Hackers (lol) et canular à Paris, le nawak



J’ai essayé d’éviter les informations stupides, mais celle-là m’a fait réagir… Deux adolescents ont « piraté » la ligne téléphonique d’une église parisienne pour faire un canular. Particulièrement con, surtout en ce moment, mais un canular. Et depuis quelques jours, je lis çà et là « deux hackers » ceci, « deux hackers » cela. Et bordel, ça m’énerve.

Pourquoi ?

Entrons dans le vif du sujet d’emblée : ça me gonfle profondément qu’on utilise le terme « hacker » à toutes les sauces et ce depuis des années. Certains diront qu’il ne faut pas s’emporter pour ça, d’autres que c’est ainsi et d’autres s’en fichent éperdument. Ce n’est pas mon cas.

Aujourd’hui, lire « hacker » dans un article quelque part, généralement, ça me déprime. On qualifie rapidement tout et tout le monde de hacker, si bien qu’au final, « hacker » ne signifie plus vraiment grand-chose. Tour à tour, c’est un méchant pirate informatique, un cybercriminel, un héros du printemps arabe, un bidouilleur, un manipulateur.

C’est même lui, ce vilain hacker, qui est responsable de la faim dans le monde et de la guerre. Tant qu’à faire, autant pousser l’absurde jusqu’au bout.

Alors non, lecteurs, lectrices, copains, inconnus, journaux, médias, un hacker, ce n’est PAS, à la base, quelqu’un de mauvais, quelqu’un de méchant, quelqu’un qui veut détruire la planète. Ce n’est pas non plus un asocial sociopathe dangereux qui mange des petits chats enroulés dans des câbles RJ45.

Ce terme est malmené depuis déjà fort longtemps et tout le monde gagnerait à utiliser les bons mots. Parce qu’il ne faut pas croire que ce glissement sémantique soit sans conséquences, ce n’est pas qu’un mauvais usage du terme. Lorsque ce mot est utilisé à tort, il dégrade l’image déjà bien fragile dudit hacker. Dans l’esprit des gens, du moins selon moi, on imagine le hacker comme quelqu’un qui n’a aucune vie, qui pirate des comptes Facebook, qui reste le cul posé sur sa chaise sans jamais voir personne, qui « casse » et « vole » des choses.

Sauf que dans les faits, ce n’est pas ça, un hacker. Ici, on peut parler d’une personne qui a des problèmes sociaux, on peut parler de criminel, de cybercriminel, de pirate informatique à la limite ou tout simplement, de con. Mais pas de hacker.

Hacker, c’est neutre comme mot. Du moins ça devrait l’être. Hacker – le verbe cette fois – c’est « bricoler », bidouiller un système, essayer de le comprendre, essayer d’en comprendre le fonctionnement, les limites et parfois essayer de s’en affranchir. La meilleure explication que je puisse avoir est celle des baguettes chinoises… elles servent à manger mais si vous vous en servez pour faire tenir un chignon ou un abat-jour, vous avez hacké son fonctionnement, vous l’avez détourné de son fonctionnement initial.

Est-ce que cela fait de vous une mauvaise personne ? Non. Du moins tant que détourner un objet de son usage principal n’est pas interdit.

C’est un sujet à débat, même au sein des communautés de hackers, mais le vrai combat n’est pas sur l’usage du mot, pas comme dans « chiffrer » au lieu de « crypter », il n’y a pas le même impact derrière.

Bref, vous l’aurez compris, je suis fatigué de voir ce mot utilisé dans tous les sens, de n’importe quelle façon.

Le cas des deux ados

Sans avoir le détail de ce qui s’est passé et de la façon dont ils ont procédé, usurper un numéro de téléphone, c’est relativement simple. Parole de moi, qui a travaillé plus de 10 ans dans le domaine.

Ce n’est pas forcément mauvais, certaines entreprises s’en servent pour utiliser le même numéro partout, que ce soit Pierre, Paul ou Jacques qui contacte monsieur ou madame untel. Le principe dans ce cas-là, c’est d’avoir un numéro de désignation de l’installation, qui sera le numéro connu des clients, 01 23 45 67 89 par exemple. On configure l’installation pour que chaque personne qui appelle affiche ce numéro. Rien de mauvais donc, comme beaucoup de choses, cette technologie est neutre, c’est ce qu’on en fait qui est bon, ou mauvais dans le cas de nos deux ados.

Monter un canular en usurpant un numéro de téléphone c’est donc très simple, à condition de chercher un peu. Des solutions existent sur Internet, pour quelques euros ou quelques neurones à y consacrer, et le tour est joué.

Pour déjouer ça, ça peut être aussi simple : rappeler le numéro de téléphone suffit parfois. On tombe alors sur la bonne personne, la vraie personne, celle à qui appartient vraiment le numéro et c’est terminé. J’imagine que les forces de l’ordre l’ont fait dans ce cas, j’espère du moins…

D’autant plus que les deux ados ne semblaient pas experts dans la protection de leurs données personnelles puisque des informations les concernant ont été publiées.

Bref, nous avons affaire à deux ados, un peu (très) cons sur ce coup, qui ont fait un canular débile et dangereux, mais pas à des hackers.

Si des journalistes me lisent, de grâce, utilisez les bons mots, cybercriminel dans ce cas, mais pas « hacker ».

Vous aimez cet article? Partagez-le ;-)

TwitterGoogle +LinkedInMail
Flattr !

Aucun commentaire pour le moment... Soyez le premier!