« Observer la loi », parlons en justement.

La France ressemble un peu au passé en ce moment, à ses heures sombres et à ses actes qu’elle semble avoir oublié. La seconde guerre  mondiale (et ces choses là de façon générale) doit, selon moi, laisser des traces. Pourtant, dans les faits, nous assistons à une chasse au Roms et à une stigmatisation des juifs, comme avec le hashtag #UnBonJuif et à un relent de délation. C’est d’ailleurs la raison de ce billet.

Le numérique n’est pas une chose à prendre à part de la vie physique, il n’est que le reflet de ce qui se passe hors du clavier, il est donc assez naïf de penser que ce qui se passe sur Internet vient d’Internet, il faut voir plus loin, chercher des causes dans la vie physique.

Cependant, il arrive que certaines choses puissent exister avec et grâce au numérique et c’est ainsi que l’application « Observer la loi » a vu le jour.

Cette application permet de « signaler » des infractions à la loi : fumer dans des lieux publics, signaler des voitures garées ailleurs que sur des endroits prévus à cet effet, signaler des nuisances sonores et « voile intégral » pour signaler toute personne en niqab.

Ces données sont ensuite affichées sur une carte et sont consultables par celles et ceux qui ont cette application.

Est-ce légal ?

Oui et non. La loi a de bien qu’elle est claire et que ce qu’elle autorise ou non est précis.

Le code pénal autorise le signalement d’une infraction, on peut d’ailleurs parler de dénonciation. Il précise néanmoins que seuls les crimes peuvent être signalés et pas à n’importe qui. On parle de prévention et de signalement à une autorité compétente, pas à d’autres citoyens.

Si ces conditions ne sont pas respectées, on peut contester la dénonciation, qui devient alors une calomnie.

Avec le fonctionnement de cette application, il semble assez évident que n’importe qui peut signaler n’importe quoi, n’importe quand à n’importe qui et c’est, toujours selon moi, un problème majeur.

Où est le risque ?

Nous sommes dans une période un peu tendue, entre la crise, l’emploi, les marques laissées par certains dirigeants politiques… enfin, je ne vais pas vous refaire le discours de bon politique qui veut vous faire peur, vous avez compris.

Bref, dans une période un peu tendue, laisser ce genre d’application revient à transformer des citoyens en justiciers 2.0 et j’estime que c’est assez dangereux. Imaginons qu’un groupe, qu’on appellera milice, se décide à faire appliquer la loi parce que les forces de l’ordre ne le font pas.

Que va-t-il se passer ? Une voiture sera rayée, une femme en niqab sera chassée ?

S’il revient au peuple le choix de décider de l’orientation de son pays et de son gouvernement, celui de faire voter des lois et de réclamer une vraie démocratie, il n’en est pas forcément de même pour l’application de l’ordre. Des forces de l’ordre existent et devraient se charger de ceci même s’il est vrai que parfois, les gendarmes sont les voleurs.

La liberté d’expression dans tout ça ?

L’application est mise en ligne par Jean Robin, du site Enquête & Débat, afin de permettre « un débat de grande ampleur sur l’application de la loi dans notre pays sur plusieurs lois votées par la représentation nationale. » (source)

Jean Robin se déclare lui-même comme défenseur d’une liberté d’expression totale. Cependant, et même si la liberté d’expression est fondamentale pour moi, il ne faut pas oublier la loi.

Cette dernière dit que la dénonciation calomnieuse d’une femme portant le voile intégral est un délit de provocation à la discrimination et à la haine et tout ceci est passible d’amendes et de peines d’emprisonnement.

La défense de la liberté d’expression se transforme en cadeau empoisonné puisque ces dénonciations peuvent se transformer en armes qui se retournent contre l’utilisateur.

Avec le climat actuel, il y a fort à parier que les dénonciations concernant le voile intégral vont être bien plus nombreuses que le reste, j’aimerais bien avoir les données accessibles de l’outil, afin de connaitre la répartition des signalisations d’infractions…

Apple et la liberté d’expression ?

Cette application est disponible sous iOS et on peut se demander ce que fait Apple. Ils censurent des applications de temps en temps, ils en laissent passer d’autres, ils détruisent la vie d’une fillette, ils refusent les applications porno et, dans le même temps, ils laissent passer une application qui n’est ni plus ni moins qu’un outil de délation numérique. Apple décide de ce qui est bon ou non pour vous et on revient toujours au fait que c’est un mec, quelque part, qui décide pour vous.

Apple risque gros, tant pour son image que pour sa responsabilité : si quelque chose venait à dérailler, on regarderait Apple en le montrant du doigt. Cette société pourrait également être poursuivie pour complicité.

Cette application est triste et immorale selon moi, elle ne fait que stigmatiser encore un peu plus des gens et donc, elle creuse les écarts et alimente certains sentiments de haine. J’ai mal à ma FRance.

11 thoughts on “« Observer la loi », parlons en justement.”

  1. Résultat, tu as dénoncé le bonhomme et son application, non pas à une autorité mais à tes concitoyens 😉

    En fait, tant que ça reste des points mineurs et non nominatifs (un délit et un lieu c’est grandement insuffisant pour être qualifié de dénonciation nominative), ça ne me dérange en rien. Ça fait des statistiques, c’est tout (et on peut polluer les données si ces dénonciations nous font peur, il suffit d’en rajouter n’importe comment…). Bref, rien de grave pour le moment.

    En revanche, la chasse aux roms & l’antisémitisme ambiant dont tu parlais en ouverture sont nettement plus significatifs et inquiétants, à rapprocher avec la campagne nationaliste ET socialiste (donc nazie) qu’a mené la fille Le Pen (même son père n’avais pas osé associer nationalisme et socialisme) rappelle le climat politique allemand du début de vingtième siècle. Plutôt effrayant, si tu veux mon avis.

    1. Ah ah, piégé, c’est vrai, en effet. Si tu soulignes un point tout à fait vrai, il n’en reste pas moins que le climat actuel ne fait craindre, un peu, que des groupes s’autoproclament forces de l’ordre et passent dans les quartiers signalés.

      Quand au second point souligné, je suis de cet avis également, mais je l’ai déjà expliqué dans le début du billet

    2. Comme on me le signale sur Twitter :  » rien de grave pour le moment » sous entend que dans le futur, ça ne sera sans doute pas la même chose.

      J’espère ne pas reparler de cette application, j’espère aussi que les citoyens ne vont pas faire la loi à la place de la loi, mais si cette application sert à je ne sais quel motif étrange (genre patrouilles de milices), j’en parlerai.

  2. Droit de réponse d’Enquête & Débat :
    Comme le souligne al.jes, c’est vous qui faites de la délation, envers nous, dont l’identité est publique, ainsi que notre adresse et notre numéro de téléphone qui se trouvent sur Internet. Vous auriez pu aller plus loin comme Canal + et contacter Apple pour leur demander de supprimer l’appli, comme cela vous auriez été le délateur parfait. Pour le reste, notre application n’a rien à voir avec de la délation, car nous ne permettons pas d’indiquer l’identité (pas de nom, pas de photo) ni le lieu précis (pas d’adresse exacte) ni le moment où la soumission a été faite. Bref vous avez tout faux. M6 a fait un reportage sur notre appli et l’avocat Mathieu Davy qui nous attaquait comme vous dans un billet du Nouvel Obs s’est rétracté devant leurs caméras et a affirmé que notre application était légale. Par ailleurs vos critiques d’Apple sont infondées. Enfin, en critiquant cette application, vous défendez ceux qui commettent les incivilités, vous pouvez être fier de vous. Cela s’appelle l’arroseur arrosé.

    1. Vous prenez la mouche très facilement, aurais-je touché une corde sensible ?

      je vais prendre le même ton que vous pour répondre, histoire de rire un peu :

      Ce blog est ici pour parler de mon point de vue et, sauf erreur, je n’ai pas tranché mon avis sur ce que vous présentez, relisez le passage sur l’aspect légal des choses, et calmez-vous.

      Vous êtes en droit de penser que j’ai tout faux et moi en droit de penser que vous racontez n’importe quoi, en lisant ce billet de travers.

      Si je souligne l’aspect délation des choses, je parle encore plus du malaise général et, que vous le vouliez ou non, votre application vient renforcer ce malaise, légale ou non.

      Je ne suis pas avocat, ni Mathieu Davy, vous accepterez donc le fait que je m’en tamponne les oreilles avec des babouches de son avis. A nouveau, si l’application est certes légale (ce que je ne remet pas en cause), elle participe également à un sentiment général de relent de délation assez moche.

      J’aimerais vous voir développer vos arguments sur Apple, très sérieusement. Et j’espère qu’ils sont solides et que vous avez du temps.

      Si je résume donc votre point de vue, il ne faut pas critiquer ce qui me dérange, sur mon blog personnel…et c’est pourtant votre société qui se présent ultra liberté d’expression… c’est l’hôpital qui se moque de la charité ?

      En la critiquant, je présente ma vision des choses, je ne défend personne, ni vous, ni ceux qui commettent des incivilités.

      Je suis fier de moi, oui, et très sérieusement, votre réponse sur un ton énervée me donne encore plus de raison d’être fier de moi.

      Dernier point : le peuple qui dénonce lui même les incivilités commises dans la rue, la dernière fois que c’était accepté et toléré, nous étions en 1940. C’est d’ailleurs ce que j’explique dans le billet… Si la signalisation de méfaits existe, ce sont les forces de polices qui sont contactées, pas le peuple.

      Pas d’accord ? Allez relire vos cours d’histoire.

      Ultime dernier point, toujours sur le même ton : s’il se passe, un jour, le moindre accident lié à un groupe de citoyens qui ont décidé de patrouiller pour appliquer la loi, grâce à votre application, soyez certains que j’en parlerai, nous verrons qui sera l’arroseur arrosé.

      La prochaine fois, baissez d’un ton et venez avec plus d’arguments.

      Cordialement.

  3. « Comme le souligne al.jes, c’est vous qui faites de la délation, envers nous »

    Ha bon?? il (elle ?) à prévenue la police??
    Il (elle) a dit que ce que vous faite est illégal ??

    « notre application n’a rien à voir avec de la délation, »

    ROLF !!

    « Bref vous avez tout faux. »

    heuu non…

    « que notre application était légale. »

    un parent peut très bien entre les peluche de leur enfant, c’est légal mais pas moral…

    « Enfin, en critiquant cette application, vous défendez ceux qui commettent les incivilités, vous pouvez être fier de vous.  »

    Ha bon??
    il (elle ?) a dit ça ??
    il (elle ?) dit (à juste titre) selon moi, que votre api est plus qu’immonde.

    Jute une question qu’est que vient foutre le voile intégral entre le nuisance sonore, les fumeurs et les voitures mal garé ??

    1. Il est vrai que j’aurais pu attaquer par cet angle également, mais c’est assez bien résumé : ce n’est pas parce que quelque chose est légal que la morale est bonne.

      La peine de mort au Texas est légale, est-elle bien pour autant ? Non.

      Quand au dernier passage, j’ai fait ma réponse, juste au dessus.

      Pour le voile, en revanche, j’ai une réponse simple : le port du voile intégral (le niqab) est interdit dans les lieux publics, depuis l’an dernier. Leur application dénon… euhhh, permettant de signaler ces infractions, il est donc « normal » que ceci se retrouve ici.

  4. Avant, on obligeait des gens à porter des marques jaunes..

    Maintenant tu ouvres une appli et tu vois directement sur ta map l’emplacement d’éventuels malfrats.

    A la version suivante, tu auras la localisation précise en temps réel… et oui la techno amène toujours le petit plus qui la justifie..

    Je vous invite, Mr Robin, au port d’un collier gps et ceci de votre bonne volonté à nous communiquer vos positions.
    Vous aurez le droit aux 2h CSA d’isolement comme à Secret Story.
    Pour ma part, suivre votre positionnement me permettra de vous éviter.

Répondre à al.jes Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *