On teh Internets, nobody knows you’re a dog.



Ce billet fait suite à un début de coup de gueule sur Twitter.

Pour replacer les choses dans leur contexte, tout est parti d’un énorme coup de gueule d’un ensemble de personnes contre le magazine Joystick, spécialisé dans les jeux vidéo. Il était question de Lara Croft, personnage de la mythique saga Tomb Raider, elle incarne une aventurière archéologue qui lutte contre les méchants, dans différents pays du monde, dans la jungle comme au sein d’un tombeau viking au Groenland.

Joystick présente Lara Croft comme un morceau de viande, utilise un ensemble de mots qui se rapprochent de près ou de loin au viol et à la violence sexuelle, non consentie.

S’en suit un autre départ sur le fait de rire ou non à des blagues sur les femmes, ce qui me semble réducteur car on stigmatise une partie de la population, même si on peut rire de tout, on ne peut pas le faire n’importe comment.
Le rapport avec le titre dans tout ça ? Le débat que ça a déclenché. Un mélange de paroles toutes aussi stupides que les propos tenus par Joystick et… je dois avouer que ça m’a gonflé, donc j’en parle.

Le débat tournait autour d’un « voilà pourquoi il faut des féministes, les mecs réfléchissent avec leur queue, il faut leur faire comprendre qu’ils sont débiles. », de mémoire, il y avait aussi un « les mecs devraient défendre les filles plutôt que de baver devant le cul de Croft ».

En lisant ces propos (et d’autres), la seule chose qui m’est venue à l’idée, c’est que ces féministes-là sont aussi stupides que les certains hommes machos qui bossent chez Joystick.

Nous sommes dans la vie numérique, elle est réelle mais elle est ce que l’on veut : sur Internet, personne ne sait que vous êtes un chien.

Je m’explique : dans la vie physique, nous sommes liés à un ensemble de paramètres que l’on ne maîtrise pas : voix, âge, sexe et bien d’autres points sont autant de facteurs qui déterminent, pour beaucoup, la façon de parler à quelqu’un.

Ainsi, une femme pourra peut-être plus facilement parler à un homme qu’elle trouve mignon et un homme à une femme, juste parce qu’elle a des boobs. Fort heureusement, nous ne sommes pas tout d’accord pour rentrer dans ce modèle qui ressemble plus à de l’attirance sexuelle qu’autre chose.

La vie numérique est différente, le cyberspace permet de se passer de ces contraintes : vous êtes un(e) internaute. Vous n’êtes ni un homme, ni une femme, ni même un chien, vous êtes ce que vous décidez d’être.

On va sans doute me traiter de misogyne avec ce qui suit. Faites-vous plaisir, vous rentrez pile dans le moule de la société, félicitations. Je suis antiféministe, pas misogyne. Je suis également anti-« la même chose pour les mecs ». Seul l’Humain compte. Ou l’octet, au choix.

Si vous vous faites draguer, ennuyer, que vous tombez sur un(e) lourd(e) qui vient vous parler en query, en DM et j’en passe, la seule personne fautive, c’est vous.

Un homme ou une femme n’existe que parce que vous décidez que cela doit exister, que parce que vous décidez, consciemment ou non, de vous identifier à l’un ou l’autre. Selon vos propos et la conjugaison, il devient facile de savoir si vous êtes un homme ou une femme : « je suis fatigué », « je suis sportive » … ces mots permettent aux autres de savoir si vous êtes un homme ou une femme.

Il y a également les gens qui se plaignent du sexe opposé mais qui annoncent le leur (ex : je suis une femme qui code. Réponse : non, les codeurs codent, les filles ne codent pas, les garçons non plus d’ailleurs.). Si quelqu’un vient vous gonfler suite à cette annonce, c’est presque normal. Presque parce que on devrait être libre de dire ce que l’on veut, que l’on est un homme ou une femme sans que personne ne vienne vous faire chier directement après, mais bon, le monde parfait n’est pas encore pour demain, la société fonctionne quasi uniquement aux apparences.

Vous êtes un ensemble d’informations, un ou plusieurs pseudonymes, un éventuel avatar, une éventuelle adresse. Dès lors que vous annoncez que vous êtes une femme ou un homme, vous n’êtes plus neutre, vous apportez un bout de vie physique et de codes dans la vie numérique et fatalement, les mêmes schémas se reproduisent alors.

Il existe des sites dédiés ou le but est que des internautes annoncent de point afin de se rencontrer dans la vie physique, uniquement dans ce but : meetic. Internet n’est pas meetic (et c’est tant mieux).
Je serais presque tenté(e) de faire un lien avec les blancs et les noirs, comme on en parlait il y a une éternité. C’est exactement la même chose.

Lorsque j’étais plus jeune, je regardais un dessin animé qui parlait d’une souris super intelligente. Elle était capable de tout un tas de choses et elle travaillait souvent mieux que les Hommes. Seule obligation, elle travaillait toujours lorsque les autres n’étaient pas là. Tout le monde était content de la qualité de son travail dans le dessin animé.

Est-ce que ça aurait été pareil en sachant dès le départ que c’était une petite souris ? Non, je ne pense pas. C’est (malheureusement) pareil pour une majorité de la population, dès qu’on sait que vous êtes un homme ou une femme, la société part du principe qu’il ne faudra pas parler des mêmes sujets, de la même manière. Selon cette société, certaines choses ne se font pas de la même manière selon que l’on soit un homme ou une femme.

Bullshit. Internet vous donne la possibilité de vous affranchir de ces contraintes.

Ce n’est pas Internet qui fait que vous êtes un homme ou une femme, Internet ne décide pas, Internet est con. C’est vous qui transposez la façon dont vous fonctionnez sur Internet. Laissez la vie physique là où elle est, et celle numérique en paix.

Focalisez sur les idées, sans toujours chercher à savoir si vous vous adressez à un homme ou à une femme. Rien que pour ça, Internet est un outil démocratique, il permet l’égal à égal entre une femme, un homme, un chien et même un poulpe.

Je ne dis pas ça pour affirmer mon côté homme, hein. D’ailleurs, ce texte ne prouve en rien que j’en suis un, ni que je suis une femme d’ailleurs.

Vous aimez cet article? Partagez-le ;-)

TwitterGoogle +LinkedInMail
Flattr !

29 commentaires to “On teh Internets, nobody knows you’re a dog.”

  1. avatar

    et si les gens étaient juste plus respectueux ? hommes ou femmes peu importe, et que le fait de avoir le sexe de l’autre ne déclanche pas une réaction enchaine mais juste un OSEF. c’est aussi ca le truc.
    J’ai parlé il y a peu avec un gars qui a tiqué au bout de 20 minutes sur le féminin à la fin d’un mot, on en a rigolé et ça n’a rien déclanché de particulier chez lui, on a parlé pareil. Juste parce qu’il a un bon mood.
    L’exemple inverse ? Une ex étudiante balance un message sur irc en disant qu’elle veut faire un sujet pour son média, son pseudo est un prénom de fille… elle s’est pris un déchainement de querys de gars morts de faim… c’est juste les réactions de personnes qui peuvent etre soit respectueuses soit connes…
    enfin, il manque une donnée dans ton papier, ce sont les gens qui ne savent pas, tout simplement. Comme la jeune dont je parle plus haut. Elle a beau être futée, quand elle débarque pour la premier fois sur IRC, elle n’est pas censée savoir qu’une horde de males affamés vont lui sauter dessus (et je suis en dessous de la vérité vu la teneur des querys) parce qu’elle est venue pour la première fois sur IRC et qu’elle n’est pas au courant.
    On fait quoi avec les nouveaux ?

    • avatar

      J’ai bien envie de te répondre OSEF, vie numérique ou physique. Moi perso, je m’en cogne, ce n’est pas le cas d’une majorité d’hommes et de femmes. J’aimerai que personne ne s’arrête à ça mais on va dire que je suis un idéaliste, ou même un utopiste.

      Pour les nouveaux, au choix : explications genre prévention ou alors ils découvrent par eux mêmes, font ce qui s’apparente à une erreur, et apprennent.

  2. avatar

    oui mais quand tu decouvres en arrivant et en disnt que tu t’appelles Kevin ou Cindy, ça change la donne tout de suite.
    Alors que ça ne devrait pas… La reaction que tu as, ou celle du gars que je decris plus haut sont les bonnes… faut juste calmer les morts de faim, u’il s’agissent des gars ou des nanas là pour draguer. Je ne fais pas de difference.

    • avatar

      Je ne vais pas sur un IRC pour draguer, mais pour parler, ou alors je vais en Query et je ne drague quand même pas. Je ne fais aucune différence entre homme et femme, a vrai dire, je m’en cogne, ce qui compte pour moi, c’est l’idée, pas le fait qu’elle vienne de je ne sais pas qui.

  3. avatar

    Vraiment? Et imaginons que nous soyons dans une société où la représentation neutre de la personne derrière l’ordinateur, ce soit un homme blanc hétéro. Tu arrives sur un forum/twitt/multi/etc et tu est censé ne partager aucune de tes expériences parce que sinon, tu te prendras des insultes/blagues/propos discriminatoires. En arrivant sur Internet, tu es donc par défaut un homme blanc hétéro. Non. Internet n’est pas un endroit merveilleux exempt des contraintes de la société.
    Ah, oui, et c’est facile de deviner que t’es un mec, désolé(e).

    • avatar

      Moi oui, les mains qui ont pondu ce billet déjà moins, qui te dis, d’ailleurs, que c’est moi ?

      Ma réflexion va moins loin que la tienne : pourquoi toujours chercher à savoir si c’est un homme ou une femme derrière un écran ? Et si on s’en moquait ? Et si on ne faisait qu’échanger et partager des projets, des idées, des expériences justement ?

  4. avatar

    En gros, t’as réécrit le billet d’Okhin sur la misogynie. Je reconnais chaque argument. Et au final, je vois absolument pas ce que ça a à faire là-dedans. Cyberspace, meatspace, ok, c’est mignon mais quel rapport avec un article qui fait l’apologie du viol, ou un article qui dénonce ce fait, en parlant de sexisme au quotidien et de la banalité du viol ?

    Elles sont cool les théories d’Okhin, mais c’est juste hors contexte. Il n’est pas question de faire couler le meatspace dans les cyberspaces, mais de parler de ce qui se passe dans la vraie vie. L’article de Joystick, il est paru dans la vraie vie. Ce sont dans les vraies rues, sans pixels, que les femmes se font harceler. Les viols, et le regard des autres, c’est pas des paquets TCP. Pourquoi diable ne devrait-on pas en parler ? En quoi le fait que sur Internet on n’ait pas à avoir une identité sexuelle préserve de ce qu’il se passe en dehors ? Et qui a décrété qu’il était interdit sur les Internets d’indiquer des éléments sur soi, de parler de meatspace, ou même de draguer en dehors de meetic ?

    Ce n’est pas dans l’esprit du billet d’Okhin : lui parlait essentiellement d’IRC, qui est un ensemble de salons de discussion. Sur Twitter, par exemple, ce n’est pas la même chose. C’est un réseau de microblogging, où chacun tient ton fil comme il l’entend. Libre à toi de suivre qui tu veux, et libre à un gros lourd de draguer par ce biais. La différence, c’est que sur IRC il se mangera des coups. Sur Twitter, il te suffit de ne pas le suivre, c’est très passif ce machin.

    C’est marrant pour un hacktiviste libriste, de se plaindre que les gens communiquent, tu trouves pas ? Surtout qu’au vu de ton billet, je comprends toujours pas ce que tu reproches, et à qui. Tu ne parles pas de sexisme, ni de l’actualité.

    En fait, comme beaucoup (moi y compris, évidemment), tu ignores parfaitement ce qu’est être une femme. Moi je m’intéresse au problème du sexisme, je tente de le comprendre, et c’est douloureux, vraiment. Tu n’as pas idée de la chance que nous avons, toi et moi, d’être des cis-hommes blancs hétéros. On ne se mange RIEN dans la gueule. On n’a pas constamment en tête un scénario d’échappement à une agression sexuelle quand on se balade dans la rue. On ne nous regarde pas en considérant qu’on est tout juste bons à être baisés et à faire à manger. On n’est pas juste bons à marier, selon la société. On a vraiment le beau rôle. Alors oui, c’est d’une facilité déconcertante de dire « fermez-la avec votre sexisme, sur Internet vous êtes un datachien, m’emmerdez pas avec votre identité sexuelle ». Mais très intolérant. C’est tellement facile de dédramatiser quand on est étranger au drame.

    D’autant plus intolérant quand tu te permets d’écrire que tu es antiféministe. Ça veut dire que tu t’opposes à la lutte pour la reconnaissance des droits des femmes. Au nom du cyberspace désincarné ? On en reparlera quand il n’existera plus que le cyberspace. En attendant, le meatspace existe bel et bien, et est loin d’être juste. Alors se battre ou pas pour l’égalité, c’est un choix personnel, mais s’afficher contre ce combat, c’est à la fois stupide et totalement déconnecté de la réalité. Va dire à une victime de viol « tu n’avais qu’à être dans le cyberspace »…

    • avatar

      Désolé d’avoir des idées qui manifestement se rapprochent de celles d’Okhin. Promis la prochaine fois je fais un copier coller de tout, ça ira plus vite, et puisque manifestement, un point de vue ne peut appartenir qu’a une seule personne, une fois exprimé, je vais arrêter d’écrire, une autre personne doit sans doute avoir le même point de vue que moi.

      L’article de Joystick est débile, sexiste, il fait l’apologie du viol et j’ai eu la gerbe en lisant le (très bon) billet de @Mar_Lard.

      Dans la vraie vie, donc Internet n’est pas la vraie vie. Well. Je l’ai lu sur Internet, mais Internet n’étant pas la vraie vie, je ne l’ai pas lu.

      Bref, trèves de troll :

      « En quoi le fait que sur Internet on n’ait pas à avoir une identité sexuelle préserve de ce qu’il se passe en dehors ? »

      En rien. Et rien ne protège Internet du sexisme, la preuve, il existe.

      « Et qui a décrété qu’il était interdit sur les Internets d’indiquer des éléments sur soi, de parler de meatspace, ou même de draguer en dehors de meetic ? »

      Personne. Simplement, ladite réalité montre que lorsque l’on a des élements, le fait de se faire emmerder arrive plus souvent.

      Je ne dis pas qu’il faut se taire, se planquer, être neutre, je dis que c’est un moyen de ne pas se faire emmerder, aussi triste soit ce moyen.

      Personne ne devrait avoir à subir une personne lourde, personne ne devrait se faire agresser parce qu’elle est une femme ou un homme, juste personne.

      Moi, je parle des Intertubes de façon générale, oui. Pourquoi un gros lourd qui vient te draguer ailleurs, il ne lui arrive rien, je ne comprend pas ? Tu dois donc défendre une cause sur un IRC et pas ailleurs ? Ça n’a pas de sens.

      «« fermez-la avec votre sexisme, sur Internet vous êtes un datachien, m’emmerdez pas avec votre identité sexuelle ». Mais très intolérant. C’est tellement facile de dédramatiser quand on est étranger au drame.»

      J’aurais pensé que tu me connaissait plus que ça, je ne suis pas ni insensible ni étranger au drame, arrête de dire des conneries, tu es dans l’interprétation.

      Oui, j’ai dit que j’étais antiféministe, et pas misogyne, j’ai aussi rajouté que je n’étais pas pour la même cause pour les mecs.

      Le sexisme existe, ici ou ailleurs, c’est une plaie. Les femmes en souffrent partout, certains hommes aussi, mais très peu dans nos contrées (ce n’est pas le cas dans certains pays du sud et je suis sérieux).

      Quand je dis que je suis antiféministe, voila ce que je veux dire : je trouve triste, dommage, regrettable, qu’il faille en venir à mobiliser des gens pour défendre une cause qui me semble tellement naturelle pour moi. Dans ma petite bulle, chaque personne est l’égal de l’autre, on échange des idées, on parle, on se moque totalement du fait que ça soit un homme ou un femme. Bien sur, ça permet de comprendre, parfois, je sais que je suis en train de parler à un homme, parfois à une femme. Souvent, je n’en sais rien et je m’en porte très bien, et les idées sont partagées, sans aprioris posés par des codes sociaux ou de la vie physique, crées par des hommes qui ont dit, un jour, que les femmes étaient bonne à marier, à faire à manger, à faire des enfants, et tout un tas de conneries qui méprisent l’être humain.

      Pour moi, ça ne devrait pas exister, parce que le sexisme ne devrait même pas exister. Une personne à le droit de se balader comme elle l’entend, sans avoir peur à chaque instant de se faire agresser par une fou / une folle.

      Si tu as un autre mot qu’antiféministe, je suis preneur (non, pas utopiste, ça a déjà été dit)

      Je ne me cache pas la (triste) réalité pour autant : le sexisme existe, il faut le combattre.

      Si tu as compris, tu comprendra donc la suite :
      je serais heureux lorsque cette lutte se finira d’elle même, parce que cela signifiera qu’elle n’a plus de raisons d’exister.

      Tu vois, c’est comme le combat pour la neutralité du Net : je serais heureux quand ce combat sera mort, parce que ça signifiera qu’on aura gagné et qu’il faudra « juste » rester alerte.

      Si j’ai vexé en disant antiféministe, j’espère que ce commentaire donnera plus d’explications.

      • avatar

        Ton billet reprend très exactement la structure et les mots de celui d’Okhin, c’est différent de simplement avoir les mêmes idées. Ton titre, il l’a utilisé dans son billet. La plupart des arguments a été reprise également, avec les mêmes mots. C’est ce qui me gêne. À le lire, je lis celui d’Okhin, il n’a pas ta personnalité.

        En fait, ton propos, et ce que tu entends dans « anti-féministe », c’est… le regret de la nécessité de ce combat ? Et tu fais le rapprochement avec le combat pour la neutralité du net ? J’aimerais te voir tweeter que tu es anti-neutralité du net, là tout de suite. Gageons qu’en une poignée de minutes, tu comprendras l’erreur. Évidemment que lutter pour ou contre quelque chose, c’est espérer que ce combat n’ait plus lieu d’être à terme. C’est universel, et c’est pas pour autant qu’on est _contre_ quelque chose.

        Néanmoins, tu adoptes une politique de l’autruche, que tu ne peux te permettre _que_ parce que tu es un homme, non concerné par tout ça. Tu te contentes de dire « ho là là, quel dommage qu’il y ait du sexisme, je préfèrerais qu’il n’y en ait pas ». Ça avance à quoi ? Si tu ne veux pas participer à ce combat pour l’égalité, ce qui est ton droit, tu n’es pas obligé de faire semblant d’en parler, surtout si c’est pour dire que tu es « anti-féministe ».

        Tu cherches un mot pour remplacer celui que tu utilises à tort ? En voici un : « indifférence ». La même indifférence qui anime Michu en entendant à la télé ce qu’il se passe en Syrie, et qui dit « ho là là, les pauvres », avant de zapper sur la dernière série TV mangeuse de temps de cerveau.

        • avatar

          Euh, j’espère que tu plaisantes, là ?

          Le titre : https://fr.wikipedia.org/wiki/On_the_Internet,_nobody_knows_you%27re_a_dog, accessoirement parce qu’il est connu et que j’ai trouvé qu’il était adapté. (et drôle) (et qu’il vient d’Internet)(et que c’est presque un meme)(et qu’il n’est pas d’Okhin, on doit aussi lui reprocher de l’avoir utilisé alors qu’il vient d’ailleurs ?)

          Je vais pas le répéter 107 fois : ce n’est pas une reprise, Ju m’a redonné les liens après coup d’ailleurs. Le terme de reprise m’agace, puisqu’il sous entend que c’est une reprise pure et dure du billet, alors qu’il est le fruit d’une envie d’hier soir, et de quelques heures de réflexions.

          Je me doutais que tu allais faire ce rapprochement Net Neutrality – Féminisme, et surtout, que j’allais sois mal le dire, soit tu allais mal le comprendre : j’ai dit et expliqué que le mot était sans doute mal choisi, mais que si tu en avais un autre, j’étais preneur : dire qu’on est pas pour le féminisme, c’est dire qu’on est contre, selon toi, selon la cause, selon plein de choses. Je peux même faire un point Godwin avec ton idée, donc au final, anti ou pas anti, le mot semble importer peu.

          Je vais être cru, et aller au clash, ça sera ma dernière réponse parce que pense qu’on va tourner en rond, là.

          « Parce tu es un homme, non concerné par tout ça » : aux dernières nouvelles, tu es un homme. En quoi es-tu plus concerné que moi ? En quoi le suis-je moins que toi. Ton point de vue n’est pas une vérité absolue, le mien non plus d’ailleurs.

          Ce n’est pas parce que je déplore quelque chose que je n’agis pas. Je déplore chaque jour les morts en Syrie, je te mets au défi de dire que je ne fais rien, même si ça ne se voit pas ou pas forcément.

          Ce combat pour l’égalité ne devrait pas être un combat, l’égalité est un droit. Malheureusement, et tu as raison, il faut se battre pour l’obtenir, et c’est ça que je trouve dommage. Pour autant, j’essaye du mieux possible d’y contribuer (et je ne parle pas de ce billet, qui était l’exposition d’un point de vue)

          C’est gonflé de dire que je suis indifférent, écrire, expliquer, et agir dans la vie physique, pour sur, c’est une preuve d’indifférence, évidemment.

          C’est encore plus osé de comparer la Syrie à quelque chose d’autre, mais je suis loin de réfléchir avec mon cerveau sur ce sujet en ce moment.

          • avatar

            « Je me doutais que tu allais faire ce rapprochement Net Neutrality – Féminisme »

            Heu, c’est toi qui l’as fait, le rapprochement Et si j’ai mal compris, explique-moi. Non, les mots n’importent pas peu, sinon tu n’aurais pas de blog. oui, être « anti- » c’est être contre. Ça s’appelle le sens des mots. D’ailleurs, tu sembles ne pas avoir compris ce qu’était le féminisme, au fond.

            Je t’ai déjà répondu sur le « toi aussi, tu es un homme ». oui, évidemment que je le suis, c’est écrit dans mon commentaire précédent. La différence c’est que je me suis intéressé au problème, sensibilisé à ce que vivent les femmes au quotidien.

            Concernant la Syrie, j’ai bien parlé de « Michu », et tu n’as strictement aucune raison de te sentir concerné. Je connais parfaitement ton engagement, et c’est pourquoi j’ai choisi un sujet qui te parlerait. Et en Syrie aussi, les citoyens ont des droits. Par exemple d’être protégés par leur pays, au lieu d’être abattus. Donc, si on transpose ton idée, la résistance ne devrait pas exister, la guerre civile ne devrait pas exister. Ok, c’est migon, mais en attendant, LÀ AUJOURD’HUI on fait quoi ? On passe un coup de fil à Bachar en lui rappelant que ce qu’il fait c’est pas gentil ? Je te laisse appeler, j’ai plus de batterie hein…
            C’est pareil pour le sexisme. Ça avance à quoi de dire que c’est pas bien ? Ça va immédiatement le faire disparaître ? Perso, je dirais que non. Alors partant de là, le combat est nécessaire. Tu peux perdre ton temps à trouver ça dommage, mais tu ne l’as pas fait pour la Syrie, pourquoi le ferais-tu ici ?

  5. avatar

    Aloors, justement… est-ce qu’on peut échanger, partager des projets, des idées, en cachant… des expériences. En cachant, qu’on est une femme, ou une lesbienne, pour pouvoir « parler »? Est-ce qu’on partage des projets si on doit cacher par son pseudo ou son avatar, ce qu’on est.
    Je veux dire, on peut choisir de le faire, mais là ce serait plutôt une obligation si c’est pour ne pas se faire insulter?

    • avatar

      Non. Non parce que ce sont les expériences qui font que l’on est à même de partager, ce sont également elles qui nous différencient les uns des autres.

      Si cela a été pris comme une vive recommandation ou une obligation, ce n’était pas l’intention, partant que principe que l’on peut dire ce qu’on veut sans se faire emmerder.

      La réalité montre qu’on se fait emmerder quand même, et c’est ça qui est triste.

  6. avatar

    « je trouve triste, dommage, regrettable, qu’il faille en venir à mobiliser des gens pour défendre une cause qui me semble tellement naturelle pour moi. Dans ma petite bulle, chaque personne est l’égal de l’autre » Et des gens pensaient pareil que toi dans les années 1970 et un peu avant. Sauf que, sans les féministes, aujourd’hui, nous n’aurions pas la pilule, peut etre pas le droit de divorcer, et certains partis politiques aujourd’hui pronent le retour de la femme à la maison. On touche au travail, donc au salaire et donc à l’émancipation financière. Et si on arrive à bouter ces conneries loin de nous, ce sera grâce aux féministes qui se battent sur le terrain social et politique.

  7. avatar

    OK. Donc, non, internet n’est pas un endroit où on est libre PARCE QUE la société s’y reflète. DONC il faut se battre, se battre comme dans la vie réelle pour avoir le droit de mettre un pseudo de nana ou dire qu’on est gay.
    Maintenant, tu fais un article où tu dis en somme que ça vaut pas le coup de se battre, que le mieux ce serait de prévenir les gens qu’ils/elles sont obligés d’être complètement anonymes pour avoir la paix. Voilà pourquoi tu te fais embrouiller.
    L’antiféminisme, ça existe déjà. Si tu est anti-féministe, tu considère que les féministes sont, en résumé, des chieuses/pleureuses et tu n’est pas d’accord avec leur combat pour l’égalité homme/femme.
    Tu veux vraiment être ça?

    • avatar

      Oui, la société s’y reflète. Oui, Internet reflète donc les défauts de la société, et le sexisme en est un.

      Non, je ne me considère pas comme quelqu’un qui voit les femmes comme des chieuses / pleureuses, mais comme des femmes, égales à tout le monde et tout le monde.

  8. avatar

    DISCLAIMER:
    Ceci est un post passablement enervé.

    —————————————————————————————————————————–
    Le débat tournait autour d’un « voilà pourquoi il faut des féministes, les mecs réfléchissent avec leur queue, il faut leur faire comprendre qu’ils sont débiles. », de mémoire, il y avait aussi un « les mecs devraient défendre les filles plutôt que de baver devant le cul de Croft ».
    —————————————————————————————————————————–
    Réctification, *certains* mecs réfléchissent avec leur queue et ceux la, oui, il faut leur faire comprendre qu’ils sont débiles.

    —————————————————————————————————————————–
    Nous sommes dans la vie numérique, elle est réelle mais elle est ce que l’on veut : sur Internet, personne ne sait que vous êtes un chien.

    Je m’explique : dans la vie physique, nous sommes liés à un ensemble de paramètres que l’on ne maîtrise pas : voix, âge, sexe et bien d’autres points sont autant de facteurs qui déterminent, pour beaucoup, la façon de parler à quelqu’un.

    La vie numérique est différente, le cyberspace permet de se passer de ces contraintes : vous êtes un(e) internaute. Vous n’êtes ni un homme, ni une femme, ni même un chien, vous êtes ce que vous décidez d’être.
    —————————————————————————————————————————–
    En effet, sur internet tout le monde considère que vous etes un homme blanc hétérosexuel à moins que vous ayez indiqué le contraire. Personne ne le *sait* mais tout le monde adopte le comportement qu’il adopterait face à un homme blanc hétérosexuel.

    —————————————————————————————————————————–
    On va sans doute me traiter de misogyne avec ce qui suit. Faites-vous plaisir, vous rentrez pile dans le moule de la société, félicitations. Je suis antiféministe, pas misogyne. Je suis également anti-« la même chose pour les mecs ». Seul l’Humain compte. Ou l’octet, au choix.
    —————————————————————————————————————————–
    Le féminisme est le mouvement luttant contre l’oppression subies par les femmes en tant que femmes par les hommes ou plutot par une idéologie créée par des hommes et nommée le patriarcat (guess what ? l’inverse n’existe pas ! C’est probablement pour ça que tu ne connais pas de mot pour « la meme chose pour les mecs »). Etre anti-féministe c’est donc etre misogyne. Désolé.

    —————————————————————————————————————————–
    Si vous vous faites draguer, ennuyer, que vous tombez sur un(e) lourd(e) qui vient vous parler en query, en DM et j’en passe, la seule personne fautive, c’est vous.
    —————————————————————————————————————————–
    J’ai du mal à resister à la comparaison avec « Elle l’avait bien cherché ce viol, à trainer dans ce quartier à cette heure… ». Le fautif n’est pas le lourd mais donc la femme qui ne cesse pas d’etre femme quand elle en a l’occasion. Lui c’est un mec, c’est normal…

    —————————————————————————————————————————–
    Un homme ou une femme n’existe que parce que vous décidez que cela doit exister, que parce que vous décidez, consciemment ou non, de vous identifier à l’un ou l’autre. Selon vos propos et la conjugaison, il devient facile de savoir si vous êtes un homme ou une femme : « je suis fatigué », « je suis sportive » … ces mots permettent aux autres de savoir si vous êtes un homme ou une femme.
    —————————————————————————————————————————–
    Bow before the power of grammar. Donc par défaut masculinisons tout. Hyper égalitaire en effet.

    —————————————————————————————————————————–
    Il y a également les gens qui se plaignent du sexe opposé mais qui annoncent le leur (ex : je suis une femme qui code. Réponse : non, les codeurs codent, les filles ne codent pas, les garçons non plus d’ailleurs.). Si quelqu’un vient vous gonfler suite à cette annonce, c’est presque normal.
    —————————————————————————————————————————–
    En effet, « je suis une codeuse » aurait eu un effet totalement différent… (Oui, la grammaire est une pute. Oui ce juron est sexiste blablabla.)

    —————————————————————————————————————————–
    Presque parce que on devrait être libre de dire ce que l’on veut, que l’on est un homme ou une femme sans que personne ne vienne vous faire chier directement après, mais bon, le monde parfait n’est pas encore pour demain, la société fonctionne quasi uniquement aux apparences.
    —————————————————————————————————————————–
    Bon, ok hein, la société est pas cool mais t’es conne aussi puisqu’on t’offre l’opportunité de gommer ton défaut, de ne plus etre une femme et que t’en profite pas.

    —————————————————————————————————————————–
    Vous êtes un ensemble d’informations, un ou plusieurs pseudonymes, un éventuel avatar, une éventuelle adresse. Dès lors que vous annoncez que vous êtes une femme ou un homme, vous n’êtes plus neutre, vous apportez un bout de vie physique et de codes dans la vie numérique et fatalement, les mêmes schémas se reproduisent alors.

    Il existe des sites dédiés ou le but est que des internautes annoncent de point afin de se rencontrer dans la vie physique, uniquement dans ce but : meetic. Internet n’est pas meetic (et c’est tant mieux).
    Je serais presque tenté(e) de faire un lien avec les blancs et les noirs, comme on en parlait il y a une éternité. C’est exactement la même chose.

    Lorsque j’étais plus jeune, je regardais un dessin animé qui parlait d’une souris super intelligente. Elle était capable de tout un tas de choses et elle travaillait souvent mieux que les Hommes. Seule obligation, elle travaillait toujours lorsque les autres n’étaient pas là. Tout le monde était content de la qualité de son travail dans le dessin animé.

    Est-ce que ça aurait été pareil en sachant dès le départ que c’était une petite souris ? Non, je ne pense pas. C’est (malheureusement) pareil pour une majorité de la population, dès qu’on sait que vous êtes un homme ou une femme, la société part du principe qu’il ne faudra pas parler des mêmes sujets, de la même manière. Selon cette société, certaines choses ne se font pas de la même manière selon que l’on soit un homme ou une femme.

    Bullshit. Internet vous donne la possibilité de vous affranchir de ces contraintes.

    Ce n’est pas Internet qui fait que vous êtes un homme ou une femme, Internet ne décide pas, Internet est con. C’est vous qui transposez la façon dont vous fonctionnez sur Internet. Laissez la vie physique là où elle est, et celle numérique en paix.
    —————————————————————————————————————————–
    Le monde n’est pas neutre. Internet pas plus que le reste. Oui, je sais c’est une surprise.
    Comportons nous tous comme des hommes blanc hétérosexuels comme ça ce sera trop cool j’aurai pas besoin de changer mon comportement je ne serai juste plus confronté à des gens différents. Cette solution ne crée pas de la tolérance, elle limite les occasions d’exprimer de l’intolérance. Cela rendrait il ces explosions d’intolérances encore plus violentes ?

    —————————————————————————————————————————–
    Focalisez sur les idées, sans toujours chercher à savoir si vous vous adressez à un homme ou à une femme. Rien que pour ça, Internet est un outil démocratique, il permet l’égal à égal entre une femme, un homme, un chien et même un poulpe.

    Je ne dis pas ça pour affirmer mon côté homme, hein. D’ailleurs, ce texte ne prouve en rien que j’en suis un, ni que je suis une femme d’ailleurs.
    —————————————————————————————————————————–
    Si si, je te jure, ce texte prouve que tu es aveuglé par ton privilège de mâle.

    En dehors de la réponse à certains points précis de ton texte, 3 réflexions générales:

    – Ton texte est sexiste. L’effort de masquage de l’identité n’est demandé qu’aux femmes. Elles sont opprimées et pourtant tu trouve normal qu’elles doivent s’adapter à cette oppression. Un homme qui laisse transparaitre son identité d’homme ne sera *jamais* importuné pour cela.
    – « Hey, j’ai une idée géniale, si on laissait tous tomber toutes nos références à un pillier de notre identité sociale (le genre) ce serait tout de même plus simple que de changer les mentalités des gens face au genre non ? ». Et bien non, ton idée n’est pas géniale, elle consiste à opérer un changement bien plus grand dans la tête des gens que la simple vision égalitaire des genres, elle consiste à supprimer la notion de genre de leur esprit !
    – Tu es un poil nombriliste non ? Parce que ton texte se résume beaucoup à « Tout le monde serait comme moi, ça irait mieux ». C’est tout à fait possible, mais tout le monde n’est pas comme toi. Désolé.

    J’ai l’impression d’avoir été virulent, peut etre trop, mais je n’arrive pas à l’être moins là… Qu’il soit bien clair que je ne veux pas dire que tu es misogyne, macho ou autre, simplement beaucoup trop naïf de mon point de vue.

    Edit avant post:
    J’ai lu tes réactions aux commentaires, je te conseil de googler « Théorie queer » à ce que j’en ai compris c’est une sorte de rejet de la notion de genre qui semble te correspondre (à moi aussi, je pense). Pour info, cela fait partie du féminisme ;).

    • avatar

      je vais te faire une réponse sans doute très courte, trop certainement, mais manifestement, elle résume bien la situation : je suis naïf. De penser que le changement c’est possible et que le sexisme peu disparaitre, de penser que les mentalités peuvent enfin évoluer pour que les femmes soient l’égal de n’importe quel être humain sur cette terre.

      PS : les différentes réponses sur Twitter ou dans les commentaires donnent sans doute plus d’explications. Désolé de la piètre réponse.

      • avatar

        « le changement c’est possible et que le sexisme peu disparaitre, de penser que les mentalités peuvent enfin évoluer pour que les femmes soient l’égal de n’importe quel être humain sur cette terre. »

        C’est tout l’inverse de ce que tu dis (dans ton billet du moins). Tu dis qu’il n’y a qu’à cacher ce que l’on est pour ne pas être discriminé.

      • avatar

        Et ce changement s’opèrera miraculeusement, sans que personne ne se batte pour l’avoir ? Tu tapes sur la gueule de celles et ceux qui s’engagent dans ce combat, tu n’en as vraiment pas conscience ? Encore une fois, désolé de faire une comparaison osée, mais dirais-tu aux résistants et civils Syriens « vous en faites pas, ça va s’améliorer hein, mais par contre je suis anti-résistant, ah là là vraiment c’est pas bien que la résistance existe. » ? C’est la foutue même chose, toutes proportions gardées. Et encore, les victimes de violences conjugales, d’agressions sexuelles, sont effroyablement nombreuses. Mais effectivement, quand toi tu ne risques pas tout ça, c’est vraiment facile d’être passif-râleur.

  9. avatar

    biensur que ça peut disparaitre, tu as raison ! tu n’es pas naïf mais humaniste
    Mais comme IRL, ca ne disparaitra pas en mettant un voile sur les cheveux des femmes, en les obligeant à s’habiller large ou utiliser nu pseudo pour cacher leur féminité.
    Elles disparaitront quand les nanas pourront dire qu’elles sont des filles sans se prendre de la drague ou des remarques désobligeantes en retour.
    Il faut arrêter de vouloir penser à notre place et nous laisser exister telles que nous sommes et en nous acceptant comme nous sommes avec respect et sans faire de discriminations.
    Tu n’es pas dans ce cas, mais tu fais partie de ces rares cas à part.

  10. avatar

    C’est drôle quand on y pense mais en lisant vos échanges hier soir, il m’est apparu clairement un fait :
    – à aucun moment, que ce soit sur IRC, sur les forums ou URL dans le petit monde du « hack » de la bidouille & co’, les hommes ne m’ont renvoyé mon statut de femme à la figure.

    En fait, la seule personne qui a fait preuve d’une forme de sexisme à mon égard dans ce milieu est une femme, qui se dit elle-même féministe. Avouez que c’est drôle qu’on y pense, non ?

    • avatar

      Ha oui ? Et tous ceux qui n’ont communiqué avec toi que parce que tu étais une femme, donc une cible potentielle ?

      C’est pas parce que tu n’as eu que des grands sourires en face de toi qu’il n’y a rien eu.

  11. avatar

    J’ai lu l’article rapidement et j’ai plus que survolé les commentaires, mais je vais quand même donné mes deux centimes :

    En 95 wired publiait cette interview de ST Jude menée par RosieX.

    http://owni.fr/2012/07/12/modem-grrrl/

    St Jude est un (une en fait) des premiers (et premières du coup) Hackers (ça se dit Hackeuse ?). Elle est entre autre à l’origine du concept de Cypherpunk.

    Rosie Cross, aka RosieX, est une journaliste hackitiviste australienne.

    Et plus important, la traductrice de l’interview, c’est ma meuf.

    Nous nous sommes rencontrés via le net, comme deux personas sexuées. Notre pratique du net – on est des méduses – influence fortement notre relation de couple, on émet beaucoup d’informations tout le temps à destination de l’autre, numériquement ou pas. Ma conception de l’intimité (les informations que l’on émet pas) a radicalement changé, de même que ma notion de couple.

    Ces changement nous ont également amenés, il y a quelques temps, à créer une identité / persona commune : WeTransL8.

    Dans le cyberspace, WeTransl8 était pendant une période une identité hermaphrodite. Doublement sexuée.

    Dans le MeatSpace, l’entité « couple » c’est toujours WeTransl8, avec le même fonctionnement, la même réalité, que dans le cyberspace.

    Ce que je veux dire, c’est que le cyberspace est sexué et assexué, c’est comme tu veux. Plus important, le cyberspace dépasse la question du genre. On peut y être/incarner/jouer une persona sexuée ou non. On peut également aller plus loin et créer de nouvelles choses, de nouveaux genres.

    Libre à vous de les vivre dans le MeatSpace.

  12. avatar

    Ha oué, histoire de finir sur un Troll : bientôt Internet aura permis de dépasser le débat féministe, car il est l’outil le plus puissant pour remporter cette lutte. C’est comme pour la LUTTE DES CLASSES !

  13. avatar

    @Ju « faut juste calmer les morts de faim, u’il s’agissent des gars ou des nanas là pour draguer. »

    Mais ils font ce qu’ils veulent non ? La drague fait partie du jeu, de la vie, c’est flatteur de se faire draguer, surtout quand t’es célibataire, et je ne vois pas pourquoi il faudrait recadrer les « morts de faim ». Après tout, si certains d’entre eux en viennent à se rencontrer IRL, à bien accrocher et pourquoi pas vivre une histoire, et bien tant mieux.

    Après, on peut se faire passer pour une fille, un mec, voire un poisson, si on ne veut pas entretenir des relations ambiguës, on s’en tape, il faut surtout faire ce qui nous semble être le plus approprié selon le contexte. L’étudiante dont tu parles était peut-être très contente de se faire draguer, et si c’est pas le cas, la prochaine fois qu’elle viendra sur IRC, elle agira en conséquence, comme une grande.

  14. avatar

    @elodie, oui la drague c’est jolie.
    Maintenant va expliquer a la nana qui au bout de 15 minutes sur irc qui explique qu’elle veut faire un reportage et se prend des querys lui demandant si elle suce…
    ouais, ca fait partie du jeu, mais la traiter avec respect en fait aussi partie, non ? c’est un peu la base des rapports humains.
    @tris, t’as pas lu les commentaires sur twitter pendant ta conf à la ndh… c’etait assez desolant.

  15. avatar

    @Ju, je trouve ce débat assez désolant perso, c’est du temps perdu à remuer de la merde. Ok y a des mecs suffisamment cons pour demander à une nana si elle suce sur IRC, mais c’est leur problème s’ils sont accros au râteau, OSEF, on va pas juger des gamins sur la place publique pour autant. On s’en tape, et je pense pas que la nana en question soit traumatisée à vie.
    Oui, faut traiter les gens avec respect, toussa, donc il faudrait juger et faire la morale pour arriver à dresser tout ce petit monde ?
    Il est vraiment bullshit ce débat, je trouve.

  16. avatar

    ben non…
    c’est juste que ca ne devrait pas exister. Je ne te parle pas de jeunes de 15 ou 18 ans, malheureusement.
    Encore une fois, c’et juste le reflets de la société et comme je le dis dans mon billet, c’est une poignée d’isolés qui jettent une mauvaise image sur les gens qui sont bien.
    Pour info, la nana (une ex etudiante) a failli annuler son reportage. C’est moi qui l’ai convaincue de continuer.