Autoblog de Global Voices (fr)http://fr.globalvoicesonline.org/http://fr.globalvoicesonline.org/ Népal : mettre un terme au problème des plantes aquatiques envahissanteshttps://fr.globalvoices.org/?p=286334http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20240402_184147_Nepal___mettre_un_terme_au_probleme_des_plantes_aquatiques_envahissantesTue, 02 Apr 2024 16:41:47 +0000La jacinthe d'eau est une source de fibres économiquement viable et durable

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Image via Nepali Times. Used with permission.

Image provenant du Nepali Times. Utilisée dans le cadre d'un accord de partage de contenu.

Cette histoire a été publiée à l'origine par Viola Bordon dans le Nepali Times. Une version éditée est republiée sur Global Voices dans le cadre d'un accord de partage de contenu.

La jacinthe d'eau (Pontederia crassipes) est une espèce amazonienne envahissante qui obstrue les cours d'eau du Népal, étouffant les plantes indigènes et bloquant les nutriments nécessaires aux poissons et aux oiseaux aquatiques. Aujourd'hui, un groupe d'artisans népalais a trouvé un moyen innovant d'utiliser ses fibres pour tisser des articles ménagers de tous les jours.

La jacinthe d'eau est un matériau idéal pour les consommateurs soucieux de l'environnement, et l'élimination de la plante permet la régénération des espèces aquatiques indigènes. Le Nepal Knotcraft Center (NKC), qui commercialise des produits artisanaux à base de nœuds par le biais de entrepreneuriat féminin et de l'autonomisation économique, joue un rôle de premier plan dans la récolte de la jacinthe d'eau.

“Je ne suis pas une pionnière, je m'appuie sur un héritage de tissage, d'autonomisation et de production respectueuse de l'environnement”, déclare Maya Rai, PDG du Nepal Knotcraft Center. “L'utilisation de jacinthes d'eau constitue une source durable de fibres, tout en étant bénéfique pour l'environnement.

Le Nepal Knotcraft Center a été créé en 1984 par Shyam Badan Shrestha, un entrepreneur local, afin d‘encourager les groupes de femmes locaux à rechercher des utilisations innovantes et durables des matériaux népalais locaux pour tisser des produits destinés à la vente au Népal et à l'étranger.

Maya Rai (photo ci-dessous) est elle-même la fille d'un tisserand du district de Dhankuta. Elle a passé sa petite enfance dans une ferme avant de rencontrer sa deuxième famille et de s'installer à Katmandou. La passion de Maya Rai pour le tissage et l'artisanat ne l'a pas quittée, ce qui l'a poussée à se former aux affaires.

Image via Nepali Times, used with permission.

Image provenant du Nepali Times, utilisée dans le cadre d'un accord de partage de contenu.

Actuellement, elle travaille avec des collectifs de tissage des communautés indigènes du Népal, en valorisant les systèmes de connaissances traditionnels et en reliant les produits au marché mondial. Elle est également consultante pour des programmes créatifs d'économie verte et encadre des projets d'entrepreneuriat durable pour les jeunes.

Rai est toujours à la recherche de matériaux inventifs et durables à introduire dans le monde de l'artisanat. Des échantillons de sauge, de cardamome, de feuilles de maïs, de massette-quenouille, d'aiguilles de pin et de jacinthe d'eau sont accrochés aux murs de son bureau dans la zone industrielle de Patan. Bien que courants dans l'histoire de l'artisanat, ces matériaux sont négligés dans de nombreux sites de production.

Pourtant, les besoins en matériaux organiques augmentent dans les domaines de l'architecture de pointe, de la conception de produits et des matériauthèques, qui sont à la recherche d'options durables.

L'accès à la jacinthe d'eau est complexe, explique Mme Rai. Non seulement la récolte elle-même est difficile, mais elle doit naviguer dans un réseau de parties prenantes pour s'approvisionner en jacinthe d'eau dans plusieurs zones humides, notamment dans la réserve naturelle de Kosi Tappu, dans la région du Teraï, à l'est du Népal, qui s'étend sur 176 kilomètres carrés (68 miles carrés). Les cours d'eau y sont complètement obstrués par la jacinthe d'eau, et il est donc avantageux de l'enlever pour tisser des produits commercialisables.

Image via Nepali Times. Used with permission

Image provenant de Nepali Times. Utilisée dans le cadre d'un accord de partage de contenu.

Après plus d'une décennie de travail, Rai est proche des dirigeants de la forêt communautaire de Kosi Tappu, qui ont soutenu sa proposition. Rai a joué un rôle de négociateur, faisant le lien entre les tisserands et la bureaucratie. Sa capacité à faire de la place aux innovations dans les systèmes traditionnels d'artisanat découle de son expérience personnelle.

En obtenant les autorisations de la Réserve, elle réduit la distance entre l'approvisionnement et le traitement des matériaux, un élément crucial pour rendre le tissage rentable pour le collectif de Kosi Tappu. Après que Rai a aidé à ouvrir la voie, le groupe, composé essentiellement de femmes, a commencé à s'approvisionner en jacinthe d'eau, à la récolter, à la transformer et à l'expédier au centre de tissage de Katmandou, où cette plante est désormais transformée en nattes, en paniers et en objets décoratifs.

Image via Nepali Times. Used with permission

Image provenant du Nepali Times. Utilisée dans le cadre d'un accord de partage de contenu.

Le travail de Maya Rai consiste à combiner deux idées simples et durables : l'utilisation de tissus organiques comme alternative au plastique et aux matériaux synthétiques, ce qui est la marque de fabrique du NKC, et l'élimination d'espèces envahissantes pour ce faire. En achetant un panier en jacinthe d'eau, les consommateurs disposent d'une option biodégradable tout en encourageant une production réparatrice qui nettoie les cours d'eau naturels.

Viola Bordon est une chercheuse Fulbright qui étudie les matériaux par le biais de la sculpture à l'école d'art de l'université de Katmandou.
]]>
L'Amérique latine se met à la mode Barbie à coups de tacos roses, parodies et manifestationshttps://fr.globalvoices.org/?p=283940http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20240402_181014_L_Amerique_latine_se_met_a_la_mode_Barbie_a_coups_de_tacos_roses__parodies_et_manifestationsTue, 02 Apr 2024 16:10:14 +0000Vendeurs, entreprises et activistes surfent sur la vague Barbie

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Des « tacos Barbie » (photo de Global Voices)

Tacos Barbie, avions Barbie… l'Amérique latine a sauté dans le train en marche de la célèbre poupée. Le week-end de sa sortie au cinéma, le film réalisé par Greta Gerwig, avec Margot Robbie et Ryan Gosling à l'affiche, s'est classé troisième au Mexique au box-office mondial. Le Brésil vient juste après, et on retrouve également l'Argentine dans les pays les plus performants.

Actrice californienne d'origine hondurienne, America Ferrera joue également dans Barbie et a même désormais une poupée Barbie à son effigie. Elle a déclaré à Collider que « le fait qu'un film Barbie ait vu le jour et que l'univers de la poupée iconique ait évolué et permette à davantage d'entre nous d'être représenté est vraiment quelque chose d'inattendu et qu'[elle] n'aurait jamais pensé en faire partie ».

Le budget total du marketing utilisé pour le film Barbie et ses produits dérivés aurait dépassé celui du film, qui s'élève à 150 millions de dollars. En Amérique latine, même les vendeurs de rue, les entreprises, les candidats à la présidentielle et les activistes politiques surfent sur la vague Barbie.

Barbie dans la nourriture

Du Mexique au Chili, toutes sortes de pâte à base de maïs ont été colorées en rose avec du jus de betterave ou du colorant artificiel. Les vendeurs de rue mexicains ou guatémaltèques attirent les clients avec des tacos roses. Même chose pour les vendeurs au Salvador, au Venezuela et au Chili, avec des pupusas et des arepas roses.

Ci-dessous, un exemple du tacos Barbie, servi dans la ville de Guatemala, au Guatemala :

@dulccini

Barbie Tacos 🤤🤌🏼 en zona 10 uf uf demasiado buenos, vayan con sus besties o sus amorcitos after movie, vale la penaaa #guatemala #barbietaco #tacos #taqueriadelgüero #fyp #parati #foryou

♬ Barbie Girl – Vynx Dance

Des tacos Barbie dans la Zone 10, woah, super bons ! Allez-y avec vos amis ou votre partenaire après le film, ils en valent le coup !

Kuskatan, une petite chaîne de restaurants du Salvador, propose, elle, une version bleue Ken de pupusas :

@kuskatan_sv

Respuesta a @raquelcastro4393 Este #Domingo de #pupusas ven y sumérgete en la magia de la película #Barbie 💅🏻💓 con nuestras pupusas de color Rosa y Celeste💙. 🎀 Te esperamos en #kuskatan para compartir juntos la emoción de este increíble estreno 🤩🔥 ¡Solo por tiempo ilimitado! ¡Ven y vive la magia en cada mordisco! 🤤💝 puedes visitarnos en la Calle Chiltiupan, Ciudad Merliot o en el #MercadoHulaHula 😍🔥 también puedes pedirlas al ☎2250-3050 😉💕#pupusas #barbiegirl #estreno #nopuedesperdertelo

♬ Barbie Girl – Lady Aqua

Ce #dimanche de #pupusas, venez plonger dans la magie du film #Barbie avec nos pupusas roses et bleu clair. Nous vous attendons à #Kuskatan pour partager l'excitation de cette avant-première incroyable. Seulement en édition limitée ! Venez vivre la magie à chaque bouchée ! Vous pouvez nous rejoindre à #Chiltiupan Street, à Ciudad Merliot ou à #MercadoHulaHula. Vous pouvez aussi commander au 2250-3050.

À Santiago, au Chili, on peut également trouver des variétés locales de délicieuses pâtes à base maïs farcis. La vidéo ci-dessous montre un vendeur préparant des « arepas Barbie » :

@picandoarepascl

Nos ponemos en #modobarbie para que puedas venir a comer tu arepa favorita con masa rosada 😌 la masa es de betarraga com semillas de linaza, uma combinación deliciosa y sana ¿te animas? #arepas #arepasenchile #arepadecolores #arepasensantiago

♬ sonido original – Picando Arepas

On a adopté la hype #Barbie afin que vous puissiez déguster vos arepas préférés avec de la pâte rose, faite à base de betterave et de lin, une combinaison délicieuse et saine. Alors, partants ?

Barbie dans l'aéronautique

De plus grandes entreprises ont aussi tenté de tirer profit de la popularité de Barbie. Volaris, une compagnie aérienne low-cost du Mexique, a peint la Barbie de Margot Robbie sur l'un de ses avions. Sa stratégie de marketing sur TikTok promeut quant à elle “les femmes en tant que pilotes Barbie“.

@maliamillet

#volarismexico #barbie #rosa

♬ sonido original – malia millet

Incroyable  😍

Barbie dans les causes sociales

Le film a été applaudi par des féministes mexicaines, comme Julia Didriksson, qui a quitté le cinéma en se sentant « revigorée ». La militante féministe afro-colombienne Carolina Benitez Mendoza a demandé aux détracteurs du film sur TikTok s'ils «s'attendaient cet angle radical, anticapitaliste et antiraciste » de la part du film.

À Lima, au Pérou, où des manifestations meurtrières ont éclaté contre la présidente Dina Boluarte – et où les forces de l'État sont accusées d’avoir tiré mortellement sur plus de 60 manifestants –, des activistes ont installé une boîte avec les mots « Barbie Dictatrice » représentant Boluarte. La femme dans la boîte tient des armes à feu tandis que les passants lui disent : « Tirez, tirez ! »

@daleplaype

Video completo en Youtube: SantoBrasa #parati #fyp #foryou #fypシ #viralperu #viraltiktok #viralperuano #19dejulio #tomadelima #tomadelima🧑‍🎓 #ima #limaperú #peru #peru🇵🇪 #peruana

♬ sonido original – Dale Play

Barbie Dictatrice dans les manifestations de Lima

Au Mexique aussi, il existe une Barbie militante. Selon les données d'Amnesty International, il y a plus de 110 000 personnes disparues, dont la plupart sont des victimes des cartels de la drogue ou des bandes de kidnappeurs. Compte tenu de la faible efficacité des recherches menées par l'État, ce sont principalement des groupes de femmes bénévoles qui recherchent des proches disparus dans les plaines mexicaines, à la recherche de tombes clandestines. L'une d'entre elles, Delia Quiroa, a créé « Barbie Buscadora » (« Barbie Chercheuse ») quand le film est sorti.

Quiroa a déclaré aux journalistes:

Barbie es todo lo que una persona quiere ser, pero ésta es una Barbie que no quiere ser. (…) Ella es lo que nadie quiere. Nadie quiere ser un buscador, nadie quiere estar buscando a un familiar.

Barbie est tout ce qu'une personne veut être, mais cette Barbie, elle ne veut pas exister. (…) Elle est ce que personne ne veut être. Personne ne veut être un chercheur, personne ne veut être à la recherche d'un parent.

Barbie dans l'humour

D'autres personnes ont cherché, à travers Barbie, à rendre drôles les conditions de vie de zones pauvres d'Amérique latine. Parmi les nombreuses parodies que l'on peut trouver sur TikTok, celle que l'on peut observer dans la vidéo ci-dessous, intitulée « Si Barbie avait été filmée dans mon quartier », est considérée comme l'une des plus populaires. Elle met en avant les minibus bondés, les problèmes liés à l'achat de gaz pour la cuisine, les inondations et l'insécurité qu'on peut y trouver. La musique est « Barbie Girl » d'Aqua, remixée avec de la cumbia.

@

♬ –

Si Barbie avait été filmée dans mon quartier 😂

Vous pouvez aussi être intéressé par : Barbie in the Balkans: From disinformation to Yugonostalgia

]]>
Portrait de Bassirou Diomaye Faye, le plus jeune chef d’État du Sénégalhttps://fr.globalvoices.org/?p=286317http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20240402_142053_Portrait_de_Bassirou_Diomaye_Faye__le_plus_jeune_chef_d___Etat_du_SenegalTue, 02 Apr 2024 12:20:53 +0000Faye n'a jamais rêvé faire la politique avant de s'y engager avec Sonko en 2014

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Bassirou Diomaye Faye, président de la République du Sénégal, Capture de la chaîne YouTube de Senegal7

Élu le 24 mars 2024, Bassirou Diomaye Faye devient à 44 ans le plus jeune président dans l'histoire de la République du Sénégal.

Le destin fait qu'il accède à cette fonction le 25 mars, date de son anniversaire. Un parcours d'autant plus remarquable qu'il y a à peine six mois, il était encore dans l'ombre de son mentor, l'opposant et candidat présidentiel à l'époque, Ousmane Sonko.

Premier parcours dans les institutions étatiques

En 2000, Faye obtient son baccalauréat au Lycée Demba Diop de Mbour, ville côtière située à 80 km de Dakar, la capitale du Sénégal. Il fait ensuite des études de droit à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) où il sort nanti d'une maîtrise en 2004. Dans la même année, il intègre l’École nationale d'administration (ENA) du Sénégal, et devient en 2007, diplômé de l'ENA, ce qui lui permet de rejoindre la Direction générale des impôts et des domaines du pays au titre d'inspecteur des finances et des impôts.

Son engagement social et son militantisme le fait adhérer au Syndicat autonome des agents des Impôts et des domaines où il devient rapidement un élément important du syndicat en occupant le poste de secrétaire général. C'est à cette époque qu'il fait la rencontre d'Ousmane Sonko, une rencontre qui va changer sa vie et sa vision des choses.

Lire : Bassirou Diomaye Faye élu président au Sénégal: victoire d'une jeunesse déterminée

Engagement politique

Peu politisé au départ, Faye s'engage en politique en 2014 avec Sonko en créant le parti Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l'éthique et la fraternité (PASTEF) dont il devient un élément essentiel.

Ce changement est graduel mais reste une surprise pour lui, comme il explique dans un entretien réalisé avec des médias sénégalais à l'issue des élections présidentielles de 2019 et repris par BBC Afrique:

Il ne me traversait pas l’esprit de faire de la politique, car quand vous avez un parent qui fait de la politique, de prime abord, vous avez horreur de la politique parce que vous voyez le manque de temps. Vous voyez la pénibilité de l’engagement, vous voyez les absences répétées du pater.

En 2021, Faye se présente comme candidat aux élections communales à Ndiaganiao, sa commune de naissance. Mais il est battu par Tening Sène, candidate du parti Alliance pour la République (APR) de Macky Sall (ancien président du Sénégal).

En 2022, il occupe le poste de secrétaire général du parti PASTEF et président du Mouvement national des cadres patriotes (MONCAP). Résolument engagé, Faye contribue à l'implantation du parti sur l'étendue du territoire sénégalais et dans la diaspora.

Les vives critiques et dénonciations des membres du parti PASTEF vis-à-vis du régime de Macky Sall et de son système politique vont coûter cher aux premiers responsables du parti, Bassirou Diomaye Faye et son mentor Ousmane Sonko. Si le premier est arrêté en avril 2023 et placé en détention pour diffusion de fausses nouvelles, et diffamation et pour avoir critiqué des magistrats dans l'affaire Sonko, le second est condamné pour viol et diffamation en juillet 2023. Mais le séjour en prison ne change rien dans la vision du couple Faye-Sonko, qui derrière les barreaux multiplie les tractations pour avoir leurs chances de se présenter aux élections présidentielles de mars 2024.

La marche vers la présidence

Alors que la candidature d'Ousmane Sonko est invalidée par le conseil constitutionnel, le parti PASTEF opte pour un plan B: positionner Faye qui incarne la vision de Sonko pour un Sénégal plus prospère. Les énergies se mobilisent rapidement autour de la candidature de Faye, d'autant que le soutien affiché du numéro un du parti PASTEF rassure les membres et partisans. Durant les campagnes électorales, un membre du parti témoigne auprès de BBC Afrique :

On peut dire que Diomaye [Faye] est l'autre Ousmane Sonko, sa copie presque parfaite, ils ont la même vision, ils pensent de la même façon et surtout ils se vouent un respect et une confiance à toute épreuve.

Dès leur sortie de prison, Faye et Sonko rejoignent de nombreux militants présents sur le terrain pour les campagnes. Ils défendent leur idéologie et leur programme de société auprès des populations. Le programme de société de Faye prône la rupture et veut mettre en exergue la souveraineté du Sénégal en s'attaquant aux grands chantiers axés autour des priorités : la lutte contre la corruption ; la refondation des institutions et la restauration de la démocratie ; l'intégration africaine ; une reforme monétaire ou la création d'une monnaie nationale ; et le rééquilibrage des partenariats internationaux.

Lire ici le programme complet de Bassirou Diomaye Faye

Une fois élu, Faye prononce son premier discours dont un extrait est disponible dans cette vidéo de la chaîne YouTube de BBC Afrique :

Bassirou Diomaye Faye qui n'a jamais occupé un poste ministériel, et n'a jamais été élu pour une fonction communale, ou législative de son pays, se retrouve ainsi à la tête d'un pays de plus de 18 millions d'habitants, considéré comme un modèle démocratique en Afrique de l'ouest. L’ascension du parti PASTEF et de Faye est une leçon de détermination et d'engagement des jeunes, mais aussi une leçon de démocratie pour les autres pays de la région ouest-africaine.

On ne peut pas parler aujourd'hui de Bassirou Diomaye Faye en tant que président sans évoquer le nom de Ousmane Sonko, surnommé faiseur de roi, comme le présente la Radio Télévision Sénégalaise :

Maintenant, les Sénégalais ainsi que les observateurs de la vie politique sénégalaise attendent de voir le rôle que va jouer Ousmane Sonko dans cette nouvelle histoire du pays aux côtés de son bras droit Bassirou Diomaye Faye, qu'il doit désormais appeler président.

Lire : 

]]>
Les mots ont la parole: Épisode #12https://fr.globalvoices.org/?p=286362http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20240402_114732_Les_mots_ont_la_parole__Episode__12Tue, 02 Apr 2024 09:47:32 +0000Un essentiel à découvrir: グルメ弁当, soit le bentō gourmet

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Capture d’écran de la chaîne YouTube de 異世界B級グルメ – 激安旅 d’une vidéo indiquant en titre B級グルメ (en bas à droite) pour des repas indonésiens.

Les différentes versions de la langue française qui se parlent aux quatre coins du monde ne se ressemblent pas toujours. Dans notre rubrique “Les mots ont la parole”, nous mettons à l’honneur les mots ou expressions qui sont spécifiques à une région, un pays, une communauté, mais aussi les intraduisibles qu’on garde en français tels quels, ou qu’on traduit à moitié, et enfin les mots français qui passent dans d’autres langues et ne se traduisent pas, mais prennent parfois un nouveau sens. 

Tous nos épisodes précédents sont à retrouver ici: Les mots ont la parole.

Aujourd’hui, nous avons choisi ces trois termes et expressions:

Jom ce mot signifie éthique, courage, honnêteté en wolof, une langue parlée principalement au Sénégal. Il fait référence à un ensemble de valeurs traditionnelles positives de la culture sénégalaise que l’on souhaite retrouver dans la vie politique et la société en général. Il ne se traduit donc pas quand on parle français au Sénégal. 

Ce mot est par exemple repris dans le nom de cette ONG, Afrikajomcenter, qui explique:

Le suffixe Wolof “JOM”, marque la dignité , la valeur universelle inhérente à toute personne humaine. “AMAL JOM”, sois digne, est un impératif catégorique assigné au sujet chez les wolof. 

 

Bitos ce mot a son propre emploi dans le cadre du français parlé au Togo. Dans la pratique européenne, le mot bitos désigne en argot quelque chose dont on se sert pour se couvrir la tête: un chapeau, un bonnet.  Au Togo, le mot est utilisé pour parler de la négociation d'une affaire ou d'un contrat informel, qui ne rentre pas dans le cadre des discussions officielles ou formelles d'une négociation pour un marché. Ce mot est surtout utilisé par certains journalistes: dans leur langage, il s’agit d’une opportunité pour monter un dossier qui diffame un homme d'affaires ou une personne haut placée, et qui a assez de moyens pour payer une somme afin de faire cesser le chantage. Les journalistes malhonnêtes qui ont cette pratique sont désignés comme “les bitosards

 

グルメ prononcé ‘gouroumé’, ce mot utilisé en japonais est emprunté au mot français ‘gourmet’. Dans le contexte japonais, cela signifie tout simplement ‘un bon plat’. Il est souvent utilisé à titre d’adjectif comme garantie de qualité dans des expressions comme B級グルメ – Gourmet catégorie B, qui sous-entend un bon plat à bas prix; ou dans l’expression

グルメ弁当, bentō gourmet, le bentō étant une boîte, souvent en métal ou en bois, dans laquelle on emporte un repas à l'école, au travail, et qui fait partie du quotidien des Japonais et Japonaises de tout âge.  

Il est utilisé avec le mot グルメツアー (gourmet tour) dans un article de Global Voices traduit en japonais en 2013 sur la cuisine argentine:

アルゼンチンならではのグルメツアー

Si vous avez des mots ou expressions à partager pour les faire figurer dans notre rubrique “Les mots ont la parole” contactez-nous: filip.noubel@globalvoices.org 

 

]]>
Myanmar : comment les journalistes peuvent contribuer à la création d'une démocratie fédéralehttps://fr.globalvoices.org/?p=285199http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20240401_161436_Myanmar___comment_les_journalistes_peuvent_contribuer_a_la_creation_d_une_democratie_federaleMon, 01 Apr 2024 14:14:36 +0000Interview de Shan Herald, rédacteur en chef de l'agence de presse Sai Muang

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Sai-Maung

Le rédacteur en chef de l'agence de presse Shan Herald Agency for News, Sai Muang. Source : The Irrawaddy : The Irrawaddy

Cet article était originellement publié dans le Irrawdy, un site d'actualités indépendant au Myanmar. Cette version éditée est republiée sur Global Voices dans le cadre d'un accord de partage de contenu.

Depuis le coup d'État de 2021, la prolifération des « fake news » s'est étendue au Myanmar. Des groupes de médias indépendants combattent les « fake news » à travers des diffusions journalières et en attirant l'attention de la communauté sur le journalisme.

L'Agence des nouvelles Shan Herald, a couvert l'état de Shan pendant plus de 33 ans, demandant au public de se prononcer contre les violations des droits humains et contre l'oppression.

L'Irrawaddy a interviewé l'éditeur en chef de l'agence Sai Muang à propos du rôle du média indépendant dans son aide pour la transformation du Myanmar en démocratie fédérale.

Il a partagé qu'en dépit des menaces de la junte et d'autres groupes armés, le Shan Herald reste engagé dans la collecte d'informations.

L’ Irrawaddy (TI) Quelles sont les difficultés auxquelles vous êtes confrontés ?

Sai Muang (SM) : En 2013, l'ancien président Thein Sein a invité tout le monde à revenir à cause des réformes politiques (après des années de répressions envers les médias indépendants), donc nous avons enregistré l'agence Shan Herald pour les nouvelles à Yangon pour établir notre bureau à Taunggyi.

Durant la journée internationale de Shan en février 2021 nous avions prévu de commencer la construction d'un bureau à Taunggyi avec le soutien du public de Shan. Mais cela a échoué à cause du coup d'Etat ce mois-ci.

Nous avons stoppé notre revu mensuelle, et déplacé les journalistes vers la frontière, nous ne pouvions plus travailler en liberté. Notre staff a fait face à des accusations en vertu des articles 505 et 66 (d), réduisant notre liberté de travail. Ils ont même utilisé des phrases telles que « le conseil militaire » ou « militaire » est problématique.

Nous étions autonomes même sans un donneur, mais maintenant nous dépendons des donneurs. Quelques donneurs sont plus solidaires que des groupes de médias plus larges, le plus souvent basés dans les grandes villes. Le soutien pour les médias locaux est faible.

On pense à tort que nous ne sommes qu'un groupe de médias shan sans couverture nationale. Or, nous sommes un groupe médiatique national basé dans l'État de Shan.

Voyager, récolter et obtenir des informations est très compliqué depuis le coup d'Etat. Nous devons maintenant travailler sans laisser de trace. Ce sont les challenges auxquels nos reporters font face.

Une autre difficulté réside dans le fait que certaines sources des partis politiques et les autorités veulent nous donner des informations, mais ils veulent rester anonymes (ne pas montrer leur visage et ne pas user de leur voix).

Le Shan Herald préserve également notre littérature traditionnelle et notre culture. Si nous ne publiions pas dans la langue Shan, il n y aurait pas beaucoup de matière pour les références linguistiques.

Nous enregistrons nos événements journaliers dans le langage Shan. Nous ne nous arrêterons pas, peu importe la difficulté. Nous sommes complètement dévoués à ce travail. Cela ne peut être stoppé. Nous enregistrons des événements qui arrivent dans l'état du Shan et ailleurs dans le pays en Shan, Birman et Anglais.

Alerter sur la valeur de la liberté de la presse est crucial dans la diffusion des « fake news ». Une grande partie des Shan sont très solidaires et témoigne leur opinion de façon honnête sans aucun but caché. Mais le public général du Shan a du mal à donner la différence entre les informations exactes et les « fake news ».

Donc notre mission comprend l'éducation de la population Shan à propos du journalisme.

Ce qui complique davantage notre travail, c'est le conflit à l'échelle nationale qui a fait éclater des conflits non seulement avec la junte militaire mais également entre d'autres groupes armés dans l'état du Shan. Ce conflit interne pose des défis extrêmes pour notre travail journalistique.

Si nous coexistons ensemble comme pendant l'état du Shan fédéré dans le passé, cela serait idéal pour nous de faire notre travail. Actuellement il  y a trop d'opposition.

TI :  Qu'est-ce qui vous motive à continuer ce travail ?

SM :  Les jeunes qui sont motivés contribuent de façon active sans payer. On essaye de suivre avec nos salaires et nos dépenses. Cette une place où celles et ceux qui sont complètement engagés dans notre cause se réunissent.

La majorité de notre staff a moins de 25 ans. Les personnes qui ont entre 25 et 50 ans sont une minorité.

L'audience est maintenant majoritairement composée de personnes qui ont entre 18 et 34 ans. Notre audimat le plus jeune s'est élargi, et cette transition nécessite une présentation équilibrée qui s'adresse aux préférences contemporaines et traditionnelles.

TI :  Comment envisagez-vous le futur?

SM :  Le public Shan déclare souvent que “la politique ne nous concerne pas”. Mais l'augmentation du prix de l'essence et des biens sur le marché est liée à la situation actuelle. C'est une période cruciale pour montrer des preuves et éduquer au sujet de cette connexion, en particulier les plus jeunes.

Donc, pour les plus jeunes pour suivre la crise et étendre la sensibilisation concernant les nouvelles, nous avons continuellement formé les citoyens et les journalistes des dizaines de fois.

Pour que les jeunes puissent suivre la crise et sensibiliser le public à l'actualité, nous avons formé des journalistes citoyens à plus de dix reprises depuis le coup d'État de 2021, à raison de 10 à 15 participants par session. L'année dernière, beaucoup plus d'étudiants du mouvement de désobéissance civile ont rejoint notre équipe.

Pour améliorer la compréhension de l'actualité, nous nous concentrons sur la formation des jeunes pour un avenir meilleur. Comme le dit un proverbe shan, “avant qu'un tigre ne meure, il doit produire un remplaçant”.

Si la situation s'améliore, nous aspirons à établir un groupe de médias Shan à Taunggyi qui soit solidaire du peuple Shan, une école de médias, un centre de recherche et un pôle d'étude de l'histoire Shan et de la culture générale pour ceux qui veulent étudier.

C'est pourquoi nous continuons à collecter et à archiver des informations pour le peuple Shan. Nous espérons également remplir cette mission en effectuant notre travail journalistique quotidien.

TI : Comment les médias peuvent aider à créer une République fédérale?

SM :  Le plus important lors de cette contribution est d'assurer un accès public à la bonne information. L'effet pervers de propagation des « fake news » réduit la confiance envers les sources d'actualités et favorise la méfiance réciproque.

Le Shan Herald est âgé de 33 ans. Cela nous a fait penser que le travail des médias peut jouer un rôle de soutien dans la création d'une démocratie fédérale.

Les médias sont surnommés le quatrième état. Ce sentiment résonne avec notre éditeur U sein kyi, qui a déclaré « s'il y a de plus en plus de bons journalistes dans notre pays, la démocratie arrivera plus rapidement ».

Cette croyance s'est répandue et nous continuons d'y croire. Le travail des médias peut être une force dans la lutte contre l'injustice.

La collaboration entre le public et les médias est essentielle pour dévoiler et exposer l'oppression et également utiliser les médias afin d'informer le pays et le monde sur ce qu'il se passe.

TI : Comment le Shan Herald s'est adapté aux défis après le coup d'Etat?

SM : Nous sommes conscients de l'impact sur la santé mentale des journalistes de l'exposition à des informations violentes. Ils sont témoins d'effusions de sang et entendent des nouvelles violentes tous les jours.

Nous organisons une séance de méditation collective et laïque de 10 minutes avant les réunions de la salle de presse. Cette séance a pour but de purifier l'esprit des journalistes et de contribuer à leur bien-être mental.

Il s'agit de méditation ou de concentration sur la respiration. Nous le faisons tous les jours, dans le but d'éradiquer les expériences et les pensées traumatisantes. Nous le faisons pour notre bien-être mental et nous invitons des experts à organiser des formations.

Une autre approche consiste à être pratique. Le public de Shan nous soutient.

Nous les appelons des journalistes citoyens. Nous sommes en train de rédiger une politique de sécurité sur la manière de les protéger. Elle n'est pas encore terminée. La pratique actuelle en matière de sécurité consiste à faire preuve de bon sens. Bien qu'il s'agisse d'un travail en cours, cette politique se veut concrète et spécifique. Nous essayons de la finaliser bientôt.

]]>
Argentine : la résistance, un obstacle à la destruction des forêts et glaciers par Mileihttps://fr.globalvoices.org/?p=286086http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20240401_153329_Argentine___la_resistance__un_obstacle_a_la_destruction_des_forets_et_glaciers_par_MileiMon, 01 Apr 2024 13:33:29 +0000Scientifiques et écologistes rejettent les réformes environnementales de Javier Milei

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Paysage représentant un glacier au bord d'un lac et au pied des montagnes.

Le glacier Perito Moreno, parc national Los Glaciares, en Argentine. Photo de Amanderson2 sur Flickr. CC BY 2.0 DEED.

Cet article, rédigé par David Feliba, a été publié sur Climate Home News [en] le 13 février 2024. Global Voices republie ici une version modifiée dans le cadre d'une convention de partenariat média. [Sauf mention contraire, tous les liens de ce billet renvoient vers des pages web en espagnol.]

Le nouveau président libéral argentin Javier Milei prône un recul de la réglementation environnementale, menaçant les forêts et les glaciers. Javier Milei, qui a qualifié le changement climatique de « mensonge socialiste », tente de diminuer les restrictions relatives à l'exploitation minière près des glaciers et de retirer les protections accordées aux forêts.

Mais les modifications envisagées ont déclenché des protestations [fr] ainsi que des pétitions et lettres ouvertes. Le président Milei a ainsi été contraint de retirer le plan de réformes libérales plus global qui contenait les changements de texte. De toute évidence, il ne disposait pas des voix nécessaires pour faire adopter le projet de loi dans son intégralité par la Chambre des députés du Congrès argentin.

Bien que Javier Milei ait été élu président en novembre 2023 avec 56 % des votes, son parti détient moins d'un cinquième des sièges à la Chambre des députés et moins d'un dixième au Sénat. Cette représentation rend très difficile le passage d'une loi, qui dépend largement du vote des indépendants.

Diagrammes circulaires représentant les groupes politiques à la Chambre des députés et au Sénat, avec l'opposition majoritaire, le parti du gouvernement minoritaire et une large proportion d'indépendants.

Répartition des sièges au Congrès argentin. Graphique issu de Climate Home News. Reproduit avec autorisation.

Javier Milei doit encore préciser la prochaine étape du plan de réformes. Le gouvernement dispose de plusieurs options : présenter de nouveau le texte au Parlement en vue d'un autre vote, légiférer par décret sur certains aspects ou bien soumettre le projet de loi au référendum.

Déréglementation

Après des décennies dominées par des gouvernements de gauche en Argentine, Javier Milei a été élu en promettant de réduire drastiquement les dépenses publiques, lutter contre l'inflation galopante et stimuler la croissance économique.

Lucas Ruiz est glaciologue au Conseil national de la recherche scientifique et technique (Conicet), une agence gouvernementale argentine. Il explique que le programme de Javier Milei en matière d'environnement consiste à « assouplir les réglementations ou réduire le périmètre des zones protégées en argumentant qu'elles vont à l'encontre du développement économique ».

D'après Enrique Viale, président de l'association argentine des avocats environnementalistes, Javier Milei « adhère à la tendance internationale selon laquelle l'écologie est perçue comme un ennemi ». Il a d'ailleurs fait l'éloge des anciens présidents d'extrême droite Jair Bolsonaro au Brésil et Donald Trump aux États­­-Unis.

Bien qu'il se soit engagé à ce que l'Argentine reste dans l'Accord de Paris sur le climat et à maintenir son objectif de neutralité carbone à l'horizon 2050, Javier Milei a rapidement supprimé le ministère de l'Environnement et proposé un vaste plan de réformes radicales.

En savoir plus : le Congrès argentin approuve des dispositions du projet de loi du président Javier Milei visant à déréguler l'Argentine

Le projet de loi contient des centaines d'articles qui mettent en œuvre son programme dans un large éventail de secteurs, du tourisme au vin en passant par l'exploitation minière et l'agriculture. Mais les deux points qui ont le plus suscité la colère des écologistes concernent l'allégement des restrictions imposées aux activités économiques dans les zones glaciaires et les forêts.

Alors que certains articles du projet de loi ont reçu le soutien des législateurs, ces deux dispositions ont créé la polémique après avoir été largement rejetées par des scientifiques et des associations écologistes.

Forêts et glaciers

L'une de ces dispositions permettrait d'une part, aux gouvernements provinciaux d'autoriser la déforestation dans des zones où elle est actuellement interdite et d'autre part, de réduire le budget alloué à la lutte contre la déforestation et les feux de forêt.

Greenpeace estime qu'avec une telle réforme, environ quatre cinquièmes des forêts du pays se retrouveraient sans aucune protection légale. Selon Hernán Giardini, coordinateur de la campagne de protection des forêts menée par Greenpeace, il s'agirait d'une « grave régression en matière d'environnement », qui conduirait à une « augmentation incontrôlée » de la destruction des forêts.

Javier Milei a également proposé de modifier la définition légale du terme glacier afin d'en exclure les glaciers plus petits et ceux n'ayant pas déjà été répertoriés dans un registre officiel. Ces glaciers ne seraient alors pas protégés juridiquement contre les sociétés minières d'or, d'argent et de cuivre qui convoitent les gisements andins.

Pour Hernán Giardini, l'idée selon laquelle il serait possible d'exploiter des minerais en périphérie des glaciers sans nuire aux glaciers eux-mêmes revient à « enlever la porte du réfrigérateur en croyant que le congélateur ne va pas dégivrer ». L'Argentine compte près de 17 000 glaciers, couvrant une superficie plus grande que celle de Trinité-­et-Tobago. Ils fournissent les villes en eau potable et aident le pays à s'adapter au changement climatique.

Le glaciologue Lucas Ruiz explique que les glaciers contribuent à atténuer les effets de la sécheresse grâce à leur apport en eau. « Le plus grand risque auquel nous sommes désormais confrontés [en raison de l'exploitation minière] est la pollution des zones mêmes où beaucoup de fleuves prennent leur source. »

Le sort de telles mesures et du projet de réformes demeure incertain. Cependant, Hernán Giardini met en garde contre leur adoption, qui constituerait « un retour en arrière révoltant ». Les législations que ces réformes viendraient affaiblir sont « le fruit de longues années de travail », précise-t-il. « Les anéantir, ce serait ruiner tous ces efforts. »

]]>
Le film à succès du Kirghizistan est une histoire émouvante sur le lien entre une mère et son filshttps://fr.globalvoices.org/?p=286217http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20240401_152058_Le_film_a_succes_du_Kirghizistan_est_une_histoire_emouvante_sur_le_lien_entre_une_mere_et_son_filsMon, 01 Apr 2024 13:20:58 +0000Presque tout le monde coule des larmes à la fin du film.

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Affiche du film « Beyish enenin tamanynda» (Le paradis est sous les pieds de la mère). Capture d'écran de la vidéo “Эрлан Андашев – Апа (“OST БЕЙИШ-ЭНЕНИН ТАМАНЫНДА”)” sur la chaîne Youtube d’Erlan Andashev. Utilisation équitable.

Le 1er mars, un nouveau film Kirghize intitulé «Beyish enenin tamanynda» (Le paradis est sous les pieds de la mère) a été projeté en avant-première dans les salles de cinéma du Kirghizstan. Le film raconte l'histoire d'Adil, 35 ans, ayant une croissance intellectuelle arrêtée à l'âge de 8 ans, et de sa mère Raykhan, 75 ans. Les spectateurs sont invités à suivre leur voyage alors qu'Adil tire sa mère sur une charrette pour l'emmener du Kirghizstan à l'Arabie saoudite afin d'accomplir le hadj, un pèlerinage religieux, à La Mecque.

Voici la bande-annonce du film sur YouTube.

Adil est élevé par sa mère, qui tente de le protéger du ridicule en lui disant qu'il fait partie des humains préférés de Dieu et qu'il ira au paradis. Après avoir appris d'un de ses amis que les mères dont les fils les emmènent à la Mecque pour le hadj peuvent aller au paradis, Adil décide de le faire pour s'assurer que sa mère puisse également aller au paradis et le rejoindre.

Au cours de leur long et dangereux périple, ils traversent de nombreux pays et relèvent les nombreux défis du voyage à pied avec l'aide des étrangers au grand cœur. Le film est rempli de moments de bonheur lorsque des inconnus aident Adil et sa mère de manière désintéressée. Selon son réalisateur, Ruslan Akun, l'objectif principal du film est d'encourager les gens à être miséricordieux les uns envers les autres et à faire de bonnes actions.

Voici une vidéo YouTube avec des interviews du réalisateur et des acteurs principaux.

Pour recréer le chemin de pèlerinage parcouru à pied, le film a été tourné dans sept pays différents : Kirghizstan, Ouzbékistan, Kazakhstan, Azerbaïdjan, Turquie, Syrie et Arabie saoudite, ce qui en fait le plus grand projet cinématographique de l'histoire du Kirghizstan en termes de production. Selon l'acteur principal et coscénariste, Emil Esenaliev, la contribution du président du Kirghizstan, Sadyr Japarov, a été considérable pour surmonter les obstacles administratifs et logistiques liés au tournage du film dans un si grand nombre de lieux.

Le soutien de Japarov au film n'est pas une coïncidence et s'inscrit dans sa politique plus large de promotion des valeurs traditionnelles. En 2022, par exemple, il a signé un décret « sur la tradition nationale » et a demandé aux parties prenantes de mener un travail de sensibilisation auprès de la population afin de diffuser les traditions kirghizes, notamment celle qui consiste à respecter et à servir ses parents lorsqu'ils sont âgés, et qui est mise en avant dans le film.

Les chefs religieux islamiques du Kirghizstan ont également soutenu le film en assistant à sa première et en chantant ses louanges par la suite. Le film peut être considéré comme une promotion de l'islam, puisqu'il est centré sur l'un de ses piliers, le hadj, et qu'il emprunte son nom à la parole du prophète Mahomet, qui a dit que le paradis se trouve sous les pieds des mères. Elle reflète sans aucun doute le rôle de plus en plus important que joue l'islam dans la société kirghize depuis que le pays est devenu indépendant en 1991, après la désintégration de l'Union soviétique. Par exemple, le nombre de mosquées dans le pays est monté en flèche, passant de 39 en 1991 à 2669 en 2020.

Avec des projets de traduction du film dans cinq autres langues et de projection dans au moins trois autres pays, il s'agit de loin de la plus grande réussite de l'industrie cinématographique Kirghize dans l'histoire moderne du pays. Cependant, il est loin des sommets sans précédent que cette industrie a atteints entre les années 1960 et 1970 et qui lui ont valu le surnom approprié de « merveille kirghize ».

Voici une vidéo YouTube relatant le succès de l'industrie cinématographique Kirghize dans les années 1960 et 1970.

À cet égard, le nouveau film de Ruslan Akun suit les traces des grands films kirghizes de l'époque passée qui étaient populaires au-delà du Kirghizstan, gagnant des centaines de millions de dollars au box-office et même une nomination aux Oscars.

]]>
Bassirou Diomaye Faye élu président au Sénégal: victoire d'une jeunesse déterminéehttps://fr.globalvoices.org/?p=286291http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20240329_023515_Bassirou_Diomaye_Faye_elu_president_au_Senegal__victoire_d_une_jeunesse_determineeFri, 29 Mar 2024 01:35:15 +0000Au Sénégal, les jeunes représentent plus de 70% de la population

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Bassirou Diomaye Faye, Président du Sénégal ; capture d'écran de la chaîne YouTube de Tv5monde

Les Sénégalais ont fait le choix de leur nouveau président lors des élections présidentielles du 24 mars 2024, après une période de manifestations due à un report de la date initiale des élections. Les résultats provisoires proclament Bassirou Diomaye Faye nouveau président du pays pour les cinq années à venir.

Pourtant, au départ Bassirou Diomaye Faye avait peu de chance de participer aux élections: il était détenu en prison depuis avril 2023 pour diffamation, outrage à magistrat. En juillet 2023, il est rejoint en prison par Ousmane Sonko, son mentor et président du parti PASTEF, qui lui est condamné pour viol et diffamation. Ces deux acteurs politiques sont membres du parti d'opposition Les Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l'éthique et la fraternité (PASTEF), une formation politique populaire auprès des jeunes (plus de 70% de la population) qui sont fatigués d'une gouvernance qui n'offre pas de perspectives d'emploi.

A plusieurs reprises, le parti PASTEF appelle la population à manifester son ras-le-bol contre le régime du président Macky Sall. Ces manifestations, souvent réprimées, engendrent par moment des morts et des blessés dans un climate de tensions sociales et politiques. En juillet 2023, PASTEF est dissous par le gouvernement qui lui reproche des appel fréquents à la population à “des mouvements insurrectionnels”.

Bien avant que le processus électoral ne sois enclenché le 31 octobre 2023,  Sonko est exclu des listes électorales et ne peut donc se poser comme candidat. Son parti opte alors pour un plan B qui positionne Bassirou Diomaye Faye comme nouveau candidat a l'élection présidentielle..

Lire : Au Sénégal, un parti de l'opposition nomme un nouveau candidat, Bassirou Diomaye Faye, pour l’élection présidentielle de début 2024

Bien qu'en prison, Bassirou Diomaye Faye voit sa candidature acceptée par le conseil constitutionnel. Quand la campagne électorale démarre le 9 mars, il est, comme Sonko, encore derrière les barreaux. Mais suite à la promulgation par Macky Sall, président sénégalais d'une loi d'amnistie générale que le parlement vote le 7 mars, ils sont libérés le 14 mars et peuvent participer aux campagnes électorales et défendre leur programme auprès de la population sénégalaise.

Au lendemain du 24 mars, les tendances annoncent une victoire du candidat du PASTEF. Au Sénégal, la commission nationale de recensement des votes a le privilège de dévoiler les résultats provisoires avant que le conseil constitutionnel ne donne sa validation. La commission annonce que Bassirou Diomaye Faye l'emporte largement avec 54,28 % des suffrages, devant le candidat du pouvoir, Amadou Ba qui totalise (35,79 %), alors que le taux de participation s'élève à 61%.

Ce reportage vidéo de France24 donne les détails des résultats :

 

Soulagement des jeunes

A l'annonce de la victoire de Faye, les jeunes poussent un soupir de soulagement. Pour beaucoup, la rupture avec l'ancien régime est désormais officielle et ils peuvent donc espérer que les choses changent de façon positive. Au micro de France24, certains donnent leur avis sur cette victoire du candidat de la jeunesse:

Au lendemain du vote, des félicitations viennent de partout. Sur la toile sénégalaise, Amadou Ba, candidat du régime n'a pas adresse ses vives félicitations au nouveau président. Sur son compte X (ex-Twitter), il écrit :

Le président sortant, Macky Sall fait de même :

Hors des frontières sénégalaises, d'autres présidents adressent leurs félicitations au nouveau président. Patrice Talon, président du Bénin écrit sur son compte X :

Adama Barrow, président de la Gambie, écrit sur son compte X:

Je félicite M. Bassirou Diomaye Faye pour une élection victorieuse et félicite le peuple de la République de #Senegal pour le déroulement pacifique de l'élection. Je suis optimiste que les relations cordiales entre La #Gambia et le Sénégal seront encore renforcées < Président élu.
— President Barrow (@BarrowPresident) 25 March 2024

Ou encore Mamadi Doumbouya, président de la Guinée qui publie sur le réseau X:

L'homme politique togolais Nathaniel Olympio montre son admiration pour la détermination de la jeunesse sénégalaise. Il dit :

Avec cette victoire, Dénis Mukwege, candidat malheureux à l'élection présidentielle de 2023 en République démocratique du Congo veut retenir que l'alternance est toujours possible en Afrique. Il publie :

Également sur X, Emmanuel Macron, président français adresse lui aussi ses vœux de réussite à Bassirou Diomaye Faye. Il écrit :

Mais les commentaires sous le post du président français démontrent la détermination des jeunes Africains à cesser toute collaboration avec l'ancienne métropole.

Les enjeux

Pour les cinq prochaines années, le nouveau président doit faire fait face à différents principaux enjeux dont la révision sur l'accord de pêche établi par Macky Sall avec  l'Union européenne. Cet accord prive la jeunesse sénégalaise des activités de pêche et menace la souveraineté économique et alimentaire du pays comme l'indique cette publication de Tv5monde sur son compte X:

Autres défis majeurs : la reconstruction du pays, la question du Franc CFA, la consolidation de la CEDEAO. Dans son premier discours relaté dans cette vidéo de Radio France Internationale (RFI), Faye présente les priorités de  son mandat:

En attendant la validation de l'élection de Bassirou Diomaye Faye, comme président du Sénégal, par le conseil constitutionnel le 29 mars, la jeunesse sénégalaise célèbre la fin au régime de Macky Sall.

Lire : 

]]>
Sri Lanka : ouverture d'un bureau de Greenpeace en pleine crise climatiquehttps://fr.globalvoices.org/?p=285913http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20240326_133940_Sri_Lanka___ouverture_d_un_bureau_de_Greenpeace_en_pleine_crise_climatiqueTue, 26 Mar 2024 12:39:40 +0000« Greenpeace a contribué au changement de système »

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Greenpeace activists are protesting in front of the Angra dos Reis (RJ) nuclear power plants, denouncing the Brazilian government's decision to invest in building Angra 3 while neglecting the country's vast wind energy potential. Rio de Janeiro. 07/04/2009. Image via Flickr by Greenpeace/Alex Carvalho. CC BY-SA 2.0.

Des militants de Greenpeace manifestent devant les centrales nucléaires d'Angra dos Reis (RJ), pour dénoncer la décision du gouvernement brésilien d'investir dans la construction d'Angra 3, sans tenir compte du vaste potentiel que représente pour le pays l'énergie éolienne. Rio de Janeiro, 07/04/2009. Image via Flickr par Greenpeace/Alex Carvalho. CC BY-SA 2.0.

Cet article a tout d'abord été publié sur Groundviews, un site primé de journalisme citoyen du Sri Lanka. Une version éditée est publiée ici dans le cadre d'un accord de partage de contenu avec Global Voices.

En 1971, un groupe de militants quitte le Canada à bord d'un vieux bateau de pêche pour protester contre les essais nucléaires souterrains effectués par l'armée américaine à Amchitka, une île située au large de l'Alaska. Après avoir finalement été forcés de rebrousser chemin, les militants ont créé une organisation nommée Greenpeace, dans le but d’encourager l'action directe non-violente, et de changer les mentalités.

Au cours des années 1970, le mouvement Greenpeace s'étend à plusieurs pays et commence à se mobiliser pour les causes environnementales, notamment la chasse commerciale à la baleine et les déchets toxiques. Greenpeace International est créée en 1979. Basée aux Pays-Bas, l’organisation compte aujourd'hui trois millions de sympathisants à travers le monde et possède des bureaux dans 40 pays.

Les militants de Greenpeace affrontent les baleiniers en s’interposant entre les harpons et les baleines. En 1985, le gouvernement français coule leur bateau, le Rainbow Warrior, opération au cours de laquelle ils subissent des violences et sont qualifiés d'écoterroristes. Les militants de Greenpeace se sont opposés à de nombreux gouvernements et ont risqué la prison et même la mort afin de faire évoluer les mentalités et changer la politique internationale.

Bien qu'elle ne mène plus beaucoup d'actions directes ou ne fasse plus la une des journaux avec des photos choquantes, Greenpeace reste néanmoins une force indéniable sur la scène mondiale, une organisation internationale à l'origine de campagnes de sensibilisation à l’environnement à travers le monde. Elle utilise la confrontation de façon créative et non-violente pour faire campagne sur des sujets tels que les changements climatiques, la déforestation, la surpêche, la chasse commerciale à la baleine, la manipulation génétique, lutter contre la guerre et le nucléaire. Elle n'accepte aucun financement de la part de gouvernements, multinationales ou partis politiques.

Malgré une prise de conscience du besoin de protéger la planète, la Terre est encore plus fragile aujourd'hui qu'elle ne l'était en 1971. Le déclin de la biodiversité s’est amplifié, alors que les émissions de gaz à effet de serre dans l'atmosphère et la présence de toxines dans les sols augmentent, les sols contiennent moins de carbone, les rivières et les lacs s’assèchent, le nombre de zones mortes dans les océans s’accélère, les forêts disparaissent, les déserts se multiplient, la population mondiale augmente, un milliard de personnes sont au bord de la famine et les ressources naturelles, surexploitées pour satisfaire les besoins humains, se font de plus en plus rares.

L’Asie du Sud compte plus d'un milliard et demi d'habitants répartis dans huit pays où se trouvent certaines des zones les plus vulnérables du monde sur le plan environnemental. C'est aussi la deuxième région la plus pauvre de la planète. La pauvreté multidimensionnelle, la dépendance à l'égard des ressources naturelles et les conditions météorologiques rendent les populations vulnérables à l'instabilité qui résulte du réchauffement climatique. Selon un rapport de la Banque mondiale, plus de 800 millions de Sud-Asiatiques vivent dans des zones qui vont devenir particulièrement sensibles aux changements climatiques, et elles seront alors inhabitables. La région traverse une crise environnementale, les changements climatiques perturbant l'agriculture et les moyens de subsistance. Bien qu’elle ne soit pas, ou très peu, responsable des changements climatiques, l'Asie du Sud est touchée de manière disproportionnée.

Afin de développer une coopération régionale pour lutter contre les changements climatiques, Greenpeace a ouvert un bureau à Colombo, dans l’Asie du Sud, et a marqué l'événement à bord de son navire emblématique, le Rainbow Warrior. Groundviews s'est entretenu avec Binu Jacob, directeur général de Greenpeace South Asia, sur les défis climatiques auxquels la région est confrontée et sur le rôle de Greenpeace dans la lutte contre l'injustice climatique.

Groundviews : Bien que Greenpeace existe depuis plus de 50 ans, elle livre toujours les mêmes combats. Quel a été son impact ?

Binu Jacob: We have been campaigning fearlessly for over 50 years when it was not fashionable. We are supported by individuals so we can take an independent stand. We have made an impact over the generations When we were in school and in collage, we were motivated by organisations such as Greenpeace to work for sustainability and climate justice. Greenpeace has contributed to system change.

Binu Jacob : Nous menons ouvertement des campagnes depuis plus de 50 ans, à une époque où ce n'était pas au goût du jour. Nous sommes soutenus par des particuliers, ce qui nous permet d'adopter une position indépendante. Nous avons marqué plusieurs générations. Nous avons tous, à l'école ou à l'université, été inspirés par des organisations telles que Greenpeace d’œuvrer en faveur de la durabilité et de la justice climatique. Greenpeace a aidé à changer le système.

Groundviews: Dans les années 1980 et 1990, Greenpeace était une organisation plus visible et qui faisait beaucoup de bruit. Sa stratégie a-t-elle changé ?

Binu Jacob: There are different kinds of campaigns now that are culturally relevant to a region or society. They are more creative; different regions have their own methods of campaigning. The media has also changed and become segmented so the way the message is put across has also changed with more regional campaigns. The issues are intersectional so it’s not just one area such pollution but we have to look at climate justice as well.

Binu Jacob : Il existe aujourd'hui différents types de campagnes qui tiennent compte des spécificités culturelles d'une région ou d'une société. Elles sont plus créatives ; les différentes régions ont leurs propres méthodes de campagne. L’évolution et la segmentation des médias ont changé la manière de faire passer le message, à l’aide de campagnes de sensibilisation à une échelle plus régionale. Les problèmes sont intersectoriels ; par conséquent, nous ne pouvons pas seulement nous concentrer sur seul domaine, par exemple la pollution, sans en même temps aborder la question de justice climatique.

Groundviews: Selon vous, est-il acceptable de vandaliser des œuvres d’art pour dénoncer la consommation d’énergies fossiles ?

Binu Jacob: Young people think that nobody listens to them although it’s their planet. Such action comes out of helplessness. The world only listens to dramatic things. But youth icons such as Greta Thunberg can inspire other young people to take action.

Binu Jacob : Les jeunes pensent que personne ne les écoute alors qu'il s'agit de leur planète et de leur avenir. Ils agissent ainsi par impuissance et parce que ce genre d'évènements dramatiques attire l’attention. Mais les icônes de la jeunesse telles que Greta Thunberg peuvent aussi inspirer d'autres jeunes à agir.

Groundviews: Quels sont les principaux problèmes environnementaux auxquels la région est confrontée ?

Binu Jacob: There are many issues that connect South Asia but we are focussing on climate change because the region is the second most affected after Sub Saharan Africa. South Asia is densely populated and polluted and has great economic disparity. The people who are most affected by climate change are farmers, fishermen, factory workers and other poor and marginalised communities. Climate events such as droughts and floods are increasing in number and intensity. While the rich can isolate themselves from the effects of climate change, frontline people are greatly impacted; although they have not contributed to climate change, they are the ones who pay the most. The Indian ocean is common to the region. It is threatened by over fishing, infrastructure development and plastics. Countries in the region have the opportunity to show leadership. Although we may be poorer or smaller, we still have a responsibility to the planet. But at the same time governments must be mindful of the needs of the poor. We can say to ban single use plastic, which is mainly used by poorer people, but then governments needs to provide alternatives.

Binu Jacob : L'Asie du Sud se heurte à de nombreux problèmes, mais nous nous concentrons surtout sur les changements climatiques car la région est la plus touchée, après l'Afrique subsaharienne. L'Asie du Sud est fortement peuplée et polluée, et est une région du monde où règnent de grandes disparités économiques. Les personnes les plus frappées par les changements climatiques sont les agriculteurs, les pêcheurs, les ouvriers d'usine et d'autres communautés pauvres et marginalisées. Les événements climatiques tels que les sécheresses et les inondations sont de plus en plus nombreux et intenses. Alors que les riches ont les moyens d'échapper aux effets des changements climatiques, les populations qui se trouvent en première ligne sont, elles, fortement affectées ; bien qu'elles n'aient pas contribué au réchauffement climatique, ce sont elles qui en paient le plus lourd tribut. L’Asie du Sud baigne dans l'océan Indien qui est menacé par la surpêche, le développement des infrastructures et les déchets plastiques. Les pays de la région ont la possibilité de faire preuve de leadership. Même s'ils sont plus pauvres ou plus petits, ils ont une responsabilité envers la planète. Mais les gouvernements doivent aussi tenir compte des besoins des populations pauvres. Interdire le plastique à usage unique, lequel est principalement utilisé par les plus démunis, est une bonne chose, mais les gouvernements doivent alors proposer des solutions de remplacement.

Groundviews: Comment les citoyens peuvent-ils lutter contre la destruction de l'environnement ?

Binu Jacob: Activists and individuals are taking action; some have the calling. They are writing to authorities, going to the media and getting communities to come to together. Because of their actions, leaders can change their behaviour. The challenge is how to do it creatively and get across the message that it’s for the good of everyone and that it is not anti-development. While development can get short term gains, the impacts on quality of life and the mental health of future generations will be severe. We need to invent new value systems because we can’t continue with greed.

Binu Jacob : Les militants et les particuliers se mobilisent ; certains sont faits pour ça. Ils écrivent aux autorités, s'adressent aux médias et incitent les communautés à s’unir. Grâce à leurs actions, les dirigeants peuvent changer d’attitude. Le défi consiste à faire preuve de créativité et à faire passer le message que nous agissons pour le bien de tous et que nous ne sommes pas opposés au développement. Si le développement permet seulement d'obtenir des gains à court terme, alors les conséquences sur la qualité de vie et la santé mentale des générations futures seront considérables. Nous devons créer de nouveaux systèmes de valeurs parce que nous ne pouvons pas continuer à agir par cupidité.

Groundviews: Les PED estiment qu'il est injuste d’être contraint de freiner leur développement en raison de préoccupations environnementales, alors que l'Occident est déjà développé et a les moyens de procéder à ces changements. Comment obliger les pays à se conformer ?

Binu Jacob: Some leaders in West still think it’s alright to destroy planet but their citizens are opposing this. People can act and oppose adverse actions successfully. The same environmental standards applied in the West should be applied to developing countries as well. Development should not be at the cost of the environment. Corporations as well as governments must be held responsible for their actions that damage the environment. What we do in one part of the planet impacts all of us. While everyone has the right to basic material needs such as water, food and housing, immense and wasteful access can’t continue.

Binu Jacob : Pour certains dirigeants occidentaux, détruire la planète est tout à fait acceptable, contrairement à leurs citoyens qui, grâce à leurs actions, ont le pouvoir de s'opposer avec succès à toute mesure défavorable. Les normes environnementales appliquées en Occident devraient être les mêmes pour les PED. Le développement ne doit pas se faire au détriment de l'environnement. Les entreprises et les gouvernements doivent être tenus responsables des dommages environnementaux résultant de leurs actes. Les actions menées dans une partie spécifique de la planète nous affectent tous. Même si chacun a le droit de satisfaire des besoins matériels de base tels que l'eau, la nourriture et le logement, leur accès illimité et le gaspillage qui en résulte ne peuvent plus durer.

Regardez la vidéo de l'entretien :

]]>
L’ économie du Ghana et les politiques de sécurité alimentaire : leçons tirées de l'opération Feed Yourselfhttps://fr.globalvoices.org/?p=286090http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20240326_132127_L____economie_du_Ghana_et_les_politiques_de_securite_alimentaire___le__ons_tirees_de_l_operation__Feed_YourselfTue, 26 Mar 2024 12:21:27 +0000Les infrastructures marquent l’Opération Feed Yourself des années 1970s

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Les vendeurs de tomates au marché principal à Accra, Ghana. Image par Runjiv on Wikimedia Commons (CC BY-SA 4.0 DEED).

Récemment, le Ghana a été confronté à de profonds défis macroéconomiques, notamment la dépréciation de sa monnaie, l'escalade de l'inflation et la perte de confiance des investisseurs. Cette situation a conduit à des perspectives économiques sombres et à des prévisions de croissance lente, comme l'a souligné la Banque mondiale.  

Pour freiner la dépréciation du cedi ghanéen et favoriser l'industrialisation, qui stimulera à son tour l'économie, le gouvernement ghanéen souhaitait adopter un projet de loi sur la réglementation des exportations et des importations imposant des restrictions sur 22 produits stratégiques en novembre 2023. La liste des produits comprend les denrées alimentaires essentielles consommées par la plupart des ménages ghanéens. Il s'agit du riz, des abats, de la volaille, de l'huile de cuisson, des jus de fruits, des pâtes, du poisson, du sucre et des tomates en conserve. Cependant, comme le rapporte The Conversation,les organisations de la société civile les associations , commerciales et la minorité parlementaire se sont opposés au projet de loi pour plusieurs raisons. 

Les opposants à la proposition ont fait valoir que cette politique aurait de graves répercussions sur l'économie et la sécurité alimentaire du Ghana, car les producteurs nationaux pourraient avoir du mal à répondre à la demande locale pour les produits spécifiques que le gouvernement souhaite restreindre. En outre, comme le souligne l'article de The Conversation, les contraintes pesant sur les importations d'aliments de consommation courante pourraient conduire à une pénurie et, par conséquent, une augmentation des prix des denrées alimentaires réduirait encore davantage la sécurité alimentaire. Cela occasionne aussi un risque de perte de recettes, comme l'ont souligné les critiques, notamment en ce qui concerne les droits de douane et d'importation, et le Ghana pourrait faire l'objet de représailles de la part d'autres pays si les restrictions nuisent à leurs intérêts.

Suite à ces objections, le gouvernement a suspendu le projet de loi.

Si l'on considère les expériences historiques du Ghana, l'échec de l'opération “Feed Yourself” (Nourrissez-vous) en 1977 doit inciter à la prudence.

En février 1972, sous la direction d'Ignatius Kutu Acheampong, le gouvernement ghanéen a lancé la politique de l'Opération “Feed Yourself”, un programme agricole destiné à stimuler la production nationale de cultures vivrières . Le programme a divisé le Ghana en neuf zones, chacune se voyant attribuer la production des cultures les mieux adaptées à sa spécificité géographique. Par exemple, la région orientale s'est concentrée sur la culture du manioc, du maïs, de la banane plantain, de la canne à sucre, du thé, de l'avocat, des agrumes et de l'igname, tandis que la région centrale s'est concentrée sur le maïs, l'igname, le manioc, la banane plantain, le riz, l'ananas et la canne à sucre. 

Pour vulgariser ce programme, le gouvernement a entrepris de vastes efforts de sensibilisation, pour la promotion de l’agriculture, en utilisant la propagande et les émissions de télévision et de radio. En outre, le gouvernement a tiré parti de ses relations avec des institutions telles que les universités, l'armée et les prisons pour les encourager à implanter en interne des unités de production agricole .

L'administration Acheampong a mis en place un système de collecte, de transport, de stockage et de commercialisation des récoltes à l'intérieur du pays. Ce système visait à garantir un marché pour les produits cultivés dans les zones rurales et à faciliter leur transport vers les centres urbains. Des entités telles que le Meat Marketing Board, la State Fishing Corporation et la Food Distribution Corporation étaient chargées d'acheter les récoltes aux agriculteurs et de les proposer à des prix réduits aux citadins.

Pour stimuler la production agricole, le gouvernement a accordé des subventions pour les semences, les engrais et les outils agricoles tels que les houes et les coutelas. Il est important de noter que les taxes sur l'importation de machines agricoles ont été supprimées. Les incitations spécifiques comprenaient des exonérations fiscales sur les revenus du cacao et, plus généralement, pour les exploitations agricoles au cours de leurs cinq premières années d'activité. L'opération “Feed Yourself” a impliqué une collaboration avec des institutions telles que la Banque nationale d'investissement et la Banque africaine de développement, qui ont fourni des crédits et des prêts à divers Ghanéens.

Malgré les efforts considérables déployés par le gouvernement pour assurer la réussite du programme, l'opération “Feed Yourself” a été considérée comme un échec en raison de divers facteurs, notamment le mécontentement croissant de la population, la diminution des superficies plantées, la persistance des prix élevés des produits alimentaires nationaux et l'augmentation du déficit budgétaire du Ghana, qui est passé de 190 millions de cédis (14 871 376 USD) en 1972 à 807 millions de cédis (63 164 213 USD) en 1977. L'enthousiasme initial des citadins pour les activités agricoles s'est également estompé, probablement sous l'influence des problèmes perçus dans les infrastructures rurales, tels que le manque d'eau potable, d'électricité et de routes bien entretenues. En conséquence, , dès 1977, l'intervention de l'aide alimentaire internationale était requise pour remédier aux pénuries alimentaires au Ghana.

En 2017, pour faire face aux problèmes de sécurité alimentaire et aux niveaux d'emploi nationaux, le gouvernement du Ghana a mis en œuvre une nouvelle initiative appelée “Planting for Food and Jobs” (PFJ), qui s'inspire de l'opération Feed Yourself (Nourrissez-vous). Le programme propose des solutions telles que des subventions publiques pour l'achat de semences et d'engrais de haute qualité, des initiatives éducatives sur les pratiques agricoles efficaces et le renforcement des liens entre les agriculteurs et les acheteurs potentiels dans les secteurs public et privé. Toutefois, ce programme a également été considéré comme un échec l'inflation des denrées alimentaires ayant atteint plus de 50 % l'année dernière , et l'infrastructure de base restant un problème.

Il semble que les législateurs ghanéens n'aient pas pleinement tenu compte des leçons tirées des échecs passés, comme en témoigne la récente tentative du gouvernement de mettre en œuvre une nouvelle politique sans s'attaquer de manière adéquate aux défis inhérents à l'infrastructure fondamentale.

]]>
Turkménistan : les femmes toujours en proie à l'insécurité.https://fr.globalvoices.org/?p=284148http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20231219_170316_Turkmenistan___les_femmes_toujours_en_proie_a_l_insecurite.Tue, 19 Dec 2023 16:03:16 +0000Le classement mondial du pays en ce sens reste irréaliste.

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Femmes turkmènes en vêtements traditionnels. Photo de Veni Markovski sur Flickr. CC-BY-2.0.

Le Turkménistan est le pays le plus sûre pour les femmes en Asie Centrale, selon l'indice Femmes, Paix et Sécurité publié récemment par l'Institut de Georgetown pour les femmes, la paix et la sécurité et le Centre norvégien PRIO pour le genre, la paix et la sécurité.Bien que les résultats soient basés sur des données provenant de sources internationales réputées, cette conclusion est clairement en contradiction avec le tableau dressé par les rapports des médias indépendants et des groupes de défense des droits de l'homme, ainsi qu'avec les conclusions des experts internationaux.

Par exemple, selon les résultats de l'enquête, une femme sur six au Turkménistan a subi des violences domestiques (DV) au cours de sa vie — et plus de 40 % d'entre elles ont été soumises à des degrés divers de contrôle social. Au Turkménistan, 59 % des femmes pensent qu'un homme a le droit de battre son épouse.

En dehors des violences domestiques, les femmes du Turkménistan sont confrontées à des attitudes patriarcales encouragées par l'État, à des discriminations fondées sur le sexe et à de vastes restrictions de leurs droits fondamentaux. Loin de s'améliorer depuis l'arrivée au pouvoir du président Serdar Berdymukhamedov l'année dernière, la situation des femmes au Turkménistan n'a fait qu'empirer.

Les femmes, la paix et la sécurité au pays des dictateurs

Le Turkménistan est un pays d'Asie centrale comptant environ six millions d'habitants. Il est relativement peu connu de la plupart des gens, car c'est l'un des pays les plus isolés du monde. Le pays a obtenu son indépendance de l'Union soviétique en 1991, et a depuis lors été dirigé par trois dictateurs différents entourés de vastes cultes de la personnalité. Les deux derniers présidents sont père et fils. Gurbanguly Berdymukhamedov a transmis la présidence à son fils Serdar Berdymukhamedov en 2022, après avoir dirigé le pays depuis 2006.

L'indice Femmes, Paix et Sécurité (FPS) évalue et classe 177 pays dans le monde en termes d'inclusion des femmes, de justice et de sécurité, en mesurant les performances dans 13 domaines, à l'aide de données provenant d'agences des Nations unies, de la Banque mondiale, du Gallup World Poll et d'autres sources. Le Turkménistan est classé 58e. Le Kazakhstan est classé 70e, le Tadjikistan 90e, l'Ouzbékistan 94e et le Kirghizistan 95.

Selon le WPS, le Turkménistan est le pire pays d'Asie centrale et d'Europe centrale et orientale en ce qui concerne l'accès des femmes à la justice. Le Turkménistan obtient également les plus mauvais résultats dans son groupe sur l'inclusion financière des femmes. Mais le pays a obtenu de meilleurs résultats dans d'autres domaines : il a été classé premier dans son groupe sur la perception de la sécurité communautaire par les femmes, en mesurant le pourcentage de femmes qui déclarent se sentir en sécurité lorsqu'elles se promènent seules la nuit dans leur quartier de résidence. En ce qui concerne la violence entre partenaires intimes, mesurée par le pourcentage de femmes ayant subi des violences physiques ou sexuelles récentes de la part d'un partenaire, le Turkménistan se classe à l'avant-dernière place en Asie centrale, avec 7,2 %, contre 6 % pour le Kazakhstan.

Violations des droits des femmes

Si le Turkménistan a obtenu le meilleur score global de la WPS (Note de perception des femmes) parmi les pays d'Asie centrale, la situation des femmes y reste sombre. Comme le Partenariat international pour les droits de l'homme (IPHR) et l'Initiative turkmène pour les droits de l'homme (TIHR) l'ont indiqué dans un rapport récent, non seulement les autorités turkmènes n'ont pas réussi à lutter contre les stéréotypes discriminatoires et les pratiques négatives en matière de genre, mais elles les ont activement encouragés. Les espoirs d'amélioration après le transfert des pouvoirs présidentiels du père ont été anéantis par le lancement d'une nouvelle campagne de contrôle de l'apparence des femmes au nom de la sauvegarde des traditions et des valeurs nationales.

Par exemple, selon des informations obtenues par le TIHR et d'autres sources indépendantes, les employées des agences publiques et les étudiantes ont reçu l'ordre de porter des robes de style national, de ne pas se maquiller lourdement, de ne pas se teindre les cheveux et de ne pas recourir aux services des salons de beauté, sous peine de représailles. On signale également des détentions arbitraires de femmes accusées d'enfreindre ces mesures et même des descentes de police dans des salons de beauté.

Les femmes sont également confrontées à une discrimination fondée sur le sexe dans l'accès aux services publics et rencontrent de sérieux obstacles dans l'obtention ou le renouvellement de leur permis de conduire. Certaines de ces préoccupations particulières ont été soulignées le 6 novembre, lorsque le bilan du Turkménistan en matière de droits de l'homme a été évalué dans le cadre de l'examen périodique universel (EPU) à Genève. L'EPU est un processus d'examen par les pairs coordonné par le Conseil des droits de l'homme des Nations unies. Au cours de cet examen, le Turkménistan a reçu une série de recommandations visant à améliorer les droits des femmes.

Dans le même temps, la crise économique prolongée sévissant dans le pays a durement touché les femmes obligées de faire la queue durant des heures pour obtenir des produits alimentaires rationnés. Cette situation a parfois donné lieu à des manifestations spontanées, que les autorités s'empressent de réprimer. Au Turkménistan, la main-d'œuvre du secteur public est essentiellement féminine, et les femmes sont donc touchées de manière disproportionnée par les pratiques répressives organisées par l'État à l'égard des employés du secteur public, telles que la mobilisation forcée pour la récolte annuelle du coton ou les événements de propagande de masse.

Violence domestique généralisée

Selon la première enquête nationale sur la violence domestique en 2020. ,une femme sur six a subi des violences de la part de son partenaire actuel .L'étude a été menée par les autorités turkmènes et le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP). La violence s'est avérée pire dans les régions de Lebap (nord-est) et de Dashoguz (nord). Plus de 13 % des femmes ont déclaré avoir subi des violences économiques de la part de leur partenaire, notamment des restrictions d'accès à l'argent.

L'enquête a révélé que le comportement de contrôle des maris/partenaires à l'égard des femmes est un phénomène très répandu. Plus de 40 % des femmes ont déclaré avoir subi une forme ou une autre de contrôle social. Vingt-deux pour cent ont déclaré être soumis à des restrictions quant au moment où ils peuvent quitter la maison, et près de 21 % ont déclaré ne pas être autorisés à travailler ou à étudier en dehors de leur domicile. L'enquête a montré que ce comportement de contrôle allait de pair avec la violence domestique, puisque près d'une personne interrogée sur cinq a déclaré approuver et justifier le fait que son mari puisse la battre si elle quittait le domicile sans son autorisation.

En outre, la sous-déclaration des violences domestiques est un problème grave, car les femmes survivantes subissent des pressions sociales pour ne pas “déshonorer la famille” en dénonçant les abus dont elles sont victimes. Parmi celles qui ont survécu à la violence domestique moins de 12 % des femmes interrogées s'étaient adressées à la police ou à d'autres institutions d’assistance, les craintes et la pression de la société étant citées comme les principales raisons de leur silence. Les femmes sont susceptibles de ne pas signaler les abus, ce qui signifie que la violence domestique peut être plus répandue que ne le montre l'enquête.

En janvier et février 2024, le Comité des Nations unies pour l'élimination de la discrimination (CEDAW) examinera le bilan du Turkménistan en matière de droits des femmes. Dans la liste des questions adressées aux autorités en vue de cet examen, la commission leur a demandé d'expliquer « l'imposition de codes vestimentaires et d'apparence et d'autres pratiques discriminatoires » dans une atmosphère « renforcée par la surveillance et le contrôle actifs du comportement des femmes » . Ils s'informeront également des mesures prises « pour démanteler les attitudes patriarcales à l'origine de la violence sexiste à l'égard des femmes » et pour criminaliser la violence domestique, une mesure que le pays n'a pas encore prise.

En ce qui concerne la sécurité des femmes au Turkménistan lorsqu'elles se promènent seules la nuit— il convient de noter que le Turkménistan était talonné, dans le WPS, de pays tels que le Koweït, les Émirats arabes unis et la Chine, qui disposent d'un appareil de sécurité étatique tout aussi important. Si le maintien de l'ordre peut aider les femmes à se sentir plus en sécurité dans les rues du Turkménistan, ce même appareil est également utilisé pour supprimer leurs droits à un point tel que, comme le dit le célèbre YouTubeur Ilya Varlamov, elles vivent presque « sans droits. »

Cette vidéo YouTube illustre les violations des droits des femmes au Turkménistan.

Alors que les modèles patriarcaux actuels et les violations des droits persistent, il manque un cadre de discussion franche sur la sécurité des femmes au Turkménistan.

]]>
Understones : le Portugal et le mythe du bon colonisateurhttps://fr.globalvoices.org/?p=283312http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20231219_164827_Understones___le_Portugal_et_le_mythe_du_bon_colonisateurTue, 19 Dec 2023 15:48:27 +0000Les récits du passé pourraient encore étayer le sentiment d'identité au Portugal

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Illustration de Global Voices montrant le Monument des Découvertes. Wikimedia Commons (CC BY 4.0)

Cet article fait partie de Undertones, bulletin de l'Observatoire des médias civiques de Global Voices. S'abonner à Undertones.

Si on se promène à Lisbonne, il est fréquent de tomber sur des images de barques et des références au passé maritime du Portugal. Les caravelles, embarcations emblématiques utilisées lors des premiers voyages en Afrique Occidentale et au Brésil, elles sont présentes sur le drapeau de Lisbonne, sur de nombreux restaurants et des rues pavées, elles sont également présentes sous forme d'autobus touristiques, et de façon plus élaborée, sur le monument des découvertes construit par le dictateur António de Oliveira Salazar en 1958. Cet énorme monolithe, qui met en scène des explorateurs de renom, des cartographes, des navigateurs et des missionnaires. Ceci est un exemple de comment l'histoire de la colonisation portugaise se réécrit.

Pour les académiciens et les activistes, le discours qui a surgi pendant la dictature de Salazar perdure dans la société portugaise, et dans cette narration on y mélange l'orgueil d'un passé colonialiste et expansionniste avec le déni d'un racisme internalisé.

Certains incidents récents ont réveillé les débats sur le racisme dans le pays. La première exposition artistique qui commémore la vie des esclaves africains au Portugal fait face au rejet des autorités locales : en juillet, des critiques ont surgi contre le maire de Lisbonne pour « boycotter » l'exposition. En septembre, pendant une visite du Canada, le président Marcelo Rebelo de Sousa a décrit l'identité portugaise avec des phrases qui, pour certains; ont évoqué le slogan du dictateur Salazar : Football, Fado et Fatima (les trois F qui, selon le régime, ont défini le pays : le sport, la musique (fado) et la vénération de la vierge Fatima). Après, en octobre, une activiste noire et anti-racisme, a reçu une amende pour diffamation contre un néo-nazi autoproclamé.

« De nombreuses personnes ont une vision positive de l'époque coloniale », affirme Leon Ingelse, enquêteur de l'Observatoire des médias civiques. « Les récits de l'époque de Salazar semblent être normalisés dans l'ensemble du spectre politique ».

Pour les activistes antiracistes, « Portugal is not dealing with its colonial past » (Le Portugal ne fait pas face à son passé colonial)

Comment ce récit se propage dans les réseaux sociaux

Joacine Katar Moreira, politicienne portugaise née en Guinée Bissau, exprime sur le réseau X (ex Twitter) son désaccord avec la fierté de ses compatriotes concernant le passé colonial du Portugal.

Elle critique la façon dont « chaque référence nationale fait allusion au passé colonial du Portugal ». Par exemple le mot « navigatrices » (surnom de la sélection féminine de football). Elle demande si les Portugais sont également fiers d'autre chose.

La majorité des réponses qu'elle a reçues sont composées de haine et de racisme, observe Ingelse. Les commentaires disent que l'auteure est raciste pour dire ceci, qu'ils devraient l'expulser du pays et qu'elle est ingrate envers une nation qui l'accueille. Certains commentaires laissent noter la fierté du passé colonial.

Sa publication a reçu un score positif de +2 ou +3 dans le comptoir média de notre observatoire, parce que le message est antiraciste et en plus c'est important de discuter du racisme au Portugal. Cependant, elle devrait inclure plus d'information et de contexte.

L'article cité fait mention du lusotropicalisme, concept adopté par le dictateur Salaear pour revendiquer la fierté de l'identité historique du Portugal et maintenir les colonies africaines. Après la Seconde Guerre mondiale, le pays a reçu une grande pression pour changer son discours impérial et pour libérer les territoires de l'outremer.

Le Portugal a joué un jeu prépondérant dans l'histoire européenne de la colonisation et le trafique humain. Pendant le 15e siècle, le Portugal a lancé et ensuite dominé le marché transatlantique des esclaves, avec la capture et la relocalisation de pas moins de 6 millions d'Africains au Brésil,  un nombre plus important que pour tout autre pays européen. Le Brésil est devenu indépendant en 1822, alors que la Guinée Bissau, le Cap Vert, Sao Tomé-et-Principe, l'Angola et le Mozambique ont obtenu leur liberté en 1974 et 1975 après de violentes guerres.

Après deux décennies au pouvoir, Salazar a commencé à adopter le concept de lusotropicalisme, développé apr le sociologue brésilien Gilberto Freyre. Jusqu'à ce moment, les politiciens portugais et les administrateurs des colonies pensaient que le colonialisme était une mission des blancs pour civiliser les « races inférieures ». Une révision historique a eu lieu.

La théorie du lusotropicalisme soutient que l'empire portugais était plus « humain » que les autres colons européens, par exemple les britanniques. Freyre et certains de ses contemporains ont affirmé que les portugais étaient intrinsèquement gentils, moins violents et plus ouverts à se mélanger avec les populations locales.

Rui Braga, chercheur au Tamera Peace Research & Education Center au Portugal, a écrit en 2020 que pendant les années 50 quand les empires coloniaux étaient étaient en pleine chute dans le monde, le régime a fait face à la nécessite de justifier sa présence coloniale en Afrique. Pour cela le récit sur le lusotropicalisme s'est intensifié, l'idéalisation du Portugal en tant que pays multiracial et pluricontinental  avec une capacité innée de coloniser de façon agréable et non violente, et avec une attitude libérale face aux mariages et relations sexuelles interraciales.

Salazar a « supprimé la réalité du racisme et du colonialisme, et cette propagande de l'État se reflète sur les statues, les monuments et les livres historiques ». Toute voix opposée à cette nouvelle identité nationale était censurée.

 Le lusotropicalisme à Eurovision

Pendant l'Eurovision de 1989, le groupe portugais de pop-rock Da Vinci a présenté le morceau « Conquistador ». Les paroles de la chanson sont un exemple concret du lusootropicalisme,

Braga et d'autres académiciens comme l'anthropologue Cristiana Bastos nous assurent que ce récit est toujours d'actualité.  Elle écrit, « On pourrait dire que le lusotropicalisme est une curiosité du passé, mais qui continue de réapparaître ». En 2021, le conseil d'Europe a demandé au Portugal de faire face à son passé colonial et de commerçant d'esclaves pour aider à combattre le racisme actuel.

Aujourd'hui, les plus de 68 ans étaient déjà adultes à l'époque des guerres sanglantes avec les colonies africaines. Cette histoire récente pour expliquer un récit fréquent, qui peut même être implicite, qui soutient que le « Portugal a été un bon colonisateur ». Mais ce discours oublie la cruauté du génocide, la torture, l’esclavagisme, le génocide et l'exploitation, qui ont eu lieu pendant l'époque coloniale.

« Le lusotropicalisme a masqué la réalité crue et amère, passée et présente, et il continue d'apporter un langage, un refuge attractif qui permet à l'interlocuteur de se sentir bien, se sentir et croire spécial », écrit l'anthropologue Basto.

Comment ce récit continue d'être actif sur les réseaux sociaux

Cela fait 5 mois, un ré-éditeur anonyme a publié un même dans un fil de discussion appelé « shitposting » (avec plus de 2.6 millions de followers) qui compare le style de colonisation réalisé par les Portugais avec la colonisation réalisée par les Britanniques.

L'image de gauche montre une célèbre caricature brésilienne qui représente une femme indigène, « Kuruminha » amoureuse d'un colon portugais, avec un fond tropical. L'image de droite nous rappelle la chanson de Iron Maiden « The Trooper », et montre un colon britannique déshumanisé en train de commettre un génocide.

La publication a eu 11 000 répercussions positives, et on ne peut s'assurer que la popularité était seulement au Portugal ou aussi en dehors du pays. Les commentaires contiennent un mélange de racisme, des accusations de laver l'image des blancs et des discussions étendues sur « qui a été le meilleur colon ».

Ce sujet a obtenu un score de -3 (le plus bas possible) sur le dans le comptoir média de notre observatoire, déjà que le même divulgue de fausses informations à une grande audience, il montre des aborigènes et des esclaves qui « apprécient » la colonisation portugaise.

Ce récit nous amène à deux conclusions : « Le Portugal a été un bon colonisateur, donc les Portugais ne sont pas racistes », et le « racisme est un sujet politique installé par la gauche ». Ce dernier concept gagne du terrain, impulsé par les partis d'extrême droite comme Chega! et le parti Ergue-te. En 2020, Chega a organisé une manifestation pour déclarer que le Portugal n'est pas raciste.

Mais les autres partis politiques pensent le contraire. En juin 2023, le parti de la gauche PAN (Personnes, Animaux et Nature) a introduit un projet de loi pour étudier  « les causes et conséquences du racisme institutionnel » au Portugal. Avec 5 partis pour et 2 contre (Chega et le parti socialiste, parti qui domine dans le pays) et une abstention, la proposition fut un échec. Chega a publié sur X que cette initiative est en ligne avec l'idée selon laquelle le racisme est un thème politisée par la gauche.

En 2024 on a célébré les 50 ans de la révolution des Œillets, qui a mis fin à la dictature au Portugal avec les guerres de colonies. Cependant, pour de nombreuses personnes, les discours du parti sont toujours là.

]]>
Portugal : un célèbre militant met en garde contre la montée en puissance de l'extrême droitehttps://fr.globalvoices.org/?p=284045http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20231219_161340_Portugal___un_celebre_militant_met_en_garde_contre_la_montee_en_puissance_de_l_extreme_droiteTue, 19 Dec 2023 15:13:40 +0000Mamadou Ba condamné à une amende pour diffamation contre un néo-nazi inculpé

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Mamadou Ba condamné à une amende pour diffamation contre un néo-nazi condamné

Leon Ingelse a participé à la rédaction de cet article.

« La situation va de mal en pis », a déclaré Mamadou Ba , fondateur de SOS Racisme , une organisation phare qui défend les droits humains des migrants et des personnes victimes de racisme au Portugal. Ba s'est entretenu avec Global Voices  juste avant la démission du Premier ministre portugais Antonio Costa [fr] le 7 novembre, ouvrant la voie à des partis d'extrême droite comme Chega, largement connu pour son discours anti-immigration et raciste.

Ba considère que Chega, parti fondé en 2019, institutionnalise le racisme dans la structure politique du Portugal. « Ce que nous [militants] disons depuis 35 ans [depuis la création de SOS Racisme], c’est que le racisme n’a jamais cessé d’exister. Mais avant, [le racisme] n'avait pas de bon interprète », dit Ba. Les choses pourraient commencer à changer maintenant.

Ba a dit:

La classe politique et les élites dans leur ensemble ont créé un tabou généralisé sur la question raciale. Il existe une continuité historique concernant le colonialisme dans les relations de pouvoir. Une illusion a été créée, basée sur le luso-tropicalisme [fr], selon laquelle le Portugal a surmonté l'aspect racial mieux que toutes les autres nations colonisatrices.

Né au Sénégal, Mamadou Ba est de nationalité portugaise et réside au Portugal depuis plus de 20 ans. Tout au long de cette période, il s'est engagé dans l'activisme antiraciste, jouant un rôle central – à travers SOS Racisme et d'autres organisations – dans la défense des droits des personnes racialement marginalisées aux niveaux national et européen. Il a également contribué à de nombreux projets de recherche universitaire en tant que consultant et a siégé à des conseils scientifiques. De 2015 à 2019, Ba a été membre du Conseil portugais de la Commission nationale pour l'égalité et contre la discrimination raciale.

Faire face aux récits coloniaux

La classe politique et les élites dans leur ensemble ont créé un tabou généralisé sur la question raciale. Il existe une continuité historique concernant le colonialisme dans les relations de pouvoir. Une illusion a été créée, basée sur le luso-tropicalisme [fr], selon laquelle le Portugal a surmonté l'aspect racial mieux que toutes les autres nations colonisatrices.

Par l'intermédiaire de son Observatoire des médias civiques communautaires (CMO), Global Voices a enquêté sur l'impact persistant des récits entourant le passé colonial du Portugal, en particulier ceux propagés pendant la dictature de Salazar et son « Nouvel État », qui a duré de 1933 à 1974.

Dans les dernières étapes du gouvernement de Salazar, les récits axés sur le « luso-tropicalisme » décrivaient l’empire colonial du Portugal comme plus humain et amical que les autres colonisateurs européens. Le colonialisme était perçu comme positif par les Portugais.

L'idée selon laquelle « le Portugal était un bon colonisateur » était un point central de la recherche et soulignait à quel point le luso-tropicalisme avait masqué les dures réalités du racisme, de l'esclavage, du génocide et de l'exploitation au cours de l'empire colonial portugais. Mamadou Ba a joué un rôle central dans l'enquête, en s'opposant au racisme en défendant des récits tels que «Le Portugal ne s'occupe pas de son passé colonial ».

Pour Ba, l’idée de vaincre le racisme est devenue un exercice rhétorique pour éviter de faire quelque chose de tangible à ce sujet. [Le racisme] n'a aucune expression institutionnelle sous la forme d'une protection des personnes [qui en souffrent », dit-il.

Il estime qu’il existe un dilemme en Occident : pour qu’une démocratie soit complète, il ne peut y avoir de racisme en son sein. Par conséquent, maintenir une idéologie dans laquelle les gens continuent d’être identifiés comme inférieurs pour des raisons raciales est ce qu’il appelle une « démocratie raciale ».

«La colonialité est permanente au Portugal.  Ce pays fêtera ses 50 ans de démocratisation le 25 avril [2024]. Mais en même temps, il a décidé de donner un nouveau sens aux armoiries de l'empire colonial», souligne Ba.

Plus tôt cette année, lors de la rénovation de la Praça do Imperio (« Place Impériale »), Lisbonne a fait marche arrière sur la suppression des armoiries qui représentaient les provinces coloniales à la demande d'un groupe de citoyens.

Ba demande : « Allons-nous célébrer la démocratisation ou le colonialisme ?»

Un néo-nazi ayant un casier judiciaire chargé a gagné un procès contre Ba

En octobre 2023, un tribunal de Lisbonne a condamné Mamadou Ba à payer une amende de 2 400 euros après l'avoir reconnu coupable de diffamation envers Mario Machado, un célèbre dirigeant néo-nazi portugais qui a des liens avec l'ancienne direction de Chega. En 2020, Ba a accusé Machado sur X d'être impliqué dans le meurtre d'Alcindo Monteiro, un Noir du Cap-Vert tué en 1995 par des skinheads lors d'une attaque raciste.

Machado était le chef du groupe skinhead qui a tué Monteiro et a été condamné à quatre ans de prison pour avoir attaqué cinq autres Noirs la même nuit. Il a ensuite été condamné à sept ans de prison pour enlèvement, vol et coercition, en plus d'avoir un lourd dossier d'« exercice continu d'extrémisme xénophobe et de recours à la violence », selon les tribunaux . Mario Machado, qui continue d'être actif dans les mouvements d'extrême droite, a intenté une action en diffamation contre Ba et a gagné.

L'affaire a soulevé des inquiétudes concernant le racisme structurel au Portugal, SOS Racismo affirmant que le système judiciaire tente de faire taire les voix en faveur de la démocratie. Le tribunal a statué que la déclaration de Ba était fausse et portait atteinte à l'honneur de Machado, puisque Machado n'avait pas été condamné pour le meurtre de Monteiro en soi.

L'avocat de Machado a salué la décision car elle montre que « l'État de droit était libre de toute pression politique ». L'avocat de Ba a déclaré son intention de faire appel de la décision, éventuellement en portant l'affaire devant la Cour européenne des droits de l'homme et en alléguant que l'État avait permis à l'extrême droite d'infiltrer ses institutions.

La philosophe Luísa Semedo a écrit dans Público qu'elle constate une tendance récurrente dans les discussions autour du procès de Mamadou Ba, où les gens sont d'accord avec lui tout en soulignant également les défauts perçus dans ses actions. Selon l'auteur, cela reflète l'incorporation de la violence de l'oppresseur dans la société portugaise, ce qui donne l'impression que l'activisme des opprimés est perturbateur.

La déclaration publique de SOS Racisme indique qu'ils « rejettent les tentatives (…) d'assimiler l'antiracisme au racisme, qui n'est rien d'autre qu'un stratagème visant à banaliser et normaliser le racisme ».

Mamadou Ba estime que les Noirs doivent être considérés comme faisant partie de l'histoire et de la vision collective de la société portugaise, de « l'imaginaire collectif » (imaginário coletivo), au lieu d'être ignorés et exclus des récits du pays.

« Il faut contester la mémoire. Les Noirs comme moi doivent intégrer l'imaginaire collectif. Mais cela prendra beaucoup de temps », ajoute-t-il.

]]>
Un mouvement en plein essor en Afrique et dans la diaspora pour exiger des réparations pour les tords de l'esclavage et du colonialisme.https://fr.globalvoices.org/?p=283953http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20231218_185302_Un_mouvement_en_plein_essor_en_Afrique_et_dans_la_diaspora_pour_exiger_des_reparations_pour_les_tords_de_l_esclavage_et_du_colonialisme.Mon, 18 Dec 2023 17:53:02 +0000« Des réparations doivent être faites pour la traite négrière »

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Des esclavagistes emmenant des captifs à bord d'un navire négrier sur la côte ouest de l'Afrique. Image de Joseph Swain de Wikimedia Commons ( CC BY-SA 4.0 DEED )

[Sauf indication contraire tous les liens mènent vers des pages en anglais] 

Les blessures de l’esclavage, du colonialisme et leurs héritages durables restent intacts en Afrique. Aujourd’hui, un mouvement en plein essor se construit à travers le continent et dans la diaspora pour exiger réparation et justice pour ces crimes historiques.

En septembre 2023, le Président du Ghana Akuf0-Addo s'est adressé à la 78e session de l'Assemblée générale des Nations unies en ces termes :

Il est temps de reconnaître ouvertement qu’une grande partie de l’Europe et des États-Unis a été bâtie à partir de l’immense richesse récoltée grâce à la sueur, aux larmes, au sang et aux horreurs de la traite transatlantique des esclaves et des siècles d’exploitation coloniale. Peut-être devrions-nous également admettre qu’il n’est pas facile de construire des sociétés confiantes et prospères à partir de nations qui, pendant des siècles, ont vu leurs ressources naturelles pillées et leurs habitants commercialisés comme des marchandises. Pendant des siècles, le monde a été réticent et incapable de faire face aux réalités des conséquences de la traite négrière.

Mais, a-t-il ajouté, la situation évolue progressivement et le moment est venu de mettre le sujet des réparations au premier plan :

Certes, les générations actuelles ne sont pas celles qui ont pratiqué la traite des esclaves, mais la subvention de l'entreprise humaine restera parrainée et délibérée dans ses avantages, qui sont clairement imbriqués dans l'architecture économique actuelle des nations qui l'ont conçue et mise en œuvre. Des réparations doivent être versées pour la traite des esclaves.

Un mois plus tard, le Sommet Advancing Justice: Reparations & Racial Healing , financé par l’ Equitable Recovery Initiative de la Fondation MacArthur , s'est tenu à Accra. Selon un rapport d'Africa Feeds , le président Akufo-Addo a réitéré son appel à des réparations, citant des exemples de réparations accordées aux Amérindiens, aux familles japonaises-américaines et aux Juifs qui ont souffert pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a déclaré : « Les Amérindiens ont reçu et continuent de recevoir des réparations ; les familles japonaises-américaines, incarcérées dans des camps d’internement en Amérique pendant la Seconde Guerre mondiale, ont reçu des réparations. Le peuple juif, dont six millions ont péri dans les camps de concentration de l’Allemagne hitlérienne, a reçu des réparations [fr], notamment des subventions et un soutien à leur patrie.

Un article du New York Times a souligné les résultats de certaines de ces réparations et en a tiré les leçons qui pourraient être utiles.  

La Conférence panafricaine sur les réparations s'est tenue conjointement à Accra, au Ghana, le 14 novembre, par les pays de l'Union africaine (UA) et de la Communauté des Caraïbes (CARICOM). Les membres de la conférence ont plaidé en faveur de réparations pour les injustices commises contre les Africains lors de la traite transatlantique des esclaves , de l'apartheid, de la ségrégation, du colonialisme, du néocolonialisme et du néolibéralisme. Des représentants des pays africains, des groupes de la société civile et de la diaspora africaine se sont réunis pour discuter de solutions constructives, conduisant à la création d'un fonds mondial pour soutenir la campagne et à la rédaction d'une proclamation, comme le rapporte le Guardian .

Les pays de la région des Caraïbes, profondément touchés par la traite transatlantique des esclaves, réclament depuis longtemps des réparations.

La Commission des réparations de la CARICOM (Communauté des Caraïbes et Marché commun), sous la direction du professeur Sir Hilary Beckles , a été à l'avant-garde de ce mouvement, cherchant une réparation au-delà de la simple compensation financière. Cette campagne met l'accent sur l'importance d'actions telles que le soutien aux initiatives en matière d'éducation et de soins de santé dans les Caraïbes.

Le professeur Beckles, partisan de longue date des réparations, propose la création par la Grande-Bretagne d’un mécanisme semblable au Fonds juif de réparation. Il souligne que la justice réparatrice n’est pas une question d’aumône, mais c'est plus important, car il s'agit de favoriser un partenariat de développement collaboratif entre la Grande-Bretagne et les Caraïbes.

En réponse au plaidoyer de la Commission des réparations de la CARICOM, un accord historique sur les réparations liées à l'esclavage a été signé entre l'Université de Glasgow et l'Université des Antilles. Toutefois, la commission maintient que des mesures supplémentaires sont nécessaires. Les arguments des Caraïbes en faveur des réparations ont été longuement discutés lors d'un entretien [fr] diffusé en direct avec Sir Hilary au Bocas Lit Fest à Port of Spain, Trinidad en octobre 2020. La campagne de la commission a mis en évidence les effets durables de la traite transatlantique des esclaves et les effets Ce système inhumain continue d'avoir, au-delà des dommages psychologiques causés à ses descendants, des répercussions économiques, culturelles, démographiques, politiques et écologiques. Cet argument trouve un écho auprès de nombreux citoyens caribéens, comme en témoigne le fait que le couronnement du roi Charles a suscité un intérêt minime (autre que sa position sur les réparations) et la visite dans la région du duc et de la duchesse de Cambridge, du prince William et de son épouse Catherine, s'est avéré controversé .

Le Fort de Cape Coast [fr] au Ghana, avec sa poignante « porte de non-retour », est un rappel obsédant de la traite [fr] transatlantique des esclaves , où des millions d'Africains ont traversé l'Atlantique et ont été vendus comme esclaves il y a plus de 400 ans.

Reconnaissant le rôle historique des vendeurs africains et des acheteurs occidentaux dans la traite des esclaves, Ondiro Oganda, présentateur d'un média kenyan, a expliqué :

La politique des Africains qui vendent entre en jeu ; on pourrait affirmer qu’en vertu d’une obligation morale, les acheteurs avaient le choix de refuser d'y participer. Cependant, la réalité est que beaucoup se sont engagés volontairement. Tout en reconnaissant la responsabilité des actions des quelques Africains qui se sont engagés dans ces transactions, nous ne pouvons ignorer le fait historique selon lequel les Africains ont été expulsés de force du continent pour devenir esclaves.

Elle a ajouté que :

… nos ressources ont été continuellement extraites du continent, souvent dans le cadre de transactions dans lesquelles nous pourrions être manipulés ou aveuglés, bénéficiant et contribuant finalement à la croissance des économies occidentales.

Au moins 12 millions d’Africains ont été transportés de force entre le XVe et le XIXe siècle, et des millions sont morts lors de raids, pendant le transport ou dans des conditions inhumaines sur des navires négriers.

Les effets de cette histoire dévastatrice et des institutions coloniales extractives continuent aujourd’hui de limiter le progrès socio-économique en Afrique. Les réparations visent à reconnaître les torts commis, à compenser les pertes et à démanteler les systèmes injustes pour permettre la guérison et le progrès. Voici un documentaire sur la traite transatlantique des esclaves :

Lors de la conférence, la vice-présidente de la Commission de l'Union africaine, le Dr Monique Nsanzabaganwa [fr], a déclaré que la demande de réparations « n'est pas une tentative de réécrire l'histoire ou de poursuivre le cycle de victimisation » :

C'est un appel à reconnaître la vérité indéniable et à réécrire les torts qui sont restés impunis pendant trop longtemps et qui continuent de prospérer à l'heure actuelle.

En plus des pressions en faveur des réparations, il existe également un appel au retour des objets volés aux pays africains pendant le régime colonial. Le président Akufo-Addo a déclaré qu'il s'agissait d'une préoccupation majeure :

Nous devons exiger le retour des biens culturels africains qui ont été transportés illégalement et sans vergogne depuis le continent. Cette reconnexion du présent et du passé contribuera également à construire de nouvelles relations avec la communauté internationale, en particulier avec celle de l'Europe, principale responsable du vol initial des biens culturels.

Alors que certains pays occidentaux, dont l'Allemagne et la France, ont reconnu les torts commis pendant l'ère coloniale et ont commencé à restituer les objets volés à l'Afrique , d'autres ont tardé à agir. En mai de l'année dernière, l'Allemagne a accepté de verser à la Namibie 1,1 milliard d'euros (1,2 milliard de dollars) en réparation du génocide commis pendant son occupation à l'époque coloniale.

Alors que le Ghana mobilise le reste du continent pour réclamer des réparations, les récentes manifestations sont remarquables, car elles ont également mis en lumière les défis intérieurs. Le mois dernier, plusieurs Ghanéens se sont rassemblés devant Jubilee House , le palais présidentiel d'Accra, pour une manifestation pacifique contre la crise économique que traverse leur pays. Le coût de la vie élevé et l'inflation qui monte en flèche, atteignant environ 42,19 pour cent et le ratio dette/PIB de plus de 80 pour cent, ont alimenté les tensions dans le pays.

En conséquence, commentant l'appel du président Akufo-Addo aux réparations pour la colonisation et l'esclavage, le journaliste Ondiro Oganda a souligné que les dirigeants africains doivent non seulement défendre la cause du continent sur la scène internationale, mais aussi être attentifs aux défis auxquels leurs peuples sont confrontés au niveau international.

]]>
Maroc : les Amazighs à la recherche d'une présence civique par le biais des droits linguistiqueshttps://fr.globalvoices.org/?p=284200http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20231213_171809_Maroc___les_Amazighs_a_la_recherche_d_une_presence_civique_par_le_biais_des_droits_linguistiquesWed, 13 Dec 2023 16:18:09 +0000Le parcours des Amazighs après la reconnaissance de leurs droits linguistiques

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

« Amazigh » illustré en langue amazighe, avec pour toile de fond le Parlement marocain. Créé par Noran Morsi pour Global Voices.

Cet article a été écrit par Mohammed Udern. Il fait partie d’un projet de recherche sur la liberté d’expression et l’accès à l’information dans des espaces civiques à travers six communautés linguistiques dans la région de MENA.

Enfant, Mohammed Ait Amghar, un commerçant de la région d’Azilal au Maroc, ne parlait que sa langue maternelle, l’amazighe. En 1982, à l’âge de huit ans, alors qu’il se sentait mal en classe, son professeur lui a demandé avec sarcasme dans un arabe marocain familier (Darjah) : « As-tu mangé du bran de son ? », faisant référence à l’alimentation du bétail. Mohammed, dont les connaissances étaient limitées en arabe, ne comprit pas bien la question ainsi que le sarcasme qu’elle contenait, et répondit naïvement « oui ». Cet incident lui valut des persécutions de la part de ses camarades de classe à l’école, et impacta profondément sa vie, comme il l’a raconté à Global Voices :

“ⴰⵔ ⴱⴰⵀⵔⴰ ⵜⵜⵎⵏⴰⵍⴰⵏ ⵉⵎⵙⵍⵎⴰⵣⵉⵖⵏ ⴽⵔⴰ ⵏ ⵡⴰⴷⴷⴰⴷ ⴳ ⵉⴳⴳⵓⵜ ⵓⵣⵓⵅⵓ, ⵙ ⵍⴰⵡⴰⵏⵏ ⴰⴽⴽⵯ ⴰⴷⴷⴰⵢ ⵜⵜⵎⵉⵇⵇⵉⵔⵏ ⴰⴽⴷ ⵉⴳⴷⵓⴷⵏ ⵙⴰⵡⴰⵍⵏⵉⵏ ⵙ ⵜⵓⵜⵍⴰⵢⵜ ⵜⴰⵄⵕⴰⴱⵜ, ⴰⵢⵏⵏⴰ ⴰⵙⵏ ⵉⵜⵜⵙⵔⴰⴳⵏ ⴳ ⵓⵖⵓⵏⴼⵓ ⵙⴳ ⵜⵓⵜⵍⴰⵢⵜ ⵜⴰⵢⵎⵎⴰⵜ ⵏⵏⵙⵏ ⴷ ⵜⵔⵡⵍⴰ ⵙⴳ ⵓⵙⵙⵎⵔⵙ ⵏⵏⵙ.”

Les locuteurs de l’amazighe font souvent face à des situations difficiles, particulièrement dans leurs interactions avec les communautés arabophones. Ceci peut provoquer chez eux un sentiment d’intimidation et de découragement à utiliser leur langue maternelle. Par conséquent, ils développent une aversion à la parler publiquement.

Au fil du temps, de nombreux Amazighen d’Afrique du Nord ont perdu leur maîtrise de la langue amazighe en raison de facteurs historiques et socioculturels à l’instar de la domination phénicienne, l’occupation romaine, la conquête islamique et, plus tard, la colonisation française.

L’officialisation des langues étrangères telles que le français et l’arabe, en plus des facteurs socio-économiques modernes, a conduit plus tard à la marginalisation de la langue et de la culture amazighes, limitant de ce fait leur présence dans la vie publique et, par ricochet, leur accès à l’information et aux services. En conséquence, l’amazighe est passée d’un outil de communication pratique à un symbole d’identité pour le peuple amazigh.

L'amazighe en bref

  • Nombre de variantes amazighes : 40
  • Nombre de dialectes : 5
  • Les dialectes sont entre autres : à l’est (Ghadames-Nafusi), au nord (Kabyle-Rif-Tashlhhiyt), à l’ouest (Azennag et Tetserret), Tuareg (Tamahaq-Tamajeq-Tawellemet), et Guanches.
  • Nombre de pays où l’amazighe est parlé : 13
  • Ces pays sont : Maroc, Algérie, Libye, Mali, Niger, et bien d’autres. Elle est également présente dans les pays étrangers tels que la France, le Canada et d’autres.

L’histoire de l’amazighe est très variée et s’étend sur des milliers d’années, avec de nombreux dialectes.

En raison de la sensibilité politique, il n’existe pas d’études précises sur le nombre exact de locuteurs amazighs. Toutefois, la revue Ethnologue estime que le Maroc compte le plus grand groupe de locuteurs amazighs, avec environ 13,8 millions (en 2017), suivi de l’Algérie avec 8,8 millions (2020), puis de la France avec environ 11,5 millions de locuteurs (2022). La langue amazighe avait été officiellement reconnue en Algérie en 2016 et au Maroc en 2011, ce qui a marqué ainsi une étape importante dans la préservation de sa langue et de son patrimoine culturel.

L’impact de l’insécurité de la lingue amazighe sur la participation civique au Maroc

La langue est un outil de communication puissant qui reflète l’identité culturelle et l’appartenance sociale. Elle joue un rôle crucial dans l’accès et l’échange des informations, en favorisant le partage des connaissances. Dans un entretien accordé à Global Voices, le Dr Abdullah Bouzndag, un expert en sociolinguistique et didactique de l’amazighe à l’Institut Royal de la Culture Amazighe, a relevé l’intégration inadéquate de l’amazighe dans la société marocaine :

L’accès à l’information est un droit fondamental pour tous les amazighophone du pays, reconnu par toutes les conventions internationales sur les droits de l’Homme. Malheureusement, il est souvent inadéquatement assuré dans l'administration et les services publics, même si son inclusion ne nécessite pas d’importantes ressources financières.

Les locuteurs amazighs monolingues sont confrontés à des difficultés lorsqu’ils tentent de s’intégrer dans la société et de participer à des activités civiques. Ces difficultés découlent de leur accès limité au savoir et aux services publics en raison de l’absence de leur langue maternelle dans la vie publique. Selon le Dr Bouzndag :

Il est naturel que la privation des droits culturels d’un groupe humain ait un impact négatif sur le comportement de ses membres. L’insécurité linguistique peut directement conduire au boycott des institutions, comme en témoigne le boycott des élections par le mouvement amazigh avant 2011. En outre, elle peut entraîner une réticence générale à participer à la vie politique, servant ainsi d’expression au mécontentement.

Un grand nombre d’associations amazighes, le Réseau de citoyenneté amazighe et le Parti démocrate amazigh marocain ont boycotté les élections législatives de 2007 en raison de « l’absence de reconnaissance de l’identité amazighe et de la langue amazighe dans la constitution, ainsi que de la marginalisation continue des préoccupations amazighes par l’État ».

Le débat sur les droits des Amazighs au Maroc a commencé dans les années 1960 par le biais de diverses associations. Cependant, la réponse officielle de l’État est venue au 21e siècle, prenant de l’ampleur après le discours historique du roi Mohammed VI à Agadir le 17 octobre 2001. Il a souligné que l’amazighe appartient à tous les Marocains et constitue un élément fondamental de la culture marocaine. La reconnaissance officielle de la langue amazighe a eu lieu en juillet 2011, dans le sillage des manifestations du printemps arabe au Maroc, où les gens demandaient des réformes démocratiques.

Les obstacles à l’accès à l’information et aux services 

Le Maroc a fait des progrès significatifs dans la reconnaissance et la promotion de la langue amazighe en établissant un cadre juridique pour soutenir son développement. Cependant, les engagements incohérents du gouvernement entravent sa croissance. Par conséquent, l’amazighe se heurte encore à des obstacles, notamment un soutien officiel et une intégration limités dans des secteurs clés tels que l’éducation, les soins de santé, le système judiciaire et les administrations publiques.

Au niveau individuel, les Amazighs ont des difficultés à communiquer avec les institutions gouvernementales en raison de l’absence d’informations et de services en amazighe. Cela entrave leur participation aux affaires publiques, car ils ont du mal à comprendre les lois et les procédures gouvernementales, ce qui entraîne leur marginalisation et leur intégration limitée dans les communautés urbaines. Pour surmonter ces obstacles, il faut maîtriser l’arabe ou le français.

En outre, les barrières linguistiques affectent considérablement les perspectives d’emploi de ceux qui parlent principalement l’amazighe. Les exigences en matière de maîtrise du français dans les secteurs public et privé entravent les possibilités d’emploi formel, poussant de nombreuses personnes vers des emplois informels et mal rémunérés tels que l’agriculture et la construction. L’absence d’un cadre officiel pour les services, l’information et les opportunités d’emploi exacerbe les taux de chômage élevés et les difficultés économiques au sein de la communauté amazighe.

Lutte pour l’égalité des chances

Le Maroc a fait des progrès significatifs dans la reconnaissance et la promotion de la langue amazighe en établissant un cadre juridique pour soutenir son développement. Cependant, les engagements incohérents du gouvernement entravent sa croissance. Par conséquent, l’amazighe se heurte encore à des obstacles, notamment un soutien officiel et une intégration limités dans des secteurs clés tels que l’éducation, les soins de santé, le système judiciaire et les administrations publiques.

Au niveau individuel, les Amazighs ont des difficultés à communiquer avec les institutions gouvernementales en raison de l’absence d’informations et de services en amazighe. Cela entrave leur participation aux affaires publiques, car ils ont du mal à comprendre les lois et les procédures gouvernementales, ce qui entraîne leur marginalisation et leur intégration limitée dans les communautés urbaines. Pour surmonter ces obstacles, il faut maîtriser l’arabe ou le français.

En outre, les barrières linguistiques affectent considérablement les perspectives d’emploi de ceux qui parlent principalement l’amazighe. Les exigences en matière de maîtrise du français dans les secteurs public et privé entravent les possibilités d’emploi formel, poussant de nombreuses personnes vers des emplois informels et mal rémunérés tels que l’agriculture et la construction. L’absence d’un cadre officiel pour les services, l’information et les opportunités d’emploi exacerbe les taux de chômage élevés et les difficultés économiques au sein de la communauté amazighe.

L’une de ces histoires a été communiquée à Global Voices. Le grand-père d’Othman, Si Hassayen d’Azilal a été condamné par contumace à la fin des années 1990 dans une affaire de litige foncier, alors qu’il était présent dans la salle d’audience. Son incapacité à comprendre le marocain familier utilisé au cours de la procédure a conduit à ce résultat malheureux. Il a déclaré :

ⵎⵇⵇⴰⵕ ⵜⴰⴹⵚⴰ ⵏⵏⴰⵖ ⴼ ⵡⴰⴷⴷⴰⴷ ⴰⴷ ⴳ ⵜⴰⵡⵊⴰ, ⵎⴰⵛ ⴷⴰⵔ ⵊⴷⴷⵉ ⵓⵔ ⵉⴳⵉ ⴰⵣⵔⴼⴰⵏ. ⵉⵣⵓⵅⵅⴰ ⵢⴰⵏ ⵙⴳ ⵉⵎⵙⵡⵡⵔⵉⵏ ⵏ ⵜⵙⵏⴱⴹⴰⵢⵜ ⵙ ⵢⴰⵏ ⵓⵙⵇⵇⵙⵉ ⵓⴹⵏⵉⵥ “ⵉⵙ ⴰⵛⵍⵃⵉ ⴰⴷ ⵜⴳⵉⵜ, ⵉⵙ ⵓⵔ ⵜⵙⵙⵉⵏⴷ ⵜⴰⵄⵕⴰⴱⵜ !” 

Bien que nous ayons ri de cet incident au sein de la famille, il était vraiment injuste pour mon grand-père. Il a été malmené par l'un des employés du tribunal qui lui a demandé d'un ton moqueur : « Êtes-vous analphabète ? Vous ne connaissez pas l'arabe ? »

Les rapports des Nations unies font état d’un déclin significatif du nombre de locuteurs amazighs au Maroc. Certains dialectes ont déjà disparu ces dernières années, comme la langue amazighe d’Ait Rowadi dans la région d’Azilal. D’autres dialectes, comme la langue des Oasis dans la région orientale, sont également en voie d’extinction, avec seulement quelques milliers de locuteurs restants.

Une évolution positive du statut de l'amazighe

Le web 2.0 a déclenché une révolution dans la mise à disposition d’informations en langue amazighe, en particulier chez les jeunes. Ils peuvent désormais communiquer facilement dans leur langue maternelle grâce aux plateformes de médias sociaux et aux canaux numériques tels que YouTube. En conséquence, la sensibilisation à l’identité amazighe s’est considérablement accrue à tous les niveaux au Maroc, y compris au sein des institutions officielles et des mouvements politiques amazighs, ce qui a conduit à des progrès et à des réalisations significatifs.

Néanmoins, il existe une disparité notable entre la société civile amazighe et le secteur officiel en ligne. La représentation de la langue amazighe sur les sites web du secteur public reflète cette réalité. Les sites officiels amazighs ont un contenu limité, une qualité médiocre et de nombreuses fautes d’orthographe, ce qui les rend impopulaires au sein de la communauté amazighe. Par exemple, bien que le site officiel du Premier ministre soit disponible en arabe, en français et en amazigh, le contenu amazigh n’a pas été mis à jour depuis des années, malgré l’importance de l’engagement avec les citoyens.

Le site officiel de l’Institut Royal de la Culture Amazighe reste le seul avec des contenus de qualité.

De nombreuses initiatives, individuelles ou collectives, renforcent la présence de la langue et de la culture amazighes en ligne. Nombre d’entre elles offrent des ressources de grande qualité et jouissent d’une grande popularité. Citons par exemple le lancement en 2021 de Wikipédia Amazigh, fruit des efforts de 800 bénévoles, des sites web de dictionnaires régionaux, des portails d’information privés, des bibliothèques numériques et des plateformes de divertissement, qui comptent tous des milliers de followers.

Le Maroc a progressé en matière de réconciliation interne en modifiant les lois pour répondre aux demandes des locuteurs amazighs. Toutefois, la mise en œuvre effective de ces lois reste un défi. Le respect des droits de la langue amazighe et la promotion de l’égalité linguistique favoriseront l’intégration sociale et donneront aux locuteurs amazighs la liberté d’exprimer ouvertement leur culture et leur identité, et leur permettront de participer plus activement à la vie civique.

Ait Amghar estime que les droits des Amazighs au Maroc ont beaucoup progressé depuis l’incident qui s’est produit lorsqu’il avait huit ans :

ⴰⴷⴷⴰⴷ ⵏ ⵜⵎⴰⵣⵉⵖⵜ ⴳ ⵍⵎⵖⵔⵉⴱ ⵉⵏⵏⴼⵍ ⵙ ⴽⵉⴳⴰⵏ. ⵜⴰⵖⵓⵍ ⵜⵎⴰⵣⵉⵖⵜ ⵜⴳⴰ ⵜⵓⵜⵍⴰⵢⵜ ⵜⴰⵎⴰⴷⴷⵓⴷⵜ ⴳ ⵍⵎⵖⵔⵉⴱ, ⴰⵔ ⵜⴻⵜⵜⵓⵖⵔⴰ ⴳ ⵜⵉⵏⵎⵍ ⴷ ⴰⵔ ⵜⴻⵜⵜⵉⴳⵓⵜ ⵜⵉⵍⵉⵜ ⵏⵏⵙ ⴳ ⵜⵓⴷⵔⵜ ⵜⴰⴽⵓⵢⴰⵙⵜ ⵉⵎⵉⴽⴽ ⵙ ⵉⵎⵉⴽⴽ ⵎⵇⵇⴰⵔ ⵍⵍⴰⵏⵜ ⵜⵏⵎⴰⵔⵉⵏ ⴳ ⵓⵎⵏⵉⴷ ⵏ ⵓⵣⵣⵓⴳⵣ ⵏⵏⵙ ⴳ ⵜⵉⵍⴰⵡⵜ.

Le statut de la langue amazighe au Maroc a beaucoup évolué. Les choses se sont vraiment améliorées depuis ! Aujourd'hui, elle est officiellement reconnue et enseignée dans les écoles. Même s'il y a encore des défis à relever en termes de mise en œuvre.

]]>
Népal : la modernisation des villages susceptible d’entraîner la disparition de l'art mokhahttps://fr.globalvoices.org/?p=284052http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20231213_171248_Nepal___la_modernisation_des_villages_susceptible_d___entrainer_la_disparition_de_l_art_mokhaWed, 13 Dec 2023 16:12:48 +0000Les femmes héritent des connaissances de leurs mères et de leurs grands-mères.

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Ce magnifique mokha du district de Sunsari, dans l'est du Népal, sera bientôt détruit en raison de l'élargissement de la route. Photo par Sanjib Chaudhary. Utilisée avec l'autorisation de l'auteur.

Dans les plaines du sud du Népal, les paysages villageois étaient autrefois dominés par des maisons aux murs de bambou et de boue, aux toits de chaume et de tuiles. Dans l'est du Népal, en particulier, les maisons des Tharus étaient décorées de magnifiques œuvres d‘art mokha sur les murs en terre. Cependant, comme les maisons traditionnelles en terre du Népal sont remplacées par des maisons en béton, ce célèbre art est sur le point de disparaître.

Selon le recensement national de la population et du logement de 2021, plus de 50 % des maisons au Népal ont des murs en ciment, tandis qu'environ 30 % des maisons ont des murs en briques ou en pierres liées par de la boue. Seulement 11 % des maisons ont des murs en bambou, sans parler des 3,9 % de maisons avec des toits de chaume et des 9,2 % de maisons avec des toits en tuiles.

Des générations d'art mokha

Dans les districts de Sunsari et Morang, à l'est du Népal, les Tharus créent des dessins et des motifs complexes à l'aide d'un mélange d'argile et de son de riz, de bouse de vache, de paille et de jute, connu sous le nom d'art mokha.

Les artistes, pour la plupart des femmes, fabriquent un mélange d'argile et de jute, comme le montre cette vidéo YouTube produite par Vision Nepal. Des couches d'argile sont appliquées sur les murs, formant divers motifs géométriques et floraux, y compris des représentations d'oiseaux tels que des paons et des perroquets. Une fois le motif sec, il est peint avec des couleurs naturelles, remplacées par les couleurs que l'on trouve aujourd'hui sur le marché.

Art mokha, appelé « payar », provenant d'une maison du district de Saptari, dans l'est du Népal. Photo de Sanjib Chaudhary. Utilisée avec l'autorisation de l'auteur.

De même, dans les districts de Saptari, Siraha et Udaypur, les artistes utilisent un mélange d'argile, de son de riz et de bouse de vache qu'ils appliquent sur les murs en bambou avec de la paille. Ils appliquent des couches de ce mélange pour créer des motifs géométriques et floraux, notamment des paons, des perroquets et des éléphants. Une fois le motif sec, il est peint avec de l'argile blanche naturelle avant d'appliquer d'autres couleurs naturelles – argile ocre et rouge, et suie noire, entre autres. Cet art, une forme de mokha, est appelé « payar ».

Le blogueur Lex Limbu a publié un message sur X (anciennement Twitter) :

Cet art, avec ses techniques, ses procédés, ses motifs et ses dessins, a été transmis d'une génération à l'autre. Les femmes héritent généralement de ce savoir de leurs mères et de leurs grands-mères.

« Il a été transmis de génération en génération au sein de la famille rurale, généralement – mais pas toujours – par les femmes », écrivent Kurt W. Meyer et Pamela Deuel, qui ont passé environ quatre ans à visiter près de 300 villages tharu. Il n'y a pas d'écoles, pas de collèges d'art, pas de professeurs qui leur disent ce qui est « bien » et ce qui est « mal » – c'est pour cette raison que nous l'appelons « l'art sans artistes ».

Art pour décorer les portes et les fenêtres

L'art Mokha et d'autres formes de décorations murales sont généralement créés pendant les festivals et pour des occasions spéciales telles que le mariage.

« L'art Mokha est réalisé sur les côtés droit et gauche de la porte principale et autour des fenêtres », écrit Bishnu Prasad Chaudhary dans son livre Tharu Lok Kala (Tharu Folk Arts). « L'ajout de jute et de coton à l'argile minimise les craquelures des motifs. »

De même, l'ajout de lait aux couleurs avant de les appliquer sur les motifs permet aux couleurs de ne pas s'estomper rapidement. Les femmes artistes décorent également les piliers avec ces motifs artistiques.

« Une maison bien décorée, exposant l'art du mokha, est toujours connue comme une maison ayant des femmes chanceuses », écrit l'artiste S.C. Suman. « La prospérité règne dans une maison dotée de mokha. Selon une croyance populaire chez les Tharus, s'il n'y a pas de mokha dans la maison de quelqu'un, un demi-kilo de riz est perdu chaque jour ».

La modernisation réduit à néant l'art traditionnel

Pramila Biswas, de Labipur, dans le district de Sunsari, au sud-est du Népal, est fière de montrer l'art du mokha réalisé par sa belle-mère, Jhalaiya Biswas. « La plupart des maisons de notre village étaient décorées avec l'art mokha », a déclaré Mme Biswas lors d'un entretien avec Global Voices. « Cependant, comme les maisons traditionnelles sont remplacées par des maisons en béton, il ne nous reste plus que quelques maisons avec de l'art mokha ».

Art mokha du village de Labipur, dans le district de Sunsari, à l'est du Népal. Photo de Sanjib Chaudhary. Utilisée avec l'autorisation de l'auteur.

« Comme la municipalité est en train d'agrandir la route, l'art mokha sur les murs de ma maison sera enlevé », a déploré Kishni Majhi du même village.

En raison de la lourdeur du processus de fabrication de l'art mokha et de l'effort laborieux nécessaire pour entretenir l'art mural – de nombreux artistes doivent réappliquer les couleurs plusieurs fois par an -, de nombreuses familles abandonnent l'art et optent pour de simples murs de briques.

« Nous continuerons à entretenir l'art mokha dans notre maison », a déclaré Hom Narayan Chaudhary de Duhabi, Sunsari. « Cependant, nous ne sommes pas sûrs que nos enfants les conserveront intactes. »

Non seulement les maisons de Labipur sont menacées d'extinction, mais la plupart des maisons traditionnelles des villages tharu des plaines méridionales du Népal connaissent le même sort. Si des mesures adéquates ne sont pas prises pour sauvegarder cet art folklorique tharu exquis, il est voué à disparaître à jamais.

]]>
Turquie : l'épineux combat contre la violence envers les femmeshttps://fr.globalvoices.org/?p=283783http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20231213_165542_Turquie___l_epineux_combat_contre_la_violence_envers_les_femmesWed, 13 Dec 2023 15:55:42 +0000Les féminicides augmentent, tandis que la réponse de l'État sonne creux

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Image de Arzu Geybullayeva

Le 13 septembre, un tribunal à Istanbul s'est prononcé contre la fermeture d'une plateforme en ligne locale populaire, « Nous mettrons fin aux féminicides,» qui documente la violence faite aux femmes. La plateforme en ligne avait déjà fait l'objet de poursuites en décembre 2021, pour «avoir exercé des activités illégales et immorales.» Une victoire rare pour les militants pour les droits des femmes, dans un pays où, en 2023 seulement, 362 femmes sont décédées suite aux violences qu'elles ont subies selon Anitsayac, une autre source en ligne.

Le nombre élevé de fatalités n'a pas modifié la décision du parti au pouvoir, Justice et Développement (AKP), de réintégrer la Convention d’ Istanbul, de laquelle le pays s'était retiré en mars 2021 suite au traité que le parti au pouvoir avait qualifié de «normalisation de l'homosexualité.» En outre, s'adressant à une université d'Istanbul le 25 novembre, le président turc Recep Tayyip Erdoğan a affirmé catégoriquement que le retrait de la convention n'avait pas affecté négativement le problème de la violence contre les femmes.

Les militants pour les droits des femmes ne sont pas d'accord, et comme par le passé, un grand nombre de femmes et d'organisations pour les droits des femmes se sont rassemblées à travers la Turquie le 25 novembre, la journée internationale pour l'élimination de la violence contre les femmes, pour rappeler à l'État que la violence contre les femmes est un problème pressant.

Défilés annuels interdits

Plusieurs bureaux des gouverneurs ont pris des mesures visant à empêcher les femmes de défiler le 25 novembre. À Istanbul, le bureau du gouverneur a fermé des stations de métro, tandis qu'à Diyarbakir, les manifestations étaient totalement interdites. Les années précédentes, la police avait exercé une répression violente sur les manifestants. Cette année n'a pas fait exception. Selon des témoignages, des militants pour les droits des femmes ont été arrêtés dans plusieurs provinces le jour des manifestations.

La violence n'est pas le seul problème auquel les femmes doivent faire face en Turquie. en octobre 2023, Kübra Öztürk Örenli, la première femme de Turquie à obtenir les titres internationaux de maître et grand maître d'échecs, et membre de l'équipe nationale d'échecs, a fait l'objet d'une suspension de salaire et a été radiée de la fédération quand il a été révélé qu'elle était enceinte. Quand Örenli a fait part de sa suspension, la Fédération turque d'échecs a déclaré qu'il s'agissait d'un «malentendu

Le pays souffre aussi d'un taux croissant de mariages précoces. Selon un rapport de Gazete Duvar, une plateforme d'informations en ligne, plus de 130 000 mineures ont été mariées en Turquie durant ces dix dernières années.

Selon un rapport sur les droits des travailleuses publié le 25 novembre, 1379 femmes ont été tuées sur leur lieu de travail depuis 2013. Ce rapport a aussi  mis en évidence d'une part le fait que le chômage des femmes constitue une forme de violence économique, et d'autre part que des conditions de travail difficiles telles que le manque de mécanismes de santé et de sécurité, le harcèlement sexuel, la discrimination, et d'autres formes de violence au travail, sont toutes des formes de violence envers les femmes.

Des mesures gouvernementales inadéquates

Le 25 novembre, le président Recep Tayyip Erdoğan a signé une circulaire promettant de mettre en place des mesures pour combattre la violence envers les femmes. Dans cette circulaire contenant 17 points, publiée dans le journal officiel à minuit, il a été annoncé que le «Comité de surveillance de la violence envers les femmes» serait remplacé par «le Conseil de coordination pour combattre la violence envers les femmes.» Parmi les autres mesures annoncées se trouvent la continuation des mesures légales et administratives pour l'application effective des lois sur la prévention de la violence sexiste, des ressources pour faciliter l'accès des victimes à la justice et des mesures visant à assurer l'amélioration de l'information et la prise de conscience des institutions et des organisations publiques concernant la violence sexiste au sein du personnel public.

«Nous avons la conviction que le Conseil de coordination pour combattre la violence envers les femmes, que nous établissons avec la nouvelle circulaire, exercera des activités dignes du Siècle de la Turquie,» a déclaré Erdoğan à une université d'Istanbul.

Ses détracteurs, cependant, voient la circulaire comme une solution palliative. Par exemple, les ordonnances de restriction et les mesures de protection pour les victimes de violence ne sont pas traitées de façon adéquate en Turquie; par conséquent, quand la circulaire promet «zéro tolérance pour la violence», pour eux, cela sonne creux.

«les circulaires ne sont pas une solution contre la violence,» a déclaré İlke Işık, une avocate qui défend les droits des femmes. Tandis que le président du barreau d'Istanbul, Filiz Saraç, a déclaré en réponse à la circulaire, que c'était une indication de la difficulté de l'État à comprendre en quoi consiste la lutte contre la violence envers les femmes:

La violence envers les femmes et le nombre de féminicides continuent de croître dans notre pays. La violence envers les femmes vient de l'inégalité entre les sexes et de la discrimination contre les femmes. La responsabilité d'assurer la sécurité des personnes en prévenant la violence envers les femmes est la responsabilité de l'État. La législation adoptée et les mesures préventives prises contre la violence ne sont pas efficaces. C'est pourquoi aucune loi, régulation ou circulaire ne peut prévenir le nombre croissant de féminicides.

L'opposition principale en Turquie, la vice-présidente du parti du peuple républicain Aylin Nazlıaka, a déclaré que la circulaire «ne peut nous duper en ajoutant trois ou quatre bons éléments.» Aylin Nazlıaka invite plutôt l'État à resigner sans tarder la convention d'Istanbul.

Fidan Ataselim, secrétaire général de la plateforme «Nous mettrons fin au féminicide», a déclaré lors d'une manifestation à Istanbul le 25 novembre,  «le nombre de féminicides est en hausse. Des hommes tuent des femmes chaque jour. Malheureusement, elles ne sont plus seulement assassinées. Ces meurtres sont déguisés en suicide. Des femmes sont régulièrement poussées par la fenêtre ou du balcon. Les enquêtes ne sont pas menées sérieusement. En d'autres mots, en enterrant les cadavres des femmes, ils enterrent aussi la vérité. Nous remettrons ces morts suspectes à leur ordre du jour. Nous n'accepterons jamais un soi-disant suicide s'il est suspect. Nous mettrons fin au féminicide.»

Fidan Ataselim a également critiqué la remarque du Président selon laquelle le retrait de la Convention n'aurait pas eu un impact négatif sur la violence envers les femmes en Turquie:

Cette mentalité est honteuse si on considère que des femmes sont renvoyées des postes de police, car la Convention d'Istanbul n'existe plus. Ils devraient avoir honte pour les femmes qui n'ont pas été protégées et ont été assassinées, car on leur a dit «Il n'y a plus de Convention» et car la loi n° 6284 n'est pas appliquée.»

Avant les élections générales de mai 2023, l’ AKP et son dirigeant se sont alliés à de nombreux partis cherchant à démanteler les droits des femmes dans le pays, y compris en révoquant la loi 6284, qui protège les femmes contre la violence domestique. Cette loi a été adoptée en 2012.

L’ AKP a adopté un certain nombre de positions controversées contre l'égalité des sexes ces dernières années. Le parti au pouvoir a proposé de limiter le droit à l'avortement, la pilule du lendemain, et les césariennes. Erdoğan lui-même a une fois suggéré que  les femmes ne peuvent pas être égales aux hommes, que les femmes doivent être mères, et que les familles devraient avoir trois enfants au minimum. En 2012, Erdoğan, Premier ministre à l'époque, avait assimilé l'avortement à un meurtre.

Par ailleurs, alors que les interruptions de grossesse sont encore légales en Turquie jusqu'à la dixième semaine et jusqu'à la vingtième en cas de risque médical, trouver un hôpital pour effectuer la procédure est devenu pratiquement impossible. En 2014, Erdoğan a accusé les féministes de ne pas comprendre la maternité. Durant un sommet à Istanbul, il a soi-disant déclaré, «certaines personnes peuvent comprendre cela et d'autres pas. Il n'est pas possible d'expliquer cela aux féministes car elles n'acceptent pas le concept de maternité.» Il a aussi déclaré que l'égalité des sexes est «contraire à la nature humaine» et que les femmes qui travaillent sont «déficientes.» Plus récemment, en janvier 2023, l'institution religieuse d'État de Turquie, qui s'est attaquée aux femmes par le passé, a déclaré que les femmes ne peuvent pas voyager seules.

Cette régression générale a aussi été reflétée dans le rapport du Forum économique mondial sur les inégalités entre les sexes. Selon le rapport du Forum le plus récent en 2023, la Turquie  est classée 129e sur 146 pays analysés.

]]>
Dans l’ombre de la loi : le déclin furtive de l’environnement médiatique en Corée du Sudhttps://fr.globalvoices.org/?p=283773http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20231213_164428_Dans_l___ombre_de_la_loi___le_declin_furtive_de_l___environnement_mediatique_en_Coree_du_SudWed, 13 Dec 2023 15:44:28 +0000Le gouvernement est accusé d’employer des tactiques qui créent un effet dissuasif ​

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

President Yoon Suk Yeol and first lady Kim Keon Hee stand in front of the official Korean airplane

Le Président Yoon Suk Yeol et la Première dame Kim Keon Hee font leurs adieux avant leur départ vers le Royaume-Uni le 18 septembre 2022. Base aérienne de Séoul, Seongnam-si, Gyeonggi-do. Image de JEON HAN de la page Flickr du KOCIS. (CC BY-NC-SA 2.0 DEED).

Vous avez peut-être déjà entendu la métaphore de la grenouille bouillante. Le conte suggère qu'une grenouille dans une casserole d'eau chauffée lentement ne percevra pas le danger immédiat et finira par être bouillie vivante. Bien que cela ait été démystifié comme étant davantage un mythe qu’un fait scientifique, la métaphore reste puissante.

La Corée du Sud est reconnue comme un pays puissant sur les plans économique, politique et technologique. Les indices internationaux reflètent généralement cela, affichant des classements stables et cohérents, sans fluctuations significatives. Cependant, cet article vise à mettre en évidence la récente régression du pays dans l’environnement des médias et de la liberté d’expression, un courant sous-jacent inquiétant qui n’est pas entièrement raconté dans les analyses mondiales.

Le gouvernement conservateur actuel, entré en fonction en mai 2022, a été accusé d’avoir recours à des stratégies ayant un effet dissuasif sur la liberté d’expression. Parmi la principale de ces accusations concerne les représailles à l'encontre des journalistes et des organes de presse qui critiquent le président Yoon Suk Yeol, la Première dame Kim Keon Hee et leurs ministres sous prétexte de diffuser de fausses nouvelles. Les rapports incluent des cas où des journalistes dissidents ont été interdits de points de presse et soumis à des enquêtes pour diffamation et ingérence électorale sur la base de leur couverture des malversations présumées de Yoon et Kim. Certaines situations ont même dégénéré en perquisitions au domicile et dans les bureaux des journalistes.

Les procureurs perquisitionnent Newstapa et JTBC pour des allégations de fausses interviews https://t.co/9ZhShu6XQr

— Yonhap News Agency (@YonhapNews) 14 septembre 2023

Cette approche de représailles a été connue d'avance en janvier 2022 lorsqu'une conversation téléphonique en fuite pendant la campagne présidentielle a montré que Kim menaçait d'incarcérer tous les journalistes opposés à son mari s'il était élu.

De plus, le président Yoon a publié un nombre sans précédent de décrets d'application, dépassant ainsi ses prédécesseurs dans la durée de leurs mandats. Dans le cadre législatif sud-coréen, alors que la constitution est la loi suprême et que les lois adoptées par l’Assemblée nationale incarnent des valeurs constitutionnelles, la législation administrative comme les décrets présidentiels sont des instruments exécutifs conçus pour rendre ces lois opérationnelles. Ces décrets, qui ne doivent pas entrer en conflit avec les lois supérieures, ont compétence sur toutes les affaires administratives. L’utilisation par Yoon de ces décrets lui a souvent permis de nommer des alliés à des postes influents, contournant ainsi l’exigence d’approbation de l’Assemblée. Le décret le plus récent, promulgué en octobre 2023, restreint les marches t rassemblements à proximité des bureaux présidentiels.

Les nominations controversées du gouvernement incluent Lee Dong-gwan à la tête de l'organisme de surveillance de l'audiovisuel d'État, la Commission coréenne des communications (KCC), et Park Min à la tête de la chaîne nationale financée par le gouvernement, le Korean Broadcasting System (KBS). Les deux personnes nommées ont promis d'éradiquer les « préjugés idéologiques ». Parallèlement, l'administration a intensifié sa rhétorique contre les « fausses nouvelles », une démarche qui est devenue encore plus sentie avec les prochaines élections législatives en avril 2024.

Le chef du Parti du Pouvoir du Peuple, dont le président Yoon est membre, a condamné certains médias libéraux, en affirmant que leurs reportages biaisés portent atteinte à la démocratie nationale et équivaut à une haute trahison et passible d'une peine de mort. Dans sa quête d’être arbitre de la vérité, le gouvernement envisage à gérer les narrations publiques, notamment en ce qui concerne sa gestion des catastrophes, tant naturelles qu’anthropiques. Parmi les incidents remarquables figurent l'écrasement tragique de la foule à Itaewon à Séoul, lors des festivités d'Halloween de 2022, qui a fait au moins 159 morts et 196 blessés, ainsi que les mesures inadéquates aux inondations de juillet 2023 à Osong et Yecheon, qui ont fait d'importantes victimes et la mort du caporal Marine. Les familles des victimes ont poursuivi inlassablement leur quête de responsabilisation, mais sans grand succès.

Les efforts narratifs du gouvernement s’étendent aux perspectives historiques. La position de l’administration Yoon reflète un changement significatif par rapport aux commémorations traditionnelles. La récente dépréciation de Hong Beom-do, un célèbre héros anticolonial qui a lutté contre l'occupation japonaise dans les années 1920, parallèlement à la glorification de Syngman Rhee, le premier président du pays connu pour sa politique anticommuniste stricte, indique une évolution vers un discours qui correspond plus étroitement aux intérêts américains et japonais. Cette réécriture de l’histoire marginalise non seulement l’héritage de la résistance contre l’occupation japonaise, mais semble également refondre stratégiquement le passé du pays pour faciliter les alliances géopolitiques contemporaines.

L'administration Yoon, ainsi que le Parti du Pouvoir du Peuple, ont également été critiqués pour avoir encouragé la misogynie et les discours de haine, en intégrant prétendument une telle rhétorique dans leurs campagnes électorales, leur engagement sur les réseaux sociaux et leur élaboration de politiques. La récente montée du sentiment antiféministe a conduit à des pertes d’emploi pour les femmes et même à des agressions physiques. Parallèlement, le Président Yoon a suscité des controverses avec ses propositions d'abolir le ministère de l'Égalité des Sexes et de la Famille et de diminuer la protection du travail, en particulier pour les travailleurs immigrés. De plus, le président et son épouse se seraient associés à des YouTubers d'extrême droite, leur offrant des invitations à l'investiture présidentielle, leur envoyant des cadeaux de Noël et les nommant même à des postes gouvernementaux.

En réfléchissant à la grenouille proverbiale – et à un adage coréen similaire selon lequel on ne peut pas remarquer une bruine avant d’être trempé – chacun de ces changements politiques à lui seul ne semble pas être une menace immédiate, et aucun n’est ouvertement illégal ou autoritaire. Pourtant, leurs effets cumulés entraînent des inquiétudes quant à la stabilité démocratique du pays. À l’approche des élections nationales, le renforcement de l’emprise du gouvernement envers la dissidence publique et la surveillance des médias constituera un test crucial de l’engagement du pays envers les principes démocratiques et les libertés civiles.

]]>
Andry Rajoelina réélu président à Madagascar mais l'opposition conteste la validité de la procédurehttps://fr.globalvoices.org/?p=284011http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20231213_072836_Andry_Rajoelina_reelu_president_a_Madagascar_mais_l_opposition_conteste_la_validite_de_la_procedureWed, 13 Dec 2023 06:28:36 +0000L'opposition voit dans la réélection de Rajoelina le triomphe de la corruption

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Le président Andry Rajoelina et son épouse lors de la publication des résultats officiels des élections à la Haute Cour Constitutionnelle. Photo de Infomedia 261, utilisée avec permission

Andry Rajoelina, 49 ans, est réélu président de Madagascar pour un deuxième mandat d'une durée de 5 ans à l'issue du scrutin présidentiel du 16 novembre boycotté par les candidats de l'opposition.

Lire : Madagascar: regain de tension à la veille d'une élection présidentielle à haut risque

Le 1er décembre 2023, la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) chargée de proclamer les résultats définitifs, annonce officiellement la réélection de Rajoelina qui a emporté le vote avec 58,96% des suffrages exprimés. Le taux de participation a légèrement baissé avec 46 % de votes par rapport à la précédente présidentielle de 2018 où le taux était de 48,09%. 

Au départ, 13 candidats étaient en lice mais suite au boycott de l'élection par l'opposition, seuls trois candidats ont fait campagne, dont Siteny Andrianasoloniaiko qui a recueilli 14,39% des voix; et Marc Ravalomanana, candidat favori dans l'opposition, qui arrive en troisième position avec 12,09% des voix malgré son appel initial au boycott.

Pour en savoir plus sur Madagascar, lire le dossier spécial Madagascar, une société déstabilisée 

Président depuis 2018, Rajoelina avait accédé une première fois au pouvoir pendant cinq ans en 2009 à la faveur d'une mutinerie chassant l'ex-président Ravalomanana. Lors d’un bref entretien avec les journalistes à sa sortie de la cérémonie de proclamation du résultat officiel, il affirme aujourd'hui vouloir travailler pour tous les Malgaches :

Je remercie tous ceux qui ont voté pour moi tout comme ceux qui n’ont pas voté. J'exercerai ma fonction en toute dignité et je ne vais pas ménager mes efforts pour le développement de Madagascar

Scrutin boycotté par l'opposition

Mais dès le debut de la campagne électorale, les candidats de l'opposition dénoncent des irrégularités flagrantes et demandent l'annulation de l'élection, sans résultats. Ils décident ensuite de boycotter l'élection et appellent les électeurs à ne pas se rendre aux urnes. Ces dix candidats ont par la suite affirmé qu'ils ne reconnaîtront pas les résultats de cette élection. Dans une déclaration commune, en date du 24 novembre, le collectif annonce en effet:

Nous ne reconnaîtrons pas les résultats de cette élection illégitime, truffée d'irrégularités, et nous déclinons toutes responsabilités sur l'instabilité politique et sociale qui pourrait en découler.

Le même jour de l'élection, 16 novembre, Transparency International Initiative Madagascar, le bureau malgache de Transparency International (ONG de lutte contre la corruption), fait savoir dans un communiqué que l'élection est contestée sur fond d’irrégularités, de violences, de violations de droits humains, de flux financiers opaques et de suspicions de corruption électorale.

Après le scrutin, la HCC a reçu une quinzaine de requêtes liées aux contentieux électoraux dont la plupart ont été déclarées recevables mais non fondées.

Accusant le président sortant de fraude, le candidat de l'opposition Siteny Randrianasoloniaiko, a déclaré à l'AFP avoir déposé une requête “aux fins d'annulation des opérations électorales sur l'ensemble du territoire”, mais sa requête a été rejetée. Il déclare: :

J'ai déposé deux requêtes pour demander l'annulation du scrutin et la disqualification d'Andry Rajoelina car il a volé, il a acheté les voix.

La haute juridiction dont la légitimité est mise en question par l’opposition a finalement rejeté toutes les requêtes déposées aux fins d'annulation du scrutin en raison de multiples irrégularités dans le déroulement du vote et des anomalies constatées sur les procès-verbaux transmis à la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI).

Inquiétudes au niveau international

A travers un communiqué, publié quelques heures après la publication de la victoire de Rajoelina, l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) dit prendre acte des résultats sur le réseau X (ex-Twitter):

L'organisation,  qui regroupe 88 pays (États et gouvernements) dans le monde, soulève tout de même des inquiétudes et appelle au dialogue:

L’OIF fait le constat d’une société malgache divisée, et exprime sa profonde préoccupation quant à la phase post-électorale avec des risques élevés de contestations et de tensions persistantes. Nous relevons en effet que toutes les conditions d’inclusivité du processus électoral n’ont pas pu être réunies, certains candidats ayant décidé de ne pas participer à la campagne électorale et au scrutin, réclamant une réforme des institutions en charge de la gestion et du contrôle des élections. Nous appelons par conséquent tous les acteurs et actrices, parties prenantes, à contribuer au rétablissement de la confiance entre elles et au renforcement de l’État de droit.

Dans son communiqué de presse, Transparency International Initiative Madagascar déclare aussi que les résultats sont sans surprise, et que ,la victoire de Rajoelina marque le triomphe de la corruption, de l’argent et de la complaisance sur la démocratie. Elle estime que :

L’acceptation de ces résultats signifie aussi la reconnaissance de l’exploitation de l’extrême pauvreté comme technique ultime pour gagner des élections à Madagascar, et c’est intolérable.

Madagascar fait parti des pays les plus pauvre au monde avec un taux de pauvreté estimé à 75% en 2022.

Réaction des internautes

Les réseaux sociaux ne manquent pas de réactions passionnées par des internautes malgaches, comme Herizo Raza, utilisateur de X qui écrit sur son compte:

Hajo Andrianainarivelo, candidat de l'opposition indique sur son compte X que la décision de la HCC est une mascarade:

Sur la page Facebook Vaovao vao mafana androany (VMA) d'un groupe de plus de 56 000 membres dédié au partage des actualités malgaches, un utilisateur anonyme écrit:

HCC Ambohidahy : Le candidat Andry Rajoelina a remporté la présidence (58,96%) 🇲🇬
📌Aujourd'hui, 1er décembre, s'est tenue la cérémonie publique  pour la proclamation des résultats définitifs de l'élection présidentielle du 16 novembre 🗳
📌Il n’existe aucun décret gouvernemental annulant la citoyenneté malgache du candidat Andry Rajoelina
📌Les votes obtenus par le candidat Siteny Randrianasoloniaiko dans plus de 10 bureaux de vote ont été annulés en raison du procès intenté par le candidat Andry Rajoelina.
Partagez avec vos amis ou groupes

L'investiture du nouveau président est prévue le 16 décembre 2023 avec la présence de plusieurs chefs d’État africains. Les partisans de Rajoelina prévoient une cérémonie en grande pompe au stade Barea Mahamasina à Antananarivo, capitale du pays.

La question principale est de savoir si l'opposition pourra maintenant mobiliser l'électorat et organiser des manifestations, ou si Rajoelina pourra assumer ses fonctions sans être vraiment inquiété par les accusations de violations du processus électoral.

]]>
Trinité-et-Tobago : pourquoi l’hydrogène vert représente-t-il un fort potentiel ?https://fr.globalvoices.org/?p=283891http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20231212_190913_Trinite-et-Tobago___pourquoi_l___hydrogene_vert_represente-t-il_un_fort_potentiel__Tue, 12 Dec 2023 18:09:13 +0000Si vous utilisez une source d'électricité à faible teneur en carbone, l'hydrogène que vous produisez est « vert ».

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Image de presentation crée avec Canva Pro.

L'hydrogène vert est le nouveau produit sur le marché, mais est-il à la hauteur de ses promesses ? Ces questions, et bien d'autres encore, ont été explorées lors de l'Hydrogen Research Collaborative organisé sur le campus de St. Augustine de l'University of the West Indies (UWI) à Trinidad le 21 septembre, qui a présenté les recherches sur l'hydrogène menées par l'University of Trinidad and Tobago (UTT) et les étudiants de troisième cycle de l'UWI.

Qu'est-ce que l'hydrogène vert ? Il s'agit d'un moyen innovant pour continuer à récolter et à utiliser l'hydrogène sans dépendre des combustibles fossiles. Philip Julien, président de Kenesjay Green, une société de développement de projets indigènes dédiée à la création de projets de décarbonisation à l'échelle industrielle, l'explique très simplement : “Elle est créée par électrolyse de l'eau. L'eau est composée d'hydrogène et d'oxygène. Si vous faites passer un courant électrique dans l'eau, il décompose les liaisons hydriques en ses composants de base, l’hydrogène et l’oxygène. Si vous utilisez une source d'électricité à faible teneur en carbone, l'hydrogène que vous produisez est « vert ».

Kenesjay Green a dirigé la création de NewGen Energy Limited pour développer une installation d’une production d'hydrogène vert et neutre en carbone, dont la production alimentera la production d'ammoniac des installations de Trinidad Nitrogen Company dans la zone industrielle de Point Lisas, dans le sud de Trinité. Hydrogène de France (HDF) a acquis une participation majoritaire de 70 % dans le projet NewGen en 2022 par l'intermédiaire de sa branche locale, Kenesjay Green conservant les 30 % restants.

Une étude réalisée par la National Energy Corporation de Trinité-et-Tobago avec le soutien de la Banque interaméricaine de développement renforce le sentiment d'un potentiel massif pour l'hydrogène vert dans l'île jumelle des Caraïbes. Dans un pays qui dispose déjà des éléments nécessaires pour se positionner en tant que centre régional d'échange, de stockage et de production d'hydrogène vert et d'ammoniac/méthanol pour les Amériques, l'hydrogène vert est considéré comme la prochaine étape et comme une option viable de décarbonisation pour les secteurs de l'électricité et de l'industrie.

Marché de l'ammoniac

En 2021, Trinité-et-Tobago a exporté pour 1,74 milliard USD d'ammoniac, ce qui en fait le deuxième exportateur mondial. Toutefois, avec l'évolution du marché vers l'ammoniac à faible teneur en carbone – à l'heure actuelle, la production locale d'ammoniac utilise le gaz naturel comme matière première – ce statut éminent est menacé.

Un rapport de S&P Global Commodity Insights prévoit que le marché mondial de l'ammoniac triplera d'ici 2050, car la demande d'ammoniac à faible teneur en carbone « transforme le marché » :

Grâce à l'amélioration des conditions économiques résultant des politiques de décarbonisation, l'ammoniac à faible teneur en carbone devrait passer de son stade actuel à 420 millions de tonnes, soit les deux tiers du marché total, d'ici à 2050. […]

Le nouveau rapport stratégique, Low-carbon Ammonia : Faciliter la transition vers un avenir durable, indique que l'utilisation potentielle de l'ammoniac à faible teneur en carbone comme combustible de soute pour la marine, comme matière première pour l'industrie et comme vecteur de l'hydrogène utilisé pour la production d'électricité représente un changement profond pour l'industrie, qui passe d'un secteur axé principalement sur la production d'engrais à un secteur orienté vers les marchés de l'énergie.

Dans l'Union européenne, le Mécanisme d'ajustement carbone aux frontières (MACF) a été adopté par la Commission européenne comme un « outil historique permettant d'attribuer un prix équitable au carbone émis lors de la production de biens à forte intensité de carbone entrant dans l'UE et d'encourager une production industrielle plus propre dans les pays non membres de l'UE ».

Thibault Ménage, vice-président de HDF Caribbean, considère que le CBAM incite Trinité-et-Tobago à s'orienter vers la décarbonisation de l'industrie de l'ammoniac : « L'Europe est un gros importateur d'ammoniac [de Trinité-et-Tobago]… nous pourrions perdre le marché européen si nous ne parvenons pas à décarboniser. »

Anticipant cette situation, NewGen Energy Ltd. a obtenu la certification carbone pour son ammoniac par l'intermédiaire de TÜV Rheinland à un seuil de <1kg CO2/kg H2, ce qui permet d'exporter en toute sécurité l'ammoniac produit pour le marché international à partir de l'hydrogène de NewGen.

Le déclin du gaz naturel et le potentiel de développement économique local

L'investissement de la branche locale d’Hydrogène de France dans le projet NewGen est également un investissement à Trinité-et-Tobago. S'exprimant au nom de HDF, M. Ménage a déclaré qu'il voyait un grand potentiel pour le marché local de l'hydrogène, mais que NewGen « doit être un succès » avant que HDF n'envisage d'autres investissements dans d'autres projets de l'industrie verte à Trinité-et-Tobago.

Les prévisions sont toutefois positives. M. Ménage estime que NewGen offre à Trinité-et-Tobago un avantage concurrentiel mondial en raison de la demande d'hydrogène vert, qui serait bien soutenue par l'histoire du pays en tant qu'économie énergétique et par sa vaste expérience de l'industrie pétrochimique. Un seul « projet réussi », dit-il, démontrera que Trinité-et-Tobago a « la capacité et les compétences ». De son côté, le président de Kenesjay Green, Philip Julien, dans son discours d'ouverture du symposium sur l'hydrogène, a affirmé que c'est dans les Caraïbes que l'hydrogène va changer la donne (et non l'inverse). L'abondance des ressources éoliennes, solaires et géothermiques dans les Caraïbes fait de la région un lieu idéal pour la croissance de la production d'hydrogène.

Une fois que l'installation de production d'hydrogène sera opérationnelle – la date de démarrage est estimée à 2025 – NewGen sera la plus grande et la plus avancée de son genre dans le monde, fonctionnant à pleine capacité en permanence et produisant environ 20 000 tonnes d'hydrogène vert par an, ce qui équivaut à cinq pour cent du déficit de 400 000 habitants de la ville de Point Lisas.

Il s'agit toutefois d'une estimation basse, car certaines des usines du domaine de Point Lisas ne fonctionnent actuellement pas à pleine capacité en raison du manque de gaz naturel. En fait, le New York Times a rapporté que « la production de gaz a diminué de 40 % depuis 2010, obligeant le pays à fermer l'un de ses quatre terminaux d'exportation de gaz naturel liquéfié et trois de ses 18 usines pétrochimiques ». Face à cette situation, M. Ménage a exhorté le gouvernement à examiner toutes les possibilités de décarbonisation de l'industrie énergétique de Trinité-et-Tobago afin de libérer l'utilisation du gaz naturel.

Le rôle du développement durable

À l'issue du Sommet 2023 des objectifs de développement durable (ODD) des Nations unies, qui s'est tenu à New York en septembre, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a constaté que le monde n'avait atteint que 15 % des ODD à mi-parcours de l'échéance de 2030. En effet, à Trinidad, les ODD ont connu des revers importants. L'indice SDG/Rapport sur le développement durable classe de nombreux ODD du pays dans la catégorie “amélioration modérée” et “défis à relever”, notamment l'objectif 7 (énergie abordable et propre), l'objectif 8 (travail décent et croissance économique) et l'objectif 9 (industrie, innovation et infrastructure).

Conformément aux engagements pris par Trinité-et-Tobago dans le cadre de l'Accord de Paris dans les Contributions déterminées au niveau national (CDN), la nation doit s'engager à réduire de 15 % les gaz à effet de serre provenant des trois principaux secteurs émetteurs (la production d'électricité, les transports et l'industrie) d'ici 2030.

Trinité-et-Tobago représente environ 40 % de l'ensemble des émissions de carbone des Caraïbes. NewGen estime sa contribution à la CDN à 165 000 tonnes métriques de dioxyde de carbone par an dans le secteur industriel. Rointra Hosein, étudiante en maîtrise à l'université de Trinité-et-Tobago, qui a présenté ses recherches lors du symposium, a estimé qu'en remplaçant tout l'hydrogène gris du pays (produit à partir de gaz naturel) par la production d'hydrogène vert, le pays pourrait réduire ses émissions de 2,1 millions de tonnes métriques par an.

Localement, l'hydrogène vert crée une matière première alternative supplémentaire pour soutenir l'approvisionnement réduit en gaz naturel des secteurs en aval de l'ammoniac et du méthanol – une opportunité qui a catalysé le développement de NewGen – mais le potentiel de l'hydrogène propre s'étend bien au-delà. Il peut constituer un carburant alternatif propre pour de nombreuses utilisations finales, notamment l'énergie, les transports et la pétrochimie. Selon Julien, « toutes ces choses dont nous dépendons actuellement à partir de combustibles fossiles peuvent théoriquement être remplacées, reconstituées, améliorées, par une source d'énergie non fossile, l'hydrogène ».

Christianne Zakour est une ancienne boursière de Climate Tracker pour les rapports sur l'énergie dans les Caraïbes.

]]>
Au Niger, des militaires renversent le président Mohamed Bazoumhttps://fr.globalvoices.org/?p=280628http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230728_050340_Au_Niger__des_militaires_renversent_le_president_Mohamed_BazoumFri, 28 Jul 2023 03:03:40 +0000Ceci est le 5è coup d’État dans l'histoire de la République du Niger

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Mohamed Bazoum, capture d'écran de la chaîne Youtube de France 24

Le contexte politique de la République du Niger est parsemé de coups d’État et de nombreuses tentatives de coups d'État militaires. Depuis son indépendance le 3 août 1960, le pays en a connu quatre. Mais ce 26 juillet 2023, un nouveau coup d’État perpétré par les militaires de la garde présidentielle réussit à chasser le président désormais déchu, Mohamed Bazoum.

Le 21 février 2021, au second tour des élections présidentielles du 27 décembre 2020, Mohamed Bazoum, candidat présenté par Mahamadou Issoufou (président sortant) est élu président du Niger avec 55,75 % des voix face au candidat de l’opposition Mahamane Ousmane (44,25 %). Toutefois son élection est contestée par les partisans de Mahamane Ousmane. Quelques jours avant son investiture, du 30 au 31 mars 2021, Bazoum essuie une tentative de coup d’État qui n'empêche pas son investiture le 2 avril 2021. Deux ans plus tard il est donc renversé.

A la télévision nationale, les militaires annoncent le putsch. Comme l'indique Tchad One, un journal tchadien, dans ce tweet :

La majorité des nigériens dénonce une gouvernance qui ne répond plus aux attentes des populations dont les principaux griefs sont les  attaques terroristes, l'insécurité, la corruption, et en général, la mauvaise gouvernance.Moussa Aksar, journaliste et directeur de publication du journal “L’Événement” au Niger explique au micro de la Deutsche Welle:

Vous savez, il y a le problème sécuritaire dans toute la zone des trois frontières. On a vu l’afflux de réfugiés, des gens qui ont été chassés par les terroristes. Il y a aussi la gouvernance qui n'a pas changé, Bazoum a promis la lutte contre la corruption mais aujourd'hui les militants du PNDS, le parti présidentiel, qui ont posé des actes répréhensibles n'ont pas été inquiétés

Des manifestations de tous bords

Depuis le 26 juillet, les manifestants inondent les rues de Niamey, la capitale nigérienne. Au lendemain du renversement du pouvoir en place, ces manifestations continuent mais comme l'indique Tv5Monde sur son compte twitter, certains s'opposent au coup d’État,

D'autres applaudissent le coup de force des militaires. Des scènes de saccage et de destructions des biens publiques sont à relever. Le siège du parti au pouvoir est par exemple pris pour cible alors que quelques ministres et responsables tiennent une réunion dans les locaux:

Une autre vague de manifestants scande le nom de la Russie et réclame déjà le départ de la France du pays.

Printemps des coups d’États en Afrique de l'Ouest

Après le renversement du pouvoir au Mali (août 2020 et mai 2021), en Guinée conakry (septembre 2021) et au Burkina-Faso (septembre 2022), le renversement de Mohamed Bazoum constitue le 5è coup d’État dans quatre pays de l'Afrique de l'Ouest depuis 2020. Une vague de coups de force par des militaires dans ces différents pays qui laisse entrevoir un message clair: la volonté des populations d'en finir avec les régimes et pouvoirs dictatoriaux qui ignorent les besoins du peuple.

Plusieurs facteurs interviennent dans ce 5è coup d’État au Niger. Jusqu'à ce 26 juillet 2023, le Niger était le seul pays du Sahel à être dirigé par un civil alors que les pays voisins et frontaliers, notamment le Mali et le Burkina-Faso ont à leur tête des militaires. D'un autre côté, la collaborations de ces pays voisins avec la Russie après le départ des forces françaises sur leur territoire semble porter des fruits. Clairement, la Russie influence et gagne du terrain dans la zone sahélienne alors que et le sentiment anti-français devient de plus en plus renforcé au sein des populations

Le Niger demeurait le seul allié de la France au Sahel mais avec ce coup d’État, la France perd peut-être son dernier appui dans la region qui reste la proie des groupes djihadistes.

Pour en savoir plus, lire: Au Niger, le nord-est du pays est devenu une terre d'accueil pour les réfugiés fuyant les attaques armées dans le Sahel 

Des réactions de la communauté internationale

Depuis le matin du 26 juillet, des appels à condamnations pleuvent. A tour de rôle, les puissances internationales, les alliés du Niger et les institutions africaines déplorent ce nouveau coup de force dans la sous-région ouest africaine.

La CEDEAO (Communauté Économique des États de l'Afrique de l'Ouest) à travers un communiqué condamne le coup de force:

A sa suite, Moussa Faki Mahamat, président de l’Union africaine dénonce une trahison des éléments militaires qui ont oublié leur devoir républicain:

L'Union Européenne et la France manifestent également leur soutien au président Bazoum en dénonçant une tentative de coup de force par les militaires. Josep Borrell Fontelles, haut représentant de l'Union Européenne pour la sécurité et les affaires extérieures le souligne dans  son tweet:

L’Organisation des Nations Unies (ONU) et les Etats Unis condamnent aussi le coup d’État. Selon le journal LeMatin, Stéphane Dujarric, porte-parole d’Antonio Guterres, secrétaire général de l'ONU déclare:

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, condamne avec la plus grande fermeté toute tentative de prise de pouvoir par la force et d’atteinte à la gouvernance démocratique, à la paix et à la stabilité au Niger.

Selon la même source, Jake Sullivan conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche affirme:

Nous condamnons fermement toute tentative de détenir ou d’entraver le fonctionnement du gouvernement démocratiquement élu du Niger, dirigé par le président Bazoum.

En attendant que le nouveau dirigeant du Niger soit connu, le président Mohamed Bazoum est toujours détenu par les militaires putschistes au sein de la présidence de la République.

]]>
La peur institutionnelle du multilinguisme en France : entretien avec le militant linguistique Michel Feltin-Palashttps://fr.globalvoices.org/?p=276507http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230725_152359_La_peur_institutionnelle_du_multilinguisme_en_France___entretien_avec_le_militant_linguistique_Michel_Feltin-PalasTue, 25 Jul 2023 13:23:59 +0000L’éducation immersive est le seul moyen de produire de nouveaux locuteurs de langues minoritaires

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Capture d’écran de la chaîne YouTube de France 3 Occitanie montrant une école bilingue occitan-français.

La France, avec plus de 20 langues régionales, a toujours été un pays multilingue, mais son gouvernement centralisé reste réticent à reconnaître et à accepter pleinement une telle diversité. Dans un entretien accordé à Global Voices, le linguiste et militant Michel Feltin-Palas explique les raisons de cette réticence.

Michel Feltin-Palas est journaliste pour l’hebdomadaire français L’Express, dans lequel il publie une newsletter consacrée à la diversité linguistique en France. Il est également l’auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet, dont son dernier livre, Sauvons les langues régionales, paru en 2022, dans lequel il analyse les raisons historiques et politiques avancées par le gouvernement français pour avoir limité la reconnaissance de ce qu’on appelle officiellement les « langues régionales ». Le livre fait référence à 20 langues qui ont été historiquement parlées dans ce qui est aujourd’hui la France métropolitaine.

Michel Feltin-Palas explique les origines de cette peur de la diversité linguistique de la part des institutions publiques françaises, notamment dans le domaine de la législation et de l’éducation :

La France est un pays qui pourrait ne pas exister. A priori, il n’y avait aucune raison pour qu’un Alsacien se retrouve un jour dans le même État qu’un Basque, un Corse et un Auvergnat. Le pouvoir central a donc toujours craint que ces cultures diverses ne débouchent sur des revendications séparatistes. En conséquence, il a cherché à imposer une langue unique, le français. Quant aux cultures locales, elles sont réduites à de simples folklores et bannies de l’école. « Uniformiser constitue un excellent moyen pour mieux diriger un pays aussi vaste et divers que la France », souligne l’historien Olivier Grenouilleau (Nos petites patries, Gallimard).

Pendant longtemps, la diffusion de la langue française dans des territoires où elle n’était pas parlée a été perçue comme une manière d’apporter la « civilisation ». De ce point de vue, en effet, un parallèle peut être établi avec la colonisation. Jules Ferry [premier Ministre français, puis plus tard, ministre de l’Éducation] déclarait ainsi le 28 juillet 1885 devant les députés : « Il faut dire ouvertement qu’en effet les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures […] parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont un devoir de civiliser les races inférieures. » Il n’est pas abusif de considérer que la même vision a eu cours pour l’Hexagone, où Paris, incarnation de la « civilisation », s’est fixé pour « devoir » d’arracher le bas peuple à la médiocrité de ses « patois » à travers l’école publique.

Bon nombre de ces 20 langues ont une riche tradition littéraire, à la fois orale et écrite, mais ce patrimoine reste largement absent du paysage éducatif et même culturel. Michel Feltin-Palas affirme que :

L’explication est la même. L’État français, à travers l’école, a tenté d’imposer une vision simple : il y aurait en France une seule culture, la culture française, les autres n’étant que de simples folklores sans intérêt. Apprendre aux élèves qu’il existe d’autres littératures n’est pas compatible avec cette vision. Un éditeur scolaire a ainsi osé écrire dans un livre scolaire que Bernat de Ventadour, l’un des plus grands troubadours [poètes écrivant en occitan], écrivait en… « français du Sud » ! Et pourtant… Frédéric Mistral a reçu le prix Nobel de littérature [en 1904] pour une œuvre en provençal [l’une des variantes de la langue occitane]. Mais il n’est pas enseigné.

De nombreuses « langues régionales » contiennent différents dialectes et, dans certains cas, une orthographe différente, comme c’est le cas de l’occitan. Michel Feltin-Palas donne son avis sur ce débat souvent houleux :

La réponse est complexe. Il existe des points communs entre le provençal, le gascon, l’auvergnat, le languedocien, le limousin, le vivaro-alpin [noms donnés par les locuteurs aux six principales variantes de l’occitan]. Il existe aussi entre eux des différences. Dès lors, certains préfèrent insister sur ce qui les rassemble, d’autres sur ce qui les sépare. Concernant la graphie, il en existe deux grandes familles. La première, dite graphie « classique », se réfère à une période glorieuse de la langue occitane, celle des troubadours, et s’inspire de leurs habitudes d’écriture. Elle a l’avantage du prestige, elle a le défaut de la complexité, car depuis, la prononciation a beaucoup changé. Les locuteurs qui ne la connaissent pas ont donc du mal à retrouver leur langue en la lisant. Les non-locuteurs la prononcent très mal. La seconde, dite « mistralienne » ou « fébusienne », a été définie plus récemment. Elle a l’avantage d’être plus facile à maîtriser par un lecteur francophone. Elle a l’inconvénient d’être plus proche du français. Pour ma part, je préfère ne pas entrer dans ces deux querelles, aussi légitimes soient-elles. De mon point de vue, tous ceux qui défendent ces langues appartiennent au même camp, quel que soit le nom qu’ils leur donnent, et doivent rester unis face à ceux qui veulent les voir disparaître.

Compte tenu de l’importance de la dénomination, quels sont, selon vous, les termes les plus respectueux et adaptés pour parler de ce que l’État français appelle les « langues régionales » ?

Si je suivais mes convictions, je parlerais de langues « historiques », « autochtones », « minoritaires » ou « minorisées ». Mais tous les spécialistes d’Internet que j’ai interrogés sont formels : dans les moteurs de recherche, ces termes ne sont quasiment pas usités. Dès lors, je ne toucherais par mes articles que les personnes déjà convaincues, pour lesquelles j’ai évidemment le plus grand respect, mais tel n’est pas mon but. Ce que je tente de faire, à ma modeste mesure, c’est de sensibiliser un public plus large. Dès lors, j’ai dû faire un choix : rester sur ces appellations, plus justes linguistiquement, et être peu lu ; ou utiliser « langues régionales » et diffuser plus largement ces idées. À partir du moment où je cherche l’efficacité, j’ai opté pour la seconde option. Je ne prétends pas avoir raison, mais tel est l’état de mes réflexions.

Comment expliquez-vous le succès de l’euskara, ou langue basque, par rapport aux autres langues régionales de France ?

Le basque constitue une exception. Il s’agit en effet de la seule langue régionale de métropole à gagner des locuteurs, et ce grâce au développement massif de l’enseignement en langue basque, qui permet de « produire » des locuteurs suffisamment nombreux pour remplacer les plus anciens. Ce succès s’explique lui-même par la mobilisation de la société civile basque. Le développement d’une langue dépend en effet de trois facteurs principaux : la densité de locuteurs dont on dispose autour de soi, le sentiment de compétence linguistique et la motivation de chacun. Ce dernier élément, décisif, comprend lui-même deux dimensions. Un aspect utilitaire : une personne sera plus encline à apprendre une langue si celle-ci permet la réussite dans les études et l’obtention d’un emploi (ce pour quoi de nombreux Français cherchent à maîtriser l’anglais) ; et un aspect identitaire, lié au sentiment d’appartenance, à l’amour de son territoire, à l’attachement que l’on porte à sa culture. Côté espagnol [de la région bascophone], ces deux dimensions se cumulent. Côté français, c’est surtout l’aspect identitaire qui joue, même si l’aspect utilitaire est en progression.

Pensez-vous que « l’éducation immersive », dans laquelle les enfants apprennent toutes les matières dans leur langue régionale durant les premières années de leur éducation, est enfin reconnue par l’État comme le seul moyen de promouvoir efficacement ces langues ?

La réponse est complexe. D’un point de vue pédagogique, on sait qu’il s’agit de la meilleure méthode pour « produire » de bons locuteurs dans une société désormais francophone. On sait aussi que les élèves qui suivent ce cursus ne sont aucunement handicapés en français, au contraire : un rapport officiel du ministère de l’Éducation nationale à propos du réseau Diwan [écoles immersives en brezhoneg ou breton, une langue celtique] reconnaît que ses élèves obtiennent de meilleurs résultats en français que le reste du système scolaire !

L’enseignement immersif constitue donc le moyen idéal de combiner réussite scolaire et respect de la diversité culturelle. Hélas, il faut aussi compter avec l’idéologie… À Paris, de puissantes institutions – le ministère de l’Éducation nationale, le Conseil constitutionnel, le Conseil d’État – continuent de considérer que les langues dites régionales menacent l’unité de la nation et l’apprentissage du français. Espérons que les faits finissent par apaiser les esprits…

]]>
Iran : l'État suspecté d'attaques au gaz chimique contre des écolièreshttps://fr.globalvoices.org/?p=280398http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230725_151027_Iran___l_Etat_suspecte_d_attaques_au_gaz_chimique_contre_des_ecolieresTue, 25 Jul 2023 13:10:27 +0000Certains craignent que le régime ait orchestré les attaques pour punir les dissidents

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Écolières à la mosquée du vendredi de Yazd, en Iran. Photo de Stefano Vigorelli, 2014, utilisée sous licence CC BY-SA 4.0.

En Iran, la révolution féministe dure depuis presque un an, en réponse au meurtre violent de Jina Mahsa Jina Amini, une jeune femme kurde de 21 ans, au mois de septembre 2022. Les manifestations sont à présent les plus importantes et les plus radicales contre la République islamique que l’Iran ait jamais connues, entraînant des grèves généralisées et des actes de désobéissance civile.

Le régime a dû faire face à de fortes pressions et a réagi en poursuivant une campagne de répression et de brutalités qui reflète l’intensité des manifestations. Récemment, un incident lié à l'intoxication au gaz d'écolières a semé la confusion, la panique et la terreur dans tout le pays. La réaction du régime, en plus de la résistance persistante que montre le peuple iranien, laisse penser que ses jours sont comptés.

Des écolières intoxiquées au gaz

Manifestation d'étudiants de l'université d'Allameh Tabataba'i contre l'empoisonnement collectif d'écolières iraniennes, 27 février 2023. Student News Agency / Photo utilisée sous licence CC BY 4.0. license

L’attaque menée contre les écolières iraniennes nécessite une enquête approfondie, compte tenu surtout du rôle significatif que les jeunes filles et femmes ont joué lors des récentes manifestations. C’est en partie pour cette raison qu’elles sont devenues aujourd’hui les cibles du régime iranien.

Selon des organisations de droits humains iraniennes, plus de 7 00 écolières ont été victimes d’une série d’attaques au gaz au sein d’établissements scolaires à travers tout le pays. Ces intoxications, qui ont débuté au mois de novembre dernier, auraient eu lieu dans au moins 99 écoles de 28 provinces iraniennes. Jusqu’à présent, pas moins de 81 attaques ont été enregistrées en une seule journée.

D'après CNN, des représentants du gouvernement ont tenté d’étouffer les attaques au gaz. Le ministre de l’Éducation est allé jusqu’à accuser les étudiantes d’être responsables de leur propre empoisonnement, tandis que le ministre de la Santé a affirmé que dans « 95% des cas, les symptômes étaient le résultat de troubles mentaux et psychologiques et non d’attaques au gaz ».

L’indifférence du gouvernement a déclenché une vague d’indignation et de manifestations de la part des familles des écolières, qui ont poussé le régime à « identifier et arrêter » des centaines d’auteurs présumés, rejetant la faute sur l’opposition.

Toutefois, le fait que ces attaques se poursuivent depuis l’année dernière, leur ampleur et leur propagation, ainsi que les mesures de haute sécurité dans les écoles du pays, suggèrent que le régime iranien pourrait être impliqué ou être complice de ces incidents.

Des experts de l'ONU ont exprimé des inquiétudes quant à l’incapacité apparente du régime à identifier et à appréhender les responsables d’attaques coordonnées à grande échelle visant des jeunes filles en Iran ; cette approche est en contradiction totale avec la rapidité des mesures prises contre des manifestants pacifiques, supposant une implication du régime. Dans un communiqué, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) a déclaré :

We fear that they are orchestrated to punish girls for their involvement in the movement – Women, Life, Freedom, and for expressing their opposition to mandatory hijab and voicing their demands for equality.

Nous craignons que ces attaques ne soient orchestrées pour punir les jeunes filles d’avoir participé au mouvement « Femme, vie, liberté », et d’avoir exprimé leur opposition au port obligatoire du hijab et réclamé l’égalité entre les hommes et les femmes.

L'apartheid de genre en Iran

Femmes sur une place en Iran. Photo by anonymous. Wikimedia Commons sous licence CC0 1.0 Universal Public Domain.

L’Iran est profondément ancré dans un apartheid de genre, qui se traduit par un contrôle total sur la vie des femmes à travers des lois perpétuant la domination masculine sur les femmes. Cette inégalité systématique entre les sexes se manifeste par diverses pratiques discriminatoires, qui mettent en évidence les disparités existantes, comme les mariages d’enfants dès l’âge de 5 ans et différentes limites d’âge pour la responsabilité pénale entre les filles et les garçons. Le droit civil qui considère les hommes comme seuls chefs de famille conduit souvent les mères à perdre la garde de leurs enfants et à être traitées injustement par les tribunaux. Les droits de succession, les autorisations de passeport, les restrictions d’accès à certaines professions, les critères en matière de divorce, l’absence de reconnaissance du viol conjugal et l’imposition d’un code vestimentaire contribuent également à l’inégalité entre les sexes et à perpétuer la discrimination à l’égard des femmes.

Cette inégalité a conduit les jeunes femmes en Iran à exiger des droits fondamentaux universels et l’égalité devant la loi. Leur cause semble bénéficier d’un large soutien du public ; la majorité de la population est consciente qu’un changement de régime est le seul moyen de pouvoir obtenir ces droits.

Il en ressort que le peuple iranien ne croit plus en la dichotomie entre réformistes et conservateurs qui caractérise la politique du régime depuis au moins 25 ans. Au lieu de cela, il exige le démantèlement total de l’ensemble du régime et de son système, le « Velayat-e faqih » (« tutelle du juriste théologien »), un concept selon lequel les « affaires religieuses et sociales » des pays musulmans relèvent de fervents juristes chiites.

Le caricaturiste Kianoush Ramazani fait allusion à la perte de confiance dans le système :

Le peuple iranien sait comment se chauffer cet hiver !

Cette perte de confiance peut expliquer le désarroi grandissant du régime alors qu’il réprime toute dissidence par la violence et sème la terreur. Les attaques au gaz ont pour but de réduire au silence quiconque chercherait à réclamer justice. En outre, il est intéressant de noter qu’une crise  comme les attaques au gaz, permet de détourner l’attention d’autres problèmes urgents, tels que les crises économiques et politiques du pays.

La résistance des femmes et des jeunes filles représente un défi de taille pour le régime iranien qui se trouve dans une impasse; il est incapable de faire des compromis sur l’apartheid de genre étant donné que son existence repose entièrement sur ce concept. Pendant ce temps, les femmes iraniennes, avec le soutien des hommes à leurs côtés, sont entrées dans une phase où elles semblent déterminées et sans peur.

La campagne de terreur de l’Iran s’étend au-delà des frontières du pays; il figure en effet parmi les principaux États à travers le monde qui soutiennent le terrorisme. L’Iran n'hésite pas à documenter ou promouvoir son utilisation de violences brutales ; en fait, le régime veut que ces actes de violence soient relatés pour répandre la peur et avoir un plus grand impact.

Il est primordial que la communauté internationale soutienne la révolution du peuple iranien. À moins que le reste du monde ne condamne les crimes contre l’humanité perpétrés par l’Iran, ces abus continueront d’être commis en silence.

Cependant, une question fondamentale subsiste : combien de temps un régime peut-il opprimer une population qui a atteint son point de rupture ?  Et combien de temps une telle oppression peut-elle encore durer ?

]]>
Brésil : les origines du maillot national et l'évolution de sa symbolique 70 ans plus tardhttps://fr.globalvoices.org/?p=280494http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230725_145219_Bresil___les_origines_du_maillot_national_et_l_evolution_de_sa_symbolique_70_ans_plus_tardTue, 25 Jul 2023 12:52:19 +0000Aldyr Garcia Schlee a remporté un concours avec son emblématique dessin du maillot jaune en 1953.

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Aldyr Schlee, o criador da "canarinho", camisa oficial da Seleção Brasileira | Imagem: Gilberto Perin, uso sob licença CC BY-NC 2.0

Aldyr Schlee, créateur du « canarinho », le maillot officiel de l'équipe nationale brésilienne | Image : Gilberto Perin, utilisée sous licence CC BY-NC 2.0

En septembre 1953, le journal Correio da Manhã a organisé un concours en vue d'obtenir des propositions pour le nouvel équipement de l'équipe nationale de football du Brésil. Trois ans après sa défaite en Coupe du Monde à domicile face à l'Uruguay, lors de l'épisode connu sous le nom de Maracanazo, il était question de relooker l'équipement le plus populaire du Brésil.

La condition était d'utiliser les couleurs du drapeau national au lieu du blanc, déjà utilisé par d'autres équipes.

Un jeune homme de 19 ans, qui vivait près de la frontière sud entre le Brésil et le pays à l'origine de la défaite du fameux « Maracanazo », et qui éprouvait de la sympathie pour les Uruguayens, a commencé à dessiner quelques croquis. Le maillot jaune, le « canarinho », créé par Aldyr Garcia Schlee, a été choisi et est devenu l'un des maillots les plus emblématiques du football mondial. Il a été inauguré en 1954.

70 ans plus tard, le maillot brésilien, qui a connu plusieurs déclinaisons et cinq titres mondiaux depuis, est devenu un symbole utilisé par les manifestants de droite et d'extrême droit au Brésil, soit quelque chose de très éloigné de la vie de Schlee. Ce dernier est décédé en 2018.

Le fils de Schlee, qui porte le même prénom que son père, Aldyr Rosenthal Schlee, s'est entretenu avec Global Voices à propos de la carrière de son père en tant que journaliste, illustrateur, professeur, écrivain et militant pro-démocrate. 

« C'est très triste de voir ce qu'il s'est passé, car mon père, sur le plan politique évidemment, n'aurait jamais adhéré aux idées des personnes qui ont porté ce maillot dernièrement », a déclaré Rosenthal Schlee.

Schlee, au-delà du football

Le créateur du maillot devenu symbole national est né à Jaguarão, à Rio Grande do Sul, situé à la frontière entre le sud du Brésil et l'Uruguay, et qui compte aujourd'hui environ 26 000 habitants. Élevé entre deux cultures, il a déménagé dans la ville brésilienne de Pelotas, à environ 14O kilomètres de là.

C'est là-bas qu'Aldyr a fondé sa famille et a commencé sa carrière de journaliste, illustrant les buts des matchs dans un journal local.

Peu après, il s'est lancé dans une carrière universitaire et littéraire. En tant que docteur en lettres et sciences humaines, il a été professeur d'université, a fondé une université et un journal, et il a remporté des prix en journalisme et en littérature.

Desenhos e rascunhos de Aldyr Schlee | Imagem: Arquivo pessoal

Les dessins et croquis d'Aldyr Schlee pour le maillot national brésilien | Image: archives personnelles, utilisation autorisée

Aldyr, le fils, a souligné qu'à une époque où le sport ne générait pas encore de grosses sommes d'argent, le prix et les réactions du public concernant la création du maillot n'étaient pas très significatifs.

C'est grâce à Internet, des années plus tard, que son père s'est fait connaître :

O futebol não tinha as proporções que tem hoje. A gente não pode imaginar o futebol dos anos 1950 (com a importância que tinha naquela época) com a importância que tem hoje. Hoje qualquer coisa no futebol é uma coisa milionária, mas naquela época era tudo semiprofissional.

Le football n'avait pas la même importance qu'aujourd'hui. On ne peut pas concevoir le football des années 1950 (avec la dimension qu'avait ce sport à l'époque) avec la place qu'il a aujourd'hui. Désormais, tout ce qui touche au football concerne les millionnaires, alors qu'à l'époque tout n'était que semi-professionnel.

En plus de voir son dessin sélectionné, Schlee a obtenu un stage au journal qui organisait le concours à Rio de Janeiro. Son fils se souvient que cette période « a été la plus importante pour lui » et qu'il y pensait souvent.

Pour la démocratie

Il décrit son père comme un défenseur de la démocratie, qui « s'est toujours opposé à tout ce qui avait un caractère totalitaire » à l'instar de la dictature militaire au Brésil, qui a suivi le coup d'État de 1964.

Aldyr Schlee n'a jamais été affilié à des partis politiques, mais son fils se souvient qu'il a néanmoins été convoqué par la police et détenu.

Une fois, il a été accusé d'être communiste, car il avait montré à ses étudiants un texte « qui portait sur la façon dont on avait enfreint la Constitutionau compte tenu de [la situation] à ce moment-là », tel qu'il s'en souvient : 

Uma aluna levou o texto para o pai dela, que entregou para um capitão do Exército, que era parente deles […] Em função disso meu pai passou a ser acusado de ser comunista, teve que enfrentar Inquéritos Policiais Militares (IPMs), respondendo por subversão e pela forma como sempre se postou.

Une étudiante a apporté le texte à son père, qui l'a remis à un capitaine de l'armée appartenant à leur famille […] Suite à cela, mon père a été accusé d'être communiste, il a dû se soumettre aux enquêtes de la police militaire (IPM), et a été interrogé sur la subversion et sur les positions qu'il a toujours défendues.

Le fils a également constaté que la répression et la censure de l'époque ont eu un impact direct sur la carrière universitaire de Schlee et l'ont empêché de soutenir sa thèse qui traitait du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes :

A vida familiar ficou muito difícil. Chegamos a pensar em fugir para o Uruguai. Isso só foi melhorar quando terminou a ditadura, lá no final dos anos 1970 e início dos anos 1980.

La vie de famille est devenue très difficile. Nous avons même envisagé de fuir en Uruguay. La situation ne s'est améliorée que lorsque la dictature touchait à sa fin, vers la fin des années 1970 et le début des années 1980.

Fondateur de la faculté de journalisme de l’université catholique de Pelotas (UCPel), Aldyr a été exclu de l'institution pendant les années du régime militaire. Sa carrière de professeur de droit a également été affectée.

Desenho de Aldyr Schlee enviado para o concurso que definiria a camisa da Seleção Brasileira, em 1953 | Imagem: Arquivo pessoal

Dessin d'Aldyr Schlee envoyé en 1953 au concours pour réaliser le maillot de l'équipe nationale brésilienne| Image : archives personnelles / utilisation autorisée

« Le petit maillot jaune » comme instrument de la droite

En 2015, le maillot jaune a commencé à faire son apparition lors de manifestations contre le gouvernement de la présidente de l'époque, Dilma Rousseff (PT, Parti des travailleurs). Dilma a été destituée en 2016.

Avec l'ascension de l'homme politique d'extrême droite Jair Bolsonaro (aujourd'hui au PL, Parti libéral), les conservateurs et ses partisans se sont de plus en plus appropriés l'équipement.

Le fils aîné d'Aldyr a critiqué cette appropriation et a parlé de son incidence sur la famille :

Eu acho que no fundo ele estaria muito triste, assim como a gente está. Eu até converso muito com a minha mulher e ela tem uma posição — que eu acho que é a mais inteligente — que é de que a gente não pode largar mão desta camiseta. Assim como não pode largar mão da bandeira nacional. Isso não é deles, isso é nosso. Eu mesmo tenho muita dificuldade de vestir essa camiseta. Eu não vesti [na Copa do Mundo de 2022]. Até torcer pra seleção brasileira na Copa do Mundo foi muito difícil.

Je pense qu'au fond de lui, il serait très triste, tout comme nous. J'en parle même beaucoup à ma femme et elle estime que nous ne pouvons pas renoncer à ce maillot, ce qui est, à mon avis, tout à fait juste. Tout comme nous ne pouvons pas renoncer au drapeau national. Ce n'est pas le leur, c'est le nôtre. Moi-même, j'ai du mal à enfiler ce maillot. Je ne l'ai pas porté [lors de la Coupe du monde 2022]. Même encourager l'équipe nationale brésilienne à la Coupe du monde a été très difficile.

Avec les élections présidentielles de 2022, la victoire de Luiz Inácio Lula da Silva (PT) et la Coupe du monde, le débat sur la nouvelle signification du maillot canarinho s'est intensifié, les rappeurs, les mouvements noirs et les habitants des favelas cherchant à se réapproprier ce maillot, comme l'a rapporté le journal en ligne UOL.

Environ une semaine après l'investiture de Lula et suite à l'invasion par les partisans de Bolsonaro de la Place des Trois Pouvoirs à Brasilia, le 8 janvier, la Confédération brésilienne de football (CBF) s'est également penchée sur l'utilisation politique du maillot :

Le maillot de l'équipe nationale brésilienne est symbole de la joie de notre peuple. Il est synonyme d'encouragement, de célébration et d'amour du pays.

La CBF est une institution démocratique et non partisane. Nous encourageons l'utilisation du maillot pour rassembler et non pour diviser les Brésiliens.

En novembre dernier, peu avant la Coupe du monde, la CBF avait déjà initié une campagne visant à empêcher l'utilisation du maillot par la droite. À l'époque, les partisans de Bolsonaro campaient dans tout le pays, remettant en cause le résultat des élections.

Cependant, le fils de Schlee est sceptique quant à la possible récupération de la signification du maillot dans le contexte actuel :

Eu vejo com muita tristeza essa apropriação indébita. Hoje, quando vejo alguém na rua, fico desconfiado. Olho de lado, não quero chegar perto dela. Não tenho condições de vestir hoje esta camiseta, assim como meu pessoal também não.

Je vois ce détournement avec beaucoup de tristesse. Aujourd'hui, quand je vois quelqu'un dans la rue [avec le maillot], je me méfie. Je le regarde de travers, je ne veux pas l'approcher. Je ne me sens plus légitime à porter ce maillot aujourd'hui, et mes amis et ma famille non plus.

Aldyr Rosenthal a également fait remarquer qu'il y a des années, son père avait déjà cessé d'accorder trop d'importance au fait d'être le créateur du maillot, et qu'il avait l'habitude d'encourager l'Uruguay. En 2018, Schlee a plaisanté en disant qu'il opterait pour un nouvel équipement marron pour le pays, car « ce n'était que de la merde ».

À la frontière

Le fait de vivre entre deux pays a influencé la vie d'Aldyr Schlee, en particulier dans le domaine de la littérature. Son dernier livre, publié à titre posthume, est le Dictionnaire de la culture de Pampeana Sul-Rio-Grandense. Son fils raconte :

Toda obra do meu pai é fundada nesta região entre Jaguarão e Rio Branco, entre o extremo sul do Brasil e o nordeste do Uruguai. Esta é a diferença que eu faço: entre o Aldyr Schlee, o guri que nasceu ali e veio para Pelotas depois, foi ser desenhista/jornalista, e o escritor que ficou preso — e quis ficar preso — naquela microrregião. É aquele que sempre diz que aquilo ali é uma terra só: é até o título de um livro dele.

Tous les ouvrages de mon père ont pour cadre la région située entre Jaguarão et Rio Branco, entre l'extrême sud du Brésil et le nord-est de l'Uruguay. C'est la distinction que je fais entre Aldyr Schlee, le gamin qui est né là-bas et qui est arrivé à Pelotas par la suite, [qui] devait être dessinateur humoristique/journaliste, et l'écrivain qui a été piégé – et qui a voulu être piégé – dans cette microrégion. C'est lui qui a toujours dit que [la région] n'est qu'une seule terre : c'est même le titre de l'un de ses livres.

Les deux pays ont jalonné la vie d'Aldyr jusqu'à sa mort, le 15 novembre 2018.

Au lendemain de sa mort, le Brésil a affronté l'Uruguay lors d'un match amical en Angleterre, le pays fondateur du football. Un hommage posthume a été rendu, avec une minute de silence et une photo de Schlee affichée sur l'écran de l'Emirates Stadium de Londres. Le Brésil a remporté le match 1-0.

Sa passion pour le football a changé sa vie à jamais. Aldyr Schlee aimait non seulement le football sur gazon, mais aussi le football de table – une passion transmise au premier enfant qui, aujourd'hui, comme son père, participe à des championnats sportifs.

Schlee est décédé en 2018, à l'âge de 83 ans, des suites d'un cancer, laissant derrière lui trois enfants, trois petits-enfants, plus de 15 ouvrages littéraires publiés, ainsi qu'une passion pour le football et pour la vie au-delà des frontières.

Une minute de silence à Londres pour Aldyr Schlee, créateur du maillot de l'équipe nationale brésilienne. Le gaucho est décédé hier à l'âge de 83 ans, à Pelotas.

Un bel hommage rendu à Aldyr Schlee à Londres.

]]>
Les mots ont la parole: Épisode #04  https://fr.globalvoices.org/?p=280581http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230725_132909_Les_mots_ont_la_parole__Episode__04____Tue, 25 Jul 2023 11:29:09 +0000En portugais, on utilise le mot français « chic », sans savoir que le mot est en fait d’origine allemande

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Capture d'écran de la vidéo du chanteur brésilien Yamashita sur sa chaîne YouTube.

Les différentes versions de la langue française qui se parlent aux quatre coins du monde ne se ressemblent pas toujours. Dans notre rubrique “Les mots ont la parole”, nous mettons à l’honneur les mots ou expressions qui sont spécifiques à une région, un pays, une communauté, mais aussi les intraduisibles qu’on garde en français tels quels, ou qu’on traduit à moitié, et enfin les mots français qui passent dans d’autres langues et ne se traduisent pas, mais prennent parfois un nouveau sens. 

Vous pouvez également retrouver nos épisodes précédents, à savoir le premier, le second et le troisièmeAujourd’hui, nous avons choisi ces trois termes:

Macho Si en français on comprend le terme “macho” comme pour désigner un homme misogyne et phallocrate, en espagnol, “macho” signifie tout simplement “mâle”, c'est à dire “animal de sexe masculin”. Ce mot a donc traversé les frontières pour s'utiliser en français et anglais, mais ce faisant, il a également changé de signification.

A l'origine, dans les pays d'Amérique latine et notamment au Mexique, être macho est plutôt une bonne chose pour l'époque, car cela implique des valeurs de courage, de force et de virilité. On peut d'ailleurs voir à quel point ce terme est mis en valeur dans la chanson Macho Man des Village People en 1978. (”Every man wants to be a macho macho man, to have this kind of body always in demand” = tout homme veut être un homme macho macho, avoir ce genre de corps toujours demandé) que voici:

 

Cependant, aujourd'hui le terme s'utilise plus souvent de manière péjorative, pour dénoncer le comportement sexiste de certains hommes. C'est à travers les luttes féministes des années 60 et 70 que le terme de “machisme” est apparu et s'est exporté vers le français. Ce mot a donc aujourd'hui toute une dimension sociale qu'il n'avait pas à l'origine, et c'est par le biais de cette évolution du sens qu'il est entré dans le vocabulaire courant.  

Ainsi, dans un article récent de Global Voices, on peut lire cette phrase :  “Le langage macho dépassé qui promeut l'honneur et la violence ne colle pas vraiment avec les  « j'aime » et les « cœurs » échangés sur la plateforme.” à propos du comportement d’une célébrité georgienne. 

Pour lire l’article: La masculinité toxique du prince gangster de Géorgie

 

麻甩 Ce terme cantonais, prononcé ‘maa-lat’ est bien une intrusion du français dans cette langue chinoise parlée à Hong Kong, en Chine du sud et dans la diaspora chinoise. Il signifie malade, mais dans le sens psychologique, et est utilisé pour décrire une personne qui a un comportement inhabituel, bizarre et souvent dérangeant, voire fou. 

Dans cette vidéo, la rappeuse hongkongaise Luna is a Bep utilise le terme de 麻甩  (Maa-lat) dans un hashtag  (#麻甩系) pour décrire une femme qui a un comportement d’homme , et qui est donc un peu bizarre: 

 

Pour en savoir plus sur les langues chinoises, lisez aussi: Quelles sont les appellations utilisées par les locuteurs de chinois  mandarin pour décrire leur propre langue? 

Un autre exemple est le titre de cette pièce de théâtre, populaire à Hong Kong en 2012 , et qui s'appelle «Les trois malades » :  三個麻甩 (prononcé: saam go maa lat). 

 

Chique En portugais, comme dans d’autres langues comme l’anglais ou le tchèque, on utilise le mot français « chic », qui signifie élégant, sans toujours savoir qu’au départ, le mot est en fait d’origine allemande (en allemand, Schick veut dire « adresse », « habileté »).

En portugais, le mot a gardé cette référence à tout ce qui est élégant, mais il peut aussi être utilisé pour signifier que quelque chose est cher, comme par exemple une voiture de luxe, ou de marque étrangère, et que la plupart des gens n’ont pas les moyens de s’acheter. 

Le terme apparaît dans plusieurs chansons, par exemple « chique« , « Vida chique », et « Moça chique » (jeune femme chic). Une  journaliste de mode connue au Brésil pour son blog intitulé “Chic”, a fait de ce mot son slogan.

Voici la vidéo du chanteur Yamashita dont le titre est justement « Chique »:

 

On l’entend souvent au quotidien, et on peut même augmenter le mot avec « chiquezāo » ou le diminuer avec « chiquezinho », qui est le nom porté par une entreprise qui vend des objets pour enfants.

Si vous avez des mots ou expressions à partager pour les faire figurer dans notre rubrique “Les mots ont la parole” contactez-nous: filip.noubel@globalvoices.org

]]>
Comment les médias numériques façonnent l'opinion publique sur la durabilité environnementale au Nigeriahttps://fr.globalvoices.org/?p=280462http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230724_201051_Comment_les_medias_numeriques_fa__onnent_l_opinion_publique_sur_la_durabilite_environnementale_au_NigeriaMon, 24 Jul 2023 18:10:51 +0000La pollution, le manque d'assainissement et la déforestation sont quelques-uns des principaux problèmes

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Photo montrant une colline de déchets dans une communauté de l'État d'Ogun, au Nigéria. Image de Yemi Photo montrant une colline de déchets dans une communauté de l'État d'Ogun, au Nigéria. Image de Yemi Festus sur Wikimedia Commons ( CC BY-SA 4.0 )

Par Iretomiwa Adio

Alors que le Nigéria est aux prises avec divers défis environnementaux , le rôle des médias numériques dans la formation du discours public et des attitudes envers la durabilité environnementale est devenu de plus en plus important.

Les plates-formes de médias numériques, telles que les réseaux sociaux et les sites d'information en ligne, sont devenues de puissants catalyseurs pour sensibiliser et mobiliser les communautés. Le paysage des médias numériques au Nigéria a joué un rôle important en mettant au premier plan des problèmes urgents, notamment les fréquents déversements de pétrole dans le delta du Niger, le vol de pétrole et le bunkering illégal dans les États environnants. Il est devenu un canal essentiel pour diffuser des informations et engager des conversations sur ces questions importantes.

Si ces plateformes de médias numériques ont le pouvoir de façonner positivement l'opinion publique, elles ont également le potentiel de cacher des informations à l'opinion publique, présentant ainsi le revers de la médaille. Ces plateformes peuvent offrir une large portée, mobiliser les communautés et les informer sur les mouvements sociaux et environnementaux, mais elles peuvent aussi contribuer par inadvertance à un cycle d'auto-information où les communautés déjà informées reçoivent des informations redondantes. Par conséquent, le grand public peut ne pas recevoir les informations nécessaires et utiles pour conduire le changement, et encore moins comprendre pleinement les problèmes à résoudre. 

L'article intitulé « Environmental Challenges Awareness in Nigeria: A Review  », publié l'année dernière dans l'African Journal of Environment and Natural Science Research, propose un examen perspicace des défis environnementaux au Nigeria, notamment la pollution, le mauvais assainissement et la déforestation. Il souligne l'importance d'une sensibilisation accrue et de mesures proactives pour s'attaquer efficacement à ces problèmes urgents. 

Une autre préoccupation est que le climat actuel au Nigeria concernant les questions environnementales et la durabilité est loin d'être une priorité pour les citoyens. Comme indiqué dans un article de blog par Edidiong Daniel dans The Eco Writer , il semble y avoir un manque de préoccupation inhérente pour la durabilité environnementale chez les Nigérians. Nous ne sommes pas suffisamment informés de l'impact de nos actions sur l'environnement, et nous ne saisissons pas pleinement sa signification.

Bien que des plateformes comme Instagram, Twitter et Facebook puissent efficacement attirer l'attention sur ces problèmes urgents, elles restent souvent limitées à de simples hashtags ou fils Twitter. Le problème ne réside donc pas dans les plates-formes que nous utilisons pour partager des informations, mais plutôt dans l'efficacité avec laquelle nous les employons pour favoriser le débat public et l'engagement des Nigérians sur ces questions critiques.

Par exemple, le documentaire de 2015, devant « Nowhere to Run: Nigeria's Climate and Environmental Crisis » (Nulle part où aller : la crise climatique et environnementale au Nigeria), met en lumière les dommages considérables infligés à la communauté Ogoni en raison d'années de déversement aveugle de pétrole brut. Ce documentaire stimulant, produit par la Fondation Shehu Musa Yar'Adua et animé par Ken Wiwa , fils du célèbre activiste environnemental et écrivain, Ken Saro-Wiwa [FR], visant à mettre en évidence l'impact du changement climatique et de la dégradation de l'environnement, posant des défis importants au développement national couplé avec une croissance rapide de la population du Nigeria. Bien que le documentaire ait efficacement véhiculé les réalités auxquelles nous sommes confrontés, il n'a malheureusement pas gagné en popularité en termes de vision et de discussions sur les réseaux sociaux. Sur YouTube, il n'a actuellement que 21 000 vues, un contraste frappant avec les 31,60 millions d'abonnés au Nigeria seul (environ le double de la population de New York). Dans un tel scénario, les médias numériques ont joué un rôle d'information et de sensibilisation à l'environnement. Cependant, dans la plupart des cas, les sujets viraux tels que les tendances socio-économiques, les actualités politiques et le divertissement ont tendance à dominer les plateformes, éclipsant des sujets tels que le changement climatique et la durabilité. Par conséquent, ces sujets cruciaux reçoivent beaucoup moins d'opinions que nécessaire, ce qui met en évidence le défi de capter l'attention du public sur les problèmes environnementaux urgents.

Ce n'est pas toujours le cas non plus. Un exemple qui contraste avec la situation précédente est la campagne Clean Nigeria, lancée en 2018 dans le but d'éliminer la défécation à l'air libre dans le pays d'ici 2025. Cette campagne indique qu'en 2018, 47 millions de Nigérians se livraient à la défécation à l'air libre, ce qui aurait provoqué plus de 100 000 décès d'enfants par an, dont plus de 90 % sont liés à l'eau insalubre, comme l'a rapporté l'UNICEF .

Campagne de sensibilisation en cours, #SayNoTo Open Defecation, au Nyaya Motor Park…🚽🛁#2020WorldToiletDay pic.twitter.com/J8eKf8UHVb

— EHSDivision, Federal Ministry of Environment. (@EHS_Division) 16 novembre 2020

La campagne a utilisé efficacement une combinaison de plateformes de médias numériques, de collaborations communautaires et de conversations sur les réseaux sociaux. Elle a donné la priorité à une bonne éducation sur le problème tout en soulignant qu'il s'agissait d'un problème collectif qui nécessite les efforts de chacun pour être résolu. En conséquence, en octobre 2022, l'État de Jigawa a été déclaré le premier État sans défécation à l'air libre du pays. Cette réalisation a considérablement réduit le taux de choléra et la mortalité infantile.

La principale distinction entre ces deux mouvements n'est pas leur importance, mais plutôt l'efficacité avec laquelle les médias numériques ont été utilisés pour influencer l'opinion publique concernant la valeur que nous accordons à l'environnement. Alors que l'ancien mouvement diffusait efficacement l'information et produisait un documentaire axé sur des thèmes pertinents, il peinait à initier un discours allant au-delà. Une campagne numérique réussie doit favoriser des dialogues qui s'épanouissent dans des contextes réels, transcendant son support principal. En revanche, cette dernière campagne a pris l'initiative au-delà des plateformes Internet, s'engageant avec les communautés affectées au niveau local et déclenchant des changements concrets dans le processus.

En outre, certains journalistes s'inquiètent des informations qui parviennent au public et de leur conformité avec les opinions des Nigérians sur la durabilité environnementale. Dans une étude, la journaliste nigériane Evelyn Tagbo a constaté que moins de 0,1 % des articles publiés par deux journaux nigérians sur deux périodes de trois mois traitaient des changements climatiques. L'étude a également conclu que l'écart important entre la compréhension du public du changement climatique et les impacts réels de ce changement dans la région demeure un problème critique.

Le débat sur l'environnement et les changements climatiques peut être grandement facilité par notre utilisation des plateformes de médias numériques. Cependant, il est crucial que nous possédions une compréhension approfondie non seulement de la manière d'utiliser efficacement ces plateformes, mais également du rôle important qu'elles jouent dans la formation de l'opinion publique sur les questions environnementales. L'éducation est essentielle pour apprendre à tirer parti de ces plateformes pour transmettre des messages de manière convaincante. Il est essentiel de reconnaître l'importance d'aller au-delà du domaine des hashtags, des fils Twitter et des messages Facebook, et de travailler activement à la mise en œuvre de changements tangibles et significatifs dans nos sociétés.

]]>
La détention prolongée d'un militant suscite la colère en Angolahttps://fr.globalvoices.org/?p=280473http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230724_195436_La_detention_prolongee_d_un_militant_suscite_la_colere_en_AngolaMon, 24 Jul 2023 17:54:36 +0000Tanaice Neutro a déjà purgé 15 mois de sa peine « avec sursis »

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

L'activiste Angolais Gilson da Silva Moreira a été détenu depuis l'année 2021. Capture d'écran de la vidéo YouTube ‘Ativista Tanaice Neutro condenado a pena suspensa de um ano e três meses’ réalisée par l'auteur.

En février 2021, un jeune militant appelé Gilson da Silva Moreira, mieux connu sous le nom de Tanaice Neutro, a été arrêté pour avoir prétendument insulté le Président de l'Angola, João Lourenço, sur les réseaux sociaux. Ces insultes comprenaient l'utilisation de termes comme « voyou » et « clown » pour désigner Lourenço.

Selon les sources locales, Neutro a été condamné à une peine d'un an et trois mois d'emprisonnement avec sursis dans un verdict rendu public en octobre 2022. Cependant, toute personne reconnue coupable d'outrage à l'État, à ses symboles et à ses secteurs – parmi les charges retenues contre Neutro – est généralement tenue de purger sa peine en prison.

Lors de la publication du verdict, le ministère de la Justice a donc fait appel de la condamnation. L'avocat de la défense de l'activiste s'est dit satisfait de la peine avec sursis, même s'il a regretté le temps que Neutro avait déjà passé en prison – 15 mois.

L'une des justifications avancées pour que Neutro reste en dehors de la prison était son état de santé affaibli, car il était malade avant d'aller en prison, et d'être un primo-délinquant – mais cette décision de justice n'a jamais été appliquée. De ce fait, le militant est resté en prison depuis son arrestation en 2021, et sa santé continue de se détériorer.

C'est pourquoi le Réseau des Défenseurs des Droits Humains d'Afrique Australe, par l'intermédiaire de son président, Adriano Nuvunga, a répudié la détention illégale de cet activiste angolais. Dans la vidéo ci-dessous, mise en ligne le 5 juin dernier, un appel à l'aide a été lancé pour la sortie de Tanaice Neutro :

#Angola | En tant que SouthernDefenders, nous sommes activement solidaires et exigeons la libération immédiate et inconditionnelle de Tanaice Neutro, un défenseur de droit de l'homme (DDH) qui a passé plus de 500 jours en détention illégale. #JusticeDelayedIsJusticeDenied!@AngolaBriefing @Angolans pic.twitter.com/jlrIS71m5H

— SouthernDefenders (@SAHRDNetwork) 5 juin 2023

Il y a également plusieurs plaintes en ligne contre la détention de l'activiste angolais :

The persecution of activists and demonstrators is a reality in Angola that must end! Activist Tanaice Neutro has already served a 15-month suspended sentence, but is he still in jail today? Why? It is not known!
Don't be silent @antoniocostapm @amnistiapt

— Cídia Chissungo (@Cidiachissungo) June 5, 2023

La persécution des militants et des manifestants est une réalité qui doit cesser en Angola! L'activiste Tanaice Neutro a déjà purgé une peine de 15 mois avec sursis, mais est-il toujours en prison aujourd'hui ? Pourquoi? On ne sait!
Ne te tais pas @antoniocostapm @amnistiapt

— Cídia Chissungo (@Cidiachissungo) 5 juin 2023

Angolan authorities must end police violence against peaceful demonstrators now! Activist Tanaice Neutro completes 507 days in prison today for protesting. #Freetanaice
Don't be silent @antoniocostapm. @amnistiapt

— Cídia Chissungo (@Cidiachissungo) 5 June 2023

Les autorités angolaises doivent maintenant mettre fin aux violences policières contre les manifestants pacifiques! L'activiste Tanaice Neutro purge aujourd'hui 507 jours de prison pour avoir manifesté. #Freetanaice
Ne te tais pas @antoniocostapm. @amnistiapt

— Cídia Chissungo (@Cidiachissungo) 5 juin 2023

L'Amnesty International du Portugal a profité de la visite du Premier ministre du Portugal, António Costa en Angola, qui s'est déroulée du 5 au 7 juin, pour faire connaître l'affaire :

Join us and tell @antoniocostapm that Human Rights must be part of the official agenda of your visit to Angola!

See how to do it in the comments/replies to this tweet. pic.twitter.com/BGJOLViRqd

— Amnesty Portugal (@amnistiapt) 5 June 2023

Rejoignez-nous et dites à @antoniocostapm que les Droits de l'Homme doivent faire partie de l'agenda officiel de votre visite en Angola !

Voyez comment faire dans les commentaires/réponses à ce tweet. pic.twitter.com/BGJOLViRqd

— Amnesty Portugal (@amnistiapt) 5 juin 2023

Des rapports d'organisations de défense des droits humains indiquent que la santé de Tenaice Neutro s'est détériorée, c'est pourquoi les appels se multiplient pour qu'il soit libéré, afin d'obtenir les soins nécessaires en dehors de la prison.

Tanaice Neutro est emprisonné depuis plus de 500 jours, uniquement à cause de son militantisme pacifique. Il a désespérément besoin de soins médicaux urgents, ce que les autorités lui refusent. Rejoignez-nous pour exiger la libération immédiate et inconditionnelle de Tanaice par les autorités Angolaises. pic.twitter.com/SRPi13pPoB 

— AmnestySouthernAfrica (@AmnestySARO) 2 juin 2023

]]>
La rhétorique anti-réfugiés et la nouvelle extrême droite sur les réseaux sociaux turcshttps://fr.globalvoices.org/?p=280541http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230724_192255_La_rhetorique_anti-refugies_et_la_nouvelle_extreme_droite_sur_les_reseaux_sociaux_turcsMon, 24 Jul 2023 17:22:55 +0000Les célébrités des réseaux sociaux incitent les jeunes frustrés à s'attaquer aux réfugiés

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Image reproduite avec l'aimable autorisation de Giovana Fleck

Cet article a été écrit dans le cadre du partenariat d'Advox avec Small Media Foundation pour vous présenter l'initiative UPROAR, une collection d'essais qui mettent en exergue les défis des droits numériques dans les pays soumis au processus d'Examen Périodique Universel de l'ONU.

Il y a une vague de rhétorique anti-réfugiés qui se déchaîne sur les réseaux sociaux turcs. Commençant par les déclarations ouvertement racistes effectuées par des dirigeants de partis politiques d'extrême droite jusqu'aux comptes prétendant être des « agences de presse » diffusant des désinformations pour inciter à la violence, les réseaux sociaux ne rendent pas la vie plus sûre pour les plus de 4 millions de réfugiés à l'intérieur des frontières turques. Il y a eu plusieurs points d'escalade dans la rhétorique. La prise de contrôle de Twitter par Elon Musk a fourni un espace sûr à l'extrême droite turque, tout comme ses compatriotes internationaux, et les élections turques en mai 2023 ont vu les réfugiés ciblés par des campagnes politiques. Pourtant, indépendamment de ces pics, cette tendance à l'augmentation des discours de haine contre les réfugiés dans les réseaux sociaux turcs a une histoire plus longue.

Une explication intuitive serait basée sur les nombres ; parce que le nombre de réfugiés augmente, le sentiment anti-réfugiés augmente également. Il y a cependant peu de choses pour étayer ce récit. Il y a plus de preuves empiriques pour le phénomène exactement opposé : le contact social avec les immigrés conduit à plus de tolérance et à des sentiments positifs plutôt qu'à une augmentation de la haine. Bien qu'il n'y ait pas de données directes en tant que telles dans l'exemple spécifique de la Turquie, Zafer Partisi, un parti politique d'extrême droite qui promet d'expulser tous les réfugiés de Turquie, a obtenu un pourcentage de voix supérieur que sa moyenne nationale dans une seule des cinq premières provinces avec la plus forte concentration de réfugiés, et dans deux des 10 premières, selon les données du centre de gestion des migrations du ministère de l'Intérieur.

Il existe de nombreux documents prouvant que l'exposition à des récits pro ou anti-immigrés dans les médias affecte les attitudes à l'égard de l'immigration. Les preuves que l'exposition négative aux médias crée de l'hostilité et de la discrimination contre les immigrants sont solides. Le rôle des plateformes de médias sociaux dans ce récit fait toujours l'objet de recherches. Les résultats existants suggèrent que les réseaux sociaux sont très réceptifs aux récits produits par les médias traditionnels, et il ne serait pas exagéré de supposer que le contraire est également vrai. Cela nous oblige à nous attaquer au radicalisme anti-réfugiés dans les réseaux sociaux turcs en tant que phénomène indépendant et très dangereux en soi. De toute évidence, l'atmosphère politique du pays affecte les médias tout comme elle affecte à peu près tout en Turquie. Les réseaux sociaux eux-mêmes sont un agent (ou, plus précisément, une collecte du grand nombre d'agents) dans ce changement, cependant, pas seulement un récepteur passif.

Réseaux de haine

Des influenceurs, des streamers et des célébrités similaires des réseaux sociaux conduisent des hordes de jeunes hommes frustrés à cibler les réfugiés. Le streamer Twitch, Ahmet Sonuç, connu sous le nom de « Jahrein », est l'une de ces figures. Utilisant sa popularité auprès des jeunes hommes en tant que streamer de jeux, il cible et déshumanise régulièrement les réfugiés. Sonuç vise également les organisations nationales qui n'ont pas de vision raciste envers les réfugiés turcs, ciblant fréquemment les partis politiques qui favorisent les politiques d'intégration et laissant entendre que les organisations féministes qui refusent de définir les problèmes de harcèlement sexuel en termes racistes méritent d'être harcelées. Le compte Twitter de Sonuç a été bloqué par l'administration Twitter pré-Musk en octobre 2022 pour conduite haineuse, mais il a été restauré après la prise de contrôle de Musk.

Un autre exemple en tant que tel est le créateur de contenu YouTube d'extrême droite anonyme connu sous le nom de « Erlik ». Connu pour promouvoir des histoires alternatives militaristes et des théories du complot, Erlik utilise son compte Twitter de la même manière pour affirmer que les réfugiés sont un danger démographique et pour louer les politiques anti-réfugiés des gouvernements de droite comme celui du Royaume-Uni, que le Conseil européen sur les Réfugiés et les Exilés (ECRE) a appelé à promouvoir des politiques qui alimentent la violence d'extrême droite. Erlik est également célèbre pour ses vidéos YouTube appelant les femmes féministes combattant les agressions sexuelles fascistes et ciblant les utilisateurs de réseaux sociaux de gauche et pro-Kurdes, affirmant qu'elles sont liées à des organisations terroristes.

Les sentiments les plus ignobles proviennent de comptes Twitter anonymes. Enhardis par leurs coches bleues, qui peuvent désormais être facilement acquises en l'absence de toute vérification et de tout contrôle, ces comptes déshumanisent régulièrement les réfugiés et lancent des accusations contre la population immigrée en Turquie pour tous les problèmes, à savoir la propagation de maladies contagieuses et, ce faisant, ravivent le récit des « immigrants sales ».

Ajans Muhbir (Agence d'information) est l'un des principaux comptes provocateurs. Il est affilié au politicien d'extrême droite Ümit Özdağ, le chef d'un parti politique radical de droite nouvellement fondé, Zafer Partisi. Le compte précédent d'Ajans Muhbir, avec une longue histoire de partage de contenu faux et obsolète pour cibler les immigrants a été fermé  par Twitter pour avoir enfreint les règles de Twitter à l'époque pré-Musk. Mais cela n'a pas empêché d'alimenter le récit anti-immigrés, ce qu'il continue de faire sous un nouveau nom en toute impunité. Il y ae également des comptes non anonymes régulièrement engagés dans la propagation de la haine. L'un de ces comptes importants appartient à Ümit Özdağ, qui l'utilise comme plate-forme pour instiller la peur via des vidéos insinuant que les Turques deviendront une minorité en Turquie à l'avenir. Il n'a pas non plus hésité à partager des théories du complot racistes qui blâment la minorité kurde en Turquie pour les vagues d'immigration massive. Le récit incontrôlé et alimenté par la haine d'Özdağ a attiré des dizaines de racistes turcophones et de démagogues d'extrême droite de tous bords sur ses plateformes de réseaux sociaux.

Özdağ a également utilisé son compte pour louer un trafiquant d'êtres humains d'avoir fait sortir des réfugiés des frontières du pays et d'avoir ciblé des médecins immigrés en publiant leurs informations personnelles sur Twitter. Ces récits doivent être considérés comme des crimes selon la loi turque.

Le politicien a constamment propagé l'idée que les réfugiés syriens prendraient le contrôle de la Turquie sur le plan démographique et feraient des Turcs une minorité opprimée, en quelque sorte une version traduite et localisée de la théorie du « Grand Remplacement » – une théorie du complot antisémite d'extrême droite qui est née en France au début du XXe siècle et s'est progressivement étendue au monde occidental, atteignant un sommet de popularité dans les années 1930. Il a été relativement oublié jusqu'à ce qu'il refait surface une fois de plus au 21e siècle par la résurgence de l'extrême droite.

Avec la combinaison de « l'effet de coche bleue » sur le nouveau Twitter de Musk qui aggrave la rhétorique d'extrême droite dans le monde et la nouvelle légitimation des élections turques par deux parties du bloc d'extrême droite acceptées à la fois dans le parti au pouvoir Justice et Développement et dans les alliances de l’opposition ; il est difficile d'imaginer que cette tempête de réseaux sociaux ralentisse de si tôt.

La Turquie est l'un des principaux centres de réfugiés au monde, avec une économie assez importante et une population nombreuse très active sur les réseaux sociaux. Toutes ces qualités en font presque un laboratoire d'interactions entre l'extrême droite, les réseaux sociaux et les réfugiés. L'atmosphère des réseaux sociaux dans le pays devrait être surveillée de près par quiconque tente de comprendre et de discerner les nouvelles relations qui se forment entre la nouvelle extrême droite et les nouveaux médias à l'échelle mondiale.

]]>
Comment la guerre en Ukraine a tordu ma languehttps://fr.globalvoices.org/?p=280514http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230724_184326_Comment_la_guerre_en_Ukraine_a_tordu_ma_langueMon, 24 Jul 2023 16:43:26 +0000« Poutine n'a aucun droit d'auteur sur l'utilisation de la langue russe »

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Photo prise à Odessa en octobre 2022. Sur la banderole, on peut lire : Photo prise à Odessa en octobre 2022. La bannière se lit comme suit : « Si vous touchez Mama, Mama vous enterrera. » « Mama » fait ici référence à Odesa connue sous le nom d’Odessa-Mama, tandis que le naufrage du bateau fait référence au succès de l'Ukraine qui a réussi à envoyer par le fond l'un des plus grands navires militaires russes le 14 avril 2022. Photo de Filip Noubel, utilisée avec permission.

Au cours des dix premières années de ma vie, ma famille multiethnique a voyagé à travers l'Union soviétique, la Tchécoslovaquie et la France. Au fil de nos déplacements, j'ai appris des langues qui continuent aujourd'hui encore à façonner mon identité. Parmi elles, le russe. J'ai également assimilé des modèles culturels en cours de route. Celui que je chéris est la tolérance.

Lorsque nous vivions à Tachkent dans les années 1970, la tolérance portait un nom spécifique et hautement politique : Дружба народов (Druzhba narodov) ou « fraternité des nations ». Ces deux mots étaient utilisés à l'infini dans les manuels scolaires, les affiches de rue, les journaux télévisés et les discours prononcés lors d'événements officiels. La réalité soviétique m'a cependant rapidement appris qu'outre le slogan et son langage soutenu, les insultes ethniques faisaient également partie de la vie quotidienne, au bazar, dans les bus surpeuplés, dans les longues files d'attente pour le lait et aux postes-frontières.

Plaque commémorative à Odessa rappelant aux piétons que l'auteur yiddish Sholem Aleichem a vécu à Odessa. Photo prise en 2018 par Filip Noubel, utilisée avec permission.

Pourtant, ce même quotidien m'a montré que les gens se mariaient entre eux. À Odessa, où nous nous sommes installés en 1979, nos amis et voisins étaient issus de familles mixtes karaïm-allemandes, russo-arméniennes, ukrainiennes-juives, grecques-moldaves. Lorsque nous regardions quotidiennement les films sur la Seconde Guerre mondiale à la télévision – il n'y avait pas beaucoup de choix – tous partageaient les mêmes histoires, à savoir que leurs parents avaient combattu l'invasion nazie de l'Union soviétique, parce que, vous savez, Дружба народов.

Le 24 février 2022, lorsque les nouvelles du monde ont explosé avec la phrase « Moscou bombarde Kiev », j'ai douté de ma propre santé mentale. Lorsque j'ai vu des images de destruction, de personnes se cachant dans le métro, avec des grands-mères et leurs chats, j'ai douté de mes propres yeux. J'ai douté du fondement même de la langue, car les titres combinaient des mots qui semblaient n'avoir aucun sens. Les phrases décrivaient des choses tout simplement inconcevables. Pourtant, c'est bien ce qui s'est passé, et ce qui se passe encore aujourd'hui, avec des milliers de femmes, d'enfants, d'hommes, de civils et de soldats ukrainiens qui ont été tués. Mutilés. Faits orphelins. Kidnappés. Violés. Torturés.

J'ai passé les trois premiers mois de la guerre collé aux informations, regardant huit heures de séquences chaque jour, perdant la majeure partie de mon sommeil. J'ai aussi arrêté de lire des livres, même si mes amis me traitent de bibliophile. Tout simplement parce que mes yeux sillonnaient la page, mais ne retenaient rien. Mon esprit n'arrêtait pas de s'emballer, essayant de traiter les nouvelles, cherchant une explication.

Finalement, un jour, tout cela m’a amené à une question étouffante : face au génocide, que faire de cette partie du cerveau qui parle encore le russe tous les jours ?

Dans l'Union soviétique des années 1970, la solidarité avec les peuples opprimés était encore une autre façon d'incarner la tolérance. Nous l'avons appris à l'école, l'avons crié lors des manifestations du 1er mai et l'avons vu dans des films glorifiant la camaraderie avec les combattants de la liberté de Cuba et du Vietnam. Peut-être, enfants, n'avons-nous pas remarqué que le grand héros soviétique qui a contribué à répandre la révolution n'a jamais été ouzbek, ni bouriate, ni tchétchène, mais presque toujours russe. Nous étions loin de nous douter que la propagande soviétique ne faisait que recycler, au nom de l'”amitié entre les nations”, le même discours tsariste selon lequel il fallait “apporter le progrès aux sauvages”. Et en effet, parler russe n'était-il pas le meilleur moyen de favoriser la paix et la compréhension entre tant d'ethnies différentes, puisque nous parlerions tous la même langue ?

Avance rapide jusqu'en 2014 : Poutine construit tout son pseudo-argument pour envahir l'est de l'Ukraine et occuper la Crimée au nom de la langue russe, à savoir pour protéger les russophones prétendument menacés et discriminés par les autorités de Kiev.

Paire de chaussettes portant l'inscription «Любовь-морковь», qui signifie « carotte de l'amour ». Il s'agit d'une expression idiomatique russe signifiant que, dans la vie, l'amour vient mais finit par s'en aller. Les chaussettes sont produites à Odessa par une entreprise de vêtements qui utilise des expressions humoristiques ukrainiennes et russes dans ses créations. Photo prise à Odessa en octobre 2022 par Filip Noubel, utilisée avec autorisation.

Être russophone a toujours été une joie pour moi. Oui, il y a la poésie, mais surtout, il y a les blagues caustiques, l'humour absurde d'une langue façonnée par la résistance au tsarisme, à l'antisémitisme, au stalinisme, et pendant un certain temps, au poutinisme – jusqu'à ce qu'il confisque la télévision russe. J'ai parlé russe quand j'étais enfant à Tachkent, Odessa et Moscou. Puis comme journaliste et chercheur à Bichkek, Almaty, Bakou. Maintenant, je l'utilise quotidiennement avec des amis lorsque je vis à Prague ou à Berlin. Le russe que je parle est un mélange de mots ouzbeks et kirghizes, la langue de personnes de dizaines d'origines ethniques qui ne se considèrent pas du tout comme des Russes.

Chaque jour de la guerre, avec chaque horreur révélée, je vois de plus en plus d'Ukrainiens bilingues abandonner le russe. Les écrivains passent entièrement à l'ukrainien. Ce n'est pas une surprise, bien sûr. J'entends également des appels à annuler la littérature russe, la culture russe, la présence russe aux événements. C'est là que la question de la tolérance me touche de plein fouet.

Pour être clair, la culture ukrainienne doit-elle être amplifiée, largement enseignée, mise en valeur, sa littérature traduite ? Bien sûr. Les musées internationaux devraient-ils changer leurs étiquettes et renommer les peintures en conséquence pour arrêter l'effacement de la culture ukrainienne ? Absolument. Totalement. Partout. Dans toutes les langues. Non seulement parce que la culture ukrainienne reste largement ignorée à la suite de décennies de propagande anti-ukrainienne tsariste, soviétique et russe, mais aussi parce qu'elle est belle, extrêmement diversifiée, séduisante, pleine de talent.  

Là je dois faire un détour. Plusieurs de mes arrière-grands-parents étaient de langue maternelle occitane. En moins de deux générations, le français centralisé a diabolisé l'identité occitane au point que, alors que la langue était parlée par 90 % des habitants du sud de la France au début du XXe siècle, ce nombre est aujourd'hui inférieur à 9 %. Les célébrités culturelles d'origine occitane sont encore largement ignorées, ou simplement niées dans les cursus scolaires et universitaires français. Un exemple clair et, hélas, très réussi de colonisation menée par un système éducatif dans lequel j'ai passé plus de 12 ans de ma vie.

Il m'a fallu des décennies pour réaliser à quel point le déni d'identité était ancré non seulement dans les manuels, mais aussi en moi. Maintenant, j'apprends l'occitan, je lis des livres sur son histoire et sa littérature. Mais vais-je arrêter de lire la littérature française ? Non pourquoi? Parce que je crois qu'il ne sert à rien de répondre à ce qui était en fait – et l'est encore en partie – une interdiction par une autre interdiction.

Je préfère déconstruire ce qui est présenté comme de grandes icônes culturelles, aussi douloureux que cela puisse être. Je préfère affronter les écrivains idéalisés qui ont écrit des textes éclairants et, ensuite, reconnaître qu'ils ont aussi embrassé les pires attitudes coloniales et participé à un tel discours.

Est-ce que les poètes russes Pouchkine, Lermontov, Brodsky ont écrit des textes affreux et racistes ciblant les Ukrainiens, les Tchétchènes et glorifiant l'impérialisme russe ? Très certainement. Il faut le savoir, l'étudier et le décortiquer, car leurs mots ont été et sont toujours utilisés comme des armes par Moscou aujourd'hui, dans le cas de l'Ukraine, mais aussi ailleurs.

Il n'y a pas de conclusion facile ou heureuse à être un russophone aujourd'hui, à regarder chaque jour des nouvelles plus horribles de l'agression russe en Ukraine, à écouter, quand on peut le supporter, cinq minutes d'abominations émanant du Kremlin, et à essayer de concilier des émotions, des identités et des questions morales contradictoires.

Photo prise à Odessa en octobre 2022. À gauche, les mots en ukrainien disent « Gloire à l'Ukraine ». À gauche, on peut lire « Longue vie à la Biélorussie » en biélorusse. Photo prise par Filip Noubel, utilisée avec sa permission.

La personne qui m'a fait reprendre la lecture, y compris en russe, est Andrey Kurkov. Il est né près de Saint-Pétersbourg, a grandi et étudié le japonais à Kiev, a servi dans l'armée soviétique à Odessa et vit aujourd'hui à Kiev. Il écrit en russe des romans décalés et ironiques, notamment, mais pas seulement, sur les guerres de 2014 et de 2022. En mai 2022, il a prononcé une phrase qui m'est restée en mémoire : L'Ukraine devrait posséder la langue russe, car « Poutine n'a aucun droit d'auteur sur l'utilisation de la langue russe ».

Lorsqu'un empire s'effondre, les anciennes périphéries se libèrent non seulement elles-mêmes, mais finalement aussi, son centre.

]]>
Les Ukrainiens inondent les réseaux sociaux de mèmes tandis que le groupe Wagner se dirige vers Moscouhttps://fr.globalvoices.org/?p=280364http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230720_152756_Les_Ukrainiens_inondent_les_reseaux_sociaux_de_memes_tandis_que_le_groupe_Wagner_se_dirige_vers_MoscouThu, 20 Jul 2023 13:27:56 +0000« Encourageons les deux équipes », plaisantent certains utilisateurs.

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Russia_coup_Swan_Lake

Une image retouchée montrant Evgeny Prigozhin et les soldats de Wagner qui représentent une compagnie de ballet interprétant le Lac des Cygnes.

Les 23 et 24 juin, de nombreux Ukrainiens ont assisté à un drame digne d'une émission de télé-réalité : Wagner, le fameux groupe de mercenaires, s'est rapidement mobilisé. Cependant, ils ne se dirigeaient pas vers l'Ukraine, la Syrie ou un quelconque endroit du continent africain, où ils avaient attiré l'attention de la communauté internationale en 2017, mais bien vers leur nation d'origine, la Russie. 

Après avoir été bloqué pendant environ huit mois à Bakhmout, une petite ukrainienne, le groupe semble avoir inversé le scénario. En quelques heures, ce dernier, connu pour ses exactions, s'est emparé de Rostov-sur-le-Don, un centre régional de l'ouest de la Russie. Il s'est ensuite dirigé vers Moscou, obligeant les gouverneurs à bloquer les routes menant à d'autres capitales régionales russes. Pour les Ukrainiens, la rébellion de Wagner devait contraindre le président russe Vladimir Poutine à de retirer ses forces du territoire ukrainien. Des médias russes indépendants suggérant une panique au Kremlin : Poutine n'a été vu nulle part et son avion a quitté Moscou. S'agit-il d'un coup d'État ? Le début d'une nouvelle guerre civile russe ? En Ukraine, le ton est à l'humour pour certains : « Encourageons les deux équipes ».

Les réseaux sociaux ukrainiens ont été inondés d’images et de vidéos de ballerines, faisant référence à la tentative de coup d'État des conservateurs soviétiques à Moscou en 1991, qui a pratiquement mis fin à l'Union soviétique. À l'époque, alors que les putschistes entreprenaient de renverser Mikhail Gorbachev, premier et dernier président de l'URSS, le peuple soviétique, avide d'informations, s'est tourné vers les médias pour savoir ce qui se passait. La diffusion d'une production du Lac des Cygnes sur des chaînes de télévision démontrait leur incapacité de déterminer le camp que ces dernières devaient soutenir et ce qui devait être relaté. En Ukraine, les démocrates nationaux du premier parlement démocratiquement élu (l'un des résultats des réformes réfléchies de Gorbatchev) ont profité de cette occasion pour proclamer l'indépendance de l'Ukraine vis-à-vis de l'URSS.

Certains se sont inspirés d'événements plus récents en publiant des blagues sur Victor Ianoukovitch, l'ancien président ukrainien qui a été contraint de se réfugier à Rostov après avoir été destitué lors de la Révolution de Maïdan en 2014. Des utilisateurs ukrainiens se sont moqués de la déclaration de Ianoukovitch faite à la population ukrainienne depuis Rostov, peu après sa retraite précipitée de Kiev en février 2014. Une déclaration qu'il a conclue par un dramatique « Ostanovites ! » ou « Stop ! » en russe, et faisant référence à la récente occupation de Rostov par Wagner. Ces mêmes utilisateurs ont publié une photo de lui avec les mots « Ostanovites ! » (déjà un mème) et « Je ne peux pas fuir de Rostov » ou une version de la même photo, mais avec Ianoukovitch mangeant du pop-corn et disant : « Je ne peux pas fuir de Rostov ». (déjà un mème) et « Je ne peux pas fuir de Rostov », ou la version de la même image mais avec Ianoukovitch mangeant du pop-corn et disant : « Ne vous arrêtez pas ».

Yanukovych_Rostov

Un autre mème de Ianoukovitch, par le compte Instagram protsyshynofficial, qui est une caricature de Ianoukovitch fuyant Rostov à califourchon sur une autruche. Lorsqu'il a fui l'Ukraine en 2014, des activistes ont découvert un zoo avec des autruches sur sa propriété. Un an plus tard, lors d'une interview, Ianoukovitch a déclaré qu'il « protégeait » les oiseaux, ce qui a provoqué une nouvelle vague de mèmes en Ukraine.

D'autres critiquent Evgeny Prigojine, le chef du groupe Wagner, qui a passé les derniers mois à réclamer des munitions au gouvernement russe pour son combat contre Bakhmout. Dans les mèmes ukrainiens, Prigojine s'adresse au commandant en chef ukrainien « Zaluzhny, donnez-nous des munitions ! ». De nombreux Ukrainiens ont fait référence à des échanges entre Prigojine et Kyrylo Budanov, le chef charismatique des services de renseignements militaires ukrainiens, et ont supposé que la marche de Wagner vers Moscou avait été quelque peu coordonnée depuis Kiev, car peu d'Ukrainiens croyaient que les citoyens russes pouvaient apporter des changements en Russie en toute indépendance.

Il existe une plaisanterie populaire qui consistait en une chronologie de l'évolution de l'armée russe, allant de la « deuxième meilleure au monde » en 2021, à la « deuxième meilleure en Ukraine » en 2022, et à la « deuxième meilleure en Russie » en 2023. « Je dois saluer le mérite de l'état-major » écrit un utilisateur dans un autre message devenu populaire sur Facebook. « La contre-offensive a commencé, certes, dans un endroit inattendu ». Un autre mème populaire est celui de Serhiy Prytula, un ancien comédien devenu homme politique, qui fut le plus grand collecteur de fonds pour l'armée ukrainienne, lui fournissant des véhicules, des équipements, et même un satellite. « Ukrainiens, le moment est venu » pouvait-on lire sur la photo de Prytula, tout sourire. « Nous avons acheté Wagner ».

Prytula_Foundation

Le mème de Prytula disant « Nous avons acheté Wagner »

En Ukraine, et ce malgré toute l'attention accordée aux avancées de Wagner, il n'y a pas eu d'euphorie généralisée ni d'espoir de voir l'engagement militaire russe diminuer suite au conflit interne. Certains ont perçu la marche de Wagner et la réaction du Kremlin comme un test important capacité et de l'état de préparation de la Russie à faire face à une rébellion interne ou a des incidents militaires sur son propre territoire. De nombreux Ukrainiens ont pris un malin plaisir à les avancées de Wagner accompagné d'un désir de vengeance alors que les Russes (dont la plupart soutiennent Poutine dans le conflit ukrainien) assistaient à l'arrivée de milliers de violents criminels de guerre sur leur territoire.

Certains ont même exprimé leur indifférence. « Prigojine, y en a-t-il 25 000 comme vous ? » a tweeté un Ukrainien. « Signez la pétition concernant Tkachenko s'il vous plaît ». Plusieurs jours avant les événements, une nouvelle pétition est apparue sur le site Internet de la présidence, dans la rubrique réservée aux pétitions demandant le licenciement d'Olexandr Tkachenko, le peu apprécié ministre ukrainien de la Culture. Une pétition doit recueillir au moins 25 000 signatures pour que le président Ukrainien l'étudie.

]]>
Les mots ont la parole: Épisode #02 https://fr.globalvoices.org/?p=280060http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230621_061752_Les_mots_ont_la_parole__Episode__02__Wed, 21 Jun 2023 04:17:52 +0000A Beyrouth, on prend un ‘service’ pour se déplacer en ville

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Capture d'écran de la chaîne YouTube de Julien Miquel.

Les différentes versions de la langue française qui se parlent aux quatre coins du monde ne se ressemblent pas toujours. Dans notre rubrique “Les mots ont la parole”, nous mettons à l’honneur les mots ou expressions qui sont spécifiques à une région, un pays, une communauté, mais aussi les intraduisibles qu’on garde en français tels quels ou qu’on traduit à moitié, et enfin les mots francais qui passent dans d’autres langues et ne se traduisent pas mais prennent parfois un nouveau sens. Notre premier épisode se trouve ici. 

Aujourd’hui, nous avons choisi ces trois termes:

Kiffer: ce mot est utilisé par les jeunes en français de France et signifie “aimer” quelqu’un ou quelque chose. Ce mot vient de l’arabe et fait référence à “kif”  (كَيْفٌ), qui signifie “haschich”.

Ce terme de français parlé est arrivé en France à travers la diaspora maghrébine mais est devenu courant dans toutes les communautés. Par contre, il ne voyage que dans un sens: au Maghreb, on utilise très rarement le verbe kiffer quand on parle français. 

Associé à une culture jeune, ce terme est souvent utilisé dans le rap comme dans cette chanson “Avoue que tu kiffes” du chanteur Axis qui fait référence aux années 90:

 

Je ne sais quoi: il s’agit ici de l’usage de cette expression en anglais car elle est assez rare en français contemporain. Cette expression est attestée dès 1656 en Angleterre et fait référence à une qualité positive, mais insaisissable. Il faut savoir que quand on emploie cetet expression en anglais, on risque d’avoir l’air prétentieux, ou de prétendre parler français couramment. Le chercheur Richard Scholar fait remarquer dans sa thèse que, même au dix-septième siècle, l’expression est déjà  “exhibée par les hommes d’esprit comme un article de mode linguistique”. 

Parler plusieurs langues est souvent perçu comme signe de haute culture, ce qui est le cas au Royaume-Uni dès le 11e siècle:  le français y occupe une place particulière suite à l'invasion normande car la classe dominante adopte alors l’ancien normand et l’ancien français pendant plusieurs siècles, alors que le reste de la population parle des dialectes germaniques ou celtiques. Plus tard, l’anglo-normand continue d’être utilisé dans plusieurs domaines, tels que le droit ou la médecine, d'où, par exemple, les termes juridiques “bailiff” et “attorney” en anglais. 

Aujourd'hui, cette expression peut être employée pour imiter ironiquement la bourgeoisie et son snobisme. Elle apparaît dans certaines chansons pop, par exemple Je ne sais quoi”, chantée en anglais par Hera Björk pour l’Islande à l’Eurovision de 2010, ou, comme ci-dessous, dans  “A certain je ne sais quoi” des Pet Shop Boys:

Et il y a même une vidéo explicative et amusante sur sa prononciation pour les anglophones:

 

Service: au Liban, ce mot est utilisé pour décrire un service de taxi collectif, comme l'explique ce guide du Routard:

Les taxis populaires sont nombreux, et se partagent pour réduire les coûts. Ce sont les fameux taxis collectifs, les « taxis-services » ou « services », comme les appellent les Libanais. Ces véhicules de tourisme peuvent transporter jusqu’à 5 passagers. […]

Les taxis-services circulent sur des itinéraires à la demande des passagers. Ils peuvent démarrer même si le véhicule n'est pas plein. Si c'est le cas, il est alors de coutume que le passager monte devant : cela indique ainsi aux éventuels autres passagers qu'il s'agit d'un taxi-service (collectif) et non d'un taxi « classique ».

Et comme partout, les chauffeurs de service ont des opinions très marquées sur l'état du monde, comme en témoigne cette vidéo du journal libanais L'Orient Le jour:

Si vous avez des mots ou expressions à partager pour les faire figurer dans notre rubrique “Les mots ont la parole” contactez-nous: filip.noubel@globalvoices.org

]]>
Au Sahel, les enseignants des écoles sont sous menaces djihadistes permanenteshttps://fr.globalvoices.org/?p=279780http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230620_160826_Au_Sahel__les_enseignants_des_ecoles_sont_sous_menaces_djihadistes_permanentesTue, 20 Jun 2023 14:08:26 +0000Des centaines de milliers d’enfants sont privés de rentrée scolaire

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Capture d’écran des élèves en classe au Burkina (Sahel), YouTube de Tv5 Monde Info

Les conséquences des conflits djihadistes du Sahel n’épargnent aucun secteur d’activités, y compris le milieu éducatif qui demeure profondément affecté par les manœuvres et les menaces de groupes armés.

La guerre du Sahel est un conflit armé qui oppose des groupes djihadistes et islamistes aux gouvernements de plusieurs pays de la zone, dont certains sont soutenus militairement par la France, les États-Unis et la Russie. Cette guerre débute en 2003 lorsque 32 touristes allemands et autrichiens sont pris en otage par un groupe armé ayant à sa tête Abderazak el Para. On estime que plus de 11,000 civils ont perdu la vie dans ce conflit.

Bien que les élèves soient les premières victimes de l'instabilité sécuritaire, le quotidien des enseignants dans ces zones est encore plus dangereux car ils vivent souvent chaque jour comme le dernier. Certains décident d'abandonner la fonction enseignante pour préserver leurs vies, mais d'autres tiennent coûte que coûte à sauver l’avenir de ces enfants par amour pour leur profession. Les groupes armés ne cessent de s’en prendre à leurs vies car leur idéologie s'oppose au concept d'éducation scolaire pour tous, comme l'explique cette vidéo reportage de Tv5 Monde Info où élèves et enseignants témoignent:

 

Une année scolaire sous menaces djihadistes

Démarrée en septembre ou octobre 2022, l’année scolaire n’est pas reluisante pour les acteurs du système éducatif dans les pays de la zone Sahélienne. Au Burkina-Faso, au Niger, au Mali, au Nord du Bénin, du Togo et du Nigéria, les élèves et enseignants font face aux graves conséquences des conflits armés dans le Sahel.

Au Niger, alors que les examens de fin d'année approchent, l’accès à l’école dans l’ouest du pays reste problématique. A Tillabéri, notamment dans la zone dite des trois frontières que partage le Niger avec le Burkina-Faso et le Mali, plusieurs établissements d'enseignement primaire et secondaire ont été fermés pour des raisons d'insécurité.

Selon des chiffres rendus publics par Ibrahim Natatou, ministre nigérien de l'éducation nationale, après une visite de supervision, pour le compte du mois de mai 2023, 921 établissements d'enseignement primaire et secondaire ont été fermées pour des raisons d’insécurité dans la région de Tillabéri.

Un constat que confirme Labo Seibou, secrétaire général du Syndicat national d’agents fonctionnaires et contractuels de l’enseignement secondaire (Synafces) au Niger. Interviewé par Global Voices, il témoigne:

Le Niger est secoué ces dernières années par des attaques répétées au niveau de quatre régions à savoir : Tahoua, Maradi, Diffa et Tilaberi. Mais la situation s’est beaucoup dégradée au niveau de la zone des trois frontières du fait des actions des groupes terroristes, des écoles ont été fermées.

Cette situation prive des milliers d’enfants de leur droit à l’éducation, inscrit dans l'article 23 de la constitution du Niger, selon Labo Seibou.

Dans le département d’Abala, situé au sud-ouest du pays, 41 écoles sont fermées, dont 31 écoles pour cause d’insécurité et dix pour manque d’enseignants. Au micro de Global Voices, Boubacar Oumarou, préfet du département d’Abala indique:

Quand les enseignants partent, l’école ferme automatiquement. Ce n’est pas un bon signe pour nous parce que nous avons des milliers d’élèves. Environ 3 000 qui sont en train de chômer

Au Burkina-Faso où les enseignants font également face aux mêmes menaces terroristes, deux situations se présentent selon Souleymane Badienne, secrétaire général de la fédération des syndicats nationaux des travailleurs de l’éducation et de la recherche du Burkina-Faso. Au rédacteur de Global Voices, il explique:

Il n y a même pas eu d’année scolaire à proprement parler. Il y a quelques localités où les cours ont pu se dérouler mais difficilement, c’est-à-dire pas à un rythme défini par les normes.

Dans ce pays qui compte 13 régions administratives, il n’y a que la région du centre avec pour chef-lieu Ouagadougou qui n’a pas été touchée par les effets des groupes terroristes impactant les écoles, à en croire les explications de Badienne.

Djakaridia Siribié, journaliste burkinabé tweete:

 

Enseignants et élèves laissés à leur propre sort

Il est difficile de croire que face à ce contexte sécuritaire compliqué les programmes scolaires puissent aboutir. L’État, qui devrait mettre des garde-fous pour garantir la sécurité des enseignants afin que ces derniers continuent de donner des cours, semble briller par son absence dans ces zones de conflits. Parlant de la situation du Niger, Labo Seibou explique:

Il n’y a pas de soutien formel de l’État. On avait même demandé qu’il y ait des primes de motivations pour des zones d’insécurité mais jusque-là, l’État n’a rien prévu.

Badienne, évoquant le cas du Burkina-Faso, ajoute:

Face à ces menaces, nous ne recevons pas d’appui de la part des autorités. L’essentiel des investissements dans notre pays va ministère de la défense et de la sécurité.

Cette situation est très difficile à vivre selon Moussa (nom changé pour conserver l'anonymat), enseignant à Tillabéri:

Quand nous expliquons à nos supérieurs hiérarchiques que nous avons reçu des messages de fermer les écoles, des menaces de quitter le village, nous sommes mal compris. Ils nous demandent de retourner à nos postes dans nos villages sans quoi, nos contrats seront définitivement résiliés. D’un côté, nous sommes sous menaces terroristes, et de l’autre nous sommes sous la menace de l’administration.

Psychose et traumatisme au quotidien

Les risques et menaces terroristes sont réels, explique Badienne:

Dix-sept membres du personnel de l’éducation ont perdu la vie du fait de l’action des groupes armés terroristes. En plus de cette perte en vies humaines, il y a des traumatismes physiques. Certains ont été pourchassés, bastonnés parfois même devant leurs élèves. Il y a aussi des traumatismes psychologiques.

Cette psychose fait qu’un nombre important d'enseignants ont été contraints de quitter la zone parce qu’ils ne peuvent pas enseigner dans ces situations d’insécurité où ils peuvent facilement perdre la vie. Lui-même rescapé de plusieurs attaques, Moussa témoigne:

«Nous avons été menacés de fermer nos écoles et même de quitter le village définitivement. Il y a même un enseignant qui a été tué dans la commune d’Anzourou, située sur la frontière nigéro-malienne. Dans cette zone, les terroristes sévissent, des chefs de villages ont été tués et d'autres villages ont été abandonnés sous menaces terroristes.

Selon Labo Seibou, des enseignants ont eu la vie sauve uniquement parce qu’ils se sont dissimulés au sein de la population, ou se sont changés en haillons pour ne pas être repérés. Il ajoute:

Beaucoup de nos camarades ont été lâchement abattus par les terroristes du fait qu’ils enseignent aux enfants du Niger et que ces groupes sont contre l’enseignement moderne.

 

]]>
Traduire de la poésie pour rapprocher Ukrainiens et Bélarusses opposés à Loukachenkahttps://fr.globalvoices.org/?p=279950http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230617_093003_Traduire_de_la_poesie_pour_rapprocher_Ukrainiens_et_Belarusses_opposes_a_LoukachenkaSat, 17 Jun 2023 07:30:03 +0000On parle rarement de la décolonisation du Bélarus et de l'Ukraine en occident

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Ukraine en 2022. Photo de Stanislav Krupař, utilisée avec permission.

Le Bélarus est victime de la Russie mais lui sert aussi d'instrument dans son invasion de l'Ukraine. La poésie et la traduction peuvent-elles servir de contrepoids pour établir un pont fragile entre l'Ukraine et les Bélarusses qui s'opposent au régime autocratique du président bélarusse Loukachenka ?

Global Voices (GV) a interviewé Aleś Plotka (également connu sous son nom d'artiste de Baïssan), activiste bélarusse, mais aussi chanteur, poète, traducteur de littérature ukrainienne, et contributeur de GV, pour découvrir un nouveau projet de livre auquel il a participé et qui pourrait créer de nouveaux liens entre les mondes littéraires bélarusses et ukrainiens dans un contexte de guerre, d'autocratie (au Bélarus) et de ponts culturels souvent détruits.

Le livre, intitulé “Bloodlands 20/22 Belarus/Ukraine” (“Terres de sang 2020/2022 Bélarus/Ukraine”) , se compose d'environ 20 poèmes et textes en bélarusse, et de deux textes en ukrainien consacrés à la révolution bélarusse de 2020 et à l'invasion à grande échelle de l'Ukraine par la Russie de 2022. Il comprend également la traduction en bélarusse d'éminents auteurs ukrainiens tels que Vyatcheslav Levytskyi, Lessyk Panassiouk, Angie Siveria, Ivan Semessyouk, Tanya Rodionova. Enfin, il comprend aussi 40 photos d'Ales Piletski pour le Bélarus, et du photographe tchèque Stanislav Krupař pour l'Ukraine.

L'interview s'est déroulée en anglais par e-mail et a été revue sur le plan du style et de la longueur.

Pour en savoir plus, lisez en anglais le cahier spécial: Belarus In Turmoil

Le Bélarus en 2020 et le drapeau blanc-rouge-blanc de l'opposition. Photo d'Ales Piletski, utilisée avec permission.

Filip Noubel (FN) : Les langues et littératures bélarusses et ukrainiennes ont souffert du colonialisme russe pendant des siècles sous l'empire tsariste puis durant la période soviétique. Peuvent-elles aujourd'hui construire leur propre dialogue? 

 

Aleś Plotka (AP): Indeed, now is the time to build bridges of both Belarusan [Plotka prefers to use this spelling] and Ukrainian literatures towards the rest of the world, and as a priority to the West. It doesn’t go very easily, as people, even intellectuals, are quite lazy, and many of former experts in Soviet studies prefer not to go deeper into the modern, post-colonial development of former Soviet republics.

The main surprise for us is that the West, which has great academic programs of post-colonialism, is brave enough to reflect on its own colonialism, but prefers not to apply postcolonial lenses to Belarus or Ukraine. Even though those two countries faced and are still face the worst type of imperialism. This situation is in fact much more brutal: while India was colonized, London never tried to establish a message saying Indians are actually Brits, which is exactly what Russia is doing, denying the existence of Belarusans and Ukrainians.

The book “Bloodlands 20/22 Belarus/Ukraine” tries to look at both countries as part of one process — something that is not very mainstream. It combines two countries in crisis in their decolonial phase that are still very different. Indeed bilateral relations are very difficult, as Belarusan territory was used by Russian troops to attack Ukraine in 2022. And although there are Belarusan combatants fighting for Ukraine, railway guerillas inside Belarus to deter the Russian invasion of Ukraine, and those who help as volunteers, as I do, my passport remains the second most hated in Ukraine. Thus joint actions in culture are hardly possible in the nearest future.

Belarusan culture is not given media attention now, unlike in 2020 [during the mass protests in the country]. Our presence in Western studies is very moderate, but scholars such as Simon Lewis and Nelly Bekus should be mentioned. The most Westernized voice of Belarus is the poet Valzhyna Mort, who describes Belarus through the language of American studies and narratives. Other poets and researchers who write about Belarusan culture in reference to feminism, ethnography include Hanna Komar, and the poet Tony Lashden. There are also stand-alone “ambassadors” who integrate Belarus into particular contexts such as Max Shchur in the Czech Republic, Dzmitry Plax in Sweden, Tatsiana Zamirouskaja in the US, but they don’t form a community.

Aleś Plotka (AP): En effet, le moment est venu de jeter des ponts entre les littératures bélarusse et ukrainienne et de les faire connaître en priorité à l'Occident. Ce n'est pas facile, car les gens, y compris les intellectuels, sont assez paresseux, et beaucoup d'anciens experts en études soviétiques préfèrent ne pas parler du développement moderne et postcolonial de ces anciennes républiques soviétiques.

Pour nous, la principale surprise, c'est que l'Occident, qui a de vastes programmes universitaires d'étude du post-colonialisme, et qui est assez courageux pour pouvoir réfléchir sur son propre colonialisme, préfère ne pas appliquer la même méthode pour le Bélarus ou l'Ukraine. Or ces deux pays ont été et sont encore confrontés au pire type d'impérialisme. Cette situation est en fait beaucoup plus brutale: quand l'Inde était colonisée, Londres n'a jamais tenté de faire croire que les Indiens sont en fait des Britanniques, ce que fait la Russie, niant ainsi l'existence des Bélarusses et des Ukrainiens.

Le livre “Bloodlands 20/22 Belarus/Ukraine” essaie de considérer les deux pays comme faisant partie d'un même processus – ce qui n'est pas très courant. Il associe deux pays en crise en pleine phase décoloniale et qui sont pourtant très différents. En effet, les relations bilatérales sont très difficiles, car le territoire bélarusse a été utilisé par les troupes russes pour attaquer l'Ukraine en 2022. Et bien qu'il y ait des combattants bélarusses qui se battent pour l'Ukraine, des résistants qui bloquent le réseau  ferroviaire à l'intérieur du Bélarus pour retarder l'invasion russe de l'Ukraine, et des volontaires comme moi, mon passeport reste le deuxième le plus détesté en Ukraine. Ainsi, des rencontres conjointes dans le domaine de la culture ne sont guère possibles dans un avenir proche.

La culture bélarusse n'intéresse plus les médias, contrairement à 2020 [lors des manifestations de masse dans le pays]. Notre présence dans le monde universitaire occidental reste très modérée, mais des chercheurs comme Simon Lewis et Nelly Bekus doivent être mentionnés. La voix la plus occidentalisée du Bélarus est la poétesse Valzhyna Mort, qui décrit son pays à travers le langage des études et des récits américains. Parmi les autres poètes et chercheurs qui écrivent sur la culture bélarusse en référence au féminisme et à l'ethnographie figurent Hanna Komar et le poète Tony Lashden. Il existe également des « ambassadeurs » autonomes qui intègrent le Bélarus dans des contextes particuliers tels que Max Shchur en République tchèque, Dzmitry Plax en Suède, Tatsiana Zamirouskyja aux États-Unis, mais ils ne forment pas une communauté.

FN : Le Bélarus en tant qu'État est à la fois victime et instrument de l'agression de la Russie à la fois en Bélarus et en Ukraine. En tant que poète bélarusse vivant maintenant en exil, comment construisez-vous votre propre identité post-coloniale ?

AP: A Belarusan from Ukraine. Those who understand the region will get what I mean from this simple phrase.

AP: Je suis un Bélarusse d'Ukraine. Ceux qui connaissent la région comprendront ce que je veux dire par cette simple phrase.

 

Ukraine en 2022. Photo de Stanislav Krupař, utilisée avec permission.

FN: Comment est née cette l'idée de ce livre de photos et de traductions, et qu'espérez-vous qu'il puisse apporter au Bélarus, à l'Ukraine et à d'autres lecteurs?

AP: Well, it was not exactly planned from the beginning. I met Belarusan photographer Ales Piletski and a wild Czech war-correspondent, Stanislav Krupař, who spends most of his time in Eastern Ukraine in Donbass. The texts were all ready on my side, including a couple written in Ukrainian and five translations of Ukrainian poets. It all just happened very organically, as there is no space for artistic egocentrism here for all three co-authors. The same goes for our London publisher Skaryna who somehow just appeared and did everything very fast.

In times of crisis, art should be pragmatic. All the profits from this book go to the rehabilitation center “Lanka,” organized by Belarusans in Ukraine. One can also donate. Our aim is very practical: To help wounded international combatants in Ukraine (mainly Belarusans). Although if, as piece of art , the book inspires readers, we would be happy too.

AP: À vrai dire, on n'avait pas de plan au début. J'ai rencontré le photographe bélarusse Ales Piletski et un correspondant de guerre tchèque Stanislav Krupař, qui passe la plupart de son temps dans l'est de l'Ukraine dans le Donbass. Les textes étaient tous prêts de mon côté, dont deux écrits en ukrainien et cinq traductions de poètes ukrainiens. Tout s'est passé de manière très naturelle, car il n'y a pas de place ici pour l'égocentrisme artistique entre les trois co-auteurs. Il en va de même pour notre éditeur londonien Skaryna qui a surgi de façon un peu magique et a tout réalisé très rapidement.

En temps de crise, l'art se doit d'être pragmatique. Tous les bénéfices de ce livre vont au centre de réhabilitation “Lanka” monté par des Bélarusses d'Ukraine. On peut aussi faire un don. Notre objectif est très pragmatique: aider les combattants internationaux blessés en Ukraine (principalement des Bélarusses). Bien sûr, si, en tant qu'œuvre d'art, le livre inspire les lecteurs, nous en serons très heureux.

Invité à sélectionner un poème du livre qui incarne le projet, Plotka a choisi le suivant, co-traduit avec Corinne Leech, qui parle de la ville de Boutcha, lieu d'un massacre de civils ukrainiens par les troupes russes :

ПУШКІН ІДЗЕ ПА БУЧЫ
Пушкін ідзе па Бучы,
Падпальвае ад галавешак намарадзёраны Chesterfield lights,
Адкідвае кійком раз’ябаныя цацкі з-пад ног.
На бакенбардах асядае попел, як асядаюць ныркі пасля ўдару.
Забаўная гульня словаў, ці дадуць рады перакласці яе мае прыхільнічкі-французікі?
Навокал спрэс знаёмы пейзаж і любыя сэрцу персанажы.
Вось горцы робяць партрэты ва ўвесь рост,
Зараз гэта хутчэй, не трэба плаціць мастаку, толькі музяку падабраць для роліка.
У канцы вуліцы нехта цягне матрас за край. Бродскі, стопудова.
Осccпадзе, хто так цягне, лепш бы ты сапраўды не выходзіў са штаба.
Вось едуць танкі з Беларусі,
На траках – пялёсткі ружаў цвятаеўцаў і ахматаўцаў.
Наліплі на гліну і гной.
На жоўты пясочак так бы не наліпала.
Недзе ўдалечыні (чу!) чуваць дрон, чужы,
Падлятай бліжэй, саколік, паглядзі на мяне,
Здымай, здымай мяне, дрон са старушкі Еўропы!
Я буду ўдумліва глядзець у гарызонт,
Буду слухаць хор згвалтаваных.
А вы будзеце расшыфроўваць мой позірк і мае думкі,
Рацыяналізаваць зло і разбірацца ў душы маньяка,
А я вам суну тупа сотку,
Як Кацюшы Маславай.
Не згубіце.
Добрыя ж грошы.

 

Pouchkine se promène à Boutcha

Pouchkine se promène à Boutcha
Avec des bûches encore chaudes, il allume une Chesterfield bleue qu'il vient de chiper
Et donne un coup de pied aux jouets brisés.
La cendre descend et se pose sur ses moustaches, comme les reins descendent d'un cran après un coup de poing.
Quelle drôle de comparaison, mes fans français seront-ils capables de tout traduire ?

Tout autour, un paysage familier et des héros chers au cœur
Ici les montagnards font des portraits en pied,
De nos jours c'est rapide, pas besoin de payer l'artiste, il suffit de choisir une chanson et c'est sur Tik-Tok.
Quelqu'un au bout de la rue traîne un matelas[1]. Non mais sans blague, c'est Brodsky !
Mon Dieu, qui traîne comme ça ? Vous feriez mieux de rester au QG, en effet [2].
Les chars arrivent du Bélarus
Sur les pistes – des pétales de roses des fan-clubs d'Akhmatova et de Tsvetaeva
Collés à la merde et au fumier.

Ils ne colleront pas au sable jaune [3].
Un drone étranger se fait entendre au loin,
Viens plus près, oeil de faucon, regarde-moi,
Filme, filme-moi, émissaire de la Vieille Europe.
Je regarderai l'horizon d'un air pensif,
J'écouterai la chorale des violées.
Et tu décrypteras mes pensées et mon regard,
Tu rationaliseras le mal et comprendras les détails de l'âme du maniaque,
Et je vais juste te glisser un billet dans la bouche,
Comme Katioucha Maslova [4].
Pas mal pour se faire du blé, non?
Ne le perds pas

Le 9 avril 2022 à Kiev

Plotka a fourni les notes suivantes pour comprendre le contexte :

[1] Poème colonial de Joseph Brodsky “Sur l'indépendance de l'Ukraine

[2] Le poème magnum opus de Joseph Brodsky “Ne quitte pas ta chambre”

[3] Drame de Vassil Bikaw sur les purges staliniennes “Sable jaune”

[4] Le dernier roman de Léon Tolstoï “Résurrection

 

Le Bélarus en 2020 et le drapeau blanc-rouge-blanc de l'opposition. Photo d'Ales Piletski, utilisée avec permission.

FN: En tant qu'artiste utilisant le bélarusse mais vivant en exil, voyez-vous une culture alternative se développer ? Est-elle accessible au Bélarus? 

AP: Belarusan culture now exists in two versions: émigré and underground inside Belarus where people experience the most brutal repression since the Stalinist purges of the 1930s. The relationship between these groups is our main challenge. I think that the most interesting expressions of current Belarusan art are those which will be discovered only later, which are now inside, but can’t be seen or heard. One can study and read in English a “Czech Dreambook” as an example. I say this honestly because of this inability to share and discuss our work together. I don’t feel myself limited and obliged to shut the fuck up while speaking about my colleagues, and I send my respect to artists of the underground, and state that their work, unknown for now, will shine someday.

AP: Aujourd'hui il y a deux versions de la culture bélarusse: une qui est émigrée et une autre qui est clandestine à l'intérieur du Bélarus où les gens subissent une répression brutale sans précédent depuis les purges staliniennes des années 1930. Le vrai défi, c'est le lien entre ces deux versions. Je pense que les formes les plus intéressantes de l'art bélarusse actuel sont celles qui ne seront découvertes que bien plus tard, qui sont maintenant à l'intérieur du pays, mais qu'on ne peut ni voir ni entendre. La culture tchèque a connu le même phénomène décrit dans le roman de Ludvík VaculíkLe livre des rêves“. Je dis cela très franchement car il y a souvent une incapacité à partager et à discuter de notre travail ensemble. Je ne me sens pas limité et obligé de la boucler en parlant de mes confrères. Je salue les artistes de l'underground, et déclare que leur travail, inconnu aujourd'hui, brillera un jour.

]]>
Le cadre de cogestion du Belize est un modèle de conservation communautairehttps://fr.globalvoices.org/?p=279961http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230616_154618_Le_cadre_de_cogestion_du_Belize_est_un_modele_de_conservation_communautaireFri, 16 Jun 2023 13:46:18 +0000L'adoption de partenariats public-privé garantit l'intégrité écologique et la durabilité à long terme.

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Le Grand Trou Bleu du Belize ; photo via Canva Pro.

Cet article a été initialement publié sur Cari-Bois Environmental News Network.

Par Carolee Chanona

Et si les organisations non gouvernementales (ONG), les leaders communautaires, les entreprises et le gouvernement d'un pays travaillaient ensemble à la conservation des zones protégées ? Au Belize, il ne s'agit pas seulement d'un vœu pieux. Depuis 1984, dans le cadre d'un accord ad hoc connu sous le nom de cogestion, les parties prenantes béliziennes ont travaillé ensemble pour protéger l'environnement naturel. Récemment, leurs efforts ont été formalisés par le gouvernement bélizien, dans un nouveau cadre de cogestion des zones protégées (Protected Areas Co-management Framework).

Ce faisant, il s'agissait d'un nouveau signe de l'adhésion du Belize aux partenariats public-privé qui contribuent à garantir l'intégrité écologique et la viabilité à long terme de l'environnement naturel du pays. Au 16 mars de cette année, 16 des 36 accords de sites ont été signés et seront gérés dans le nouveau cadre.

À ce jour, près de 40 % du territoire du Belize a été protégé d'une manière ou d'une autre, et les partenaires de la cogestion ont été à l'avant-garde de ces efforts.

Bien que le Belize ait à peu près la même taille que l'État américain du New Jersey, il compte 103 zones protégées dans le cadre de son vaste système national de zones protégées (National Protected Areas System – NPAS). Il s'agit de réserves forestières, de réserves naturelles, de parcs nationaux, de réserves marines, de réserves privées, de sanctuaires de la vie sauvage, de monuments naturels, de sanctuaires d'oiseaux, de réserves de frayères et de réserves archéologiques.

Nicole Solano, directrice générale du Ministère du Tourisme du Belize, a déclaré que plus de 60 % des voyageurs visitent au moins une zone protégée pendant leur séjour au Belize.

Utiliser l'écotourisme pour financer le développement

Si le patrimoine naturel du Belize est une source de fierté, il constitue également une part importante et vitale de l'économie du pays.

On estime que le tourisme contribue à 45 % du produit intérieur brut (PIB) du pays, alors que la moyenne des Caraïbes est de 15,2 % du PIB, et qu'il sert à financer la gestion directe de ces parcs, notamment par le biais des droits d'entrée, etc.

Lorsqu'il quitte le Belize, chaque visiteur doit s'acquitter d'une taxe de conservation de 20 USD, qui fait partie de la taxe de départ du pays. Les recettes générées par ces taxes contribuent directement au fonds Protected Areas Conservation Trust (PACT), et constituent son principal financement. Pas moins de cinq pour cent de tous les revenus générés pour le PACT sont déposés dans un fonds de dotation.

Au fil du temps, le PACT, bénéficiant d'un mécanisme de financement par subvention, est devenu une entité nationale d’exécution (national implementing entity – NIE) accréditée par le Belize pour le Fonds d'adaptation. Le PACT est la deuxième entité nationale d'Accès Direct au Fonds Vert pour le Climat dans les Caraïbes, et la première au Belize.

Renforcer les capacités, obtenir l'adhésion des communautés et étendre la protection

L'ara rouge vit au Bélize ; photo via Canva Pro.

L'évolution de la conservation s'accompagne de celle des cogestionnaires et de leur rôle. Compte tenu de la nécessité de maintenir l'intégrité des zones protégées, les cogestionnaires se tournent vers des pratiques de gestion flexibles telles que la planification de scénarios et la gestion adaptative.

Outre la mise en œuvre des réglementations, les pratiques de cogestion concernent le bien-être des communautés, la recherche sur la biodiversité et l'utilisation durable des ressources. Par exemple, des entités de soutien de la conservation comme la Belize Audubon Society (BAS) vont plus loin dans leurs accords de cogestion. La BAS a mis en place un programme de surveillance de la biodiversité dans certains des sites les plus riches en biodiversité topologique du Belize.

D'autres groupes, comme les Amis pour la conservation et le développement (Friends for Conservation and Development), surveillent méticuleusement les étendues sauvages du parc national du Chiquibul contre les braconniers de l'ara rouge.

En septembre 2022 (fin de la saison de nidification de l'ara rouge), grâce aux 13 bénévoles qui ont participé au travail ardu et au suivi biologique de l'unité de recherche de la FCD, 24 aras ont été remis dans la nature.

Le succès de la cogestion peut être attribué à sa capacité à intégrer l'influence locale dans les actions gouvernementales telles que l'application de la loi, la surveillance de l'habitat, l'éducation, la sensibilisation et la participation de la communauté.

Cependant, pour une optimisation maximale, les différents types de zones protégées au Belize sont tous gérés différemment. Les aires marines protégées (AMP) sont gérées par le gouvernement, par l'intermédiaire du Ministère de la Pêche, tandis que les parcs nationaux et les sanctuaires de la vie sauvage sont cogérés. En outre, chaque zone protégée dispose de ses propres règles, qui sont mises en œuvre par le gestionnaire de la zone protégée.

La transformation du Belize en un géant de la conservation

Le Belize est fier de posséder le plus gros sanctuaire de jaguars au monde. Photo via Canva Pro.

Le 1er décembre 2022, le Ministère du Développement durable, du changement climatique et de la gestion des risques de catastrophes a officiellement conclu un partenariat public-privé avec des partenaires de la conservation, comme la BAS. L'association est la plus ancienne organisation non gouvernementale de conservation du Belize. Elle protège sept sites, dont le plus gros sanctuaire de jaguars et le célèbre Grand Trou Bleu.

La FCD a également conclu un partenariat officiel. Le groupe est cogestionnaire des 1700 km2 de forêt tropicale du parc national de Chiquibul.

Estimé à quatre fois la taille de la Barbade, le parc est la plus grande zone protégée du Belize et abrite le plus grand réseau de grottes d'Amérique centrale.

Récemment,  The Nature Conservancy (TNC) et ses partenaires ont conclu un accord de 76,5 millions de dollars pour protéger 950 km2 de forêt tropicale dans le nord du Belize, connue sous le nom de forêt maya du Belize.

Avec la zone de conservation et de gestion du Rio Bravo voisine, que TNC a contribué à créer en 1989, la forêt constituera le point d'ancrage d'un réseau de 45 000 km2 de terres protégées. La BAS travaille avec les communautés de la forêt Maya depuis 1969.

Qu'il s'agisse de l'apiculture du Maya Mountain Honey Group ou de la reconnaissance des oiseaux dans les zones importantes pour la conservation des oiseaux (ZICO), les efforts se sont concentrés sur le renforcement des capacités des groupes locaux. Ainsi on espère qu'ils pourront continuer à gérer durablement leurs ressources naturelles et à réduire leurs pressions socio-économiques grâce à des moyens de subsistance alternatifs.

Amanda Burgos-Acosta, directrice générale de la Belize Audubon Society affirme : «nous voulons soutenir les personnes qui vivent sur et autour du site et assumer leur rôle d'intendants responsables. Leur adhésion est un facteur essentiel de cet équilibre».

Plus de quarante ans après la désignation de sa première zone protégée en vertu de la loi sur les parcs nationaux (National Park Systems Act) en 1982, le Belize continue de faire des progrès considérables dans le domaine de la conservation de l'environnement grâce à des politiques qui protègent la richesse des biens naturels du pays.

Le cadre de cogestion n'est plus un simple gentleman's agreement, mais une validation du travail des parties prenantes à l'intérieur et à l'extérieur des parcs.

]]>
Azerbaïdjan : la violence contre les personnes LGBTQ+ se poursuit sans relâchehttps://fr.globalvoices.org/?p=279859http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230616_153219_Azerbaidjan___la_violence_contre_les_personnes_LGBTQ__se_poursuit_sans_relacheFri, 16 Jun 2023 13:32:19 +0000L'arrestation de militants réputés ravive les inquiétudes concernant les récits alarmants anti-LGBTQ+.

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Image de Daniel James. Utilisée avec permission dans le cadre de Unsplash License.

En février 2022, la communauté LGBTQ+ de l’Azerbaïdjan a été profondément ébranlée à la suite de l’annonce du meurtre sauvage d’Avaz Hafizli, activiste et journaliste queer. Sa mort suscita un tollé public sur les réseaux sociaux, sur lesquels de nombreux militants ont critiqué l’inaction du pays lors de crimes haineux, plus particulièrement ceux visant les groupes marginalisés de l’Azerbaïdjan. Aujourd’hui la tendance se poursuit sans relâche. Le 23 mai, la police a arrêté plusieurs femmes transgenres à Bakou, la capitale, à la suite d'un harcèlement verbal qui s'est transformé en une confrontation entre les femmes et les forces de l'ordre lorsque ces dernières ont physiquement agressé l'une des femmes transgenres. En réaction, un groupe de militants LGBTQ+ s'est rassemblé devant le poste de police où les femmes transgenres ont été emmenées. Selon le compte personnel des militants ; la police a provoqué le groupe, déclenchant une échauffourée. En conséquence, sept personnes ont été arrêtées, dont deux d’entre elles sont des militants importants (Jabvid Nabiyev et Ali Malikov). Dans une interview avec Global Voices, Malikov a affirmé que Nabiyev et lui-même sont allés au commissariat pour exprimer leur solidarité et obtenir plus d’informations sur la situation, car aucun média n’a relayé l’incident. Pendant que les deux militants ont depuis été relâchés, ils ont été accusés de vandalisme, de possession de drogue et ont été condamnés à une amende. Les autres militants détenus ont été condamnés à la détention administrative. Après leur libération, les deux militants ont raconté les mauvais traitements, les violences et les humiliations publiques qu'ils ont subis de la part des forces de l'ordre.

Ignorés et rejetés

Selon ILGA Europe, une organisation internationale non gouvernementale qui défend les droits et les libertés des personnes LGBTQ+, l'Azerbaïdjan occupe la dernière place parmi les 49 pays dans l’indice arc-en-ciel de l'organisation, pour la troisième année consécutive.

Ces dernières années, le gouvernement a intensifié la répression contre la communauté LGBTQ+. En 2017, au moins 83 personnes ont été détenues par la police parce qu'elles étaient homosexuelles ou transgenres. Les détenus ont déclaré avoir été torturés et avoir fait l'objet de chantage. La même année, au moins quatre citoyens azerbaïdjanais qui s'identifiaient comme LGBTQ+ se sont suicidés.

En 2018, le journal israélien Haaretz a rapporté que le gouvernement azerbaïdjanais utilisait l'équipement et le logiciel de surveillance israélien Verint Systems pour identifier l'orientation sexuelle des citoyens par le biais de Facebook.

Plus d'une douzaine de personnes LGBTQ+ ont été arrêtées en 2019, la plupart étant des travailleurs du sexe transgenres sollicités puis arrêtés, selon Meydan TV et Minority Magazine.

En mars 2021, Minority Magazine a fait état d'un nouveau mouvement se faisant appeler “Pure Blood” qui se mobilisait via Telegram pour cibler les personnes LGBTQ+ en Azerbaïdjan.

Puis, au cours de l'été 2021, pendant le mois des fiertés, Minority Magazine a fait état d'autres attaques contre les personnes LGBTQ+.

Il y a généralement peu de recours auprès de la police ou des voies judiciaires officielles pour de nombreuses personnes LGBTQ+ confrontées à la discrimination et à la violence. Par exemple, en novembre 2022, une femme transgenre et son partenaire ont été attaqués dans une rue à Bakou. Connaissant les mauvais antécédents de la police à l'égard des citoyens homosexuels, ils ont décidé de ne pas déposer de plainte officielle, craignant des représailles et des violations (potentielles)  éventuelles de leur vie privée.

L'exemple le plus flagrant de la réticence de l'État à aider la communauté homosexuelle est celui de la blogueuse populaire Sevinc Huseynova, qui a ouvertement appelé à la violence contre la communauté LGBTQ+ sur les plateformes de réseaux sociaux. Elle n'a jamais été réprimandée pour ses actions, malgré les nombreuses preuves qui prouvent qu'elle encourageait les gens à commettre des crimes violents contre les personnes homosexuelles. Dans l'une de ses vidéos, Mme Huseynova demande aux forces de l'ordre locales de détourner le regard dans les affaires de crimes haineux. « Un signe nous suffit, il suffit de nous le dire, et nous, le peuple, les repousserons lentement », a déclaré la blogueuse. Dans une autre vidéo, elle a appelé les hommes azerbaïdjanais à tuer les trans. À l'époque, le ministère de l'Intérieur a déclaré qu'il était au courant de l'existence de ces vidéos et qu'il menait une enquête. Mais aucune mesure n'a été prise.

Cependant, Huseynova n'est pas un exemple isolé. En Azerbaïdjan, le discours anti-LGBTQ+ est omniprésent parmi les politiciens, les célébrités, les personnalités publiques et même les militants de l'opposition. Plus récemment, un membre du parti politique d'opposition Tofig Yagublu a affirmé dans un forum de discussion que les homosexuels étaient des personnes biologiquement handicapées. En général, les représentants de la société civile du pays restent souvent silencieux lorsqu'il s'agit de défendre les droits de la communauté LGBTQ+. Comme l'a noté l'activiste queer Vahid Aliyev sur Twitter, « Il est profondément décourageant de constater le silence odieux de la société civile face aux récents événements entourant les activistes des droits LGBTQI+ à Bakou, en Azerbaïdjan ».

 

L'absence de recours juridique ne fait qu'aggraver la situation. Actuellement, la législation en vigueur en Azerbaïdjan ne traite pas des crimes de haine fondés sur l'identité de genre ou l'orientation sexuelle. Selon un rapport de l'Institut danois des droits de l'homme, l'Azerbaïdjan ne dispose pas de politiques nationales protégeant les droits des personnes LGBTQ+. Il n'existe pas non plus d'institutions spécifiques luttant contre la discrimination fondée sur l'orientation sexuelle ou l'identité de genre :

 

L'article 109 du Code pénal prévoit des sanctions pénales pour la persécution de groupes ou d'organisations pour des motifs politiques, raciaux, nationaux, ethniques, culturels, religieux, de sexe ou autres, interdits par les normes juridiques internationales. La persécution est considérée comme un “crime contre l'humanité” en termes, par exemple, de torture et de privation de liberté au regard des normes internationales. Les crimes de haine en eux-mêmes ne sont pas considérés comme des persécutions au sens de cette disposition. 37. Le Code pénal ne contient aucune autre disposition relative aux crimes de haine à l'encontre des personnes LGBT.

Cette année, les législateurs azerbaïdjanais ont également exprimé leur soutien à l'adoption d'une loi homophobe semblable à celle adoptée en Russie en décembre 2022 et à la loi russe de 2012 sur la propagande anti-gay.

Si l'Azerbaïdjan n'adopte pas une telle loi restrictive, elle existe déjà dans la pratique, a fait remarquer le militant LGBTQ+ Miray Daniz dans une interview accordée à Chaikhana Media. « La non-approbation de la loi vise simplement à préserver l'image [de l'Azerbaïdjan] à l'étranger », a déclaré Miray Daniz, ajoutant : « Nous vivons comme si cette loi existait. Nous sommes toujours surveillés par la police et d'autres agences gouvernementales, nous sommes toujours sous pression. Il n'y a pratiquement aucune institution de l'État avec laquelle nous pouvons nous sentir en sécurité, qui nous protège et qui pense à nous ».

En l'absence de ces protections de base, le travail et les activités des militants LGBTQ+ sont limités en termes de portée et d'impact, compte tenu de l'environnement politique et social. Pendant ce temps, les victimes d'abus et de harcèlement sont livrées à elles-mêmes, craignant pour leur vie et subissant des humiliations. Lors d'un entretien avec les médias locaux, Nabiyev et Malikov ont déclaré qu'ils avaient été soumis à des tests sanguins en l'absence d'une décision de justice, qu'ils avaient été contraints de chercher des rasoirs, comme si tous les membres de la communauté portaient des rasoirs sous la langue, qu'ils avaient été humiliés et avaient fait l'objet d'insultes et que, dans un cas, les militants avaient remarqué que les policiers avaient utilisé des mouchoirs en papier pour toucher les portes que les militants avaient touchées auparavant.

]]>
IciCongo: Portrait d'un jeune média en ligne qui veut « Raconter le Congo autrement »https://fr.globalvoices.org/?p=279898http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230613_164050_IciCongo__Portrait_d_un_jeune_media_en_ligne_qui_veut_____Raconter_le_Congo_autrement____Tue, 13 Jun 2023 14:40:50 +0000IciCongo forme aussi des étudiants et journalistes

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Photo de Umbo Salama, utilisée avec permission

Dans l'Est de la République Démocratique du Congo, un média tente de se démarquer des autres en prônant une ligne éditoriale qui fait la part belle au quotidien comme le vit vraiment la majorité des Congolais de cette région.

Selon le classement de Reporters Sans Frontières (RSF) de 2023 des pays où la liberté d'expression est restreinte, la République Démocratique du Congo (RDC) occupe la 124è place sur 180 pays avec un score de 48,55. Comparativement à l'année 2022 ou elle occupait la 125è place, le pays a fait un modeste pas en avant. Selon la même source, le pays de Félix Tshisekedi , Président depuis 2019, compte 540 journaux dont 177 chaînes de télévision, plus de 4 000 stations de radio et 36 médias en ligne.

Mais le contexte politique, les crises et les conflits qui, comme l'explique ce rapport de l‘International Crisis Group, secouent la RDC depuis quelques années obligent le plus grand pays de l'Afrique Sub-saharienne à adopter une nouvelle loi sur la presse qui est entrée en vigueur le 4 avril 2023.

Cette loi est bien accueillie par les ONG de défense de la liberté de presse car elle se veut libérale, comme l'explique RFI:

Elle fait obligation aux détenteurs de l’information publique de pouvoir la donner aux journalistes. Ce qui permettra aux journalistes d’accéder à toutes les informations, y compris les informations qui concernent les élections, et de protéger ses sources.

C'est dans cet environnement médiatique qu'est né IciCongo. Global Voices s'est entretenu via Whatsapp avec son fondateur Umbo Salama, journaliste et maître assistant au département de Sciences de l'information et de communication à  l’Université de l’Assomption au Congo (UAC). Il explique le contexte de la naissance de la plateforme, ses défis et ses perspectives d'avenir.

Jean Sovon (JS): Racontez-nous l'historique, la spécificité des contenus et l’aspect régional d'IciCongo dans un si vaste pays!

Umbo Salama (US) : Je suis parti de quelques constats. D’abord, c’est la manière dont les médias étrangers parlent de l’actualité de la RDC. Ils en parlent comme si le pays traversait des situations apocalyptiques : corruption, guerre, conflits inter-ethniques, pauvreté, famine, viols, vols, pillages… Pourtant, à côté de cette situation chaotique, il y a aussi des initiatives de survie et qui sont peu rapportées dans les médias. Je me suis dit, parler de ces initiatives peut donner un plus dans la pratique du journalisme en RDC. D’où notre slogan « Raconter le Congo autrement ».

L’autre constat, est le traitement de l’information par des médias en ligne de la RDC. De nombreux médias ont tendance à diffuser l’information comme s'ils étaient en concurrence avec des agences de presse ou les réseaux sociaux. Des déclarations ou des activités de personnalités, des communiqués de presse constituent la majeure partie des informations. Les médias semblent ainsi jouer le rôle d'outils de propagande de certaines personnalités. Il fallait donc un espace pour des informations diversifiées afin que la population comprenne elle-même sa situation, son environnement, trouve de l’inspiration et puisse prendre des décisions pour son propre épanouissement.

Des amis qui sont dans le domaine du développement Web m’ont aidé à créer le site. Début juin 2021, nous avons publié les premiers articles en ligne sur www.icicongo.net avec comme priorité de raconter comment les populations se débrouillent pour survivre dans cet univers présenté souvent sous un aspect apocalyptique.

Nous parlons de l'économie, de l'agriculture et de la lutte contre le réchauffement climatique, des questions de santé de reproduction, de santé publique, mais aussi de justice, de parcours humains ainsi que du développement de la sphère médiatique.

En deux ans d’existence, IciCongo a déjà remporté deux prix : le mini-concours de septembre 2022 de l’International center for Journalist (ICFJ) à travers le Forum Pamela Awards sur le reportage des crises mondiales grâce à l’article : « Mieux informer sur le terrorisme et l’extrémisme pour stabiliser la société ». Le deuxième prix provient du concours « Jinsia Kwa Amani ou le genre pour la paix (en français)» ; un concours organisé par l’Association des Femmes des Médias(AFEM) et la coopération allemande GIZ en décembre 2022 grâce à l’article « Avec sa tondeuse, Anita Kahambu coiffe les préjugés sur l’entreprenariat des femmes » écrit par Glodi Mirembe.

JS: Quelle est votre audience, et comment les gens vous lisent-ils ? Quel est leur feedback ?

US: Je vais dire que ce n’est pas encore trop fameux mais il y a des avancées dans ce sens. Sur notre page de statistiques, nous sommes en train d’identifier notre audience qui s’accroît beaucoup en dehors de notre pays, notamment dans les pays comme les États Unis, la Belgique et d'autres pays européens, mais aussi la Chine, l'Ouganda, le Cameroun, l'Afrique du Sud. En deux ans d’existence, nous pensons êtres sur la bonne voie avec une audience sur tous les continents. Pour y arriver, nous partageons nos articles sur plusieurs plateformes de réseaux sociaux, comme WhatsApp, Facebook, Twitter, LinkedIn.

La majorité de ceux qui visitent notre média utilisent des téléphones portables pour la lecture et ils sont estimés à 93%. Ceux qui utilisent des ordinateurs représentent 5% , et sur tablettes  2%. Les feedbacks que nous recevons nous demandent de continuer à produire des informations qui donnent encore de l’espoir et qui enrichissent les connaissances. D’autres aussi nous disent que nos articles enrichissent leurs recherches scientifiques.

JS: Parlez-nous de l'équipe de rédaction derrière cet excellent travail au quotidien. La formation et recrutement des journalistes dans le contexte de la RDC et de la région!

US : Nous comptons beaucoup sur des volontaires qui veulent améliorer leur style d’écriture journalistique. Nous comptons aussi sur nos étudiants auprès de qui nous dispensons des cours de journalisme à l’Université de l’Assomption au Congo, UAC. Ils bénéficient ainsi d’un suivi permanent de la proposition à l’édition de l’article en passant par la formulation de l’angle, le ciblage des sources, le plan de rédaction. Notre média c’est aussi une sorte d’académie en journalisme. C’est pourquoi nous nous appelons « Média école ».  Mais ils sont rares ceux qui résistent car nous ne rédigeons pas nos articles dans la précipitation: on prend suffisamment le temps de bien se documenter. Et ceux qui résistent sont élargissent leurs carnets d’adresse. Nous participons aussi régulièrement à des webinaires sur le journalisme, à des formations initiées par des organisations dans notre région.

JS: Comment est la situation de la liberté de la presse en RDC? 

U S : Jusque-là, IciCongo n’a pas encore subi de menaces dans le cadre de notre travail. Mais il y a trop de restrictions qui ne permettent pas à toute la presse de la partie orientale de la RDC de bien faire son travail. Par exemple, le gouvernement interdit aux journalistes de faire parler les assaillants dans leurs médias, or nous sommes dans une zone en proie à des conflits armés et plusieurs formes d’extrêmes violences. Il arrive qu’on abandonne certains articles car on peine à donner une information complète provenant de diverses sources. Nous avons aussi des difficultés à nous rendre dans certaines zones car elles sont sous contrôle de groupes armés.

J S: Où voyez-vous IciCongo sur le long terme?

US : Notre média est située dans une zone, à l'Est du pays, qui est en cheval entre le bassin du Nil et le Bassin du Congo. Nous croyons que dans 5 ou 10 ans nous serons parmi ceux qui vont continuer par être la voix des sans-voix entre ces deux bassins et contribuer à la pacification de la zone. Aussi, nous comptons produire des podcasts audio et disposer d'une chaine YouTube pour augmenter notre audience. Ce n’est pas un travail facile, mais on va y arriver.

]]>
Sanctions contre les violateurs des droits des femmes : une lentille politiquehttps://fr.globalvoices.org/?p=279810http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230612_162254_Sanctions_contre_les_violateurs_des_droits_des_femmes___une_lentille_politiqueMon, 12 Jun 2023 14:22:54 +0000Les sanctions occidentales nécessitent un cadre transparent, une responsabilité et une réflexion approfondies

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

République démocratique du Congo : Des victimes de viol qui ont été réintégrées avec succès dans leurs communautés se rassemblent dans une « hutte de la paix » près de Walungu, au Sud-Kivu . Date inconnue. Par L. Werchick / USAIDDomaine public .

[Sauf indication contraire tous les liens mènent vers des sites en anglais]

L'Australie, les États-Unis, le Royaume-Uni et l'UE ont mis en œuvre un plan d'action coordonné pour sanctionner les auteurs de violations des droits des femmes au niveau mondial à l'occasion de la célébration de la Journée internationale de la femme, le 8 mars de cette année. 

Des sanctions de type Magnitsky ont été adoptées pour cibler spécifiquement les entités et les individus impliqués dans des violations des droits humains à l'égard des femmes et des filles, dans le but de donner la priorité à leur sécurité et de prévenir de futures violations. Les sanctions comprenaient des gels d'avoirs et des interdictions de voyager imposées aux personnes et entités impliquées. Le plan d'actions coordonnées de mars s'est aligné sur le programme des Nations Unies pour les femmes, la paix et la sécurité (WPS) , établi en l'an 2000, et a rapproché les États-Unis, le Royaume-Uni et l'UE de ses objectifs.

Le 7 mars, le Conseil européen (CE) a imposé des sanctions à neuf personnes et trois entités, dont les ministres talibans de l'Afghanistan responsables des décrets sur la ségrégation sexuelle , le commissariat de police de Moscou et les forces armées russes accusés de torture et de violences sexuelles et sexistes (VSS), les responsables gouvernementaux supervisant de telles pratiques en tant que tactique de guerre au Soudan du Sud, et le vice-ministre de l'intérieur du Myanmar/Birmanie responsable de l'utilisation VSS comme outil de torture . 

Le 8 mars, à la suite des actions de la CE, le ministre britannique des Affaires étrangères, James Cleverly, a annoncé des sanctions contre quatre personnalités militaires en Syrie , au Soudan du Sud et en République centrafricaine (RCA) chargées de promouvoir et de superviser la VSS dans leurs institutions respectives, en plus des institutions gouvernementales iraniennes responsables du maintien de l'ordre sur le code vestimentaire et l'autonomie des femmes. 

De même, les États-Unis se sont également joints à l'initiative en annonçant des sanctions le même jour. Ces sanctions visaient cinq personnes, dont des responsables pénitentiaires iraniens impliqués dans des VSS, le directeur technique iranien des affaires du cyberespace, l'adjoint du bureau du procureur général responsable de la censure et des commandants liés à la répression violente des manifestations. Les entités ciblées comprennent des sociétés d'approvisionnement associées au Commandement de l'application de la loi et aux forces de sécurité iraniennes.

Poursuivant la réponse mondiale, le 20 mars, l'Australie a annoncé ses propres sanctions contre 14 personnes et 14 entités impliquées dans la violation des droits des femmes. Les personnes ciblées comprennent des membres de la police de la moralité iranienne et du corps des gardiens de la révolution islamique responsables de la répression des manifestations de femmes , ainsi que des personnalités impliquées dans l'arrestation, la détention et les mauvais traitements de Mahsa Amini dont la mort a déclenché les premières manifestations. 

Examen de l'efficacité des sanctions dans l'autonomisation des femmes et des filles

L'utilisation de sanctions individuelles pour les violations des droits humains est un développement récent, introduit aux États-Unis en 2016 et dans l'UE en 2020. L'efficacité de cette approche repose sur les efforts coordonnés entre les pays. Bien qu'il y ait une cohérence dans le ciblage de l'Iran entre l'Australie, le Royaume-Uni, les États-Unis et l'UE, il existe des divergences dans les objectifs des autres pays. L'UE se concentre sur le Myanmar, le Royaume-Uni se joignant au ciblage de la Syrie et du Soudan du Sud, en y ajoutant la République centrafricaine. Ces incohérences soulèvent des inquiétudes quant à l'impact et à l'efficacité de ces sanctions pour dissuader de futures violations des droits humains.

En outre, on craint que ces sanctions n'isolent involontairement les victimes de VSS en affectant leur accès à l'aide étrangère. Le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Wopke Hoekstra, a déclaré dans un communiqué de presse le 7 mars 2023 que «les sanctions sont un moyen puissant pour nous de défendre les valeurs universelles et d'imposer un changement international». De telles déclarations, présentant les sanctions comme représentatives des « valeurs universelles », peuvent faire l'objet d'interprétations diverses et être perçues comme du néocolonialisme ou une ingérence extérieure , ou des pressions qui renforcent la dynamique du pouvoir entre les pays, mettant potentiellement à rude épreuve les relations diplomatiques et entravant les initiatives humanitaires.

Un récit plus efficace serait de mettre en évidence les principes du droit pénal international qui interdisent la VSS. Au lieu d'imposer les valeurs occidentales aux autres nations, les décideurs politiques devraient donner la priorité au respect des principes juridiques universellement acceptés plutôt qu'à la promotion de leur propre programme culturel ou idéologique. Une approche peut-être plus efficace pour apporter des changements tangibles dans la vie des femmes dans les pays ciblés serait de se concentrer sur la fourniture d'une aide humanitaire et de soutenir des projets qui préservent l'autodétermination et l'autonomie des femmes et des filles dans ces régions.

Comprehensive Scale of Rape (2018) - LRW-SCALE-11.svg

Omissions clés 

Si l'objectif des sanctions est d'améliorer le bien-être des femmes et des filles, il est difficile d'ignorer les omissions ou les lacunes notables de l'action coordonnée en mars 2023.

Les sanctions ont négligé d'inclure les dirigeants houthis yéménites malgré leur utilisation de la VSS comme tactique de guerre et leurs restrictions croissantes sur les droits et l'autonomie des femmes depuis 2014, à l'instar des talibans [fr]. Ces restrictions comprennent des limitations à la liberté de mouvement, à l'habillement, à l'accès aux espaces publics et à la santé reproductive. Bien que les politiques des houthis aient été documentées et critiquées par des experts des droits humains de l'ONU dans une lettre aux dirigeants houthis, aucun individu ou entité n'a été inclus dans les sanctions de mars. Alors que les États-Unis ciblaient le financement des rebelles houthis par l'Iran, les sanctions ne mentionnaient pas spécifiquement les violations des droits des femmes.

Une omission similaire peut être trouvée en Somalie . Malgré des décennies de guerre civile dévastatrice, les femmes et les filles continuent d'être confrontées à une VSS endémique. Les femmes et les filles déplacées à l'intérieur du pays sont particulièrement vulnérables lorsqu'elles parcourent de longues distances pour aller chercher de l'eau pour elles-mêmes et leur famille. Des cas de viol par des soldats du gouvernement ont été documentés dans la capitale Mogadiscio.

Plus au sud, en République démocratique du Congo , les femmes et les filles connaissent également un sort similaire. La milice Maï-Maï  [fr] en particulier a utilisé la VSS [fr] comme tactique ou outil de guerre. Néanmoins, aucune sanction individuelle ou collective n'a pas été imposée.

Le Qatar [fr] est une autre omission notable dans les sanctions. Malgré certains progrès réalisés par les groupes de la société civile au Qatar avec une représentation de 9,8 %de femmes au parlement, le pays applique toujours des politiques discriminatoires qui maintiennent la tutelle masculine, restreignant sévèrement l'autonomie des femmes dans des domaines tels que le mariage, l'éducation, l'emploi, les voyages et la santé reproductive. De plus, le viol est généralement traité comme un rapport sexuel avant le mariage, soumettant les victimes à une peine de sept ans de prison. Toute action de protestation des militantes féministes est également réprimée, comme dans le cas de Noof al-Madeed , qui aurait été victime de violations généralisées de ses droits civils et humains par les autorités.

Déterminer les critères des sanctions

Les principales omissions dans l'application des sanctions soulèvent des questions sur les critères utilisés, et il est important d'examiner les facteurs qui ont pu influencer ces décisions. Bien que des considérations telles que les progrès d'un pays en matière de droits des femmes, la mise en œuvre d'un plan d'action national FPS, le niveau d'activisme féministe et la vérifiabilité des allégations de VSS aient pu être prises en compte. Les critères utilisés restent flous.

D'autres facteurs politiques auraient pu jouer un rôle dans la détermination des individus et entités à cibler, par exemple, les accords commerciaux existants, les inquiétudes concernant les puissants intérêts pétroliers – en particulier à la lumière de l'invasion de l'Ukraine par la Russie – les complications des guerres par procuration, la peur de déstabiliser des régions déjà impliquées dans des guerres civiles, voire un désintérêt des sociétés civiles occidentales pour des régions africaines. 

En général, l'absence d'un cadre clair et transparent pour déterminer les sanctions souligne la nécessité d'une plus grande clarté, d'une plus grande responsabilité et d'une plus grande prise en compte des facteurs qui façonnent les politiques de sanctions en Occident.

]]>
Journée mondiale de l'abeille : une agricultrice biologique jamaïcaine affirme que ces créatures à fourrure jouent un rôle essentiel dans la pollinisation de ses cultures.https://fr.globalvoices.org/?p=279059http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230612_150957_Journee_mondiale_de_l_abeille___une_agricultrice_biologique_jamaicaine_affirme_que_ces_creatures_a_fourrure_jouent_un_role_essentiel_dans_la_pollinisation_de_ses_cultures.Mon, 12 Jun 2023 13:09:57 +0000« Sans une bonne pollinisation, la production est moindre… ».

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Abeille charpentière (Xylocopa mordax) mâle. Considérée comme une abeille solitaire, elle construit ses nids en creusant des tunnels dans le bois, le bambou et d'autres matériaux végétaux durs. Elle pollinise les haricots et les légumineuses, ainsi que la sauge, les fleurs de la passion et le moringa. Photo de Vaughan Turland, utilisée avec autorisation.

Apparu en 2018, l'ONU a choisi le 20 mai comme le jour de l'abeille, cela a été mis en place dans le but de sensibiliser sur l'importance de ces petits, mais importants pollinisateurs, les menaces auxquelles ils font face et leurs contributions au développement durable. La célébration de cette année a mis en lumière le rôle vital qu'ont les abeilles dans la pollinisation des cultures agricoles. D'après l'organisation pour la nourriture  et l'agriculture de l'ONU, 3 sur 4 des cultures qui produisent de la nourriture pour les humains dépendent, du moins partiellement des pollinisateurs.

Pourquoi les abeilles sont si importantes pour l'agriculture? La diversité des espèces pollinisatrices est essentielle pour la sécurité des ressources. Il y a également un lien étroit avec le réchauffement climatique, qui affecte aussi bien l'agriculture et les abeilles :

Pour mieux comprendre l'importance des abeilles et leur impact, j'ai interrogé par mail Dorienne Rowan-Campbell, une ancienne journaliste jamaïcaine et spécialiste du développement devenue cultivatrice de café biologique. Avec la Jamaïque qui devient un lieu d'habitat pour 69 espèces d'abeilles, elle est actuellement consciente de l'impact sur les cultures des pollinisateurs et du réchauffement climatique ainsi que des activités humaines.

Ayant passé une majeure partie de sa vie dans le journalisme, aussi bien en Jamaïque qu'au Canada, Rowan-Campbell a porté son intérêt dans le développement international, ce qui l'a conduite à réaliser une série en 13 parties, « Un seul monde », avec TV Ontario. Elle a plus tard quitté la société de diffusion canadienne pour diriger le programme de développement des femmes au secrétariat du Commonwealth, et a été la première femme directrice et conseillère du secrétaire général du Commonwealth.

Rowan-Campbell est retournée en Jamaïque en 1987 et a travaillé en tant que consultante des femmes, consultante de genre et consultante politique, consultante en environnement et consultante en gestion du management. Cinq ans plus tard, après que ses parents ont déménagé au Canada, elle a pris le lead de la petite ferme de café de son père et a commencé une longue route pour établir une ferme organique. Elle est actuellement vice-présidente de l'association des planteurs de café où elle représente les petits producteurs et utilise la ferme comme un lieu d'entrainement pour les fermiers intéressés, en particulier les femmes et les jeunes personnes. Elle est également la seule productrice de café organique jamaïcain certifiée NOP, EC, COR et JAS, ( des labels d'agriculture biologique dans différents pays).

Dorienne Rowan-Campbell, agricultrice biologique jamaïcaine. Photo de Rowan Royale Farms, utilisée avec autorisation.

Emma Lewis (EL) : Parlez-moi de votre ferme. Quelles sont vos cultures, et où ?

Dorienne Rowan-Campbell (DRC):

Ma ferme est la Royale de Rowan. Cette année sera notre 21e année de certification organique internationale. Nous sommes une petite, ferme familiale possédée par des femmes à 4 000 pieds d'altitude dans les montagnes bleues de Portland Ouest en Jamaïque, proche du ravin de Silver Hill. Notre culture principale est le café, mais en tant que ferme organique, nous plantons également du gingembre, du curcuma, des légumes verts, des bananes, des plantains, des racines, des citrons des mûres.. et nous nous assurons que les herbes indigènes et les buissons soient préservés et les fleurs sauvages accompagnées. La ferme est très ombragée, bien que nous continuions de remplacer des arbres qui ont subi des dégâts à la suite d'ouragans et d'orages.

Quel rôle ont les abeilles dans votre ferme, et comment continuez-vous à les attirer?

Nous avons beaucoup de buissons fleuris et des arbres et fleurs sauvages que les abeilles y trouvent leur bonheur. Une étude débutée pour l'Association des cultivateurs de café en Jamaïque en 2018 a fait ressortir trois types d'abeilles dans la ferme, pas uniquement des abeilles à miel. Chaque année durant la saison de pousse du café, j'ai des ruches sur la ferme qui viennent d'un fermier voisin, qui est un apiculteur mais qui n'utilise pas de produits chimiques dans sa pratique. Il me dit que la qualité du miel des abeilles sur la ferme est plutôt bonne comme les abeilles disposent de nombreuses ressources et ne sont pas mises en danger par les produits chimiques. Pendant qu'il récolte le miel moi j'ai un grand nombre d'abeilles sur la ferme pour aider à la pollinisation, en particulier du café. Mon gestionnaire de ferme n'a maintenant qu'une seule ruche et est en train d'apprendre à garder les abeilles ainsi l'année prochaine il aura des abeilles sur sa ferme.

Centris decolorata est l'équivalent caribéen du bourdon, que l'on trouve généralement dans les climats nordiques. Cette abeille trapue pollinise les grandes fleurs tropicales. Photo de Vaughan Turland, utilisée avec autorisation.

D'après votre expérience, quelle est la signification de la pollinisation des abeilles pour l'agriculture en Jamaïque, et pour votre affaire en particulier?

Les abeilles sont des pollinisateurs efficaces. Bien que nous ayons des oiseaux et d'autres insectes qui pollinisent, les abeilles sont ce que nous accueillons le plus pour la majeure partie, nous les avons prises pour acquises. Maintenant que nous voyons moins d'abeilles autour dans nos fermes, notre pollinisation est moins efficace. Sans une bonne pollinisation, vous avez moins de production mais même sans avoir quelques ruches sur la ferme, nous avons énormément d'abeilles qui viennent pendant les saisons de floraison. On les voit et les entend. On les voit sur des fleurs de citrouille et des variétés de courges et légumes verts, comme sur de nombreux arbres que nous avons qui fleurissent et attirent les abeilles.

 Quelles sont les menaces pour la pollinisation des abeilles dans la région? Comment elles peuvent être abordées?

La majorité des menaces sont les produits chimiques que nous appliquons dans nos fermes, qui tuent les abeilles. Mais nos pratiques générales de culture fermière affectent également ces abeilles : le coupage à blanc, et le désherbage massif impliquent énormément de fleurs sauvages, des buissons et des arbres à floraison, sur lesquels une abeille sauvage prospère. L'urbanisation qui s'accélère fait que des arbres sont coupés et les buissons venant de nos villes sont remplacés par des accotements couverts d'herbe. Les autoroutes améliorées prennent des parts entières de territoires où les abeilles avaient l'habitude d'être en mesure de trouver du pollen. Beaucoup de ces arbres et buissons ne sont jamais remplacés le long de ces autoroutes.

L'abeille de l'orchidée de Jamaïque (Euglossa jamaicensis) est endémique à la Jamaïque et n'est pas non plus une abeille « sociable ». Les mâles sont connus pour collecter des matériaux sur les fleurs qu'ils pollinisent afin de créer des parfums. Photo de Vaughan Turland, utilisée avec sa permission.

 Quelles espèces d'abeilles pollinisent les cultures? Pendant que les abeilles à miel sont communes, beaucoup d'espèces d'abeilles sauvages et solitaires sont en danger. Quelles espèces avez-vous vues?

DRC:

Je sais que nous avons des abeilles sauvages et solitaires sur la ferme, mais je n'ai aucune expertise sur ce qu'elles sont. Nous accueillons juste ces dernières et leur laissons autant de nourriture que possible, ce qui est pourquoi elles viennent.

 Le changement climatique a sérieusement impacté le projet de culture du café sur lequel vous travailliez en 2018, avec ses effets rendant la période de floraison imprévisible. Des sécheresses prolongées ont mis les plantations de café sous stress, et allongé les saisons de pluies qui causent des problèmes. Pouvez-vous m'en dire plus à propos de ce projet et comment la crise climatique continue d'impacter aussi bien notre agriculture que nos abeilles?

Oui les périodes de floraisons sont beaucoup moins prévisibles. Le travail initial sur ce projet signifiait que c'était impossible pour les chercheurs de savoir quand il fallait se trouver dans telle ou telle zone… Les routes sont en mauvais état, les 4X4 sont nécessaires, et les fonds ne peuvent pas couvrir l'augmentation du prix des transports. Cependant, ils ont trouvé des zones avec vraiment très peu d'abeilles. Le changement climatique a également affecté la qualité des floraisons. La recherche dans d'autres pays a indiqué qu'une augmentation des températures cause des difformités dans les floraisons elles-mêmes, tout comme les rares floraisons..

La Centris fasciata est une abeille sauvage que l'on trouve en Jamaïque et peut-être dans d'autres parties des Grandes Antilles. Photo de Vaughan Turland, utilisée avec autorisation.

 L'agriculture organique semble continuer d'être une activité de niche dans les Caraïbes. Comment voyez-vous son rôle et sa valeur? Peut-elle être étendue? Est-ce que l'intervention du gouvernement est nécessaire?

Si nous souhaitons survivre en agriculture et gérer les crises climatiques, nous devons nous diriger vers des pratiques durables; des pratiques organiques/biologiques en sont la base. Les personnes n'ont pas besoin de labellisation. Elles ont besoin de comprendre que- comme l'a souligné la FAO- les sols gérés organiquement peuvent s'adapter aux inondations et à la sécheresse. Plusieurs années auparavant, après une sécheresse

Les gouvernements qui se sont succédés ont dit qu'ils épousent la production biologique, mais il n'y a eu aucune politique de développée, bien que ce travail ait été en processus depuis 2004! Toute action a été faite par les ONG et les secteurs privés des fermiers… mais ceci n'est pas durable. Une équipe du JOAM a élaboré la norme pour le Bureau of Standards of Jamaica (BSJ) et pour la Communauté des Caraïbes (CARICOM). Cependant, au lieu d'encourager son utilisation, le BSJ exige une redevance élevée pour une copie de la norme (environ 9 277 JMD ou 60 USD). En outre, aucune mesure n'est prise lorsque des produits sont étiquetés “biologiques” sans avoir fait l'objet d'une vérification par une tierce partie. Les agriculteurs se demandent donc pourquoi ils devraient payer pour la certification alors que celle-ci n'est pas protégée. L'organisme national de certification de la Jamaïque (NCBJ) propose désormais la certification, mais personne n'est sûr de ses tarifs et la procédure est longue.

The Jamaican government needs to establish a competent authority for organic agriculture, a policy and more training for the Rural Agricultural Development Authority (RADA).

Le gouvernement jamaïcain a besoin d'établir une autorité compétente pour l'agriculture biologique, une politique et plus d'entrainements pour le développement de l'autorité de l'agriculture rurale.

Les pratiques d'agriculture biologique sont conformes au message de la Journée mondiale de l'abeille, à savoir que les abeilles, et les pollinisateurs en général, ont besoin d'une agriculture responsable qui soutienne le rôle qu'ils jouent dans la nature et la durabilité à long terme.

]]>
Turquie : une série de tremblements de terre frappe le payshttps://fr.globalvoices.org/?p=277341http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230612_144110_Turquie___une_serie_de_tremblements_de_terre_frappe_le_paysMon, 12 Jun 2023 12:41:10 +0000Les autorités émettent une alerte de niveau 4 et demandent l'aide internationale

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Capture d'écran du reportage vidéo du Guardian en Turquie  

Une grande partie du pays s'est réveillée avec les terribles nouvelles d'un tremblement de terre qui a frappé les provinces sud-est du pays le 6 février. À 4h17 heure locale, un tremblement de terre de magnitude 7,8 a frappé la province turque de Gaziantep. Des heures plus tard, un séisme d'une magnitude de 7.5 frappe cette fois la province turque de Kahramanmaras. Au total, environ dix provinces ont été touchées. Selon les derniers chiffres, le nombre de morts a atteint 2 921 personnes, tandis que plus de quinze mille personnes ont été blessées. La spécialiste principale des situations d'urgence pour l'Europe de l'OMS, Catherine Smallwood, a déclaré lors d'un entretien avec l'AFP que ces chiffres “sont susceptibles d'être huit fois plus importants”. Des images aériennes des lieux les plus fortement touchés montrent des bâtiments résidentiels , ainsi que des hôpitaux, des installations municipales et de nombreux autres bâtiments, y compris le château de Gaziantep, qui avait plus de 2 000 ans, détruits.

 #Le château de Gaziantep qui date du 6e siècle n'a pas résisté au tremblement de terre.

Officiellement, plus de 6 000 bâtiments ont été totalement détruits. Les autorités ont émis une alerte de niveau quatre, le niveau d'alerte le plus haut utilisé pour les urgences et dangers très graves, qui inclut également un appel à l'aide internationale. Selon l'Agence turque d'intervention en cas de catastrophe et d'urgence (AFAD), au 7 février, 65 pays ont répondu en envoyant, au total, 2 660 personnes.

Les autorités ont annoncé sept jours de deuil national. Toutes les écoles vont être fermées durant les deux prochaines semaines dans les zones touchées par le tremblement de terre.

Bien que des missions de sauvetages aient été déployées dans les zones touchées, des conditions météorologiques glaciales ont rendu les déplacements dans ces zones plus compliqués d'habitude. Tout au long de la journée, l'AFAD a enregistré d'autres séismes dans la zone, les plus forts ayant eu lieu à 13h35 et 13h24, heure locale, et dont les magnitudes respectives étaient de 5.6 et 7.6.

Mais alors que les gens se précipitaient sur les réseaux sociaux et les centres d'aide à travers tout le pays, de nombreuses critiques ont été formulées à propos du manque d'infrastructures nécessaires en cas d'intervention d'urgence et des mesures provisoires mises en place en temps de crise

At a bare minimum, hospitals, runways and major roads should not be crumbling like this, no matter how large the earthquake.

That is our most basic infrastructure. It has to be better than this.

— Can Okar (@canokar) February 6, 2023

Au minimum, les hôpitaux, les pistes et les routes principales ne devraient pas s’effondrer comme ça, peu importe l’ampleur du tremblement de terre.

Ce sont nos infrastructures les plus basiques. Cela devrait être en meilleur état.

— Can Okar (@canokar) 6 février 2023

La journaliste Burcu Karakas a exprimé sur Twitter sa déception face au paradoxe. D'une part, la Turquie construit une centrale nucléaire tandis que d'autre part, des bâtiments résidentiels mal construits s'effondrent alors que les gens attendent les secours :

Le journaliste spécialiste en économie, Mustafa Sonmez, a tweeté des statistiques budgétaires qui indiquent que les fonds de l'Etat alloués à Diyanet, le principal organisme religieux de Turquie, dépassaient le montant alloué aux tremblements de terre et aux programmes de secours aux sinistrés.

Un autre journaliste, Gurkan Ozturan a tweeté :

Le journaliste Fatih Yasli a écrit sur Twitter que les gens en “payaient de nouveau le prix, pour le profit, les appels d'offres et la corruption [motivés] par l'économie axée sur la construction et le gang d'entrepreneurs ainsi que l'inimitié pour la science et la connaissance”.

This has been just a devastating decade in Turkey. Today's horrors are very much intertwined with the overall political situation, since massive corruption has led to shoddy construction, stolen earthquake funds, minimum preparations for the inevitable, and an economy in tatters.

— Nick Ashdown (@Nick_Ashdown) February 6, 2023

Cela a été une décennie dévastatrice pour la Turquie. Les horreurs d’aujourd’hui sont très étroitement liées à la situation politique globale, étant donné que la corruption massive a conduit à des constructions bâclées, des fonds de tremblement de terre volés, des préparatifs minimaux pour l’inévitable, et une économie en lambeaux.

— Nick Ashdown (@Nick_Ashdown) 6 février 2023

Parmi les bâtiments qui se sont effondrés, certains étaient des hôpitaux, ce qui a suscité encore plus de critiques et de tristesse :

D'autres ont accusé les autorités étatiques d'avoir menti quant à la présence de sauveteurs. Hatay est l'une des provinces où l'absence de sauveteurs a attisé la colère.

Thousands of people are calling specific help for Hatay where Turkish rescue workers couldn’t reach nearly for 24 hours.

It is awful. Too many messages of people in the rubble. People who speak from the city only cry. That’s the only thing they could do.

— Ragıp Soylu (@ragipsoylu) February 7, 2023

Des milliers de personnes appellent à une aide spécifique pour Hatay où les secouristes turcs n’ont pas pu arriver avant 24 heures.

C’est terrible. Trop de messages de gens dans les décombres. Les gens qui parlent de la ville ne font que pleurer. C’est la seule chose qu’ils pouvaient faire.

— Ragıp Soylu (@ragipsoylu) 7 février 2023

Bariş Atay, vice-président du Parti des Travailleurs de Turquie (TIP) et membre du parlement de Hatay a visité Hatay, d'où il a partagé ces nouvelles  informations : 

I really don't know what to say. Those who say they have reached everywhere. There is no rescue work here. The head of AFAD and the President are both saying they have reached everywhere. People are on their own here using their own efforts. It's an isolated city. The machinery was brought here by the citizens themselves. No one is sending machinery or anything else. There is no rescue team. There is no AFAD. There is no one.

Je ne sais vraiment pas quoi dire. Ceux qui disent qu’ils sont arrivés partout. Il n’y a pas de travail de sauvetage ici. Le chef de l’AFAD et le Président disent tous les deux que les secours sont arrivés partout. Les gens sont ici par leurs propres moyens. C’est une ville isolée. La machinerie a été apportée ici par les citoyens eux-mêmes. Personne n’envoie de machinerie ou quoi que ce soit d’autre. Il n’y a pas d’équipe de sauvetage. Il n’y a pas d’AFAD. Il n’y a personne.

L’amertume et la réponse lente ne sont pas choses nouvelles. Dans une entrevue accordée en 2021 au journal Middle East Eye, Koray Dogan, porte-parole du Parti vert turc, a déclaré que le gouvernement accordait la priorité à l’économie au détriment de l’environnement. Il y a de nombreuses preuves à l’appui, comme le projet massif de Kanal Istanbul ou la loi d’amnistie de zonage qui a été adoptée en 2018. La Turquie a adopté 19 lois d’amnistie de zonage depuis 1948 qui accordent des pardons (contre rémunération) aux entrepreneurs en construction qui ne respectent pas les normes de sécurité. De nombreuses zones de rassemblement enregistrées après le séisme pour les tentes et les réponses humanitaires ont disparu avec le boom de la construction. Dans le passé, l’AKP a rejeté 58 motions de politiciens de l’opposition demandant un comité de surveillance indépendant pour superviser la sécurité des bâtiments.

Les experts de la Chambre des Ingénieurs Géologiques ont déclaré avoir averti les autorités avant qu’un tremblement de terre ne frappe la zone avec des rapports et des évaluations des besoins, mais aucune réponse n’a été fournie. Hüseyin Alan, Président de la Chambre des ingénieurs géologiques, a affirmé à Birgun, une plateforme d'informations en ligne, que “en tant que géologues, ils ont dit et écrit à plusieurs reprises que ces établissements résidentiels devaient être préparés pour les tremblements de terre. Nous avons préparé des rapports que nous avons partagés avec la présidence et les ministères concernés. Nous avons souligné à plusieurs reprises la nécessité d’agir. Mais nous n’avons pas obtenu une seule réponse. Ni de la présidence ni des membres du Parlement. »

S’adressant également à Birgun, le spécialiste des catastrophes Kubilay Kaptan a déclaré que, malgré les alertes précoces, les dommages causés par le séisme indiquent que ces avertissements n’ont pas été pris en compte. « Dans des circonstances normales, étant donné qu’on savait déjà que ces provinces étaient dans des zones sujettes aux tremblements de terre et qu’un tremblement de terre était inévitable, les bâtiments, la population locale et les missions de recherche et de sauvetage auraient dû être prêts. Mais, quand nous regardons s’ils étaient réellement préparés, nous constatons qu’ils ne l’étaient pas », a déclaré Kaptan lors d'une entrevue. Kaptan a déclaré que cet état de non-préparation est révélateur d’une surveillance nulle de la construction des bâtiments, des matériaux utilisés pour la construction et de la conception des bâtiments.

Le professeur Naci Görür, membre de l’Académie des sciences, a également informé les médias locaux des avertissements répétés que lui et d’autres géologues ont adressés aux administrateurs provinciaux, mais n’ont reçu aucune réaction. Il y a deux ans, Görür, avait parlé d’un tremblement de terre potentiel frappant Kahramanmaras sur CNN Turk.

La Turquie est située dans une zone sismique active et a une histoire de tremblements de terre désastreux. Le pire tremblement de terre s’est produit à Erzincan en 1939, lorsqu’un tremblement de terre de magnitude 7,9 a fait près de 30000 morts.  En 1999, un séisme de magnitude 7,5 a tué 18000 personnes et laissé 250000 sans-abri.  Le dernier incident majeur s’est produit à Elazığ en 2020, faisant 1600 blessés et 41 morts. Lors de l’anniversaire du tremblement de terre de 1999 en 2021, les experts ont averti que si un tremblement de terre d’une ampleur similaire touchait le pays, des dommages encore plus importants seraient inévitables, soulignant l’absence de préparation gouvernementale ou de stratégies d’atténuation.

]]>
Un parti politique de femmes parvient à faire revivre une petite localité espagnolehttps://fr.globalvoices.org/?p=279840http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230612_135816_Un_parti_politique_de_femmes_parvient_a_faire_revivre_une_petite_localite_espagnoleMon, 12 Jun 2023 11:58:16 +0000Elles voulaient arrêter le dépeuplement du village… et elles ont réussi !

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Membres de AMPMA pendant la présentation de la candidature aux élections locales 2023 dans la mairie d'Angüés, Espagne. De gauche a droite, Ana Ruiz, María Jesús Agustín, Herminia Ballestín, Adela Alfaro et Mariella Araujo. Photo de Francisco Lomero (éditée), utilisée avec autorisation.

Mi-juin, un groupe indépendant exclusivement féminin, Mujeres por el Municipio de Angüés (AMPMA), entamera son deuxième mandat dans la mairie de la petite ville aragonaise d’Angüés, au nord de l'Espagne, après avoir obtenu, pour la deuxième fois, la majorité absolue aux élections municipales du 28 mai 2023. Sa législature constitue aujourd'hui le phénomène politique le plus particulier de l'histoire démocratique espagnole.

À Angüés, ville de la province de Huesca composée des communes d'Angüés, Bespén et Velillas, le groupe électoral AMPMA a obtenu 148 voix (58,73%) sur un total de 254 électeurs.

Resultados elecciones locales Municipio de Angüés 2023

Capture des résultats comparatifs 2019-2023 et nouvelle composition du Conseil municipal d'Angüés. Source : site officiel du ministère de l'Intérieur pour les élections 28M (2 juin 2023).

Leur gestion a été un phénomène politique très particulier pour plusieurs raisons : En 2019, elles ont renverséavec deux tiers des voix— la liste du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), qui avait gouverné sans opposition pendant 16 années consécutives, tout en faisant réduire l'apathie politique croissante reflétée dans l’abstention : cette année-là, la municipalité a enregistré une participation de 76,87 %, dépassée seulement en 2023 avec 80,37 %. Mais, sans aucun doute, sa plus grande victoire a été d'arrêter (et d'inverser) le dépeuplement qui semblait inévitable dans la municipalité.

Ce que personne n'attendait lors des élections de 2019

Le premier triomphe des femmes de l'AMPMA, dirigées par Herminia Ballestín (actuelle maire d'Angüés), a été l'une des grandes surprises électorales de 2019 lorsqu'elles ont battu, également à la majorité absolue, la liste du PSOE qui gouvernait la municipalité sans opposition depuis 2003.

Le groupe n'a de liens avec aucun parti politique, chaque citoyenne qui l'intègre a ses propres idées politiques. De plus, la majorité n'avait aucune expérience dans la gestion d'une législature, à l'exception de la Vétéran Herminia Ballestín, qui avait déjà été conseillère du PSOE. La conseillère María de Marco, qui figurait cette année sur la liste en tant que suppléante, se souvient:

Cuando nos presentamos no teníamos programa ni prácticamente sabíamos qué se podía hacer. Podíamos proponer cosas, pero no sabíamos cómo funcionaba un ayuntamiento.

Lorsque nous nous sommes présentées, nous n'avions pas de programme et nous ne savions pratiquement pas ce que pouvait être fait . On pouvait proposer des choses, mais on ne savait pas comment fonctionnait une mairie.

En effet, de nombreuses personnes se sont alors demandées combien de temps un groupe de femmes allait tenir dans le Conseil communal, et les blagues et commentaires sexistes ne manquaient pas. « Je pensais que c'était un problème qui avait déjà été surmonté, mais la théorie est une chose et la pratique en est une autre, surtout dans un petit village », a déclaré Ballestín à la chaîne de télévision La Sexta.

Quatre ans et une pandémie plus tard, ce groupe de femmes a démontré qu'elles étaient capables de surmonter l'une des pires crises sanitaires mondiales et, en plus, ont réalisé ce qui semblait impossible : stopper le dépeuplement, redonner vie à sa petite commune et décrocher le soutien retentissant de la population.

La plus grande conquête pour un peuple de « l'Espagne vidée »

Photo d'Angüés (Espagne), prise par l'auteure

D'après les données de l’Institut National de Statistiques (INE), en 1900, Angüés comptait 1022 habitants, mais le village a perdu plus de la moitié de sa population au long du XXème siècle. Cette tendance s'est poursuivie pendant les deux premières décennies du XXIème siècle, non seulement à Angüés, mais dans plusieurs zones rurales espagnoles, ce qu'on connaît aujourd'hui comme l'Espagne vidée, un concept qui fait allusion aux régions du pays qui ont subi l'exode rural vers les villes.

Vers 2019, lorsque l'AMPMA a remporté sa première législature, il ne restait plus que 354 habitants sur l'ensemble de la commune. Heureusement, cette tendance s'est non seulement arrêtée, mais, contre toute attente, elle s'inverse progressivement : Selon les dernières données officielles, le 1er janvier 2022, la population d'Angüés était de 368 habitants, et cette année on estime une population de 387 citoyens, ce qui représenterait une croissance de près de 10 % au cours des quatre dernières années.

Concernant la proposition du groupe, Herminia Ballestín a déclaré à Periódico de Aragón : « Je voulais changer un peu les choses, et nous avons pensé qu'il serait très intéressant de former cette option qui démontrerait à quoi ressemble la gestion féminine ».

La première chose qu'elles ont faite en assumant la législature en 2019 a été d’éliminer le salaire du maire et de retirer les téléphones portables, les primes et dîners de Noël des conseillers, payés par le conseil municipal : désormais, les conseillers ne supposent aucune dépense au village, ce qui a permis à la mairie d'économiser environ 12 000 euros annuels. De plus, elles ont réduit les coûts énergétiques en installant des panneaux solaires à l'hôtel de ville et en changeant l'éclairage public.

Pour attirer et fixer la population, elles ont créé un programme d'accompagnement à l'émancipation des jeunes et un projet à travers lequel le Conseil communal a acquis et rénové des maisons vacantes pour les proposer en location abordable aux familles qui souhaitaient s'installer dans la commune. Jusqu'à présent, trois maisons ont été habitées, et une quatrième, qui sera louée cette année, est en procès de restauration.

La fermeture de l'école est le signe incontestable de la mort d'une ville, mais à Angüés, la population enfantine a augmenté avec les nouvelles familles qui sont arrivées, ce qui a conduit à l'agrandissement de l'école locale avec l'ouverture d'une nouvelle classe maternelle, en plus de la création d'un programme de soutien scolaire gratuit, l'installation d'une nouvelle aire de jeux à Bespén (l'une des trois communes du village), la réouverture de la bibliothèque municipale et l'organisation d’ateliers de formation au travail et à l'entreprise.

De même, elles ont cherché à stimuler la vie sociale et la participation citoyenne avec des activités culturelles et récréatives telles que des concerts, conférences et séminaires, concours de photographie, spectacles pour toute la famille, fêtes traditionnelles et expositions.

Les améliorations ont pris du temps, mais elles ont été constantes et visibles. Le budget est très limité et une grande partie du travail doit être faite par par les conseillères elles-mêmes : « Pour cela, il faut une vocation de service, car vous vous occupez de tout et vous ne voyez pas un seul euro », réfléchit Ballestín, qui évalue sa première gestion comme « gratifiante ».

Avec l'expérience acquise au cours de ces quatre années et de la satisfaction de ce qui a été réalisé, le groupe a demandé sa réélection avec l'idée de poursuivre son travail de revitalisation avec de nouvelles propositions, et certain que désormais les citoyens leur feraient encore plus confiance.

Leur effort a été récompensé par le résultat catégorique du vote, qui leur garantit le second mandat. Herminia Ballestín assure :

Los pueblos están más vivos que nunca y solo hay que demostrarlo. Esta es nuestra forma de pensar y en esto basamos nuestro trabajo.

Les villages sont plus vivants que jamais, et il suffit de le prouver. C'est notre façon de penser et c'est sur cela que nous basons notre travail.

]]>
En Guinée, une forêt au cœur de la capitale disparaît à cause d'une urbanisation non-contrôléehttps://fr.globalvoices.org/?p=279548http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230609_113134_En_Guinee__une_foret_au_c__ur_de_la_capitale_disparait_a_cause_d_une_urbanisation_non-controleeFri, 09 Jun 2023 09:31:34 +0000La forêt est aussi une source d'approvisionnement en eau vitale

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Une forêt située au cœur de Conakry disparaît à vue d’œil en raison d'une urbanisation non-contrôlée qui détruit les derniers espaces verts disponibles.

Kakimbo est une des forêts classées de la République de Guinée. Elle est située dans la commune de Ratoma, au nord-est de Conakry qui comptait 1.6 million d'habitants selon le Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH-2014) et doit aujourd'hui dépasser les 2.3 millions.

En Guinée, le taux d'urbanisation est relativement peu à 3.81%  mais le rôle de cette forêt est capital. En effet, en raison de sa grande capacité de stockage des gaz à effet de serre, Kakimbo sert de puits de carbone et de rempart naturel contre le changement climatique. Mais l’anthropisation a considérablement réduit sa superficie qui est passée de 117 hectares à quinze hectares, en l’espace de quatre décennies.

Kantala Camara, chef de quartier adjoint de Ratoma centre est un quadragénaire et autochtone de cette forêt classée. Il se rappelle avec émotion des anecdotes sur Kakimbo qui pourraient remplir des pages d'histoires. Interviewé par Global Voices, il se souvient d'une de son enfance ; celle dans laquelle la forêt a une grande importance dans son imaginaire:

« Il y avait des fruits ici et là. Nous les récoltions et les mangions quand nous étions enfants. Mais aujourd'hui, Kakimbo n'inspire que craintes et incertitudes. Tout cela a été détruit maintenant. Ce n'est plus une forêt », raconte-t-il.

Forte de ses immenses grottes de 18m de hauteur et 8m de profondeur, la forêt classée de Kakimbo était autrefois un lieu de culte des Bagas, une communauté minoritaire de 60.000 habitants. Mariame Sylla, résidente de Ratoma centre, circonscription mitoyenne de Kakimbo se rappelle encore des bienfaits que cette forêt procure pour sa communauté Bagas et déplore:

Des gens venaient prier le génie de Kakimbo pour exaucer leur vœux. Kakimbo a été un lieu sacré pour les chefs d’État qui sont passés en Guinée notamment Sékou Touré (premier président de la Guinée de 1958 à 1984) et Lansana Conté (président de 1984 à 2008). L’équipe de Football de Hafia ne sortait jamais en compétition sans passer par là. Mais aujourd’hui, on en parle seulement parce que nous avons assez interpellé l’État pour sauver notre Kakimbo. Regardez les alentours, ce lieu est pourri.

Conakry perd progressivement son puits carbone

Tours Jumelles Kakimbo, érigés sur une partie de la forêt de Kakimbo. Photo de Aïssata Sidibe, utilisée avec permission

De 117 à 15 hectares, Kakimbo a connu une diminution de 75% en dépit du fait qu’elle fut « classée » en 1943, et déclarée « zone d’utilité publique » en octobre 1983.

Camara pointe du doigt les constructions anarchiques qui se sont installées près de la rivière Kakimbo, là où il y avait autrefois la forêt, jusqu'à l'emplacement actuel de la Radiotélévision Guinéenne. La source de Kakimbo a même été remplacée par deux tours jumelles et Camara dénonce une entorse à la loi:

Pourtant, nous n'avons pas vu de décrets qui déclassent cette forêt pour construire ces infrastructures.

Aujourd’hui, cette forêt a tout perdu. Ses alentours sont complètement dégradés. Le lieu ressemble à une forêt dégarnie, clairsemée, dont la biodiversité disparaît à un rythme vertigineux, du fait des constructions anarchiques, qui en se métastasant, ont empiété sur la superficie initiale de Kakimbo. Interviewé par Global Voices, le Commandant Mohamed Fofana, Directeur National des Eaux et Forêts au Ministère de l'Environnement et du Développement Durable (MEDD) s'exclame:

Nos forêts sont la proie privilégiée des citoyens, partout les constructions d’habitations sont faites même sur les berges de cours d’eau.

Des immeubles à caractères d’habitation construits au nez et à la barbe des autorités guinéennes continuent de grignoter cette forêt, comme l'explique Mohamed Lamaine Camara, locataire d’une des habitations construites au cœur de Kakimbo.

Ça fait 6 ans que j’habite ici. Nous avons de l’air tout le temps malgré que la forêt diminue.

Le cours d’eau qui traverse cette forêt paie également un lourd tribu à cause de l’urbanisation rapide et incontrôlée de la zone, explique Kantala Camara:

Maintenant on a pratiquement plus d’eau ici après la saison des pluies. En plus il fait très chaud actuellement. Le cours d’eau est bloqué par les constructions et les sources tarissent.

Voici ce qui reste de la forêt Kakimbo. Photo d'Aïssata Sidibe, utilisée avec permission

Activistes et acteurs de la société civile fortement impliqués

En face de cette situation alarmante, des activistes écologiques ne cessent de mener des initiatives et d'interpeller les autorités pour une protection de cette forêt classée. Oumou Hawa Diallo, jeune activiste climat fait du reboisement et de la restauration de cette forêt classée un combat personnel. Dans un reportage, le journal Le Monde parle de son engagement pour la conscientisation des Guinéens face aux défis environnementaux.

Mais au-delà des actions de la société civile, Vayanga Donzo, activiste climat en Guinée interpelle l’État. Au micro de Global Voices, il dit:

Le constat sur la situation actuelle de la forêt de Kakimbo est alarmant et très écœurant. Au-delà des ONG et des collectivités locales, l’État n’est pas impliqué dans la gestion de cette forêt alors qu’on peut même considérer cette forêt comme le poumon de la ville de Conakry. Il y a tellement d’industries qui rejettent des carbones dans cette ville. Kakimbo stocke ces carbones rejetés et joue un rôle très important dans l’équilibre écologique à Conakry. Il faut que l’État mène vraiment des actions conséquentes pour la survie et la sauvegarde de cette forêt.

Manque de collaboration entre ministères

Le manque de synergie d’actions entre les structures du Ministère de l’environnement et du développement durable (MEDD) et celles du Ministère de l’urbanisme, de l’habitat et de l’aménagement du territoire (MUHAT) ne sont pas exempts de tout reproche dans la persistance du mal qui ronge à petit feu la forêt de Kakimbo.

Le Commandant Mohamed Fofana, directeur national des eaux et forêts au MEDD déplore l’insuffisance de collaboration entre son département et celui de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’Aménagement du Territoire. Il regrette:

La collaboration entre le ministère de l’habitat et de l’environnement est mince malgré la mise en place d’une commission mixte qui n’a jamais été opérationnelle. C’est le département de l’habitat qui délivre généralement les permis de constructions dans les forêts.

Selon Fofana, la superficie restante de la forêt classée de Kakimbo qui est en voie de disparition, peut être sauvée si les dispositions idoines sont prises, notamment par une bonne coordination entre les départements en charge de l’environnement et celui de l’habitat. Il souligne:

Il est impérieux qu’il ait une bonne collaboration comme la réactivation de la commission mixte créée entre les deux ministères.

Ceci est essentiel car la forêt est aussi une source d'approvisionnement en eau:  Kakimbo loge en son sein au total sept forages de la Société des Eaux de Guinée (SEG).

Mais le cas de Kakimbo n'est malheureusement pas isolé. Malgré des mesures qui ont été prises depuis 2015 pour le déguerpissement des occupants de sa zone, le mont Kakoulima qui est pourtant classé, continue d'être envahi par les constructions anarchiques et des champs de cultures des populations. Un exemple très illustratif de la situation générale dans le pays, comm l'explique ce reportage vidéo de Caducée TV, un média guinéen d'information sur la santé et l'environnement:

En plus de son climat exceptionnel, la forêt de Kakimbo loge en son sein au total sept forages de la Société des Eaux de Guinée (SEG). Toutes ces choses lui ont valu le sobriquet de ‘‘poumon vert’’ de Conakry.

Hélas, Kakimbo, souvent nommé le poumon vert de la capitale, se trouve de plus en plus cloisonné et congestionné par le béton et l’acier des constructions anarchiques. C’est un poumon, qui, pour retrouver son élasticité et son activité de ventilation initiales doit subir une véritable thérapie de choc s'il doit continuer à jouer son rôle pour le bien de Conakry.

]]>
L'enseignement de l'histoire afro-brésilienne se heurte encore à des défis, malgré son entrée en vigueur il y a 20 anshttps://fr.globalvoices.org/?p=279703http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230608_193327_L_enseignement_de_l_histoire_afro-bresilienne_se_heurte_encore_a_des_defis__malgre_son_entree_en_vigueur_il_y_a_20_ansThu, 08 Jun 2023 17:33:27 +0000Etudier l'Afrique est devenu obligatoire dans les écoles brésiliennes.

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Andreia Tenório est enseignante dans l'école où elle a étudié lorsqu'elle était enfant, et elle essaie de donner aux élèves une expérience différente de celle qu'elle a vécue en apprenant l'histoire des Noirs . Photo: Léu Britto/Agência Mural

Ce texte a été rédigé par Jessica Bernardo et a été initialement publié le 8 février 2023 sur le site de Agência Mural. Il est repris ici dans le cadre d'un accord de partenariat avec Global Voices, avec quelques modifications.

Pour Mme Andreia Tenório, une noire de São Paulo âgée de 37 ans, les cours sur la période de l'esclavage provoquaient un sentiment de honte lorsqu'elle étudiait dans les années 1990 à l'école municipale d'enseignement élémentaire Général de Gaulle, dans le quartier de Jardim São Luís, au sud de la ville. Au Brésil, l'esclavage a été imposé pendant plus de trois siècles et n'a été aboli qu'en 1888.

«C'étaient les pires moments que j'ai vécus à l'école», se souvient-elle.

À cette époque, le récit de l'histoire des Noirs au Brésil se résumait aux horreurs de l'esclavage. D'autres sujets n'étaient pas abordés dans les écoles, comme l'histoire et la culture afro-brésiliennes, ou d'importantes figures noires brésiliennes, comme l'avocat et abolitionniste Luís Gama ou l'écrivaine Carolina Maria de Jesus.

Aujourd'hui, Mme Tenório est enseignante dans la même école où elle a étudié. La honte s'est depuis transformée en fierté maintenant qu'elle est capable de faire vivre aux élèves une expérience différente de ce qu'elle a vécu en classe.

Plus de la moitié de la population brésilienne s'identifie comme noire. Le pays était l'une des principales destinations des navires transportant des esclaves, qui ont été emmenés de régions où se trouvent aujourd'hui des pays comme le Nigeria, le Mozambique et l'Angola.

Les livres pour enfants que Mme Tenório utilise habituellement dans ses cours présentent des histoires dont les protagonistes sont noirs. Des sujets tels que la beauté des cheveux bouclés et la lutte contre le racisme font partie de la vie quotidienne de l'école, comme elle l'a expliqué à Agência Mural :

Teve uma coisa muito emblemática no ano passado: as meninas começaram a ir [para a escola] de cabelo solto e de black [power] também, de trancinha. Aí elas chegavam de trança e falavam “olha, professora, o meu cabelo tá trançado igual você faz”.

Il y a eu quelque chose de très symbolique l'année dernière : les filles ont commencé à aller [à l'école] avec les cheveux détachés et aussi en Black [power style], [et] avec des tresses. Elles arrivaient donc avec des tresses et disaient : «Regardez, professeur, mes cheveux sont tressés comme vous le faites».

Le changement dans les salles de classe à travers le pays ne vient pas seulement des efforts des enseignants, mais aussi d'un changement important dans la législation brésilienne.

Il y a vingt ans, l'enseignement de l'histoire et de la culture africaines et afro-brésiliennes est devenu obligatoire dans les écoles publiques et privées par la loi 10 639, adoptée par le président Luiz Inácio Lula da Silva (PT) lors de son premier mandat. Lula est devenu Président du Brésil pour la troisième fois en janvier de cette année.

Les lois stipulent que le programme scolaire doit inclure l'étude de l'histoire de l'Afrique et des Africains, la lutte des Noirs au Brésil, la culture noire brésilienne et les Noirs dans le développement de la société nationale, et ainsi préserver la contribution des Noirs dans les domaines social, économique et politique de l'histoire du Brésil.

« [Nous avons commencé à] examiner véritablement la contribution des Africains, et celle de leurs descendants, à toutes les périodes de l'histoire brésilienne. Dans les arts, dans les sciences, dans la résistance, au sein des forces armées, dans les institutions gouvernementales », a déclaré Mme Cibele Lima, 38 ans, éducatrice à l'EMEF Joaquim Bento Alves De Lima Neto, dans le district sud de São Paulo à Grajaú.

Même ainsi, a-t-elle déclaré, il est encore nécessaire d'investir davantage dans la formation des enseignants car beaucoup, d'après leur propre expérience, n'ont eu aucun contact avec le sujet même à l'université.

Elle a, par exemple, changé son approche pédagogique sur le sujet de l'esclavage après avoir suivi un cours sur l'éducation à l'ethnicité et au racisme pendant sa maîtrise en histoire.

Elle a également fait valoir que les avancées en la matière dans la vie scolaire doivent s'accompagner d'une plus grande discussion sur le racisme structurel dans la société. Elle a souligné :

Enquanto a gente estiver numa sociedade que reproduz o racismo de forma tão natural, que não enxerga e não reflete, isso vai estar dentro da escola também porque a escola é um reflexo, é uma micro sociedade.

Tant qu'on est dans une société qui reproduit le racisme de façon si organique qu'on ne le voit pas et qu'on n'y réfléchit pas, ça se passera aussi à l'intérieur des écoles parce que l'école en est le reflet, c'est une micro société.

Mme Caroline Vaz, résidente et enseignante de la ville d'Itapevi dans le Grand São Paulo, a déclaré que des cas de racisme continuaient de se produire parmi les étudiants, même si le sujet est désormais davantage abordé dans les classes.

L'enseignante a déclaré qu'elle avait déjà dû prendre des mesures contre les propos racistes tenus par des élèves et leur rappeler que le racisme est un crime. «À de nombreuses reprises, j'ai vu un élève se tourner vers un autre et l'appeler un ‘singe’ comme si c'était un bonjour», se souvient-elle.

Pendant les cours, Mme Vaz a noté qu'elle essayait régulièrement de travailler sur l'estime de soi des étudiants noirs et de discuter du sujet de l'ethnicité et du racisme au-delà du contenu standard du programme scolaire, comme l'apartheid en Afrique du Sud et l'esclavage.

Elle critique également la tendance des enseignants, en général, à enseigner une vision plus euro-centrée de l'histoire.

La géographe Mme Rose Bernardo est professeur de lycée à l'école E. E. Professor Clóvis De Silva Alves, à Itaquaquecetuba, également dans le Grand São Paulo. Elle soutient que le programme scolaire devrait accorder plus d'attention aux autres continents, ainsi qu'à l'Europe :

O aluno, às vezes, até acredita que a África é um país, que é tudo uma coisa só. [O currículo escolar] poderia ser mais abrangente nesse sentido de tornar a África tão comum para o aluno quanto a Europa.

Les étudiants pensent même parfois que l'Afrique est un pays, que tout est une chose. [Le programme scolaire] pourrait être plus complet dans le sens de rendre l'Afrique aussi familière aux élèves que l'est l'Europe.

L'enseignant a souligné que le continent africain possède l'un des écosystèmes les plus fascinants au monde, la savane, et occupe une place importante dans les discussions sur la sécurité alimentaire mondiale.

L'une des principales critiques formulées par les experts en éducation et les militants des droits des Noirs depuis l'entrée en vigueur de la loi il y a 20 ans est le manque de contrôle de son respect par les autorités éducatives municipales et étatiques.

Le sujet est également considéré comme important pour combler le fossé d'apprentissage entre les étudiants blancs et noirs. Une enquête de 2019 utilisant les données de Saeb (en portugais, Système de surveillance de l'éducation de base) a montré qu'il existe une différence mesurable significative dans le niveau d'instruction des élèves blancs et noirs au Brésil.

Les résultats ont montré que les différences d'apprentissage se produisent même lorsque les élèves appartiennent à la même classe socio-économique.

En mathématiques, parmi les élèves de statut socio-économique supérieur, 34,4 % des élèves blancs ont un niveau d'apprentissage adéquat, tandis que seulement 17,3 % des élèves noirs ont le niveau attendu. Parmi les étudiants de statut socio-économique inférieur, 15,8% des étudiants blancs ont les performances attendues contre 8% des étudiants noirs.

M. Billy Malachias, consultant en éducation au Centre d'étude des relations et des inégalités au travail (CEERT), considère que la loi 10.639 est un acquis pour les militants noirs et qu'elle a fait avancer la société concernant les discussions sur le racisme ces dernières années, mais que son respect n'a pas été uniforme dans tout le pays.

Il soutient que les écoles doivent investir dans l'éducation des élèves à une société diversifiée et que discuter de l'ethnicité et du racisme pendant l'éducation apprend aux gens à vivre ensemble.

Il propose de porter un nouveau regard sur tout ce que l'Afrique a à enseigner :

Foram os africanos que introduziram aqui técnicas de mineração, técnicas agrícolas. E isso não aparece de uma forma dinâmica, associado aos processos constitutivos do Brasil.

A escola tem muito a aprender com a [história da] África.

Ce sont les Africains qui ont introduit [diverses] techniques minières [et] agricoles ici. Et ce n'est pas présenté de manière proactive [dans l'éducation, ni] lié à la création du Brésil.

Les écoles ont beaucoup à apprendre de [l'histoire de] l'Afrique.

]]>
Cameroun : traitez du conflit anglophone et vous êtes morthttps://fr.globalvoices.org/?p=279692http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230608_185413_Cameroun___traitez_du_conflit_anglophone_et_vous_etes_mortThu, 08 Jun 2023 16:54:13 +0000L'État réprime durement les reportages critiques

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Capture d'écran d'une vidéo de la chaîne YouTube de France 24 montrant le Cameroun.

[Sauf indication contraire, tous les liens renvoient vers des sites en anglais]

Dans la capitale du Cameroun, Yaoundé, vit un boulanger pas comme les autres. Il ne voulait pas être boulanger, mais les circonstances l'ont forcé à le devenir pour rester en vie.

Lambert Kehven ne rêvait pas de devenir boulanger, mais journaliste. Il a commencé à travailler comme journaliste à Kumbo dans le département du Bui dans la région agitée du Nord-Ouest Cameroun pour un média local, Canal 2 International . Lorsque le conflit anglophone a culminé en 2017, il s'est retrouvé pris entre les forces de sécurité de l'État et des groupes armés non étatiques chacun voulant qu'il rapporte sa propre version de l'histoire. Ils voulaient lire ses rapports avant qu'ils ne soient publiés.

Kehven a été arrêté en décembre 2019, accusé de travailler avec des acteurs non étatiques, et libéré le 10 janvier 2020, lorsqu'il a fui la zone de conflit pour sa vie et sa sécurité.

Samuel Ajiekah Abuwe, communément appelé  Samuel Wazizi , qui a fait un reportage sur le conflit anglophone pour Chillen Media TV, n'a pas eu autant de chance. Il a été arrêté le 2 août 2019, parce qu'il aurait soi-disant laissé sa ferme être utilisée par des groupes armés et aurait filmé des atrocités militaires, dont il a fourni les images aux médias internationaux, a déclaré la police camerounaise aux journalistes .

Samuel Wazizi est mort en détention ; sa mort a été rapportée par Equinoxe TV lors des informations aux heures de grande écoute le 2 juin 2019. Sa famille n'a aucune idée de l'endroit où sa dépouille pourrait se trouver. L'armée a déclaré qu'il était mort d'une septicémie, aucune enquête indépendante n'a été ouverte et les journalistes n'osent pas poser de questions ou enquêter de peur d'être tués.

Alors que les journalistes camerounais traitaient toujours le cas de Wazizi, un autre journaliste, Kingsley Fomunyuy Njoka, a été arrêté le 15 mai 2020, en lien avec ses reportages et publications sur Facebook sur le conflit anglophone, pour avoir prétendument obtenu ses informations en « parrainant » des terroristes dans la région. Njoka a été gardé dans un lieu secret pendant des semaines. Le tribunal militaire l'a par la suite inculpé d'actes de terrorisme et il attend son procès depuis environ deux ans.

Le cas le plus récent est le meurtre de Martinez Zogo [fr], un journaliste radio disparu enquêtant sur la corruption et dont les restes mutilés ont été retrouvés le long de la route de Soa, dans la périphérie de Yaoundé, le 22 janvier. Reporters sans frontières qualifie cela de « crime d'État ».

Les scénarios peints ci-dessus décrivent comment les journalistes qui formulent des critiques dans leurs reportages sur le conflit anglophone, à la fois en ligne et hors ligne, sont soit emprisonnés, soit forcés de déserter les zones de conflit et le journalisme ou meurent dans le processus. Ceci montrent également jusqu'où l'État peut aller pour faire taire la dissidence et réprimer les reportages critiques.

Le conflit anglophone

Le conflit anglophone [fr] est profondément enraciné dans l'histoire de la partition de l'Afrique où le Cameroun a été partagé entre la France et la Grande-Bretagne, la première ayant une plus grande part. Le Cameroun français a obtenu son indépendance en premier (le 1er janvier 1960). La partie anglaise devait obtenir son indépendance en rejoignant le Cameroun français ou le Nigeria. Ils ont choisi de rejoindre le Cameroun français pour former une fédération à deux États, mais les termes de la fédération se sont érodés et la partie anglaise a été marginalisée, ce qui s'est métamorphosé en crise puis en conflit.

En 1972, une nouvelle constitution a révoqué l'autonomie des parties anglophones du pays, donnant plus de pouvoir au Président, entraînant des frictions avec les dirigeants de l'ancienne région anglophone autonome du Southern Cameroons. La négligence, la marginalisation et l'érosion des termes de la fédération sont les causes profondes du conflit anglophone en cours au Cameroun, avec des effets dévastateurs.

Le conflit anglophone a atteint son apogée en 2016 lorsque des enseignants et des avocats sont descendus dans la rue avec des rameaux symbolisant la paix pour dénoncer la dilution des systèmes d’éducation et de droit anglo-saxons . L'État a répondu avec forcearrêtant et emprisonnant les dirigeants. Les tendances séparatistes se sont imposées et des groupes armés non étatiques ont pris les armes contre les forces de sécurité de l'État.

Sept ans plus tard, le conflit se poursuit et le gouvernement ne tolère pas les opinions critiques sur sa gestion des affrontements.

Quatre mille civils ont été tués à la fois par des agents de sécurité de l'État et des groupes armés non étatiques, avec 87 000 réfugiés au Nigéria et 628 000 personnes déplacées à l'intérieur du pays en décembre 2022 . Les arrestations liées au conflit ont eu lieu en vertu du Code pénal punissant les actes de sécession et de terrorisme, de crime et de menace à l'intégrité territoriale. Le gouvernement ne définit pas qui est terroriste, mais la loi antiterroriste semble piéger plus de journalistes que de terroristes dans ses filets. Les journalistes arrêtés n'ont pas droit à un procès équitable devant un tribunal indépendant et impartial, mais ils sont jugés par un tribunal militaire.

Liberté de la presse

La liberté de la presse est inscrite dans le préambule de la constitution camerounaise. « La liberté de communication, d'expression, de la presse, de réunion, d'association et de syndicalisme, ainsi que le droit de grève, sont garantis dans les conditions fixées par la loi. Pourtant, le Cameroun est décrit comme le troisième pire geôlier de journalistes par le Comité pour la protection des journalistes (CPJ). L'Association camerounaise des journalistes anglophones ( CAMASEJ ) a déclaré qu'environ 80 journalistes avaient fui les deux régions et qu'un total de neuf journalistes avaient été arrêtés en 2022.

Le gouvernement a été critiqué pour avoir limité la liberté de la presse et réprimé les journalistes et les médias qui le critiquent. Selon l’ Indice mondial de la liberté de la presse 2021 , le Cameroun se classe 135e sur 180 pays, en baisse par rapport à son classement de 2020 qui le plaçait à la 134e place. Le rapport note que les journalistes au Cameroun sont victimes de harcèlement, d'intimidation et d'agressions physiques, et que le gouvernement a suspendu ou fermé les médias qui traitent de sujets sensibles ou critiquent les responsables gouvernementaux. En outre, le gouvernement a été accusé d'utiliser la loi antiterroriste de décembre 2014 pour faire taire la dissidence et restreindre la liberté d'expression.

En 2022, le CPJ a rejoint Amnesty International et 29 autres organisations de la société civile, locales et internationales, dans une lettre exigeant que le Président Biya libère les personnes arrêtées pour avoir exercé leur droit à la liberté d'expression, parmi lesquelles les journalistes Tsi Conrad, Mancho Bibixy, Thomas Awah et Kingsley, Fomunyuy Njoka.

Le CPJ soutient que les journalistes ne sont pas des terroristes, mais le gouvernement brandit l’intégrité territoriale, la paix sociale et la sécurité pour justifier ses actions. Le porte-parole du gouvernement, le ministre de la Communication, René Sadi , a tacitement mis en garde les journalistes contre le ternissement de l'image du pays, affirmant que «l'incitation à la violence et à l'hostilité contre la patrie n'est pas tolérable dans un État de droit et dans une société de liberté et de responsabilité ».

Les journalistes ne sont pas restés silencieux. La Journée mondiale de la liberté de la presse 2022 a permis à la CAMASEJ de manifester son mécontentement face au traitement des journalistes et d’inviter les forces de sécurité de l'État et les groupes armés non étatiques à mettre fin aux attaques contre les journalistes. Cela a fait peu de différence.

Veuillez visiter la page du projet Unfreedom Monitor pour plus d'articles.

]]>
300 chiens et chats évacués de l'est de l'Ukraine grâce à l'association Kyiv Animal Rescue Grouphttps://fr.globalvoices.org/?p=279055http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230608_181314_300_chiens_et_chats_evacues_de_l_est_de_l_Ukraine_grace_a_l_association_Kyiv_Animal_Rescue_GroupThu, 08 Jun 2023 16:13:14 +0000Il est difficile d'accueillir tous les animaux faute de surcharge des refuges.

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Kyiv_Animal_Rescue_Group

Photo de Kyiv Animal Rescue Group reproduite sur Свої.City. Reproduite avec permission.

Cet article, écrit par Valeria Panasenko, a tout d'abord été publié sur Свої.City, un magazine en ligne ukrainien. Une version abrégée et modérément éditée est republiée sur Global Voices dans le cadre d'un accord de partenariat médiatique.

Les bénévoles de l’association de protection animale, Kyiv Animal Rescue Group, sauvent des animaux depuis 2014. Jusqu'à l'hiver 2022, ils n'avaient secouru des animaux que dans la capitale Kyiv et ses environs. Mais au mois de décembre, ils ont effectué leur première opération d'évacuation dans la partie Est de l'Ukraine qui, en raison de la guerre à grande échelle menée par la Russie, a subi de lourds bombardements. Depuis, les bénévoles ont déjà accompli quatre missions d'évacuation dans l'Est : ils se sont rendus deux fois à Bakhmut et deux fois dans la région voisine de Chasiv Yar où ils ont réussi à sauver près de 300 chats et chiens, ainsi qu'un bouc.

Kyiv_Animal_Rescue_Group

Image d'un bouc secouru par Kyiv Animal Rescue Group et reproduite sur Свої.City. Reproduite avec permission.

Selon Mykhailo Storozhuk, un bénévole de l'association : « Normalement, nous nous y rendons en petit groupe : seulement deux personnes pour un ou deux minibus afin d’avoir un maximum de places pour sauver le plus d’animaux possible. Mais récupérer les animaux de la zone de conflit n’est pas le seul problème que rencontrent les bénévoles. Il est difficile de les accueillir correctement, car tous les refuges de la région de Kiev et des régions avoisinantes sont débordés. »

« Les animaux qui ont besoin de notre aide sont faciles à trouver, car, en général, ils sont à la recherche de nourriture. Ils sont tous très différents et nous ne pouvons pas tous les recueillir. C’est pourquoi nous nous concentrons d’abord sur ceux qui ne pourraient pas survivre seuls dans la rue, comme les animaux de compagnie qui vivaient confortablement chez leurs propriétaires et qui étaient nourris. Ou bien encore ceux qui sont blessés ou gravement malades. »

Kyiv_Animal_Rescue_Group

Photo de Kyiv Animal Rescue Group reproduite sur Свої.City. Reproduite avec permission.

Tous les bénévoles de l’association ont l’expérience des situations d’urgence ou ont déjà travaillé avec des animaux. Le bénévole explique : « Nous avons tous suivi des cours et des formations. Par exemple, je suis spéléologue et cordiste. Je peux travailler avec des cordes, grimper aux arbres et aller sous terre. La plupart des membres de notre équipe ont travaillé dans des refuges pour animaux. Certains sont aussi juste des touristes, sont spéléologues ou explorateurs souterrains. »

En général, les volontaires viennent pour plusieurs jours et travaillent du matin au soir pour inspecter chaque recoin des villes situées sur le front et sauver les animaux blessés et vulnérables. Storozhuk ajoute :

Ми намагаємося забрати якомога більше тварин за менший проміжок часу, щоб не знаходитися у небезпечному місці довго. Тобто ми приїжджаємо на точку, швиденько завантажуємо тварину й їдемо далі, бо прильоти там майже щохвилини. Перші дві місії в Бахмуті ми працювали майже по 10 днів. Ночували в Слов’янську, а зранку їхали знову туди. 

Nous essayons de récupérer le plus d'animaux possible en un minimum de temps afin de ne pas rester trop longtemps dans une zone dangereuse; nous arrivons à un endroit (où se trouve un animal), nous le chargeons rapidement dans le véhicule et nous continuons à rouler, au milieu des bombardements intensifs (presque toutes les minutes). Lors des deux premières missions à Bakhmut, nous avons travaillé presque dix jours d'affilée. On dormait à Slovyansk et retournait à Bakhmut dès le lendemain matin.

Les difficultés rencontrées par les évacués et leurs animaux

En raison d'un manque de personnel, le groupe de sauvetage animalier ne peut se déplacer qu'une fois par mois. Selon Storozhuk, ces interventions occasionnelles présentent également des avantages; les bénévoles ont alors plus de temps pour trouver des foyers pour les animaux qu'ils ont recueillis et faire de la place pour de nouvelles arrivées :

Ми прилаштовуємо тварин всюди, де є ще місце. Це і приватні притулки, і волонтери, які приймають по одній-дві тваринки до себе додому. На жаль, ми маємо дуже багато покинутих тварин, бо часто люди їдуть, самі не знаючи куди. Переселенці часто не можуть знайти житло, куди готові пустити з тваринами. А ще більше людей живе в шелтерах по кілька десятків людей у кімнаті. Очевидно, що вони не можуть взяти туди дві вівчарки.

Nous relogeons les animaux là où il y a de la place. Tant dans les refuges privés que chez les bénévoles qui accueillent un ou deux animaux chez eux. Malheureusement, nous avons beaucoup d'animaux abandonnés, car leurs propriétaires s'enfuient souvent de leur maison sans savoir où ils vont aller. Généralement, les évacués ne peuvent pas trouver de logement qui accepte les animaux. Aussi, de plus en plus de personnes vivent dans des abris; ils sont parfois plusieurs dizaines dans une seule pièce. Il est évident qu'ils ne peuvent pas y emmener deux chiens de berger par exemple.

Kyiv_Animal_Rescue_Group

Photo de Kyiv Animal Rescue Group reproduite sur Свої.City. Utilisée avec permission.

Cependant, malgré ces difficultés, de nombreux propriétaires d'animaux de compagnie souhaitent les récupérer après avoir trouvé où se loger. Après avoir sécurisé un logement et un emploi, de nombreuses personnes demandent aux bénévoles de retrouver et de mettre leurs animaux en sécurité.

« Nous sommes heureux d’évacuer les animaux que les propriétaires sont prêts à reprendre. Nous les recherchons et les secourons. Mais il arrive parfois qu'il soit déjà trop tard; les propriétaires ont laissé leur animal chez un voisin, le voisin a été évacué et a laissé l'animal chez quelqu'un d'autre. Il n'est pas toujours possible de retrouver leurs animaux, » explique avec tristesse Storozhuk.

Mais beaucoup de personnes ne veulent pas partir sans leurs animaux. Certains refusent d'être évacués parce qu'elles ne veulent pas les abandonner.

Є такі люди, які чекають, щоб вивезли їхніх тварин. І тільки після цього вони погоджуються їхати самі. Їх небагато, але такі люди існують, і це не може нас не радувати. Люди розповідають, що їх не хочуть евакуювати разом із їхніми котами та собаками, тому вони вимушені залишатися. У таких випадках ми кличемо на допомогу волонтерів, які вивозять із зони бойових дій людей, а самі забираємо тварин.

Certains attendent que leurs animaux soient évacués avant de faire de même. Ces personnes sont rares, mais elles existent, et cela ne peut que nous réjouir. Les gens nous disent que personne ne veut les évacuer avec leurs chats et leurs chiens; c'est pourquoi ils sont obligés de rester. Dans de tels cas, nous demandons l'aide de bénévoles pour évacuer la personne de la zone de conflit et nous secourons nous-mêmes les animaux.

Les animaux ont peur et veulent être secourus

Les bénévoles emportent toujours de la nourriture pour animaux avec eux, car ils savent qu’en raison de la pénurie, il est difficile pour les habitants de se nourrir, et encore moins leurs animaux. En général, ils transportent environ deux tonnes de croquettes pour les chats et les chiens abandonnés. Ils les donnent aux propriétaires pour qu'ils nourrissent leurs propres animaux de compagnie, mais aussi aux animaux errants qu'ils pourraient rencontrer.

Selon le bénévole : « Avant chaque mission, nous demandons à toutes les personnes concernées d'aider à collecter des fonds pour acheter de la nourriture pour animaux ou de nous en faire don. Il arrive souvent que des voisins se retrouvent avec beaucoup d'animaux à prendre soin. Par exemple, dans une rue de Bakhmut, une dame âgée nourrissait tous les animaux abandonnés. Ils étaient des dizaines. »

D’après les bénévoles, les animaux abandonnés de la région de Donetsk sont très chaleureux. Ils ont peur et semblent vouloir partir de la zone de conflit.

Kyiv_Animal_Rescue_Group

Photo de Kyiv Animal Rescue Group reproduite sur Свої.City. Utilisée avec permission.

Storozhuk explique : « Les chats et les chiens qui vivent au milieu des bombardements sont très faciles à attraper, même s'ils ne nous connaissent pas. Ils sont gentils et affectueux. Lorsque vous essayez d'attraper un chat errant à Kyiv, il est sauvage et agressif et ne vous laisse pas l’approcher. Au contraire, ces animaux se comportent comme s'ils disaient : “Emmenez-nous loin d'ici, sortez-nous d'ici”. Dès que nous ouvrons les cages et que nous leur donnons de la nourriture, ils foncent à l'intérieur. »

]]>
Rapport de Unfreedom Monitor : l'expressionhttps://fr.globalvoices.org/?p=279625http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230607_205500_Rapport_de_Unfreedom_Monitor___l_expressionWed, 07 Jun 2023 18:55:00 +0000Un extrait de la recherche Advox sur la liberté d'expression

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Image reproduite avec la permission d'Ameya Nagarajan

Les régimes autoritaires entretiennent depuis longtemps une relation compliquée avec les médias et les technologies de la communication. Unfreedom Monitor est une initiative de recherche de Global Voices Advox qui examine le phénomène croissant de l'autoritarisme en réseau ou numérique. Ce billet est un extrait du résumé exécutif du rapport sur l'expression, de la série de recherches qui sortira sous Unfreedom Monitor. Lire le rapport complet ici .

La liberté d'expression est un précepte fondamental de la démocratie, car ce droit permet aux citoyens et aux médias de tenir l'État responsable de ses actions dans la gouvernance d'un pays. Restreindre la liberté d'expression a été une méthode clé pour faire progresser l'autoritarisme numérique. L'étude de cas du Rwanda révélera que le gouvernement utilise une litanie de lois répressives complétées par des technologies de surveillance et des mesures de répression menées par l'État pour cibler les voix dissidentes. La plupart des voix dissidentes arrêtées qui osent remettre en question le statu quo ou contester le récit de l'État sur les événements qui ont conduit au génocide de 1994 risquent des peines de prison atroces. Dans certains cas, des journalistes et des militants de partis d'opposition ont été assassinés ou sont morts dans des circonstances suspectes.

L'avènement de la technologie de surveillance numérique au Rwanda et son utilisation par le gouvernement à des fins de surveillance des voix alternatives a eu un effet dissuasif sur la liberté de la presse. Le Rwanda a été pointé du doigt comme un client clé du logiciel espion israélien NSO, Pegasus, qui a été utilisé pour espionner les opposants politiques au régime du président Paul Kagame et, dans un cas particulier, pour s'immiscer dans les communications privées du président sud-africain Cyril RamaphosaC'est une affirmation que le régime de Kagame a niée avec véhémence. En octobre 2019, il a été signalé qu'une vulnérabilité de WhatsApp avait été manipulée à l'aide du logiciel espion Pegasus pour cibler des dissidents rwandais, parmi lesquels un journaliste et un membre d'un parti d'opposition (Amnesty, 2021).

Le droit à la vie privée et à la protection des données en ligne est impératif principalement en raison de son rôle de facilitateur strict pour la réalisation d'autres droits tels que la liberté d'expression, la liberté d'accès à l'information et la liberté d'association, entre autres. Cependant, l'utilisation de la technologie de surveillance par les gouvernements pour cibler les journalistes et les militants est contraire à la démocratie car les cibles d'une telle surveillance ne peuvent pas exercer librement leur droit à la liberté d'expression dans leur domaine de travail. Ce rapport examine le domaine thématique de la parole dans le cadre de Unfreedom Monitor, en soulignant la gamme de menaces et de récits dirigés par l'État pour étouffer ces libertés. Nous utiliserons la République du Rwanda comme étude de cas.

Lire le rapport complet  ici .

Unfreedom Monitor

Les régimes autoritaires entretiennent depuis longtemps une relation compliquée avec les médias et les technologies de la communication. Unfreedom Monitor est une initiative de recherche de Global Voices Advox qui examine le phénomène croissant de l'autoritarisme en réseau ou numérique.

Téléchargez un PDF du rapport sur l'expression .

]]>
S'adapter aux changements de Twitter et au nouveau paysage des réseaux sociauxhttps://fr.globalvoices.org/?p=279605http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230607_183809_S_adapter_aux_changements_de_Twitter_et_au_nouveau_paysage_des_reseaux_sociauxWed, 07 Jun 2023 16:38:09 +0000Les difficultés de Twitter modifient le paysage des réseaux sociaux

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Avec l'aimable autorisation de Sydney Allen via Canva

Lorsqu'Elon Musk est entré au siège de Twitter en tant que nouvel actionnaire majoritaire, tout a basculé. Dès ses deux premières semaines aux commandes, il a décidé de vendre les badges de vérification de Twitter au prix de 7,99 USD après un processus d'authentification rapide – permettant aux propriétaires de comptes douteux ou faux de vérifier leurs identifiants, simplement en payant. Il a également décidé d’absoudre les comptes Twitter problématiques, notamment ceux de Donald Trump et de Kanye West.

Nisrine Malik, journaliste du Guardian, a souligné que bien plus qu’une simple plateforme, Twitter était « sur le point de se transformer en un outil  dérangeant et potentiellement dangereux », dirigé par une personne déterminée à régner sur une « place publique numérique » de laquelle elle pouvait promouvoir sa propre version de la liberté d'expression.

AdAge, un site de média numérique axé sur le marketing, a rapporté que depuis la prise de contrôle de Musk, les profils des annonceurs de Twitter ont changé, des sociétés de premier ordre étant remplacées par des marques obscures. 50 sur 100 des principaux annonceurs de Twitter ont suspendu leurs dépenses publicitaires dans ce média.

Selon l'organisation à but non lucratif américaine Media Matters for America, « suite à la sensibilisation directe, aux controverses et aux avertissements de la part des acheteurs de médias, Twitter a connu un départ massif de son personnel et un retrait des annonceurs ». Avant Musk, Twitter survivait grâce à deux sources de revenus : les publicités et les licences de données. Avec le ralentissement de l’un de ses revenus,  Twitter voit son avenir s'assombrir.

Pourquoi le sort de Twitter a-t-il autant d’importance ?

Nombreux sont ceux qui se demandent en quoi le sort de Twitter est important. A cette question peuvent être apportées des réponses courtes ou détaillées, telles que résumées par Morten Rand-Hendriksen, blogueur sur TikTok. Dans une vidéo sur le sujet, M. Rand-Hendriksen a déclaré :

Twitter est devenue une infrastructure de notre société moderne. Je veux dire par là que Twitter est devenue la seule grande plateforme sur Internet où, lorsqu'un événement se produit, les gens peuvent très rapidement obtenir des informations, trouver des sources crédibles qui en parlent et, surtout, accéder à ces informations sans avoir besoin d'une connexion Internet à haut débit.

Il est intéressant de savoir comment Rand-Hendriksen définit Twitter, non pas comme une simple plateforme, mais comme une infrastructure. Sans mettre Twitter sur un piédestal, dans une certaine mesure, à son apogée, Twitter a perturbé la manière dont les utilisateurs obtenaient et accédaient à l'information. L'un des principaux atouts de Twitter est sa capacité de diffusion. Les personnes vivant dans des régions du monde où les connexions Internet sont de qualité inégale peuvent toujours utiliser Twitter et accéder aux mêmes informations de dernière minute que les personnes vivant dans des pays offrant l'Internet à haut débit.

En tant qu'organisation, Global Voices a exploité la capacité de diffusion de Twitter et l'a utilisée pour se connecter et s'engager auprès de notre public et de notre communauté dans le monde entier. Cette année, nous avons commencé à réorganiser notre stratégie d'engagement sur Twitter, y compris un engagement audio régulier par le biais de Twitter Spaces. Toutefois, étant donnée l’instabilité de la plateforme, il est peut-être temps d'explorer d'autres moyens.

L'émergence de Mastodon

Global Voices est présente sur de nombreuses plateformes de réseaux sociaux. Outre Twitter, nous sommes actifs sur les plateformes suivantes : FacebookInstagram et LinkedIn. Récemment, nous avons relancé notre Tumblr et avons commencé à partager régulièrement des mises à jour sur Mastodon.

Actuellement, aucune plateforme sociale n'est sûre ni éthique, ce qui créé un vide mais également une opportunité pour les plateformes émergentes, telles que la plateforme open-source Mastodon. Mastodon est une plateforme de réseaux sociaux décentralisée ou, selon ses propres termes, « une plateforme de microblogging innovante, open-source et auto-hébergeable, similaire à Twitter ou Tumblr », développée par Eugen Rochko, un programmeur russo-allemand. Mastodon et Twitter sont toutes deux des plateformes de réseaux sociaux, mais la similitude s'arrête là. Les utilisateurs qui souhaitent une expérience utilisateur facile ou  un système qui en mette plein la vue seront extrêmement déçus par Mastodon. Comme l'a dit un internaute, Mastodon est « le Linux des réseaux sociaux », ce qui signifie qu'il s'agit d'une réalisation open source impressionnante qui, malheureusement, risque d'être totalement inaccessible aux utilisateurs ordinaires qui ne sont pas particulièrement versés dans la technologie.

Alors, qu’est- ce qui rend Mastodon  particulièrement attractive ? D'une part, la plateforme dispose de « politiques strictes de lutte contre l'abus et la discrimination ». Contrairement à Twitter, les algorithmes ne dictent pas la popularité d'un message. Au lieu de cela, les messages des internautes peuvent être amplifiés grâce à des « coups de pouce », similaires à la fonction Retweet de Twitter.

Il est conseillé aux utilisateurs qui envisagent de quitter Twitter ou d'interrompre leur activité sur Twitter pour une durée indéterminée de suivre ces quelques lignes directrices :

  1. Téléchargez vos données Twitter
  2. Ne supprimez pas votre compte. Il faut 30 jours à Twitter pour traiter une demande de désactivation. Ensuite, n'importe qui peut reprendre votre ancien identifiant.
  3. Protégez vos tweets. Dans vos paramètres de confidentialité et de sécurité, consultez la section « Audience et tagging » et activez l'option « Protégez vos tweets »

L'avenir à long terme de Twitter reste incertain. Pour l'instant, Global Voices s'engage à rester sur Twitter, mais avec moins d'énergie et d'efforts. Twitter Spaces continue, tout comme les mises à jour et les annonces. Cependant, les projets pilotes et les expériences seront suspendus jusqu'à ce que nous ayons une idée plus claire de l'avenir de Twitter et de la manière dont nous pourrons nous connecter avec les lecteurs, les membres de la communauté et les alliés de Global Voices.

]]>
Changement climatique et activités minières: l’agonie de deux fleuves en Côte d’Ivoire et au Malihttps://fr.globalvoices.org/?p=276691http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230310_133511_Changement_climatique_et_activites_minieres__l___agonie_de_deux_fleuves_en_Cote_d___Ivoire_et_au_MaliFri, 10 Mar 2023 12:35:11 +0000L'orpaillage a un impact énorme sur l'écologie des rivières

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Le fleuve Sassandra, autrefois bordé de mangroves avec ses eaux poissonneuses. Photo utilisée avec l'autorisation de CENOZO

Cet article est à retrouver sur le site du CENOZO. Il a été rédigé par Aïssatou Fofana (Côte d’Ivoire), Abou Traoré (Côte d’Ivoire) et Kangaye Sangaré (Mali) dans le cadre du projet “Afrique de l’Ouest face au changement climatique” avec le soutien de la CENOZO. Cette version modifiée est publiée dans le cadre d'un accord entre Global Voices et CENOZO. 

Les fleuves Sassandra et Niger sont deux des plus importants fleuves d’Afrique de l’Ouest. Ils constituent une source d’eau essentielle pour des millions de personnes et abritent une faune abondante. Malheureusement, le changement climatique et l’activité humaine, notamment minière, ont un effet dévastateur sur ces deux cours d’eau, les rendant de plus en plus inhabitables pour de nombreuses espèces et menaçant les moyens de subsistance de ceux qui en dépendent. Notre enquête, réalisée avec le soutien de la CENOZO et du Centre for Investigative Journalism (CIJ) révèle l’ampleur du phénomène.

Guessabo, localité située à l’ouest de la Côte d’Ivoire, à 440 Km d’Abidjan, est une ville carrefour qui avait la réputation d’être “la cité du poisson” en Côte d’Ivoire. On y trouvait les meilleurs et les plus gros poissons de la région : de toutes les sortes, frais comme fumés, de tous les goûts et pour toutes les bourses.

Aujourd’hui, le changement climatique et certaines activités humaines ont eu raison de cette activité florissante d’antan. En janvier 2016, nous révélions déjà comment les pêcheurs faisaient face à ce phénomène. En effet, depuis 2005, les choses n’ont fait qu’empirer. En plus de l’assèchement du fleuve, c’est la pratique clandestine de l’activité minière des villages environnants qui menace le bien-être des communautés résidant autour du fleuve.

Selon une étude dénommée “Hydrologie et morphologie de l’estuaire du fleuve Sassandra, Basse Côte d’Ivoire”, menée en 2015 par des chercheurs de l’Université Félix Houphouët Boigny (UFR des Sciences de la Terre et des Ressources Minières, Département de Géosciences Marines), du Centre de Recherches Océanologiques d’Abidjan (CRO), du Laboratoire de Physique et de Géologie Marine (PHYGEM), et du Centre Universitaire de Recherche et d’Application en Télédétection (C.U.R.A.T.), l’assèchement du fleuve Sassandra est une réalité depuis plusieurs années.

Le phénomène de retournement des eaux dû au changement climatique et l’action humaine

Une étude de chercheurs de l’Université Jean Lorougnon Guédé de Daloa (ville du Centre-Ouest de la Côte d'Ivoire), met en exergue la toxicité de l’eau du fleuve Sassandra qui devrait alimenter, en amont du barrage de Buyo, les villes de la région du Haut Sassandra et du département de Duekoué en eau potable. Les résultats de cette recherche ont démontré que

“Les intrants agricoles, les activités d’orpaillage et les déchets ménagers entraînent une forte contamination des eaux de ce fleuve en éléments traces métalliques (ETM) ». Ce qui augmente, expliquent les chercheurs, « la pollution par les métaux des écosystèmes aquatiques en raison des effets de l’urbanisation, de l’agriculture, des activités d’orpaillage et dans une moindre mesure de l’industrialisation.

Une autre conclusion des résultats de cette recherche stipule que « les concentrations élevées de mercure et de cuivre dans les sédiments du lac Guessabo constituent donc un danger potentiel et font de ces sédiments une source endogène de pollution ». Ce qui aurait un impact sur la santé des individus qui consomment les poissons du fleuve, et l’eau du barrage.  Un autre élément, la perturbation de l’écosystème du fleuve dû à ces activités, favorisant ainsi la disparition de certaines espèces de poissons. Pour cause, “les polluants métalliques peuvent passer dans la colonne d’eau lorsque les conditions sont favorables, engendrant ainsi des effets néfastes sur la qualité des eaux et sur la vie aquatique”.

L’enrichissement en mercure – un métal caractérisé par un liquide argenté qui est une substance très toxique – « enregistré dans cette zone serait sans doute dû aux principales activités humaines que sont l’agriculture (insecticides, fongicides, bactéricides et herbicides), la peinture, l’utilisation des appareils électriques et des produits pharmaceutiques. La mauvaise gestion des déchets dans la zone serait à l’origine de cette pollution », rapporte l’étude. Des risques écologiques qui pourraient se traduire par la pollution du fleuve, des eaux souterraines, donc de la nappe phréatique.

L’envie de gagner plus d’or pousse les orpailleurs à utiliser abusivement divers moyens techniques (dragues, engins…) et des produits toxiques (mercure, cyanure…) qui, selon le rapport d’Évaluation Initiale de la Convention de Minamata, rejetés dans l’air lors du brûlage des amalgames mercure-or, dans les eaux et le sol lors du processus d’amalgamation des minerais d’or,  constituent un danger pour l’environnement et l’homme.

Le fleuve Sassandra en Côte d’Ivoire, n’est pas un cas isolé de contamination par les activités minières et sujet aux effets du changement climatique. Le fleuve Niger au Mali, est dans la même tourmente.

Le fleuve Niger au Mali, également menacé par l’orpaillage

Depuis 2001, le Mali est troisième producteur d’or du continent après l’Afrique du Sud et le Ghana. Ces dernières décennies, la course à l’or s’est intensifiée et par ricochet la prolifération des sites d’orpaillage traditionnels. Dans les régions de Sikasso (cercle de Yanfolila), dans la région de Koulikoro, ou encore à Kayes, cette activité d’extraction d’or pollue les fleuves, en l’occurrence le fleuve Niger dont 42% de la longueur totale traverse le Mali selon le rapport sur l’état du fleuve Niger au Mali.

Toujours dans le même rapport, il est dit qu’il constitue la principale source d’eau de surface du pays et trois Maliens sur quatre sont installés dans le bassin du Niger et vivent d’une façon ou d’une autre de ses ressources.

L’exploitation aurifère par dragage qui est une opération qui consiste à extraire l’or contenu dans les sables, les graviers et les sols des cours d’eau est aussi très pratiquée dans la zone. Il est effectué avec des produits chimiques comme le mercure et le cyanure. Le dragage constitue une grave menace pour le fleuve et les espèces qui y vivent.

Face à ce désastre environnemental, le gouvernement malien avait suspendu les activités d’exploitation aurifère par drague sur les cours d’eau au Mali pour une durée de 12 mois à compter du 15 mai 2019. Mais peine perdue. Une fois ce délai expiré, les promoteurs de dragues ont repris leurs activités.

« Même si on suspendait complètement les activités d’orpaillage par dragage dans les fleuves au Mali, il va falloir attendre 20 ans pour dépolluer l’eau. L’orpaillage par dragage sur le fleuve Niger accroît la turbidité de l’eau, rend impropre l’eau à l’irrigation et fait qu’aujourd’hui il n’y a plus de poisson dans le fleuve » explique Pr. Adama Tolofoudié, Enseignant-Chercheur, l’université des sciences, des techniques et des technologies de Bamako (USTTB).

L’orpaillage est très complexe au Mali et son impact énorme

Les populations riveraines de Yanfolila dans la région de Sikasso et de Kangaba dans la région de Koulikoro soutiennent qu’il est impossible d’utiliser l’eau du fleuve, si ce n’est pour la vaisselle et la lessive. « Les populations sont très exposées souvent elles tombent malades et impossible de savoir de quoi elles souffrent. Tout l’argent gagné sur ces sites sert ensuite à les soigner », raconte Fatoumata Traoré, enseignante à Yanfolila.

Malgré cette forte pollution du fleuve, due à plusieurs autres facteurs en plus de l’orpaillage tel que les ménages, l’agriculture, les transports, les activités industrielles et artisanales, les autorités ont encore du mal à prendre des décisions fermes pour pallier ce problème. Une autorité d’une des localités que nous avons visitées nous confie qu’à chaque fois qu’un conflit éclate sur un site d’orpaillage, les autorités mutent le gouverneur concerné pour rester à l’abri. Pour lui, « l’histoire autour de l’orpaillage est très complexe au Mali et les impacts sont énormes ».

Les effets du changement climatique sur les fleuves Sassandra et Niger sont alarmants. La hausse des températures, les phénomènes météorologiques extrêmes, l’augmentation de la sédimentation et les pénuries d’eau ont tous un effet dévastateur sur les écosystèmes des fleuves, les rendant de plus en plus inhabitables pour de nombreuses espèces et menaçant les moyens de subsistance des populations qui en dépendent.

]]>
Au Togo, la Première ministre Victoire Tomegah Dogbé est très proche des jeuneshttps://fr.globalvoices.org/?p=277488http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230308_094110_Au_Togo__la_Premiere_ministre_Victoire_Tomegah_Dogbe_est_tres_proche_des_jeunesWed, 08 Mar 2023 08:41:10 +0000Dogbé est une grande connaisseuse de la musique togolaise

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Victoire Tomegah Dogbé Capture d'écran de la chaîne YouTube de Primature Togo

En Afrique, le Togo fait partie d'un petit nombre de pays qui confient la primature à des femmes. Sur un total de 17 femmes Premières ministres issues de 15 pays qu’a connu le continent, cinq sont toujours en exercice, dont Victoire Tomegah Dogbé, Première ministre du Togo.

Femme politique née le 23 décembre 1956 à Lomé, Victoire Dogbé, est nantie d’une maîtrise en sciences économiques et de gestion obtenue à l’Université de Lomé en 1982 , et d’un Master en Gouvernance et développement à l’Université Internationale Jones de New York (USA).

Avant d’embrasser sa carrière politique, elle est fonctionnaire des Nations-Unies. Elle fait ses preuves en tant qu’assistante représentante résidente chargée des opérations au Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) au Togo de 1999 à 2002; puis au Congo-Brazzaville de 2002 à 2004, au Burkina Faso de 2004 à 2007, et au Bénin, de 2007 à 2008.

En politique, dame Dogbé occupe différents postes. Elle est directrice de cabinet de la présidence togolaise au rang de ministre du 15 mai 2009 au 28 septembre 2020, puis Ministre du Développement à la Base, de l'Artisanat, de la Jeunesse et de l'Emploi des jeunes du 7 mai 2010 au 28 septembre 2020. En septembre 2020, elle est nommée cheffe du gouvernement dans le cadre de la présidence de Faure Essozimna Gnassingbé.

Femme de terrain sous trois hommes Premiers ministres 

Fraîchement promue au poste de représentante résidente adjointe du PNUD-Bénin en 2007, un an après sa prise de fonction, Victoire Dogbé rejoint le gouvernement togolais en 2008 à la demande du Premier ministre Gilbert Houngbo. Elle occupe le portefeuille de ministre déléguée auprès du Premier ministre chargée du développement à la base, créé pour l'occasion. Le 15 Mai 2009, elle est nommée Directrice de Cabinet à la Présidence de la République où elle coordonne les activités stratégiques et opérationnelles de la Présidence.

En 2010, à la suite de la réélection de Gnassingbé à la tête du pays,  Dogbé est nommée Ministre du Développement à la base, de l’Artisanat, de la Jeunesse et de l’Emploi dans le second gouvernement de Houngbo. Elle conserve ses fonctions ministérielles sous le feu Premier ministre Ahoomey-Zunu de 2012 à 2015, et sous l’ancien Premier ministre Komi Selom Klassou de juin 2015 à septembre 2020. Durant son parcours en tant que Ministre du Développement à la base, de l’Artisanat, de la Jeunesse et de l’Emploi, elle marque son passage par son rapprochement auprès des jeunes, que ce soit dans le secteur de l’entreprenariat, de l’art, ou de la musique. En effet, elle lance plusieurs initiatives de mise en place des fonds pour soutenir la jeunesse.

Dogbé entretient un lien fort avec la jeunesse togolaise

Sous son leadership, de nombreux projets visant l’inclusion des femmes, des jeunes et des artisans notamment au travers du Fonds national de la finance inclusive (FNFI) voient le jour, comme, par exemple, des initiatives au profit de la jeunesse notamment l’entreprenariat et la créativité des jeunes par le biais du Fonds d'Appui au Initiatives Économiques des jeunes (FAIEJ), ou bien, l'incubateur Nunyalab qui accompagne les jeunes startups innovantes.

Dogbé est aussi très présente sur les réseaux sociaux notamment sur Facebook et Twitter. Dans ce tweet, elle fait un clin d’œil aux jeunes entrepreneurs togolais qui se démarquent du lot:

Sur le terrain, elle est souvent présente pour soutenir les jeunes entrepreneurs qui innovent:

Elle rend aussi visite à ces jeunes même dans leurs entreprises comme le cas de Dédé Assiongbon, créatrice de la marque de bijoux Perloria:

Elle reçoit et va à la rencontre des jeunes activistes engagées pour la promotion des droits des jeunes filles:

Pour la promotion de l'excellence des jeunes filles en milieu éducatif, elle est la marraine du Programme d'Excellence pour les Femmes en Afrique (PEFA), initié par la présidence de la république Togolaise. Ce projet prépare ces jeunes filles au monde du travail, en leur donnant les meilleurs outils et les opportunités nécessaires. Ici, elle s'entretient avec les jeunes sélectionnées pour la seconde promotion:

Une fan de la musique togolaise

Dogbé est aussi une grande connaisseuse de la musique togolaise qu'elle n'hésite pas à promouvoir. Elle l'illustre lors du lancement du dernier album de l'artiste Almok dans ce tweet:

De plus, elle partage souvent sa playlist:

Dans le domaine de l'art et de la culture et du sport, la Première ministre ne manque de manifester sa disponibilité pour accompagner et soutenir les initiatives. Ici elle est avec Jacques Logoh, le promoteur du Festival International de la Mode du Togo (Fimo228):

Elle soutient aussi le cinéma, ici avec Julio Teko, lors de la projection de son premier film:

Naomi Akakpo (athlète) et Fo-doh Laba (footballeur international), deux jeunes sportifs sont aussi reçus par Dogbé.

Plus qu'une simple Première ministre, Victoire Tomegah Dogbé est aujourd'hui au cœur de la politique visant la promotion des jeunes au Togo, et un modèle pour les femmes togolaises.

]]>
Myanmar : comment les partisans de l'armée utilisent les chaînes Telegram pour réprimer la dissidence.https://fr.globalvoices.org/?p=276745http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230305_172844_Myanmar___comment_les_partisans_de_l_armee_utilisent_les_chaines_Telegram_pour_reprimer_la_dissidence.Sun, 05 Mar 2023 16:28:44 +0000Les groupes privés sont un moyen de partager des informations sur les dissidents.

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

La liberté d'expression sur Internet au  Myanmar a toujours été très limitée. Toutefois, la situation s'est aggravée après le coup d'état de Février 2021, lorsque la junte militaire a renversé le gouvernement civil élu d'Aung San Su Kyi et le parti de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) dont elle était la secrétaire générale. Il s'en est suivi une campagne de répression sanglante et brutale dans tout le pays contre les manifestants. On a dès lors assisté à des arrestations arbitraires de législateurs, de politiciens, de militants, de journalistes, et de civils qui s’opposaient à la prise de pouvoir de l’armée. En outre, la junte militaire a utilisé diverses méthodes pour saper la liberté des médias et restreindre l'accès à Internet. La but étant de tenter de dissimuler les violations des droits humains commises par les forces de sécurité, de réprimer la résistance aux coups d'état et de maintenir le régime militaire au pouvoir. En conséquence, la majorité des utilisateurs des réseaux sociaux se sont retournés vers des applications de messageries cryptées telles que Telegram, Signal et Viber qui constituent un moyen plus sûr d'organiser les manifestations. Ces plateformes ont commencées à servir de sources d'informations fiables sur la révolution, surtout après que l'armée ait bloqué la plupart des sites d'informations et que les médias publics contrôlés par la junte, aient diffusé massivement de la propagande pro-militaire, des fake news et de la désinformation.

Le rôle des réseaux sociaux

Bien avant le coup d'état militaire de février 2021, des lobbyistes pro-militaires et des nationalistes bouddhistes utilisaient déjà les réseaux sociaux, en particulier Facebook, pour diffuser de la propagande pro-militaire, de la désinformation, des rumeurs contre Aung San Suu Kyi et le parti de la LND, ainsi que des discours haineux contre les musulmans et d'autres minorités, afin d'influencer le résultat des élections générales de 2020. En conséquence, les comptes Facebook et les publications Facebook qui incitaient à la violence et diffusaient des rumeurs ont été supprimés par Facebook pour violation des normes communautaires. Parmi les personnalités notoires des réseaux sociaux figuraient Han Nyein Oo, Kyaw Swar, et Thazin Oo, qui ont activement diffusé, de la propagande militaire et de la désinformation concernant les résultats des élections et ont même exhorté les militaires à prendre le pouvoir après que le parti LND d'Aung San Suu Kyi ait remporté haut la main la deuxième élection.

Dans le contexte de l'après coup d'état, ces éminents utilisateurs de réseaux sociaux pro-militaires continuent d'aider la junte militaire à traquer les militants, les hommes politiques, les manifestants, les membres des forces de résistance, les célébrités et les entreprises qui ont défié le régime militaire et participé à différentes formes de protestation, y compris les manifestations silencieuses. De plus, sont traqués aussi ceux qui ont soutenu le Gouvernement d'unité nationale (NUG), le Comité Représentant le Pyidaungsu Hluttaw (CRPH) et la Force de défense du peuple (PDF), tous désignés par l'armée comme des groupes terroristes. Après avoir été bannis de Facebook, ces personnalités des réseaux sociaux ont migré vers d'autres plateformes de réseaux sociaux et de groupes de messagerie tels que Telegram, Viber et VK pour surveiller les gens dans les espaces numériques et aider la répression brutale de l'armée contre la résistance sur le terrain.

Retour sur la messagerie cryptée Telegram

En août 2022, la chaîne Telegram Han Nyein Oo comptait 73 238 abonnés, la chaîne Kyaw Swar  68 668 abonnés et la chaîne Thazin Oo 23 174 abonnés. Alors que les chaînes Kyaw Swar et Thazin Oo se concentrent sur les nouvelles de propagande pro-militaire et les récits anti-NUG et anti-PDF, la chaîne Han Nyein Oo publie régulièrement les profils Facebook et les données personnels (noms, adresses et lieux) de ceux qui partagent des publications anti-militaires ou soutiennent les forces de résistance. Dans ces groupes de messagerie Telegram, les pro-militaires exhortent les autorités militaires à prendre des mesures sévères contre les militants pro-démocratie, notamment en les plaçant en détention, en les emprisonnant, en saisissant leurs passeports et leurs biens, et en révoquant leur citoyenneté, voire en appelant à exécution des prisonniers politiques et des rebelles. Telegram a été critiqué par les militants pour n'avoir pas mis fin aux campagnes menées par ces personnes sur ses chaînes et pour leur avoir laissé un accès illimité à l'application, bien que le contenu de ces sources mette la vie de nombreuses personnes en danger.

Dans le groupe Viber, Han Nyein Oo a posté: « Signaler en temps opportun est notre devoir, et prendre des mesures contre eux est le devoir de ‘Shwe Ba’ (l'armée) ». Il y'a eu de nombreux incidents où des activistes politiques, des célébrités et même des gens ordinaires ont été arrêtés par les forces de l'ordre, et leurs biens saisis par les autorités peu de temps après que leurs informations et leurs localisations aient été partagées dans ces groupes de messagerie.

Trouver et punir les dissidents

Burma News International rapporte que durant la nuit du 25 mars 2022, une cinquantaine de militaires et de policiers du Myanmar ont fait une descente dans une école privée nommée DNNA dans la ville de Taunggyi, situé dans l'état de Shan, et ont arrêté le directeur et sept autres femmes, les accusant de soutenir le groupe armé de résistance anti-junte (PDF). L'incident s'est produit après que la chaine Han Nyein Oo ait émis l'hypothèse que le directeur de l'école  DNNA soutenait les forces de résistance en collectant des dons et en soutenant leurs actions. Les enseignants de l'école se sont d'abord cachés lorsque leurs coordonnées ont été publiées sur cette chaîne, mais ils ont ensuite été arrêtés après qu'un espion militaire ait révélé leurs localisations aux forces de sécurité. De même, il a été rapporté que le sous-lieutenant de police de Yangon a été arrêté en mai 2022 par l'autorité militaire pour avoir partagé des mises à jour de statut concernant la révolution et une photo du général Min Aung Hlaing, chef du coup d'état, en train d'être piétiné. Il a été accusé d'incitation en vertu de l'article 505 (a) du Code pénal, qui est répressif, et s'il est reconnu coupable, il pourrait écoper d'une peine d'emprisonnement ferme de trois ans. L'arrestation a eu lieu après que ses coordonnées et ses publications anti-junte sur Facebook ont été exposées sur la chaîne Telegram de Han Nyein Oo.

Le 25 juillet 2022, la junte militaire du Myanmar a exécuté quatre prisonniers politiques, dont Phyo Zayar Thaw, ancien député évincé de l'administration de la LND , et Kyaw Min Thu, éminent militant de la démocratie. Outrés et anéantis par la nouvelle de l'exécution de ces quatre défenseurs de la démocratie, les utilisateurs des réseaux sociaux au Myanmar ont changé leur photo de profil Facebook en noir ou en rouge en signe de deuil et pour exprimer la résistance courageuse du peuple contre le régime brutal de l'armée. Dans ce contexte, le Han Nyein Oo et d'autres chaînes de Telegram pro-militaires ont commencé à faire des campagnes pour l'arrestation de célébrités et de citoyens ordinaires qui ont changé leur photo de profil Facebook en noir ou en rouge, en publiant des captures d'écran de leur profil Facebook, de leur localisation et d'autres informations personnelles ceci afin d'alerter les autorités. Si, selon certaines informations, ces chaînes Telegram néfastes ont été supprimées à la suite de critiques publiques, de nouvelles chaînes Telegram portant les mêmes noms ont été recréées par les groupes pro-militaires très peu de temps après. Les profils Facebook qui semblent appartenir à des lobbyistes pro-militaires et qui portent les noms de Han Nyein Oo et Kyaw Swar refont également surface malgré la réglementation plus stricte de Facebook ces derniers mois.

Outre la surveillance des dissidents antimilitaires dans l'espace numérique, de l'unité de cybersécurité de police, des espions (indic) et autres partisans de l'armée, la junte militaire a intensifié ces derniers mois les fouilles et le contrôle des téléphones portables aux différents points d'inspection, où de nombreuses personnes ont été harcelées, extorquées ou arrêtées pour le contenu de leur média sociaux, parfois pour avoir simplement installé des applications de réseaux sociaux et des VPN interdits par les autorités. La liberté sur Internet au Myanmar continue de se détériorer depuis le coup d'état de février 2021. Le 7 juin 2022, les experts de droits de l'homme des Nations unies ont publié une déclaration condamnant les tentatives de la junte militaire d'instaurer une « dictature numérique » au Myanmar en imposant une loi plus stricte et plus ambiguë sur la cybercriminalité, de nouvelles restrictions d'accès à Internet, des coupures d'Internet, la censure en ligne et la surveillance numérique. Les experts ont également demandé aux états membres de l'ONU de condamner les politiques de la junte visant à restreindre les libertés fondamentales en ligne et hors ligne conformément aux normes internationales, et d'adopter des sanctions ciblées qui restreint la vente ou l'approvisionnement de technologies de surveillance à double usage à la junte militaire. En décembre 2022, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté sa première résolution sur le Myanmar depuis 1948.

 

Veuillez visiter notre page pour plus d'articles sur les restrictions de la liberté.

 

]]>
Turquie : les étudiants frappés de plein fouet par le tremblement de terrehttps://fr.globalvoices.org/?p=277004http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230304_234252_Turquie___les_etudiants_frappes_de_plein_fouet_par_le_tremblement_de_terreSat, 04 Mar 2023 22:42:52 +0000Les étudiants sont forcés de quitter leurs dortoirs

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Capture d'écran du reportage sur les manifestations organisées par les étudiants contre la décision de passer à l'enseignement à distance.

(more…)

]]>
Le gaslighting sape les politiques publiques : étude des cas de l’Afrique du Sud, du Brésil et des États-Unishttps://fr.globalvoices.org/?p=276116http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230304_232016_Le_gaslighting_sape_les_politiques_publiques___etude_des_cas_de_l___Afrique_du_Sud__du_Bresil_et_des_Etats-UnisSat, 04 Mar 2023 22:20:16 +0000Le terme « gaslighting » élu mot de l’année 2022 par Merriam-Webster

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Vue aérienne de la forêt amazonienne. En 2019, l'ancien Président brésilien Jair Bolsonaro a nié le fait que l'Amazonie était menacée, ce qui a empêché le Brésil de bénéficier d'une aide financière destinée à lutter contre la catastrophe climatique qui frappe la région. Crédit photo : Neil Palmer/CIAT. Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.0 Générique (CC BY-NC-ND 2.0)

En 2022, le terme « gaslighting » a été élu mot de l’année par le dictionnaire Merriam-Webster. Ce terme désigne la manipulation psychologique d’une personne, généralement sur une période prolongée, qui amène la victime à remettre en question la validité de ses propres pensées, de sa perception de la réalité ou de ses souvenirs, et qui entraîne généralement une certaine perte de confiance et d’estime de soi.

Contrairement aux autres années, comme l’expliquent les éditeurs du dictionnaire, le choix du mot de l’année, cette fois-ci, n’est pas lié à un moment spécifique, mais plutôt à un phénomène constant et omniprésent qui a marqué le paysage politique mondial de 2022. À quoi est due l’augmentation de 1 740 % des recherches du mot « gaslighting » sur la plateforme du dictionnaire en ligne au cours de l’année écoulée ? Au « trolling » politique (perturbation sur les réseaux sociaux à des fins politiques), aux théories de complot liées à l’État profond et à la désinformation.

En d’autres termes, le paysage politique de l’année 2022 a été inextricablement lié au « gaslighting » et marqué par l’érosion de l’autonomie épistémique et de la confiance en soi du grand public, et ce dans le but de faire avancer des agendas politiques spécifiques.

Les tactiques communément employées par les politiciens incluent le mensonge, les attaques ad hominem pour se défendre des critiques extérieures, l’exagération des succès et des réalisations, le déni des faits et des accusations qui dérangent, ainsi que le rejet de la responsabilité des propres échecs sur les autres. Ces méthodes s’avèrent particulièrement dangereuses pour les discussions politiques ayant trait à la législation d’une nation et donc à l’intérêt du peuple. L’Afrique du Sud, les États-Unis d’Amérique et le Brésil, dont nous allons parler ici, ne sont que quelques exemples, très révélateurs, de la façon dont le « gaslighting » fait désormais partie intégrante des éléments de langage des politiciens.

ANC headquarters. Image credit Babak Fakhamzadeh. Attribution-NonCommercial 2.0 Generic (CC BY-NC 2.0)

Siège de l'ANC. Photo credit: Babak Fakhamzadeh. Attribution-NonCommercial 2.0 Generic (CC BY-NC 2.0)

Afrique du Sud

La pratique du gaslighting politique en Afrique du Sud peut être observée au sein même du parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC), notamment dans ses discours liés au débat politique autour de son projet de loi sur le régime d’assurance maladie nationale (NHI). Cette proposition de loi, supposée garantir un accès universel à des soins de santé de qualité, à l’instar du système britannique (NHS), est rejetée par tous les autres partis politiques, à l’exception d’un seul. L’opposition dénonce en effet une législation précipitée, qui risque de provoquer un effondrement complet du système de santé déjà saturé du pays. Cette controverse a précipité cette proposition de loi à la une des journaux sud-africains au cours de l’année écoulée et de ces derniers mois.

Cependant, malgré la résistance de l’opposition, relayée en outre par la société civile, l’adoption du projet de loi, actuellement examiné par l’Assemblée nationale, est considérée comme déjà acquise par le parti au pouvoir. Alors que le projet de loi doit encore passer trois des quatre étapes pour devenir une loi, le ministère de la Santé a déjà créé 44 postes de spécialistes pour une branche pilote du NHI en novembre 2022. Quatre jours plus tard, le principal parti d’opposition, l’Alliance démocratique (DA), annonçait son intention d’engager une action en justice si le projet de loi NHI, qualifié d’« illégal », était adopté.

Quatre partis d’opposition au total, aux tendances tant religieuses que socialistes radicales, accusent le projet de loi d’être contraire à la « Déclaration des droits » de la Constitution du pays, d’empiéter sur l’autonomie provinciale et d’être financièrement irréalisable. Néanmoins, l’ANC a rejeté cette critique argumentée en déclarant que ses détracteurs ne « se soucient pas du peuple », déplaçant ainsi le débat sur le droit des citoyens aux soins de santé universels en général, plutôt que sur la teneur et la faisabilité de ce projet de loi spécifique. Il s’agit purement et simplement d’une manipulation des faits. Le gouvernement a en outre régulièrement recours aux attaques ad hominem visant les personnages politiques de l’opposition eux-mêmes, plutôt que leurs arguments. Parallèlement, l’ANC n’hésite pas à exagérer le rôle qu’il a joué dans l’histoire du pays, notamment en présentant l’adoption de cette loi comme une sorte de prolongement naturel de la mission de l’ANC dans la libération de l’Afrique du Sud de l’apartheid. Enfin, pour échapper à la responsabilité de la qualité de ce texte de loi, le gouvernement a simplement suggéré qu’aucun projet de loi n’était jamais « parfait, à 100 % ».

États-Unis d’Amérique

Ce comportement n’est pas propre à l’Afrique du Sud. Aux États-Unis, le paysage politique au cours de la période 2016-2020 a été si profondément marqué par le gaslighting politique que le terme de « gaslighting trumpien » a été inventé, en référence au Président de l’époque.

Par exemple, concernant l’impact politique du « gaslighting trumpien » concernant la COVID-19, l’ancien président a régulièrement eu recours à la désinformation, une technique fréquemment utilisée  dans le but d’amener les victimes de gaslighting à remettre en question la réalité. Nous pouvons citer, entre autres, l’accusation du président selon laquelle la pandémie était un canular conçu par le parti démocrate en février 2020, son affirmation selon laquelle tout le monde avait accès aux tests de dépistage trois mois plus tard, sa déclaration selon laquelle la COVID-19 disparaîtrait en octobre 2020, ou encore son affirmation selon laquelle le nombre de décès était exagéré en janvier 2021. En niant la réalité de la pandémie, Trump a ralenti la réponse des États-Unis en matière de législation et de réglementation sur la COVID-19.

De la même manière, Trump a également utilisé la technique de l’exagération, notamment quant au succès de la réponse de son administration à la pandémie. Il a, par exemple, affirmé que son administration avait sauvé deux millions d’Américains de la maladie à COVID-19. Cette affirmation s’est avérée être complètement fausse, puisqu’il a justement choisi d’intervenir le moins possible et de privilégier le laisser-faire. Encore une fois, cette déformation de la réalité a permis à terme à Trump de renforcer son pouvoir alors même qu’il n’était pas intervenu suffisamment rapidement lors de la pandémie. Une étude de la revue scientifique The Lancet a au contraire révélé que 40 % des décès américains dus à la COVID-19 auraient pu être évités avec une meilleure politique publique.

Brésil

Un autre exemple de gaslighting politique se trouve en Amérique du Sud, notamment dans la personne de l’ancien président brésilien Jair Bolsonaro. D’ailleurs, Bolsonaro a été surnommé le « Trump des Tropiques » en raison de son utilisation de méthodes similaires à celles de son homologue américain. La réaction de Bolsonaro aux incendies de l’Amazonie en 2019 en est une illustration très parlante. Les incendies étant liés à la grave déforestation de la région, parfois aussi appelée le  « poumon de la planète », un certain nombre de dirigeants étrangers avaient promis d’apporter leur soutien. Nationaliste convaincu, Bolsonaro a critiqué et rejeté les efforts du Président chilien voisin Sebastián Piñera et du Président français Emmanuel Macron.

Il est même allé jusqu’à déclarer que les données sur la déforestation étaient fausses et a refusé une aide de 20 millions de dollars du G7. Nier le simple fait que l’Amazonie était menacée et approchait une catastrophe climatique a directement empêché le Brésil de bénéficier d’une aide financière destinée à financer des actions de lutte contre cette catastrophe et à contribuer à la mise en œuvre d’une politique climatique. Cela étant dit, Bolsonaro a fini par accepter par la suite une aide de la part de la Grande-Bretagne d’un montant de 12 millions de dollars, une somme nettement inférieure.

Lorsque la déforestation de l’Amazonie brésilienne a atteint de nouveaux records en 2022, le discours de Bolsonaro n’a pas changé. Et pourtant, 4 000 kilomètres carrés avaient été déboisés en l’espace de six mois. Alors même que l’administration au pouvoir encourageait les bûcherons, les éleveurs et les spéculateurs fonciers, le ministère de l’Environnement n’hésitait pas à déclarer qu’il avait été « extrêmement efficace » dans la lutte contre les crimes environnementaux.

Il s’agit ici d’une exagération évidente des actions et résultats obtenus par les autorités, et un exemple clair de gaslighting, au même titre que le recours par le gouvernement brésilien à la stratégie de désinformation. En effet, Meta a déclaré avoir supprimé pas moins de 62 pages et comptes Facebook et Instagram, dont certains liés à des militaires brésiliens, ayant publié de fausses informations relatives à la déforestation en avril 2022. Ciblant un public national, la campagne de désinformation a conduit à la manipulation du grand public brésilien et a empêché les citoyens de tenir responsable l’administration Bolsonaro, agissant à terme comme un obstacle aux politiques climatiques susceptibles d’empêcher la destruction complète de la forêt amazonienne.

De l’Afrique du Sud aux États-Unis en passant par le Brésil, non seulement le gaslighting politique est très répandu, mais il peut également faire obstacle à des politiques publiques importantes. En détournant les critiques et en ne s’engageant pas dans de réels débats politiques, les politiciens évitent d’être réellement tenus responsables par le peuple. Les attaques ad hominem, la désinformation, la manipulation des données, l’exagération des actions et résultats, et le culte de l’ego sapent les efforts visant à remettre en question les décisions prises par les personnes au pouvoir. C’est ainsi que d’importantes politiques publiques sont soit négligées, soit adoptées à la hâte par le Parlement et peu encadrées.

]]>
Turquie : nounours et critiques du gouvernement en plein match de footballhttps://fr.globalvoices.org/?p=277297http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230303_162017_Turquie___nounours_et_critiques_du_gouvernement_en_plein_match_de_footballFri, 03 Mar 2023 15:20:17 +0000Des supporters appellent à la démission du gouvernement.

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Capture d'écran de la vidéo du stade sur la chaîne YouTube officielle du club de football Besiktas.

Ce fut un moment inoubliable. Les supporters de Besiktas, l'une des principales équipes de football de Turquie, ont lancé des milliers de nounours sur la pelouse de Vodafone arena, le terrain du Besiktas. Cela s'est passé à 4 minutes et 17 secondes du début du match, en hommage au drame qui a eu lieu dans la nuit du 6 février à 4h17. Le club a organisé cette manifestation en hommage aux enfants qui ont péri dans le tremblement de terre. Des jouets seront donnés aux familles qui ont survécu.
Quelques secondes avant le début du match, les numéros d'immatriculation des provinces touchées étaient affichés sur le tableau d'affichage.

Les supporters présents dans le stade ont également scandé des slogans appelant à la démission du gouvernement. Ce n'est pas le premier match de football où la colère contre le manque de réaction du gouvernement face à la catastrophe atteint le terrain de football.
Le 25 février, lors du match de Fenerbahçe, les supporters ont eux aussi lancé un slogan appelant à la démission du gouvernement : « Yalan yalan yalan, dolan dolan dolan, 20 sene oldu istifa ulan ! », ce qui signifie : « Mensonges mensonges, encore et encore, ça fait maintenant 20 ans, démissionne mon pote !».

Fans of Fenerbahce in Kadikoy: Pack of lies, its been 20 years, resign buddy!

« Les fans de Fenerbahçe à Kadikoy : Mensonges mensonges, encore et encore, ça fait maintenant 20 ans, démissionne mon pote ! ».

Les joueurs de l'équipe de Fenerbahçe portaient des maillots avec les noms des provinces touchées par le tremblement de terre :

The jerseys worn by our players, featured the names of the provinces affected by the earthquake disaster that deeply saddened our country.

Les maillots de nos joueurs portaient les noms des provinces touchées par le tremblement de terre qui a profondément attristé notre pays.

https://t.co/TCEHUclKIY pic.twitter.com/5jBnLYNDX3

— Fenerbahçe SK (@Fenerbahce)  25 février 2023

Le club a également exprimé sa solidarité sur Twitter. Dans une série de tweets, le club a fait figurer les numéros d'immatriculation de chacune des provinces touchées avec le texte « Ne vous inquiétez pas, Fenerbahçe est avec vous », à la minute du match correspondant aux numéros d'immatriculation des provinces.

Le journaliste Can Dundar estime que les appels lancés pendant le match de Fenerbahçe ont été les premiers appels publics et collectifs à la démission du gouvernement du Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir.

La réponse de l'État a été immédiate. Le chef du parti nationaliste, Devlet Bahceli, a exigé que les supporters soient interdits d'assister aux matchs :

Presidents of all football clubs must take urgent and necessary measures to either ensure that games are played without fans or take necessary precautions. The Nationalist Movement Party is following the matter closely.

Les présidents de tous les clubs de football doivent prendre des mesures draconiennes pour que les matchs soient joués sans supporters. Le Parti du mouvement nationaliste suit de très près cette affaire.

— Devlet Bahçeli (@dbdevletbahceli) 26 février 2023

Devlet Bahçeli a commenté les slogans appelant à la démission de l'État. Dans un autre tweet, le dirigeant a déclaré que ces appels étaient «irresponsables» et «inconscients». Mais le dirigeant a également annoncé sa démission du club. Plusieurs hommes politiques ont commenté la démission de Bahceli sur Twitter, critiquant sa décision et affirmant qu'il avait tout mal interprété :

44.374 deaths! 100,000 injured! 173,000 destroyed or heavily damaged buildings! We said there are no tents! No state! Not one single resignation! Only one person understood us, but he too misunderstood.

44 374 morts ! 100 000 blessés ! 173 000 bâtiments détruits ou fortement endommagés ! Nous avons dit qu'il n'y a pas de tentes ! Pas d'État ! Pas une seule démission ! Une seule personne nous a compris, mais elle aussi a mal compris.

pic.twitter.com/VynwK1eEJW

— Özgür Özel (@eczozgurozel) 26 février 2023

Le futur Premier ministre, Ahmet Davutoglu, a tweeté :

The tribunes called for the state to resign. Bahceli misunderstood again, he quit the Besiktas.

Les tribuns ont appelé l'État à démissionner. Bahceli a de nouveau mal compris, il a quitté le Besiktas.

— Ahmet Davutoğlu (@Ahmet_Davutoglu) 26 février 2023

Le leader d'un autre parti, Muharrem Ince, a tweeté : « Bahceli, au lieu de quitter Besiktas, quitte l'AKP [au pouvoir]. »

]]>
Indigènes et fiers de l’être ou l’interprétation du film « Black Panther : Wakanda Forever » par un locuteur Mayahttps://fr.globalvoices.org/?p=276703http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230302_221617_Indigenes_et_fiers_de_l___etre_ou_l___interpretation_du_film____Black_Panther___Wakanda_Forever____par_un_locuteur_MayaThu, 02 Mar 2023 21:16:17 +0000« Black Panther : Wakanda Forever. » ou le film qui nous ressemble.

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

    Capture d'écran d'une scène du film « Black Panther : Wakanda Forever » par Marvel Entertainment/YouTube

L’identité culturelle surpasse l’appartenance : elle a besoin de renouveau pour prospérer. Je suis un indigène de langue maya, né dans une petite communauté appelée Pucnachén, dans l'État de Campeche, au Mexique. Les personnes avec qui j’ai grandi partageaient leurs connaissances à travers la langue maya et perpétuaient les traditions et les coutumes inculquées par nos ancêtres. Les pluies, par exemple, contribuent à la pousse du maïs, donc l’un de nos devoirs est d’en remercier nos dieux. Cependant, lorsque nous nous approchons du monde extérieur, nous sommes confrontés à des insécurités créées par une société dictant des règles qui dévalorisent nos racines et les rendent invisibles.

Au sein des écoles, par exemple, les enseignants étaient contraints de communiquer en espagnol. Par conséquent, la culture et l’identité indigènes se sont dissipés et la langue, elle, a disparu. Selon le National Institute of Statistics and Geography (INEGI), la péninsule du Yucatán compte le plus grand nombre de locuteurs Maya dans le pays. Cependant, une diminution de 10 % de locuteurs a été observée entre 2010 et 2020.

Conscients que nous ne répondions pas aux normes sociales requises pour accéder à l’égalité des chances, nous avons été contraints de cacher nos origines afin d’éviter l’exclusion. La poursuite de nos rêves a été un voyage parsemé d’embûches. « Souviens-toi de qui tu es, peu importe le chemin que tu veux suivre », C’est l’une des valeurs que ma famille m’a toujours enseignées.

Grâce à la représentation bienveillante faite par les médias à travers le monde, les communautés indigènes savent qu’elles peuvent avancer. Dernièrement, j’ai été heureux de voir combien notre culture était mise à l’honneur dans le film « Black Panther : Wakanda Forever ».

La dernière production Marvel est la suite de la saga du super-héros Black Panther, leader et protecteur du « Wakanda ». Il s’agit d’un pays africain imaginaire technologiquement avancé et vivant, jusqu'à présent, en autarcie. Le film a connu un énorme succès à travers le monde et a battu des records de vente au box-office aux États-Unis et au Canada. « Black Panther » a été d’une immense réussite dans les salles de cinéma mexicaines.

L’intrigue du film, qui s’inscrit dans un débat d’ordre politique, est intéressante car elle suit l’exposition naissante des cultures et des peuples africains qui ont historiquement souffert de discrimination et de ségrégation raciale. Comme le premier film de la saga, « Wakanda Forever » présente et donne du pouvoir à différentes cultures. La co-star, Namor, tirée des bandes dessinées, par exemple, a totalement été repensée pour une adaptation avec divers éléments de la culture mésoaméricaine maya. Le développement du royaume aquatique imaginaire de « Talokan » (au lieu de « Atlantis ») avec des caractéristiques (art, histoire, langue et cosmogonie) de la culture maya a permis la création d’un monde extraordinaire. La culture et la langue mayas ont été mises à l’honneur à travers le monde entier.

Le peuple de Talokan, dirigé par Namor et interprété par l'acteur mexicain Tenoch Huerta. Le maya yucatèque, langue qu’il parle et que je parle, compte environ 800 000 locuteurs natifs. Elle est l’une des plus de 30 langues mayas parlées au Mexique et en Amérique centrale. « La langue maya est une langue pleine d’éthique, de professionnalisme et de valeurs telles que la fraternité, la communauté, le travail collaboratif et l’humilité. Ce n’est pas n’importe quelle langue, il s’agit de la langue des dieux. Même nos aînés le disent », indique Josué Manuel Poot Cahun, professeur de langue maya.

L’acteur Josué Maay Chi’ a effectué un excellent travail. En tant que coach linguistique, il a joué un rôle très important en mettant la langue maya sur le devant de la scène. C’était une réelle source d’inspiration pour cet enfant qui jouait avec ses amis en grimpant aux arbres, courait pieds nus dans les champs de maïs, s’amusait à faire rouler un pneu de vélo à l’aide d’un bâton en bois et qui, lorsqu’il était fatigué, buvait l’eau du jaltun* le plus proche.

Aujourd’hui, je tiens à remercier mon père car, en coupant et en apportant le bois de la cheminée à la maison, ma mère a pu faire griller le maïs offert par la terre qui a également nourri mes ancêtres. Mon peuple porte la couleur du k’ankaab** sur sa peau et voir que d’autres autochtones, Mayas, Campechanos et Mexicains réussissent à réaliser leurs rêves nous rend si fiers de notre terre. Elle fait battre nos cœurs grâce à ces rêves qui, auparavant, étaient limités à cause de notre origine, notre couleur de peau ou notre langue.

Tout comme Josúe Maay Chi’, nous avons un rôle des plus importants : revaloriser nos origines et notre langue et percevoir chaque expérience comme une occasion d'être reconnu à notre juste valeur. Il est de notre devoir de faire respecter notre culture, d'en être fiers, de la mettre en lumière et de représenter fièrement tout ce qui fait partie de notre identité.

In k´aabae´ (Je m’appelle) J Eider Alberto Pérez Dzul. Nous sommes conscients que nos noms ont une importance, mais l’histoire que nous construisons autour de l’identité et de l’héritage laissés par nos ancêtres en a encore plus une. Je suis le point d’atteindre l’un de mes objectifs. Je suis enseignant dans une école primaire. Mon plus grand désir est de faire en sorte que chaque fille et chaque garçon se sentent appréciés pour ce qu’ils sont. Je veux leur montrer que tous les rêves peuvent devenir réalité tout en étant une source d’inspiration pour eux.

Je suis très heureux de dire tout haut :

Máasewalén, maaya´en yéetel jach náach in náay (Je suis indigène, Maya et un grand rêveur.).

Kux teech, máaxechí? (Et toi, qui es-tu ?)

jaltún*: sarteneja (cavité naturelle dans la pierre dans laquelle s’accumule l’eau de pluie). Elle est fréquemment trouvée dans la péninsule du Yucatán.
k´aankab**: terre rouge présente sur les murs des maisons pré-hispaniques. Elle représente la chair et le corps des indigènes.
]]>
En Afrique, les femmes s'implantent dans le paysage politiquehttps://fr.globalvoices.org/?p=277325http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230302_120558_En_Afrique__les_femmes_s_implantent_dans_le_paysage_politiqueThu, 02 Mar 2023 11:05:58 +0000Les femmes sont souvent à la tête de transition politique suite à des guerres civiles

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Portrait d'Ellen Johnson Sirleaf. Capture d’écran de la Chaîne YouTube de The Guardian

Le jeu politique laisse peu de chances aux femmes, en Afrique comme ailleurs. Pourtant, le continent fait état de douze présidentes, dont sept par intérim issues de 10 pays sur un total mondial de soixante femmes ayant obtenu ce poste.

Ellen Johnson Sirleaf, née en 1938, est l'une des pionnières dans ce domaine: présidente du Libéria du 16 janvier 2006 au 22 janvier 2018, elle est la première femme présidente élue au suffrage universel en Afrique. Économiste de formation, elle  a travaillé comme Secrétaire d'État aux Finances, puis comme Ministre des Finances entre 1979 et 1980. Le coup d'État effectué en 1980 par l’ancien président Samuel Doe à l'encontre de William Richard Tolbert, président alors en exercice, et assassiné avec treize ministres, a renforcé son engagement à combattre la dictature dans son pays.

Contrainte de s'exiler, elle revient pour s'opposer au régime de Doe. Menacée de mort, elle repart au États-Unis en 1985 pour continuer ses études, avant de revenir en 2005 pour se présenter à l'élection présidentielle pour le Parti de l'Unité qu'elle remporte avec 59,4 % des voix le 8 novembre 2005 face à George Weah, l’ancien footballeur international libérien. Suite à son élection, elle travaille à faire sortir son pays de la liste des Pays Pauvres Très Endettés (PPTE). Elle est réélue en 2011 pour un second mandat qui prend fin en janvier 2018.

Elle reste très présente sur son compte Twitter:

En tant que présidente, je me suis battue pour que toutes les filles aient une #éducation primaire gratuite et obligatoire. Sur #IDWGIS, j’exhorte tous les dirigeants africains à donner la priorité à l’accès à l’éducation et aux carrières #STIM pour les femmes et les filles, ce qui aidera à construire un avenir inclusif et durable pour notre continent. https://t.co/CpMOXdxEUq

— Ellen Johnson Sirleaf (@MaEllenSirleaf) 11 février 2023

Joyce Banda, née en 1950, et vice-présidente du Malawi sous Bingu wa Mutharika, est une autre Africaine exceptionnelle: devenue présidente à la suite de la mort soudaine de ce dernier le 7 avril 2012, elle dirige le pays pendant deux ans. Durant son mandat, elle s'engage à rétablir de bonnes relations avec les pays développés, notamment en invalidant la dévaluation du kwacha (devise malawite) afin que l'aide internationale reprenne. Elle promet également de mettre fin de la pénalisation des actes homosexuels, une des conditions imposées par les dirigeants occidentaux pour de la reprise de l'aide au développement. Même si elle a obtenu en novembre 2012 la suspension des lois criminalisant l'homosexualité, aucun acte abrogeant l'ancienne loi n'a été adopté.

En 2013, Forbes l'a désigne 47è femme la plus puissante du monde, femme la plus influente d'Afrique. Banda reste active politiquement au niveau africain: elle a fait partie de la délégation de International Republican Institute (IRI) et National Democratic Institute (NDI) pour l'observation des élections présidentielles tenues le 25 février 2023 au Nigeria.

#NigeriaElections2023 Mission d'observation conjointe NDI/IRI des élections. La mission conjointe d'observation des élections de la @NDI/@IRIglobal a présenté sa déclaration préliminaire sur les élections présidentielles et législatives du 25 février. Fière de faire partie de cette mission réussie. pic.twitter.com/8EIh3l9AaK

— S.E. Joyce Banda (@DrJoyceBanda) 27 février 2023

Deux autres femmes ont été élues présidentes en Afrique: Sahle-Work Zewde a été élue à l’unanimité des voix par l'Assemblée parlementaire éthiopienne lors de l'élection présidentielle du 25 octobre 2018. Elle est la première femme à accéder à ce poste, et actuellement l’une des deux femmes chef d'État au poste sur le continent africain.

Ameenah Gurib-Fakim a occupé la présidence de l’Ile Maurice de juin 2015 à 2018. Chimiste et chercheuse reconnue en phytothérapie et biodiversité, elle a travaillé à faire connaître le réchauffement climatique.

Présidentes de transition

D'autres femmes ont aussi occupé le poste de présidente dans le cadre de transitions politiques. Cathérine Samba Panza a ainsi dirigé la République Centrafricaine pendant la période de crise de janvier 2014 à mars 2016, suite à la démission du président Michel Djotodia. Militante des droits des femmes, elle est élue face à Désiré Kolingba, le fils de l'ancien président André Kolingba. Son premier message a été d’appeler les rebelles à déposer les armes pour ensemble construire le pays.

Elle est aussi la première femme centrafricaine à accéder au rang de chef de l'État. Panza, qui n’est affiliée à aucun parti politique, se déclare également candidate en août 2020 pour l'élection présidentielle, mais n'obtient que 0,9% des voix. Son message a été relayé par Rfi sur son compte twitter.

En Afrique du Sud, Ivy Matsepe-Cassaburi, a été présidente par intérim pour un jour du 24 au 25 septembre 2008. De même, Carmen Pereira qui présida le Parlement cap-verdien (le Cap-Vert était alors uni à la Guinée-Bissau) de 1975 à 1980 occupe les fonctions de présidente pendant trois jours en 1984.

Au Burundi,  Sylvie Kinigi, née en 1952, a été Première ministre du 10 juillet 1993 au 7 février 1994, puis présidente par intérim du 27 octobre 1993 au 5 février 1994. Les aléas de la guerre civile l'ont poussée à occuper les deux postes. En janvier 1994, le Parlement élit Cyprien Ntaryamira à la présidence, Kinigi démissionne de son poste de Premier ministre et quitte le pays.

Au Gabon, Rose Francine Rogombé en tant que présidente du Sénat, a exercé la fonction de présidente par intérim de juin à octobre 2009, après la mort du président Omar Bongo le 8 juin 2009, le temps de préparer les élections qui ont vu la victoire d'Ali Bongo, le fils du défunt chef de l’État. Après avoir conduit une transition exemplaire pour l'organisation de ces élections, elle reprend son poste au Sénat. En tant que présidente de la fondation des juristes gabonaises, et secrétaire d’État à la Promotion de la Femme dans les années 1980, elle s'est illustrée dans un parcours politique exemplaire. Elle décède en avril 2015  à l'âge de 73 ans.

Ruth Perry a été présidente par intérim du Conseil d'État du Liberia du 3 septembre 1996 au 2 août 1997, à la suite de la première guerre civile dans ce pays. En effet, le 18 août 1996, la Communauté Économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) négocie un cessez-le-feu entre les factions belligérantes du Liberia et annonce que Perry remplacerait Wilton Sankawulo à la présidence du Conseil d’État dans un gouvernement intérimaire.

La Tanzanie connaît aussi la gestion féminine des affaires étatiques. Samia Suluhu Hassan est devenue la première femme à diriger le pays après le décès de John Magufuli en Tanzanie. Élue vice-présidente en 2015 et réélue en 2020, elle sera à son poste jusqu'en 2025.

Tous ces exemples témoignent de la vitalité des femmes politiques en Afrique, même si elles restent encore minoritaires dans ce domaine.

]]>
Une plongée en profondeur : de jeunes militants jamaïcains du climat collaborent à sensibiliser sur l'exploitation minière en eaux profondeshttps://fr.globalvoices.org/?p=277171http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230302_004214_Une_plongee_en_profondeur___de_jeunes_militants_jamaicains_du_climat_collaborent_a_sensibiliser_sur_l_exploitation_miniere_en_eaux_profondesWed, 01 Mar 2023 23:42:14 +0000Accélerons nous la tendance de l'exploitation minière en eaux profondes ?

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Lauren Creary, Directrice de programme, Jamaica Environment Trust, à la cérémonie « Deep Sea Matters » à Kingston, Jamaica. Photo par Emma Lewis, usage autorisé.

Une équipe de jeunes militants jamaïcains, amenés par Jamaica Climate Change Youth Council (JCCYC) avec l'appui des partenaires comme Greenpeace USA, se sont mis ensemble récemment pour analyser minutieusement la question des exploitations minières en eaux profondes, surtout en ce qui concerne les Caraibes.

À la fois exposition et réunion publique animée par la Sustainable Ocean Alliance (SOA) des Caraïbes, l'Institut du développement durable et le Centre de gestion environnementale de l'Université des Antilles (UWI), ), le Musée d'histoire naturelle de la Jamaïque, l'Institut de la Jamaïque et le Jamaica Environment Trust(JET), le thème de cet événement de sensibilisation allait droit au but: « Deep Sea Matters. »

L'une des raisons pour lesquelles la Jamaïque s'est retrouvée au cœur de cette discussion est que l'Autorité internationale des fonds marins, (AIFM), ), une agence des Nations unies, a son siège à Kingston, où les délibérations sur l'opportunité de poursuivre l'exploitation minière en eaux profondes ont atteint un stade critique.

Dans le public, un élève attentif de l'école secondaire de Old Harbour lors de l'événement « Deep Sea Matters ». Photo par Emma Lewis, usage autorisé.

Les jeunes jamaïcains sont très inquiets du fait que le temps presse alors que l'ISA s'efforce de finaliser les règles qui pourraient lui permettre de commencer sérieusement l'exploitation minière en eaux profondes dès les prochains mois. Cette situation a été précipitée par le déclenchement d'une « règle de deux ans » en juin 2021 par l'île de Nauru, dans le Pacifique, qui parraine The Metals Company pour l'exploitation de nodules polymétalliques dans une vaste zone des profondeurs de l'océan.

Au début de l'année, une vidéo ayant fait l'objet d'une fuite montrait une pollution se déversant dans la mer lors d'un essai d'exploitation minière réalisé par The Metals Company. Alors que plusieurs pays de la région (dont le Costa Rica, dont le représentant a fait part de la position de son pays lors de l'événement) expriment leur inquiétude et appellent à une « pause » ou à un moratoire, et que la France a voté pour une interdiction pure et simple de l'exploitation minière en eaux profondes, d'autres semblent décidés à aller de l'avant. La Jamaïque elle-même a signé un contrat en 2021 pour parrainer Blue Minerals Jamaica Limited.

L'événement « Deep Sea Matters » s'est déroulé sur le campus Mona de l'Université des Antilles à Kingston, dans un espace ouvert et aéré où au moins 200 étudiants universitaires et lycéens, militants, diplomates invités, environnementalistes et éducateurs se sont tenus debout, assis ou arrêtés pour écouter et parcourir les stands d'information.

Les intervenants étaient Dahvia Hylton (co-responsable de la recherche, du plaidoyer et de l'élaboration des politiques au JCCYC); Robyn Young, , spécialiste des sciences de la mer et coordonnatrice des projets et de l'administration au SOA Caribbean SOA Caribbean; Christopher Corbin, responsable de la coordination au secrétariat de la Convention de Carthagène du Programme des Nations unies pour l'environnement et au Programme pour l'environnement des Caraïbes à Kingstons; etLaleta Davis-Mattis, maître de conférences à la faculté de droit de l'UWI. La modératrice était Dainalyn Swaby une activiste et communicatrice environnementale

L'événement a atteint son objectif de sensibilisation du public sur l'exploitation minière en eaux profondes et de poursuite du dialogue – comprenant plusieurs points de vue différents – à ce sujet. La participation des jeunes était élevée, et les jeunes semblaient vraiment engagés. Cependant, selon la modératrice Dainalyn Swaby, qui est également communicatrice environnementale à Global Yaadie, des discussions plus larges doivent également se tenir:

Si nous avons des conversations avec des experts et des personnes proches du sujet – c'est pour être guidés – mais il faut qu'il y ait une volonté d'avoir des échanges pour avancer. Nous devons avoir une sorte de discussion générale sur l'exploitation minière en eaux profondes.

L'un des panélistes du CCJC, Dahvia Hylton, a posé une question pertinente qui a fait réfléchir les participants:

La tendance à l'exploitation minière en eaux profondes nous transforme-t-elle en colonisateurs, prêts à aller exploiter une autre région?

À l'inverse, la participante Laleta Davis Mattis a suggéré:

L'ISA joue son rôle et fait son travail […] Le « patrimoine commun de l'humanité » signifie que l'humanité doit en bénéficier, y compris les pays en développement. Les pays comme le nôtre ont droit au développement.

Le défenseur de l'environnement Felix Charnley et Reanne McKenzie, directrice du sanctuaire White River Fish, durant l'événement ‘Deep Sea Matters’. Photo par Emma Lewis, usage autorisé.

Les défenseurs de l'environnement comme Felix Charnley restent toutefois inquiets. Bien qu'il ait été encouragé par la présence d'un si grand nombre d'étudiants et de jeunes au forum et heureux de voir la « meilleure institution universitaire » du pays se mobiliser autour du thème de l'exploitation minière en eaux profondes, il a fait remarquer :

Si aucun accord n'est trouvé d'ici juillet, l'Autorité internationale des fonds marins pourrait délivrer des permis d'exploitation minière en eaux profondes dès cette année.

Christopher Corbin, membre du panel du PNUE, s'est fait l'écho de cette préoccupation:

Nous avons surexploité nos terres et nous nous demandons où nous allons aller ensuite’ Mais l'exploitation minière en eaux profondes est-elle la seule option s'offrant à nous en matière de minéraux ?

Robyn Young, membre du panel de la SOA Caraïbes, s'est prononcée en faveur de la conservation des océans :

Nos destins sont liés à l'océan… Je veux juste faire ma petite part, car les petites ondulations font de grandes vagues. Tant qu'il y aura des gens comme moi, amoureux de la mer et militants de l'océan, qui sont prêts à aider et à prendre position pour ce qu'ils savent être juste et ce dont l'environnement a besoin, alors il y aura de l'espoir.

Dans le contexte de la crise climatique, il s'agit d'une année charnière pour l'exploitation minière en eaux profondes, et les jeunes défenseurs jamaïcains sont sur le terrain au bon moment. Dahvia Hylton s'exprime ainsi :

Vous voulez savoir comment [l'exploitation minière en eaux profondes] affecte la Jamaïque ? Elle affecte notre âme même […] Elle nous affecte ; en tout – et les jeunes le savent. Le profit est-il plus important que notre planète ?

]]>
Le tribunal militaire ougandais défie la décision d'arrêter de juger des civilshttps://fr.globalvoices.org/?p=277000http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230302_003240_Le_tribunal_militaire_ougandais_defie_la_decision_d_arreter_de_juger_des_civilsWed, 01 Mar 2023 23:32:40 +0000L'armée ougandaise gère également une cour martiale qui fait partie de cette répression

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Une capture d'écran d'une vidéo montrant Sanya Muhydin protestant contre sa détention de deux ans et son procès devant un tribunal militaire

Un nouveau procès lundi 30 janvier 2023 de trois personnes accusées de diffuser une propagande néfaste contre l'armée ougandaise a mis en lumière l'utilisation répressive des tribunaux militaires en Ouganda. L'un des accusés était Agaba Anthony, également connu sous le nom de Bobi Young, qui a été le garde du corps du musicien ougandais devenu homme politique et ancien candidat de l'opposition à la présidence, Bobi Wine [fr]. Les deux autres inculpés étaient des officiers en service. L'acte d'accusation indique que le trio a diffusé de mauvaises déclarations dans les régions des districts de Kazo, Mbarara et Kampala.

L'utilisateur de Twitter, Byamugisha Moses, a tweeté une photo de l'acte d'accusation :

Voici la feuille d'inculpation de Bobi Young et de ses deux coaccusés devant la cour martiale. Même les détails de l'infraction eux-mêmes ne peuvent permettre à l'accusé de plaider avec compétence.
C'est si triste, nous vaincrons.

pic.twitter.com/xp7Oyv6U29

  1. — Byamugisha Moses (@ByamugishaMoses) 31 janvier 2023

Le Président ougandais Yoweri Museveni est au pouvoir depuis 37 ans à la suite d'un coup d'État en 1986. Depuis lors, les opposants politiques à son régime ont été brutalement arrêtés et emprisonnés. Kizza Besigye, quadruple candidat à la présidence, a été emprisonné à plusieurs reprises depuis 2001 et s'est exilé en Afrique du Sud pendant quatre ans. Lors des élections générales de 2021, le gouvernement avait interdit toutes les campagnes politiques publiques invoquant la prévention du COVID-19. Pourtant, Bobi Wine a continué à organiser des rassemblements publics qui ont conduit à son arrestation le 18 novembre 2020, entraînant par conséquent des manifestations à l'échelle nationale au cours desquelles 50 personnes ont été tuées par des agents de sécurité et des centaines d'autres ont été arrêtées.

L'armée ougandaise gère également une cour martiale qui fait partie de cette répression, et c'est le tribunal où Young et deux autres ont été inculpés. Le tribunal est censé juger les officiers de l'armée en service. Cependant, il juge également des civils dans des affaires concernant la sécurité nationale et a jugé des dirigeants politiques, dont Bobi Wine, à la suite de son arrestation lors d'une campagne électorale partielle à Arua, dans la région du Nil occidental, en 2018, pour trahison.

Avant son inculpation, Bobi Young avait été enlevé par des hommes en civil et embarqué dans une camionnette Toyota Hiace, un véhicule que l'armée ougandaise utilise pour arrêter des militants politiques de l'opposition et connu sous le nom de drone en raison de sa vitesse, de sa stabilité sur la route et sa capacité à livrer dans des conditions difficiles.

Bobi Wine a posté un commentaire pour protester contre l'enlèvement et le procès de civils devant le tribunal militaire :

Le camarade Bobi Young a été secrètement traduit devant la cour martiale militaire aujourd'hui soir et accusé de « diffusion de propagande nuisible ». Il avait disparu depuis 8 jours suite à son enlèvement ! Nous condamnons cet abus de pouvoir et ce procès de civils dans des tribunaux militaires fantoches !

pic.twitter.com/e74xrHR263

— BOBI WINE (@HEBobiwine) 30 janvier 2023

Wine est le principal politicien de l'opposition qui conteste le règne de 37 ans du Président Museveni. Il est devenu célèbre au début des années 2000 en tant qu'artiste dont la musique citait les défis auxquels les gens sont confrontés, en particulier dans les ghettos. En 2018, il a été élu député de la circonscription de Kyadondo East lors d'une élection partielle. Puis, il s'est présenté à la présidence en 2021 et est arrivé deuxième.

Le procès de Bobi Young devant la cour martiale intervient après que la cour constitutionnelle ait statué en décembre 2022 qu'il était illégal pour la cour martiale de juger des civils. Le journal ougandais Daily Monitor a cité la juge Elizabeth Musoke :

Je déclare que la loi UPDF de 2005, dans la mesure où elle peut être comprise comme conférant compétence aux tribunaux militaires pour juger des civils, est inconstitutionnelle et donc nulle et non avenue,…

J'ordonne que les déclarations de culpabilité et les peines de civils résultant d'affaires criminelles jugées par des tribunaux militaires avant la date de cet arrêt soient valides. Cependant, à l'avenir, tout procès de civils par des tribunaux militaires et toute décision qui pourrait être prise lors de ces procès pour convaincre et/ou condamner des civils seront, à compter de la date du présent jugement, invalides, nulles et non avenues.

La juge Musoke faisait référence aux Forces de défense du peuple ougandais (UPDF), qui sont l'armée nationale.

Dans la même décision, elle avait demandé que toutes les affaires en attente de jugement et celles qui ont été partiellement entendues soient transférées aux tribunaux civils. Cependant, la cour martiale continue de juger des civils. Le mardi 31 janvier 2023, l'un des civils arrêtés lors des élections de 2021 a protesté contre la manière dont la cour martiale a mené les procès les détenant pendant plus de deux ans. On peut l'entendre dans la vidéo ci-dessous dire que le tribunal aurait dû les condamner pour avoir soutenu Bobi Wine si c'est pour ce crime dont ils sont accusés.

Aujourd'hui 32 @NUP_Ug ont comparu devant le tribunal militaire. Nos avocats ont protesté sur la base de la décision de la Cour constitutionnelle mais ils ont été ignorés. Le camarade Sanya Muhydin s'est encore une fois soulevé et a protesté contre cette détention sans procès pendant plus de deux ans. Il a été étranglé et violemment emporté!

pic.twitter.com/fv48tQvnwr

— David Lewis Rubongoya (@DavidLRubongoya) 31 janvier 2023

Plusieurs personnes ont été émues par la décision audacieuse de Sanya de s'opposer à la cour martiale tandis que d'autres s'inquiétaient de ce qui lui arriverait après son retour en prison.

L'utilisateur de Twitter @woundedUgandan a salué l'audace de Sanya.

SANYA !
Laissez ce nom pénétrer.

Votre voix était plus forte et bien entendue !
La liberté est un droit !#FreeAllPoliticalPrisonersinUganda

pic.twitter.com/IOgHRVZeMr

— #BringBackOurPeople🇺🇬 (@woundedUgandan) 31 janvier 2023

Une autre utilisatrice de Twitter, @HillaryTaylorVI, qui s'identifie comme Justice Hunter dans son profil, a estimé que si tous les Ougandais avaient le courage de Sanya Muhydin, il serait alors plus facile d'évincer le Président le plus ancien au pouvoir.

Si nous tous, Ougandais, n'avions qu'une once de courage de Sanya Muhydin, nous serions maintenant libérés de la captivité du despote Museveni.

Plus besoin de prendre des pincettes.

#ResistMuseveni#FreeAllPoliticalPrisonersInUganda pic.twitter.com/l0PV70F3p7

— Justice Hunter 🇺🇬🇺🇸 (@HillaryTaylorVI) 1 février 2023

De nombreux Ougandais ont peur de dénoncer le régime et les méfaits du Président Museveni par crainte d'être arrêtés ou même tués.

Il y a des dizaines de partisans de Bobi Wine en prison. En 2022, le chef de l'opposition de la Plateforme d'unité nationale (NUP), Mathias Mpuuga, a présenté devant le parlement et plus tard devant la Commission ougandaise des droits de l'homme (UHRC) une liste de 25 personnes dont on ne sait pas où elles se trouvent. Un article de l'UHRC sur son site Web citait la chef de la commission, Mariam Wangadya, déclarant que sept des 25 personnes disparues avaient depuis été libérées. On peut y lire :

Le NUP a répondu à la demande de la Commission dans une lettre datée du 29 novembre 2022 fournissant des informations détaillées sur les 25 personnes présumées disparues, y compris leurs photos ; les dates auxquelles elles auraient disparu ; et les contacts de leurs proches. Cependant, nos enquêtes ont jusqu'à présent établi que 7 des 25 personnes présumées disparues ont été libérées en décembre 2022 et ont depuis retrouvé leur famille.

Tout cela se produit alors même que le fils du président, le général Muhoozi Kainerugaba, un officier de l'armée en service, continue d'organiser des rassemblements à travers le pays et de tweeter des déclarations menaçant d'attaquer le pays voisin, le Kenya.

Avec tout ce qui se passe pour le fils du Président, Bobi Young rejoint des dizaines de jeunes dans les prisons ougandaises pour avoir parlé de la situation politique dans leur pays. On ne sait pas quand Bobi Young et les autres retrouveront un jour la liberté.

]]>
A la découverte de Guillaume Cottinhttps://fr.globalvoices.org/?p=276632http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230209_005607_A_la_decouverte_de_Guillaume_CottinWed, 08 Feb 2023 23:56:07 +0000Le traducteur GV français pour le mois de février 2023

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Photo de Guillaume Cottin. Utilisée avec permission.

GV : Pourriez-vous nous parler de vous ? Qui est en réalité Guillaume Cottin ?

Je suis Guillaume, j’ai 24 ans et je suis assez ouvert d’esprit (enfin je crois XD). Je travaille dans le secteur de l’éducation populaire et apprécie transmettre des valeurs humaines et éducatives au jeune public (plus jeune que moi évidemment *rires*). Je suis actuellement directeur de centre de loisirs et titulaire d’un Master 2 en communication publique et médias. Je change mes thématiques régulièrement afin de favoriser la démocratie culturelle et un accès à des activités inédites pour toutes et tous. Les thématiques internationales me plaisent beaucoup, car j’arrive à faire voyager mon public sans qu’il n’ait à débourser un seul centime pour voyager au sein de ma structure.  Plus sérieusement, l’accès à certaines activités, certaines cultures ou connaissances pour tous.tes est un aspect très important de ma démarche professionnelle et personnelle.

Les langues me plaisent énormément et je traduis afin d’entretenir mon niveau, mais également afin de contribuer à la transmission des savoirs. En effet, je traduis pour favoriser l’accès aux informations à l’échelle internationale. Je trouve ça fascinant la façon dont certaines connaissances peuvent se répandre une fois qu’on a passé le stade de la « barrière de la langue ». S’ouvrir à de nouvelles cultures, s’informer et même ensuite avoir la chance de se comparer à d’autres individus sur le globe est une richesse que l’on a tendance à malheureusement négliger et qui pourtant nous permet de nous sentir vivants jour après jour (enfin cela n’est que mon point de vue of course).

GV : Quand avez-vous rejoint GV et quelles étaient vos motivations ?

Ma motivation était de m’améliorer en traduction et de continuer à m’informer et à découvrir de nouvelles choses.  La traduction est comme un challenge, car chaque nouveau texte a son charme et ses difficultés. Chaque sujet est différent, GV nous permet de choisir parmi un large panel de textes, et les contributions (rédactions et traductions) ne devraient pas s’arrêter. Ainsi j’ai vu en GV l’opportunité de contribuer au maintien de la traduction, une occasion également pour moi de me faire connaître parmi les traducteurs et également de continuer à apprendre et à entretenir mes réflexions sur la société et ce qui se passe à l’étranger.

GV : Parlez-nous de votre expérience à GV en tant que contributeur, qu’est-ce qui vous a marqué ?

Ce qui m’a marqué est l’ambiance GV et la volonté d’autres contributeurs.trices de vraiment maintenir la flamme. En effet au début j’ai commencé avec Laila qui me supervisait et m’accompagnait, j’ai trouvé son investissement vraiment très impressionnant. La supervision des relecteurs.trices (ancien.nes et actuel.les) est très rassurante et nous prouve qu’il y a une réelle réactivité. La communauté GV se montrait assez soudée notamment lors des échanges pendant la pandémie durant laquelle nous avions développé la Newsletter. Chaque acteur ici a une personnalité et un vécu différent, on a tous une vie à côté de la traduction bénévole et c’est ce qui fait la richesse du groupe, une hétérogénéité qui nous mène à une belle harmonie, car nous sommes tous acteurs du partage (culturel, etc..)  à travers les langues.

GV : En tant notre traducteur du mois, si vous deviez encourager les contributeurs de GV, que leur diriez-vous ?

Continuez à traduire même si vous êtes moins actifs.ves qu’avant du fait des aléas de la vie. Pouvoir parler plusieurs langues ou en comprendre plusieurs est une chance (qui résulte d’un travail pour certain.e.s dont moi) dont il faut savoir profiter. Entretenez vos capacités de polyglottes, cela sera toujours bénéfique que ce soit pour vous, pour les lecteurs.trices ou pour les rédacteurs.trices ! Peu importe votre motivation, au moins un parmi tous ces acteurs y trouvera son petit bonheur.

]]>
A la découverte de Jean de Dieu Sovonhttps://fr.globalvoices.org/?p=276629http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230209_005231_A_la_decouverte_de_Jean_de_Dieu_SovonWed, 08 Feb 2023 23:52:31 +0000Le traducteur de GV français du mois de février 2023

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Photo de Jean de Dieu Sovon. Utilisée avec permission.

GV : Pourriez-vous nous parler de vous ? Qui est en réalité Jean de Dieu Sovon ?

Jean de Dieu Sovon (JDS) : Je réponds à l’état civil au nom de Kosssi Agbéko Sovon. Je suis journaliste de profession et mon nom de presse est Jean de Dieu Sovon. Je suis le deuxième d’une fratrie de 4 garçons. Titulaire d’une Licence en Sociologie obtenue à l’université de Lomé au Togo, je suis également diplômé d’une formation en journalisme et communication. Je m’intéresse beaucoup aux sujets d’actualité qui portent sur les droits de l’homme, la démocratie et la bonne gouvernance, les relations internationales. Parallèlement à ma profession de journaliste, ma seconde passion qui est la défense des droits humains m’amène à collaborer avec des organisations de la société civile togolaise pour mener des activités de promotion des droits de l’homme au Togo.

GV : Quand avez-vous rejoint GV et quelles étaient vos motivations ?

JDS : J’ai rejoint Global Voices en janvier 2023 suite à un appel à candidature pour le recrutement d’un rédacteur qui sera chargé de couvrir la zone Afrique francophone. C’est une opportunité et en même temps un défi pour moi de travailler dans un environnement mondial et d’apprendre des collègues aux profils et cultures diverses. Parce que GV est représenté dans le monde entier. Des motivations, je dirais que l’envie de me mesurer à d’autres réalités professionnelles, car avec GV tout se passe en ligne. Également voir tes articles être lus dans plusieurs langues dans le monde et l’opportunité d’écrire sur des pays francophones de l’Afrique. Les motivations sont nombreuses !

GV : Parlez-nous de votre expérience à GV en tant que contributeur, qu’est-ce qui vous a marqué ?

JDS : La disponibilité des collègues à m’accompagner et à me montrer ce que je dois savoir pour mieux apporter mes contributions est ce qui m’a le plus marqué. C’est l’occasion pour moi d’adresser mes sincères remerciements à Filip Noubel, notre manager général pour sa patience et son oreille attentive à mon endroit. Il me moule et me forme à avoir l’esprit GV.

GV : En tant que notre traducteur du mois, si vous deviez encourager les contributeurs de GV, que leur diriez-vous ?

JDS : Je veux juste dire à tous les contributeurs de Global Voices de croire en ce qu’ils font pour la communauté. Sans en rendre compte, ils créent de l’impact dans un coin du monde. Je suis de ceux qui croient que notre vie n’aura de sens que si nous arrivons à impacter et à provoquer le changement chez les autres. D’une manière ou d’une autre, chaque contributeur de GV apporte quelque chose à quelqu’un à l’autre bout du monde.

]]>
Georgie : la COVID-19 est-t-elle à l'origine d'une crise de foi dans l'église orthodoxe ?https://fr.globalvoices.org/?p=276583http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230209_001623_Georgie___la_COVID-19_est-t-elle_a_l_origine_d_une_crise_de_foi_dans_l_eglise_orthodoxe__Wed, 08 Feb 2023 23:16:23 +0000Malgré les restrictions, l'église maintenait l'organisation des services de Pâques.

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Des prêtres orthodoxes géorgiens aspergeant de l'eau bénite les rues de la capitale, Tbilissi, le 17 mars. Photo (c) : Mariam Nikuradze / OC Media. Utilisée avec permission.

La pandémie à COVID-19 a affecté le monde de manière très différente ; la Géorgie a surpris le reste du monde par son succès dans la lutte contre le virus.

Différentes explications s'appliquent à ce succès, notamment des accusations de dissimulation de la véritable ampleur et des réelles statistiques (selon la carte de l'Université Johns Hopkins, le 29 juin, le pays comptait 926 cas confirmés et 15 décès). Quelle que soit la réalité, la première vague semble s'affaiblir, ce qui donne l'occasion aux acteurs et aux institutions importantes de ce pays du Caucase du Sud de préparer une réponse.

L'Église orthodoxe géorgienne exerce une immense influence sociale et politique en Géorgie, dont 83,4 % de la population est membre. Réprimée sous le régime soviétique, l'église a reçu un soutien financier important sous forme de fonds publics et de restitution de biens, dont un rapport de 2016 d'ONG locales a révélé qu'ils s'élevaient à plusieurs dizaines de millions de Lari (ces privilèges financiers ont depuis été contestés par la Cour constitutionnelle du pays).

Elle jouit d'un respect généralisé dans la société géorgienne – une étude du National Democratic Institute (NDI) et de CRRC-Georgia publiée en janvier dernier a révélé qu'en novembre-décembre 2019, 50 % de la population faisait implicitement confiance à l'Église. Cependant, cet indicateur est en baisse constante depuis plusieurs années – ce chiffre s'élevait à 64% en juillet 2019, et était encore plus élevé les années précédentes.

Cela signifie que les actions de l'église pendant la pandémie méritent particulièrement d'être examinées. En effet, certains observateurs se demandent si ces actions vont nuire encore plus à la popularité de l'église.

La Géorgie a officiellement enregistré son premier cas de COVID-19 le 26 février. La première réaction de l'Église orthodoxe géorgienne a eu lieu le 17 mars, lorsque le clergé a aspergé d'eau bénite les rues centrales de Tbilissi, la capitale géorgienne. L'archevêque Shalva Kekelia a expliqué que cet acte était une façon de demander au Seigneur de l'aider à protéger le pays et la population du virus. Trois jours plus tard, le Patriarcat a publié une déclaration invitant les paroissiens souffrant de problèmes de santé à rester à l'écart des autres jusqu'à ce qu'ils soient complètement rétablis, et a suggéré de célébrer les services religieux en plein air pour éviter le rassemblement de grandes foules dans de petits espaces.

Face à l'augmentation des cas de COVID-19, la Géorgie a déclaré l'état d'urgence le 21 mars, interdisant tout rassemblement de plus de 10 personnes. Lorsque les journalistes d'On.Ge ont demandé si l'interdiction s'appliquait également aux services religieux, le Premier ministre Georgi Gakharia a répondu qu'elle « s'appliquait à tout un chacun ». Un débat public s'en est suivi sur la sécurité de la participation aux services religieux ; ce qui a conduit le patriarcat à publier un communiqué le 25 mars réaffirmant que les services religieux seraient maintenus, mais qu'il soutenait les mesures de contrôle de la crise prises par l'État. Le communiqué notait que certains médias avaient décrit la situation de manière à suggérer que l'église pouvait être tenue pour responsable des conséquences de la propagation du virus.

Les tentatives des autorités de trouver un langage commun avec l'Église et les fidèles ont atteint leur paroxysme début avril, à l'approche du dimanche de Pâques et du dimanche des Rameaux. Gakharia a déclaré qu'il regarderait l'office de Pâques à la télévision depuis chez lui, tandis que la ministre de la Santé, Ekaterina Tikaradze, a ajouté que les gens devraient prier depuis chez eux, car « Dieu est partout », et pas seulement à l'église.

Néanmoins, le clergé orthodoxe géorgien a été inébranlable et a déclaré que les services religieux se poursuivraient. Il a toutefois souligné qu'il avait appliqué des directives de distanciation sociale dans les églises, exhorté les paroissiens à écouter les sermons à l'extérieur par haut-parleurs et ordonné la désinfection des lieux de culte. L'Église s'est montrée moins souple sur d'autres rituels : par exemple, l'utilisation d'une cuillère commune pour servir le vin de communion lors des services religieux. « Il est totalement inacceptable que des membres de l'Église doutent du mystère du sacrement et le démontrent par leurs actions, comme le refus de partager une cuillère commune, source d'infection », peut-on lire dans une déclaration de l'Église après la réunion du synode du 20 mars.

En réagissant à la décision du synode, Giga Bokeria, un politicien de l'opposition membre du Parti européen de Géorgie, a suggéré que l'église n'aurait pas dû s'attendre à un traitement spécial et que les restrictions devaient s'appliquer à toutes les institutions et à tous les citoyens de manière égale.

მორწმუნე ადამიანებს, ან მათ ნაწილს უფლება აქვთ, არ სჯეროდეთ მეცნიერების, ან მიიჩნევდნენ, რომ მათი მნიშვნელოვანი რელიგიური რიტუალის დროს მეცნიერება არ მუშაობს, როგორც ახლა გვესმის, თურმე, კოვზით ზიარებისას დაავადება არ გადავა ადამიანებზე, რაც ჩემთვის არის აბსურდი, მაგრამ მათ აქვთ უფლება, რომ ამის სჯეროდეთ. თუმცა ეს უფლება სამოქალაქო სეკულარულ სახელმწიფოში მთავრდება იქ, სადაც იწყება სხვების უსაფრთხოება

Les croyants, ou du moins certains d'entre eux, ont le droit de ne pas croire en la science, ou de croire que la science ne s'applique pas à leurs importants rituels religieux comme ils l'entendent. Je trouve absurde qu'en partageant une cuillère, la maladie ne se transmette pas aux humains, mais ils ont le droit de le croire ou de ne pas le croire. Toutefois, dans un État civil et laïque, ce droit s'arrête là où commence la sécurité des autres.

C'est pourquoi une partie de la société géorgienne continue de regarder Pâques avec inquiétude. Le 7 mars, le théologien géorgien et ancien prêtre Basil Kobakhidze a donné une interview à Pirveli TV dans laquelle il a attaqué le patriarcat pour « fanatisme » quant à son approche du COVID-19. Kobakhidze, qui vit en France, a affirmé que l'Église est devenue un « État dans l'État » et pourrait contribuer à la propagation de la maladie. Dans le même temps, a-t-il souligné, l'élite politique du pays et les membres du clergé de hauts rangs ne courent aucun danger, car ils n'auront aucun problème pour obtenir un traitement médical.

Et bien que le gouvernement ait décrété le confinement au niveau des quatre plus grandes villes de Géorgie (Tbilissi, Kutaisi, Batumi et Rustavi) le 15 avril, les préparatifs d'une grande veillée de Pâques se sont poursuivis. Tikaradze a fait remarquer avec beaucoup de délicatesse que tous les membres de la société géorgienne, y compris l'Église et les particuliers, devaient partager la responsabilité avec le gouvernement afin de vaincre le virus.

Le père Shalva Kekelia, prêtre de l'église de la Transfiguration dans le quartier de Vake à Tbilissi, a déclaré qu'il avait l'intention de mettre en place une structure temporaire pour les fidèles ce soir-là – bien que les mesures de distanciation sociale soient respectées à l'intérieur, elle était censée pouvoir accueillir 2 000 personnes. Elle permettrait aux fidèles de rester dans les locaux de l'église pendant la nuit, évitant ainsi les violations du couvre-feu. De même, le métropolite Iakob de Bodbe, l'un des ecclésiastiques les plus influents de l'église, a souligné dans une interview accordée à InterPressNews que l'église n'avait ordonné à personne d'assister aux offices et que « les chrétiens doivent être responsables d'eux-mêmes. »

Le 17 avril, Kobakhidze a déclaré dans une autre interview que l'engagement du patriarcat à organiser de grands offices constituait une grave menace pour la santé publique. Mais ce ne sont pas seulement d'éminents critiques de l'Église qui semblent soutenir ses propos. Le même jour, 13 ecclésiastiques ont signé une lettre ouverte indiquant qu'ils refusaient temporairement de participer à la liturgie :

ქრისტესთან ჭეშმარიტი ურთიერთობა, მასთან ზიარება მხოლოდ ტაძარში სიარულით არ გამოიხატება. ჩვენ სხვაგვარადაც შევიქნებით ქრისტეს ჭეშმარიტი ტაძარნი, როგორც მისი სხეულის ნაწილნი (ეფ. 5,30) და მის წმიდა სხეულს ჭეშმარიტად თანაზიარნი. ვინც დღეს ეპიდემიის გამო თავს იკავებს ღვთისმსახურებაზე შეკრებისაგან, არათუ ქრისტეს ღალატობს, პირიქით, ცდილობს მოცემულ ვითარებაში აღასრულოს სულიერი ლიტურგია მოყვასის მსახურებისა. მოშიშება ყოველთვის სიმხდალეს არ ნიშნავს, ხანდახან იგი დიდი საქმის საფუძველი ხდება.

La véritable communion avec le Christ ne consiste pas seulement à aller à l'église. Nous pouvons créer un véritable temple du Christ par d'autres moyens, en participant à son corps saint. Ceux qui s'abstiennent aujourd'hui de se réunir pour prier en raison de l'épidémie ne trahissent pas le Christ ; au contraire, ils font de leur mieux pour accomplir la liturgie spirituelle en pensant à leur prochain, compte tenu de la situation actuelle. La peur n'est pas toujours synonyme de lâcheté ; elle peut parfois être à l'origine de grands actes.

Pourtant, à l'approche de Pâques et du Vendredi Saint, le clergé orthodoxe géorgien a semblé choisir les restrictions auxquelles il devait obéir. Dans le cadre du bouclage de la Géorgie, la circulation des véhicules était interdite à partir de midi. Néanmoins, le 17 avril, le patriarcat a déclaré que cette interdiction n'avait pas fait l'objet d'un accord préalable avec le patriarcat et que le clergé, les membres des chorales des églises et les huissiers seraient libres de se déplacer en voiture pour assister aux offices.

La liturgie de Pâques s'est donc déroulée avec un nombre plus restreint de fidèles que les années précédentes ; beaucoup de ceux qui y ont pris part étaient des parents du clergé.

Dans tout le pays, des centaines de paroissiens ont assisté aux offices du 18 avril, malgré les appels des autorités à rester chez eux. Dans la cathédrale Sameba de Tbilissi, rapporte Reuters, tous portaient des masques de protection et respectaient généralement la distanciation sociale. Dans son discours de Pâques, le patriarche Ilia II a déclaré que le virus a fait naître la peur chez de nombreuses personnes, ce qui les a poussées à se tourner vers Dieu. « Nous ne devons pas avoir peur de la tentation, le chrétien prend les problèmes avec gratitude et voit la main de Dieu en toute chose… tout en essayant de trouver la bonne solution dans la situation actuelle », a poursuivi le chef de l'Église orthodoxe géorgienne.

Bien qu'il y ait eu quelques cas d'ecclésiastiques testés positifs au COVID-19, comme un employé d'une église à Tskneti, en dehors de la capitale géorgienne, il est difficile de dire si les prières publiques en sont finalement responsables. Le 5 mai, le ministre géorgien de la Santé, Tikaradze, a déclaré que les autorités n'avaient pas encore identifié de « groupe d'églises » où des cas de COVID-19 ont été détectés.

Que les fidèles aient été infectés ou non n'est peut-être pas la question. Pour certains en Géorgie, la réaction de l'église aux restrictions de l'État concernant la COVID-19 a révélé la manière dont le clergé considère sa relation avec l'État – et ils se demandent si les leçons de la pandémie pourraient provoquer une crise de foi dans le rôle de l'Église orthodoxe géorgienne au sein de la société.

]]>
Myanmar : des forces pro-démocraties marquent l'anniversaire du coup d'État par une « grève silencieuse »https://fr.globalvoices.org/?p=276562http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230208_235423_Myanmar___des_forces_pro-democraties_marquent_l_anniversaire_du_coup_d_Etat_par_une____greve_silencieuse___Wed, 08 Feb 2023 22:54:23 +0000Des grandes villes restées désertes pendant six heures

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Une rue presque vide en Birmanie le 1er février. Photo du post Twitter du mouvement de désobéissance civile, également largement relayé sur les réseaux sociaux.

Malgré les menaces d'arrestation des autorités militaires, le 1er février 2022, à l'occasion de la « grève silencieuse » contre la junte, la majorité des citoyens birmans sont restés chez eux.

Après leur prise de pouvoir le 1er février 2021 et la détention des responsables de la Ligue nationale pour la démocratie au pouvoir, les militaires ont déclaré l'état d'urgence et mis en place un nouveau gouvernement, le Conseil d'administration de l'État (SAC), dont les membres ont été nommés par Tatmadaw (les forces armées).

Néanmoins, le régime de la junte a été immédiatement contesté par des citoyens inquiets qui ont engagé un mouvement de désobéissance civile et ont appelé au rétablissement du régime civil. Au cours de l'année écoulée, plus de 1 500 personnes ont été tuées et près de 12 000 arrêtées en raison de leur opposition à la junte.

Afin d'éviter d'être arrêtés lors d'une manifestation, les forces pro-démocratie ont organisé une « grève silencieuse » les 24 mars et 10 décembre 2021, en encourageant les habitants à ne pas sortir de chez eux. Pendant la grève, les villes étaient désertes pendant plusieurs heures et aucun piéton ou voiture ne circulait.

En procédant à l'arrestation de propriétaires de magasins ayant annoncé qu'ils baisseraient leurs rideaux de 10h à 16h le 1er février, le gouvernement militaire a tenté de dissuader les gens de se joindre à la « grève silencieuse » organisée cette année. Malgré leurs efforts, de millions de personnes ont choisi de ne pas sortir pendant la journée.

Des photos de la « grève silencieuse » relayées sur Twitter 

Une rare grève éclair s'est tenue dans le centre urbain de Yangon quelques minutes avant la « grève silencieuse »

Cette artère pourtant très fréquentée de Yangon ressemblait à une ville fantôme pendant la « grève silencieuse »

Même les habitants de la capitale Naypyidaw et d'autres villes où la présence militaire se fait lourdement sentir, sont restés chez eux :

Certains marchés ont été contraints de rester ouverts par crainte de sanctions, mais aucun client n'est venu :

Le mouvement de désobéissance civile a déclaré que la « grève silencieuse » a été un succès

Cette photo donne un aperçu des villes où la « grève silencieuse » a été organisée

Un chef de l'opposition a partagé une carte montrant l'étendue de la manifestation qui s'est tenue dans tout le pays :

Les réfugiés rohingyas au Bangladesh, qui ont été déplacés du Myanmar en raison d'opérations militaires, ont également pris part à la « grève silencieuse »

La Fondation des droits de l'homme de Monland a interrogé un habitant de la ville sur sa participation à la grève :

J'ai trouvé que les endroits qui habituellement sont très animés étaient silencieux aujourd'hui. J'ai vu des étrangers rejoindre les rassemblements pro-militaires le matin mais ils sont partis à présent. Très peu de voitures circulent sur les routes. La plupart des magasins sont fermés, certains dans la rue principale sont ouverts… J'ai l'impression que c'est le moyen le plus sûr d'exprimer son opposition au groupe responsable du coup d'État illégal.

Après la fin de la grève à 16 heures, les habitants ont commencé à applaudir bruyamment depuis chez eux, comme le rapporte Mizzima News

Des rassemblements pro-militaires se sont tenus pendant l'anniversaire du coup d'État et ont été autorisés par les autorités malgré la réglementation en vigueur contre les rassemblements de masse.

Le gouvernement militaire a décidé de prolonger l'état d'urgence pour six mois supplémentaires, ce qui reflète son incapacité à convaincre la majorité de la population d'accepter son autorité pour gouverner le pays. Cet éditorial de The Irrawaddy fait écho au sentiment de ceux qui continuent de rejeter le gouvernement militaire :

Il ne s'agit pas juste d'un mouvement pro-démocratie : le peuple est résolu à ce que l'ère des régimes dictatoriaux récurrents prenne fin une fois pour toutes ; ils savent que chaque jour passé sous la junte militaire est une journée en enfer.

Le peuple refuse de redevenir esclave de l'armée et n'abandonnera jamais.

]]>
L'effort principal du langage de propagande russe consiste à donner l'impression qu'il n'y a toujours pas de guerrehttps://fr.globalvoices.org/?p=276532http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230208_233715_L_effort_principal_du_langage_de_propagande_russe_consiste_a_donner_l_impression_qu_il_n_y_a_toujours_pas_de_guerreWed, 08 Feb 2023 22:37:15 +0000Néanmoins, il existe des résistances linguistiques et des contre-messages

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Alexandra Arkhipova, photo de Teplitsa, utilisée avec permission.

L’anthropologue Aleksandra Arkhipova étudie le folklore russe contemporain, comme les peurs et les rumeurs associées à la guerre en Ukraine, ainsi que le langage médiatique utilisé par la propagande d'État russe pour manipuler les citoyens. Avec la permission de Teplitsa, un média indépendant sur l'activisme, nous publions une transcription abrégée de sa présentation à la conférence « Internet sans frontières ».

Nous parlons très souvent du fait qu'une terrible propagande fonctionne actuellement en Russie, et elle affecte les gens à travers le langage. Je me penche sur le fonctionnement de ce langage de propagande.

Est-il généralement vrai que vous pouvez changer la perception de ce qui se passe à l'aide des mots ?

À partir de 2017-2018, au lieu du mot «explosion» dans les médias [d'État] russes, le mot «frappe» a commencé à être utilisé. Beaucoup de gens me demandent : «Et s'ils utilisent un certain mot, cela affecte-t-il vraiment quelque chose ?» La réponse à cette question a longtemps été donnée par les linguistes et les psychologues cognitifs.

Par exemple, en 2005, un groupe de chercheurs a étudié comment les médecins informaient les patients d'un diagnostic désagréable, que nous appelons « insuffisance cardiaque » en anglais. C'est évidemment un mot avec une mauvaise connotation : une sorte de panne. Par conséquent, les médecins essaient généralement de remplacer ce mot désagréable par des euphémismes.

Lorsque les patients reçoivent un diagnostic avec les mots « insuffisance cardiaque », ils le prendront beaucoup plus au sérieux : suivre un régime, prendre des médicaments, accepter une intervention chirurgicale. Cependant, lorsqu'ils reçoivent à la place un euphémisme plus agréable, comme « Il y a du liquide dans vos poumons parce que votre cœur ne pompe pas bien », ils se soucient beaucoup moins de leur santé.

Il a été une fois de plus prouvé qu'il est vraiment possible de manipuler la perception du monde humain à travers le langage.

À propos des euphémismes dans le langage de propagande russe 

A quoi sert la propagande russe ? Elle change les mots d'une manière spéciale. Elle ne remplace pas les significations, mais les connotations. C'est-à-dire qu'elle remplace les associations de mots afin que nous percevions le monde comme meilleur et plus sûr – comme un monde dans lequel il n'y a pas de guerre !

Revenons à la façon dont les médias d'État russes ont commencé à utiliser l'expression «frappes» au lieu d'«explosion». Pourquoi l'ont-ils fait ? Car le mot « explosion » a une connotation très dangereuse : terrorisme, mort, catastrophe, guerre. Et le mot «frappe?» Eh bien, une sorte de son, peut-être même des vacances, mais pas un événement associé à la mort. Par conséquent, le mot «frappe» a progressivement commencé à remplacer  «explosion».

C'est une stratégie pour les médias affiliés à l'État de sous-estimer les rapports sur tout type de dommage afin de ne pas « effrayer » le public.

Après le début de l'invasion russe en Ukraine, déjà à partir du 4 mars 2022, il était interdit de mentionner le mot «guerre» en Russie. Au lieu de cela, le terme « opération militaire spéciale » a été imposé. La censure militaire a été introduite. Il existe actuellement 400 décisions de justice dans des affaires de «discrédit de l'armée russe». Les gens auraient discrédité l'armée russe en qualifiant la guerre de guerre.

L'administration présidentielle envoie des instructions aux médias, dans lesquelles elle explique en détail aux journalistes comment manipuler les connotations – «opérations spéciales» et autres termes.

À propos des instructions de l'administration présidentielle 

J'ai un merveilleux informateur; dans les premiers mois de la guerre, il travaillait pour une importante publication fédérale russe. Et cette personne m'a fait fuiter les instructions qui venaient de l'administration présidentielle.

Le 28 février, quatre jours après le début de la guerre, son média a reçu une instruction écrite :

 N'utilisez pas le mot « guerre », vous pouvez utiliser à la place les mots « libération », « mission de libération », « opération spéciale ». Ne semez pas la panique. Permettez-moi de vous rappeler une fois de plus que dans vos articles, il est impossible d'écrire le mot «guerre», «opération militaire», «capture par l'armée russe»; maintenant c'est juste une «opération spéciale».

Cela s'est produit quatre jours avant l'introduction de la censure militaire, mais les médias étaient déjà sous pression.

Le recadrage du langage avait commencé. Le recadrage consiste à travailler avec des associations.

Vous devez prendre les informations sur ceux qui sont morts pendant l'opération spéciale uniquement à partir des sources officielles. Lorsque vous couvrez l'opération spéciale, veuillez ne pas écrire «pris sous contrôle» en relation avec les colonies ; remplacez-le par le mot «libéré».

C'est-à-dire, d'abord «capturé», puis «pris sous contrôle», puis «libéré». Parce que les mots « capturé » et « libéré » ont des connotations différentes. Le mot « libéré » a des associations clairement positives.

Ou, par exemple, «retraite» est un «geste de bonne volonté»; «la contre-offensive des forces armées ukrainiennes » [devient] « des attaques désespérées ».

Ainsi, trois stratégies émergent : éviter complètement les sujets dangereux ; en les remplaçant, choisissez des mots qui ne sont pas liés à la mort des personnes et à la guerre; diaboliser l'ennemi.

L'importance du recadrage s'applique également à la manière dont la guerre est présentée. Pourquoi luttons-nous ? Du point de vue de la propagande russe, au nom de la dénazification, de la recherche des nationalistes, de la libération de la population russophone, etc.

Autre exemple : « ligne de contact ». Il s'agit, bien sûr, du remplacement du mot «avant». Il est utilisé depuis février 2022, assez activement. C'est comme si nous n'avions pas de front de guerre, nous avions une «ligne de contact». En septembre, le repêchage militaire a eu lieu. Lorsque les citoyens ont été recrutés, on leur a dit qu'ils «aideraient à défendre la ligne de contact». On ne leur a pas dit : « Vous serez envoyé au front », non.  «Vous irez défendre la ligne de contact.»

À propos de la résistance et de la création du contre-message

Comment les gens résistent-ils à ce nouveau langage ? Une façon est de pirater le système lui-même. Lorsque la guerre a commencé, la censure a été introduite et le mot «guerre» a été interdit, un thème merveilleux «Dites la guerre à voix haute» est apparu dans les graffitis. C'est une chose très importante car il y a maintenant beaucoup de gens en Russie qui résistent de toutes les manières possibles au langage de la propagande.

Lire égalementComment les Russes protestent contre la guerre en Ukraine depuis un État totalitaire

Beaucoup de gens en dehors de la Russie m'écrivent que ce sont des ordures, une résistance comme celle-ci n'aide pas. Je ne suis pas d'accord avec eux. La sanction pour cette résistance linguistique va d'une amende à sept ans de prison. Ce sont des actions sérieuses visant à briser la zone de confort, pour qu'une personne quitte la maison pour aller chercher du pain et, après avoir parcouru 300 mètres, lise des informations sur la guerre et comprenne qu'elle vit dans une situation de guerre, et n'essaie pas d'éviter ce sujet.

La tâche principale que s'assignent les gens qu'on appelle partisans sémiotiques [partisans qui opèrent avec des signes] est de briser le blocus de la propagande informationnelle. Le meilleur moyen est de créer ce que j'appelle un «contre-message».

Voici un exemple simple : le panneau « Zone de danger, éloignez-vous du bâtiment en cas de chute de glaçons ». Quelqu'un a ajouté le mot «Russie», et cela a donné Zone dangereuse, «Russie». Ceci est un simple contre-message.

Mais le contre-message est plus compliqué : d'abord, le symbole bien connu de soutien à la guerre, la lettre Z, a été écrit sur la clôture, et la nuit un partisan sémiotique a ajouté deux lettres P et C et a ainsi créé un contre-message, un mot grossier très obscène : « pizdets » ou « merde ».

Les guérillas sémiotiques infiltrent les actes de propagande déjà existants et les détruisent de l'intérieur. La journaliste Maria Antyusheva, venue au briefing du ministère de l'Intérieur à Krasnoïarsk, a enlevé son manteau et a dévoilé des vêtements jaunes et bleus, les couleurs du drapeau ukrainien. Elle a été arrêtée, mais néanmoins, elle a créé un contre-message visuel et lumineux.

Au moins jusqu'à présent, l'effort principal du langage de propagande est de donner l'impression qu'il n'y a pas de guerre. Il y a quelques événements locaux, mais il n'y a pas de guerre, il n'y a pas de front, et la conscription est partielle. Avant la conscription militaire, la plupart des personnes que j'ai interrogées pensaient qu'il ne se passait rien de terrible et que tout finirait très bientôt. 

Et le nombre de personnes qui croient que rien ne se passait et, surtout, qu'il s'agit d'une sorte de problème éphémère qui prendra fin, est en corrélation avec ceux qui suivent les nouvelles des médias affiliés à l'État russe.

Apparemment, la situation va bientôt changer.

]]>
Mozambique : une vidéo devenue virale montre des violations présumées des droits humains par des militaires à Cabo Delgadohttps://fr.globalvoices.org/?p=276514http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230207_191046_Mozambique___une_video_devenue_virale_montre_des_violations_presumees_des_droits_humains_par_des_militaires_a_Cabo_DelgadoTue, 07 Feb 2023 18:10:46 +0000Des citoyens brûlés par des personnes s'apparentant aux militaires

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Ponte fronteiriça de Cabo Delgado, nord du Mozambique, 4 août 2009. Photo de F. Mira via CC BY-SA 2.0.

[Sauf indication contraire, tous les liens renvoient vers des pages en anglais]

Le 12 janvier 2023, les réseaux sociaux au Mozambique ont été pris d'assaut par le partage d'une vidéo, qui montrait l'incinération de corps par de supposés militaires affrontant [fr] des terroristes dans le nord du pays, à Cabo Delgado. La vidéo montre des personnes habillées en militaires avec le drapeau sud-africain jetant des corps dans le feu. D’après la conversation entendue dans la vidéo, ces corps seraient ceux de terroristes capturés au combat par des troupes militaires .

Peu de temps après, la vidéo a provoqué de nombreuses réactions, principalement pour condamner la survenance de tels actes, ainsi que pour attirer l'attention sur les graves violations des droits humains qui sont commises depuis le début du conflit à Cabo Delgado. Pour le directeur exécutif du Centre pour la démocratie et le développement (CDD), Adriano Nuvunga, ces images ne sont que la pointe de l'iceberg d'une plus grande violation des droits humains et des abus commis par des agents militaires étrangers à Cabo Delgado.

Aquela é uma atitude dos esquadrões da morte, queimar corpos. Há uma lei própria que regula a atuação de tropas em situação de conflito, particularmente quando são forças internacionais.

C'est l'attitude des escadrons de la mort, qui brûlent les corps. Il existe une loi spécifique qui réglemente les actions des troupes dans les situations de conflit, en particulier lorsqu'il s'agit de forces internationales.

Quelle est la situation à Cabo Delgado ?

Depuis octobre 2017, le Mozambique connaît un conflit armé dans la province septentrionale [fr] de Cabo Delgado. Diverses explications ont été données sur les causes, telles que les problèmes religieux ou la pauvreté des jeunes, mais dans l'ensemble, les véritables causes restent inconnues. Malgré les allégations selon lesquelles l'État islamique serait derrière les attaques et aurait l'intention d'occuper les zones de production de gaz au Mozambique, ni les auteurs ni les origines de la violence n'ont été identifiés.

Depuis le début de ce conflit, environ 3 000 personnes ont été tuées et 784 000 ont été déplacées, selon le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés. Des groupes de défense des droits humains ont documenté ces violations contre la population locale.

Récemment, Human Rights Watch a dénoncé que les forces gouvernementales et les rebelles d'Al Shabab ont horriblement violé les droits des personnes. Les forces des deux parties ont été accusées d'avoir commis des crimes de guerre, notamment des meurtres de personnes, des agressions sexuelles et des destructions de biens.

Selon Amnesty International, en 2021, les forces de sécurité mozambicaines ont maltraité les personnes qu'elles étaient censées protéger par l'intimidation, l'extorsion, la torture, les disparitions forcées et les exécutions extrajudiciaires. Le Dyck Advisory Group, une entreprise militaire privée engagée par le gouvernement en tant que force d'intervention rapide, ne faisait souvent aucune distinction entre les cibles civiles et militaires lorsqu'il larguait des explosifs et tirait avec des mitrailleuses depuis des hélicoptères.

Outre le soutien apporté par les pays africains, le Portugal et d'autres pays de l'Union européenne ont formé des soldats des forces armées mozambicaines. Ce soutien a apporté un certain soulagement et une sécurité apparente à Cabo Delgado, bien que des poches de conflit persistent encore dans certaines parties de la province.

Appels à la justice

Le président de la Commission des droits de l'homme de l'Association du barreau mozambicain, Feroza Zacarias, a regretté la cruauté de la vidéo et a exigé que les coupables soient tenus responsables :

Aquilo é uma desconsideração dos direitos humanos. Um olhar de normalização que norteia o nosso Estado.

C'est un mépris des droits humains. Plaidoyer pour une normalisation qui guide notre État.

Pour Amnesty International (AI), les images sont un exemple « horrible » de ce qui se passe dans la « guerre oubliée » qui se déroule dans cette province du nord du Mozambique, a déclaré Tigere Chagutah, représentant de l'organisation pour l'Afrique orientale et australe. Chagutah a dit:

A queima de corpos por soldados é deplorável e provavelmente uma violação do direito humanitário internacional, que proíbe a mutilação de cadáveres e exige que os mortos sejam tratados com respeito.

L'incinération des corps par les soldats est déplorable et constitue probablement une violation du droit international humanitaire, qui interdit la mutilation des cadavres et exige que les morts soient traités avec respect.

D'autre part, le Président namibien Hage Geingob a déclaré que l'organisation ne pouvait pas encore condamner l'acte car une enquête est en cours pour vérifier la véracité des allégations.

Geingob préside également la Troïka de la politique de défense et de sécurité de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), qui a qualifié la vidéo de « dérangeante » et promis « des actions » une fois les enquêtes terminées, sans préciser ce qui sera réellement fait. En réaction, Zenaida Machado, de Human Rights Watch, a déclaré que l'armée devrait respecter les droits humains dans la région.

Nous espérons lire le rapport bientôt. Vous devez également ordonner à tous les soldats sur le terrain à Cabo Delgado d'agir conformément à la loi et de respecter les droits humains. Expliquez-leur très clairement que des actes comme celui de cette horrible vidéo ne seront pas tolérés.

https://t.co/yvAwhBMDq8

— Zenaida Machado (@zenaidamz) 12 janvier 2023

]]>
Le compte Flickr du Président rwandais Paul Kagame s'interroge : l'Afrique peut-elle retrouver son identité visuelle ?https://fr.globalvoices.org/?p=276410http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230207_171830_Le_compte_Flickr_du_President_rwandais_Paul_Kagame_s_interroge___l_Afrique_peut-elle_retrouver_son_identite_visuelle__Tue, 07 Feb 2023 16:18:30 +0000Le compte Flickr du Président Kagame attiré des milliers d'abonnés avec plus de 59 000 photos publiées

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

 

One of the most viewed photos in President Kagame's Flickr account

Une des photos les plus vues sur le compte Flickr du Président Paul Kagame : YouthConnekt 2022 Africa Summit, Kigali, 13 octobre 2022  ( CC BY-NC-ND 2.0 ).

Il est rare que vous trouviez le président d'un pays partageant activement et en évidence des photos officielles professionnelles de haute qualité de toutes les fonctions de l'État, nationales et internationales, sur un site de photographies. Il est encore plus rare qu'un président rende des photos librement disponibles pour un usage non commercial sous Creative Commons. C'est exactement ce que le Président rwandais Paul Kagame fait depuis qu'il a rejoint Flickr en 2009. Bien que ce soit très probablement son équipe de communication qui exécute, le fait que ce soit son nom et son visage qui apparaissent sur la plate-forme constitue une bonne étude de cas sur la façon dont le continent peut récupérer son récit visuel.

Depuis 2009, le compte Flickr du Président Kagame a gagné 2 600 abonnés et plus de 59 000 photos qui ont été vues par 119,2 millions de personnes à ce jour. Toutes ces images sont sous Creative Commons et possèdent une licence Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0 Generic. Cela signifie que l'on peut copier et redistribuer le matériel sur n'importe quel support ou format tant qu'il n'est pas commercial, en donnant le crédit approprié et un lien vers la licence.

Certaines des photos les plus populaires sur le site d'hébergement d'images et de communauté le montrent avec d'autres dirigeants mondiaux, tels que l'ancien Président américain Barack Obama et l'ancienne première dame Michelle Obama, la ministre du Commerce extérieur et du Développement du Royaume des Pays-Bas Lilianne Ploumen, la Reine Elizabeth II et l'ancien capitaine d'Arsenal, Tony AdamsBien qu'il s'agisse d'un excellent outil de relations publiques pour sa présidence, il devient une ressource pour les médias non seulement au Rwanda, mais aussi pour des écrivains comme moi.

L'importance d'images accessibles

Je suis tombé sur son compte comme de manière fortuite. La première fois, j'écrivais un article sur les gaffes diplomatiques du général ougandais Muhoozi . La deuxième fois, c'était lorsque je rédigeais récemment un article sur la Présidente tanzanienne Samia Suluhu [fr]. Il est depuis devenu ma source de référence pour toutes les histoires que moi-même ou d'autres contributeurs de GV avons écrites sur la région de l'Afrique de l'Est.

L'un des plus grands défis du travail des éditeurs et des rédacteurs de Global Voices (GV) est de trouver des images Creative Commons pertinentes qui soient non seulement appropriées, mais aussi qui aident à raconter davantage l'histoire particulière. En tant qu'organisation médiatique à but non lucratif, GV s'appuie entièrement sur les images sous Creative Commons, celles prises par les contributeurs ou celles pour lesquelles une autorisation explicite a été demandée et accordée.

Des entités à but non lucratif telles que Global Voices (et d'autres médias), ainsi que des organisations caritatives, des groupes de défense des droits humains, des établissements d'enseignement, des agences gouvernementales, des éducateurs et des particuliers utilisent souvent des images sous licence Creative Commons pour promouvoir leurs causes, éduquer le public ou publier du contenu pour les blogs et les réseaux sociaux.

L'argument pour Creative Commons parmi les photographes africains tombe constamment dans l'oreille d'un sourd. Pour la plupart, leurs images sont censées leur rapporter de l'argent, comme me l'a dit un photographe. Et c'est leur besoin le plus immédiat dans un marché féroce où ils sont souvent en concurrence avec des photographes internationaux mieux équipés et plus connectés affiliés à des agences telles que l'AFP, AP, Getty Images et Reuters.

Le danger d'une seule image

Dans une conférence TED, la célèbre écrivaine nigériane Chimamanda Ngozi Adichie a expliqué ce qu'elle a appelé « le danger d'une seule histoire ». Elle a expliqué comment les histoires peuvent influencer l'identité, façonner les stéréotypes et créer des voies vers l'empathie. Que diriez-vous des images ? Quel est le danger d'une seule image ?

De grandes girafes arpentant des savanes luxuriantes ou grignotant un acacia. Des guerriers massaï en plein vol. Des enfants mineurs émaciés portant des armes à feu ou tenant des bols. Des touristes blancs en safari avec des zèbres et des lions en arrière-plan. Des maisons en boue au milieu de nulle part. Ce sont les images qui apparaissent le plus souvent sur les moteurs de recherche lorsque le mot « Afrique » est entré. Ce sont les mêmes (ou des variantes de celles-ci) que les médias internationaux utilisent pour leurs reportages, dans lesquels l'Afrique est souvent déformée comme un monolithe singulier dont les habitants sont ravagés par la famine mais dont la beauté est à couper le souffle, plutôt que 56 États qui sont différents et nuancés.

Un rapport de 2021 d’ Africa No Filter a révélé que la dépendance excessive à l'égard des agences de presse internationales est la principale raison pour laquelle les médias africains continuent de perpétuer des récits nuisibles sur l'Afrique. Bien que l'étude ait porté sur les médias du continent, l'histoire n'est pas différente pour les médias internationaux. C'est souvent même pire.

De nos jours, les médias s'appuient davantage sur la photographie d'archives ou des agences de presse qu'auparavant. Poussés vers des mesures de réduction des coûts en raison d'un paysage médiatique en pleine mutation, la plupart ont soit réduit, soit complètement supprimé leurs propres photographies. Par rapport au coût de fidélisation du personnel pour couvrir toutes les régions géographiques requises, plus les avantages sociaux qui en découlent ou le paiement des frais d'un fil de presse, la photographie de stock est devenue le moyen le plus rentable pour les médias d'acquérir rapidement et facilement des images de haute qualité, en particulier pour articles non urgents ou de fond. Et c'est là que réside le problème.

Les sites Web et les agences de photographie de stock se sont rendus coupables de perpétuer ces stéréotypes. Des agences telles que AP, Getty Images et Reuters ont des photographes partout dans le monde, pour la couverture d'événements ou d'actualités. 

En fournissant des images gratuites qui montrent la vie quotidienne d'un dirigeant en Afrique, le Président rwandais démystifie les stéréotypes sur le continent et  ses dirigeants qui sont souvent décrits comme incompétents, corrompus et avides de pouvoir. Plus important encore, il revendique l'identité visuelle du Rwanda, un pays toujours hanté par les fantômes du génocide de 1994. Pour les pays aux prises avec le danger d'une seule image, l'exemple de Kagame vaut la peine d'être suivi.

Wiki aime l'Afrique

Lorsque l'ingénieure française Florence Devouard et l'experte zimbabwéenne en communication et marketing Isla Haddow-Flood ont lancé Wiki Loves Africa en 2014, il y avait une pénurie d'images [fr] représentant l'Afrique sur Wikimedia Commons. Depuis lors, ce concours photographique public annuel où des personnes de toute l'Afrique contribuent avec des médias (photographies, vidéo et audio) sur leur environnement à utiliser sur Wikipédia a jusqu'à présent sous-traité plus de 72 000 images.

Comparé à la longueur et à l'étendue du catalogue de sites tels que Getty, c'est une goutte dans l'océan.

Alors que nous entrons dans une nouvelle ère de l’intelligence artificielle (IA) avec la sortie de Dall-e et ChatGPT et bien d'autres encore, de quelle manière les Africains peuvent-ils former visuellement les modèles d'apprentissage en profondeur pour mieux nous comprendre ? Avoir plus de photos sur Creative Commons pourrait-il être un catalyseur majeur ?

]]>
Les Togolais revendiquent leurs droits sur la toilehttps://fr.globalvoices.org/?p=276391http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230206_054123_Les_Togolais_revendiquent_leurs_droits_sur_la_toileMon, 06 Feb 2023 04:41:23 +0000Seul l'activisme politique irrite le gouvernement togolais

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Capture d'écran de la chaîne YouTube de France 24 English.

Partout dans le monde, jeunes comme adultes n’hésitent pas à lever la voix pour dénoncer la mauvaise gouvernance dans différents domaines, et réclamer par la même occasion le bien-être des populations au niveau communautaire, national, régional, et même continental. Au Togo comme ailleurs, de nombreux activistes se font ainsi entendre.

Défense des droits humains, des droits des femmes et du féminisme, promotion de l'état de droit et de la gouvernance démocratique, protection de l’environnement et lutte contre le changement climatique: tous ces domaines sont repris par les jeunes Togolais qui font de l’activisme leur cheval de bataille. Ils dédient leur énergie à ces luttes car ils sont convaincus du changement qu’ils peuvent provoquer à travers leurs actions.

L’environnement et le changement climatique

Le Togo n'est pas épargné par les conséquences de la dégradation de l'environnement et du changement climatique notamment causé par les productions d’énergies, l'abattage de forêts, et les nombreuses émissions de gaz à effet de serre. La population demande beaucoup plus d’engagement, d’initiatives et de programmes de la part des autorités étatiques, toutefois l’implication des communautés touchés reste d'autant plus importante qu'elles sont les couches les plus concernées par les effets dévastateurs de ces phénomènes.

Kevin Ossah, activiste climat et Directeur de l’ONG OJEDD International, est l’un des ces jeunes qui fait bouger les choses dans les communautés, y compris les plus reculées du pays. Grâce à son activisme, il fait retentir le nom du Togo et de l’Afrique lors de grandes rencontres et sommets internationaux sur l’environnement et le changement climatique. Il a incité beaucoup de jeunes à s’engager pour la préservation de l’environnement et a suscité un changement de mentalité chez certains Togolais. Il a ainsi réussi à implanter son organisation OJEDD International dans 16 pays à travers le monde. Cette organisation a été le porte voix des jeunes Africains au sommet “Youth4Climate : Driving Ambition”, tenu du 28 au 30 septembre 2021 à Milan en Italie.

Nadège Abidé Boumogue est un autre grand nom de l'activisme togolais qui s’illustre pour la cause climatique et la protection de l'environnement dans sa région et sur le plan national. Ses engagements lui ont permis d’être sélectionnée et de participer à la CoP 27 tenu du 6 au 18 novembre 2022 à Sharm El-Sheik en Egypte.

Edem Dadzie et Hector Namangue sont deux journalistes environnementalistes qui font également de l’activisme climatique. Le premier est responsable du site www.lepapyrus.info, un média d'information générale qui accorde une place importante à l'actualité environnementale, et directeur de l'association Afrique Eco 2100, qui fait la promotion d'une Afrique écologique. Le second est directeur du site environnementaliste www.vert-togo.tg. Il a aussi pris part à la Cop 27 pour partager son expérience d'activiste:

Des jeunes activistes des droits des femmes et du féminisme

Les femmes sont de plus en plus nombreuses à s’engager pour la défense de leurs intérêts. Préoccupée par la perception et le traitement réservé à la femme, Elsa M’Bena Ba est l’une des pionnières du combat féministe au Togo. Avec Reyhanath Toure Mamadou, Floriane Klinklin Acouetey et bien d’autres jeunes femmes, elles ont posé les jalons d'un un mouvement qui rassemble aujourd’hui d’autres filles victimes d’abus et de violences basées sur le genre (VBG).

Sharon Mukwawaya, est une autre figure des jeunes défenseuses des droits des femmes au Togo. Elle et les jeunes femmes citées plus haut sont également les fondatrices de la communauté Les Négresses Féministes au Togo. Elles ont le mérite d'avoir organisé deux colloques de féministes au niveau national et régional.

Un activisme politique qui dérange

Fovi Katakou, Foly Satchivi, Jean-Paul Oumolou, Farida Nabourema sont tous des activistes politiques engagés pour la bonne gouvernance et la démocratie au Togo. Leur vision consiste à imaginer une vie épanouie et libre pour leurs concitoyens. Cet engagement leur a valu des séjours en prison. Fovi Katakou et Folly Satchivi ont été toutefois libérés suite – à des mobilisations et appels à libération de la part d'ONG au plan national, régional et international.

Malgré de nombreux appels, Jean-Paul Oumolou, est lui toujours en prison. Il lui est reproché d’avoir incité, à travers des vidéos, les forces de l’ordre au soulèvement contre le régime de Faure Gnassingbé, président du Togo depuis 2005.

Farida Nabourema est une dissidente et militante opposée au régime de Faure Gnassingbé. Elle est fondatrice du mouvement « Faure Must Go », appelant à la résistance civile dans l'intérêt de la démocratie au Togo. Résidente aux États Unis depuis ses 18 ans, et continue de lutter à travers ses publications et déclarations pour la fin du long règne de Gnassingbé.

S'il vous plaît, venez assister au changement au #Togo. Nous sommes déterminés à faire tomber pacifiquement le plus ancien régime militaire d'#Afrique. Aidez-nous à gagner notre combat en partageant la vidéo de la manifestation d'aujourd'hui. 50 ans de dictature suffisent. #Fauremustgo #Togodebout

En Afrique, l'activisme qui privilégie l’action directe n’est pas bien vu des gouvernements car il entre souvent en conflit avec leurs intérêts économiques et politiques. Le Togo n’y fait pas exception.

]]>
Visite du pape François en RDC: les Congolais sont divisés sur les déclarations du souverain pontifehttps://fr.globalvoices.org/?p=276461http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230206_045655_Visite_du_pape_Fran__ois_en_RDC__les_Congolais_sont_divises_sur_les_declarations_du_souverain_pontifeMon, 06 Feb 2023 03:56:55 +0000Des millions de Congolais sont déplacés dans leur propre pays

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Capture d'écran de la chaîne Youtube de TV5 Monde. 

Lors de sa visite épiscopale en République Démocratique du Congo (RDC) du 31 janvier au 3 février, le pape François a semble-t-il indirectement mentionné le conflit qui sévit à l'est du pays.

La RDC est en proie à un conflit en Ituri et au Nord-Kivu, à l'est du pays à la frontière avec le Rwanda depuis plus de deux décennies. Le 20 octobre 2022, la tension s’est ravivée entre les autorités de la RDC et les rebelles du M23 qui accusent les autorités congolaises du non-respect des accords de paix, signés en décembre 2013. 

Selon Bruno Lemarquis, en charge du bureau du coordonnateur humanitaire en République Démocratique du Congo (RDC), ces deux provinces abritent 237 000 déplacés internes. Alors que près de 54 % des ces personnes déplacées vivent au sein de familles d’accueil, des milliers d’autres trouvent refuge dans des écoles, des hôpitaux, des églises et autres sites improvisés. Plus de 76 000 enfants ont aussi vu leur scolarité interrompue.

Les violations des accords de 2013 entraînent également des centaines de mort, et font obstacle aux multiples tractations pour le retour d’une possible paix dans ce pays de la région des Grands Lacs.

C'est dans ce contexte tendu que Kinshasa a accueilli le pape François pour une visite épiscopale du 31 janvier au 3 février 2023, dans ce qui est le plus grand pays catholique d'Afrique. Lors de sa première prise de parole, le souverain pontife a délivré un message politique, élevant la voix contre ceux qui tapissent dans l’ombre et alimentent ce conflit qui ne fait que trop durer avec des conséquences désastreuses sur la population directe comme il le dit dans cette vidéo YouTube: .

“ (…) après le colonialisme politique, un “colonialisme économique” tout aussi asservissant s’est déchainé. Ce pays, largement pillé, ne parvient donc pas à profiter suffisamment de ses immenses ressources. Le poison de la cupidité a ensanglanté ses diamants. Mais ce pays et ce continent méritent d’être respectés et écoutés. Ils méritent de l’ espace et de l’ attention. Retirez vos mains de la RDC, retirez vos mains de l’Afrique! Cessez d’étouffer l’Afrique. Elle n’est pas une mine à exploiter, ni une terre à dévaliser (…) ” Pape François.

En effet, la RDC est le deuxième pays le plus vaste de l’Afrique avec un sous-sol riche en minerais qui attisent la convoitise d'industriels du monde entier.

Les propos du pape François ont été relayés par le criminologiste et journaliste d’investigation Steve Wembi sur son compte twitter.

Les Congolais ont des avis divergents sur les propos du pape

Les réactions des Congolais sur le réseau twitter ne se font pas fait attendre. Certains sont favorables à la position du pape François et croient en ces paroles. Selon Mbuyi Elonga, géopoliticienne, chercheuse et analyste politique, étudiante en Master en Sciences Po et Relations Internationales à l’Université de Louvain, le pape s’adresserait ouvertement au Président Rwandais, Paul Kagame. En effet Kagame est accusé par le président Félix Tsisekedi et une partie de population congolaise de soutenir les rebelles du M23.

 D’autres demeurent sceptiques sur les bonnes intentions du pontife et préfèrent qu’au lieu de parler en parabole, il puisse citer des noms, comme le fait remarquer cet internaute:

Certains comme Nestor Mukendi, avocat au Barreau de Kinshasa Gombe, vont plus loin en qualifiant les propos du pape de discours utilisé par les politiciens “souverainistesqui jouent au double jeu avec le peuple pour masquer leurs mains qui étouffent et pillent le continent.

Qu’en est-il des acteurs de la vie sociopolitique du pays?

Interviewés par la Radio Okapi, une radio congolaise, certains acteurs de la vie sociopolitique du pays semblent garder espoir et pensent que la visite papale apportera des changements positifs en RDC, à en juger par leurs déclarations sur les ondes.  Claude Bafwafwa, avocat au barreau de Kinshasa/Gombe, s’est réjoui que le Souverain pontife ait plaidé pour que la RDC cesse de souffrir à cause de ses voisins.

“Le pape a comparé la RDC au diamant. Quand le soleil tape sur le diamant, ça doit briller et ça brille pour tout le monde. Il a invité le gouvernement à être près des pauvres”.

Julienne Lusenge, présidente de l’ONG Sofepadi, salue le fait que le pape qualifie clairement les tueries perpétrées dans l’Est de la RDC de “génocide oublié”. Selon elle, la communauté internationale devrait empêcher Kigali de continuer d’agresser la RDC.

“La communauté ne peut pas oublier que c’est elle qui a demandé au Congo d’ouvrir la voie pour que les Forces Démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR) que cherche Kagame puisse venir chez nous. On n’a qu’à lui dire de dialoguer avec eux là-bas pour faire la paix. Comme ça, ils ne seront plus au Congo et ne seront plus une menace”.

Pour sa part, le ministre de l’Industrie et gouverneur honoraire de Nord-Kivu, région riche en ressources minières où s'est basé le groupe M23, Julien Paluku, au micro de Radio Okapi, a demandé au pape François d’interpeller tous ceux qui sèment la mort et la désolation dans l’est du pays.

“Que sa sainteté, le pape interpelle tous ceux-là qui sèment la désolation et la mort en RDC de cesser. La voix du peuple congolais va jusqu’au Vatican, canal par lequel le message de souffrance sera entendue à travers le monde”.

Il semble donc que même si le pape a dénoncé la violence en général, il a déçu une partie des Congolais en restant sur un terrain purement diplomatique.

 

]]>
Undertones en Inde : infiltration dans les réseaux de suprémacistes hindoushttps://fr.globalvoices.org/?p=276114http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20230202_161651_Undertones_en_Inde___infiltration_dans_les_reseaux_de_supremacistes_hindousThu, 02 Feb 2023 15:16:51 +0000Quels sont les discours les plus populaires en Inde ?

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Cet article est extrait d’Undertones, la newsletter de l’Observatoire civique des médias (Civic Media Observatory) de Global Voices. Il offre le résumé d’une étude de l’écosystème médiatique en Inde, étalée sur un an, et de ce à quoi nous pouvons nous attendre en 2023. Pour plus de détails et d’articles étayant les informations fournies, nous vous invitons à consulter les nombreux liens hypertexte présents tout au long de l’article. Abonnez-vous à Undertones.

Au cours de l’année 2022, les discours d’extrême droite hindous ont gagné à la fois en visibilité et en virulence, et nos chercheurs pensent que cette tendance va se poursuivre en 2023. Les politiciens suprémacistes hindous s’appuient sur l’islamophobie pour exister ; et les messages antimusulmans diffusés dans les sphères numériques continueront probablement à se traduire par des politiques discriminatoires et des violences physiques dans le monde réel.

Opération dinfiltration

Les récits nationalistes hindous dominent les discours politique et médiatique en Inde, mais les chercheurs de l’Observatoire civique des médias ont entrepris de s’intéresser plus particulièrement aux racines de la radicalisation en ligne. Dans ce but, sous des pseudonymes destinés à plaire aux nationalistes hindous, ils se sont infiltrés dans des groupes privés via Facebook, Whatsapp et Telegram, et ont pu constater le matraquage médiatique auquel s’adonne l’extrême droite hindoue. Ces chercheurs ont complété leurs investigations en analysant les médias les plus en vue et les discours hors ligne qui prolifèrent dans les cercles sociaux de ces groupes. Leurs recherches ont permis de révéler la façon dont ces groupes en ligne font peu à peu évoluer le discours public vers la droite.

Hindutva

Lorsque Narendra Modi est devenu Premier ministre en 2014, avec le puissant parti politique, le Bharatiya Janata Party (BJP), les récits axés sur le thème de l’hindouisme ont investi les devants de la scène dans les médias grand public. Alors même que près de quatre Indiens sur cinq se déclarent hindous, le BJP est arrivé au pouvoir en affirmant que « les hindous sont démographiquement et culturellement menacés par les musulmans ». Chiffres mis à part, les Indiens hindous, musulmans, ainsi que les autres minorités religieuses, contribuent depuis des siècles au melting-pot culturel que représente l’Inde aujourd'hui.

L’Inde abritant des dizaines de cultures et de langues distinctes, le BJP a décidé d’utiliser le terme « Hindutva » pour ratisser le plus large possible auprès des électeurs hindous. Idéologie qui consiste à fusionner les identités indienne et hindoue pour faire de l’Inde un État ethnoreligieux, l’Hindutva rejette ainsi activement les valeurs laïques de ce pays, pourtant inscrites dans la Constitution. L’Hindutva est la croyance que l’Inde est intrinsèquement une nation hindoue ; or, ce discours fait planer un risque de nettoyage ethnique pour les musulmans indiens et les autres minorités. En focalisant toute l’attention sur la suprématie hindoue, et son corollaire, l’islamophobie, le BJP cherche à faire oublier les problèmes économiques et politiques du pays.

Ces discours se retrouvent sous leurs formes les plus virulentes sur Internet, par le biais des plateformes de Telegram ou Facebook. Récupéré en amont, le contenu choisi est diffusé sur des pages dédiées à la désinformation sur les réseaux sociaux, puis atterrit, en aval, sur les chaînes de télévision grand public. Il convient de mentionner que la mainmise du BJP sur les instances du pouvoir du pays empêche le développement d’une opposition politique crédible et d’une presse libre. Ainsi, peu de place est accordée à la diversité des contenus et des points de vue. Les critiques et les journalistes qui expriment des opinions différentes de celles du gouvernement sont automatiquement qualifiés d’antinationaux.

Principaux thèmes étudiés en 2022

Dans le graphique interactif ci-dessous, vous pouvez voir la relation entre les thèmes majeurs que nous avons étudiés et les types de discours qui les entourent. Par exemple, on constate ici que les discours concernant la situation au Cachemire sont principalement pro-autoritaires, puis, dans une moindre mesure, pro-Hindutva et anti-musulmans.

Expansionnisme

Certains partisans de l’Hindutva vont même plus loin et embrassent des idéologies expansionnistes. Par exemple, après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les mêmes groupes qui promeuvent l’Hindutva ont immédiatement diffusé des discours sur une « Inde unie », qui engloberait d’autres pays d’Asie du Sud, en particulier le Pakistan, ainsi que les territoires contestés du Cachemire. Ce discours a été largement relayé en Inde et pourrait potentiellement être ravivé par de futurs éléments ou évènements déclencheurs.

Modi et d’autres politiciens, comme  Yogi Adityanath, qui prônent l’Hindutva, font figure de mâle dominants, et sont considérés par beaucoup comme étant les seuls capables de faire de l’Inde une superpuissance mondiale et de conduire le pays à la « prospérité ».

La haine antimusulmane

Le discours islamophobe en ligne a des conséquences concrètes directes. Les violences collectives à l’encontre des musulmans indiens sont en augmentation et des mosquées sont menacées d’être transformées en temples hindous. Même le Taj Mahal a été ciblé pour être converti en lieu de culte hindou. De plus, dans le cadre de ce qui a été appelé la « justice du bulldozer », les autorités publiques démolissent parfois des entreprises familiales appartenant à des musulmans, notamment à New Delhi et dans l’Uttar Pradesh. Parallèlement, les médias projettent une mauvaise image des unions amoureuses interconfessionnelles, en particulier lorsque l’homme est musulman et la femme hindoue, sous prétexte que les femmes sont forcées de se convertir à l’islam au nom du « djihad de l’amour ».

« Le BJP a utilisé le terme “djihad de l’amour” pour instaurer un climat de peur chez les hindous, en les convainquant que les hommes musulmans essayaient d’apporter un changement démographique dans le pays, en épousant et en convertissant des femmes de leur communauté. Cette rhétorique a gagné en popularité en 2022. À l’approche des élections générales de 2024, nous pouvons nous attendre à ce qu'elle soit utilisée pour justifier des lois anti-conversion dans un plus grand nombre d’États indiens », explique notre chercheuse Ananya.

De même, les reportages des médias sur le bien-être des femmes se concentrent uniquement sur les femmes musulmanes, qui auraient besoin « d’être sauvées de l’oppression de l’islam. » Cette image est construite en opposition à l’image de la femme hindoue, libérée et autonome. Les médias colportent des récits néfastes, tels que celui selon lequel « les Indiens musulmans sont violents et non éduqués », qui finissent par influencer le discours public autour des politiques antimusulmanes.

 

Ce qui nous attend en 2023

En 2023, l’Inde accueillera le sommet du G20 à New Delhi. Cet événement donnera probablement un coup de fouet aux récits pro-Modi, qui dépeignent le Premier ministre comme un super-héros sur la scène mondiale, et le BJP comme le sauveur de l’Inde. Des élections législatives clés sont également prévues dans 10 États, ce qui pourrait entraîner un durcissement des discours concernant les musulmans indiens.

« Même si Modi essaie de redorer son image sur la scène internationale, l’Inde est une nation souveraine qui se plaît à clamer que “personne ne peut nous dire ce que nous devons faire” », nous explique notre chercheur, Setu Bandh Upadhyay.

La chercheuse, Shubhangi Heda, ajoute même que « l’Inde est un grand marché économique et est considérée, en Asie du Sud, comme un gouvernement stable, c’est-à-dire bon pour faire des affaires, notamment par la Silicon Valley. » Cela signifie que malgré le durcissement de ces discours néfastes et une population de droite enhardie qui bafoue les droits des minorités, il ne serait pas surprenant que Modi, son gouvernement et ses partisans puissent continuer leur petit jeu sans être dérangés par la communauté internationale.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

]]>
Des vies interrompues : le coût humain de la résistance au Bélarushttps://fr.globalvoices.org/?p=275255http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20221106_163650_Des_vies_interrompues___le_cout_humain_de_la_resistance_au_BelarusSun, 06 Nov 2022 15:36:50 +0000La résistance au Bélarus n'est pas terminée

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Fait par GV avec openai.com

Militants et universitaires travaillant à l'intérieur et à l'extérieur du Bélarus tentent d'attirer l'attention de la communauté internationale sur la résistance du peuple à la dictature la plus dure d'Europe d'une part, et à l'invasion de l'Ukraine par la Russie avec l'utilisation du Bélarus comme allié d'autre part. En effet, certains militants biélorusses ont fait exploser des voies ferrées pour empêcher des chars et du matériel russes d'arriver en Ukraine. Néanmoins, si ces militants sont capturés, ils risquent la peine de mort au Bélarus.

Hanna Liubakova, une Bélarusse membre de l’Atlantic Council, journaliste et formatrice en médias, a publié le 1er novembre 2022 un fil Twitter sur les cas les plus récents et les plus choquants de prisonniers politiques au Bélarus. Elle rappelle que la résistance n'a jamais cessé, et les Bélarusses protestent autant qu'ils le peuvent contre l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Des personnes courageuses risquant de longues peines de prison, voire la peine de mort. Voici les posts d’Hanna Liubakova :

Passons en revue les faits.

🔹Vital Melnik est un partisan des chemins de fer ayant reçu une balle au genou. Il est accusé de terrorisme, d'insultes à Lukashenko, et d'acquisition d'armes illégales. L'affaire a été renvoyée au tribunal. Le terrorisme au #Belarus peut signifier la peine de mort. pic.twitter.com/pDKMl55znV

— Hanna Liubakova (@HannaLiubakova) 1 novembre 2022

🔹En ce moment, trois hommes sont jugés au tribunal d'Homiel. Ils sont accusés de terrorisme, de trahison, et de participation à une formation extrémiste. Le motif de l'arrestation est l'incendie d'une armoire électrique de distribution sur la voie ferrée. Le Comité d'enquête a officiellement déclaré qu'ils pouvaient être condamnés à mort. pic.twitter.com/63VyZyxykn

— Hanna Liubakova (@HannaLiubakova) 1 novembre 2022

🔹Siarhei Hlebka, de Stoupcy, a été condamné à 11 ans de prison. Selon le régime, il aurait, le 2 mars dernier, mis le feu à des rondins de bois sur la voie ferrée pour empêcher la circulation de matériel militaire russe. Il a été sévèrement battu pendant sa détention. pic.twitter.com/M1EcyfjRjE

— Hanna Liubakova (@HannaLiubakova) 1 novembre 2022

🔹Danuta Piarednia, une étudiante, a été condamnée à 6 ans et demi de prison pour avoir reposté un article critiquant Poutine, Lukashenko et la guerre contre l’ #Ukraine. Danuta a étudié la philologie romano-germanique à Mahiliou. Elle est accusée d'appel à porter atteinte à la sécurité nationale du Belarus. pic.twitter.com/eIXobYgtQe

— Hanna Liubakova (@HannaLiubakova) 1 novembre 2022

Ces cas rappellent brutalement que la résistance des Bélarusses à leur gouvernement et à la guerre en Ukraine est toujours active. L'accent mis sur l'Ukraine a, en effet, détourné l'attention du Bélarus dans certains cas. Almut Rochowanski, expert des sociétés civiles post-soviétique, l'a expliqué lors d'une interview à Global Voices :

For my Belarus contacts, as far as they're concerned, their uprising is still ongoing, their revolution is still ongoing. Lukashenka is an illegitimate president for them. But then I recently attended a session with European foreign policy experts. And the way they see it, the uprising is over, and it failed.

Concernant mes contacts bélarusses, leur soulèvement est toujours en cours – leur révolution est toujours en cours. Pour eux, Lukachenko est un président illégitime. Cependant, j'ai récemment assisté à une session avec des experts européens en politique étrangère. Et, d'après eux, le soulèvement est terminé, et il a échoué.

On rapporte également des cas de Bélarusses victimes de discrimination en raison de leur citoyenneté et de l'hypothèse selon laquelle ils pourraient soutenir Lukachenko ou la guerre en Ukraine. Mais les histoires décrites par Hanna Liubakova démontrent le courage des activistes et des personnes ordinaires résistant encore contre le régime de Lukashenko au Bélarus. La répression se poursuit au quotidien et le monde ne doit pas les oublier.

]]>
Coca-Cola, le plus grand pollueur plastique au monde et sponsor de la COP27. Les raisons pour lesquelles cette posture fâchehttps://fr.globalvoices.org/?p=275262http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20221106_154532_Coca-Cola__le_plus_grand_pollueur_plastique_au_monde_et_sponsor_de_la_COP27._Les_raisons_pour_lesquelles_cette_posture_facheSun, 06 Nov 2022 14:45:32 +0000Les militants du climat ne sont pas impressionnés

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Bouteilles en plastique Coca-Cola dans une rivière. Image via Wikipedia (CC BY-SA 4.0)

Ironie du sort, Coca-Cola, le plus grand pollueur plastique au monde, parraine la COP27la plus grande conférence environnementale mondiale et annuelle, qui se tiendra à Charm el-Cheikh, en Égypte, du 6 au 18 novembre. 

Bien qu'il y ait beaucoup à critiquer à propos du sommet COP27 de cette année (comme les violations des droits humains en Égypte et la répression de la société civile), le parrainage de Coca-Cola est incroyablement problématique et pourrait même faire reculer les mouvements environnementaux et anti-plastiques. 

L'Égypte a annoncé l'accord de parrainage fin septembre et Coca Cola a immédiatement initié une publicité positive. Michael Goltzman, vice-président mondial de Coca-Cola chargé des politiques publiques et de la durabilité, a déclaré : « Grâce au partenariat COP27, le système Coca-Cola vise à soutenir l'action collective contre les changements climatiques. »

Mais les militants repoussent cette vision à juste titre – et l'opposition grandit.

C'est une honte. @CocaCola le plus gros pollueur plastique sponsorise la @COP27P 😡

99% des plastiques sont fabriqués à partir de combustibles fossiles. Ce partenariat sape l'objectif même de l'événement qu'elle cherche à sponsoriser. #BreakFreeFromPlastic #COP27 https://t.co/EILbGYYSzc

— Greenpeace (@Greenpeace) 30 septembre 2022

L'organisation de la société civile, Clean up Kenya, a qualifié cette décision de « dégoûtante » et a noté que près de la moitié des déchets de bouteilles en plastique trouvés au Kenya pouvait être attribués au coke.

L'activiste ougandais pour le climat et ambassadeur de l'UNOCHA, Nyombi Morris, a déclaré à la BBC : « Lorsque les pollueurs dominent les négociations sur le climat, nous n'obtenons pas de bons résultats. En tant qu'activiste africain, je crains que davantage de nos lacs ne soient à nouveau remplis de plastique.

Les résidents des pays à faible revenu ont des raisons légitimes d'être en colère contre Coca Cola. Le géant de l'industrie a dépensé des milliards de dollars pour acheminer son produit vers les pays à revenu faible et intermédiaire, mais se préoccupe rarement de savoir si ces endroits disposent d'une infrastructure adéquate pour gérer les déchets qui en résultent.

L'Indonésie, un pays envahi de façon notoire par la pollution plastique, en a fait l'expérience directe. Selon Nina van Toulon, fondatrice et directrice de la Indonesian Waste Platform (plateforme indonésienne des déchets)«Vous allez dans le village le plus reculé ici, à des heures de n'importe où, vous trouverez de l'eau en bouteille et du Coca. Mais ensuite, les gens du village le brûlent. Ces entreprises ont fait l'effort d'acheminer leurs produits vers ces villages, mais elles ne font pas l'effort de récupérer le plastique des villages.

Une pétition sur change.org demandant à l'ONU de retirer Coca-Cola comme sponsor a été créée en octobre et a recueilli plus de 236 000 [300 000 au 6 novembre] signatures à ce jour. Georgia Elliott-Smith, la promotrice de cette pétition l'a accompagnée de cette déclaration :

J'étais déléguée à la COP26 à Glasgow. La plupart du temps, je me sentais désespérée – certains jours, je pleurais. L'infiltration des entreprises dans la conférence était écœurante – les PDG des plus grands pollueurs du monde rassemblés, faisant pression effrontément sur les politiciens pour protéger leurs intérêts et gonfler leurs profits, nous disant comment nous pourrions sauver la planète si nous achetions plus de leurs produits.

Les conférences de la COP sont censées être des rassemblements de dirigeants nationaux, engagés dans des négociations urgentes pour prévenir le changement climatique, et non un festin de plusieurs millions de dollars pour les entreprises pollueuses et leurs lobbyistes.

La CCNUCC doit cesser de recevoir le parrainage des entreprises aujourd'hui – à commencer par l'éjection de Coca-Cola comme sponsor de la COP27.

Il s'agit d'un cas d'école d'écoblanchiment d'entreprise – Coca-Cola peut renforcer sa marque et s'associer au mouvement environnemental, donnant l'impression qu'elle fait partie de la solution au lieu d'être l'un des principaux problèmes. 

En réalité, un rapport d'audit de marque de 2021 de l’ONG Break Free From Plastic a révélé que Cola-Cola a été le plus grand pollueur au monde avec le plastique pendant quatre années consécutives. Et bien que les résultats de 2022 soient toujours attendus, il est probable qu'elle le sera cette année encore.

En 2019, l'entreprise a admis qu'elle utilisait 3 millions de tonnes métriques d'emballages en plastique par an. Elle produit également 120 milliards de bouteilles en plastique à usage unique chaque année.

Le militant écologiste John Hocevar, directeur de la campagne Greenpeace USA Oceans, affirme que le parrainage «sape l'objectif même de l'événement qu'il cherche à parrainer». Ajoutant, «Coca-Cola produit 120 milliards de bouteilles en plastique jetables par an – et 99% des plastiques sont fabriqués à partir de combustibles fossiles, aggravant à la fois la crise du plastique et la crise climatique».

Le problème du plastique de Coca-Cola

En février de cette année, Coca-Cola s'est engagée à réduire sa production de plastique de 25 % d'ici 2030 ; cependant, l'entreprise n'a publié aucun plan concret pour le faire et, jusqu'à présent, elle semble plus intéressée par l'écoblanchiment de sa marque que par la recherche de vraies solutions. 

Dans son rapport 2021, Break Free From Plastic a constaté qu'en 2019, Coca-Cola avait investi 4,24 milliards USD dans la publicité et le marketing et seulement 11 millions USD dans ses initiatives environnementales cette année-là : un programme de nettoyage des rivières. Cela ressemble à un coup de pub plutôt qu'à un véritable engagement à nettoyer les communautés touchées par la pollution plastique. Le rapport disait :

La meilleure façon pour Coca-Cola de réduire son empreinte plastique est de commencer par en produire moins, et non de le nettoyer une fois qu'il est déjà dans l'environnement. Les principaux pollueurs de plastique comme Coca-Cola préféreraient dépenser de l'argent pour l'écoblanchiment au lieu de repenser l'emballage de leurs produits ou leur système de livraison de leurs produits aux consommateurs. En omettant de prendre des mesures concrètes pour résoudre le problème à la source, ces entreprises polluantes transfèrent le fardeau à ceux qui sont les moins responsables des crises climatique et plastique, en particulier les jeunes, les communautés à faible revenu et les pays du Sud.

Et les preuves ne font que confirmer l'affirmation de Break Free From Plastic. Une enquête et une fuite d'un enregistrement publié par The Intercept ont révélé que pendant des décennies, Coca-Cola avait fait pression contre les politiques de contrôle du plastique aux États-Unis, ce qui aurait rendu les entreprises responsables des déchets plastiques qu'elles génèrent. Elle a investi des millions dans des projets de loi anti-recyclage et a poussé fort contre toute responsabilité. Les enregistrements sont accablants et donnent un aperçu moche de la façon dont le lobbying fonctionne dans la sphère des méga-entreprises – en d'autres termes, l'argent est le pouvoir et le pouvoir est l'influence.

Si nous voulons apporter des changements durables, ce système doit changer. Les entreprises ne devraient pas pouvoir se soustraire de leur responsabilité en matière d'émissions. Si les prévisions climatiques sont correctes, nous avons (avec optimisme) environ neuf ans pour éviter une catastrophe climatique. Pour ce faire, les entreprises polluantes doivent transformer radicalement leurs modèles commerciaux – ou nous, citoyens, devons le transformer pour eux et rejeter les entreprises qui considèrent les engagements environnementaux simplement comme un outil de marketing d'entreprise.

Jusqu'à ce que Coca-Cola se présente à la table de bonne foi, avec un plan de développement durable et concret, elle ne devrait pas être prise au sérieux comme fournisseur de solutions climatiques – et ne devrait certainement pas parrainer la plus grande conférence environnementale de l'année. Jusque-là, ce n'est qu'une autre société essayant de gagner des clients avec un camouflage vert brillant.

Si les organisateurs de la COP27 et les responsables de l'ONU veulent vraiment faire une différence dans la lutte contre le changement climatique, ils devraient prendre une position ferme et rejeter le parrainage de Coca-Cola.

]]>
 Azerbaïdjan : les défis et perspectives du féminisme, un mouvement en plein essor dans le payshttps://fr.globalvoices.org/?p=275182http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20221106_152059___Azerbaidjan___les_defis_et_perspectives_du_feminisme__un_mouvement_en_plein_essor_dans_le_paysSun, 06 Nov 2022 14:20:59 +0000Jusqu'à présent, les tentatives visant à faire taire le mouvement ont été vaines.

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Image de Markus Winkler. Utilisation libre sous la licence Unsplash

En Azerbaïdjan, les militantes féministes subissent des pressions de la part des autorités, sont victimes de harcèlement, et s'attirent la haine d'inconnus parce qu'elles luttent et protestent contre les violences domestiques et le féminicide au nom d'innombrables femmes à travers le pays.

Selon Gulnara Mehdiyeva, une Azerbaïdjanaise qui se bat pour l'égalité des sexes, militer pour n'importe quelle cause dans son pays équivaut à se mettre une cible sur le dos, car tous ceux et celles qui choisissent de défendre des idéaux progressistes sont régulièrement surveillés, ciblés, et harcelés. Depuis 2014, Mehdiyeva prend part à de nombreux projets et initiatives qui défendent les droits des femmes en Azerbaïdjan. Son expérience personnelle avec le harcèlement a commencé à partir de 2019 après sa participation avec d'autres femmes à une marche féministe. Peu de temps après, elle devint une cible sur Internet et tous ses comptes de réseaux sociaux, notamment sa boîte mail, furent piratés. Mehdiyeva ne réalisa pas tout de suite l'ampleur de la situation; le hackeur avait téléchargé ses données personnelles, y compris ses photos, vidéos et conversations privées audio qui plus tard furent publiées publiquement. L'objectif était d'humilier Mehdiyeva, de la décrédibiliser, et de mettre un terme à ses activités. Mais ce fut un échec.

Trois ans plus tard et plus déterminée que jamais, Mehdiyeva continue la lutte, et elle n'est pas seule.

Qui sont les militantes féministes d'Azerbaïdjan?

Mehdiyeva fait partie d'un vaste collectif féministe dont les membres s'identifient comme militantes féministes.

Une partie de leurs activités visent à sensibiliser le public aux taux élevés de féminicides, aux violences domestiques, au sexisme et à l'homophobie en Azerbaïdjan. Pour cela, elles suivent et assistent à des procès, rallient le soutien du public, et mènent des actions de sensibilisation sur les femmes victimes de violence, le plus souvent de la part de membres de leurs familles. Lors d'une entrevue avec Fatima Karimova, journaliste à Metroskop Media, Mehdiyeva explique que leur combat permet de garantir l'impartialité de la procédure judiciaire. Le collectif informe les femmes de leurs droits, les aide au besoin à bénéficier d'une assistance juridique, et suit des affaires jusqu'à ce que justice soit faite.

Le mouvement exprime ses revendications à travers des projets tels que « Fem-utopia,» des entretiens et des campagnes dans les médias. Le public dispose de peu d'éléments et d'informations sur les droits des femmes et sur l'égalité des sexes en Azerbaïdjan.  C'est pourquoi les militantes féministes essaient par le biais aussi d'entretiens et d'articles de sensibiliser le grand public.

Mais la tâche n'est pas facile. L'Azerbaïdjan n'a pas signé la Convention d'Istanbul. De plus, les lois en vigueur dans le pays ne prévoient pas assez de mécanismes de protection pour les victimes de maltraitance, d'harcèlement et de violence.

Les forces de l'ordre, qui sont en général les premières à intervenir dans les cas de violence et d'harcèlement envers les femmes, manquent souvent de discernement dans ce type de situation.  Des victimes de violence dénoncent des incidents durant lesquels des policiers ont rejeté leurs plaintes en leur expliquant que leur mari avait le droit de les battre. Et il n'existe aucune base de données unique permettant de répertorier les cas de violence et de maltraitance. Au lieu de cela, ils sont souvent recensés par divers groupes d'initiative et par les médias. En 2020,  Mikroskop Media a publié un article d'après les informations contenues dans des reportages liés à la criminalité. Selon les données, 184 femmes ont été victimes de violence en 2019. Parmi elles, 54 ont été tuées par des membres de leurs familles et les 130 autres ont subi des blessures variées.

Plus tard, Mikroskop Media a publié un autre rapport sur le nombre de femmes tuées, battues ou qui s'étaient suicidées en 2021.   

Tout comme Mehdiyeva, Narmin Shahmarzade a été la cible de menaces en ligne. Ses conversations personnelles et ses photos ont été publiées sur Internet, et son compte Facebook piraté. Ses photos et captures d'écran de conversations personnelles ont été envoyées à de nombreux groupes sur Telegram. 

Des trolls ciblent régulièrement les militantes féministes sur les réseaux sociaux en les accusant d'être avant tout des agents étrangers à cause de leurs sources de financement, qui, pour la majorité, proviennent d'organisations et associations féministes de l'Union européenne.

En Azerbaïdjan, la législation ne contient pas de mesures répressives concernant la violence et le harcèlement physiques ou virtuels envers les femmes.

Selon Mehdiyeva, la pression sociale aggrave ce que sont déjà des conditions de travail difficiles.

« Parfois j'oublie que je suis suivie à la fois par le gouvernement et des militants et par des individus qui ne m'aiment pas. J'ai parfois envie d'écrire quelque chose à la fois drôle et sérieux comme une personne ordinaire, et puis je réalise que mon message, que je considère comme anodin, est copié et partagé partout. Si j'étais une personne ordinaire, mon post ne susciterait aucun intérêt, mais parce que je suis une militante, il attire beaucoup plus d'attention. »

Et puis les médias cherchent aussi à discréditer les militantes. Selon Mehdiyeva, des plateformes médiatiques affiliées ou financées par le gouvernement ciblent souvent des membres du collectif dans le but de les dénigrer et de nuire à leur réputation. Elles sont présentées comme une menace pour les valeurs et traditions du pays, suscitant la colère du public contre le mouvement.

Dans le passé, la police a également contribué à l'augmentation des attaques contre les militantes féministes en communiquant leurs adresses personnelles.

Selon Nisa Hajiyeva, chercheuse azerbaïdjanaise, le manque d'éducation amplifie aussi le problème. La majorité des ressources pédagogiques sur le sujet sont seulement disponibles en anglais. C'est pourquoi il est important pour la population d'avoir accès à ces informations dans sa langue maternelle. Parmi les projets de Mehdiyeva figure une bibliothèque physique constituée de documents pertinents disponibles en azerbaïdjanais, en turc et en russe.

Jusqu'à présent, les tentatives visant à faire taire le mouvement ont été vaines. Depuis leur    première marche à l'occasion de la Journée internationale de la femme le 8 mars 2019, les militantes ont organisé des rassemblements et manifestations appelant à plus de responsabilités, de justice et à une meilleure protection pour les femmes. Elles ont aussi lancé d'autres campagnes pour exiger des enquêtes plus approfondies des crimes commis envers les femmes.  Au mois de février 2021, plusieurs féministes ont organisé une manifestation autour du thème « le féminicide est politique » devant un édifice gouvernemental, pour réclamer une enquête sur les meurtres violents de plusieurs femmes et pour dénoncer l'inaction du Comité d'État chargé des questions relatives à la famille, aux femmes et aux enfants. L'intervention de la police empêcha les féministes de se rassembler dans le quartier.

Bref aperçu du mouvement féministe en Azerbaïdjan

Dans son analyse, Nurlana Jalil, doctorante originaire d'Azerbaïdjan,  souligne que même si certaines études ont par le passé révélé que « l'origine et la politisation du féminisme remontent à la période entre 1990 et 2010, » ce n'est pas tout à fait correct. Jalil fait allusion à un certain nombre de raisons, parmi lesquelles le fait que l'Azerbaïdjan n'a connu un véritable mouvement féministe qu'à partir de 2019.  Avant cette date, l'image de la femme, celle d'une « femme moderne, soumise»  était largement basée sur les visions nationalistes de la bourgeoisie et de l'émancipation des femmes.

Les travaux liés aux droits de la femme prirent une nouvelle signification juste après l'indépendance de l'Azerbaïdjan grâce à la création d'un grand nombre d'organisations et d'associations de défense des droits de la femme et de l'égalité des sexes. Aujourd'hui, on recense en Azerbaïdjan plus de 3 000 ONG, dont plus d'une centaine dédiées aux droits de la femme.

Ceci dit, elles ont renoncé très vite à soutenir l'idéologie du féminisme. La plupart de leurs actions se limitaient à organiser des formations, des tables rondes, et des projets de sensibilisation autour de l'avortement sélectif et de l'égalité d'accès à l'éducation.  Comme le remarque l'auteur Vahid Aliyev dans son éditorial, l'une des raisons est que les femmes à la tête de ces ONG considèrent le féminisme comme un sujet « controversé » et « diffamatoire »; ou encore le discours qui circule au sein des médias traditionnels et de la propagande d'État selon lequel « le féminisme n'est pas une question de droits des femmes et de leurs combats, mais plutôt le fait « d'être lesbienne »,  « d'être sans dignité », « de détester les hommes » ou bien « d'être immorale ».

Contrairement à leurs prédécesseurs, la toute nouvelle génération de militantes qui n'ont pas peur de soutenir publiquement le mouvement féministe et s'identifient ouvertement comme féministes, a changé la donne.

L'avenir du mouvement féministe en Azerbaïdjan demeure incertain. Mais ce que les féministes ont réalisé toutes ensemble jusqu'à maintenant est indéniable. Le silence qui régnait sur les féminicides et toute autre injustice dont les femmes étaient victimes a été levé car le collectif a réussi à mettre en lumière ces sujets, à forcer les gens à réagir et à obliger l'État à prendre des mesures. Et malgré l'opposition, à la fois de l'État et de la société, une chose est sûre : le mouvement féministe en Azerbaïdjan est bel et bien établi et n'a aucune intention de s'arrêter tant que ses revendications seront ignorées.

]]>
Twitter et Facebook suspendent les comptes affiliés au gouvernement cubainhttps://fr.globalvoices.org/?p=275276http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20221106_145516_Twitter_et_Facebook_suspendent_les_comptes_affilies_au_gouvernement_cubainSun, 06 Nov 2022 13:55:16 +0000Les suspensions sont intervenues quelques jours avant le vote sur le blocus américain.

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

 Cet article a été écrit par un auteur à Cuba sous le pseudonyme de Luis Rodriguez

A quelques jours de la mise en forme du vote concernant le blocus des États-Unis concernant l’ONU, la dernière semaine d’octobre, il a été noté que de nombreux comptes liés au gouvernement cubain ont été suspendus ou signalés par les réseaux sociaux américains Facebook et Twitter. Ce n’est pas la première fois que cela se produit, en 2019 déjà Twitter a suspendu des comptes connexes au gouvernement cubain. Ce qui est inédit est que Twitter signale quelques comptes comme « affiliés au gouvernement » à Cuba.

De son côté, cela fait des années que le gouvernement cubain censure l’accès à Internet des opposants cubains et quelques uns qui protestent contre la situation actuelle du pays. Selon le Comité pour la Protection des journalistes (CPJ), Cuba est « le pays le plus censuré de tout l’hémisphère ».

Cuba a expérimenté durant les dernières années la crise politique et économique la plus importante de son histoire, une réalité qui a transcendé le contexte physique pour passer au monde virtuel. Dans la mesure où la crise s’est de plus en plus aiguisée, le régime a incrémenté et prolongé les pratiques répressives dans la sphère communicationnelle, non seulement à travers les lynchages médiatiques avec des caractères diffamatoires qui se sont produits contre des activités des droits humains, des journalistes et artistes indépendants dans les médias officiels, mais aussi sur les réseaux sociaux de porte-paroles officiels.

La jeune Cuba, un média indépendant qui est souvent censuré par le régime, a critiqué la décision prise par les plateformes de réseaux sociaux parce qu'ils considèrent qu'il ne bénéficie pas de la nécessaire apogée de la pluralité qui devrait régner dans un contexte comme celui de Cuba, de plus en plus polarisé et conflictuel. « Si bien des comptes ont posté des messages à caractères discriminants, de harcèlement et des menaces de mort, tous n’ont pas posté ce type de contenu », ont-ils écrit sur leur site Internet.

Le 25 octobre, Facebook a suspendu le compte des « Raisons de Cuba » qui selon les médias locaux est administré par la sécurité étatique) et d’autres médias connexes au gouvernement qui sont considérés comme des trolls comme le compte « le guerrier cubain ». Dans une note du compte Raisons de Cuba, qui possède une copie de sa page Facebook, on a pu lire que la « mission de ce média presse depuis sa création a été de dénoncer l’activité terroriste et subversive du gouvernement des États-Unis dans toutes les sphères de la société antillaise », bien que le régime cubain ait dénoncé  la décision de Facebook comme un moyen de « chercher à faire taire la voix du peuple cubain dans la sphère digitale ». Twitter a bloqué le compte des programmes télévisés Con Filo dirigé par Michel Torres Corona, qui est encore suspendu au moment de la rédaction de cet article.

Capture d'écran du compte Twitter “Con Filo” le 3 novembre 2022

Twitter a également décidé de taguer comme « médias affiliés au gouvernement » les médias de presse officiels comme Cubadebate, Juventud Rebelde et le journal Granma. Cette politique de Twitter a commencé en 2020 et marque les médias affiliés au gouvernement comme des représentants de gouvernements de différents pays, incluant la Chine, la France et la Serbie. Twitter explique sur son site web que « les étiquettes des comptes affiliés à l'État fournissent un contexte additionnel sur les comptes contrôlés par certains représentants officiels de gouvernements, entités de médias de communication affiliés à l'État et les personnes associés à ces entités ».

Capture d'écran du 3 novembre du compte Twitter de Granma, désormais marqué comme « média affilié au gouvernement, Cuba ».

]]>
Les écarts de richesse à Hong Kong atteignent un « point critique » pendant la COVID alors que le chômage est en hausse chez les plus démunishttps://fr.globalvoices.org/?p=274906http://pixellibre.net/streisand-data/autoblog/Globalvoices/index.php?20221103_174410_Les_ecarts_de_richesse_a_Hong_Kong_atteignent_un____point_critique____pendant_la_COVID_alors_que_le_chomage_est_en_hausse_chez_les_plus_demunisThu, 03 Nov 2022 16:44:10 +0000Les personnes âgées et les femmes ont du mal à trouver un emploi.

Publié à l'origine sur Global Voices en Français

Photo: Lea Mok de HKFP. Utilisé avec permission.

Cet article a été écrit par Lea Mok et publié dans Hong Kong Free Press le 6 octobre 2022. La version suivante est publiée sur Global Voices dans le cadre d'un accord de partage de contenu.

La pandémie a exacerbé les écarts de richesse à Hong Kong, les personnes les plus pauvres de la ville gagnant 47 fois moins que ses habitants les plus riches, a déclaré Oxfam Hong Kong. Avant la COVID-19, les plus hauts salaires étaient 34,3 fois plus élevés.

« Les écarts de richesse de Hong Kong ont atteint un point critique », a déclaré la directrice générale d'Oxfam, Kalina Tsang, le 6 octobre 2022. Elle a ajouté que l'assouplissement des restrictions de voyage et des mesures de distanciation sociale n'a pas encore eu d'impact économique positif sur ceux qui gagnent le moins.

Le dernier rapport d'Oxfam sur la pauvreté et l'emploi pendant la pandémie était fondé sur une analyse des calculs du Département du recensement et des statistiques de 2019 au premier trimestre de 2022. Terry Leung, directrice adjointe de la recherche et de la représentation d'Oxfam, a souligné les conclusions de l'organisation :

Le gouvernement souligne toujours que le taux de chômage global est en baisse. Pourtant, nous avons constaté que le taux de chômage des personnes en situation de pauvreté est en fait huit fois plus élevé que celui des personnes au-dessus du seuil de pauvreté.

Le mois dernier, le Département du recensement et des statistiques a déclaré que le chômage était passé de 4,3% en mai et juin à 4,1% en juillet et août, le nombre de chômeurs hongkongais ayant diminué d'environ 6 300.

Cependant, Leung a déclaré que le taux de chômage et le taux de sous-emploi des personnes en situation de pauvreté étaient respectivement huit fois et quatre fois plus élevés que les autres groupes de revenus, les personnes âgées et les femmes ayant du mal à trouver un emploi.

Un manque de maisons de retraite

Parmi les chômeurs âgés d'au moins 65 ans — l'âge de la retraite à Hong Kong — une personne sur deux vit en dessous du seuil de pauvreté, selon les chiffres d'Oxfam.

Les soignants pour retraités dans environ 70 000 ménages étaient également des personnes âgées, ce qui, selon Leung, résulte du long temps d'attente (42 mois en moyenne) pour les établissements de soins.

Il a également déclaré que les épidémies de COVID avaient entraîné l'arrêt des écoles et des maternelles, rendant difficile pour les femmes, souvent seules à s'occuper des enfants, de rejoindre le marché du travail. Les services de garde d'enfants dans la plupart des régions étaient également insuffisants, a déclaré Leung.