Autoblog de Global Voices (fr)

Ce site n'est pas le site officiel de Global Voices
C'est un blog automatisé qui réplique les articles de fr.globalvoicesonline.org

Qu'est-ce qui attend la Turquie après le coup de force d'Erdogan ?

Wed, 11 May 2016 09:27:47 +0000 - (source)
7 March 2016, Turkey's Prime Minister Davutoglu meets European Parliament President Martin Schulz: “For the benefit of refugees we need to cooperate with Turkey” Source: European Parliament www.europarl.europa.eu/news/en/news-room/20160304STO17353/Schulz-“For-the-benefit-of-refugees-we-need-to-cooperate-with-Turkey”

7 mars 2016, Le premier ministre turc Ahmet Davutoglu rencontre le président du Parlement Européen Martin Schulz : “Pour l'intérêt des réfugiés nous devons coopérer avec la Turquie” Source: Parlement Européen.

Ahmet Davutoglu n'était pas tellement aimé en Turquie. En quittant ses fonctions de Premier Ministre de Turquie à l'issue d'une confrontation apparente avec le Président Recep Tayyip Erdogan, il ne pourra plus prendre ses distances avec le lourd coût humain de l'opération militaire gouvernementale dans la Turquie de l'Est, ni avec la répression contre les médias et l'opposition.

Mais ce qui inquiète davantage, c'est la suite des événements, avec un Président Erdogan qui sera encore moins enclin à se brider qu'avant la sortie de son ex-premier ministre.

Le bilan de Davutoglu

Sous prétexte de “lutte contre le terrorisme” et l'organisation rebelle interdite PKK, le gouvernement du premier ministre Davutoglu a instauré des mois de couvre-feu et d'attaques lourdement armées contre les agglomérations turques du sud-est du pays, qui ont coûté la vie à au moins 338 civils et contraint à l'exil plus de 355.000 personnes depuis les huit derniers mois, selon un rapport de la Fondation des Droits Humains de Turquie.

A ce jour, au moins 338 civils ont perdu la vie sous les couvre-feux en Turquie

C'est aussi sous le gouvernement Davutoğlu — formé en août 2014 — que quatre journaux et une agence de presse nationale se sont vus imposer des ‘administrateurs étatiques’ avant d'être fermés, tandis qu'une vingtaine de chaînes de télévisions étaient retirées des plates-formes satellitaires et numériques, sous l'accusation de “propagande terroriste”.

Des dizaines de sites internet et d'articles d'information d'agences de presse, quotidiens et autres médias essentiellement kurdes, ainsi que des centaines de comptes Twitter appartenant à des journalistes et des dissidents ont été bloqués par les autorités pour motifs de “sécurité nationale”.

Un juge turc a bloqué l'accès à 130 comptes Twitter avec une décision dépourvue de toute justification. Pure censure.

93 % des ordres judiciaires de censure sur Twitter viennent de Turquie

Dans la même période, plus de 1.845 individus, dont des journalistes, ont été poursuivis pour “outrage” au président, et certains ont déjà été condamnés à des peines de prison.

Au moment de l'écriture de cet article, 33 journalistes sont derière les barreaux en Turquie, pour la plupart des journalistes kurdes en attente de leur procès pour des charges de “propagande terroriste”.

Le 6 mai, le rédacteur en chef et le chef du bureau d'Ankara de Cumhuriyet ont été condamnés à plus de cinq ans d'emprisonnement pour “révélation de secrets d'Etat” dans leurs articles sur les preuves d'expédition illégale d'armements en Syrie du Nord.

Plusieurs journalistes indépendants ont été emprisonnés et refoulés depuis l'été dernier, et désormais un nombre croissant de correspondants étrangers et de reporters se voient refuser l'entrée en Turquie.

Giorgos Moutafis renvoyé de Turquie à Athènes ! Les autorités disent qu'il est sur liste des personnes interdites d'entrée !

L'an dernier, le correspondant du Spiegel a été expulsé du pays l'an dernier après avoir reçu des menaces de mort, sa carte de presse non renouvelée, tandis que le chef de bureau de Spoutnik Turquie était expulsé vers Moscou, et sa carte de presse confisquée.

L'accès à Spoutnik — un site web d'information russe dont la propagande en est venue à se focaliser de plus en plus sur la Turquie depuis qu'Ankara a abattu en novembre dernier un avion de combat russe en opérations dans le ciel syrien– est, sans surprise, bloqué en Turquie.

Un autre quatuor de reporters s'est vu refuser l'entrée dans le pays dans la dernière semaine d'avril.

Les journalistes interdits d'entrée en Turquie la semaine dernière :
1.Volker Schwenck
2.Tural Kerimov
3.Giorgos Moutafis
4.D.Lepeska
(Ebru Umar est retenu)

Le Comité de Protection des Journalistes (CPJ) et Index on Censorship ont publié la chronologie détaillée des atteintes à la liberté de la presse de la Turquie, qui ont justifié la dégringolade de la Turquie dans le classement de Reporters sans Frontières.

En cette Journée mondiale de la Liberté de la Presse 2016, la Turquie pourrait être l'environnement en dégradation la plus rapide.

Exit le Premier Ministre, vive le Président

Cependant, si M. Davutoglu était constitutionnellement mieux doté que son allié devenu rival Erdogan, peu de gens lui ont attribué le rôle moteur dans la répression des médias et de l'opposition politique.

M. Erdogan, arrivé au pouvoir comme un Premier Ministre réformiste en 2003, avait initialement promis de mener le pays vers une pleine adhésion à l'Union Européenne et à  l'Etat de droit.

En 2009 il a initié une courageuse politique de paix, l’ ‘Initiative Démocratique,’ qui comportait des négociations avec la direction du PKK afin de mettre fin aux décennies de négation des droits des Kurdes et élaborer une solution politique que la direction du PKK était également prête à accepter.

Mais quand les négociations d'adhésion à l'UE se sont enlisées aux environs de 2010, Erdogan a amorcé un tournant autocratique, qui a  frappé de plein fouet le mouvement politique kurde.

En 2012, les journalistes critiques emprisonnés ont atteint la centaine, tandis qu'une télévision de premier plan et son journal associé étaient confisqués par le pouvoir et vendus à une société contrôlée par le gendre d'Erdoğan Berat Albayrak, dans une mise à prix pour  remettre la propriété des médias entre les mains de quelques associés d'affaires amis du pouvoir.

(Albayrak est à présent le ministre turc de l'Energie, et parmi les quelques candidats potentiels au poste de premier ministre.)

Après le mouvement protestataire de Gezi en 2013, Erdogan et l'AKP (le parti Justice et Développement) au pouvoir ont encore resserré leur contrôle sur la société turque.

Le scandale de corruption de décembre 2013 qui a éclaboussé la famille Erdogan et plusieurs ministres s'est terminé par une purge des responsables policiers et procureurs investis dans l'enquête.

La censure aujourd'hui généralisée de l'internet et la violence policière disproportionnée contre les manifestations se rattachent aux modifications législatives qui ont accompagné cette évolution politique.

Tout au long de la période, Davutoglu était le conseiller de politique étrangère d'Erdogan, puis son Ministre des Affaires étrangères. Ensuite, quand Erdogan a été élu Président en août 2014 — libérant le fauteuil de Premier Ministre — Davutoğlu a été son loyal successeur.

Mais la propension d'Erdogan à un autoritarisme exacerbé aurait fini par déplaire à Davutoglu : un media a recensé pas moins de 20 désaccords importants dans le couple — soit quasiment un par mois — pendant son mandat de premier ministre.

Changements à l'horizon

Les désaccords qui vont conditionner l'avenir immédiat de la Turquie ne se limiteront pourtant pas à l'inexpugnable Erdogan.

Le président est en train de réclamer davantage de pouvoirs pour sa fonction à travers une nouvelle constitution, ainsi qu'une définition encore élargie du terrorisme qui lui permettrait d'étouffer toute dissidence politique.

Tandis que l'opposition parle de ‘révolution de palais’, les éditorialistes pro-Erdogan sonnent déjà le glas du système parlementaire en Turquie.

Le ministre de la Justice Bekir Bozdag loyal à Erdogan est favori pour remplacer Davutoglu, au moins jusqu'au référendum annoncé sur la levée des immunités parlementaires — une mesure pour laquelle les députés AKP se sont littéralement battus — qui permettra au gouvernement d’emprisonner les députés d'opposition.

Pendant que l'UE et la Turquie marchandent les vies de millions de réfugiés – un accord dont l'application pourrait être plus difficile en l'absence de Davutoglu — les Turcs eux-même font de plus en plus figure de captifs lorgnant vers les bateaux.

Mais le bateau Turquie a bel et bien un capitaine, et nul ne doute de son nom.


Huit défis pour les Wikipédias indiens

Wed, 11 May 2016 08:39:43 +0000 - (source)
From language input to Unicode standards, Indian-language Wikipedias need a sustained effort from the community. Credit: Johann Dréo CC BY 2.0/Flickr

De la saisie au clavier à la norme Unicode, les communautés des Wikipedias en langues indiennes doivent fournir un effort soutenu. Image : Johann Dréo CC BY 2.0/Flickr

Une version de ce billet a été publiée sur The Wire.

Même après dix ans d'existence, les Wikipédias en langues indiennes ne sont encore guère connus de leurs locuteurs. Wikipédia, la plus importante encyclopédie réalisée dans l'histoire humaine, est ce qu'elle est aujourd'hui grâce à des milliers de rédacteurs bénévoles. Mais bien que certaines versions natives de Wikipédia soient en train de changer la donne dans plusieurs régions du monde, l'Inde reste à la traîne. Voici, selon moi, quelques uns des défis auxquels les wikipédias indiens font face.

1. Les communautés linguistiques

La plupart des locuteurs des nombreuses langues de l'Inde ne savent pas comment chercher des informations sur internet dans leur système d'écriture. Certains groupes pensent même que si la page de Google n'existe pas dans leur langue, celle-ci est absente d'internet. Pourtant, après avoir offert sa page en cinq langues indiennes, Google en a maintenant neuf. Ceci ne devrait pas non plus arrêter un internaute parlant santal ou manipuri d'effectuer ses recherches en utilisant l’Unicode Ol chiki (pour le santali) ou l’Unicode Meithei (pour le manipuri). Google, et en fait n'importe quel moteur de recherche, affiche tout ce qui est disponible sur internet dans n'importe quel système d'écriture. Mais l'apparente absence de ces alphabets maintient de nombreuses personnes à distance d'internet en général, et de Wikipédia en particulier.

2. Les rédacteurs de Wikipédia

Wikipédia est écrit par des gens comme vous et moi. De l'écriture à l'édition, tout est accompli par des bénévoles. N'importe qui peut corriger les erreurs et les imprécisions qui existent dans beaucoup d'articles. Malgré cela, et bien que les différentes langues indiennes soient parlées par des millions de personnes, les équipes d'éditeurs pour ces langues sont réduites et seule une poignée de rédacteurs contribuent à ces versions de Wikipédia. Par exemple en janvier 2016, Wikipédia en hindi n'avait que 89 éditeurs pour plus de 550 millions de locuteurs.

3. La saisie sur ordinateur

Une grande majorité d'Indiens ne sait pas comment taper à l'ordinateur dans sa langue. Il y a peu d'instructions pour expliquer la saisie d'une langue donnée à un utilisateur. Bien que l'utilisation des ordinateurs et l'accès à internet se développent dans de nombreuses écoles publiques indiennes, la saisie dans les langues natives et d'autres compétences basiques essentielles ne sont pas communément enseignées dans tous les états indiens. C'est dommage, car l'offre de logiciels gratuits permettant de saisir une langue native est variée, et les difficultés qui existaient il y a quelques années pour saisir dans une langue indienne ont maintenant presque disparu.

4. La saisie sur les appareils portables

Avec plus d’un milliard d'utilisateurs de téléphones portables, le taux de pénétration d'internet indien de 15% va bientôt augmenter encore plus rapidement. Ceci va à son tour aider beaucoup d'Indiens à accéder à internet, de même que la concurrence entre les fournisseurs d'accès va réduire davantage les coûts de connexion. Si ces futurs utilisateurs ne sont pas formés à la saisie dans leur langue, ils deviendront victimes d'un internet purement anglophone et ne pourront pas profiter des avantages que pourrait leur offrir “leur” internet. Les possesseurs de smartphones ont besoin d'un support technique et linguistique complet et surtout de méthodes de saisie intégrées, pour être en mesure de contribuer à Wikipédia dans leurs langues.

5. La rareté des contenus en langues indiennes

L'absence relative de contenus dans ces langues est un autre problème majeur dans l'adoption des Wikipédias natifs. D'après une enquête menée en 2012 par l'Association de l'internet et du portable d'Inde, plus de 6% de la population a éte laissée à l'écart au moment de rejoindre le monde d'internet seulement à cause de la pauvreté des contenus dans leurs langues. Prenons l'exemple de mon Etat natal, l'Odisha : alors que le portail officiel du tourisme du Kérala est disponible en Oriya [langue officielle de l'Odisha, NdT] et en d'autres langues, à la rédaction de cet article, celui de l'Odisha ne présentait aucune information sur sa propre langue. Il est vraiment dommage que nos langues soient aussi négligées jusque dans nos Etats.

6. L'incompatibilité entre anciennes et nouvelles normes dans les médias

Au lieu d'utiliser la norme Unicode, de nombreux médias traditionels continuent d'utiliser les variantes non-standards des systèmes ASCII/ISCII. La norme Unicode est un standard universel et peut servir pour la saisie des langues indiennes depuis presque vingt-cinq ans, mais la plupart des journaux vernaculaires imprimés indiens ne l'ont pas adoptée. Du coup, de nombreux journaux populaires indiens ne sont pas disponibles en Unicode sur internet.

7. L'absence d'accès libre de droit

La majorité des informations publiées sur internet, et en particulier par le gouvernement indien, est protégée par le droit d'auteur. Ce jardin barricadé de restrictions limite l'accès à l'information et empêche à la fois apprentissage et partage. En revanche, Wikipédia est distribué sous une licence Creative Commons Share-Alike, qui autorise tout un chacun à utiliser et même distribuer le contenu à des fins commerciales. Ouvrir l'information libre de droit pourrait rendre les informations facilement accessibles à des millions de gens.

8. L'absence de d'outils pour les utilisateurs handicapés

Beaucoup en Inde ne savent ni lire, écrire ou parler : il y a dans le pays plus de soixante millions de malentendants. Les handicapés ont un besoin désespéré de traducteurs automatiques écrit/audio et audio/écrit de bonne qualité. Ces produits sont disponibles gratuitement pour que ceux qui ne peuvent pas s'offrir de coûteux logiciels propriétaires comme JAWS puissent contribuer à Wikipédia dans leurs langues. La plupart des outils de traduction écrit/audio disponibles actuellement dans les langues indiennes ont un son tellement artificiel que le locuteur moyen ne peut les utiliser qu'avec difficultés.

Subhashish Panigrahi est un éducateur et milite pour le savoir libre de droit. Il travaille à la Fondation Wikimédia dans l'équipe Communications, Program Capacity & Learning, ainsi qu'au Centre pour l'internet et la société dans le groupe Accès au savoir. Certaines parties de cet article sont issues d'un exposé donné par Subhashish à BHASHA : le Festival numérique des langues indiennes, à New Delhi.


Les animaux non plus ne peuvent échapper à la pire sécheresse du Cambodge en 50 ans

Wed, 11 May 2016 05:35:26 +0000 - (source)
Screen Shot 2016-05-09 at 12.46.12 AM

Un éléphant mort d'un coup de chaleur à Angkor. La photo extraite d'une pétition en ligne appelant à mettre fin aux  promenades à dos d'éléphant dans les lieux touristiques. Source: change.org

Le phénomène El Niño est en partie responsable de la sécheresse qui sévit au Cambodge avec une hausse des températures et des pénuries d'eau. Cette sécheresse est considérée comme étant la pire des 50 dernières années.

Selon le gouvernement, 2,5 millions de Cambodgiens dans 100 districts ont été touchés par la sécheresse et des pénuries d'eau ont été déclarées dans 18 des 25 provinces du pays. Pendant ce temps, neuf provinces connaissent des vagues de chaleur.

De faibles précipitations ont exacerbé la pauvreté dans de nombreuses zones rurales, où les agriculteurs dépendent des rivières et des étangs pour l'irrigation. La sécurité alimentaire et la santé des populations locales provoquent également des préoccupations croissantes.

Un regard sur les dévastations de la sécheresse

Des pêcheurs ramassent les poissons dans un étang asséché dans la province de Kandal frappée par la sécheresse,

Cette vidéo YouTube montre une rivière Sisophon complètement à sec à Banteay Meanchey.

Une autre vidéo montre comment certaines familles dans les zones rurales puisent l'eau dans un trou presque à sec dans la province de Banteay Meanchey:

Les animaux meurent à cause de la pénurie d'eau et de la chaleur. Environ 65 tonnes de poissons sont morts dans le lac de Tonle Chhmar le mois dernier en raison de la baisse des niveaux d'eau:

Pénurie d'eau et la chaleur ont tué beaucoup de tonnes de poissons dans #KampongThom #Cambodia

La sécheresse et la pénurie d'eau ont tué 300 bovins dans le district de Siem Pang, province de #Stoeng Treng

Les fonctionnaires attribuent à la vague de chaleur la mort de centaines de chauves-souris à Siem Reap

Selon les villageois: plus de 30 singes noirs sont morts aujourd'hui par manque d'eau à Battambang,

Un éléphant qui promène les touristes à Angkor a succombé à un coup de chaleur. Suite à cet incident, des utilisateurs d'Internet ont lancé une pétition exhortant les autorités à mettre fin à ces promenades à dos d'éléphant, qui sont toujours appréciées des visiteurs.

Le gouvernement cambodgien demande la coopération et l'unité de la nation pour faire face à la crise de la sécheresse. Les fonctionnaires promettent de fournir une aide immédiate aux résidents en situation de pénurie d'eau.


Le rêve olympique brisé d'une gymnaste de Trinité-et-Tobago

Mon, 09 May 2016 20:58:34 +0000 - (source)
Screenshot of a YouTube video of Trinidadian gymnast, Thema Williams, practising at her coach John Geddert's gym in the United States.

Capture d'écran d'une vidéo YouTube montrant la gymnaste trinidadienne Thema Williams s'entraînant avec son coach John Geddert aux Etats-Unis.

La controverse entourant la représentante de Trinité-et-Tobago aux épreuves de gymnastique des prochains Jeux olympiques au Brésil aura comporté plus de retournements qu’un enchaînement de gym.

Petit récapitulatif : la gymnaste trinidadienne Thema Williams, initialement annoncée comme représentante de son pays pour les prochains JO lors du Test Event à Rio, a soudainement été remplacée par Marisa Dick, qui possède également la nationalité canadienne. Le comité de direction de la Fédération de gymnastique de Trinité-et-Tobago a évoqué cette décision comme étant dans le meilleur intérêt pour Williams, qui souffrait d’une blessure. Cette désignation semble en fait davantage liée à une photo d’elle seins nus, postée sur Instagram, qui lui a valu d'être convoquée devant une commission disciplinaire quelques semaines seulement avant ce revirement. Ironie du sort, une photo topless de sa rivale est apparue peu après sur Snapchat.

Nombreux sont ceux qui ont dénoncé le retrait forcé de Williams comme illégal ; en réalité, son avocat a tenté de contester cette décision avant que sa remplaçante ne débarque à Rio, sans succès. Depuis son retour prématuré, Williams et son équipe ont communiqué leur intention de poursuivre en justice la Fédération de gymnastique de Trinité-et-Tobago pour demander des « dommages et intérêts et des excuses pour tous les méfaits » perpétrés par la Fédération. Wired868, le site sportif qui a abondamment couvert les développements de cette affaire, mentionne :

According to Williams’ contract with the local gymnastics body, she could only have been removed from the competition by the head of delegation after consultation with her coach, Geddert, and relevant medical personnel.
Marquez [the TTGF president] confirmed at a press conference […] that the TTGF did not tick all those boxes but countered that the body was forced at act swiftly in the interest of the sport, after concerns about Williams’ health.

Selon le contrat liant Williams à l’instance locale de gymnastique, elle ne peut être exclue de la compétition par le chef de la délégation qu’après consultation de son entraîneur, Geddert, et du personnel médical compétent.
Marquez [le président de la Fédération de de gymnastique de Trinité-et-Tobago] a confirmé lors d’une conférence de presse […] que la Fédération n’avait pas rempli tous les critères mais qu’elle se devait de réagir rapidement dans l’intérêt du sport, en raison des inquiétudes entourant la santé de Williams.

Le site a également fait allusion à un conflit d’intérêts :

A posting on the International Gymnastics Federation (FIG) website, which was last updated in 2015, listed Dick’s coaches as Ovidiu Serban and Ricardo Lue Shue with Anita Pelletier as choreographer.
Lue Shue, who is the TTGF second vice president, and his wife, Donna Lue Shue, who is the assistant treasurer, were involved in the decision to replace Williams with Dick.

Un message posté sur le site de la Fédération internationale de gymnastique, mis à jour pour la dernière fois en 2015, fait apparaître Ovidiu Serban et Ricardo Lue Shue comme entraîneurs de Dick, et Anita Pelletier comme sa chorégraphe.
Lue Shue, deuxième vice-président de la Fédération de gymnastique de Trinité-et-Tobago, et son épouse Donna Lue Shue, trésorière adjointe, ont participé à la décision de remplacer Williams par Dick.

Dans son action en justice, Williams dénonce, entre autres, une violation de l’accord passé avec les athlètes, un traitement inéquitable, de la mauvaise foi, du favoritisme, et des dommages liés à ces abus. Ses avocats ont demandé à ce que sa sélection pour les prochains Jeux olympiques soit confirmée, que le Comité olympique de Trinité-et-Tobago déclare illégale l’action de la Fédération de gymnastique de Trinité-et-Tobago, et que les dommages causés puissent être pris en compte quant à la bourse attribuée par l’université du Michigan (que Williams a refusée afin de poursuivre son rêve olympique).

Pendant ce temps, le président du Comité olympique de Trinité-et-Tobago, Brian Lewis, a déclaré que l’organisation avait bien reçu confirmation de la Fédération de gymnastique locale que seule une place qualificative pour les JO était affectée à Trinité-et-Tobago. Depuis l’éviction de Williams du Test Event, la seule gymnaste éligible demeure Dick. La Fédération aura jusqu’au 9 mai pour sélectionner une représentante.

Cependant, lors d’une annonce qui aura surpris de nombreux internautes, le Comité olympique de Trinité-et-Tobago a proclamé que c'est Dick qui participerait aux Jeux de Rio.

Il était de notoriété publique que la gymnaste obtenant le meilleur score lors des Jeux du Commonwealth, à Glasgow, représenterait son pays à Rio. Et cette athlète était Williams. Dick avait-elle connaissance qu’il lui restait encore une chance de participer aux JO ? La Fédération internationale de gymnastique est-elle impliquée d’une façon ou d’une autre dans cette décision ? Williams a-elle encore une chance de représenter son pays à Rio ?

Les internautes se sont davantage inquiétés de savoir si Williams pourrait poursuivre ou non son rêve olympique – une lueur d’espoir demeurait encore. Wired868 a interrogé l’avocat canadien du droit du sport Emir Crowne, qui a déclaré :

‘There does exist a chance of Thema still going to the Olympics. There is a committee called the Tripartite Commission; and in every sport they deal with exceptions to the rule…The deadline to file that application was January 15. But they do allow late applications in exceptional circumstances. And I think it is safe to say that this is nothing short of exceptional circumstances.’

Il existe une chance pour que Thema puisse se rendre aux Jeux olympiques. Une commission appelée commission tripartite est chargée, dans chaque sport, de traiter les exceptions à la règle… La date pour demander un recours était le 15 janvier, mais cette commission autorise les demandes tardives lors de circonstances exceptionnelles. Et je crois que l’on peut dire qu’il ne s’agit rien de moins que de circonstances exceptionnelles.

La commission tripartite du Comité international olympique, accessible via le Comité olympique de Trinité-et-Tobago, constituait le dernier espoir pour Williams, jusqu’à ce que le président de l'instance trinidadienne révèle que :

The FIG [the international gymnastics body] has confirmed today that no name change or replacement is possible at this stage […] Any approach to the Tripartite Commission can only be made through the auspices of the TTOC with the endorsement of the Trinidad and Tobago Gymnastics Federation.

La Fédération internationale de gymnastique a confirmé aujourd’hui qu’aucune modification ou remplacement n’était possible désormais […] Seul le Comité olympique de Trinité-et-Tobago peut faire appel à la commission tripartite, avec l’approbation de la Fédération de gymnastique de Trinité-et-Tobago.

Quelques blogueurs, toutefois, restaient sceptiques quant à la possibilité que la Fédération de gymnastique de Trinité-et-Tobago assume réellement ses actes. Selon les dires du blog Square Peg :

It’s clear that – at best – the TTGF misstepped all over the place in their handling of this matter. They also misstepped in their assumption that this incredibly blatant… screwup… would go unnoticed by wider society. At this point, it would be less of an embarrassment for them to step down and avoid tarnishing T&T’s fledgling involvement in Olympic gymnastics any further.
Of course, that would require them to be more concerned with protecting the sport than with pushing their own agenda.

Il est évident que la Fédération de gymnastique de Trinité-et-Tobago a effectué de nombreux faux-pas dans la gestion de cette affaire. Ils se sont également fourvoyés en imaginant que ce plantage incroyablement flagrant passerait inaperçu auprès de la population entière. A ce stade, il serait moins embarrassant pour eux de démissionner et d’éviter de ternir l’implication naissante de Trinité-et-Tobago dans les épreuves olympiques de gymnastique.
Bien sûr, cela nécessiterait de se concentrer davantage sur la protection du sport que sur celle de leurs propres intérêts.


Après les obsèques de Papa Wemba, les 4 faits marquant son empreinte sur la musique africaine

Sun, 08 May 2016 18:17:11 +0000 - (source)
Papa Wemba sur le plateau de TV5 Monde CC-BY-20

Papa Wemba sur le plateau de TV5 Monde CC-BY-20

Papa Wemba, légende de la musique africaine, est mort le 24 avril 2016 à Abidjan à la suite d'un malaise survenu pendant son concert. Il est un des artistes qui propulsa la rumba congolaise sur la scène internationale et il a aussi formé d'autres stars du continent comme Koffi Olomidé et King Kester Emeneya. Un deuil national de trois jours a été décrété à sa mort et ses obsèques nationales ont eu lieu le 4 mai 2016 à la Cathédrale Notre-Dame du Congo de Kinshasa devant plus d'un millier de personnes. Vidéo de la cérémonie:

Si sa renommée n'est plus à faire dans le cercle des aficionados de la musique africaine, son nom est encore peu connu hors de l’Afrique. Si vous découvrez cette légende du continent africain sur le tard, voici les 4 faits marquants de sa carrière riche en accomplissements.

1. L’ innovation musicale perpétuelle

Papa Wemba est connu comme le roi de la rumba congolaise. Mais la rumba congolaise est elle-même un genre en perpétuel évolution et qui a donné d'autres styles comme le Soukous et le Ndombolo. La rumba congolaise, comme son l'indique, tire son origine de la rumba cubaine qui arrive au Congo dans les années 30. Voici une vidéo de l'émission Africanités sur TV5 Monde qui illustre l'histoire de cette musique avec quelques tubes choisis:

L'apport de Papa Wemba et de ses collègues dans les années 70 à l'évolution de la rumba congolaise aura été multiple; cependant le fait marquant de cette période aura été la part belle faite aux percussions au détriment des instruments à vent et un tempo plus enlevé, mixant plus fortement les tendances locales avec les origines cubaines de la rumba.

2. La tournée américaine et européenne avec Peter Gabriel

En 1993, Papa Wemba part en tournée avec Peter Gabriel en Amérique du Nord et en Europe sur le Secret World Live Tour. Peter Gabriel est alors au sommet des billboards musicaux et contribue à faire connaitre Papa Wemba à travers le monde. Voici une vidéo des deux artistes en concert performant le morceau In Your Eyes. (Papa Wemba chante en Lingala à 7:40):

Peter Gabriel est aussi connu pour sa carrière musicale que pour son activisme pour les droits humains, notamment via l'organisation qu'il a créé WITNESS. Peter Gabriel est présent aux obsèques de Papa Wenda mais dans l'anonymat presque complet.

Capture d'écran de l'émission de Taratata avec l'interview par Nagui de Papa Wemba et de Peter Gabriel

Capture d'écran de l'émission de Taratata avec l'interview par Nagui de Papa Wemba et de Peter Gabriel


3. Des tubes intemporelles

Avec une carrière longue de 40 ans, Papa Wemba a enregistré de nombreux morceaux à succès. Voici une sélection de ses morceaux les plus connus:

Yolele:

Maria Valencia:

Show me the way:

Mais Papa Wemba est aussi connu pour avoir formé et collaboré avec de nombreuses stars africaines comme Koffi Olomide, notamment sur la chanson Wake Up:

avec Extra Musica sur Etat Major:

 

4. Un impact culturel au-delà de la musique

Papa Wemba a créé dans les années 70 un mouvement qui s'appelle SAPE et qui est un acronyme pour la Société des Ambianceurs et des ersonnes Elégantes. D'ici vient l'origine de l'expression “sapé” (argot pour dire bien habillé mais de manière flashy). Papa Wemba aimait s'habiller de manière extravagante et fut connu en milieu de carrière comme le Roi de la Sape. Le Congo est maintenant connu pour être le pays de la sappe et Papa Wemba y est surement pour quelque chose. Le documentaire suivant donne le détail de la génèse de ce surnom, le Roi de la Sape:

Papa Wemba, pionnier de la Rumba Congolaise et roi de la sappe nous donc a quitté, nous te disons: “Salut L’ Artiste et Merci”.


Carte des stéréotypes : voilà comment les Japonais voient l'Europe

Sun, 08 May 2016 16:22:36 +0000 - (source)
Google Autocomplete Suggestions for Japan

Les requêtes ‘auto-complétées’ de Google pour la recherche “Japon.”

Nick Kapur, historien de profession spécialiste du Japon, a élaboré une carte des stéréotypes japonais sur les pays Européens.

J'ai fait une carte des stéréotypes des Japonais sur les pays européens, à partir des requêtes auto-complétées de Google Japon.

Il n'a pas trouvé tous les pays européens dans ces requêtes auto-complétées de Google Japon.

Eh mec, qu'est-ce qui est arrivé à mon pays la Slovénie? Merde, la Serbie, ahaha, on est même pas sur la carte.

Eh mec, qu'est-ce qui est arrivé à mon pays la Slovénie? Merde, la Serbie,ahaha, on est même pas sur la carte.

J'ai cherché la Slovénie, mais malheureusement, les requêtes auto-complétées n'ont produit aucun résultat, sauf sur le tourisme, en japonais

Google a aussi produit des résultats mystérieux, que Nick Kapur a intégré à sa carte. Pourquoi la Lituanie ne peut-elle pas “manger des pommes de terre”?

Pourquoi la Lituanie ne peut pas manger de pommes de terre ?

Oui, moi aussi j'ai été très surpris par ça, mais après avoir cherché, il semble que ce soit une référence à ”Polandball’ (ndlr : référence à un même sur Internet relatif à une bande dessinée représentant une pomme de terre).

La carte de M. Kapur est similaire à une autre carte de 2015 faite à partir des résultats de recherches sur le moteur de recherche Baidu, le plus important en Chine : Baidu complètait les requêtes à demi formulées sur différentes provinces de Chine ainsi.

La carte de la Chine, par stéréotype.


Chine : de plus en plus d'étudiants tombent dans le piège du crédit en ligne

Sun, 08 May 2016 10:07:22 +0000 - (source)
Online Advertisement encouraging customers to pay by installment. But risks are hidden. (Screen capture imagine)

Un site chinois de shopping en ligne propose des crédits aux étudiants mais il y a bien des risques cachés. (Photo: Patrick Wong)

Pour les étudiants de universités chinoises, le problème le plus important qui se pose après l'obtention du diplôme est celui de rembourser les dettes, et ce n'est pas une petite histoire pour un débiteur ou une débitrice, surtout si il ou elle n'a pas trouvé d'emploi. C'est ce qu'à fait observer [en chinois comme les autres liens, sauf indication particulière] récemment un internaute sur Weibo.

Depuis quelques années, les services financiers en ligne destinés aux particuliers ont connu un véritable boum en Chine. De nombreuses plateformes de shopping en ligne proposent de petits crédits aux clients.

Ces  micro-crédits sont très populaires auprès des étudiant universitaires et beaucoup d'entre eux finissent par tomber dans la spirale du surendettement. Du, un étudiant de la ville de Huai'an dans la province orientale du Jiangsu a acheté un iPhone à crédit par le biais d'une société de crédit en ligne, puis s'est rapidement aperçu qu'il ne réussirait jamais à payer ses traites en temps voulu. Pour éviter des retards de remboursement, il a souscrit crédit après crédit, accumulant à la fin une somme de presque 80 000 yuan ( autour de 12 380 dollars).
Du n'est qu'un exemple parmi tant d'autres.
La croissance rapide du marché des crédits à la consommation en ligne, en Chine, fait que ce secteur souffre d'un manque de réglementations et est truffé de pièges, tant pour les investisseurs que pour les clients.
Au début de l'année, un groupe financier en ligne Ezubao, a été accusé par les autorités d'avoir prélevé illégalement des fonds pour une valeur de 50 milliards de yuans (environ 7,8 milliards de dollars) sur le dos de 900 000 clients sur tout le territoire national. C'est ce que rapporte Xinhua, l'agence de presse officielle chinoise.

Coût des services ou frais cachés

Il semble que très souvent, les étudiants de l'enseignement supérieur soient sensibles à une forte pression sociale, qui les pousse à suivre des modes qui changent très vite au gré des nouveautés. Certaines sociétés de crédits ont évidemment dans leur ligne de mire ce groupe social assez ingénu. Ainsi, beaucoup de société travaillent ensemble sur des plateforme d'achat en ligne pour inciter habilement les étudiants à payer leurs acquisitions à crédit.
Ces étudiants n'ont qu’ à scanner leur carte d'identité et signer un petit formulaire pour lancer la demande de crédit dont l'approbation ne demande habituellement moins de 24 heures.
Les étudiants ne portent habituellement aucune attention aux exigences de ces sociétés en ce qui concerne le coût de leurs services, comme par exemple les commissions demandées. Et quand ces jeunes n'arrivent pas à payer leurs dettes, les créanciers se retournent contre les parents dans la mesure où ils peuvent eux mêmes les payer.

Comme l'a rapporté l'hebdomadaire Southern Weekend, le mois dernier, un étudiant avait acheté un IPhone en signant un contrat avec Hi Cash, une société de crédit bien connu sur le net. Au final il a dû payer cinquante pour cent de plus que le prix indiqué à cause du coût des services et frais cachés, mais ce de n'était pas encore le pire. Il a en effet découvert avec stupéfaction que le contrat qu'il avait signé comportait quatre parties, lesquelles permettaient à Hi Cash d'utiliser ses informations pour réclamer à une autre entreprise un emprunt en son nom, transaction dont il a déclaré n'avoir aucune connaissance. Selon les pratiques courantes, ces sociétés de crédit ne sont soumises qu'à l'obligation d'un enregistrement auprès de la chambre administrative pour l'industrie et le commerce, sans contrôle de la part de l'autorité financière.

De plus le formulaire utilisé pour la demande de crédit en ligne prévoit seulement deux informations de base sur l'identité et laisse beaucoup de place à des échappatoires possibles.

Zheng, un étudiant de la province du  Henan, s'est suicidé  après  avoir accumulé une dette de plus d'un million de yuans (plus de 150 000 dollars)  le mois dernier. C'est ce que rapporte un article du quotidien  China Times.

L'enquête  montre que Zheng aurait utilisé la carte d'identité de 28 autres étudiants de façon à pouvoir obtenir toujours plus de crédits pour parier sur des matchs de football.

Lors d'un interview sur la chaîne de télévision nationale CCTV le père de Zheng a déclaré que cette société de crédit devrait au moins reconnaître qu'elle est en partie responsable de la mort de son fils.

Outre les techniques habituelles que les créanciers utilise pour tourmenter les débiteurs (appels téléphoniques répétés, lettres d'huissiers,  etc.), il semble que les sociétés de crédit aient le droit de s'en prendre à la famille des débiteurs et de rendre  public les noms des étudiants qui leur doivent de l'argent.

Pendant ce temps-là, le Quotidien du Peuple, porte-parole du gouvernement, a déclaré officiellement que la sensibilisation à la responsabilité financière doit commencer à la maison, conseillant aux parents de tous les étudiants de surveiller le comportement de leurs enfants, de développer leur compétences financières et d'augmenter leur prise de conscience des risques éventuels.

Il existe un besoin de plus de réglementation

Pour éviter l'utilisation abusive des données personnelles des étudiants, Wang Xinrui et Guo Junlei, deux avocats des bureaux d'étude Anli Partners de Pékin, ont publié un article sur le Financial Times demandant au gouvernement chinois de garantir la protection des données personnelles sur internet et d'étendre le contrôle de normalité à l'activité financière en ligne.

互联网金融涉及的身份信息、交易信息更为敏感,泄露后危害也更大,因此必须从立法和技术上加以更严格的限制,也要对泄露用户信息的行为进行更加严厉的惩罚。

Les société financières en ligne manipulent des informations sensibles concernant l'identité des personnes et la nature des transactions. La circulation illégale de ce type de données irait contre l’intérêt public. Les autorités devraient imposer plus de restrictions pour éviter que ces informations soient divulguées et punir ceux qui s'en rendent responsables

Sheng Songcheng, directeur général du département d'analyses et statistiques de la Banque Populaire chinoise, a déclaré en janvier que sa banque était préoccupée par la nécessité de mieux réglementer les crédits en ligne dans le cadre d'une politique d'amélioration du système de contrôle de l'activité financière. Cette banque en collaboration avec des services financiers du gouvernement, avait déjà publié, à la fin de l'année dernière un guide complet pour faire la promotion d'un développement plus sûr des services financiers sur internet.

Les lignes directrice insistent sur le fait que les services financiers en ligne devront être en règle avec les normes actuelles  [lien en anglais], les prêts aux particuliers ne devront pas avoir un taux d’intérêt annuel supérieur à 24%.

Reste à voir comment ces décisions seront réellement appliquées.


Exit Davutoglu : Le Premier Ministre écarté, la Turquie vers un avenir incertain

Sun, 08 May 2016 10:03:55 +0000 - (source)
Davutoglu at Harvard. Creative commons.

M. Davutoglu à Harvard. Creative commons.

Premier ministre de la Turquie depuis presque deux ans, Ahmet Davutoğlu vient d'annoncer son intention de quitter son poste “pour l'unité du parti” alors que son désaccord avec le président turc President Recep Tayyip Erdoğan devenait patent.

M. Davutoglu était le numéro 2 de l'AKP (le parti Justice et Développement) qui domine la politique turque depuis plus d'une décennie, et son probable effacement de la scène politique paraît devoir priver le pays d'un frein potentiel aux ambitions de M. Erdogan.

Intellectuel à lunettes, M. Davutoglu n'a jamais eu le charisme d'Erdogan, arrivé au premier plan en 2003 comme Premier ministre de la Turquie et force motrice du parti.

Wouah, c'est allé vite, M. Davutoglu s'est déjà trouvé un nouveau travail, impressionnant

Ecrivant sur Al-Monitor, Mustafa Akyol a relevé l'apparition d'un “mystérieux blog politique” qui avait dépeint Davutoglu en traître peu après que celui-ci fut dépouillé par le comité exécutif de l'AKP de son pouvoir de nomination des responsables régionaux.

Si ce blog — comme beaucoup le pensent — est un reflet des positions d'Erdogan, alors les crimes contre les règles de Davutoglu seraient de s'être donné le rôle du gentil contre le méchant Erdogan dans la négociation EU-Turquie de l'accord sur les migrants, et de préférer le régime parlementaire.

Ce qui attend le premier ministre turc Davutoglu après son renvoi par le président Erdogan…

Davutoglu paraît quant à lui avoir reconnu qu'il manquait du capital politique nécessaire pour jouer à égalité avec l'un des leaders les plus populaires et les plus puissants de l'histoire de la Turquie, même si la constitution confère au premier ministre des pouvoirs plus larges qu'au président.

D'où la crainte répandue que le passage de la Turquie d'une démocratie chaotique à un Etat autoritaire ne soit quasi achevé.

Faisons notre deuil de la démocratie turque, qui vient de perdre un de ses derniers freins au pouvoir d'Erdogan

Avec un successeur de Davutoglu probablement plus favorable à un basculement constitutionnel vers des pouvoirs élargis d'Erdogan et de la fonction présidentielle, le monde en découvrira les conséquences autant sur la crise européenne actuelle des réfugiés que sur l'aggravation de l'affrontement entre les rebelles kurdes et l'Etat turc.

Hélas, les développements de ces deux dernières années en Turquie ont montré une chose : les prédictions qui ont pu paraître aberrantes à un moment, soudain deviennent réalistes.

“Heureusement qu'on a la République. A l'époque ottomane, Davutoglu y aurait laissé sa tête.”


Au Chili, la colère des pêcheurs traditionnels de l'île de Chiloé face à l'urgence écologique

Sat, 07 May 2016 14:44:05 +0000 - (source)
Chiloé. Foto del usuario Flickr Mauro Díaz. Usada bajo licencia CC 2.0

Chiloé. Photo du compte Flickr de Mauro Díaz. Utilisée sous licence CC 2.0

Cela fait des mois que le phénomène marin connu sous le nom de marée rouge, une prolifération excessive d'algues qui se traduit entre autres par une concentration élevée en toxines, affecte les métiers de la pêche sur l'île de Chiloé [fr] dans le sud du Chili.

Beaucoup imputent le phénomène récent à l'industrie salmonicole, touchée par une épidémie qui a emporté plus de 24 millions de saumons, dont deux mille tonnes ont fini dans la mer. Le directeur de Sernapesca (Service national de la pêche et de l'aquaculture), José Miguel Burgos, a expliqué que « la plus grande partie des pertes a servi à l'élaboration de farine de poisson, tandis qu'une proportion moindre a été envoyée dans des décharges. Et la troisième alternative, comme le prévoit la législation internationale dans les situations d'urgence, et faute d'autre possibilité, sont ces deux mille tonnes qui ont été déversées dans la mer dans une fosse sous-marine de plus de trois mille mètres de profondeur, à plus de 130 kilomètres des côtes ».

Le ministre de l'Environnement a par ailleurs attribué le phénomène au seul changement climatique.

L'alerte s'est répandue sur les réseaux sociaux après que des milliers de machas mortes (couteaux) ont été découvertes sur le littoral de Cucao, à Chiloé la nuit du 25 avril 2016.

5 kilómetros de machas muertas. Emergencia ecológica, social y alimentaria en Chile. Pantallazo de la actualización pública en Facebook de Carlos Reyes Medel.

5 kilomètres de machas mortes. Urgence écologique, sociale et alimentaire au Chili. Capture d'écran de la mise à jour publique de Carlos Reyes Medel sur Facebook.

Les pêcheurs de la zone ont entamé un mouvement de protestation le 3 mai car ils estiment que le gouvernement ne les aide pas suffisamment pour pallier les pertes économiques qu'ils ont subies, et que les 100 000 pesos chiliens (environ 130 euros) proposés par l'intendant de la région à chaque famille sont insuffisants.

En guise de protestation, des routes ont été bloquées, des barricades dressées et des pneus brûlés. Les pêcheurs demandent que le gouvernement comme les multinationales de l'industrie du saumon prennent en charge les réparations économiques.

Certains utilisateurs de Twitter notent que la presse nationale n'informe pas le pays sur ces sujets.

Le documentaire intitulé « Contre le courant » [en espagnol] nous permet de mieux replacer dans son contexte la salmoniculture et les problèmes sociaux, environnementaux et économiques qu'elle a engendrés à Chiloé, à travers des témoignages qui reconstituent son histoire depuis plus de trente ans qu'elle est pratiquée au Chili.

Es un proceso parecido a un mall que construyeron ahora en Castro. Nadie se dio cuenta. No nos dimos cuenta hasta que vimos el mar sembrado.

Ce processus est semblable à ce centre commercial construit il y a peu à Castro. Personne ne s'en est rendu compte. Nous ne nous sommes pas rendus compte jusqu'à ce que nous voyions la mer recouverte.


La Gambie est en ébullition, et vous n'en savez rien

Sat, 07 May 2016 13:25:15 +0000 - (source)
People waving in a protest against president Yahya Jammeh in the Gambia.

Des participants agitent la main dans une manifestation contre le président Yahyah Jammeh en Gambie. Photo : Youtube

La Gambie, minuscule pays d'Afrique de l'Ouest, a connu le mois dernier une agitation sans précédent. Les manifestations sont passées quasi inaperçues dans les médias internationaux, en partie du fait de la répression exercée par l'imprévisible chef de l'Etat Yahya Jammeh.

En avril 2016, le mouvement a commencé par une manifestation pacifique pour réclamer des réformes électorales, dirigée par Ebrima Solo Sandeng, le chef des jeunes du parti principal d’opposition, United Democratic Party (UDP). A la fin, la manifestation fut encerclée par les forces de l'ordre qui mirent en garde à vue Sandeng et plus d’une douzaine d’autres sympathisants de l’UDP qui avaient rejoint le rassemblement.

48 heures après ces arrestations, on a appris que Sandeng et deux autres membres de l’UDP étaient morts en garde à vue. Ce qui a provoqué des nouvelles manifestations, désormais menées par le chef de l‘UDP Ousainou Darboe, qui a demandé la libération des manifestants restants, vivants ou morts.

Après une marche d’à peine 300 mètres, Darboe et au moins deux douzaines de sympathisants ont été arrêtés par la police. Certains ont été libérés, mais Ousainou Darboe et 19 autres restent en garde à vue, mis en accusation mais en attente d’une audience. Ils sont depuis apparus plusieurs fois devant un tribunal sous haute surveillance, tandis que leurs familles, leurs camarades du parti, et les sympathisants viennent en grand nombre devant le tribunal scander des messages de solidarité et demander leur libération.

Plusieurs vidéos et images sont apparues sur les réseaux sociaux gambiens montrant des centaines de gens qui protestent contre ce qu’ils ont appelé le « régime meurtrier » du pays.

Solidarité avec les détenus

Une grande foule a été vue en train de se diriger vers la maison d’Ousainou Darboe, en scandant « nous demandons à voir Solo Sandeng vivant ou mort ».

Manifestants en #Gambie qui exigent que le pouvoir présente Sandeng « vivant ou mort » après qu’il a été porté disparu suite à son arrestation

Protestors in Banjul in the Gambia. Photo taken from the main opposition party (UDP) Facebook page.

Des manifestants dans la capitale gambienne Banjul. Photo : page Facebook du parti UDP.

Les utilisateurs des réseaux sociaux décrivent les manifestations comme un grand acte de défi à l’encontre du président Yahyeh Jammeh.

The PIU [Police Intervention Unit] and police being address about why change must happen. Bravo youths.#Banjul high Court. The ground for defiance

La PIU [l’Unité d’Intervention de la Police] et la police sont affrontées au sujet des changements nécessaires. Bravo les jeunes. Cour Suprême de #Banjul. Le terrain du défi.

Le rôle de la religion

Plus que 90 % de la population gambienne est musulmane. En décembre 2015, Jammeh, un musulman et guérisseur religieux autoproclamé, a déclaré que le pays est une république islamique, mais beaucoup ont contesté cette affirmation.

En Gambie, les figures politiques utilisent souvent les cultes religieux pour gagner en popularité, tandis que les chefs religieux monnaient des faveurs avec ceux qui fréquentent les allées du pouvoir. Dans un pays majoritairement musulman, il n'est pas étonnant que les manifestants aient évoqué des sentiments religieux dans leurs actions revendicatives.

Un groupe de femmes est venu au tribunal, brandissant des calebasses et scandant des slogans de liberté pris de l’hymne national. (Brandir des calebasses est considéré comme une sorte de malédiction dans la culture africaine et une démonstration de détermination pendant les temps difficiles).

De façon similaire, un autre groupe de manifestants, dirigé par plusieurs imams locaux, est venu à la Cour Suprême en scandant des louanges envers Dieu.

Entre-temps, les tribunaux ont à plusieurs reprises invoqué des détails techniques pour refuser aux manifestants détenus la liberté provisoire. Le procès se poursuivait jeudi 5 mai 2016 avec une audience sur la liberté provisoire. De nombreux partisans de l’UDP et sympathisants sont attendus. Mais des analystes disent que les actions pour faire traîner le procès visent à décourager les manifestants et tuer lentement l’enthousiasme pour le changement généré par l’opposition.

Absent de l'audience

Beaucoup s’inquiètent de la sécurité des huit activistes arrêtés durant les manifestations, qui ne sont apparus devant aucun tribunal. Solo Sandeng et deux autres qui seraient morts en détention sont parmi les huit. La disparition sans traces est une occurrence fréquente en Gambie.

Amnesty International et beaucoup d’autres organisations de défense des droits humains ont exigé la libération de tous les détenus.


Powered by VroumVroumBlog 0.1.31 - RSS Feed
Download config articles