On arrête la désobéissance civile.



C’est dans une ambiance plus que tendue qui me file la gerbe que je me permets un petit quelque chose sur le blog.

Cette même ambiance qui devient de plus en plus compliquée à supporter, depuis un mois. J’ai préféré couper les informations pour ne pas m’emporter à chaque nouvelle information, mais rien n’y fait.

Jusque là, j’étais partisan de la désobéissance civile, cet acte qui consiste à résister, à se révolter, mais de façon pacifique. Ne pas répondre à la violence par la violence, ne pas utiliser les mêmes méthodes que ceux qui sont combattus, ne pas se mettre à leur niveau, après tout, on vaut mieux que ça.

Mais là, et croyez-moi, ça me désole de le penser, hormis la violence, je ne vois pas ce qui pourrait faire changer les choses.

Est-ce normal qu’on ignore des milliers, puis ensuite des millions de personnes ?

Est-ce normal qu’on balaye d’un revers de la main, d’une pathétique déclaration, des manifestations citoyennes ?

Est-ce normal que des gens qui se regroupent en assemblée soient chassés par les forces de l’ordre, d’une manière de plus en plus violente ?

Est-ce normal que chaque jour depuis quelques temps, nous voyons des abus de pouvoir ça et là, des actes violents, le tout sans qu’il ne se passe rien ?

Est-ce normal que des manifestants pacifistes se prennent des salves de lacrymogènes alors que leur seul acte de résistance était celui de parler ?

Est-ce normal que des CRS se « lâchent » en frappant une femme qui n’a rien demandé en plein torse ?

Est-ce normal que des CRS envoient des grenades de désencerclement à bout portant et à hauteur d’homme, alors que ces grenades sont plus que dangereuses et doivent normalement être utilisées dans des conditions très strictes ?

Est-ce normal que ceux qui se permettent de faire ces choses là n’aient rien à craindre ?

Est-ce normal que notre gouvernement contourne toute l’assemblée nationale, en leur faisant un énorme bras d’honneur avec l’article 49, alinéa 3, de la constitution du 4 Octobre 1958 ?

Est-il normal de lire une telle connerie :

« Nous le faisons car nous avons la conviction que ce projet agit pour l’emploi durable, pour faire entrer sur le marché du travail celles et ceux qui en sont exclus et pour que, notamment, nos petites entreprises puissent embaucher. » – Manuel Valls –

Alors que la quasi totalité des syndicats sont contre, que le peuple français est contre, que des experts reconnus sont contre, que des députés sont contre… enfin, les députés on s’en fiche, ils n’ont plus leur mot à dire avec l’article 49.3 de toutes façons.

Est-ce normal ?

Est-ce normal que des manifestants qui n’étaient pas violents se retrouvent à sortir en foulard, sérum phy dans la poche, de peur se prendre des grenades ?

Est-ce normal ?

Est-ce normal ça ?

Est-ce que tout ceci a une putain de logique ?

Si tout ceci était arrivé dans un autre pays, hors Europe, disons, dans un pays d’Afrique du Nord, le France aurait hurlé au scandale et aurait envoyé des militaires pour « rétablir la démocratie », à grand coup de bottes dans la gueule. Pour la démocratie, hein.

Chaque jour, j’ai l’impression que nous ne pourrons pas connaître pire, que ça va s’apaiser, que le gouvernement va reprendre ses esprits et prendre conscience qu’il est en train de créer un climat plus que malsain et plus que violent. Chaque jour je me rends compte que je me suis trompé, on peut faire pire.

Est-ce qu’il va falloir qu’un manifestant se fasse tuer pour que ça se calme ?

Est-ce qu’il n’est pas déjà trop tard, vu le climat, pour arrêter la machine qui s’emporte ?

Est-ce que le gouvernement à perdu la raison ?

Est-ce normal que certains députés n’aient pas signés une motion de censure du 49.3 car c’était une motion de droite ? J’ai honte, ces pantins sont des cons, je n’ai pas de mot plus gentil que ça. Ils ont préféré ne pas signer parce que c’est « l’autre » qui a déposé la motion de censure, j’ai honte. Honte car ils ne méritent pas ce mandat de député qui, surtout dans cette période critique, devraient oublier un peu le « Gauche / Droite », ne serait-ce que pour rester dignes.

Parler ? Nous ne sommes pas entendus.

Manifester ? Nous ne sommes pas vus.

Les sondages ? Ils disent que nous sommes contre mais le gouvernement s’en moque.

L’Assemblée Nationale ? Tout simplement ignorée.

Que reste-t-il pour se faire entendre ? La violence. C’est triste à dire, mais il ne reste que ça, et c’est parti pour durer puisque nos élus ne nous écoutent même plus.

Dans un autre pays, les journaux auraient parlé d’une crise politique majeure, d’une armée ou d’une police dangereuse, certains journaux à scandale auraient peut-être même parlé d’un climat propice à la dictature, d’un gouvernement qui a perdu la tête, d’actions contre le peuple et la démocratie.

Mais pas en France, « patrie des droits de l’Homme ».

Alors, une fois n’est pas coutume, arrêtez la désobéissance civile et défendez-vous. Embarquez foulards, sérum physiologique, lunettes de piscine contre les lacrymogènes, et défendez-vous.

Les CRS n’en peuvent plus, il n’y aurait pas autant de dérapages sinon. J’ai de la compassion pour eux, mine de rien. Ce sont des humains, comme nous, je n’aimerais pas être à leur place, entre nous et la hiérarchie, elle même pressée par « plus haut » pour briser le mouvement, maintenir la pression, utiliser tout moyen possible pour gérer la crise.

Si des CRS me lisent, posez votre casque et rejoignez les manifestants, vous savez, quelque part, que ce qui arrive n’est pas normal. Et ne m’en veuillez pas si j’ai quand-même envie de vous envoyer un pavé en pleine tête, ce n’est qu’une envie, il y a trop de colère dans ce pays et plus aucun moyen de l’exprimer.

On fait quoi, maintenant ? Doit-on sérieusement devenir de plus en plus durs, quand est-ce que cette radicalisation va cesser ?

On fait quoi, maintenant ?

Vous aimez cet article? Partagez-le ;-)

TwitterGoogle +LinkedInMail
Flattr !

4 commentaires to “On arrête la désobéissance civile.”

  1. avatar

    Coucou Numendil,
    je ne suis d’accord avec toi MAIS je vais t’expliquer pourquoi.

    En fait, nous utilisons des moyens du XIXe et XXe siècle pour contester un texte alors que nous sommes au XXIe siècle.

    Les derniers grands mouvements sociaux qui ont réellement paralysés la France et dont le résultat a été l’échec de la réforme envisagée a été 1995.

    Depuis, la France a a changé. Elle a changé de visage, elle a changé d’outils, elle a changé de mentalité.

    Ce n’est ni en faisant des manifestations ni en cassant que les contestataires se feront entendre et encore moins en faisant des pétitions en ligne – tu sais tout le mal que j’en pense.

    En réalité, ceux qui pourraient paralyser réellement le pays et donc changer la donne, ce sont (par ordre d’importance):

    – les administrateurs-systèmes;
    – les techniciens télécoms;
    – les personnels aériens, ferroviaires et maritimes;
    – les routiers.

    Pour eux précisément et dans cet ordre :
    à ton avis, ça donnerait quoi un pays où la moitié du réseau telecom est HS ? Ca donnerait quoi un Etat sans canaux de communication ? Que se passerait-il si les gens ne pouvaient plus se déplacer (hors urgences) ni s’approvisionner ?

    La réalité est que ceux qui pourraient réellement faire quelque chose, à la fois de fort et sans réels dommages, ne veulent pas réagir. Il est bien plus facile de traiter les élus de muppets et de corrompus que de dire : « ok, on coupe ».

    Tu appelles les CRS à rejoindre les manifestants mais n’oublie pas que ce sont des fonctionnaires, qui ont une mission particulière et quand bien même ils souhaiteraient rejoindre les contestataires, les quelques téméraires qui le feraient paieraient très cher l’addition : toi et moi le savons très bien. Nous avons bien vu comment l’Administration pouvait riposter envers ceux dont la tête dépassait.

    Enfin, je crois qu’au contraire, nous devons relever nos manches et mettre les mains dans le cambouis (cf : http://blog.projetarcadie.com/content/chers-citoyens-si-la-democratie-va-mal-cest-aussi-de-votre-faute )

    Et tout n’est pas perdu. J’avoue avoir été impressionnée par les membres du groupe GDR. Chassaigne a bien dit qu’il n’était absolument pas en accord avec les idées de la motion de la droite et du censure, et pourtant, la majorité l’a voté (cf: http://blog.projetarcadie.com/content/motion-de-censure-de-la-loi-travail-qui-vote-quoi ), ce qui montre que non, certains élus ne sont pas déconnectés.

    Pardon pour ce trop long commentaire avec plein de liens et courage.

    • avatar

      Bonjour,

      étant dans un état d’indignation similaire ET admin sys, j’ai déjà pensé eux actions que tu suggère. Mais là où un cheminot fait simplement grève pour paralyser le traffic ferroviaire, des actes de sabotages ou de simple bloquage des outils informatiques mèneraient (quoiqu’en dise la loi) à non seulement un licenciement, mais en plus à une réputation toute faite dans le petit milieu de l’informatique régional. Est-ce un manque de syndicalisation dans nos métiers ?
      Je ne sais pas, mais peu importe ma colère, je ne peux prendre le risque.

  2. avatar

    Je trouve l’analyse de la situation très pertinente mais par contre je ne suis pas du tout d’accord avec la conclusion.

    Je me rappelle d’un petit livre de nouvelles que j’avais reçu d’Attac a une époque et la dernière nouvelle correspondait tout à fait à ton article. Des militants, las que leurs revendications ne soient pas prises en compte, passaient à l’action violente. Le résultat était que l’état avait complètement prévu cela et se servait ensuite de cette action violente pour discréditer la cause de ces militants.

    Je pense que c’est exactement ce qui se passerait dans la réalité si nous passions à l’action violente. Elle serait utilisée pour discréditer le mouvement et ajouter encore plus de lois répressives.

    C’est effectivement consternant que tout ce qui est fait ne soit pas suivi d’effet mais cela amène selon moi plus à besoin de refonder les institutions qu’à un besoin de violence.

    Et même s’il n’y a pas d’effets immédiats visibles, toutes les actions menées en ce moment porteront leur fruit dans le futur je pense.

  3. avatar

    « Les syndicats sont contre », les syndicats ne représentent personne et feraient mieux de fermer leur gueule. Ces connards mafieux sont le cancer qui gangrène ce pays depuis des décennies.
    Plus de violence… au niveau de la répression plutôt ! Tous ces connards qui pourrissent la vie des gens qui bossent avec leurs blocages à la con retrouveraient rapidement le droit chemin avec une matraque dans la gueule. Ce pays tourne avec 30% de la population qui finance le reste. Ca ne peut pas durer.