Bienvenue sur Inter…le Minitel 2.0



Neelie Kroes, la commissaire européenne chargée de la stratégie numérique, a publié ce jour une tribune dans le journal libération. Cette dernière présente les offres différenciées…

Pour commencer, expliquons ce qu’est une « offre différenciée ». Actuellement, votre accès à Internet vous donne accès à tout, sans contraintes particulières. S’il est parfois lent et que certains sont victimes de batailles commerciales entre géants, il n’en reste pas moins que votre FAI ne vous propose pas une option commerciale à 5€ par mois pour accéder à Youtube.

Qu’est-ce qui se passe si je vous dis que Neelie Kroes est pour ce type d’offre ?

Vous pouvez vous dire que ce n’est qu’une personne, mais ça serait sous-estimer le problème.

Imaginons donc un monde dans lequel vous payez votre accès Internet. Non, pas votre accès actuel à des sites ou des jeux ou bien encore des systèmes de communications, mais bel et bien votre accès à Internet. Juste l’accès.

Le droit d’accéder à Internet, puis de payer pour accéder ensuite aux services souscrits. C’est peut-être plus clair expliqué ainsi.

Toujours pas ? Alors imaginez un péage payant avec un nombre de routes quasi infini derrière, mais chaque route est payante. Il faut donc le péage et le droit d’accéder à la route derrière.

Concept très intéressant n’est-ce pas ?

Pour résumer, imaginez que ce que vous avez actuellement à environ 30€ chez n’importe quel FAI géant, il faudra peut-être le payer 45-50-60€ ou plus, plus tard.

Certains ne seront sans doute pas dérangés par ceci car ils ont l’argent ou car ils n’utilisent que Facebook, mais ce qu’on vous donnera, ça ne sera plus Internet.

Dès lors qu’une partie d’Internet sera fermée si vous n’avez pas l’abonnement, ça ne sera plus Internet mais un truc ou chaque opérateur pourra jouer à Dieu en vous donnant ce qu’il veut et en refusant le reste.

Cette chose n’est pas sans rappeler le minitel de l’ancien temps ou chaque service était payant. Excellent système économique ou l’opérateur peut s’en mettre plein les poches d’ailleurs, ce n’est pas pour rien que les « Mega-FAI » lorgnent sur ce système.

Si un jour cela arrive, et ça arrivera, je serai au premier rang pour voir la réaction des services qui font d’Internet ce qu’il est.

D’ailleurs, je crois qu’il est temps de se poser la bonne question.

Qu’est-ce qui fait qu’on aime Internet ?

Ce n’est pas le fait d’être chez Free, SFR, Orange ou un autre qui fait que nous avons Internet. Un FAI, c’est comme n’importe quelle société. Un boulanger vend du pain, une banque des services de gestion des finances… et toutes les banques fournissent le même service. Pas au même prix certes, avec parfois un service complémentaire, mais toutes les banques fournissent le même produit.

Les FAI fournissent la même chose : un accès à Internet.

Je n’ai pas choisi mon opérateur parce qu’il est mieux qu’un autre, je l’ai choisi car il me permet d’accéder à ce que je veux, d’utiliser les logiciels et les ports dont j’ai envie, s’il ne me donne plus le service que j’attends, j’en changerai. Il existe une pléthore de sociétés qui me donneront accès à Internet, à un vrai Internet.

Au-delà de cet aspect de fourniture, basculer sur des offres différenciées représente selon moi une grave atteinte au fonctionnement même d’Internet ainsi qu’à sa neutralité actuelle, qui n’est déjà pas bien neutre.

J’en parlais déjà il y a deux ans ici même, puis l’an dernier également, fournir un tel accès reviendrait à créer un Internet à deux vitesses avec d’un côté, ceux qui peuvent tout se payer et, de l’autre, ceux qui n’ont qu’un accès de base et en basculant ainsi, c’est Internet la principale victime.

Pourquoi ? Parce qu’une partie non négligeable d’Internet, c’est vous, nous, moi, toi en train de publier un billet ou une vidéo. Si Internet est attractif c’est parce qu’on peut être acteur et non spectateur. Créer un système d’offres différenciées ressemblerait à cela :

– « Je veux être acteur aussi, moi moi moi ! »

– « Tu as de l’argent ? »

– « Pas trop, c’est la crise, la vie est difficile, je… »

– « Alors tu te tais et tu vas t’asseoir, reviens quand tu seras riche ou alors patiente 10 fois plus que les autres. »

– « Mais, mais… mais j’ai payé pour assister au spectacle. »

– « C’est le jeu, assis ! »

Si c’est cet Internet qui vous tente, moi non. Et s’il faut une vie pour l’expliquer et l’expliquer encore des centaines de millions de fois, alors c’est parti.

Vous aimez cet article? Partagez-le ;-)

TwitterGoogle +LinkedInMail
Flattr !

2 commentaires to “Bienvenue sur Inter…le Minitel 2.0”

  1. avatar

    Article très intéressant, mais surtout criant de vérité.

    Les FAI rêvent d’arriver à un tel système, et je pense même qu’ils y travaillent plus que ardument. Néanmoins, si aujourd’hui ce n’est pas la norme de payer pour un accès internet non exhaustif, il suffirait de temps et de quelques « nouveaux » services payant pour insinuer cela dans l’esprit des utilisateurs.

    C’est pourquoi nous devons toujours être attentif, et veiller à ne pas perdre ce bijoux de liberté et de communication que représente internet.

    • avatar

      C’est un peu notre rôle, je trouve, de la même façon qu’un citoyen doit exercer ses droits et devoirs et protéger les deux.

      Il faut toujours creuser et aller plus loin que ce que la politique veut bien nous montrer dans ces cas là, et chercher à comprendre les mécanismes que ces personnes là cherchent à nous faire manger…

      Reste qu’à la fin, on gagnera. La fin arrivera mais c’est pas vraiment pour demain…