiller toute la population, un peu comme à la Big Brother. C’est également garantir qu’Internet restera Internet et pas Internet pour les uns et un « truc » pour les autres, ou le moindre accès à un site sera payant (c’est d’ailleurs la menace la plus proche dans le temps).

      Le truc, également, c’est qu’Internet n’est pas une partie du monde, il est mondial tout court et de facto, appliquer une politique de régulation ou de censure dans un pays, c’est transformer Internet dans ce pays. S’il est différent ça n’est plus Internet. Appliquer une politique de blocage de site ou autre n’est pas chose aisée et n’est pas efficace, elle change de plus le paysage de l’accès au Net d’un pays… pour une chose qui ne fonctionne pas et qui se contourne.

  2. avatar

    C’est sûr on progresse, doucement mais sûrement. La fermeture de Google Reader réveillera peut-être quelques consciences qui pourront adopter Leed et Kriss Feed. Owncloud devient un produit de plus en plus complet, il y a des distributions GNU/Linux qui font tourner un serveur de courriel et web (et d’autre choses) sans grosses difficultés. Et la FreedomBox, etc.

    C’est aussi une petite piqûre de rappel, pour moi qui veut monter un serveur de courriel sur mon serveur perso, mais aussi pour tout ceux qui sont «blasés».

    La route est longue, mais la voie est libre!

    • avatar

      Certes, tout ceci progresse mais de l’autre côté, ça progresse plus rapidement, très rapidement d’ailleurs. Je doute que la fermeture de GReader réveille les consciences, ou alors celles des gens déjà sensibilisés au problème de la centralisation & co.

      Bref, pour reprendre ton expression : la route est longue, mais la voie est libre 🙂

  3. avatar

    « L’homme le plus dangereux pour n’importe quel gouvernement est celui qui est capable de penser les choses par lui-même, grâce a cette faculté il arrive inévitablement à la conclusion que le gouvernement qui le contrôle est intolérable, insensé et oppresseur »

    H L Mencken
    Écrivain et Journaliste américain

  4. avatar

    Télécharge et lis, c’est la forme au service de ton fond. Personnellement ça m’a retournée…
    http://www.fichier-pdf.fr/2011/01/25/la-rage-du-sage-alain-damasio-integral/#

    =)

  5. avatar

    Bonsoir,
    Il faut se battre sur le terrain de l’internet cablé,
    mais ama, le plus simple est de reconstruire en parallèle un internet hertzien densément maillé.
    La technique rend ça parfaitement possible aujourd’hui, à prix raisonnable. Voir pirateBox-like, forban, etc.
    Il n’y a que comme cela qu’on aura définitivement la paix.

  6. avatar

    A propos des révolutions

    « Mais ces événements sont rares; ce sont des exceptions […] Elles ne sauraient même avoir lieu 2 fois pour le même peuple, car il peut se rendre libre tant qu’il n’est que barbare, mais il ne le peut plus quand le ressort civil est usé. […] Il lui faut désormais un maître et non pas un libérateur. Peuples libres, souvenez-vous de cette maxime : On peut acquérir la liberté; mais on ne la recouvre jamais. »

    Jean-Jacques Rousseau, Du contrat social (1762), livre 2, chap. 8 « Du peuple »

    Désespérant de vérité… Les gens ont choisi leur maître et ceux qui ne l’ont pas encore fait, y seront forcés.

    Resteront les (peu nombreux) maquisards… (+1 pour Vincent)

    La masse se fout de sa liberté, comme depuis toujours. Rien de nouveau sous le soleil. (+1 pour oim)

    « Les richesses humaines sont légions, les humains riches ont des légions de cons »

    Moi, pas de bonne humeur 🙂

    Un bon conseil cuisine du soir : faites la promo des clés wep, pluggez des bordels qui clignotent partout (pour mailler), encapsulez moi tout ça, laissez reposer, puis surfez dès que l’odeur sera trop forte