Hadopi, pour le meilleur et pour le pire…surtout pour le pire.



Old times…

Le bon vieux temps où il ne se passait pas une journée sans que j’aille claquer Hadopi…et bien, ce n’est pas si vieux que ça en fait, c’est même parfaitement d’actualité, puisque ma cible aujourd’hui, c’est la Haute Autorité.

Avant toute chose, c’est sur la Hadopi que je vais taper, ainsi que le ministre de la Culture, je ne vais pas dégommer les Labs, d’une parce qu’ils ont énormément de compétences, dommage que tout ceci semble, de l’extérieur, totalement inutile et de deux parce que les Labs subissent plus qu’ils ne décident. Merci à notre cher ministre de la Culture pour le cadeau empoisonné qu’il a fait à la HADOPI en lui demandant de travailler sur les modalités de régulation du streaming et du direct download.

Avant d’aborder l’actualité, il me semble intéressant et peut-être même nécessaire de parler de ce qui existe déjà.  Actuellement, la HADOPI, via son prestataire TMG, s’occupe de prendre les internautes en plein flag de téléchargement sur un réseau Peer to Peer, P2P pour les intimes.

D’un point de vue utilisation, le P2P est l’échange non commercial par excellence, c’est l’envoi d’une donnée « 1 » d’un utilisateur A vers un utilisateur B. J’ai beau avoir à peine 25 ans, ça va faire plus de 10-12 ans que je traine sur les Internets, j’ai connu l’époque « Direct Connect », Irc, Kazaa, puis E-mule et l’avènement du P2P.
Le P2P, c’était la bonne époque, celle d’un échange de données parfait, (certes sous droit d’auteur la plupart du temps (mais pas que)), parfait parce que c’était un plaisir de partager, parce que ce n’était pas pour brasser du fric, parce que… parce que c’était le P2P quoi !

Puis Internet a évolué et des sites de téléchargement direct ont commencé à fleurir un peu partout, Oleoo en tête de liste chez moi, et… avec ces sites, on a commencé à parler de revenus commerciaux sur des échanges illégaux. Pour moi, ce concept était assez nouveau et pas franchement plaisant, je suis un afficionado du P2P, de l’échange et de la diffusion de la culture, pas d’un site qui se fait son beurre sur ce modèle… mais soit. Internet a évolué et le P2P a commencé à être moins utilisé, les gens préférant l’immédiateté d’un téléchargement direct (DDL, pour Direct DownLoad) au plaisir d’un échange sur un réseau de Pair à Pair.

Il faut comprendre une chose très importante pour la suite du billet : sur Internet, le temps ne fonctionne pas comme dans la vie réelle, ainsi, deux années dans la vie réelle, c’est colossal sur Internet. « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » et Internet est, selon moi, le symbole du dicton de Lavoisier.

La HADOPI est arrivé, non sans mal, après une claque du conseil constitutionnel et un nombre hallucinant de journalistes / blogueurs / expert opposés. Elle est arrivée avec quasi deux ans de retard sur l’évolution, autant dire un millénaire dans la face et, à grand coup d’arsenal censé être pédagogique, a définitivement tué le peer to peer.

Que cela soit clair, Internet était en pleine transformation, la HADOPI à simplement fait accélérer le processus de mutation. Je tiens le gouvernement et sa haute autorité responsables de l’abandon du peer to peer au profit d’autres systèmes.

On ne parle plus de système d’échanges. Je ne parle plus de système d’échange. La transformation du P2P au DDL a tué cet échange. Le DDL ne fonctionne que dans un sens, lorsque vous téléchargez un fichier sur un site de DDL, vous ne le partagez pas. Rajoutons à cela une organisation digne d’une bonne mafia, et nous avons un système qui craint.

A nouveau, ce n’est pas de la faute de la HADOPI, elle ne peut être tenue pour responsable de la mutation qu’a rencontré Internet, avec ou sans elle cela serait arrivé. La HADOPI est juste responsable de l’accélération de cette transformation.

35%.

35% de LOL, 35% de fail, 35% de Bullshit.

Récemment, des chiffres ont été avancés : -35% de piratage sur Internet, un chiffre à transformer la SACEM en pucelle folle de joie. Mon interprétation est radicalement différente : 35% de piratage passe maintenant inaperçu aux yeux de la HADOPI. Comme expliqué juste avant, la transformation avait déjà commencé, la HADOPI ne faisant qu’accélérer la bascule.

Le gouvernement, conscient du retard sur les nouvelles technologies, se dit maintenant qu’il faut agir contre les sites de téléchargement direct et les sites de streaming.

Le Streaming ? Pour rappel, le streaming, c’est la possibilité de visionner quelque chose « sans le télécharger », enfin, officiellement. Je range le streaming dans le téléchargement direct, l’explication est technique mais relativement simple : lorsque vous regardez un film sur Méga vidéo par exemple, le film se charge « en cache » dans votre ordinateur, ce qui signifie qu’a un moment, vous avez téléchargé le film. Prenez Deezer, vous savez, le site d’écoute de musique en ligne. Au départ, c’était exactement pareil : vous écoutiez un album ou une chanson, cette dernière se chargeait en cache et il suffisait d’aller trifouiller le cache de votre navigateur pour récupérer le MP3, vous l’aviez donc téléchargé, d’où mon classement dans le DDL.

Donc, le gouvernement souhaite lutter contre le streaming et le DDL. Manifestement, il n’a toujours pas compris le combat inutile qu’il est en train de mener, ce terrain de bataille n’est pas le sien, comment lutter contre quelque chose que l’on ne comprend pas ? (et que l’on ne me parle pas d’OVEI ou des Labs, le mal est beaucoup plus général)

C’est sans doute prétentieux mais c’est certainement vrai : sur Internet, si des gens veulent échanger des fichiers, légaux ou non, HADOPI ou non, ils le feront et rien ni personne ne pourra l’empêcher. Il y eu le P2P, puis le DDL, et la suite ?

La suite, c’est que si le gouvernement s’entête à claquer de l’argent dans un système répressif, cela ne fonctionnera pas, il encouragera les gens à passer sur un système VRAIMENT tranquille : le VPN. Dès lors, il y aura -100% de piratage aux yeux du gouvernement…normal, il sera incapable de savoir ce qui se passe sur les Internets, les gens passeront sur des liaisons chiffrées et là, ça risque d’être vraiment le bordel sur la toile (ou comme on dit chez nous : popcorn).

Vous voyez le concept ? A chaque nouvelle loi sur une partie des échanges, Internet changera, évoluera, car c’est comme cela qu’il travaille, le fonctionnement même d’Internet est basé sur l’échange, essayer de le contrer, c’est comme essayer de faire un barbecue sur un sous-marin immergé : c’est souvent inutile, parfois con et c’est complètement impossible sans un système tel que le DPI.

Partons maintenant sur le côté « mise en place » de l’arsenal répressif de la HADOPI sur le DDL.

Qu’est-ce que la HADOPI peut faire pour lutter contre le téléchargement direct (et par extension, retenez le pour mon billet, le streaming) ?

(j’ai l’impression de me répéter, depuis déjà deux années, rien n’a changé du côté du gouvernement, les mêmes solutions proposées, les mêmes problèmes en échange, c’est lassant, mais s’il faut le faire, encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et… jusqu’à ce que cela soit entendu et compris, alors…soit.)

Le blocage : le principe est de bloquer les sites, par adresse IP ou par URL (URL : http://www.google.com est une URL, enfin, une URI, mais on va vulgariser histoire de gagner du temps).

Pour le blocage par URL, on applique généralement un blocage sur les serveurs DNS. Les serveurs DNS sont les serveurs qui vous permettent de passer d’une URL, humainement compréhensible, à la vraie adresse du serveur : son adresse IP.

Exemple : l’URL du site Orange.fr est http://www.orange.fr, lorsque vous tapez cette url dans votre navigateur, ce dernier effectue une requête aux serveurs DNS. Ce denier lui répond que votre requête se situe sur le 193.252.122.103. (D’ailleurs, essayez d’aller sur http://193.252.122.103, vous verrez que cela fonctionne).

Maintenant que vous voyez la fonction d’un DNS, vous devez savoir qu’il existe un nombre hallucinant de serveurs DNS et qu’ils communiquent tous ensemble (ou presque), lorsqu’un DNS se met à jour, cette mise à jour est re balancée sur d’autre serveurs DNS, qui à leur tour balancent la mise à jour, … ceci porte d’ailleurs un nom : une propagation DNS. Il est même possible de construire ses propres serveurs DNS, chez soi. Vous comprenez donc que bloquer une URL sur un serveur DNS, c’est compliqué car il faut la bloquer partout, hors, la HADOPI est en France, il faut donc bloquer les DNS français et seulement les DNS français.

Oui, vous l’avez compris, pour contourner un blocage par serveur DNS, il suffit donc de changer l’adresse de ses serveurs DNS, et c’est réglé. Pour les sceptiques, petit exemple personnel :

Il y a deux jours, le site Méga upload n’était plus joignable, une erreur chez eux a entrainé une propagation DNS erronée vers certains serveurs DNS et la grogne est monté sur le réseau Twitter, certains criant à la censure, d’autres au plantage, …
Personnellement, je n’ai eu aucun souci pour accéder à ce site, il n’est pas tombé. Si, au lieu d’avoir un plantage, nous aurions eu un blocage, cela n’aurait rien changé pour moi, j’aurais contourné le blocage sans même m’en rendre compte.

Amusant, n’est-ce pas ?

Second blocage : le blocage par IP. Cela consiste à bloquer une IP directement chez le FAI. Là, on ne parle pas des DNS, puisque le blocage par IP fait abstraction des URL, c’est un blocage moins contournable.

Question : comment contourner le blocage chez votre FAI ?
Réponse : en vous connectant depuis un autre accès.
Comment ? Avec un système de VPN, qui va, la plupart du temps, chiffrer les données de votre connexion.

Donc, en plus de contourner le blocage par IP, vous devenez moins visible sur le net et vous chiffrez vos communications et échanges sur Internet, bien. Cette méthode n’est pas aisément blocable et est réputée comme fiable. Donc, pour moi, vous téléchargez toujours, pour le gouvernement, félicitations \0/, vous n’êtes plus un pirate… 35% de LOL, 35% de fail, 35% de Bullshit.

Ensuite : on peut faire en sorte que le site ferme de lui-même : lui couper tous ses revenus, comptes, entrées Paypal et finir par couper ses régies publicitaires… mais entre ce qui est techniquement possible, ce qui ne l’est pas, ce qui est légalement possible, ce qui ne l’est pas et, pour finir, selon la capacité d’adaptation du site de DDL, cela peut fonctionner…mais pas en France. Pour que cela fonctionne, il faut l’aide des Etats-Unis selon moi.

Pourquoi ? Parce que je doute que la France ait les moyens de faire fermer une régie publicitaire dans un pays hors de France, l’Europe pourrait sans doute mais pas autant que les Etats-Unis, sachant que les US sont en réflexion autour de ce domaine, avec SOPA [EN] et sont quasi prêt à sortir un arsenal de malade mental juste pour le piratage.

Mine de rien, c’est la solution la plus plausible et peut être la plus efficace : jouer sur ce qui fait mal, l’argent (car jouer sur le reste, c’est inutile).

Cela ne revient pas à fermer le site, disposition qui, au passage, me semble techniquement irréalisable. Cela revient à assécher le site afin qu’il ferme de lui-même.

On peut aussi, donc, essayer de faire fermer le site : inutile et sans doute pas légal, ou fortement contestable : même si ces sites permettent la diffusion de contenu illégal, ils permettent la diffusion de contenu également légal. Dès lors, il ne me semble pas possible de faire fermer le site. Je ne suis pas expert en droit, mais il me semble assez aisé de justifier que la fermeture est illégale dans ce cas, une analyse à un instant T des fichiers légaux et illégaux, sur les sites avec le plus de trafic, pourrait donner une image de la part des fichiers illégaux qui circulent. J’ai vu un chiffre de 10%, mais je ne suis pas convaincu.

Dernier point : le filtrage généralisé. Je parle ici d’un blocage assez particulier : l’utilisateur « A » souhaite se connecter au « site 1 », une grosse machine s’en rend compte et bloque l’accès. Cette machine s’adapte au contenu qu’il visite, ainsi, elle est d’une précision assez hallucinante. Cette machine est aussi capable d’intercepter des communications, de l’échange de données, rediriger l’utilisateur sur de fausses pages ou sur un protocole qui n’est pas sécurisé afin de pouvoir intercepter identifiants et mots de passe…digne d’un film, pas vrai ?

Et si ça existait ? Imaginez, un système capable d’écouter TOUT, absolument TOUT ce que vous faites sur votre ordinateur ? Si vous êtes allé sur MSN, sur tel ou tel site, si vous êtes allé sur Facebook, si vous avez téléchargé quelque chose et, si oui, quoi ? Imaginez une machine capable d’écouter plus de 60 millions de personnes sur Internet, ça fait peur hein ?

Vous voulez savoir ce qui me fait peur, à moi ? C’est que ça existe, cela s’appelle le DPI, pour Deep Packet Inspection. C’est un système d’écoute qui n’a pour limites que celles que l’on souhaite lui fixer, ainsi que les communications sécurisées (et encore, dans les Internets, ce sujet commence à être remis en question). Pour information, c’est un système qui a été utilisé en Iran (fourni par Nokia Siemens Network), en Libye (fourni par Amesys, filiale de Bull, une société française), en Syrie (par Bluecoat, société américaine) et j’imagine dans bien d’autres pays encore…

Dois-je vous faire un dessin ? J’imagine que non, le DPI, c’est LE système de contrôle. C’est dire adieu à vos communications privées, à votre vie privée, à votre anonymat relatif sur Internet … C’est quelque chose qui, selon moi, n’arrivera jamais en France. La raison la plus simple c’est que nous avons des lois, en France, qui nous protègent de ce genre d’espionnage à grande échelle. (enfin, c’est tout relatif…)

Ah, oui, pour votre information, le fournisseur d’accès à Internet Orange aurait, selon Bluetouff, du site Reflets.info, investi dans Nokia Siemens Network afin de déployer du DPI dans nos contrées, voilà voilà.

La finalité ?

La finalité, dans tout ceci, c’est de lutter contre le DDL.

Il m’est d’avis que tout ceci ne fonctionnera pas, les récents arrêts de la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) confirment qu’au nom du droit d’auteur, on ne peut pas tout faire non plus. Il m’est d’avis que tout ce futur système onéreux ne fonctionnera pas car Internet évoluera, encore, et autant de fois qu’il le faudra, jusqu’à ce que l’ensemble du réseau soit balancé sur des proxys, des VPN, du TOR, du chiffrage SSL et, qu’au final, un citoyen sur Internet sera autant protégé qu’un membre d’une organisation terroriste.

Oui, il ne faut pas l’oublier, Internet évolue et s’adapte aux contraintes et aux nouveaux défis qui lui sont proposés, le traquer sur du DDL, c’est l’inciter à chiffrer ses communications. La Hadopi n’est pas la responsable de ceci, tout comme Internet n’est pas responsable du printemps arabe mais, ces deux choses ont en commun le fait d’être un catalyseur qui contribue à l’accélération du changement.

Pour finir, même si je pourrais encore écrire des pages entières sur le sujet, je pense qu’il existe une solution, quelque part, j’aimerais que tout le monde la trouve car, oui, les artistes méritent une rémunération à la hauteur de leur œuvres.

Il en existe bien une, un poil bisounours, mais à laquelle j’adhère à 100% : le meilleur moyen de lutter contre le piratage, (et peut être le seul durable d’ailleurs) c’est d’être en capacité d’être plus efficace que les pirates eux-mêmes, d’être capable de proposer mieux, plus rapidement, avec plus de contenu. Le seul moyen, c’est d’être capable de proposer quelque chose de tellement intéressant que le piratage deviendrait fade à côté.

Merci d’avoir pris le temps de lire ce long, très long billet.

Vous aimez cet article? Partagez-le ;-)

TwitterGoogle +LinkedInMail
Flattr !

12 commentaires to “Hadopi, pour le meilleur et pour le pire…surtout pour le pire.”

  1. avatar

    «Rien ne se crée, rien ne disparait, tout se transforme et Internet est, selon moi, le symbole de ce dicton de TROUVER LE NOM.» ← Hum, au hasard : Lavoisier ?

    Sinon, super article, très bien expliqué, et très réaliste ! 🙂

    Bravo ! 🙂

    • avatar

      Hann, c’est petit :p, tu as reçu un brouillon, il manquait plein de trucs, dont, oui j’avoue, ce nom. Google m’a refresh la mémoire et même que je l’ai trouvé avant d’envoyer le billet sur le blog 😀

  2. avatar

    Proposer mieux que le piratage pour lutter contre le piratage. Steam est un bon exemple de ça, je ne pirate pas de jeux, parce que je veux les avoir sur Steam, je veux mes succès, je veux mes mises à jour auto, je veux mes news et je veux ma communauté. Je ne sais pas à quoi ressemblerait un Steam pour la musique ou pour le film, mais je pense qu’il faudrait s’en inspirer…

    • avatar

      Yep, la façon de fonctionner de Steam est assez particulière et c’est un peu pareil, je veux mes achievement, mes mises à jour, des exclu steam, quelque chose qui me donne envie de rester et de ne pas télécharger. En cela steam réussi à me séduire et certains feraient bien de s’en inspirer.

      • avatar

        Pour moi, Steam, c’est les mises à jour intempestives qui nous empêchent de jouer au jeu tant qu’elles ne sont pas finies (si l’on a pas pensé à désactivé les màj automatiques, mais il faut bien que ça nous arrive une première fois), la galère en cas d’absence de connexion à Internet, la dépendance à un logiciel lourdingue et qui crashe méchamment de temps en temps.
        Les achievements n’ont pas besoin de Steam pour exister ; les mises à jour, ça s’appelle des patchs ; les exclus Steam, c’est encore une dépendance que je trouve insupportable. Et puis m****, à quoi ça sert de faire des boîtes de jeu si elles ne contiennent même plus le jeu ? Et que va-t-il se passer quand Steam disparaîtra, pour les jeux achetés avant ?

        • avatar

          Bonsoir,

          Effectivement, c’est le principal du problème du « cloud computing », tout est dématérialisé et personne n’a de réelles réponses quand à ce qu’il arrivera si Steam s’arrête. Le principe dont je parlais avant était juste le principe commercial ou Steam semble avoir tilté que pour intéresser son public, il faut savoir proposer quelque chose de mieux que ce que les pirates sont déjà en capacité de proposer.

  3. avatar

    ‘Soir,
    « nombre de journalistes / blogueurs / expert hallucinant opposés » humm ils avaient fumé les experts pour être hallucinant 😉

    Je suis toujours sidéré de constater qu’il y a des gens qui acceptent de payer pour obtenir rien /du dématérialisé (des fichiers quoi). Je n’ai rien contre le fait d’acheter un exemplaire (une copie) si celle-ci à un coût de production/distribution (un 33t, une k7, une vhs, un cd, un dvd, un br, etc) mais un fichier ça ne coute virtuellement rien ni a faire ni a distribuer (sauf dans le cas d’une distribution centralisée où il faut considérer les coûts d’hébergement et de bande passante mais c’est bien pour ça que le p2p était si « puissant » et attrayant).
    Bref je suis pas prêt de payer pour obtenir une copie d’un fichier.
    Quand j’achète quelque chose, j’entends pouvoir en faire ce que je veux. Il m’est parfaitement insupportable d’imaginer perdre la jouissance d’une app ou d’un ebook parce que quelqu’un d’autre aurait décidé que j’avais plus le droit de les avoir.
    Je suis disposé à payer un service si celui-ci à une bonne valeur ajoutée (service d’indexation, de recherche etc etc, mais « les piratent » font déjà ça très bien (gratuitement).
    L’ordinateur et Internet sont conçu/fait pour copier/échanger des fichiers (des idées, du savoir, de la culture, etc). Le modèle économique basé sur le contrôle de la distribution des copies (physiques) n’est pas, à mes yeux, compatible avec le modèle Internet (puisque ça coute rien a faire et à distribuer alors ça ne se vend pas, ça s’échange gratuitement).
    Pour « défendre la culture », les « ayant droit » brûlent les biblio/media/thèques (Internet) car elles permettent, sans payer ni la dîme ni la gabelle, au peuple de s’instruire », je ne suis pas prêt de leur pardonner ce crime odieux et abject.
    Je passerai par les urnes les politiques qui trahissent le peuple dont ils ont reçu mandat de représentation pour défendre et préserver l’intérêt général.
    Entre les « ayant droits »,leurs pantins politique et moi, la rupture est complète et définitive : qu’ils crèvent (économiquement et politiquement).
    Jamais jusqu’alors les paroles de l’hymne ne m’étaient apparues si chargées de sens.

    • avatar

      Hello, je crois que ton commentaire est assez clair :D, et, même si rejoins ton point de vue (sur l’Economie de l’abondance vs celle de la rareté, sur le coup de fabrication d’un fichier numérique, …), il ne me semble pas dérésonable de faire payer pour des oeuvres numériques. Certes, fondamentalement, c’est juste un ensemble de 0 et 1 sequencés d’une certaine façon, mais dans un second temps, l’oeuvre a nécessité du temps, de l’argent, des gens et, même si c’est un fichier, je pense que cela mérite rémunération.

      Le problème concerne les échanges non commerciaux, qui se font de plus en plus dézinguer. Comme les moines copistes de l’époque, nous connaissons tout les deux l’issue de tout ceci… la seule inconnue est le temps que cela prendra pour que les perfusions soient débranchées et pour que les vieilles industries laissent la place.

  4. avatar

    Tom pouce y va pas de main morte ! je vois pas qui sont les « ayant droit » par contre..?

    Sinon Merci pour l’article super intéressant (déséspérant) et surtout flippant (pour le Dpi)…

    petite question :
    Est ce que la Quadrature du net va lancer un appel au candidat de 2012 (genre le pacte pour la neutralité du net) ???

    • avatar

      LQDN insiste et communique déjà énormément sur tout ces points, le problème est ailleurs : pour comprendre, il faut savoir écouter… et la… c’est une autre histoire. Les ayant droits dont il est question sont les mêmes que ceux qui, à gros coup de rouleau compresseur, pensent que l’espionnage de tout les Internets est la solution… SACEM & Co.

Rétroliens/Pings

  1. Hadopi, pour le meilleur et pour le pire…surtout pour ... - Pixel libre.net | Internet et le droit | Scoop.it - 1 décembre 2011

    […] Hadopi, pour le meilleur et pour le pire…surtout pour … – Pixel libre.net Le P2P, c'était la bonne époque, celle d'un échange de données parfait, (certes sous droit d'auteur la plupart du temps (mais pas que)), parfait parce que c'était un plaisir de partager, parce que ce n'était pas pour brasser du fric, parce que…… Source: pixellibre.net […]

  2. Attention chérie… ça va couper. | Pixellibre.net - 4 décembre 2011

    […] Hadopi, pour le meilleur et pour le pire…surtout pour le pire. […]