Pourquoi je n’aime pas Apple ? (maj)



Non, nous ne sommes pas vendredi. Enfin si, mais ce billet n’est pas fait pour attirer les trolls velus, qu’ils soient libristes ou adeptes de la marque à la pomme.

C’est un échange récent entre deux personnes, l’une semblant « pro-Apple », l’autre semblant être son parfait inverse, qui fait que ce billet existe. Ou plutôt, c’est la réaction d’un côté qui m’a donné envie de l’écrire. Si vous vous reconnaissez dans l’une des deux catégories précédentes, il est possible que ce billet ne vous apprenne rien. Vous êtes libres de ne pas le lire hein.

La réaction qui m’a donné envie de l’écrire, c’est qu’au final, ledit libriste à fini par être classé dans la catégorie « Troll », et j’ai trouvé ça dommage. Est-ce vraiment le cas ? Etait-ce lié au limitations du réseau (Twitter) qui fait que les échanges étant limités, on comprend parfois mal ou de travers ? Je ne sais pas.

Ce que je sais en revanche, c’est que dans l’échange, l’un a tenté d’expliquer que des choses qui dérangent avec Apple et il y en a une pléthore. Je vais donc tenter d’en présenter, ici, en restant le plus factuel possible.

DISCLAIMER : oui, je n’aime pas Apple, pour tout un tas de raisons, je vais mettre cette haine de côté pour tenter d’aborder ça sous un angle plus concret, moins passionné. Si vous avez l’intention de participer à un débat via des commentaires, je vous invite à faire de même. Ou à me dégommer si vous avez des faits à présenter.

Premier point : le prix

En France, un iPhone 5S coute 699€ en prix de départ ou 599€ pour l’iPhone 5C, considéré comme l’iPhone « low-cost » par Apple. En observant les caractéristiques de l’iPhone 5C, on se rend bien vite compte que d’autres marques fabriquent déjà le même type de téléphone, ou mieux, pour un prix moins élevé. Je ne donne pas de comparaison, je n’ai pas envie que ce billet termine en « pro/anti « une marque » versus « pro/anti « une autre marque ».

Côté ordinateurs, le constat n’est pas véritablement différent. J’ai testé l’assemblage d’un pc via un constructeur (Dell, pour ne pas le citer, à défaut d’avoir trouvé un autre assembleur donnant autant de latitude dans le choix des composants), pour des équipements similaires, le prix n’est absolument pas le même et la différence n’est pas de quelques euros mais plutôt de quelques centaines.

(ndlr): généralement, les composants Apple sont de meilleure manufacture que les autres. Je ne vais pas parler des conditions dans lesquelles ces composants sont obtenus (Apple n’est ni le premier, ni le dernier à réduire ses employés à l’esclavagisme). Est-ce que cela justifie pour autant des différences de prix parfois hallucinantes ? A mon avis, non. Mais c’est mon avis, il ne vaut que pour ceux qui ont le même, par définition.

Qu’est-ce à dire ? On me répondra que le S.A.V Apple est dans le prix : c’est vrai, comme la plupart des fournisseurs et d’autres S.A.V n’ont strictement rien à envier à Apple. On me dira également que c’est du Apple donc que ça fonctionne mieux et plus longtemps : c’est vrai. Apple est réputé, même dans mon milieu de libristes. Non pas pour le système d’exploitation, mais pour le matériel.

Rapide conclusion : Apple c’est généralement plus cher, pour un produit qui fonctionne de la même manière mais généralement plus longtemps. C’est volontaire selon moi, mais ça j’en parlerai à la fin de ce billet.

Ce matériel reste un quand même problème à lui tout seul, nous allons y venir.

Second point : le matériel

Le matériel donc. Comment ne pas penser à cette célèbre phrase « t’as pas un cable d’iPhone, steuplait ? »

Certains vont peut-être rire, d’autres vont peut-être se vexer et d’autres s’en moquer mais je trouve qu’il n’y a pas plus représentatif du système fermé qu’est Apple.

Beaucoup vont penser que c’est une critique pour critiquer… en fait non. La demande de normalisation des chargeurs de téléphone fait suite à une demande de l’Union Européenne qui date de 2009 (pour le texte intégral, c’est ici). L’idée était d’arrêter d’avoir 30 000 chargeurs différents, qui ne servent plus dès lors qu’on change de modèle de téléphone.

Apple « respecte » plus ou moins cette règle. Le branchement sur le téléphone est toujours au format Apple, donc propriétaire et en cela Apple ne respecte pas la demande. De l’autre côté du branchement, on trouve une entrée USB. Il est donc possible de mettre un câble classique et ainsi d’éviter les dépenses inutiles. Il n’en reste pas moins que tout repose sur ce petit connecteur et qu’Apple ne respecte pas la demande exacte puisqu’il était question d’un chargeur universel. Si ce petit connecteur est perdu, c’est foutu.

Ce n’est pas la seule chose fermée de cet univers : la batterie. Ça peut sembler idiot mais j’aime pourvoir faire ce que je veux de mon téléphone, y compris retirer la batterie de ce dernier. Il s’avère qu’avec un iPhone ça n’a jamais été possible.

Je vous vois venir à nouveau : oui, d’autres téléphones sont ainsi et personne n’en parle et c’est uniquement dans le but de basher Apple que j’écris ça et je veux tuer tout les chats des tubes et dominer le monde. Oui. Alors pour rétablir l’équilibre : oui, d’autres le font, de plus en plus d’ailleurs (coucou Google et le Nexus 4).

La raison ? Apple fait des ventes, les autres constructeurs s’en inspirent.

Nous pouvons également parler des anciens systèmes sur les stations Apple, avant que la firme décide de basculer sous des architectures de type PC. Tout était fermé et pour changer la moindre pièce, il fallait passer par Apple.

Je vous vois encore venir : « oui mais avec les voitures c’est pareil, si t’as une voiture de luxe tu ne vas pas dans n’importe quel garage ! »… C’est vrai, mais ce n’est pas parce que quelqu’un fait quelque chose que ce quelque chose est forcément bon et pratique. Nous allons revenir sur ce côté « voiture de luxe » d’ailleurs.

Puis passons le côté branchements, je ne cite qu’une anecdote pour représenter le bordel que c’est : à l’édition PSES 2013, un conférencier est venu avec un ordinateur portable Apple, son support, son talk démarré… et pas de câble Thunderbolt. Et là, c’est le drame. Il a fallu dix bonnes minutes dans un lieu rempli de câbles, geeks, libristes, hackers, chats, poulpes et zombies (ah, et des poneys puis des humains, aussi) pour trouver un foutu connecteur.

« Faut tout changer »

C’est une phrase tirée d’une caricature des guignols de l’info mais elle est assez vraie. Dans l’univers du matériel Apple, les accessoires ne sont pas forcément compatibles avec les nouvelles générations d’iPhones. Les fameux docks, les casques, les chargeurs, les branchements pour voiture, système de son embarqués… tant d’équipements qu’il faut parfois renouveler complètement. Ce détail semble anodin mais pour comprendre le problème, il suffit d’aller demander aux fabricants d’accessoires. Ils doivent acheter le droit de fabriquer un produit compatible Apple, les brevets ça sert aussi (et surtout) à ça, c’est une partie non négligeable du fonctionnement même d’Apple. Une fois le produit commercialisé, Apple peut décider de changer tout son système (et il l’a déjà fait) et ainsi forcer les constructeurs à payer à nouveau le droit de faire des produits compatibles. C’est une idée de génie, au moins autant qu’un concept discutable.

Je peux donc difficilement faire plus explicite. Qui dit format ouvert dit disponibilité et interopérabilité, mais qui dit format ouvert ne dit pas forcément Apple.

Troisième point : le système d’exploitation

Que ce soit celui des stations ou celui des iPhones, j’ai rarement vu quelque chose d’aussi fermé. Apple c’est plus qu’une marque, c’est une institution, c’est un écosystème qui, toujours selon moi, se doit d’être fermé pour ne pas imploser. Vous devez télécharger vos applications depuis cet écosystème Apple. Vous devez télécharger vos musiques ou ajouter ces musiques sur votre appareil depuis iTunes, iCloud, i-ajoutez-ce-que-vous-voulez. Vous n’êtes pas non plus libres de télécharger et d’installer ce que vous souhaitez, mais ce point sera abordé après.

On pourrait critiquer android et son store car le schéma est similaire, mais dans les faits ce n’est pas le cas. Installer une application tierce sur un smartphone android c’est assez simple, il suffit d’activer l’installation d’application tierces et c’est parti. Cela ne vous empêche pas de faire attention à ce que vous installez, hein. Quant au fait d’ajouter des musiques, il suffit de brancher son appareil, puis de glisser ce qu’on veut où on souhaite, ni plus, ni moins.

L’avantage ? La sécurité. Avec un système aussi fermé, il est quasiment impossible de casser quelque chose. Pas de soucis, d’inquiétude, Apple gère pour vous. Trêve d’ironie, c’est extrêmement pratique d’avoir un système sécurisé ou l’utilisateur ne peut rien abimer mais vous en conviendrez, c’est privateur de liberté. C’est comme enfermer un enfant dans un parc pour le protéger du monde extérieur et pour protéger le monde extérieur (la télécommande, le vase de la famille, le console dernière génération, le chat …) de ce petit être. Sauf que l’enfant, c’est vous.

Là, je vois la réponse venir également : « oui mais avec les iPhones on peut jailbreaker ». Prenons quelques minutes pour s’attarder sur ce mot. Jailbreaker, composé de jail, prison en anglais, et breaker, « briser » en anglais. Sortir de prison donc, ça commence bien. Sans jailbreak, est-ce qu’un iPhone c’est une prison ?

Renseignements obtenus (merci Internet), un jailbreak, ce n’est ni plus ni moins que la même chose qu’un « root » sur Android. Alors pourquoi tout ce bruit autour de ce jailbreak ?

Premièrement parce que le mot est plus sombre et négatif que « rooter », puis « rooter » fait référence au fait d’être root sur son équipement, ce terme est issu d’un langage inconnu de certains. Il sous entend que l’utilisateur est en prison, ce qui est en partie vraie puisqu’un écosystème forcé n’est ni plus ni moins qu’une prison.

Ensuite parce qu’à la différence de Google, il n’est pas légal de rooter son téléphone Apple (ndlr : renseignements pris et croisés sur Internet et via deux juristes, si vous avez la moindre source qui dément ce point, faites-le savoir), Google s’en moque et cela ne bloque en rien les mises à jour.

Enfin, il semblerait qu’un iPhone rooté ne donne pas spécialement un accès total au système, là où un root sur un téléphone Android si (dixit celui qui s’est amusé à changer de kernel, à rajouter des fonctions au téléphone et tout un tas de choses).

Quatrième point : la « philosophie Apple »

C’est là que le j’ai vraiment le plus de mal. J’en conviens, c’est sans doute le point le moins factuel, encore que.

En tenant compte de ce que nous venons de voir, difficile de ne pas comprendre la philosophie d’Apple : fermée.

Le matériel est fermé.

Le système est fermé.

Le système d’achat est fermé, il force l’utilisation de solutions Apple sans moyen de faire autrement. android ne fait pas non plus figure de bon élève mais les limitations imposées sont moins contraignantes.

Les utilisateurs sont enfermés.

Il n’est possible de sortir de cet écosystème qu’au prix du contournement des protections, ce qu’Apple réprouve. Il n’est pas non plus possible de faire ce que vous avez envie de faire si l’application n’existe pas et, dernier point, il n’est pas possible de faire ce qu’Apple a décidé d’interdire, exemple avec le porno.

Bon, une énième fois, je vous vois venir : « oui enfin c’est du porno, ce n’est pas plus mal, ça évite de tomber sur des choses étranges. » Là, la réponse est non, je ne peux pas être d’accord avec vous si vous pensez cela.

Lorsqu’une firme, un groupe privé, un gouvernement, décide de ce que vous avez le droit ou non d’avoir (ou de voir) à votre place, ce n’est ni plus ni moins que de la censure. Cela ne concerne donc pas le porno, ça va bien plus loin que ça puisqu’en soi, Apple à le contrôle total de « tout ».

Lorsque vous zappez sur votre écran, votre constructeur TV ne décide pas de bloquer telle ou telle chaine au motif qu’on peut y voir des choses qui vont le déranger. Lorsque vous allumez la musique, votre appareil ne vous bloque pas telle ou telle playlist ou station au motif que ça le dérange. Si cela devait arriver, ça serait un parfait scandale et tout le monde parlerait de censure. Apple le fait mais étrangement, les utilisateurs n’hurlent pas.

Imaginons qu’Apple décide de censurer une application parce qu’elle lui fait de l’ombre, ou parce qu’elle critique la marque ou pire, entraine de l’auto censure, ah non pardon, j’ai en mémoire quelque chose de bien plus grave, basé sur des doutes. Heureusement, Apple c’est une gentille firme, elle ne … oh wait.

Cinquième point : SONCAS. Le vrai coup de génie d’Apple.

SONCAS ? Si certains connaissent sans doute, ce n’est pas le cas de tout le monde, petite présentation.

Dans le commerce, on résume souvent les motivations d’achat d’une personne à un type de besoin : si on cherche quelque chose de fiable, on est alors dans la recherche de sécurité, on parle d’orgueil pour quelque chose d’unique et ainsi de suite.

La vraie force d’Apple, c’est la vente. C’est savoir vous donner des étoiles dans les yeux, vous donner envie du produit. Parfois sans savoir pourquoi d’ailleurs.

Le S.O.N.C.A.S donc :

S pour sécurité : le produit est fiable, la présence d’une marque connue ou d’un label peuvent aider à rassurer (N.F, Afnor …)

O pour orgueil : le produit est unique ou se veut unique, d’un certain standing, généralement assez haut. On cible celles et ceux qui veulent se pavaner, montrer qu’ils ont le produit.

N pour nouveauté : le produit doit être nouveau ou comporter beaucoup de nouveautés lors de sa sortie. Il est possible de compenser sur des accessoires liés à ce produit en cas de besoin.

C pour confort : le produit doit être agréable, pas prise de tête, facile à utiliser, tant sur l’équipement en lui même que dans son interface.

A pour argent : le produit doit vanter le meilleur rapport qualité prix. Il faut faire comprendre au client que pour ce prix-là, il ne pourra pas avoir mieux.

S pour sympathie : le plus illogique des achats, celui parce que « on aime bien » la marque, le vendeur, la vendeuse, la pub, le slogan…

  • Côté sécurité, comme expliqué avant, Apple répond à l’exigence. Un système fermé ou l’utilisateur n’est pas libre est aussi synonyme de sécurité puisqu’il ne peut toucher à rien.
  • Côté orgueil… pourquoi croyez-vous que la pomme est exactement là où vous ne pouvez pas poser vos doigts lorsque vous êtes au téléphone ? Depuis, d’autres ont suivi mais cette technique est au moins aussi vieille que le commerce lui-même. D’ailleurs, le prix vient jouer un rôle important : Apple, c’est cher. Si c’est cher, tout le monde ne peut pas l’avoir. Si tout le monde ne peut pas l’avoir, c’est donc réservé à une certaine classe, une « élite ». Ce ne sont pas mes mots, ce sont ceux d’une connaissance « pro-Apple », je cite « Apple c’est l’élite, j’aime que ça soit cher parce qu’au moins tout le monde n’en a pas mais je peux comprendre qu’on se contente de la médiocrité hein, ça m’arrange. » (paroles ni exagérées, ni déformées).
  • Côté nouveauté, comment ne pas citer le « ceci est une révolution ! » ? Ce n’est pas pour rien que chaque produit ou chaque accessoire Apple est mis en avant comme étant une véritable petite révolution. J’ai souvenir d’une publicité pour des écouteurs intra-auriculaire vendus par Apple. J’en ai une paire depuis des années, adaptés à mon oreille mais Apple a décidé de présenter ce produit comme étant un tournant dans le monde des écouteurs, certains y ont cru, d’autres non, le ciblage sur le côté nouveauté était fait.
  • Côté confort : pourquoi Apple a fait une publicité ventant le fait qu’avec un iPhone, on peut se servir d’une seule main car l’écart entre le pouce et l’index moyen est calculé ? Je vous laisse un instant de réflexion sur le sujet. Nous pouvons également souligner l’ergonomie d’iOS, pensé dans cette optique de confort total. Absolument tout est fait pour ça, et pensé en conséquence. Le matériel utilisé, les composants, la texture de ces derniers, la tailles des icônes …
  • Côté argent, pensons à une autre publicité cette fois : celle de Mastercard. Mais si, souvenez vous ! La publicité se terminait en « pour tout le reste, il y a Eurocard Mastercard, disponible partout où vous en avez besoin », le principe était de dire que Mastercard permet bien des choses et que ça permettait d’avoir des choses qui valent tout l’or du monde (voyage en Égypte, journée avec son père …). Apple répondait assez bien à ce besoin, même avec des prix ultra élevés, le message était : à ce prix là, vous ne pouvez pas trouver mieux !
  • Côté sympathie… non, ça je n’ai pas besoin de détailler plus qu’un simple mot : fanboys. Pas dans le sens négatif donné au terme hein, plutôt dans le gens « des gens fans d’un produit », capables d’acheter la mise à jour ou l’accessoire juste parce qu’ils sont amoureux de la marque.

La liste est loin d’être terminée, nous pouvons également parler des guerres de brevets, des pressions faites ça et là, d’une politique plus que discutable et de bien d’autres choses encore, mais ce billet fait déjà 5 pages – +2500 mots – 12 000 signes – 5 heures de rédaction .. et je pense que beaucoup de personnes ont déjà basculé sur une autre page avant d’en arriver à là.

Mise à jour : Certains apprécieront, d’autres non, et d’autres trouveront que c’est de l’anti Apple primaire, vous êtes tous et toutes libre de comprendre ce billet comme bon vous semble, hein. Ce que je constate en revanche c’est qu’Apple a des retombées qui vont au delà de sa simple marque.

Oui, Apple c’est une entreprise qui marche et généralement leurs produits marchent bien et tiennent plus longtemps. C’est en partie lié aux composants qui, même s’ils sont fabriqués par d’autres (Intel et Samsung par exemple), sont mieux utilisés et tiennent donc plus longtemps.

Donc Apple, c’est une entreprise qui fonctionne. Si elle fonctionne, elle entraine forcément d’autres personnes ou d’autres entreprises dans son courant, ce n’est pas pour rien qu’on se retrouve avec des smartphones qui se ressemblent beaucoup côté interface. Ce n’est pas pour rien non plus qu’on retrouve tel ou tel bouton ici ou là.

Est-ce qu’Apple a fait avancer les choses ? Oui sans doute, il serait idiot de le nier. C’est le prix de cette avancée que je critique, avancer pour perdre la liberté, chez moi, c’est une avancée ratée. D’autant plus lorsqu’elle inspire les autres fabricants.

Vous aimez cet article? Partagez-le ;-)

TwitterGoogle +LinkedInMail
Flattr !

34 commentaires to “Pourquoi je n’aime pas Apple ? (maj)”

  1. avatar

    Franchement, tu enfonces une porte ouverte, mais si tu veux que je joue les puristes, voici ma réponse en mode Stallman :

    – Ni le pro, ni l’anti Apple n’ont raison.
    – Le discours que tu tiens (Tres répandu ) est un parfait exemple du grand savoir faire contre-revolutionnaire de la NSA et du MOSSAD:

    L’enjeu ? La domination du monde.
    Leur arme ? Le façonnage maison du milieu hacktiviste, et le pervertion des veritables valeurs des libristes a leur insue, par de subtiles manipulations qui visent a leur faire repeter un discourt incomplet et non exhaustif pour nous aider a soit disant nous débarrasser de big brother.

    Les preuves ?

    – Stallman jamais invité au CCC.
    – Les leaders d’opinion auto-proclamés et propulsés par la NSA et le MOSSAD au rang de super-star planétaires qui torpillent toute en douceur le projet XFree (Merci Monsieur Appelbaum, jusqu’a preuve du contraire).

    – La dernière opération en date ? Le pilotage rondement mené de la conference de mediapart avec RSF … Faut pas avoir passé 10 ans de formation à Langley pour appercevoir le poteau rose.

    – Le discour officiel visant a surtout écarter tous les projets de composants et microprocesseurs libres, et a utiliser les centaines d’agents infiltrés qui controlent toute la scene hacktiviste pour empêcher les types comme moi d’aboutir.

    Quand tout ca va se savoir et quand snowden va me donner raison, va y avoir du rififi dans la famille hacktiviste.

    Le MOSSAD et la NSA : Dehors !

    • avatar

      Alors… tu m’as dit de ne pas le prendre pour moi, cette nuit, je ne le prends donc pas pour moi 🙂

      Je te rejoins sur le fait que ni l’un ni l’autre n’aient totalement raison, même si, comme tu t’en doutes, mon cœur penche plus au libre qu’envers une pomme.

      Pour ce qui est du discours que je tiens : je suis trop en marge de la scène hacktiviste, connue ou non, pour tenir des propos formatés par autruit, j’ai, je pense, ma liberté de penser.

      Mon discours est incomplet effectivement, je l’admets d’ailleurs dans le billet, pour faire quelque chose de complet il faudrait un reportage, je ne suis ni journaliste ni spécialisé et j’ai une flemme monumentale à écrire un billet en plusieurs chapitres.

      C’est sur la suite que nous n’allons pas forcément tomber d’accord. Pour Stallman, il est vrai qu’il n’est pas présent au CCC, mais je pense qu’il faudrait leur demander s’ils ont déjà tenté de l’inviter.

      Je sais, de la bouche de nombreuses personnes ayant déjà travaillé avec lui, qu’il est assez « compliqué à gérer » (dans l’organisation de sa présence j’entends), de plus je ne suis pas certain que le CCC soit l’endroit de Stallman, dans le sens ou ce qui est présenté au CCC, ce n’est pas ce qui est présenté par Stallman.

      Pour Jacob Appelbaum, je n’ai pas de réponses à donner, c’est un homme que j’apprécie et que je respecte beaucoup, si tu as des liens / informations qui pourraient me donner plus d’informations, je prends.

      Les conf. médiapart et RSF, je trouve le concept plutôt unique, sympa et assez bien foutu, qu’est-ce qui cloche dedans ? Est-ce que tu ciblais plutôt médiapart ou plutôt RSF dans tes propos ?

      Pour le côté hardware libre, je ne suis qu’à moitié étonné, les « grands », comprends par là « ceux qui ont les armes » n’hésitent pas à les utiliser. Raison de plus pour continuer à se battre.

      Pour le reste, d’autres ont demandé de détailler tes propos, ta réponse laisse entendre que tu vas le faire, je te laisse donc répondre 🙂

    • avatar

      FJ c’est toi ? Ou tu fais juste partie des intéressés/impliqués dans le projet depuis sa conférence au PSES ? ’tain si on organisait une rencontre un peu moins tard que je puisse me ramener…

      Bon, tout d’abord il faut quand même dire qu’il y a une nette différence entre le pro-Apple et l’autre hein, faut pas exagérer et tout voir en noir ou blanc.
      De plus il est assez peu probable que Numendil soit directement manipulé, en tant que bloggueur indépendant, et personne peu influente et pas particulièrement connue.
      Pour ce qui est de l’influence indirecte : alors oui peut-être, mais pas aux points d’oublier le plus important, ce qui ne peut pas être manipulé si facilement, les *valeurs* libristes, des choses comme liberté, égalité, fraternité, des choses comme la justice ou la transparence. La manipulation se situe chez ceux qui nient ces valeurs (pro-open-source) et ceux qui ne les appliquent pas complètement par manque de conscience ou incrédulité des conséquences que ça implique, et Numendil nous a montré que ce n’est pas son cas.
      Donc comme il ne peut être manipulé ni directement, ni indirectement, il n’y a aucun problème à ce qu’il raconte ici qui est tout-à-fait vrai.

      Tu te base sur le fait que le fait d’utiliser un système fermé comme Apple ou pas n’a pas d’importance, car d’une quelque façon tous le sont un peu. Certes, mais ce n’est pas parce que la liberté totale nous est impossible que nous ne devons pas essayer de nous en rapprocher le plus possible ! Comme je l’ai déjà dit, le logiciel libre, à cause des portes dérobées dans le matériel, ne suffit qu’à protéger de la surveillance *généralisée* et *systématique*. Le matériel ne peut être ainsi sollicité systématiquement pour faire de la surveillance généralisée, ce serait trop risqué, cela se verrait, cela demanderait trop de ressources, non. Cette surveillance est *ciblée*, or, pour être ciblé, déjà faut-il être repéré, ce qui, à moins de devenir célèbre d’une quelque façon que ce soit (et tout le monde n’y aspire pas), ne peut pas être fait si on passe les grandes mailles de la surveillance généralisée.
      Donc le logiciel libre garde une utilité protectrice, et chercher à être le plus libre possible n’est pas une hérésie.
      Le problème serait présent si jamais Numendil déclarait que quitter Apple, en soi, seul, permettrait d’échapper à tout risque de contrôle ou de surveillance, ce qui est faux, mais néanmoins Apple facilite la surveillance. En utilisant un système qui n’est pas Apple, ce n’est pas aussi facile, en utilisant du logiciel libre, c’est impossible *systématiquement* de façon *généralisée*.
      Si c’est bien toi, on en a déjà parlé, et on a déjà discuté de pourquoi rester sur Apple était mauvais et même en ne te préservant pas complètement du fait que tu puisse être/soit ciblé, rend la tâche plus difficile et plus ardue, en obligeant la difficulté et le temps de t’identifier, d’arriver à trouver un canal caché acceptable, et à communiquer avec les portes dérobées de ton matériel, et c’est déjà beaucoup plus compliqué. Et il faut savoir que chaque chose ayant un coût, elle a aussi une importance, et que si tu es plus coûteux qu’important, tu es épargné. Je ne dis pas que tu l’es probablement, c’est à titre d’exemple.
      Sinon lis tout simplement mes arguments et répond-y, qu’on tienne la même discussion. Si FJ a dit qu’il cherchait de nouveau du boulot dans l’électronique afin de se refaire la main *et de quitter Apple*, c’est pas pour rien ! Parce que faire ça sous Apple, c’est pas seulement être faillible, c’est en plus aller leur présenter tout sur un plateau d’argent en s’agenouillant devant eux.

      Il ne dit pas qu’Apple est la source de touts les problèmes, ce billet n’allègue rien de la sorte, il ne déclare rien de faux, et n’encourage en rien l’écartement de projets de matériel ouvert et libre en disant qu’une liberté logicielle suffit. Tu n’as aucune raison de l’attaquer ainsi, ou alors tu devrais t’en prendre à quiconque critique du logiciel privateur et promeut du logiciel libre sans promouvoir de matériel libre (donc presque tout le monde), et c’est donc assez hors-sujet.

      « quand snowden va me donner raison » déjà ce ne sera pas Snowden qui te *donnera* raison, puisqu’il a *déjà* diffusé touts les documents d’un coup, au Guardian et au Washington Post, et ce sont ces derniers qui décident de tout révéler progressivement. Et puis oh ce serait bien, mais notons que parmi tout ce que la NSA peut faire de répréhensible, Snowden a bien trié et n’a dévoilé *que* ce qui concerne la surveillance *généralisée* et *systématique*, et donc il est tout à fait possible qu’il ne dévoile pas de telles informations sur les portes dérobées dans le matériel, puisque ce ne sont pas elles qui sont concernées. Et puis ce serait trop beau.

      • avatar

        FJ ?

        A qui s’adresse le premier paragraphe ?

        Pour mon côté « influence », je plussoie et quand bien même, si un jour je suis « connu » (je déteste profondément ce mot), personne ne me dira quoi dire.

        « Le problème serait présent si jamais Numendil déclarait que quitter Apple, en soi, seul, permettrait d’échapper à tout risque de contrôle ou de surveillance, ce qui est faux » : effectivement, merci pour cette précision, je ne dis absolument pas cela et il serait idiot de le penser, ou au moins bien naïf.

        • avatar

          « FJ » alias stman, le gars qui est en train de fonder le projet de CPU libre et de matériel libre en général afin d’outrepasser le pouvoir des portes dérobées que les militaires étasuniens y installent. C’est lui qui avait fait une conférence là dessus au PSES (« Open & Secure Microprocessor Project »), on avait échangé plusieurs mails, et on s’est recroisés aux 30 ans de GNU. Et j’ai vérifié par mail, et c’est bien lui (sisi j’te jure, le mail est signé avec la clé PGP que j’ai obtenu de lui en mains propres, j’ai insisté, donc on peut pas faire plus sûr niveau logiciel).
          Pour le coté « influence » on s’en doute, c’est souvent comme ça avec les bloggueurs comme toi 🙂 Ça ne peut que rendre toute tentative de manipulation plus difficile.de corruption impossible (encore que… p’tet assez geek pour résister aux femmes ? :p), et donc à moins qu’ils t’ai approché individuellement… :>

  2. avatar

    J’aimerai bien que stman développe un peu ses arguments. Là ça fait un peu complot américaino sioniste… Je dis ça pour pour comprendre le point de vue, pas pour troller! Même un vendredi…

  3. avatar

    Oui, si stman pouvais develloper ça serait bien.

    Pour réagir au post, je dirais que les arguments développer sont bon, c’est un vrai système fermer qui « nous » contrôle, voila pourquoi on a besoin d’une technologie libératrice avec des logiciels libre et du hardware libre ( même si ça semble très compliquer )

  4. avatar

    Salut Num,

    Très bonne analyse non trollesque et argumentée, ça se tient. J’aime beaucoup même si tu prêches des convaincus et que les fanboys refuseront de voir cette argumentation. Merci pour cet article.

    • avatar

      Bon, objectif rempli alors si ce n’est pas du troll et si les arguments sont bien présentés, j’avais peur de sombrer dans ma réaction épidermique à la firme à la pomme, il semblerait que non. Quant aux fans d’Apple, libre à eux de croire ou non, ils peuvent à minima se renseigner c’est déjà ça, puis la forme que j’ai essayé de conserver dans l’article les concerne aussi, ce n’est pas agréable de lire un billet ou tu te fais basher non stop 🙂

  5. avatar

    Je vais le faire. Faut bien provoquer un poil pour lancer le debat. Laissez moi prendre mon pti dej et j’arrive.

  6. avatar

    Je ne suis pas tout à fait d’accord avec la réduction du S de Sympathie au Fanboyisme.

    Si l’on se réfère à la définition sur Wikipédia « la sympathie physiologique est une espèce de contagion par laquelle quelqu’un reproduit par imitation ou influence les comportements d’un autre », on voit que l’influence des utilisateurs les uns sur les autres peut avoir un effet très bénéfiques sur les ventes d’un appareil ou d’un autre : Apple tire profit à fond de cet effet réseau et de leur masse critique en terme de part de marché sur les iPhones (c’est peut-être moins le cas sur les ordinateurs portables ou de bureau, sauf dans certaines niches).

    Apple, en fournissant aux utilisateurs des expériences fortement formatées, et donc similaires les unes des autres, permet de créer une communauté d’utilisateurs soudés (ce qui est moins le cas dans les écosystèmes plus fragmentés): nombre de personnes pas forcément imprégnées de culture geek, achètent des iPhones parce que leur voisin, collègue, membre de la famille ou camarade de lycée possède le même appareil, et qu’ils pourront donc utiliser les mêmes applications, et s’entraider si l’un rencontre des problèmes. Ton anecdote sur le conférencier à PSES 2013 indique bien qu’Apple joue à fond sur cet effet réseau, qui est à double tranchant : posséder un produit Apple peut être très frustrant si on n’est pas dans un écosystème « pommé ».

    Les trolls pourront dire « Ha, ha, c’est l’effet mouton ! », mais l’effet d’imitation communautaire est humain et est même à la base de toute culture (tous les concurrents, y compris dans le monde du libre, cherchent à profiter de l’effet réseau).

    • avatar

      Armos > Je suis plutôt d’accord avec ton argument, soit que l’effet de réseau est inhérent au système social et culturel humain…
      La différence, selon moi, entre un système fermé (comme celui d’Apple) et un autre plus libre (navrée, je ne suis pas très au fait des termes techniques) reste le champs des possibles. Je m’explique : chez Apple le SAV est réputé pour sa compétence et son efficacité. Donc si l’utilisateur a un problème technique que ni lui ni son entourage ne peut résoudre, il se tournera vers eux. Jusque là pas de soucis. Mais si l’utilisateur a d’autres envies, besoins etc… que ceux prévus par la société, il est bloqué. Le plus « grave » n’est selon moi même pas là. C’est surtout qu’à force d’évoluer dans un système fermé, l’utilisateur ne s’aperçoive plus des limites, et s’empêche quelque part d’avoir d’autres besoins, désirs ou envies. Puisqu’on ne les lui propose pas, il n’aura pas forcément le réflexe de les vouloir. Par là même l’utilisateur remet son confort d’existence à d’autres, et leur laisse le soin de gérer ce dont il pourrait avoir envie ou pas. C’est le principe même du marketing. C’est un shéma certes caricatural, mais assez représentatif de cette « prison » qu’évoquait Numendil pour moi ^_^ (mais c’est une question qui dépasse le champ « Apple ou pas », je suis bien d’accord)

  7. avatar

    Armos > Je suis plutôt d’accord avec ton argument, soit que l’effet de réseau est inhérent au système social et culturel humain…
    La différence, selon moi, entre un système fermé (comme celui d’Apple) et un autre plus libre (navrée, je ne suis pas très au fait des termes techniques) reste le champs des possibles. Je m’explique : chez Apple le SAV est réputé pour sa compétence et son efficacité. Donc si l’utilisateur a un problème technique que ni lui ni son entourage ne peut résoudre, il se tournera vers eux. Jusque là pas de soucis. Mais si l’utilisateur a d’autres envies, besoins etc… que ceux prévus par la société, il est bloqué. Le plus « grave » n’est selon moi même pas là. C’est surtout qu’à force d’évoluer dans un système fermé, l’utilisateur ne s’aperçoive plus des limites, et s’empêche quelque part d’avoir d’autres besoins, désirs ou envies. Puisqu’on ne les lui propose pas, il n’aura pas forcément le réflexe de les vouloir. Par là même l’utilisateur remet son confort d’existence à d’autres, et leur laisse le soin de gérer ce dont il pourrait avoir envie ou pas. C’est le principe même du marketing. C’est un shéma certes caricatural, mais assez représentatif de cette « prison » qu’évoquait Numendil pour moi ^_^ (mais c’est une question qui dépasse le champ « Apple ou pas », je suis bien d’accord)

    • avatar

      Je ne vois rien à rajouter à ton commentaire (si ce n’est qu’il est en double mais que je vais le laisser :D), je plussoie également celui d’Armos qui donne une analyse bien plus poussée du côté sympathie d’Apple.

      D’ailleurs, Armos, si tu lis ce commentaire, est-ce que je peux rajouter ce passage dans l’article directement (avec l’adaptation nécessaire pour qu’il soit dedans ?)

  8. avatar

    Oops, double post. Sorry x)

  9. avatar

    Ton billet expose bien les problèmes d’Apple… mais est bien court ! Stallman tient une liste plus complète lui sur son site personnel : http://stallman.org/apple.html

    Après évidemment, je me pose une question… mais quels sont les arguments du pro-Apple ? Je veux dire… en a-t-il seulement ?

    Et oui Twitter n’est pas fait pour tenir des discussions argumentées :p

    • avatar

      Je confirme pour Twitter :], je pense que oui, le « pro-Apple » a des arguments, il faut distinguer ceux qui sont représentés dans nos clichés et les autres, qui ont de réelles motivations : le côté matériel, le silence, le confort, tout ces éléments qu’on ne retrouve pas spécialement dans un autre équipement, ou qu’il faut chercher à obtenir.

      C’est pour cela que je parlais de label, on sait avec Apple que le matériel aura, de base, quelques propriétés. Avec le reste (Asus, HP, toussa), ce n’est pas une évidence. C’est, pour moi, un argument assez solide pour être défendu.

  10. avatar

    A quoi cela sert-il d’avoir du bon (meilleur diront certains) matériel si tout est fait pour en changer dès qu’une nouvelle version sort ?

    Et de fait, rien ne peut être réparé ou changé (comme la batterie par exemple)

    Pire encore, quand Apple décide qu’un modèle a fait son temps, il peut bloquer l’appareil dans ses mises à jour ou le rendre inopérant.

    Ce sont là des aspects non cités dans l’article mais qui ont pour moi une grande importance et rendent la marque bien moins sympathique pour un libriste.

  11. avatar

    Stman: le complot américano-sioniste…
    C’est moi ou ça pue fortement dans le coin??!
    D’ailleurs on attend toujours (encore que)les « explications » promises « après le p’tit dèj » d’il y a… 10 jours!
    Complot américano sioniste… Non mais franchement on se croirait revenu dans les années trente!
    Y en a qui n’apprendront jamais.

  12. avatar

    pou répondre a ta question sur la légalité ou non d’un jailbreak d’appareil sous iOS (tout matos confondu, iphone ipad, appleTV…)
    « La DCMA a décidé le 26 juillet 2010 de permettre aux possesseurs d’iPhone de contourner le verrou d’Apple afin de télécharger des applications n’ayant pas reçu l’approbation de la compagnie »
    https://www.eff.org/files/filenode/dmca_2009/RM-2008-8.pdf
    source : 01net / wikipedia
    Mais Apple continue à trainer la patte en trouvant n’importe quelle excuse pour ne pas prendre en garantie un appareil rooté.

    Concernant la batt inamovible, je vais apporter ma pierre à l’edifice avec ma vision de la chose : ok on ne peut pas la virer soi meme comme n’importe quel telephone, mais c’est surtout une question de design et de « bloquage », comprendre pour eviter que les boulets l’enlevent. J’ai eu 2 iPhones, le second tjs en service, le premier aussi, et aucun soucis de batt (le premier a 5 ans), je n’ai jamais eu besoin de la retirer… mais je concois qu’il soit frustrant de ne pas pouvoir le faire.

  13. avatar

    J’aime bien cet article. Il est assez synthétique mais manque quand même pas mal de démonstrations et d’exemples concrets.

    Je pense qu’il serait très intéressant de s’attarder sur :

    – Le cas du sous-traitant Foxconn et du traitement qu’il réserve à ses employés, ainsi que l’implication directe d’Apple dans ce genre d’esclavagisme.

    – Le protectionnisme du gouvernement américain vis-à-vis d’Apple par rapport aux concurrents étrangers

    – La collecte de données personnelles via les nombreuses backdoors, le lien de Apple à la NSA, ainsi que les clauses du CLUF permettant à Apple de récupérer tout document ou information présente sur un ordinateur Apple

    – L’impossibilité d’installer légalement le système sur un ordinateur non-apple, même si ce dernier possède les mêmes composants (prendre l’exemple des hackintoshs et des systèmes virtualisés qui, parfois, fonctionnent)

    – Plus d’exemples de la mise en avant de la marque, incrustée dans tout le système (logos se retrouvant partout, etc.)

    – La HONTE et le problème éthique du fait que MacOS X soit basé sur un système LIBRE dérivé de BSD utilisant de nombreux composants libres et pourtant le produit final est on-ne-peut plus privateur

    – Les nombreux exemples de manque de respect d’Apple vis-à-vis de leur client (l’histoire de l’antenne de l’iphone 4, les explosifs, le détecteur d’eau / de sueur dans les ipod, les mac pro et la fumée de cigarette…) et les procès qu’ils ont perdus.

  14. avatar

    J’ai quitté apple aussi et je ne pense pas y retourner à cause de :
    Le fait d’être obligé de passer à ios7 ( sinon il manque 700mo de memoire sur l’iphone ).
    Les icones de ios7 que je n’aime vraiment pas, alors pas du tout.
    Du coupe je suis repassé à android et j’y resterait car même si par exemple touchwiz ne me plait pas je peux facilement changer l’interface avec une apps, chose impossible chez apple à moins de jailbreaker son téléphone pour le customizer avec des bugs…

    Bref l’esthétisme apple ne me plait plus et le flat design pour moi c’est avec des ton pastel et pas cette affreux melting pot qu’ils ont imposé.

  15. avatar

    Ahaha! Les rageurs contre Apple… Vous me faites marrer !! J’ai eu: un nexus 4 ainsi qu’un archos 50 platinium et je n’ai jamais été aussi happy de la fluidité de mon iphone!!
    La résolution ne dépasse pas le full hd mais qu’importe? Si la résolution est supérieur a celle de l’œil pour la distance minimale, tout est bon!!
    Alors, un portable qui tient bien dans la main, qui est simple d’utilisation, qui ne se vole PAS ( Grace a l’appli: « localiser mon iPhone » alors, me diriez vous : on fait pareil sur android!
    Et la je répond avec un double argument: je te root ton phone sans logiciel compliqué et en 3minutes! Alors qu’avec un iPhone, il en faut du temps pour le jailbreak!! Alors entre un téléphone moins cher qui dure 2ans et qui se vole facilement, et un autre cher mais qui ne se vole pas et qui est très intuitif, que choisir??
    Mon choix est fait!
    Je trouve juste immature de comparer 2 choses qui ne se compare pas!! Vous perdez votre temps! (Et moi aussi!) comparer un s4 a un lumia 900!!

    Bon je vous laisse les rageux!!

    A au fait:

    Envoyé de mon iPhone

    • avatar

      Ce que tu n’as pas compris c’est que ce qui intéresse l’auteur de ce blog, c’est le numérique libre, et plus précisément la possibilité de créer et d’installer les applications qu’on veut, chose qui est impossible avec Apple en raison de la politique de censure pratiquée par cette firme. Le jailbreak est un truc positif car il permet de s’affranchir de cette censure. Tu n’as aucun argument crédible.

    • avatar

      Puisqu’on parle de manque de maturité, celui des Apple fan je le trouverai toujours consternant, ce culte quasi-religieux voué à leur marque, ces invectives « rageux » au lieu d’arguments crédibles etc.

  16. avatar

    Très bon article, je fais bref, mais j’adhère à ton idée, donc félicitations.

  17. avatar

    J’utilise des iphones pour le travail et des groides pour mon usage perso.
    Je n’ai jamais compris pourquoi beaucoup de monde trouve les Iphone géniaux. Oui le matériel est bien, c’est réactif et rapide.
    Et puis quoi ?
    L’interface est moche, et tu peu pas faire ce que tu veut avec. Le nom de « prison doré » est bien adapté. Avec Iphone, tu vie apple. Avec Groide tu vie.
    Groide est loin d’être parfait mais vue les services offers, la standardisation et la compatibilité des appareils, je n’ai pas besoins de le rooter pour faire ce que je veus avec. Avec Iphone, même en utilisant Jailbreak, je pourrais jamais y mettre une SDcard, je pourrais jamais utiliser 2 Sim, je serais obliger d’installer Itune, je serais obliger de diffuser des données perso et mes contacts et obliger d’acheter du Apple proof.
    On as tous déjà beaucoup d’obligation dans la vie, je comprendrais jamais l’interet de s’en rajouter volontairement encore plus.
    Etk

  18. avatar

    Côté ordinateurs, le constat n’est pas véritablement différent. J’ai testé l’assemblage d’un pc via un constructeur (Dell, pour ne pas le citer, à défaut d’avoir trouvé un autre assembleur donnant autant de latitude dans le choix des composants), pour des équipements similaires, le prix n’est absolument pas le même et la différence n’est pas de quelques euros mais plutôt de quelques centaines.

    Ce débat sur Apple vient d’une d’une méconnaissance du marché de l’informatique
    Déjà, je précise, je n’aime pas la gamme PC de chez Apple. Si vous prenez leurs produits Macbook Pro/Air, la première chose: Apple à démocratisé le « haut de gamme », ont réussi à se faire une clientèle (beaucoup dans la bourgeoisie étudiante)…
    Deuxième chose: L’erreur est de penser que le prix à quelque chose à voir avec les performances, c’est faux ! Les performances varies suivant la clientèles et ses besoins. Allez voir le « haut de gamme » de chez Sony ou « Toshiba », vous verrez les mêmes performances pour sensiblement les mêmes prix. Le « haut de gamme » est basé sur la fiabilité du produit, la qualité des éléments, l’assemblage …
    Ensuite, ces produits haut de gamme sont destinés à une clientèle qui bouge, qui travaille, elle a besoin d’un pc léger, solide, fin, et qui dure dans le temps. Cette clientèle n’est pas intéressés par un MSI de gammer qui pèsent 3,4kg, en plastique … Elle préfèrent un haut de gamme de chez sony en fibre de carbone pesant moins d’un kilos. Le gammers change sa bécane portable en moyenne tous les deux ans, si ce n’est pas tous les ans , l’autre garde son pc minimum 5 / 7 ans. (Les besoins sont différents, le gammers paye son pc 800 euros, l’autre 1500)
    Tous ces éléments explique les variations de prix, qui sont souvent incomprise. Ce déchainement de haine contre Apple (notamment des Gammers) est à la fois le fruit d’une ignorance, ou alors d’une mauvaise foi manifeste.

  19. avatar

    un texte très bien fait.
    je te donne la note de… 1000/20 😉

    bonne continuation

  20. avatar

    « On me dira également que c’est du Apple donc que ça fonctionne mieux et plus longtemps : c’est vrai »

    Ce n’est pas le son de cloche qu’on obtient chez les revendeurs apple, du moins ceux qui sortent du discours commercial de base. En terme de fiabilité la marque a énormément perdu ces dernières années.

    • avatar

      Les iPhone qui pètent et qui se plient, les MacBook Pro haut de gamme dont le processeur i7 surchauffe etc. Le pire c’est qu’Apple accuse le client d’être responsable de ces pannes alors qu’elles sont dues aux défauts de fabrication.
      La seule chose qui « dure » longtemps c’est le côté logiciel, parce que le système d’exploitation et les applications qu’on peut installer sont peu couteuses en ressource. Sur PC on peut avoir la même chose si on installe certaines distributions Linux. Bref… La supériorité d’Apple est un mythe auquel croient des gens qui manquent de culture informatique.

Rétroliens/Pings

  1. Quand Apple crée de l’animosité | i-Portfolio de Charles Aubry - 19 mars 2015

    […] – http://pixellibre.net/2013/10/pourquoi-je-naime-pas-apple/ […]