Autoblog de Global Voices (fr)

Ce site n'est pas le site officiel de Global Voices
C'est un blog automatisé qui réplique les articles de fr.globalvoicesonline.org

Des emojis ouïghours pour diffuser un message de résistance culturelle sur les médias sociaux

Tue, 07 Jul 2020 12:28:24 +0000 - (source)

Cette initiative provient de la diaspora ouïghoure de Russie.

L'émoji représente un homme aux cheveux bruns avec une barbichette brune, portant un coeur rouge entre ses mains. Il est lui même intégré dans le symbole d'un coeur rouge.

Voici l'un des emojis représentant un homme ouïghour en vêtements traditionnels. Illustration reproduite avec autorisation.

Des emojis représentant des personnages et la culture ouïghoures, sont désormais proposés sur la plateforme de messagerie cryptée Telegram, à l'initiative de la diaspora ouïghoure dans les pays russophones, qui entend renforcer sa visibilité.

Tandis que les Ouïghour·e·s installé·e·s en Chine vivent des agressions sans précédent à l'encontre de leurs droits humains les plus fondamentaux, la diaspora ouïghoure des pays russophones (environ 350 000 personnes, principalement au Kazakhstan, au Kirghizstan, en Russie et en Ouzbékistan) bénéficie d'une liberté d'expression sensiblement plus grande et peut plaider pour la défense de ses droits. Une association, baptisée Biz Uyghurlar (Nous sommes ouïghours), établie en Russie, diffuse des informations sur la politique, l'histoire et la culture ouïghoures, essentiellement en russe, sur son site web [ru]. Fin juin, le groupe a aussi lancé une campagne de promotion en ligne, pour accroître la visibilité de la communauté grâce à une série de stickers pour l'application Telegram, particulièrement appréciée dans l'espace post-soviétique. Dans le but de mieux comprendre les motivations de la diaspora ouïghoure de Russie à interagir avec les médias sociaux, Global Voices s'est entretenu avec Regina Uygur, coordinatrice du projet aux côtés de Biz Uyghurlar.

Ce qui suit est une version abrégée de l'entretien.

Homme ouïghour jouant l'un des instruments nationaux, le dutar (دۇتتار, en ouïgour). Illustration reproduite avec autorisation.

Filip Noubel (FN) : Comment est née l'idée de fabriquer des stickers Telegram rendant hommage au peuple et à la culture ouïghoures ? 

Регина Уйгур (РУ) Эта идея пришла к нам очень давно, мы просто продумывали как её реализовать. Во-первых, хотелось открыть пользователям богатую уйгурскую культуру, во-вторых привнести и некоторый социальный посыл. Сегодня, когда на нашей исторической Родине уйгуры подвергаются геноциду, а уйгуры в СНГ чувствуют давление и дискриминацию, мы надеемся, что наши стикеры наполнят сердца уйгуров надеждой и гордостью за культуру и историю своего народа. Мы хотим, чтобы и другие пользователи, увидев наши стикеры или пользуясь ими, заинтересовались нашей культурой. Именно отсутствие стикеров с уйгурской тематикой и подвигло нас разработать их. Нам всегда хотелось чтобы уйгурские пользователи русскоязычных платформ могли делиться с другими частичками своей культуры.

Regina Uygur (RU) : Notre idée initiale a germé il y a longtemps, nous avions juste besoin de temps pour la développer. Notre premier objectif consiste à faire découvrir la riche culture ouïghoure aux internautes. Notre second objectif vise à transmettre un message social spécifique, car aujourd'hui, dans notre patrie historique, les Ouïghours subissent un génocide, tandis que ceux vivant dans les États post-soviétiques sont victimes de pressions et de discriminations. Ainsi, nous espérons que nos stickers sauront remplir le cœur des Ouïghour·e·s d'espoir et de fierté à l'égard de leur culture et de leur histoire. Nous souhaitons vivement que d'autres utilisateur·ice·s les découvrent, les utilisent et se familiarisent avec notre culture. Notre motivation réside dans le fait que rien de tel n'existe. Nous avons toujours désiré que les Ouïghour·e·s utilisant les plateformes en ligne de langue russe partagent des aspects de leur culture avec les autres.

L'homme semble se délecter du plat, qu'il mange avec des baguettes. ll a la bouche pleine et le visage détendu.

Homme ouïghour consommant une assiette de lagman [en]. Illustration reproduite avec autorisation.

FN : Avez-vous une estimation du nombre de personnes les ayant téléchargés ? 

РУ На сегодняшний день (30 июня) стикеры скачало 437 человек, они были использованы 1028 раз.Они доступны с 26 ого июня, но разработаны они были гораздо раньше. Мы хотели одновременно разместить их на разных платформах, но потом решили запустить сначала в Телеграмме и услышать отзывы пользователей. Если нас попросят добавить определенные эмоции, костюмы и тд, то мы будем добавлять, а потом уже загружать стикерпак на другие платформы.

RU : En date du 30 juin, 437 personnes ont téléchargé nos stickers et ceux-ci ont été utilisés 1 028 fois. Ils sont disponibles depuis le 26 juin, mais étaient prêts bien avant. Nous voulions les proposer sur différentes plateformes, mais nous avons finalement décidé de les lancer d'abord sur Telegram, et d'obtenir ainsi les impressions des utilisateur·ice·s. Si les gens veulent que nous ajoutions des émotions spécifiques, des vêtements traditionnels, ou autres choses, nous le ferons, et plus tard nous envisageons de les rendre accessibles sur d'autres plates-formes.

Au-dessus du bol de thé, une bannière rouge proclame : "Etkenchay time".

Image du thé au lait ouïgour et d'un morceau de nan, pain traditionnel. Illustration reproduite avec autorisation.

FN : Comment les avez-vous créés et selon quels critères ? 

РУ Над стикерами работала многонациональная группа художников. Разработка проекта началась с определения эмоциональных типажей и бытовых ситуаций знакомых уйгурам: веселый, бунтарский, довольный, удивленный, влюбленный. Идеи разрабатывала Регина Уйгур, а реализовывали их уже художники. Далее это все обсуждалось и редактировалось. На самом деле чтобы разработать уйгурские стикеры, нам пришлось подробно изучить историю и все тонкости нашей культуры. За богатую многовековую историю уйгуров образ национального костюма постоянно менялся, отражая черты той или иной местности. Каждый город на нашей исторической Родине знаменит уникальным национальным нарядом. Поэтому разрабатывая наши стикеры мы хотели передать не только определенную эмоцию, но и отразить всё разнообразие национального колорита. Именно по этой причине у персонажей меняются головные уборы и костюмы. Еще мы хотели передать интересные моменты уйгурского быта: нашу любовь к чаю с молоком (Əткян чай) и лагману, популярную в прошлом веке соколиную охоту, наш музыкальный талант и тд. Мы постепенно будем пополнять коллекцию по мере появления отзывов от пользователей.

RU : Des artistes de diverses ethnies ont travaillé en équipe. Le processus a débuté avec la sélection des émotions et des situations de la vie quotidienne familières aux Ouïghour·e·s : heureux, rebelle, satisfait, surpris, amoureux. J'ai élaboré ces suggestions, puis les artistes les ont transformées en dessins. Ensuite, ils ont été analysés puis remaniés. En fait, une connaissance très détaillée de l'histoire ouïghoure et de toutes les nuances de notre culture a permis la réalisation de ces stickers. Tout au long de notre histoire, certains détails de nos costumes nationaux ont fréquemment été modifiés, reflétant ainsi les spécificités des régions. Voilà pourquoi, lorsque nous avons conçu nos stickers, notre objectif était de présenter non seulement des émotions, mais aussi toutes les déclinaisons de notre ethnicité. Pour cette raison, nos modèles portent des chapeaux et des vêtements différents. Nous souhaitions également évoquer des aspects attrayants de nos traditions : notre amour du thé au lait (Əткян чай), et du lagman [en], nos fameuses nouilles faites à la main, la chasse à l'aigle, populaire au siècle dernier, notre don pour la musique, et plus encore. Nous élargirons notre collection au fur et à mesure des commentaires des utilisateur·ice·s.

Femme ouïghoure coiffée d'un chapeau traditionnel, appelé doppa (دوپپا en ouïghour). Son bras porte l'inscription “Qizlar küchlük”, signifiant “Le pouvoir des filles”. Illustration reproduite avec autorisation.

FN : Sur quoi portent votre projet et votre site web ? 

РУ Этот проект был изначально создан в далеком 2015 году в виде групп в социальных сетях, как эксперимент. Дело в том, что мы, русскоязычные Уйгуры СНГ все знаем нашу великую историю, поддерживаем нашу богатую культуру и чтим древние традиции. Но к сожалению, политические обстоятельства сложились таким образом, что мы были информационно оторваны от нашей исторической Родины. Нам были доступны только новости западных СМИ связанных с политикой и ущемлениями прав человека в Синьцзянском-Уйгурском Автономном Районе. В 2015 было очень мало сайтов которые бы регулярно публиковали интересный контент связанный с интересными личностями и событиями в Уйгурской Автономии.

Поэтому в 2015-2016 годах мы сделали упор именно на этот контент, практически не затрагивая политику, которой, итак, было много на других ресурсах. Эта инициатива вызвала позитивный отклик и нам удалось развить проект благодаря активной поддержке наших подписчиков.

Ситуация изменилась в 2017, когда стало известно о новом секретаре Компартии  в Синьцзяне, Чэнь Цюаньго который проводит «репрессивную кампанию» против уйгуров, направленную на полное уничтожение уйгурской национальной идентичности. А потом стало известно и о проблемах уйгурских общин в Средней Азии, которые тоже страдают из-за китайского влияния.

Мы не стали ломаться под вездесущей цензурой, которая так душит уйгуров как в Китае так и в СНГ, и начали переводить и публиковать материалы связанные с нарушениями прав человека.

RU : Cette initiative a débuté sous une forme expérimentale en 2015, au sein d'un groupe sur les médias sociaux. La réalité est que nous, Ouïghour·e·s russophones des États post-soviétiques, connaissons notre longue histoire, nous nous impliquons dans la richesse de notre culture et saluons nos traditions anciennes. Cependant, la situation politique est si grave que nous sommes séparé·e·s des flux d'information relatifs à notre pays. Nous ne pouvons accéder aux informations sur les violations des droits humains dans le Xinjiang autrement que par le biais des médias occidentaux. En 2015, très peu de sites affichaient des informations pertinentes sur les personnalités et les événements survenant dans la région du Xinjiang.

C'est pourquoi, en 2015-2016, nous avons choisi de nous concentrer sur cette thématique, sans aborder la politique, qui était déjà traitée sur tant de sites. Cette initiative a été bien accueillie et nous a permis de concrétiser notre projet avec le soutien actif de notre lectorat. En 2017, la donne a changé lorsque le nouveau chef du Parti au Xinjiang, Chen Quanguo, est arrivé et a entamé sa campagne répressive de destruction de l'identité nationale ouïghoure. Ensuite, nous avons appris que la Chine exerçait des pressions sur les communautés ouïghoures d'Asie centrale. Nous avons alors décidé de faire fi de la censure, qui étouffe les Ouïghour·e·s en Chine et dans les États post-soviétiques, et nous avons entrepris la traduction et la publication de contenus relatifs aux violations des droits humains. 


L'art de rue dans les manifestations à Tripoli : une interview avec l'artiste libanaise Batool Jacob

Tue, 07 Jul 2020 08:28:03 +0000 - (source)

L'art de rue permet de garder une trace des revendications

Batool Jacob, assise sur des marches en ciment apparent, tient un grand cadre photo où l'on voit un oeil en gros plan et en noir et blanc.

Batool Jacob. Photo tirée de son compte Instagram, utilisée avec permission.

Sauf mention contraire, tous les liens de cet article renvoient vers des pages en anglais.

Depuis le début des manifestations contre le gouvernement libanais, le 17 octobre 2019, l'art de la rue est devenu une autre forme de protestation. L'artiste et activiste Batool Jacob, avec un groupe d'artistes de Tripoli, a amené ses œuvres dans les rues pendant que l'art urbain se répandait sur les murs à l'unisson des voix de la contestation dans les villes.

En octobre dernier, lorsque le gouvernement libanais a voulu mettre en place une taxe sur le service d'appel WhatsApp et d'autres plateformes de médias sociaux, des milliers de Libanais·es sont sorti·e·s pour protester dans différentes villes. Pour elles et eux, cette nouvelle mesure a touché de manière disproportionnée la majorité pauvre. Bien que le gouvernement ait retiré cette mesure, les protestations se sont poursuivies, dénonçant la corruption politique, le système sectaire [es] qui établit des quotas fixes pour les sièges en fonction de la religion, la crise économique, ainsi que la défense des droits des femmes et des groupes minoritaires, y compris les Syriens. Le gouvernement est tombé le 29 octobre, mais lorsqu'un nouveau gouvernement a été établi en janvier 2020, il a été accueilli par de nouvelles manifestations [es]. Depuis le début de ce mouvement, le gouvernement a détenu plus de 450 personnes, dont plusieurs ont déclaré avoir été torturées.

La ville de Tripoli et sa zone nord, où vit une population majoritairement musulmane, ont joué un rôle central dans les manifestations. Auparavant, ces zones manquaient de couverture médiatique. Les manifestations de Tripoli ont donc contribué à effacer les stéréotypes liés à la pauvreté et ont plutôt mis en avant les artistes, les porte-paroles, les jeunes et l'unité de la communauté.

Dans ce contexte, Marta Closa Valero, rédactrice pour Global Voices, a interviewé Batool Jacob, une artiste autodidacte de Tripoli qui a peint du street-art pendant les manifestations de 2019, et continue maintenant à réaliser des œuvres d'art depuis chez elle, tandis que le pays commence à assouplir le confinement dû à la COVID-19.

Marta Closa Valero (MCV) : On trouve de nombreuses œuvres réalisées par des artistes libanais·es sur les médias sociaux liés aux manifestations, comme l'espace culturel « Art of change » à Beyrouth. Vous avez fait un travail similaire à Tripoli, comment ce mouvement a-t-il émergé ? 

Batool Jacob: Street art is a new technique for me, the first job I did was in January together with my friends Ghiath Al Robih  a Syrian Palestinian artist living in Tripoli, and Nagham Abboud, also a Tripoli artist. It's interesting because its the first time in the city that a group of artists have come together for a common cause, to show the revolution and to fight for freedom of expression. Before, each area had its own art exhibitions but there wasn't unity.

Batool Jacob (BJ) : Le street art est une nouvelle technique pour moi, le premier travail que j'ai fait était en janvier avec mes amis Ghiath Al Robih [ar], un artiste palestinien syrien qui habite à Tripoli, et Nagham Abboud, également une artiste de Tripoli. C'est intéressant parce que c'est la première fois dans la ville qu'un groupe d'artistes se réunit pour une cause commune, pour montrer la révolution et lutter pour la liberté d'expression. Avant, chaque quartier avait ses propres expositions d'art mais il n'y avait pas d'unité.

Batool Jacob réalise une peinture sur le sol avec son groupe. Derrière, on aperçoit les hauts immeubles de Tripoli.

“La chute de la Lira”, par Batool Jacob, Ghiath Al Robih et Nagham Abboud. Photo de Joao Sousa, utilisée avec autorisation.

MCV : Quel était le motif pour faire la première œuvre d'art ensemble ? Que vouliez-vous montrer ?

BJ: The work was mostly Ghiath's idea. It consisted of a 3D painting on the ground in the square of the Tripoli revolution. We represented the Lebanese pound falling into the abyss. It is a simple way of portraying what we were living through in real time, we were losing the value of state currency without the government doing anything to save the situation.

BJ : Le travail était avant tout l'idée de Ghiath. Elle consistait en une œuvre en 3D sur le sol de la place de la révolution de Tripoli. Nous représentions la livre libanaise tombant dans l'abîme. C'est une façon simple de représenter ce que nous vivions en temps réel, nous perdions la valeur de la devise nationale [es] sans que le gouvernement ne fasse rien pour sauver la situation.

MCV : Individuellement et en groupe, quels sont les principaux thèmes que vous souhaitez transmettre à travers votre travail ? 

BJ: Our main topic is the revolution, to show how people are oppressed and the harsh conditions that we live in, the Lebanese government does not provide us with basic rights. For this reason, as artists we are looking to do something that cannot be underestimated, that is, we want to put on record the demands of the protests and ensure that our voices are heard. We don't want to lose our right to express ourselves, we have a responsibility to do everything that we can to express our message.

BJ : Notre sujet principal est la révolution, pour montrer comment les gens sont opprimés et les conditions difficiles dans lesquelles nous vivons. Le gouvernement libanais ne nous accorde pas les droits fondamentaux. C'est pourquoi, en tant qu'artistes, nous cherchons à faire quelque chose qui ne peut pas être sous-estimé, c'est-à-dire que nous voulons garder une trace des revendications portées lors des manifestations et assurer que nos voix soient entendues. Nous ne voulons pas perdre notre droit de nous exprimer, nous avons la responsabilité de faire tout ce que nous pouvons pour exprimer notre message.

Batool entrain de peindre  en extérieur. La toile représente un vieil homme de profil et un billet de livre libanaise.

Photo par @pixmotion via le compte Instagram de Batool Jacob, utilisée avec permission.

MCV : Considérant que la rue est un espace masculinisé, avez-vous déjà ressenti qu'il est plus difficile de faire de l'art de rue en tant que femme ?

BJ: Being a woman and wanting to make street art or any other artistic discipline that involves performing on the street is more difficult for a woman. In Lebanese society there are different mentalities, and oppression towards women does exist. Society thinks of women as being confined to the home, cooking and taking care of children. In this way our outlook diminishes considerably. It is this mentality that does not accept a woman on the street painting or performing other forms of art, such as dance. As a woman you are allowed to make art at home and then take it to a gallery, since it does not carry negative consequences because there is no public display. However, when it translates into street art, there is a public exhibition and then you can find yourself in negative situations, with lewd eyes, intimidation and people with a bad opinion of you. This leads many women to not make the leap to street art. Despite these aspects, I would like to give courage to all Lebanese women to take to the streets and carry their skills with them.

BJ : Être une femme et vouloir faire de l'art de rue ou toute autre discipline artistique qui implique de se produire dans la rue est plus difficile pour une femme. Dans la société libanaise, il y a différentes mentalités et l'oppression envers les femmes existe bel et bien. La société considère que les femmes sont confinées à la maison, à la cuisine et à la garde des enfants. Ainsi, notre vision des choses diminue considérablement. C'est cette mentalité qui n'accepte pas qu'une femme peigne dans la rue ou pratique d'autres formes d'art, comme la danse. En tant que femme, vous avez le droit de faire de l'art à la maison et de l'amener ensuite dans une galerie, car cela n'a pas de conséquences négatives puisqu'il n'y a pas d'exposition publique. Cependant, lorsque cela se traduit par de l'art de rue, il y a une exposition publique et vous pouvez alors vous retrouver dans des situations négatives, avec des yeux lubriques, de l'intimidation et des gens qui ont une mauvaise opinion de vous. Cela conduit de nombreuses femmes à ne pas faire le saut vers l'art de rue. Malgré ces aspects, je voudrais donner du courage à toutes les femmes libanaises pour aller dans la rue et porter leurs compétences avec elles.

Un triptypique sur fond blanc : une main tient un revolver, une femme crie, des pétales rouges symbolisent l'éclat de sang.

Photo tirée du compte Instagram de Batool Jacob, utilisée avec permission.

MCV : Ces dernières semaines ont vu de nouvelles manifestations à Tripoli. Quel était le motif de ces manifestations et quelle est votre position en tant qu'artiste et activiste? 

BJ: The latest protests have emerged as a result of the rapid increase in the cost of living, the prices of basic products have increased a lot. People no longer have anything to lose, so they are projecting their anger towards the banks, since they are at the top of the institutions that rob the citizens. Personally, I do not think that this reaction is favorable to recover our money. I do believe in the union of the entire Lebanese population to put pressure on the government and to stifle this chaos.

BJ : Les dernières manifestations sont apparues suite à l'augmentation rapide du coût de la vie : les prix des produits de première nécessité ont beaucoup augmenté. Les gens n'ont plus rien à perdre, alors ils projettent leur colère sur les banques, puisqu'elles sont au sommet des institutions qui volent les citoyens. Personnellement, je ne pense pas que cette réaction soit vraiment propice à récupérer notre argent. Je crois en l'union de toute la population libanaise pour faire pression sur le gouvernement et pour étouffer ce chaos.

Une jeune femme se tient les yeux baissés près d'un tableau où une petite fille s'enveloppe du drapeau libanais, l'air désespéré.

Photo par @ahmed_photo86 via le compte Instagram de Batool Jacob, utilisée avec permission.

MCV : Au vu de la situation actuelle au Liban, comment envisagez-vous l'avenir ? 

BJ: The current situation does not make me feel good for the future. I want to have hope but reality shows us that the situation is getting worse. The surge of COVID-19 cases and the lack of preventative measures on the part of the people can make the situation even worse. Despite this, I wish Lebanon freedom and stability, with my art I will continue to do as much as I can to help raise awareness and transmit the messages of our protests.

BJ : La situation actuelle ne me donne pas un bon sentiment pour l'avenir. Je veux avoir de l'espoir mais la réalité nous montre que la situation empire. L'augmentation des cas de COVID-19 et le manque de mesures de prévention de la part de la population peuvent aggraver la situation. Malgré cela, je souhaite au Liban la liberté et la stabilité. Avec mon art, je continuerai à faire tout ce que je peux pour aider à sensibiliser et à transmettre les messages de nos protestations.


Taïwan : quelle est la prochaine étape après la destitution d'un maire pro-Beijing par référendum révocatoire ?

Mon, 06 Jul 2020 14:05:15 +0000 - (source)

Les politiciens favorables au continent de moins en moins éligibles

Une foule dense est réunie de nuit pour demander la destitution du maire Han Kuoyu à Kaohsiung, Taïwan.

Rassemblement pour la campagne de révocation de Han Kuo-yu le 5 juin 2020. Photo de We Care Kaohsiung.

Sauf mention contraire, tous les liens de cet article renvoient vers des pages en anglais.

Un politicien prometteur et ancien candidat à la présidence, qui a favorisé des relations plus solides avec Beijing, a été révoqué de sa position de maire de la deuxième ville de Taïwan, créant une nouvelle source d'irritation dans un contexte de relations tendues avec la Chine.

Il convient de noter que c'est la première fois qu'un maire est destitué par un référendum de révocation avant la fin de son mandat. Le référendum du 6 juin a servi de prétexte à 939 090 électeur·rice·s pour voter en faveur de la destitution de Han Kuo-yu, et seulement 25 051 ont voté contre.

Conformément à la loi taïwanaise — réformée en 2016 –, pour que la révocation soit acceptée, il faut que plus d'un quart des quelque 2,3 millions d'électeur·rice·s de Kaohsiung approuve cette procédure, et que le nombre de voix en faveur de la révocation soit supérieur à celui des votes contraires.

Selon Han Kuoyu, la campagne de révocation serait une campagne de diffamation à l'échelle nationale organisée par le Parti progressiste démocratique (DPP) majoritaire, dont la candidate Tsai Ing-wen a battu Han Kuoyu aux élections présidentielles de janvier.

Ascension et chute d'un ami de la Chine

Han Kuoyu a remporté les élections municipales de Kaohsiung en 2018 avec 892 545 voix. Le sud de la cité est considéré comme « vert foncé » — ses habitant·e·s ont voté en faveur du Parti progressiste démocratique pro-indépendance pendant 20 ans avant son élection.

La campagne de révocation a été menée par un certain nombre de petits partis politiques. We Care Kaohsiung, l'un des groupes majeurs de citoyen·ne·s impliqué·e·s dans la campagne, a accusé Han Kuoyu d'avoir déçu les résident·e·s de Kaohsiung en se présentant à la présidence plutôt que de tenir ses promesses de résoudre les problèmes de la ville.

Le programme politique de Han Kuoyu est axé principalement sur la prospérité économique et il envisage une coopération économique et politique plus étroite avec la Chine comme la voie unique pour atteindre cet objectif.

En 2018, son slogan pour les élections était « Les marchandises partent. Les gens viennent. Kaohsiung fait de gros profits » (貨出得去,人進得來,高雄發大財). L'objectif était d'intensifier les exportations en direction de la Chine et d'attirer plus de touristes du continent.

Mais l'économie de Kaohsiung n'a pas prospéré alors qu'il a concentré son énergie sur les élections présidentielles de 2020, portant préjudice à sa popularité au niveau local.

Son slogan de campagne pour les élections nationales était « Sécurité pour Taïwan. Des fonds pour le peuple »(台灣安全 人民有錢), sous-entendant que la sécurité et la prospérité nationales de Taïwan dépendaient de ses relations avec la Chine.

La campagne a manqué son but et Tsai Ing-wen a remporté une victoire écrasante [fr].

La défaite de Han Kuoyu au niveau national et local indique les limites des plateformes pro-Beijing dans le contexte actuel de Taïwan.

Les groupes indépendantistes ont accusé Han Kuoyu d'être soutenu par le Parti communiste chinois (PCC). Han Kuoyu a soutenu publiquement le consensus de 1992, un accord signé entre le parti Kuomingtang (KTM) alors au pouvoir et la Chine, dont le principe était « une Chine à multiples interprétations ».

Cependant, en janvier 2019, le leader chinois Xi Jinping est allé plus loin, en amorçant une mouvement [fr] vers l'adhésion de Taïwan au principe « Un pays deux systèmes » dans l'esprit de Hong Kong.

Mais la confusion qui a suivi – déclenchée par les efforts de la Chine pour faire adopter en force une loi d'extradition par ses mandataires au sein du conseil législatif de Hong Kong — a convaincu de nombreux Taïwanais que « Un pays deux systèmes » ne correspondait pas à la réalité.

Chen Yichi, président du Parti pour la construction de l'État de Taïwan, un parti politique en faveur de l'indépendance de Taïwan qui a été un élément moteur lors de la campagne de révocation, a célébré [zh] le succès de la campagne sur Facebook.

韓國瑜罷掉所釋放的國際政治訊息就是,台灣人民向中國說不,讓習近平難堪,挺香港。…💥 內除中共代理人跟滲透,真的是我們要認真實踐的事情啊!

Le message international de la destitution réussie de Han Kuoyu, c'est que le peuple taïwanais a dit non à la Chine, a embarrassé Xi Jinping et a exprimé son soutien à Hong Kong… Nous devons être sérieux et agir en vue de contrer l'infiltration des agents du PCC à Taïwan.

Crise politique au sein de l'ancien parti au pouvoir

Le vote sans appel en soutien à la destitution de Han Kuoyu porte un sérieux coup au KTM qui considérait le politicien porté sur les affaires comme un sauveur  (一人救全黨) et s'était mobilisé autour de lui [zh].

Hung Hsiu-chu, une figure de proue au KTM, s'est joint [zh] à la critique du vote émise par Han Kuoyu et a attaqué le DPP au pouvoir pour son soutien à la campagne.

罷韓程序及過程完全違反了民主的基本原則。執政黨連最基本的行政中立都未遵守、甚至發動綠媒圍剿!根本就是假藉民主之名踐踏民主,製造仇恨對立,已然埋下台灣不公、不義、不安的種子!…無論罷免成功與否,沒有贏家,已是全民皆輸的民主醜聞!民主退步台灣之恥!

La destitution de Han Kuoyu s'oppose au principe de démocratie dans la mesure où le parti au pouvoir n'a pas suivi le principe de neutralité administrative. Il a mobilisé les médias pan-verts pour dénigrer Han Kuoyu. Au nom de la démocratie, il foule aux pieds la démocratie et produit de la haine et de l'antagonisme. Il a semé les graines de l'injustice et de l'instabilité politique dans la ville de Taïwan… Sans tenir compte du résultat, il n'y a pas de vainqueur étant donné qu'il s'agit d'un scandale de démocratie et que tout le monde a perdu. C'est une régression honteuse du développement démocratique à Taïwan.

Mais l'actuel président du KTM Johnny Chiang a adopté une approche différente, en exprimant [zh] son respect pour le choix des électeur·rice·s et en s'excusant auprès des résident·e·s de Kaohsiung de l'incapacité du parti à répondre à leurs attentes.

L'analyste politique axé sur la Chine Alex Payette a prédit une crise au sein du KTM, fondé il y a un siècle et ayant gouverné sans opposition jusqu'à la victoire du DPP aux élections présidentielles [fr] pour la première fois en mars 2000.

La défaite de HanKuoyu #韓國瑜 le 6 juin a déclenché une crise politique au sein du  KMT 國民黨 . On peut observer l'émergence d'un autre parti à Taïwan 台灣, formé par les éléments les plus progressistes du parti nationaliste, alors que l'élite économique taïwanaise attend encore un parti qui adopte une position modérée.

D'autre part, certain·e·s commentateur·rice·s anticipent [zh] le fait que Beijing utilise progressivement des méthodes plus musclées si le KTM décide de renoncer à son principe de « Chine Unique » qu'il défend de longue date.

Kaohsiung doit élire un nouveau maire avant le 12 septembre. Le vice-président du DPP Chen Chi-mai est susceptible d'être présenté pour le scrutin tandis que le KTM n'a pas encore proposé de candidat·e, ni de programme.


Made in China : les détails impitoyables de la loi sur la sécurité nationale de Hong Kong

Mon, 06 Jul 2020 09:37:34 +0000 - (source)

Un État policier, dystopique, surgit des cendres de ses institutions.

Deux femmes et un homme se tiennent debout, un document entre les mains, avec un air plutôt grave. En arrière plan, une grande affiche de Hong Kong. En gros caractères, en anglais et en chinois, on peut lire "La loi de la République populaire de Chine, sur la garantie du secret national, dans la région administrative spéciale de Hong Kong".

Conférence de presse du gouvernement de Hong Kong sur la loi de sécurité nationale. Image tirée de The Stand News.

[Sauf mention contraire, tous les liens renvoient vers des pages en anglais, ndlt.]

Le 30 juin, le texte de la nouvelle loi de sécurité nationale de Hong Kong (HKNSL, acronyme anglais) a été rendu public, pour la première fois, à 23 heures, heure locale. Ce texte n'a pas été adopté par le Conseil législatif de Hong Kong (Legco) et a pris effet immédiatement.

La loi distingue quatre types d'actes criminels – la sécession, la subversion, le terrorisme et la collusion avec une puissance étrangère – dans des termes imprécis, susceptibles de criminaliser un large éventail de discours et d'actes de protestation. La peine maximale prévue pour toutes ces infractions est la réclusion à perpétuité.

La mise en œuvre de la loi relève de la compétence de la Chine et les agences de sécurité continentale ne seront pas tenues de respecter les lois locales de Hong Kong lors des interventions dans la mégapole. Pour cette raison, beaucoup annoncent la fin du principe « Un pays, deux systèmes ».

Les principaux organes de presse ont développé des outils de vulgarisation de la loi.

Nous allons examiner ici les principales inquiétudes évoquées sur Twitter.

Juridiction extraterritoriale

À l'instar de nombreux Hongkongais, le journaliste chinois Allen-Ebrahimian a été abasourdi en lisant l'article 38 de la loi :

Mon Dieu, suis-je bien en train de lire ça ?

Article 38 : la loi est applicable aux personnes qui ne possèdent PAS le statut de résident permanent à Hong Kong, et commettent des crimes tels que définis cette loi, EN DEHORS DE Hong Kong.

Pékin vient de s'accorder une extraterritorialité totale pour… toute la planète ?

— B. Allen-Ebrahimian (@BethanyAllenEbr)

En effet, en vertu de l'article 38 de la loi, quiconque a soutenu les protestations de Hong Kong en faveur de l'autonomie politique pourrait être assujetti à la loi à son entrée sur les territoires chinois, y compris Hong Kong et Macao.

Si la majorité des personnes concernées sont des Chinois·es d'outre-mer et des Hongkongais·es détenteur·ice·s de passeports étrangers, les entreprises et les ressortissants étrangers pourraient également tomber sous le coup de la loi, si on découvrait leur participation à l'une des cinq activités illégales visées par l'article 29 :

Sur cette toile de fond, le Canada, dont deux citoyens ont été emprisonnés pour espionnage en Chine, a émis un avertissement au sujet de Hong Kong à l'attention de ses ressortissants :

La législation sur la sécurité nationale est entrée en vigueur le 1er juillet. Vous êtes peut-être plus susceptible de faire l'objet d'une détention arbitraire motivée par des raisons de sécurité nationale, et d'une éventuelle extradition vers la Chine continentale.

[image] Page de garde du site web du gouvernement canadien sur les voyages vers Hong Kong. On y distingue le drapeau canadien. Au milieu de cette page, il y a un bagage, symbole de voyage, et en grandes lettres est écrit “Hong Kong”. L'image représente en gros plan les doigts d'une main surfant sur un téléphone mobile.

Définitions vagues, criminalisation des manifestations

Le caractère imprécis de la définition des infractions transparaît dans l'ensemble de la loi. Par exemple, l'agression physique et le vandalisme d'installations privées et publiques sont assimilables à des activités terroristes aux termes de l'article 24.

Comme souligné dans une déclaration d'Amnesty International, la définition de la « sécurité nationale », dans la loi nouvellement adoptée, est tellement approximative qu'elle empêche quiconque de déterminer comment et quand il pourrait la transgresser.

Une définition si ambiguë risquerait d'entraîner la criminalisation des échanges en ligne. En effet, au cours d'un point de presse, Zhang Xiaoming, directeur adjoint du bureau de Pékin à Hong Kong et Macao, a déclaré que la notion d'incitation à la haine pourrait être définie de manière aussi large que la propagation de rumeurs sur les forces de police de Hong Kong.

Alvin Lum, journaliste du Hong Kong Citizen News, a tweeté :

Flash info : le député du Bureau des affaires de Hong Kong et Macao (HKMAO), Zhang Xiaoming, a évoqué des rumeurs relatives aux agissements de la police au poste de Prince Edward le 31 août dernier, rumeurs pouvant être interprétées comme une incitation à la haine contre la police, violant ainsi la loi sur la sécurité nationale.

[image] Sur fond bleu, on distingue un homme, en costume cravate, s'exprimant devant un mirco.

Sous cette définition, de nombreux slogans politiques, comme le célèbre slogan « Flics corrompus, que toute votre famille meure ! »(黑警死全家), dénonçant les violences policières lors des manifestations, pourraient être assimilés à un acte portant atteinte à la sécurité nationale.

Opérations impitoyables de la police secrète

Comme cela a été dévoilé précédemment, Pékin établira un Bureau de sécurité intérieure (NSO) à Hong Kong chargé de superviser la mise en œuvre locale de la loi, de recueillir et d'analyser les informations relatives à la sécurité nationale et de gérer les cas d'infractions à la sécurité nationale (articles 48 et 49).

Néanmoins, de nombreuses personnes été choquées de découvrir que l'article 60 spécifie que la police secrète de Pékin ne sera pas assujettie à la juridiction locale dans l'exercice de ses fonctions :

Prenez bien le temps de digérer ceci : la loi sur la sécurité nationale crée une branche de la police secrète à Hong Kong non assujettie à la loi de HK. Ils sont libres de toute action, de brandir une pièce d'identité aux forces de l'ordre locales et de partir. Les potentialités en matière d'abus sont innombrables.

Par ailleurs, l'article 55 confère au Bureau de sécurité intérieure la compétence d'exercer sa juridiction sur des affaires dans trois catégories de circonstances :

Lorsque les affaires tombent sous la juridiction du Bureau de sécurité intérieure, le Parquet populaire suprême de Chine peut désigner des « procureurs compétents » pour superviser les poursuites, tandis que la Cour populaire suprême peut nommer des « tribunaux compétents » pour les procès.

La loi élargit également de manière significative le pouvoir des autorités locales de sécurité de Hong Kong.

Cette loi contraint le gouvernement de Hong Kong à créer trois organes de sécurité nationale, à savoir le Comité pour la sauvegarde de la sécurité nationale (CSNS), un département de sécurité nationale rattaché aux forces de police de Hong Kong, et une division spécialisée chargée des poursuites judiciaires au sein du ministère de la Justice.

Il est intéressant de noter que l'article 16 stipule que le chef du département de la sécurité nationale de la police de Hong Kong est tenu de « respecter l'obligation de secret », autrement dit de ne pas répondre aux enquêtes publiques, y compris aux enquêtes du Conseil législatif, sur les activités du département.

Il convient également de souligner que le département pourra recruter des cadres et du personnel technique compétents, hors de Hong Kong, très probablement en provenance de la Chine continentale.

Le recours au procès secret deviendra une pratique légitime dans la mesure où l'article 46 confère au Secrétaire à la Justice le pouvoir décisionnel concernant le jugement d'une affaire sans jury devant la Haute Cour sur la base de la protection des secrets d'État, de l'implication de facteurs étrangers, de la protection de la sécurité personnelle des jurés et des membres de leur famille, entre autres.

Nulle autre institution locale, ni même le tribunal, ne peut remettre en cause la décision prise par le Comité pour la sauvegarde de la sécurité nationale car l'article 14 de la loi immunise cette institution contre tout recours judiciaire.

Indépendance judiciaire fragilisée

Plusieurs professeurs de droit ont souligné que la nouvelle loi portera atteinte à la pratique de la common law à Hong Kong, le pouvoir d'interprétation incombant au Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale, conformément à l'article 65 de la loi. L'avocat Antony Dapiran, établi à Hong Kong, explique la situation dans un langage clair et simple :

Que représente la loi de sécurité nationale pour l'État de droit de Hong Kong ? Nous disposons désormais d'un texte de loi pénal majeur, prévoyant des peines allant jusqu'à la prison à perpétuité, qu'aucun avocat ou juge de Hong Kong ne peut interpréter ou appliquer avec certitude, et sur lequel ces professionnel·le·s ne peuvent prodiguer de conseils fermes. Pensez-y.

En effet, même sans l'intervention directe de Pékin, le pouvoir du président de la Cour suprême de Hong Kong est fortement affaibli, puisque selon l'article 44, le chef de l'exécutif est habilité à nommer les juges chargés de traiter les affaires de la Cour de sécurité nationale.


Pas de médicament, pas de guérison : la crise pharmaceutique au Soudan

Mon, 06 Jul 2020 08:09:33 +0000 - (source)

La crise a commencé avec la suppression des subventions en 2016

Protestation des pharmaciens soudanais dans l'État d'Aljazeera. Debout, formant une ligne, ils portent de petites pancartes blanches.

Des pharmaciens protestent dans l'État d'Al Jazeera, au Soudan. Photo du Comité central des pharmaciens du Soudan, Al Jazeera, Soudan, 12 juin 2020, utilisée avec permission via Facebook.

Sauf mention contraire, tous les liens de cet article renvoient vers des pages en anglais.

Avez-vous mal à la tête? Imaginez ne pas pouvoir accéder au paracétamol, au panadol ou à la vitamine C. Oui, c'est le cas à Khartoum, la capitale du Soudan, un pays étranglé par une grave pénurie de médicaments.

La crise pharmaceutique a commencé en 2016 lorsque le gouvernement a annoncé qu'il avait supprimé les subventions pour tous les médicaments. L'opposition a appelé à la désobéissance civile pour faire pression sur le gouvernement afin qu'il revienne sur sa décision, mais celui-ci n'a pas cédé. Depuis lors, les prix des médicaments ont augmenté de façon exponentielle au Soudan tandis que le gouvernement n'a pas fait grand-chose pour atténuer la pression.

Pour aggraver les choses, la Banque centrale du Soudan manque des devises nécessaires pour acheter des médicaments essentiels. Le Soudan compte environ 27 entreprises pharmaceutiques qui produisent environ 900 types de médicaments, ainsi que 48 sociétés médicales [fr], mais cela ne répond pas à tous les besoins du pays. L'usine pharmaceutique Al-Shifa, le plus grand fabricant de médicaments du Soudan, a été détruite par une attaque de missiles américains en 1998.

La plupart de ces sociétés importent des médicaments et des équipements médicaux via la Banque centrale du Soudan [ar] (CBOS, acronyme anglais), qui est confrontée à une grave pénurie de devises étrangères.

Le 11 juin, l'Association des pharmaciens professionnels [ar] et le Comité central des pharmaciens du Soudan [ar],  membres de l’Association des professionnels soudanais, ont déclaré une protestation silencieuse pour faire pression sur le gouvernement afin qu'il fournisse un budget mensuel estimé à 55 millions de dollars [ar] pour les médicaments.

Le groupe a créé un hashtag #الدواء_معدوم qui veut dire « les médicaments n'existent pas ».

Dr Akram [ministre de la Santé ] : pour l'instant, nous vous soutenons dans la vérité et vous guidons avec vos défauts à la satisfaction de Dieu. Oui, vous êtes déficient et peu importe la façon dont nous admettons les raisons, la solution reste entre vos mains ou les gens seront confrontés de manière transparente avec ce qui se passe en coulisses.
Le citoyen décède.

En avril, le Conseil national de la pharmacie et des poisons [ar] a convenu avec la Chambre des importateurs de médicaments d'augmenter le prix  [ar] de l'importation de médicaments de 16 % et de majorer de 20 % la marge bénéficiaire des pharmacies, en appliquant cette augmentation rétrospectivement, au bénéfice des sociétés pharmaceutiques.

Cependant, le mois suivant, le ministre de la Santé Dr Akram El-Tom a annulé la décision [ar], en utilisant l'argument que le prix du médicament avait trop augmenté pour être à la portée du citoyen ordinaire. Cette décision reflète les troubles au sein du ministère.

Le 18 mai, la CBOS a annulé 10 % [ar] des revenus des exportations destinés à l'importation des médicaments, ce qui a affecté les stocks de médicaments.

Le Dr Ameen Makki [ar], pharmacien soudanais et activiste politique, a publié sur Facebook [ar] :

We sat with the Minister of Health in several sessions since September 5, 2019, before he became a minister, and we presented him with all the medical problems in the last five years, proposals for solutions, and even the amount of medicines in the storages and we told him that we will reach a stage that we may not find Panadol. All these sessions were attended by experts and consultants working in this field. All plans were aimed at providing an effective, safe and affordable medicine for citizens. In February, Sudan’s Central Pharmacists Committee invited a conference inviting all partners from the National Council of Pharmacy and poisons, the Ministry of Finance, the Central Bank of Sudan, the National Fund for Medical Supplies, members of the Sovereign Council and the Ministry of Health, but the Minister of Health did not attend and did not send a representative. The minister's dealings were with complete neglect of this file, and we every day sounded the alarm to him until we reached this critical stage…

Nous avons rencontré le ministre de la Santé en plusieurs séances depuis le 5 septembre 2019, avant qu'il ne devienne ministre, et nous lui avons présenté tous les problèmes médicaux des cinq dernières années, des propositions de solutions, et même la quantité de médicaments en stock et nous lui avons dit que nous atteindrons un stade où nous ne trouverions peut-être pas Panadol. Toutes ces sessions ont été suivies par des experts et des consultants qui travaillent dans ce domaine. Tous les plans ont pour but de fournir aux citoyens des médicaments efficaces, sûrs et abordables. En février, le Comité central des pharmaciens du Soudan a organisé une conférence invitant tous les partenaires du Conseil national de la pharmacie et des poisons, du ministère des Finances, de la Banque centrale du Soudan, du Fonds national pour les fournitures médicales, des membres du Conseil souverain et du ministère de la Santé , mais le ministre de la Santé n'est pas venu et n'a pas envoyé de représentant.

En juillet dernier, les Nations Unies ont également affirmé que le Soudan faisait face à une grave pénurie de médicaments en raison de sa crise économique actuelle.

Quatre pharmaciennes soudanaises portent des pancartes A4 pour protester contre la crise de la pénurie de médicaments dans le pays.

Des pharmaciennes soudanaises protestent contre la crise de la pénurie de médicaments dans le pays. Photo du Comité central des pharmaciens du Soudan, Khartoum, Soudan, 12 juin 2020, utilisée avec permission via Facebook.

Les débuts de la pénurie critique de médicaments

En décembre 2018, le ministre fédéral de la Santé Mohammed Abuzaid a avoué que la « pénurie de médicaments au Soudan était grave » et a tenu la CBOS responsable.

Selon un rapport de mars 2020 par le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (UNOCHA), la crise économique au Soudan continue d'affecter la disponibilité des médicaments.

Un bulletin statistique sur le commerce international  [ar ; en ; pdf] édité par de la CBOS en 2019 montre que le Soudan a importé pour 367 millions de dollars américains de médicaments au cours du quatrième trimestre de 2019. Il s'agit d'une augmentation d'environ 47 millions de dollars (15 %) par rapport à 2018, mais d'une baisse de 91 millions de dollars (20 %) par rapport à 2017 (voir figure 1).

Visuel accompagnant le rapport de l'UNOCHA sur la situation au Soudan, mars 2020. On constate une chute de 20% des importations de médicaments en 2019 par rapport à 2017.

Figure 1 : Capture d'écran du rapport de l'UNOCHA sur la situation au Soudan, mars 2020.

La pénurie de devises a créé un marché noir qui a provoqué une augmantation de l'inflation qui atteignait presque 118,18 % au 3 juin, selon un rapport mensuel sur l'inflation au Soudan par le professeur Steve Hanke [fr].

Le marché noir sert de solution à court terme, permettant au commerce des médicaments au Soudan de se poursuivre par le biais de petits commerçants qui font entrer clandestinement des médicaments des pays voisins dans leurs bagages.

Cependant, ces médicaments ne sont pas soumis à des contrôles de qualité et d'efficacité.

La contrebande a ralenti à cause de la fermeture des frontières le 16 mars dernier, une mesure destinée à éviter la propagation du COVID-19, mais qui rend encore plus difficile l'accès aux médicaments essentiels sur le marché noir.

Le taux d'inflation au Soudan est en augmentation constante depuis 2017, le taux annuel atteignant plus de 118% en mars 2020.

Figure 2 : Taux d'inflation au Soudan, juillet 2017-juin 2020, selon le professeur Steve Hanke via Twitter.

COVID-19 : cherchez le coupable

Depuis mars, lorsque la pandémie de COVID-19 a frappé le Soudan, les prix des équipements de protection individuelle (EPI) ont augmenté de plus de 300 % en raison de leur rareté [ar].

Les services médicaux ont presque cessé car de nombreux patients et médecins ont arrêté de se rendre dans les hôpitaux et les centres de santé par peur d'être infectés par le virus. Au 18 juin, plus de 8 000 personnes avaient contracté le COVID-19 et près de 500 personnes sont décédées. Cependant, il n'y a pas de compte officiel du nombre de décès dus à d'autres maladies, dont les effets ont été aggravés par la pénurie de médicaments.

Pendant ce temps, les médias sociaux soudanais ont récemment débordé de condoléances [ar], dont celles du ministre des Affaires religieuses [ar] qui a reconnu la mort de plusieurs ecclésiastiques.

La réponse au COVID-19 a été âprement débattue au Soudan, où le blâme est jeté à tour de rôle sur le ministère de la Santé et sur le ministère des Finances.

Une lettre divulguée du ministre de la Santé, Dr Akram El-Tom.

Une lettre divulguée du ministre de la Santé, Dr Akram El-Tom.

Dans une lettre désormais divulguée, le ministre de la Santé, El-Tom, a accusé le ministre des Finances Ibrahim al-Badawi de dépenser l'aide étrangère destinée au coronavirus pour l'électricité et les factures des diplomates.

La lettre accusait également M. Badawi de ne pas avoir payé la facture de médicaments du pays depuis décembre 2019 :

I remind you that you promised to provide monthly 20 million dollars as a partial payment of the medicine bill …I remember that the time when the Ministry of Finance made individual decisions to determine the resources of other ministries has ended on the day that this government was sworn in after a revolution that sacrificed the blood of its martyrs.

Je vous rappelle que vous avez promis de verser 20 millions de dollars par mois en paiement partiel de la facture des médicaments… Je me souviens que le moment où le ministère de Finance prenait des décisions individuelles pour déterminer les ressources des autres ministères s'est terminé le jour où ce gouvernement a été assermenté après une révolution qui a sacrifié le sang de ses martyrs.

M. Elbadawi, du ministère des Finances, a répondu :

The Ministry of Finance and Economic Planning flatly denies the rumor circulating that the Ministry of Finance has acted in any of the benefits or grants in kind or cash that were provided to Sudan to confront the coronavirus for other purposes than that. The Ministry of Finance and Economic Planning confirms that all these subsidies and grants that have reached Sudan have been fully utilized to confront this pandemic…

Le ministère des Finances et de la Planification économique a catégoriquement nié la rumeur qui circule selon laquelle le ministère des Finances aurait agi dans le cadre des avantages ou subventions en nature ou en espèces qui ont été accordés au Soudan pour lutter contre le coronavirus à d'autres fins que celle-là. Le ministère des Finances et de la Planification économique confirme que toutes ces subventions arrivées au Soudan ont été pleinement utilisées pour lutter contre cette pandémie …

Ce jeu des accusations incite les citoyens à se demander quand et comment cette crise sera résolue.


À quoi ressemble la vie d'un Chinois installé à Hong Kong, qui soutient le mouvement de protestation ?

Sun, 05 Jul 2020 09:18:34 +0000 - (source)

Un groupe Facebook soutient cette frange de la population.

Un couple de mariés, lui en costume et elle, dans une robe blanche, apparaissent de dos. Tous les deux tiennent une banderole sur laquelle on peut lire "Libérez Hong Hong, Révolution de notre époque".

Sur la banderole, on peut lire : “Libérez Hong Kong. La révolution de notre temps.” Image tirée du site d'actualités Stand News.

[Sauf mention contraire, tous les liens renvoient vers des pages en chinois, ndlt.]

Un an après le lancement des manifestations contre l'extradition vers la Chine, le média en ligne hongkongais Stand News a préparé une série d'articles sur le mouvement d'opposition. Dans le reportage ci-après, Stand News a rencontré un certain nombre de Chinois du continent, victimes de menaces et de harcèlement pour avoir soutenu les mouvements de protestation à Hong Kong. La version originale du reportage ci-après est parue en chinois le 16 juin 2020. Nous en publions ici une version remaniée, dans le cadre d'un accord de partage de contenu. Traduction en anglais par Winnie Ko.

Huaming (pseudonyme), est un Chinois du continent, arrivé à Hong Kong en 2014 en tant qu'étudiant – à la même époque où explosaient les protestations pro-démocratiques massives, plus connues sous le nom de « révolution des parapluies ».

Depuis, le paysage politique de la ville a subi des bouleversements radicaux. Ses études à Hong Kong lui ont donné la chance de vivre un mouvement social unique. Régulièrement, Huaming a fait part de ses réflexions sur la vie quotidienne et politique à Hong Kong, via ses publications Weibo.

Le 17 novembre 2019 au matin, alors que les forces de police de Hong Kong décidaient de boucler le campus de l'université polytechnique de Hong Kong, Huaming a constaté, à son réveil, que son compte Weibo débordait de commentaires. Quelqu'un lui a reproché d'être pour « l'indépendance de Hong Kong » et l'a traité de « petite merde ». Un autre l'a même menacé : « Mec, quand rentres-tu en Chine ? Je viens te chercher à l'aéroport ».

Dénonciations calomnieuses

Depuis le mois de juillet de l'année dernière, un grand nombre de citoyen·ne·s chinois·es du continent, soutenant ou approuvant le mouvement contre la loi d'extradition de Hong Kong, ont été calomnié·e·s et signalé·e·s aux écoles, aux agences pour l'emploi, aux filiales du Parti et même auprès de la police.

Ce procédé a permis de révéler publiquement leurs noms, photos de famille et numéros de téléphone. La cyberintimidation (doxing) peut devenir un véritable harcèlement au quotidien. Parfois, les victimes ont été convoquées par la sécurité publique chinoise à leur retour en Chine, et leurs familles ont également été interrogées par les autorités. Huaming a compris, aux travers des remarques malveillantes formulées sur ses médias sociaux, qu'il avait été dénoncé.

I did a search on my user account on Weibo and found a user with hundreds of thousands of followers had screenshotted one of my posts and exposed me as a mainlander studying in Hong Kong. (The user's post noted) that I support the demands of young people while making no contribution to (Chinese society).

En effectuant une recherche sur mon compte utilisateur Weibo, j'ai constaté qu'un utilisateur, suivi par des centaines de milliers de personnes, avait réalisé une copie d'écran à partir de l'un de mes messages, et m'avait présenté comme un « citoyen du continent » étudiant à Hong Kong. (Son billet a indiqué) le fait que je suis favorable aux revendications de la jeunesse, sans pour autant contribuer à la (communauté chinoise).

Huaming a alors désactivé son compte immédiatement, et le harcèlement en ligne a disparu quelques jours plus tard. Il a également modifié le nom public de son compte WeChat, effacé presque tous les articles publiés, et fait le tri dans sa liste de contacts :

I blocked about 300 to 400 accounts with suspicious names, those with the Chinese flag as profile pictures and people with a warrior-like tone.

J'ai bloqué entre 300 et 400 comptes dont les noms étaient suspects, les comptes avec le drapeau chinois en guise de photo de profil, et les personnes avec un esprit belliqueux.

Ensuite, il a changé de nom sur Facebook, a modifié les paramètres de confidentialité et a supprimé tous les textes et photos se rapportant aux manifestations de Hong Kong.

Asphyxie

L'année dernière, les récits de citoyen·ne·s du continent soutenant le mouvement de Hong Kong contre la loi d'extradition de la Chine et dont les données personnelles ont été divulguées par des collègues, des ami·e·s ou même des parents sur les médias sociaux, sont devenus monnaie courante.

Bien souvent, les conversations sur des timelines personnelles ou les forums de discussion ont été enregistrées comme preuves de leur « trahison politique » envers la « mère patrie ».

Sous le hashtag officiel de Weibo, « Opération de la mère patrie contre les personnes vêtues de noir »(祖國反黑), on trouve beaucoup de messages diffamatoires, et plusieurs « listes de cafards », (cockroaches lists, terme utilisé par la police de Hong Kong pour désigner les manifestants). Ces publications sont souvent partagées des dizaines de milliers de fois.

Parmi les sites de doxing [campagne malicieuse en ligne consistant à révéler les informations personnelles de personnes visées, ndlt] les plus prisés de Weibo, citons « Les cigales de l'aube » (孤煙暮蟬), avec six millions d'adeptes, et « Aigle de Dieu » (上帝之鷹), qui est suivi par 2,2 millions d'internautes. Huaming a indiqué :

Once they set you as target, their followers dig up all your personal information.

Après vous avoir désigné pour cible, leurs contacts fouillent toutes vos informations personnelles.

Yunqi Wang, une citoyenne du continent utilisant un pseudonyme, évoque une existence « étouffante ». Yunqi Wang a rejoint Hong Kong en 2015. Elle a obtenu son diplôme universitaire et s'est inscrite à un programme de doctorat en droit au moment où le mouvement anti-extradition prenait naissance.

La plupart de ses collègues étudiant·e·s appartiennent à l'élite continentale et estiment normal que Pékin ambitionne de prendre le pouvoir suprême sur Hong Kong, nonobstant le principe « Un pays, deux systèmes ».

Même si elle désapprouve de telles opinions, elle ne pouvait pas s'exprimer en classe :

Because it is safer not to speak up. You pay a high price for expressing your views. What if they took a picture and reported you?

En effet, il est plus prudent de se taire. On paie le prix fort lorsque l'on exprime ses opinions. Que se passera-t-il s'ils vous prenaient en photo et vous dénonçaient ?

Progressivement, elle ressent de la distance entre elle, ses ami·e·s et sa famille.

There is a big information gap between us. Many people learned about the events in HK because the journalist from (Chinese state-owned) Global Times was beaten up. They would ask, how can you turn a blind eye to such violence? A good friend from secondary school scolded me, I deleted friends one by one — it hurt.

Il y a un énorme décalage en matière d'information entre nous. Nombreux sont ceux qui ont été informés des événements de Hong Kong, parce que le journaliste du Global Times (appartenant à l'État chinois) a été tabassé. Ils demandaient : comment pouvez-vous ignorer une telle violence ? Un ami du lycée m'a injurié, et j'ai fini par supprimer, un·e par un·e, mes ami·e·s – ça fait mal.

En novembre, en proie à un stress émotionnel, Yunqi Wang a décidé de suspendre ses études.

My mental status has been affected by the movement and I haven't been well. I attended the remembrance event of the university student Tsz-lok Chow after he passed away. The siege of the Chinese University of Hong Kong came on top of everything else and my emotions reached a tipping point. I felt that I couldn’t hold on anymore.

Ce mouvement a affecté mon état mental et je ne me suis pas sentie en grande forme. J'ai assisté à la cérémonie en mémoire de l'étudiant universitaire, Tsz-lok Chow, après sa disparition. Le siège de l'université chinoise de Hong Kong est venu s'ajouter à tout le reste et mes émotions ont atteint un point de non retour. J'ai compris que je ne pouvais plus résister.

De nombreuses personnes engagées dans le mouvement de protestation ont souffert de problèmes de santé mentale. Mais, pour les Chinois·es du continent qui soutiennent ce mouvement, les sensibilités ont été exacerbées par des actes de discrimination.

Certains magasins, engagés dans le mouvement de protestation, ont spécifié qu'ils ne serviraient pas les consommateur·ice·s provenant de la Chine continentale après le déclenchement de l'épidémie de COVID-19 :

I don’t know what the definition of a Hongkonger is. If they refer to someone residing in Hong Kong and speaking Cantonese, that is me! Glory Café [a famous pro-protest restaurant] made it clear that it doesn’t serve customers from the mainland or those who speak Mandarin. This made me think — I treat Hongkongers as comrades, but do they treat me as one of them? I wasn’t actually accepted…I am not patriotic in China, I hate the nation and the party, but in the eyes of Hongkongers I am a Chinese. My identity is vague, whether as a Chinese or as a Hongkonger.

Je ne connais pas la définition d'un·e Hongkongais·e. Si l'on parle d'une personne résidant à Hong Kong et parlant le cantonais, alors c'est moi ! Le Glory Café [célèbre restaurant engagé dans des actions de protestation] a clairement indiqué qu'il ne sert pas les client·e·s de la Chine continentale ni les personnes dont le mandarin est la langue maternelle. Ceci m'a amené à réfléchir : je considère les Hongkongais·es comme mes amis, et eux, me traitent-ils comme l'un des leurs ? En fait, ils ne m'ont pas vraiment accepté… En Chine, je ne suis pas patriote, je hais la nation et le Parti, en revanche, aux yeux des Hongkongais, je suis Chinois. Mon identité est floue, peu importe que je sois Chinois ou Hongkongais.

Un groupe Facebook soutient cette minorité d'opinion

Les conflits entre le continent et Hong Kong ne sont pas récents. Liqi Zhou (pseudonyme) a rejoint Hong Kong avec ses parents lorsqu'il était au lycée, et a alors vécu les aléas des relations entre la Chine continentale et Hong Kong, au cours des deux dernières décennies.

Liqi Zhou a expliqué que ces relations se sont progressivement dégradées, et a imputé cette situation aux différents degrés de répression que Pékin a exercés sur Hong Kong depuis la rétrocession.

Hélas, a-t-il ajouté, la rancœur à l'égard du régime retombe souvent sur les individus.

Au mois de novembre dernier, Liqi Zhou a entrepris de recueillir des articles anonymes depuis la page Facebook « Étudiants de la Chine continentale soutenant les protestations de Hong Kong ». Ce projet est désormais bien connu sous le nom de « Projet : dans le creux de l'arbre » (內地生撐香港).

We know that there is more than one voice in China, we care about the minority who are between the gaps, speaking Mandarin and from the mainland, yet feel connected with Hong Kong, and therefore feeling its pain. We know you face pressure from the friends and relatives, omnipresent propaganda, persecution, doxxing, punishment and the spread of antagonism inside Hong Kong. Life is tough. We know you find it difficult to join the front lines and peaceful protests — even saying something publicly comes with immense pressure. This Tree hole is to let everyone know, no one is an island nor an outsider.

Nous savons qu'il existe plus d'une voix en Chine, nous nous préoccupons de la minorité, située entre les deux, qui parle le mandarin et est originaire du continent, tout en se sentant connectée à Hong Kong, et par voie de conséquence ressentant sa douleur. Nous savons que vous subissez la pression de vos amis et de votre famille, la propagande omniprésente, la persécution, les diffamations, les punitions et la diffusion de l'antagonisme à Hong Kong. C'est une vie compliquée. Nous savons combien il vous est pénible de rejoindre les lignes de front et les manifestations pacifiques – le simple fait de dire quelque chose en public s'accompagne d'un énorme stress. Le projet « Dans le creux de l'arbre » est destiné à informer tout le monde, nul n'est une île ou un étranger.


Communauté LGBTQ+ et personnalités politiques saluent le Monténégro pour sa loi sur l'union des couples de même sexe

Sat, 04 Jul 2020 13:44:11 +0000 - (source)

Les militant·e·s attendent maintenant que la loi soit appliquée.

Quatre femmes tiennent des panneaux aux couleurs arc-en-ciel, en soutien au mariage pour tous au Monténégro.

Des militantes monténégrines à la SeaSide Pride de 2013, à Budva, tiennent des pancartes déclarant “Je suis comme vous” “Pour le droit au mariage”, “L'amour, c'est l'amour” et “Je vote pour l'amour”. Photo par LGBTQ+ Forum Progres, sous licence CC BY-NC-SA.

Le parlement monténégrin a adopté une loi sur l'union civile des couples de même sexe, faisant du Monténégro le premier pays de l'ouest des Balkans à reconnaître légalement les unions entre personnes de même sexe.

Cette loi, adoptée le premier juillet, ne comprend pas [cnr] de disposition pour ouvrir l'adoption d'enfants aux couples de même sexe. En dehors de cela, leurs droits sont les mêmes que ceux des couples hétérosexuels, y compris en matière de droits patrimoniaux, de droits de succession et de protection sociale.

Les associations LGBTI Forum Progres et le Centre Social LGBTI, ainsi que les membres de leur communauté, ont salué l'adoption de la loi, et félicité [cnr] les personnes LGBTQ+ pour cette avancée historique.

Činjenica da je konačno usvojen Zakon o životnom partnerstvu ima neizrecivo velik značaj za sve LGBTI osobe u Crnoj Gori. Ovo je nesaglediv pomak naprijed za crnogorsko društvo, na naročitu radost cjelokupne LGBTI zajednice. Kao organizacija koja niz godina zagovara pravno prepoznavanje istopolnih zajednica i kao aktivni učesnici Radne grupe koja je kreirala ovaj Zakon, veoma smo srećni zbog ovakvog ishoda koji smo dugo čekali. Sada ostaje ono ključno – primjena ovog zakona u praksi – što je sljedeći veliki korak u procesu zaštite ljudskih prava LGBTI osoba.

Que cette loi sur l'union civile soit enfin adoptée, cela revêt une importance incommensurable pour les personnes LGBTI du Monténégro. C'est une grande avancée pour la société monténégrine, qui réjouit toute la communauté LGBTI. En tant qu'association qui milite pour la reconnaissance légale des unions de même sexe, et ayant participé au groupe de travail qui a rédigé cette loi, nous sommes tellement heureux de cet aboutissement tant attendu. Reste maintenant à faire appliquer cette loi en pratique, ce qui sera la prochaine étape du processus de protection des droits fondamentaux des personnes LBGTI.

Le Monténégro a parcouru un long chemin en ce qui concerne la lutte contre l'homophobie ces dernières années.

En 2013, la première Marche des Fiertés avait fait l'objet de violences, d'appel au meurtre et d'insultes de la part d'une contre-manifestation d'environ 200 personnes.

En 2015, les autorités monténégrines avaient interdit la Marche des Fiertés [en], jugeant sa tenue « trop risquée », la police s'étant déclarée incapable de protéger les participant·e·s des menaces de violence de la part de groupes homophobes.

Plus récemment, les Marches de 2017 se sont déroulées sans incident [en], et l'édition 2018 a vu la participation de personnalités politiques de haut rang [en].

L’an passé, le parlement avait échoué à faire voter la loi sur l’union des couples de même sexe, le quorum nécessaire au vote n’ayant pas été atteint

Milo Đukanović, actuel président et haut cadre du gouvernement monténégrin depuis 1991, a salué ce progrès, qui, selon lui, illustre l'avancée du pays dans son rapprochement des « démocraties les plus développées du monde ».

Le Monténégro fait un pas de plus pour rejoindre les démocraties les plus développées du monde ! Avec l'adoption de la loi relative à l'union civile des personnes de même sexe, le Monténégro offre pour la première fois un cadre juridique à la population homosexuelle !

Le Premier ministre Duško Marković s'est également félicité [cnr] de l'adoption de la loi.

Ovo je veliki iskorak u pravom smjeru za crnogorsko društvo, njegovu demokratsku zrelost i proces integracije. Ravnopravnost i jednaka prava za sve osnov su ljudskih i evropskih vrijednosti. Zahvaljujem LGBTIQ zajednici na dijalogu i doprinosu. U evropskoj Crnoj Gori nema i ne treba da bude mjesta za diskriminaciju po osnovu seksualnog opredjeljenja.

C'est un grand pas dans la bonne direction pour la société monténégrine, sa maturité démocratique et sa démarche d'intégration. L'égalité et les mêmes droits pour tous sont le fondement-même des valeurs humains et européennes. J'aimerais remercier la communauté LGBTIQ pour le dialogue et sa contribution. Il n'y a pas de place pour la discrimination en raison de l'orientation sexuelle dans un Monténégro européen.

Les ambassadeurs du Royaume Uni et des États-Unis ont eux aussi salué [cnr] le vote de la loi.

La militante Bojana Jokić, du LGBTI Forum Progress, se montre toutefois prudente, faisant référence aux récentes limitations [en] des rassemblements publics :

Iako je današnje glasanje velika stvar za Crnu Goru, želim kratko da se osvrnem i na dešavanja koja minulih sedmica potresaju naše društvo. Kao aktivistkinja i građanka sam zabrinuta zbog ograničavanja ljudskih prava i sloboda kojima svjedočimo, a koja nas podsjećaju da niko od nas nije slobodan i jednak dok svi u društvu nisu slobodni i jednaki.

Même si le vote d'aujourd'hui est important pour le Monténégro, j'aimerais évoquer les événements qui ont secoué notre société ces dernières semaines. En tant que militante et citoyenne, je m'inquiète des limitations des droits humains et des libertés, ce qui nous rappelle que nous ne sommes pas libres et égaux tant que toute la société n'est pas libre et égale.


Des craintes pour la liberté d'expression au Timor-Leste, où la diffamation risque d'être à nouveau criminalisée

Sat, 04 Jul 2020 09:37:33 +0000 - (source)

L'amendement serait justifié par l'usage potentiellement délictueux des réseaux sociaux

Groupe de femmes apprenant à utiliser un ordinateur au Timor-Leste.

Cours d'informatique au Timor-Leste. Photo de José Fernando Real, sous licence Wikimedia Commons (CC BY-SA 4.0)

[Tous les liens de cet article renvoient vers des pages en anglais, ndlt.]

Des responsables des médias et de la société civile au Timor-Leste ont exprimé leurs inquiétudes face à la possible réintroduction de la loi sur la diffamation criminelle dans le pays.

Le 5 juin, le ministre de la Justice a annoncé que le projet de loi [pdf], qu’il envisage de soumettre au Conseil des ministres, restaurera dans le Code pénal du pays le délit de diffamation criminelle, aboli par le gouvernement en 2014 avec l’adoption d’un nouveau Code de la presse.

Le projet prévoit que quiconque « allègue/impute un fait ou porte un jugement dépréciatif qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération d’une personne, ou communique cette allégation, cette imputation ou ce jugement à un tiers » peut être poursuivi pour diffamation criminelle. La peine encourue est de un an d’emprisonnement ou une amende, mais les contrevenants sont passibles d’une peine allant jusqu’à trois ans de prison si le plaignant est un fonctionnaire ou si les propos tenus sont diffusés par les médias traditionnels ou sur les réseaux sociaux. Quiconque diffame une entreprise, un·e ancien·ne représentant·e du gouvernement ou une personne décédée encourt également une peine en vertu de la loi.

Parmi les raisons justifiant l’amendement du Code pénal, le document mentionne [pdf] l’utilisation généralisée des réseaux sociaux :

…through the media and social networks, the offenses against honour, good name and reputation are amplified, thus causing repercussions that affect more seriously the dignity of those targeted, and also the dignity of the State, who should also be responsible for protecting its own dignity.

[…] sur les réseaux sociaux et dans les médias, les délits portant atteinte à l’honneur, à la considération et à la réputation sont amplifiés, entraînant de fait des répercussions qui nuisent plus gravement à la dignité des personnes ciblées, ainsi qu’à la dignité de l’État, qui doit également assumer la protection de sa propre dignité.

Cependant, José Ramos-Horta, lauréat d’un prix Nobel et ancien président, a mis en garde le gouvernement sur les potentielles répercussions de ce projet de loi sur la liberté d’expression. Il a également émis des doutes quant au fait que les problèmes du pays puissent raisonnablement être imputés à l’utilisation généralisée des réseaux sociaux :

I do not see that over the years the proliferation of social networks has affected in any way, the security, peace or development of the country and the dignity or prestige of the government.

If we do not want the media and social networks to report embarrassing things that do not dignify, let us behave with greater civility.

Je n’ai pas constaté que, au fil des ans, la prolifération des réseaux sociaux a compromis de quelque façon la sécurité, la paix ou de développement du pays ou encore la dignité et la considération du gouvernement.

Si nous ne souhaitons pas que les médias ou les réseaux sociaux rapportent des faits embarrassants qui nous portent préjudice, faisons preuve de plus de civilité.

Cette dernière phrase faisait référence à une violente altercation qui a opposé des membres du Parlement lors d’une séance, en mai.

Dans une déclaration du 15 juin à l’attention du gouvernement, l’organisation de société civile La’o Hamutuk a affirmé que « personne ne devrait avoir peur de dire la vérité ». L’organisation a alerté sur les potentielles conséquences [pdf] du projet de loi pour les citoyen·ne·s :

This draft law threatens everyone, particularly vulnerable people without political connections or financial resources. The law has the potential to silence women who have experienced violence or sexual assault, and prevent them from writing or talking about their experiences without hard evidence.

Ce projet de loi menace tout un chacun, particulièrement les personnes vulnérables sans relations politiques ou ressources financières. La loi risque de museler les femmes victimes de violences ou d’agression sexuelle et de les dissuader d’écrire au sujet de leurs expériences ou de les raconter, sans preuve tangible.

La’o Hamutuk a ajouté que les autorités seraient susceptibles d’utiliser la loi sur la diffamation pour compromettre l’activité d’organisations de société civile :

If we suggest that policies promoted by politicians to spend hundreds of millions on roads and airports rather than on health and education endanger the lives of ordinary people, could the Government file a case against us? If we oppose military leadership using armed force to limit election campaigning, will the state put us in prison?

Si nous suggérons que les politiques promues par les politicien·ne·s, qui engendrent des dépenses de centaines de millions de dollars pour des routes et des aéroports plutôt que pour la santé et l’éducation, mettent en danger la vie des citoyen·ne·s, le gouvernement est-il en droit de nous poursuivre ? Si nous nous opposons à la militarisation qui restreint les possibilités de campagne électorale en ayant recours aux forces armées, l’État va-t-il nous envoyer en prison ?

Virgilio Guterres, président du Conseil de la presse du Timor-Leste, a critiqué la « consultation publique précipitée » et l’introduction inopportune de cette mesure « en plein état d’urgence alors que la majorité de la population se préoccupe avant tout des mesures prises pour prévenir la Covid-19 ». Il a également rappelé aux autorités la disparition de la liberté d’expression alors que le pays se battait pour son indépendance pendant son occupation par l’Indonésie entre 1975 et 1999 :

Over the years of occupation, many have been jailed for free speech. In order to value and dignify sacrifices, we have to ensure that there can no longer be a citizen imprisoned for expressing himself or for having a different opinion.

Pendant les années d’occupation, de nombreuses personnes ont été emprisonnées pour s’être exprimées librement. Nous nous devons de respecter et d’honorer leurs sacrifices en nous assurant qu’aucun citoyen ne soit plus jamais incarcéré pour s’être exprimé ou en raison de son opinion divergente.

L’Union de la presse timoraise a accusé le gouvernement d’essayer de réduire au silence ses détracteurs :

The government is trying to use a national emergency opportunity to endorse this bill with the aim of punishing those who berate leaders and politicians, but in our opinion this is to criminalize journalists and all citizens not to criticize the government.

Le gouvernement tente d’utiliser une situation d’urgence nationale pour faire passer ce projet de loi, en avançant souhaiter punir celles et ceux qui critiquent vigoureusement les dirigeants et politiciens. Nous croyons cependant qu’il vise à criminaliser les journalistes et l’ensemble des citoyen·ne·s et à les dissuader de critiquer le gouvernement.

Jane Worthington, directeur du bureau Asie-Pacifique de la Fédération internationale des journalistes (FIJ) a attiré l’attention [pdf] sur un article alarmant de la loi présentée.

This proposed law contains ill defined ‘offences’ and switches the focus of any complaint to the journalist and/or publisher to ‘prove’ the subject to the complaint. Put simply, it places the legal burden of proving that a story is true upon the journalist and/or publisher.

La loi proposée ne définit pas correctement les « infractions » et détourne l’attention en cas de plainte vers le journaliste ou l’éditeur qui est tenu de « prouver » le bien-fondé de sa plainte. Autrement dit, la charge de la preuve incombe au journaliste ou à l’éditeur.

Jim Nolan, expert juridique de la FIJ pour le bureau Asie-Pacifique, a souligné que le Timor-Leste dispose déjà de mécanismes lui permettant d’examiner les plaintes à l’encontre des médias sans risquer de criminaliser la liberté d’expression.

Le gouvernement s’est engagé [pdf] auprès des parties prenantes à prendre en compte leurs commentaires et suggestions, favorables ou défavorables à cette mesure.


Le système de santé bangladais s'épuise face à la COVID-19 et à l'augmentation du nombre de cas

Fri, 03 Jul 2020 19:19:27 +0000 - (source)

Confinement ou non : quelle solution pour le Bangladesh ?

Dans une chambre d'hôpital, trois lits sont connectés à des respirateurs.

Lits d'hôpital avec apport d'oxygène. Image par Silas Camargo Silão sur Pixabay, sous licence Pixabay.

L’article d'origine a été publié en anglais le 14 juin 2020. Certaines informations ont été mises à jour pour refléter l'évolution de la situation.

Sauf mention contraire, tous les liens de cet article renvoient vers des pages en anglais.

Depuis dimanche 31 mai, après avoir levé au bout de deux mois [fr] le confinement national, le Bangladesh enregistre chaque jour un nombre record de morts dues à la COVID-19. Actuellement, les chiffres officiels montrent 87 520 cas confirmés et 1 171 morts [153 277 cas confirmés et 1 926 morts au 3 juillet, ndlt], bien que les chiffres réels puissent être plus élevés. Alors que de nombreux troubles et crises secouent le pays, le système de santé public est en grande difficulté [bn], échouant à stopper l'augmentation de la courbe de contamination par la COVID-19.

L'incompétence du système de santé public face à la pandémie

Le 9 juin, quand une cour de justice à distance, présidée par le juge Enayetur Rahim, s'est enquise des structures de santé du pays, le ministère de la Santé a communiqué les informations suivantes : en ajoutant à la capacité du public celle du secteur privé, il n'y a que 1 000 places en unité de soins intensifs pour une population totale de 165 millions d'habitants. D'après plusieurs articles [bn] parus dans la presse locale, 47 districts sur 64 ne disposent pas d'unité de soins intensifs. Avec l'augmentation du nombre de patients atteints de la COVID-19, ce déficit oblige de nombreuses personnes dans un état grave à repousser leur traitement.

La journaliste Shuprova Tasneem a déclaré sur Twitter :

Réponse du ministère de la Santé à la cour : il y a seulement 733 places en soins intensifs dans les hôpitaux publics. C'est la conséquence de décennies sous-financement, de mauvaise gestion et de corruption. Notre système de santé n'est pas en état de faire face à cette crise sanitaire.

Le 12 juin 2020, Maria Taha, une habitante de Chittagong, avait appelé à l'aide sur Facebook [bn], pour son père malade de la COVID-19 :

একটা icu কেউ manaz করে দিতে পারবেন
আমার আব্বুর জন্য

Est-ce que quelqu'un peut nous aider à trouver une place en soins intensifs pour mon père ?

Quelques heures plus tard, son message est mis à jour [bn] pour annoncer le décès de son père :

লাগবে না ICU. আর

Une place en soins intensifs ne sera plus nécessaire.

Le médecin Dr Atiqur Rahman a réagi à la situation [bn] de Maria Taha :

চট্টগ্রাম এ চিকিৎসা সংকট নিয়ে বেশ কয়েকদিন ধরেই নানান খবর পাচ্ছিলাম। দিন দিন তা যে আরও খারাপ/প্রকট হচ্ছে তার-ই নমুনা এই ঘটনাটি। না, এটি কোন বিচ্ছিন্ন ঘটনা নয়; এটাই স্বাভাবিক ও তিক্ত সত্য।

On recevait des informations par-ci par-là sur la crise de l'hôpital public à Chittagong à cause de la COVID-19. Cela devient de pire en pire chaque jour, et cet incident en témoigne. Ce n'est pas un cas isolé, c'est la nouvelle réalité et une triste vérité.

On constate également une pénurie d'oxygène pour les hôpitaux, car des gens aisés en font des stocks par crainte de la maladie, empêchant ainsi le système de santé public d'y avoir accès. Le Bangladesh dépendant fortement de l'importation pour le matériel médical et celle-ci ayant été temporairement mise à l'arrêt, cette pénurie de matériel permettant de dispenser de l'oxygène représente un sérieux défi. Fournir de l'oxygène est en effet l'une des principales méthodes pour traiter les patients atteints de la COVID-19.

L'internaute Masud Karim rapporte sur Twitter :

“Le prix de l'oxygène grimpe en flèche, les traders manipulent le prix de la bombonne et de sa location devant l'augmentation de la demande due à la crise de la Covid19″ écrit Kamrun Nahar.

Cependant, les patients atteint du coronavirus ne sont pas les seuls à souffir. Les autres patients non-atteints de la COVID mais souffrant de pathologies respiratoires se voient également refuser le traitement, de peur qu'ils soient des porteurs asymptomatiques.

Des protections insuffisantes pour le personnel médical

Lire aussi : Bangladesh : les professionnel·le·s de santé aux prises avec la pénurie de moyens, la stigmatisation et les restrictions

Les médecins et le personnel médical en première ligne sont également victimes de la détérioration des systèmes de santé du pays. 1 169 médecins ont été contaminé·e·s depuis la deuxième semaine de juin 2020 et 35 sont décédé·e·s de la COVID-19.

Le manque d'équipements de protection individuelle (EPI) dans le pays expose d'autant plus les médecins et infirmier·re·s. Il n'y a pas de données disponibles concernant le nombre de professionel·le·s de santé sous traitement, en quarantaine ou contaminé·e·s, mais la gestion de ce problème s'annonce difficile.

“Les infirmier·e·s et les sage-femmes sont en première ligne contre la COVID19, et doivent donc se protéger, avoir accès à des EPI et à une véritable formation pour savoir les utiliser efficacement.” – Dr Dewan Emdadul Hoque, Fonds des Nations unies pour la population, Bangladesh.

Levée du confinement malgré le nombre croissant de contaminations

Malgré le nombre croissant de cas de COVID19, le Bangladesh a levé son confinement le 31 mai 2020. Les spécialistes estiment que l'augmentation du nombre de contaminations est due au respect peu strict des différentes phases du confinement, qui avait été qualifié de jours fériés.

Le 13 juin 2020, l'entrepreneur Nazmul Hossen Shwroz rapportait sur Facebook [bn] que le Bangladesh avait dépassé la Chine en nombre de cas de coronavirus confirmés :

♦করোনা আক্রান্তের সংখ্যায় চীনকে ছাড়াল বাংলাদেশ..!

♦গত বছরের ডিসেম্বরের শেষ দিকে করোনাভাইরাস মহামারী শুরু হয়েছিল চীন থেকে। সেই দেশটি একে একে ১৮টি দেশের পেছনে পড়ে গেল। এবার আক্রান্তের সংখ্যায় তাদের পেছনে ফেলল বাংলাদেশও।

Le nombre de personnes atteintes de la Covid-19 au Bangladesh dépasse celui de la Chine (se classant au 18e rang).

L'épidémie a démarré en Chine en décembre dernier. 18 pays du monde comptent à présent plus de personnes contaminées que la Chine.

Vers un confinement par région ?

Le 10 juin, Manzil Morshed, avocat à la Cour suprême, a déposé une requête au nom de l'avocat Mahbubul Islam, demandant un confinement strict à Dakha, afin de diminuer le nombre de contaminations.

Depuis le 9 juin 2020, le Bangladesh tente d'établir un système de confinement par région, attribuant à chacune un indice de vigilance rouge, jaune ou vert en fonction de l'importance du taux de contamination rapporté par la population locale, dans l'objectif de limiter la propagation du virus. L'observation de 40 cas pour 100 000 personnes entraîne une catégorisation de la région en rouge. Ces zones rouges sont mises sous confinement strict : interdiction de quitter son domicile et entrée interdite aux non-résidents.

Les camps de réfugiés surpeuplés de Cox's Bazar accueillant des Rohingyas sont également surveillés de près, le nombre de personnes testées positives au coronavirus ayant dépassé les 35, avec officiellement 5 morts environ.

Le réalisateur Shafiur Rahman rapporte sur Twitter :

Voici une liste des consignes à suivre dans la zone rouge d'Ukhiya. Cela concerne également les camps de réfugiés Rohingyas.

Cependant, la mise en œuvre de ce confinement par région s'annonce difficile, comme le montre le Dr Parvez Reza sur Twitter :

Un habitant de l'est de Rajabazar essaye de fuir la zone rouge, une zone mise en confinement strict pour ralentir la propagation du COVID-19.

[Traduction de l'image] L'est de Rajabazar a été désigné comme une zone rouge par le ministère de la Santé, qui a ordonné un confinement afin de limiter la propagation de la Covid-19. IL EST INTERDIT DE SORTIR !

Le comité national consultatif sur la COVID-19 a récemment conseillé d'étendre le confinement autant que possible à la majeure partie de la zone à risque pour limiter la propagation du virus. L’instauration complète du confinement par région devrait commencer à la mi-juin.

Soykat Bin Rahman, un internaute, explique sur Twitter :

Face à l'augmentation du nombre de cas et de morts du coronavirus au Bangladesh, le gouvernement s'organise pour confiner les zones à risque (zones rouges) et interdira toute entrée ou sortie de ces régions.

Dr. Ashikur Rahman estime que la situation au Bangladesh nécessite un confinement strict :

Le Bangladesh doit imposer un confinement strict avant que cette vague de Covid-19 ne se transforme en un tsunami. On ne peut plus attendre, des gens meurent dans les rues. J'espère et je prie pour qu'un changement de politique arrive.


Les Hongkongais ont bravé la loi de sécurité nationale nouvellement promulguée en manifestant sans chefs de file

Fri, 03 Jul 2020 17:39:35 +0000 - (source)

10 manifestants poursuivis grâce à la nouvelle loi imposée par Pékin

Des milliers de manifestants sont descendus dans les rues le 1er juillet, défiant la loi de sécurité nationale tout juste promulguée. Photo inmediahk.net

Pour le 23ème anniversaire de la rétrocession de Hong Kong à la Chine, jour de la promulgation de la draconienne loi de sécurité nationale de Pékin dans le territoire, des milliers de manifestants ont bravé l'interdiction par la police de descendre dans la rue.

Les manifestations du 1er juillet ont conduit à 370 arrestations. Certains ont été inculpés de participation à un rassemblement non autorisé et d'obstruction aux forces de l'ordre, tandis que dix personnes l”ont été au titre de la nouvelle loi de sécurité nationale.

Sept policiers ont été blessés, dont l'un par un coup de couteau au bras d'un manifestant pendant l'échauffourée.

La police de Hong Kong a interdit au Front civique des droits humains d'organiser le rassemblement annuel du 1er juillet en invoquant les règles de contrôle de la pandémie, ce qui a laissé les manifestants se rassembler sans chefs de file.

Malgré la présence policière massive, des milliers de protestataires sont allés “faire les courses” dans divers centres commerciaux de Causeway Bay avant d'envahir les rues vers 15 heures.

Chassés des avenues par les policiers anti-émeute à coup de gaz poivré, de matraques et de canons à eau, ils se sont abrités dans les rues secondaires et ruelles avant de défiler à nouveau dans la rue principale chaque fois qu'ils s'y sentaient en sécurité.

Loi de sécurité de Hong Kong : jour du défi avec l'éclatement de manifestations à Hong Kong, près de 370 arrestations. Des milliers de manifestants jouent au chat et à la souris avec les policiers dans Causeway Bay, Wan Chai, en criant des slogans, un policier poignardé dans l'affrontement. Les officiels fêtent le 23e anniversaire de la rétrocession.

La plupart des rues latérales le long des grandes avenues ont été envahies de protestataires, scandant “Cinq revendications, pas une de moins” et “L'indépendance de Hong Kong est la seule issue” :

Ignorant les menaces du PCC, du gouvernement communiste de Hong Kong, de la police et de la nouvelle loi draconienne, les civils défilent en masse dans Causeway Bay vers le Parc Victoria. Ils scandent les slogans prohibés : “L'indépendance de Hong Kong est la seule issue”

Le nombre de manifestants présents était immense compte tenu du fait que chaque individu devait surmonter sa peur de se faire arrêter .

Dans l'état actuel, le simple acte de chanter une chanson contestataire dans la rue peut inviter à une fouille au corps par des policiers en armes :

01/07 23e anniversaire de la rétrocession de HK

Une femme est arrêtée et fouillée par les policiers alors qu'elle chante “Entendez-vous le peuple chanter” près du grand magasin Sogo

Le premier cas d'arrestation mentionnant la loi de sécurité nationale a concerné un homme déployant un drapeau de l'indépendance de HK.

[Dernière minute] A Causeway Bay, la police de HK a arrêté un homme avec un drapeau de l'indépendance de HK en application de la loi de sécurité nationale. La première arrestation de la loi de sécurité nationale.

Aux risques d'arrestations et de poursuites politiques se sont aussi ajoutés pour les manifestants des risques physiques :

Nous ne sommes pas des émeutiers, regardez cette vidéo et vous saurez que nous sommes toujours prêts à nous venir mutuellement en aide malgré toutes les menaces et risques. Je suis tellement fier d'être Hongkongais.

Aux alentours de 20h, la police anti-émeutes a chargé dans Time Square, un centre commercial emblématique de Causeway Bay, à coup de gaz poivré, et embarqué nombre de manifestants :

Un immense calicot a résumé l'attitude de défi des manifestants par ces mots : “Nous aimons Hong Kong, putain”.

Photo prise par Oiwan Lam


Powered by VroumVroumBlog 0.1.31 - RSS Feed
Download config articles