J’accuse. #Botzaris36



Depuis bientôt quelques semaines, des réfugiés tunisiens « errent » dans Paris. Depuis peu, ils occupent (occupaient) les locaux du 36, rue Botzaris, Paris XIXème. Cette adresse, c’est celle du QG, en France, des membres du RCD. Le RCD, c’est le parti politique du dictateur tunisien déchu, Zine el Abidine Ben Ali.

Les sources sur ce drame humain expliquent que des données « qui pourraient déranger » se situent dans les locaux du 36 rue Botzaris, je précise que c’était le siège de la police politique de Ben Ali en France.

Depuis quelques jours, les CRS, les forces de police, la sécurité & co. évacuent bon gré mal gré les réfugiés du 36 rue Botzaris, dans la quasi indifférence de l’ensemble de nos politiques et des médias.

Les premiers ont peut-être peur que des données qui dérangent soient trouvées, les second préfèrent parler de ces données plutôt que du drame humain de #Botzaris36.

Maintenant, passons au coup de gueule. J’accuse :

J’accuse la mairie de Paris et son résident, Mr Delanoé, de ne pas venir en aide à des Hommes qui sont dans le besoin. J’accuse cet homme d’être parfaitement au courant de la situation et de laisser dormir dehors des victimes du régime Ben Ali. J’accuse la mairie de Paris de prendre peur et de préférer l’inaction ou l’évacuation du 36 rue Botzaris à Paris afin de ne pas faire de vagues plutôt que de protéger la vie et la santé d’Hommes. Certains ne parlent pas un mot de français, j’accuse la mairie de Paris de laisser ces Hommes livrés à eux-mêmes en pleine ville, en France, « le pays des droits de l’Homme. »

J’accuse certains médias de préférer le croustillant et le scoop à l’information essentielle : à cette heure-ci, des Hommes sont dans le froid, en pleine rue, issus d’un pays qu’ils ont dû quitter. Les voici livrés à eux même, sans soutien autre que celui de quelques citoyens, @MsTeshi et @Paul_Da_Silva campent cette nuit avec les tunisiens en signe de soutien.

J’accuse certains hommes politiques d’être au courant de tout ceci et de ne rien faire, auraient-ils peur de voir leur nom figurer quelque part dans les archives de Botzaris36 ?

Nous ne parlons pas de barbus, de neutralité des réseaux, du net, nous parlons d’Hommes qui ont dû fuir leur pays et qui sont maintenant livrés à eux même dans des conditions déplorables, dans la plus grande indifférence d’un maire et d’un Etat qui préfère faire taire l’affaire plutôt que d’apporter le moindre soutien à ce peuple.

En tant que citoyen, cette situation m’est insupportable. En tant qu’Homme, elle l’est tout autant. Comment peut-on laisser des Hommes ainsi, sans la moindre aide, la moindre couverture, le moindre logement décent, allant même jusqu’à refuser clairement d’apporter un soutien aux réfugiés (oui, il semble que la mairie ait refusé d’apporter de l’aide, malgré des relances de la part de citoyens)

Messieurs, mesdames, politiques, médias, avant d’exercer votre métier, souvenez-vous que vous êtes des hommes et des femmes, des humains et que, dans de telles conditions, vous n’espéreriez qu’une chose : de l’aide.

Aidons les, aidons les tunisiens, aidons ces Hommes, aidons Botzaris 36. Relayez l’information, faites passez le message, indignez-vous !

(Ps : oui, j’accuse, oui, j’assume mes propos, contestez les, cela ne fera qu’amplifier le bruit autour de l’affaire Botzaris36 !)

C’est avec cette dernière phrase et le cœur retourné que je vous invite à relayer l’info.

Vous aimez cet article? Partagez-le ;-)

TwitterGoogle +LinkedInMail
Flattr !

14 commentaires to “J’accuse. #Botzaris36”

  1. avatar

    Ces hommes n avaient qu arester au lieu d aller en france et chercher a occuper illegallement des locaux, ma compassion va a d autres cas de reel desespoir humain personnellement

  2. avatar

    Petite remarque d’un non-parisien : serait-il possible de laisser un peu de coté le mélodrame et d’expliquer de manière pédagogique ce qu’il se passe ?

    Parce que là j’ai beau lire tous les tweets qui me tombe sous la main je ne comprends toujours rien à cette histoire.

    Si je résume, le gouvernement a expulsé des gens d’un squat ? Arrêtez-moi si je me trompe mais ce genre de truc n’arrive pas quasi tous les jours dans la capitale sans provoquer l’indignation de qui que ce soit ?

  3. avatar

    bonsoir, je suis sur le téléphone donc, courtes explications : des tunisiens, hommes femmes et enfants de tout pages confondus sont arrivés a en France lors de la révolution tunisienne, certains sont passés par l’Italie. Ces tunisiens ont cherché refuge sans en trouver et donc, oui, ils ont effectivement « squatte » un lieu. le dit lieu etait un QG du parti de Ben Ali et de son parti lors des révolutions, sorte d’observatoire en France de la police du dictateur. des documents potentiellement compromettants sur les membres de l’ex parti (noms, prénoms, …) étaient au 36 rue Botzaris, a cet instant ils ont ete évacués, le bâtiment verrouillé et ils se retrouvent donc a la rue. la mairie de Paris a refusé d’aider ces immigrés qui ne sont pas non plus 100 et qui ont, je le rappelle, fuit leur pays. le reste : Google, botzaris 36 en keyword. Sinon oui, beaucoup de gens sont a la rue, c’est un fait, et beaucoup le sont a Paris. la, il est question de gens qui ont fuit leur pays et qui sont chassés, partout ou ils vont…quand a la possibilité d’un hébergement, une association ou autre, tous refusent. la mairie reste dans la silence, les ambassades également et les mosquées pareil.

    • avatar

      Bon et bien je suis désolé, je continue à ne pas comprendre en quoi c’est plus scandaleux que la situation de tous les autres SDF de France.

      Qu’ils soient tunisiens et réfugiés politique ne changent rien à l’affaire.

      J’espère donc que tous ceux qui se mobilisent en ce moment sauront être aussi indignés quand ils croiseront un SDF faisant la manche ou quand le collectif Jeudi Noir lancera une nouvelle action. (parce que l’indignation a géométrie variable c’est un peu facile je trouve)

      • avatar

        une vie est une vie, aucune ne vaut plus cher qu’une autre. Personnellement, je m’indigne et me suis indigné lorsque, par exemple, jeudi noir s’est fait expulser (et mon ancien blog aurait pu témoigner de cela).

  4. avatar

    Il y a des squaters qu’on vide et il y a le drame humain!
    Mais à mon avis il y a des pays plus proches de la Tunisie où ces réfugiés auraient eu moins de problèmes. L’Occident veut se barricader et venir juste chercher son chauffage, son café et son uranium en Afrique…

  5. avatar

    pour ceux qui veulent plus d’info http://goo.gl/SfK4O. et encore celui la http://goo.gl/na0gG

  6. avatar

    « il y a des pays plus proches de la Tunisie où ces réfugiés auraient eu moins de problèmes «

    genre, la lybie ?

  7. avatar

    La ville de Paris a Voté 500 000 puis 700 000 euros en guise de soutien et de logement pour les tunisiens immigrés du 36 rue botzaris ce qui represente plus de 1000 euros mensuel par tete votre information est mal renseignee! C est le gouvernement qui ne fait rien ca leur couterait trop cher de les expulser pas la mairie de Paris!

  8. avatar

    Pour info la révolution tunisienne est finie, il s’agit donc d’une « banale » immigration économique, donc laissons les phrases grandilocantes qui n’apportent rien. Aidons la Tunisie à se reconstruire, rendons la fortune volée au peuple par son dirigeant, et … regardons un peu du côté de l’Algerie et du Maroc
    http://www.courrierinternational.com/article/2009/07/09/mohammed-vi-un-roi-en-or-massif

  9. avatar

    @John : bonsoir, oui, cette info n’était cependant pas disponible à l’époque (l’article à été rédigé à deux heures du matin, quelques heures après l’expulsion des gens de Botzaris)

  10. avatar

    Que le gouvernement rende également l’histoire du peuple tunisien au peuple tunisien alors également, @machin, les archives de botzaris « appartiennent » au peuple. Quasi tout les vestiges de l’histoire du peuple tunisien sous Ben Ali ont été détruites…

Rétroliens/Pings

  1. Billets vue générale by #Botzaris36 - Pearltrees - 8 janvier 2012

    […] J’accuse. #Botzaris36 | Pixellibre.net Les premiers ont peut-être peur que des données qui dérangent soient trouvées, les second préfèrent parler de ces données plutôt que du drame humain de #Botzaris36. Maintenant, passons au coup de gueule. J’accuse : Depuis quelques jours, les CRS, les forces de police, la sécurité & co. évacuent bon gré mal gré les réfugiés du 36 rue Botzaris, dans la quasi indifférence de l’ensemble de nos politiques et des médias. J’accuse la mairie de Paris et son résident, Mr Delanoé, de ne pas venir en aide à des Hommes qui sont dans le besoin. […]